[Séminaire] Normes, Exceptions, Transgressions (N.Ex.T.) – Dialogue interdisciplinaire, département des Études arabes de Lyon-2, fév-avril 2021

Les séances se tiendront du 3 février au 14 avril 2021, en distanciel (visio / live), Campus Berges du RhôneSéminaire du Département des Études arabes de l’UFR Langues et du Centre de recherche en linguistique appliquée (CeRLA).

Présentation

L’objectif du séminaire N.Ex.T (Normes, Exceptions, Transgressions. Dialogue interdisciplinaire) est d’interroger les rapports entre normes, exceptions et transgressions à travers l’analyse de discours normatifs, de pratiques sociétales et de leurs représentations dans différents domaines, tels la littérature, l’histoire ainsi que dans tous les autres champs disciplinaires des sciences humaines et sociales. Le séminaire entend appréhender les liens complexes entre normes, exceptions et transgressions, et ce dans une perspective interdisciplinaire variant les grilles d’analyse. À cet égard, il s’agira d’analyser les phénomènes d’assimilation et de rejet des normes, en prenant en considération la complexité des relations que l’individu entretient avec celles-ci. On mesurera à quel point les prescriptions normatives ne peuvent être réduites à des servitudes et combien l’individu possède, en dépit des théories culturalistes, une autonomie qui lui permet d’être acteur de l’histoire.

Les séances de ce séminaire permettront aux étudiants de Master (1 et 2) de s’initier à l’étude critique des sources arabes dans des perspectives historiques, littéraires et dans tous les champs disciplinaires des SHS. Diverses méthodes interprétatives de ces textes, ainsi que des orientations bibliographiques seront proposées aux étudiants.

Ouvert à tous les étudiants de Master 1re et 2e année, ainsi naturellement, qu’à tous les doctorants, ce séminaire devrait se tenir en présence si les conditions sanitaires le permettent et également à distance.

Pour participer, adressez un courriel à Farid BOUCHIBA, UFR Langues – Département des Études arabes (farid.bouchiba[at]univ-lyon2.fr), afin de recevoir le lien de connexion pour la visioconférence.

Programme

Séance 1 – Mercredi 3 février 2021

Bruno Paoli (PU, Université de Lyon 2)

Présentation et lancement du séminaire N.Ex.T. :

« Normes, Exceptions, Transgressions ». Dialogue interdisciplinaire

Stéphane Valter (PU, Université de Lyon 2)

Fatwâs et politique. Les sociétés musulmanes contemporaines aux prismes de la religion et de l’idéologie

Séance 2 – Mercredi 24 février 2021 – Aspects religieux (époque contemporaine)

Stéphane Valter (PU, Université de Lyon 2)

Norme et dissidence : les chiites égyptiens entre approches sécuritaires et enjeux géopolitiques

Naïma Bouras (Doctorante en sociologie politique, Université de Lyon 2)

Course au savoir religieux et institutionnalisation du prêche féminin dans les milieux salafistes égyptiens

Séance 3 – Mercredi 10 mars 2021 – Aspects linguistiques

Bruno Paoli (PU, Université de Lyon 2)

La langue arabe, son histoire et son avenir, entre dogmes et réalités

Koussay Kajo (Maître de langue, Université de Lyon 2)

L’expression figée en arabe comme un cas prototypique de transgression

Séance 4 – Mercredi 31 mars 2021 – Aspects politiques

Huda Alsaghir (Doctorante en littérature, Université de Lyon 2)

La critique politique et sociale dans l’oeuvre de Muhammad al-Maghout

Esmaïl Jasem (Doctorant en politologie, Université de Lyon 2)

La participation des femmes koweïtiennes dans le domaine du politique comme exception à la norme : Quel est le résultat aujourd’hui ?

Séance 5 – Mercredi 14 avril 2021 – Aspects religieux (époque médiévale)

Farid Bouchiba (Ater, Université de Lyon 2)

Églises et synagogues en monde musulman : aspects normatifs et faits historiques

Enki Baptiste (Doctorant en histoire médiévale, Université de Lyon 2)

L’imamat ibadite à Oman : norme politique et réalités régionales

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Claude Andrault-Schmitt, Patrick Bouvart et Cécile Treffort (dir.), Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2021, 302 p.

Présentation

Si le monastère de Fontevraud est étudié depuis longtemps, et savamment, le réseau de ses prieurés reste insuffisamment exploré, qu’il s’agisse des établissements installés au plus près du Moûtier principal, dans la même enceinte, ou des satellites dispersés en France, en Angleterre et un peu en Espagne. En septembre 2015, un colloque a permis d’ouvrir ce dossier passionnant. Chacun des sites évoqués a été traité de façon autonome, mais l’ensemble a mis en cause la pertinence des listes tardivement établies, l’universalité du système des prieurés doubles (femmes et hommes dans deux cloîtres proches), la façon de nommer les dépendances.

La recherche n’est qu’amorcée. Toutefois, les Actes ici réunis montrent que si la problématique est originale, en raison d’un gouvernement centralisé, exercé par une femme, elle est susceptible d’éclairer l’étude d’autres ordres religieux. Ainsi, interroger la terminologie et la notion de prieuré, qui au Moyen Âge central renvoie exclusivement aux personnes, prieurs et prieures, se situe au cœur de l’actualité scientifique.

Introduit par un avant-propos de Jacques Dalarun, l’ouvrage aborde ensuite des sujets soulignant l’originalité du phénomène fontevriste: les questions de l’inventaire, de la genèse, voire de l’échec, des prieurés; la présentation des fonds d’archives disponibles; une mise en perspective politique et artistique dans l’Aquitaine plantagenêt. La quatrième et plus importante partie du recueil réunit six ensembles claustraux en huit contributions. Ces monographies sont diversement argumentées en raison des conditions de l’investigation archéologique mais aussi des rythmes d’évolution des fondations; elles appellent au lancement de nouveaux chantiers et à la multiplication des enquêtes.

Sommaire

– Présentation – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Avant-propos : Le projet de Fontevraud – Jacques DALARUN

I – La question de l’ordre fontevriste

– Les prieurés de l’ordre de Fontevraud : définition et inventaire des sites – Patrick BOUVART

– Divorcer de Pétronille ou adhérer à Fontevraud. Géraud de Salles et la genèse de l’Ecclesia fontevriste – Alexis GRELOIS

II – Les sources

– Le «?Trésor?» de l’abbaye de Fontevraud  aux Archives départementales de Maine-et-Loire – Élisabeth VERRY

– Le grand cartulaire de Fontevraud, un monument pour le premier siècle de l’ordre – Robert FAVREAU

– Un prieuré fontevriste frustré dans l’Espagne  du XIIe siècle, Gema del Vino – Charles GARCIA

III – Le contexte de l’Aquitaine Plantagenêt

– The Plantagenets and the Priories of Fontevraud: New Connections, Old Resonances? – Nicholas VINCENT

– Fontevraud et les ordres « au désert ».  L’expression architecturale de l’austérité et sa chronologie en territoire Plantagenêt – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Les prieurés fontevristes de Lencoître et Villesalem : la place de la sculpture dans les églises – Bénédicte FILLION-BRAGUET

IV- Les prieurés à la lumière des enquêtes archéologies

– Saint-Lazare de Fontevraud – Daniel PRIGENT

– Le Clos de la Madeleine à Fontevraud : étude préalable d’archéologie – Stéphane AUGRY

– Quelques réflexions sur le Clos de la Madeleine à Fontevraud : bilan et perspectives – Patrick BOUVART et Stéphane AUGRY

– Les fouilles archéologiques du prieuré de la Madeleine-lez-Orléans – Philippe BLANCHARD

– Une installation difficile pour les moniales,  une archéologie complexe. L’exemple de Montazais – Patrick BOUVART

– Tusson : de la recherche archéologique à la valorisation patrimoniale – Didier DELHOUME, Patrick BOUVART

– 50 ans de recherches au prieuré de  Moreaucourt (Somme) : des résultats et un potentiel à explorer – Sébastien SIREAU

– Les possessions de l’eau du prieuré fontevriste de Moreaucourt (XIIe-XVIIIe siècle) – Christophe CLOQUIER

– Conclusions – Cécile TREFFORT

– Références complètes des ouvrages cités

– Index des noms de personnes (antérieurs à la Révolution)

– Etablissements religieux et églises cités

Source : Presses universitaires de Limoges

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à candidature] Arpamed, Prix Master 2021 [Date limite déclaration candidature : 1er juin 2021]

Présentation

 

Créé en 2016, Arpamed (Archéologie & Patrimoine en Méditerranée) est le premier fonds de dotation dédié à l’archéologie française en Méditerranée. Avec l’appui des Ecoles françaises à l’Etranger, l’action d’Arpamed en 2020 a impacté 18 sites archéologiques dans 9 pays Méditerranéens, de la France à la Syrie.
Au service de la recherche et du public, son conseil scientifique sélectionne différents projets dans le champ de l’archéologie – fouilles, expositions ou restaurations de sites- pour leur apporter un soutien matériel. En 2021, afin de développer son soutien aux jeunes chercheurs, le fonds Arpamed crée le premier prix Master pour l’archéologie en Méditerranée.
Ce prix Arpamed couronnera un mémoire de M2 recherche soutenu en 2021 et concernant l’archéologie sur le pourtour méditerranéen ou l’archéologie sous-marine en Méditerranée, sans restriction de période. Peuvent concourir des mémoires d’archéologie, d’histoire, histoire de l’art, anthropologie, science de l’antiquité. Le prix sera décerné à l’automne 2021 après sélection par le conseil scientifique d’Arpamed à l’issue d’une procédure présentée en annexe. Le jury sera attentif aux qualités scientifiques du mémoire, aux qualités de communication manifestées dans la rédaction, à la sensibilité de l’auteur aux enjeux de l’archéologie en Méditerranée.
D’un montant de 1 500 €, ce prix sera remis au candidat ou à la candidate retenu(e) lors d’un événement organisé par Arpamed en présence des mécènes du fonds.

Procédure de candidature

La candidature doit être communiquée par le directeur de recherche à l’adresse contact@arpamed.fr au plus tard le 1er juin par un mail accompagné d’un document nommé NOM(candidat) 2021. Ce document en format PDF comportera le nom, l’adresse mail et l’adresse postale du candidat, le titre du mémoire (accompagné si le candidat le souhaite d’un bref texte exposant le lien entre le mémoire et l’archéologie méditerranéenne), le nom de l’établissement, le département de rattachement, le nom du directeur de recherche et le nom de l’équipe de recherche et/ou du laboratoire auxquels ce dernier est rattaché. L’ensemble du document ne doit pas dépasser une page.


Le mémoire nommé NOM(candidat) 2021 sera envoyé après soutenance au plus tard le 15 juillet, sous forme électronique, en fichier attaché ou par transfert de dossier lourd, à l’adresse contact@arpamed.fr. Seuls les mémoires des candidats s’étant déclarées au plus tard le 1er juin seront examinés.


Les mémoires seront évalués par des experts du domaine n’appartenant ni à l’établissement, ni au laboratoire du candidat. Ces experts travailleront avec le conseil scientifique pour la désignation du lauréat. Le conseil scientifique est souverain pour l’attribution du prix.


Calendrier :
1er juin 2021 : Date limite de déclaration des candidatures

15 juillet 2021 : Date limite d’envoi du mémoire soutenu en 2021
Octobre 2021 : Réunion du conseil scientifique pour l’attribution du prix
Octobre-novembre 2021 : Communication au lauréat et publication sur le site d’Arpamed
Date à préciser en 2021 : Remise du prix lors d’un événement Arpamed associant mécènes et archéologues

Affiche Prix Master ARPAMED 2021

Source : Arpamed

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] “Ethiopie, Nubie, Egypte. Pouvoirs chrétiens et musulmans (XIe-XVe siècle)”, Médiévales, n° 79, automne 2020

Couverture Med_79

Sommaire

 

  • Robin Seignobos
    Pouvoirs chrétiens et musulmans, de la Corne de l’Afrique à la vallée du Nil (xie-xve siècle)
     
  • Marie-Laure Derat
    L’affaire des mosquées. Interactions entre le vizirat fatimide, le patriarcat d’Alexandrie et les royaumes chrétiens d’Éthiopie et de Nubie à la fin du xie siècle
  • Julien Loiseau
    Chrétiens d’Égypte, musulmans d’Éthiopie. Protection des communautés et relations diplomatiques entre le sultanat mamelouk et le royaume salomonien (ca 1270-1516)
  • Benjamin Weber
    Damiette, 1220. La cinquième croisade et l’Apocalypse arabe de Pierre dans leur contexte nilotique
  • Bertrand Hirsch
    Le récit des guerres du roi ʿAmda Ṣeyon contre les sultanats islamiques, fiction épique du xve siècle
  • Amélie Chekroun
    Entre Arabie et Éthiopie chrétienne. Le sultan walasmaʿ Saʿd al-Dīn et ses fils (début xve siècle)
  • Essais et recherches
    • Lucien Dabadie
      Les béguins du Languedoc ont-ils cru au troisième âge de l’Esprit-Saint ?
    • Marie Dejoux
      La fabrique d’une loi. Retour sur la « grande ordonnance de réforme de 1254 »
  • Point de vue
    • Marie-Laure Derat
      Moyen Âge africain. Plaidoyers pour des histoires de l’Afrique
      The African Middle Ages. Advocating Histories of Africa
  • Notes de lecture
    • Gion Wallmeyer
      Nathalie Bouloux, Ana Dan, Georges Tolias (dir.), Orbis disciplinae. Hommages en l’honneur de Patrick Gautier Dalché, Turnhout, Brepols, 2017, 841 p.
    • Victor Barabino
      Loïc Chollet, Les Sarrasins du Nord. Une histoire de la croisade balte par la littérature (xiiexve siècle), Neuchâtel, Éditions Alphil, Presses universitaires suisses (« Histoire », 3134), 2019, 544 p.
    • Boris Bove
      Sharon Farmer, The Silk Industries of Medieval Paris. Artisanal Migration, Technological Innovation, and Gendered Experience, Philadelphie (PA), University of Pennsylvania Press (« The Middle Ages Series »), 2017, 354 p.
    • Juliette Dumasy-Rabineau
      Paul Fermon, Le Peintre et la carte. Origines et essor de la vue figurée entre Rhône et Alpes (xive-xve siècle), Turnhout, Brepols (« Terrarum orbis », 14), 2018, 507 p.
    • Anne-Marie Helvétius
      Alban Gautier, Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au haut Moyen Âge, Paris, Éditions de la Sorbonne (« Histoire ancienne et médiévale », 149), 2017, 791 p.
    • Anna Caiozzo
      Julia Gonnella, Friederike Weis, Christoph Rauch (éd.), The Diez Album, Contexts and Contents, Leyde, Brill (« Islamic Manuscripts and Books », 11), 2016, xviii-672 p.
Source  et liens vers la revue ici

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Laurent Ripart, Christian Guilleré et Pascal Vuillemin (éd.), La naissance du duché de Savoie (1416), Chambéry, Presses universitaires Savoie Mont-Blanc/Laboratoire LLSETI, 2020, 396 p.

Présentation

Le 9 février 1416, Sigismond, souverain du Saint-Empire, vint à Chambéry où il éleva le comte Amédée VIII de Savoie au titre ducal. Ce passage du comté au duché constitua une reconnaissance de l’importance croissante que la principauté savoyarde jouait à l’échelle de l’Europe médiévale. Ce livre, qui réunit les actes du colloque international tenu du 18 au 20 février 2016 dans le château de Chambéry, sur les lieux même où Amédée VIII avait été fait duc, offre une histoire renouvelée de cet événement. Il vise aussi à en étudier la signification, en se demandant dans quelle mesure la promotion ducale concrétisait la transformation du vieux pouvoir féodal des comtes de Savoie en un véritable État moderne. Il s’attache ainsi à déterminer si l’essor notable que la principauté savoyarde avait pu connaître au temps d’Amédée VIII s’était accompagné d’une mutation de ses institutions juridiques, militaires, financières et monétaires.

Cet ouvrage est aussi l’occasion de présenter le renouvellement récent de l’historiographie savoyarde, dont on trouvera l’expression dans les contributions d’une vingtaine de spécialistes actuels de la question, venus d’Allemagne, de Suisse, d’Italie et de France. Il cherche ainsi à mettre en évidence le renouveau que l’historiographie savoyarde a pu connaître depuis une trentaine d’années, en raison des programmes de recherche menés désormais dans une perspective transfrontalière et européenne, au sein des dépôts d’archives des anciens États de Savoie, une principauté qui s’étendait au temps d’Amédée VIII du lac de Neufchâtel à la Méditerranée et de la vallée de la Saône jusqu’au pays de Verceil.

Sommaire

Avant-Propos
Hervé Gaymard    p. 9
Denis Varaschin    p. 12

La promotion ducale de 1416 : un événement fondateur pour les états de Savoie ?
Laurent Ripart, Christian Guilleré et Pascal Vuillemin    p. 15

Présence lointaine, médiation et réalités difficiles : la politique extérieure de Sigismond de Luxembourg (1368-1437)
Gisela Naegle    p. 23

Les rapports entre l’empereur Sigismond de Luxembourg et le comte Amédée VIII de Savoie
Daniel Cereia     p. 47

Des voyages pour un duché. L’accueil de Sigismond de Luxembourg à Chambéry pour l’investiture d’Amédée VIII, entre préparation et cérémonial (1414-1416)
Eva Pibiri    p. 65

I Visconti ed il titolo ducale ? : qualche riflessione
Federica Cengarle    p. 95

Piémont, 1418 : les enjeux documentaires d’une transition dynastique
Paolo Buffo    p. 107

Les «bonnes épouses»: mariages et liens politiques avec les marquis de Montferrat au temps d’Amédée VIII
Beatrice Del Bo    p. 131

Comment opérait-on une annexion territoriale ? Officiers ducaux et administration financière à Verceil avant et après 1427
Alessandro Barbero    p. 14

Amédée VIII et les guerres génoises
Fabien Lévy    p. 181

Le règne d’Amédée VIII : un îlot de paix ?
Roberto Biolzi    p. 195

La répression du crime au service du duc : d’une justice de concorde à une justice d’état ?
Lionel Dorthe    p. 217

Les finances d’Amédée VIII (1391-1416)
Christian Guilleré    p. 243

Le duc Amédée VIII de Savoie et sa monnaie (vers 1420-vers 1434)
Franco Morenzoni    p. 299

Architectures et politiques territoriales à la naissance du duché de Savoie : châteaux et palais au sud des Alpes
Andrea Longhi    p. 357

Les communautés paysannes savoyardes au temps d’Amédée VIII
Nicolas Carrier et Fabrice Mouthon    p. 373

La mue d’une principauté : essai de conclusion
Guido Castelnuovo    p. 401

Investiture faite à Amédée VIII du duché de Savoie par le roi des Romains, Sigismond (9 février 1416)
Christian Guilleré et Laurent Ripart    p. 415

Index

Source : LLSETI

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque international] 1-3 février 2021 – Institut Pontifical d’Archéologie Chrétienne. Recherche en archéologie chrétienne, Antiquité tardive et haut Moyen Âge. IIe colloque international. En ligne.

Le IIe colloque international organisé par les doctorant-es de l’Institut pontifical d’archéologie chrétienne (PIAC) se tiendra en ligne du 1er au 3 février prochain, les après-midis. Il rassemblera doctorant-es et docteur-es autour de recherches en archéologie chrétienne, Antiquité tardive et haut Moyen Âge.

Lien du programme (pdf).

Accès libre sur Zoom, à partir du lien donné sur la page de l’évènement (site des doctorant.es du PIAC).

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à contribution] Colloque international, Les prophètes itinérants, Paris, 16-18 sept. 2021 (lim. 26 mars. 2021)

Organisation: Mehdi Azaiez, Iyas Hassan, Rémy Gareil.

Ce colloque cherchera ainsi à saisir ces figures mobiles de l’entre-deux, que sont les prophètes du monde arabe prémoderne entre judaïsme, christianisme et islam entre modèle sacré et personnage familier de la littérature populaire, entre autorité mythique et héros historique. Il accueillera aussi bien les propositions consacrées aux approches islamologiques, littéraires ou historiographiques.

Les propositions de communications sont à envoyer, au plus tard le 26 mars 202, à l’adresse suivante : prophetes.itinerants@gmail.com

La proposition comprendra :

– Un résumé et un titre en français, en anglais ou en arabe (entre 1500 et 2000 signes espaces compris)

– Un court CV (1 page) ou un lien vers le CV en ligne de l’auteur.

 

This colloquium will thus seek to grasp these itinerant figures, from the spaces in-between: the prophets of the pre-modern Arab world, between Judaism, Christianity and Islam, between sacred model and familiar figure of popular literature, between mythical authority and historical hero. It will welcome proposals devoted to Islamic Studies, literary or historiographical approaches, as well as those that explore the continuities and discontinuities between these different fields.

Proposals for papers should be sent to the following address: prophetes.itinerants@gmail.com no later than 26th March 2021.

The proposal will include:

– An abstract and a title in French, English or Arabic (between 1500 and 2000 characters including spaces)

– A short CV (1 page) or a link to the author’s online CV.

يهدف الندوة إذن إلى مقاربة هذه الصور النبوية المتحوّلة والمتحرّكة من كافّة أوجهها، انطلاقاً من المسافة الفاصلية بين ملامح الأنبياء في الديانات التوحيدية الثلاث، بين النموذج المقدّس والشخصيّة الأليفة في الأدب الشعبيّ، بين السلطة الأسطوريّة والبطل التاريخيّ. وستتجاور فيها وتتحاور مداخلات تنتمي إلى حقل الدراسات الإسلاميّة والأدبية والتاريخيّة، وأخرى تقارب، عبر دراسة النموذج النبويّ، نقاط الاتصال والقطيعة بين هذه الحقول المتقاربة.

ترسل مشاريع المداخلات على العنوان التالي:

prophetes.itinerants@gmail.com

ويتضمّن مشروع المداخلة:

 عنوانًا ملخّصاً بالفرنسيّة أو العربيّة أو الإنجليزيّة (بين ١٥٠٠ و٢٠٠٠ حرف تتضمّن الفراغات) –

سيرة ذاتيّة مختصرة (صفحة واحدة) أو رابطاً نحو سيرة الباحث/ة الذاتيّة المنشورة في موقع مؤسسته على إنترنت.

 

Argumentaire complet en français, anglais et arabe à télécharger.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Cycle de conférence] Chaire Averroès, IMéRA, Les langages politiques en Islam, janvier-avril 2021

Un cycle de conférences publiques imaginé par Sobhi Bouderbala, titulaire de la chaire Averroès (2020/2021) à l’IMéRA (Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université) et par Julien Loiseau, professeur des universités, histoire du monde islamique médiéval, Aix-Marseille Université avec le soutien de la Fondation de l’Islam de France et de l’initiative d’excellence A*midex, d’Aix-Marseille Université, en partenariat avec les Rencontres d’Averroès. 

La question du politique en Islam, de ses manifestations et de son rapport au religieux, reste l’un des thèmes majeurs qui animent les débats non seulement académiques, mais aussi publics et médiatiques. L’idée largement répandue est celle d’une religion foncièrement politique, d’un système où le politique et le religieux se confondent pour former un modèle théocratique, d’où l’incapacité de l’Islam à rejoindre la modernité. Ce paradigme, renforcé par les doctrines fondamentalistes, empêche une juste appréciation des pluralités des expériences politiques en Islam, de la nature séculière des pouvoirs ayant exercé dans le monde islamique. Ce monde, construit autour d’un empire, d’une économie globale, d’une culture politique, d’un univers visuel, d’un habitus social et d’un langage commun disparaît à l’aube du XXe siècle pour des raisons multiples – dont la crise des sociétés impériales et la construction des identités nationales –, laissant la place à ce qu’on appelle aujourd’hui le monde musulman, où le mot ‘islam’ ne désigne plus guère que la religion musulmane. Ce cycle de conférences se propose de réunir historiens, philosophes et spécialistes du Coran pour débattre de la nature du pouvoir politique en Islam, de la nécessité de « relire le Coran » en tenant compte du contexte politique et culturel dans lequel il a été codifié. Il s’agit de revenir aux premiers documents officiels de l’Islam pour comprendre la mise en place de politiques de gouvernement à l’adresse des différentes populations qui formaient l’empire islamique. Ces conférences publiques se proposent d’analyser quelques textes fondateurs d’éthique et de philosophie politique qui rompent avec la prédominance du théologique sur le politique et permettent d’apprécier une pensée politique en Islam largement ignorée. De nouveaux langages politiques en Islam s’élaborent aujourd’hui. Saurons-nous les découvrir et les comprendre ? Telle est la vocation et la raison d’être de ce cycle de conférences publiques.

  • 28 janvier // 18h-20h /Conférence à suivre en ligne 

Participer à la réunion Zoom :

https://us02web.zoom.us/j/86394773628?pwd=SGFIekJpM3ZyYWE0MEVNQlg4a2t0dz09

ID de réunion : 863 9477 3628

Code secret : 931769

Le califat à l’épreuve de l’histoire : retour sur la pratique du pouvoir dans la longue durée de l’Islam

par Sobhi Bouderbala* et Julien Loiseau** 

Peut-on parler encore de califat en Islam ? Si le terme est largement utilisé et admis pour définir la nature du politique, depuis son appropriation par les réformateurs musulmans du début du XXe siècle, l’analyse historienne permet de nuancer sa validité en mettant en exergue la pluralité des pratiques politiques sur la longue durée. Ou comment remettre en cause la prédominance du religieux dans la sphère politique en Islam ? 

* Sobhi Bouderbala, maître assistant à l’université de Tunis et titulaire de la chaire Averroès à l’IMéRA (Institut d’études avancées de Aix-Marseille université). Spécialiste des débuts de l’Islam et de papyrologie arabe, il a notamment édité (avec Sylvie Denoix et Matt Malczycki), New Frontiers of Arabic Papyrology Arabic and Multilingual Texts from Early Islam, Brill, Leyde, 2017. 

** Julien Loiseau est professeur des universités, histoire du monde islamique médiéval, et responsable du projet européen HornEast. Horn & Crescent. Connections, Mobility and Exchange between the Horn of Africa and the Middle East in the Middle Ages (ERC). Il est notamment l’auteur des Mamelouks XIIIe -XVIe siècle : une expérience du pouvoir dans l’Islam médiéval, Seuil, Paris, 2014. Il est co-auteur du livre (sous la direction de Vincent Lemire), Jérusalem : histoire d’une ville-monde des origines à nos jours, Flammarion, coll. Champs histoire, 2016.

  • 25 février // 18h-20h

Histoires et langages du Coran : autour du Coran des historiens 

par Mohammad Ali Amir-Moezzi*Guillaume Dye** et Sobhi Bouderbala 

Les études coraniques connaissent un essor important depuis quelques décennies, grâce au renouvellement des méthodes d’analyse et à la découverte de plusieurs codex coraniques du premier siècle islamique. La publication de la somme Le Coran des historiens en témoigne. Cette conférence reviendra longuement sur les différents langages du Coran, le processus de sa codification et le rôle du politique dans la canonisation du texte coranique. 

* Mohammad Ali Amir-Moezzi est professeur des universités, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE). Spécialiste du Coran et du chiisme. Parmi ses ouvrages, Le Coran silencieux et le Coran parlant. Sources scripturaires de l’islam entre histoire et ferveur, CNRS, Paris, 2011. Il est co-directeur du Coran des historiens, Les éditions du Cerf, 2019. 

** Guillaume Dye est professeur d’islamologie à l’Université libre de Bruxelles, spécialiste des études coraniques et de l’histoire des débuts de l’Islam. Il a notamment publié (avec Fabien Nobilio), Figures bibliques en islam, Fernelmont, Bruxelles, 2011. Il est co-directeur du Coran des historiens, Cerf, 2019. 

  • 18 mars // 18h-20h 

Gouverner l’empire : politique et administration dans les premiers temps de l’Islam 

par Sobhi Bouderbala et Arietta Papaconstantinou* 

S’étirant de l’Asie centrale à l’Espagne au VIIIe siècle, l’empire islamique a gouverné des populations variées et a absorbé les cultures antiques qui ont largement contribué à la formation de ce qu’on appelle la civilisation islamique. Des milliers de documents écrits en grec, copte et arabe témoignent de la mise en place d’une administration impériale dont les mécanismes répondent au souci de diriger des sociétés cosmopolites, largement connectées, créant ainsi une nouvelle éthique de gestion des choses et d’administration des hommes. 

* Arietta Papaconstantinou, Associate Professor à l’université de Reading (Angleterre), spécialiste de l’histoire religieuse, sociale et économique du Proche-Orient antique et médiéval. Elle est notamment l’auteure du Culte des saints en Égypte des Byzantins aux Abbasides : l’apport des inscriptions et des papyrus grecs et coptes, CNRS, Paris, 2001. Elle a édité Writing ‘True Stories’. Historians and Hagiographers in the Late Antique and Medieval Near East, Brepols, Turnhout, 2010.

  • 16 avril // 18h-20h 

Conseiller et penser le politique en Islam 

par Makram Abbès* et Sobhi Bouderbala 

Les premiers textes fondateurs de la pensée politique en Islam voient le jour dans les capitales impériales (Damas puis Bagdad), de la plume de secrétaires et conseillers fins connaisseurs des expériences politiques du Proche-Orient et de ses langues, notamment le grec et le persan. Cette tradition s’ancre durablement dans l’univers politique de l’Islam et se consolide avec l’écriture des premiers traités de philosophie politique à partir du IXe siècle, donnant naissance à un débat fondamental entre théologiens et philosophes sur la nature du politique en Islam. 

*Makram Abbès, professeur en études arabes à l’École normale supérieure de Lyon, spécialiste de philosophie arabe et des questions théologico-politiques en Islam. Auteur de nombreux ouvrages dont Islam et politique à l’âge classique, PUF, coll. Philosophies, 2009 ; et Al-Māwardī, De l’éthique du Prince et du gouvernement de l’État, Les Belles Lettres, coll. Sagesses médiévales, 2015.

 

La chaire Averroès* Créée en 2018 à l’initiative de Thierry Fabre, dans le cadre du programme Méditerranée de l’IMéRA (Institut méditerranéen de recherches avancées), la chaire Averroès a pour objectif d’ouvrir un espace à la pensée critique dans l’Islam contemporain. Loin des orthodoxies et des obscurantismes, il s’agit d’explorer de nouveaux territoires de la pensée. À partir d’une approche résolument inter-disciplinaire et d’un questionnement centré notamment sur l’Islam méditerranéen, la chaire Averroès a pour vocation d’accueillir chaque année à Marseille des chercheurs de rang mondial. 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Financement] Allocations de thèse en histoire proposées par le ministère des armées pour l’année 2021 [Date limite candidature : 19 mars 2021]

Le ministère des Armées attribue au titre de l’année 2021 jusqu’à six allocations de thèse en histoire militaire. Le montant de l’allocation est de 10 000 euros.
 
Ces allocations sont ouvertes à tout candidat inscrit en thèse au moment du dépôt de dossier de candidature, à l’exception des doctorants bénéficiant d’un contrat doctoral.
Peut faire acte de candidature :
– Tout doctorant, sans distinction de nationalité, inscrit dans une université française et rattaché à un laboratoire français.
– Tout doctorant de nationalité française inscrit dans une université étrangère.
 
Les dossiers de candidature sont soumis au Conseil scientifique de la recherche historique de la défense (CSRHD) qui décide de l’attribution de ces allocations.
 
L’allocation est attribuée pour une durée d’un an. Elle peut être renouvelée deux fois, sur demande explicite du candidat. Le renouvellement n’étant pas automatique, le candidat doit établir chaque année un nouveau dossier de candidature comprenant un état des travaux effectués depuis sa précédente demande ; ce dossier est soumis une nouvelle fois au CSRHD qui appréciera l’évolution du travail du candidat.
Après acceptation par le CSRHD, une convention d’allocation de thèse est adressée par le ministère des Armées à chaque bénéficiaire de l’allocation.

 

Date limite du dépôt des candidatures : vendredi 19 mars 2021 (23h59) 

 

 

 
Source : Alain Marzona

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] Anthropologie économique de l’Occident médiéval

Séminaire dirigé par Laurent Feller.

Les mercredis en quinzaine, salle Perroy 15 h 00 – 17 h 00.

Programme des séances :

  • 6. Mercredi 20 janvier, Cédric QUERTIER (CNRS-Lamop) : Guerres et richesses d’une nation : les Florentins à Pise au 14e siècle.
  • 7. Mercredi 3 février, Skarbimir PROKOPEK : Les usages de l’argent à Gênes au Moyen Âge
  • 8. Mercredi 17 février : Laurent FELLER, 1. Le travail des femmes à la campagne au Moyen Âge (fin). 2. Le village des historiens (fin).
  • 9. Mercredi 3 mars, Anne-Laure ALARD : La reconstruction du Vexin français
  • 10. Mercredi 17 mars : Thomas LABBÉ : Climat et crises de la fin du Moyen Âge
  • 11. Mercredi 31 mars : Denise BEZZINA (Centre Roland Mousnier) : Artisans et artisanat à Gênes aux 12e et 13e siècle.
  • 12. Mercredi 5 mai : Laurent FELLER (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Mesurer la valeur des choses au Moyen Âge.
  • Mercredi 19 mai : Laurent FELLER (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Travail et richesse au Moyen Âge.

Source: Les carnets du LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] Des sources à saisir : temporalités et usages des sources à la marge (lim. 21 février)

Les sources représentent le support de toute entreprise de recherche en sciences humaines et sociales. Elles désignent l’ensemble des documents sélectionnés par le chercheur qui lui permettent de construire et étayer son discours scientifique, en tant qu’ils permettent l’émission d’hypothèses ou qu’ils apparaissent comme des preuves permettant de les confirmer ou de les réfuter[1]. Dans un souci d’objectivité et de scientificité, le chercheur croise ses sources et en questionne aussi bien le contenu que la forme, multipliant ainsi ses approches méthodologiques. Parmi ces sources, certaines semblent a priori insaisissables ou à la marge du fait de leur nature et des usages particuliers qu’elles supposent. Pourtant, les traces orales, sonores, visuelles, éphémères, rares et uniques nous proposent, pour toutes les périodes historiques, de nouvelles réflexions et interprétations des passés et de la manière dont ils nous parviennent. Ainsi, cette rencontre organisée entre les jeunes chercheurs de l’École nationale des chartes et de l’École pratique des hautes études se propose-t-elle d’interroger ces sources à saisir au prisme de leurs temporalités multiples, des moyens et des méthodes qu’elles supposent. Le caractère insaisissable de ces sources peut leur être intrinsèque – ainsi en est-il de l’éphémère ou de la source immatérielle. Mais il peut aussi être le fait des différences d’usage qu’implique l’inscription de la source dans des temporalités diverses, et notamment de la divergence des regards que portent sur elle les hommes du passé et les chercheurs. Ces usages sont historiquement situés et constituent un marqueur du rapport particulier d’une société à sa propre histoire. Il s’agit, en outre, de questionner les outils et les méthodologies auxquels ces derniers peuvent recourir pour les saisir ou, autrement dit, les définir, les collecter, les appréhender, les comprendre et les exploiter.

L’histoire se définit comme discipline scientifique au XIXe siècle en fondant sa légitimité sur l’étude de la source écrite. Ce n’est que tardivement que les sources orales sont invoquées dans le paysage historiographique états-unien, anglais, puis français au début du XXe siècle[2]. Ces sources peuvent être orales par leur nature même – lorsqu’elles sont le fruit d’enregistrements – ou, pour des périodes plus anciennes notamment, prendre la forme d’une trace écrite ou visuelle derrière laquelle l’oralité est parfois perceptible. Dans ce second cas, tout le travail de l’historien consiste à croiser des sources de types différents afin de saisir une culture orale disparue[3]. Quant aux sources issues d’enregistrement, elles demeurent longtemps l’apanage des ethnologues, sociologues, géographes et historiens de la culture populaire[4], avant d’intéresser, à partir des années 1970-80, les institutions, les administrations, les ministères ou les associations[5]. L’oralité pose néanmoins des problèmes d’objectivité, de juridiction et d’éthique, en tant qu’elle pose la question de la variabilité et de la subjectivité du témoignage (lui-même provoqué ou non) et celle des collecteurs et conditions de collecte (enregistrement, vidéo) qui dépendent de la pérennité ou de l’obsolescence des outils techniques employés (magnétophone, caméra, outils numériques et informatiques). L’ajout de l’image au son a, en outre, permis d’apporter des connaissances factuelles sur l’environnement du témoin, sur sa personnalité et sur les conditions de son témoignage et ainsi « d’affiner la “critique de sincérité” appliquée aux témoins[6] ». Ces sources orales, sonores et audio-visuelles, se doivent d’être analysées avec un certain recul critique à l’aune d’un système de référentiels[7] qui garantira une certaine « stabilité[8] » des documents de travail.

À ces sources s’ajoutent, au rang des sources à saisir, les éphémères, que John E. Pemberton définit en 1971 comme des « documents dont la production est liée à un événement particulier ou à une question d’actualité, et qui ne sont pas destinés à survivre aux circonstances de leur message[9] », et que Nicolas Petit rapproche de l’occasionnel et du « non-livre » puisqu’ils ne sont pas destinés à passer à la postérité mais bien plutôt, en tant qu’« imprimés jetables[10] », à être détruits ou recyclés[11]. Il peut s’agir de documents volants (prospectus, tracts), ou de l’ordinaire (journaux, faire-part, cartes postales, almanachs mais aussi affiches ou graffitis). Scripturaux quoique liés à l’oralité, les éphémères troublent le chercheur puisqu’ils programment par essence « [leur] propre oubli[12] ». Néanmoins, force est de constater que malgré leur évanescence, les éphémères témoignent massivement de la culture visuelle, de la vie sociale et des soulèvements populaires dans un temps et un espace donnés. Par des choix de collecte, de conservation, d’archivage et de catalogage, certains éphémères se patrimonialisent[13]. Ces fossiles d’éphémères sont issus d’une sédimentation opérée par ceux qui sont à l’origine de cette patrimonialisation (collectionneurs, archivistes…) : le message immédiat est cristallisé et les chercheurs peuvent le saisir, modifiant son horizon temporel. À l’heure du numérique, une réflexion doit également être menée sur les moyens contemporains des chercheurs pour collecter et conserver la trace de nouveaux éphémères, instantanés et dématérialisés – comme les tweets ou stories des réseaux sociaux – et qui constituent toujours une source féconde pour écrire une histoire politique et sociale.

Enfin, ces sources à saisir peuvent se définir par leur rareté, voire leur caractère unique. Ainsi, certaines sources tiennent-elles leur rareté du fait qu’elles ont été particulièrement confrontées à la destruction accidentelle ou intentionnelle. Sans pour autant trahir une mauvaise intention, c’est plutôt l’évolution du rapport des hommes à leurs documents que révèlent ces actions de destruction, dont résulte un paysage documentaire parcellaire que l’historien peine à rendre intelligible. D’où la nécessité pour le chercheur, au-delà des biais suscités par les aspects quantitatifs, de se poser la question de la raison de la conservation des sources auxquelles il s’intéresse. La source rare ou unique peut aussi l’être parce qu’elle a été conçue pour être unique dans sa forme ou pour être originale dans sa conception. Il faut alors tenter de ressaisir l’intention perdue des hommes du passé, voire de reconstruire la raison de documents parfois délaissés[14]. Ces sources peuvent par conséquent surprendre le chercheur autant qu’elles le désarment. Marginales tant par leur forme que leur contenu, elles sont parfois le fruit de découvertes fortuites[15], des rescapées de la destruction ou des accidents de conservation, et contrastent avec notre « obsession contemporaine de la conservation[16] » où tout est désormais susceptible de devenir un objet patrimonial.

En s’appuyant sur ce corpus de sources à saisir – dont la définition n’est ici volontairement pas exhaustive – et sur les problématiques temporelles et méthodologiques qu’elles soulèvent, cette journée d’étude invite les jeunes chercheurs à exposer, à partir de leurs travaux, leurs propres sources à la marge, leurs approches scientifiques et leurs utilisations des outils méthodologiques pour s’en saisir. Quels ont été les critères de définition, de sélection et de hiérarchisation de son corpus de sources ? Quelle proportion occupent les sources à la marge dans ce corpus ? Peuvent-elles se substituer complètement aux sources textuelles ou nécessitent-elles un croisement des sources ? Le jeune chercheur doit-il élaborer une nouvelle grille de lecture, un nouveau questionnaire et de nouveaux outils méthodologiques pour les définir, les collecter, les appréhender et les exploiter ? Quel rôle les sources à la marge ont-elles joué dans la problématisation de leur objet d’étude ? Ont-elles déconstruit des a priori et sont-elles à l’origine de remises en perspective de sujets de recherche ? Peuvent-elles être un objet d’étude en soi pour pallier les manques de l’histoire sociale minoritaire ? Comment les humanités numériques peuvent-elles contribuer à intégrer les sources à la marge dans l’écriture des sciences sociales ? A contrario, quel rôle peut avoir l’évolution des outils numériques pour saisir les sources à la marge et quels problèmes cela pose-t-il ?

Cette journée d’étude interdisciplinaire s’adresse à tous les jeunes chercheurs, masterants ou doctorants, issus de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, de la littérature et des langues, sans restriction temporelle ou géographique. Elle se tiendra le 23 juin 2021 à l’École nationale des chartes. Les propositions de communication doivent comprendre un titre et un résumé (350-500 mots en anglais ou en français), une brève bio-bibliographie et des informations de contact. Elles doivent être envoyées au plus tard le 21 février 2021 à l’adresse : chroniques.chartistes @ chartes.psl.eu

Le comité d’organisation répondra aux propositions avant le 1er mars 2021. Une aide financière peut être proposée aux participants afin de couvrir les frais de voyage et d’hébergement dans la mesure du possible. La publication d’un volume des actes de la journée est prévue.

Comité d’organisation sous le comité scientifique de Christine  Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’École nationale des chartes : Émilien Arnaud (ENC), Juliette Curien-Mangel (ENC), Lucence Ing (ENC, ED 472 – Centre Jean Mabillon), Mélisande Krypiec (ENC), Camille Napolitano (EPHE, ED 472, EA 7347) et Loïc Pierrot (ENC/ENS).


[1] Se référer aux actes des journées d’études Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire, organisées les 28 et 29 octobre 2020 au Campus Condorcet et à l’École nationale des chartes. [2] Descamps Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Institut de la gestion publique et du développement économique, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, p. 29-147. [3] Voir notamment Waquet Françoise, Parler comme un livre. L’oralité et le savoir (XVIe-XXe siècles), Paris, Albin Michel, 2003 ; Corbin Alain, Les Cloches et la terre : paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994 ; de manière plus générale, se référer au développement du mouvement des sound studies décrit dans Le Guern Philippe, « Sound studies. Sons de l’histoire et histoires du son », Revue de la BNF, 2017/2 (n°55), p. 21-29. [4] Waquet Françoise, op. cit. p. 8. [5] Songeons, notamment, au Act Up Oral History Project débuté en 2002. Voir également Descamps Florence, « Et si on ajoutait l’image au son ? Quelques éléments de réflexion sur les entretiens filmés dans le cadre d’un projet d’archives orales », La gazette des archives, n°196, 2004, p. 95-122, p. 95-96. [6]Ibid. [7] Descamps Florence, « Archives orales et histoire des organisations », Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 151 | 2020, mis en ligne le 09 juillet 2020, consulté le 09 novembre 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.3921 [8] Waquet Françoise, op. cit., p. 27. [9] Belin Olivier et Ferran Florence, « Les éphémères, un continent à explorer », dans Belin Olivier et Ferran Florence Les éphémères, un patrimoine à construire, Fabula/Colloques, 2016 [En ligne], mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 12 novembre 2020. URL : https://www.fabula.org/colloques/document3097.php [10] John Lewis, Collecting printed ephemera (1976) cité dans Ibid.[11] On sait que certains éphémères, mis au rebut, ont été utilisés pour renforcer des plats de reliures dont la restauration a permis la mise au jour. [12] Petit Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non-livre (xve-xviiie siècles), Paris, Klincksieck, 1997, p. 16. [13] Belin Olivier et Ferran Florence, « Le fonds Deloyne… », dans Belin Olivier et Ferran Florence Les éphémères, un patrimoine à construire, op. cit. [14] C’est ainsi, par exemple, que le projet interdisciplinaire POLIMA (« Pouvoirs des listes au Moyen Âge »), lancé en 2014, s’attache à étudier l’écriture médiévale des listes en tentant de caractériser des formes de classement du savoir et de contribuer à une histoire des rationalités pratiques et intellectuelles.
[15] On pense notamment aux inscriptions du menuisier Joachim Martin sous le plancher du château de Picomtal dans les Hautes-Alpes, retrouvées au début des années 2000 à l’occasion de travaux de rénovation, qui constituent pour l’historien une forme de témoignage unique de la vie quotidienne d’une société villageoise montagnarde au début de la IIIe République (Boudon Jacques-Olivier, Le plancher de Joachim. L’histoire retrouvée d’un village français, Paris, Belin, 2019).
[16] Morsel Joseph, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents, Société des études médiévales du Québec, 2000, p. 4.

 

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Seminar in the History of the Book 2021, Bodleian Libraries

Seminar in the History of the Book, Hilary Term 2021
Fridays at 2:15pm (GMT)

On-line: register to receive a link to each meeting, by e-mail to: bookcentre@bodleian.ox.ac.uk

Conveners: Cristina Dondi (Lincoln College, Oxford) and Alexandra Franklin (Bodleian Centre for the Study of the Book)

Due to limited space (even online), registrations for the live events will be honoured in the order received.

Presentations will be recorded if the speaker has granted permission, and in that case will be available a few weeks after the date of the seminar.

Programme :

Friday, January 22
Matthew Payne (Keeper of the Muniments, Westminster Abbey)
‘Follow the Money: Wynkyn de Worde, Jacques Ferrebouc and the Bardi’

Friday, January 29: Special session at 5:00pm GMT
Goostly Psalmes in Oxford and New Haven
Henrike Lähnemann (Faculty of Medieval and Modern Languages, University of Oxford)
‘Translating, Singing, Printing the Reformation. The Queen’s College Sammelband with Myles Coverdale’s Goostly Psalmes’
With a showing of The Queen’s College copy and the Bodleian and Beinecke fragments
Kathryn James (Beinecke Library, Yale University); Matthew Shaw (The Queen’s College, Oxford); Sarah Wheale (Bodleian Libraries, Oxford)

Friday, February 5
Francesco Guidi-Bruscoli (University of Florence)
‘The Borromei’s trade unveiled: digging for information in fifteenth-century account-books’

February 12 – No seminar

Friday, February 19
Alessandro Bianchi (Bodleian Libraries, Oxford)
‘Hidden in plain sight. Printed books from the Japanese Mission Press in the Bodleian Collections’

Friday, February 26
Kanupriya Dhingra (SOAS, University of London)
‘Streets and Serendipity: “Locating” Daryaganj Sunday Patri Kitab Bazar’

Friday, March 5
Benjamin Wardhaugh (University of Oxford)
‘Hunting for readers in sixteenth-century editions of the works of Euclid’

Friday, March 12
William Stoneman  (Cambridge, MA)
‘Buying Incunabula at Gimbel Brothers Department Store: A Curious Chapter in the History of American Book Collecting’

Source : Bodleian Libraries via RMBLF

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire en ligne] Jâhiliyya. Histoire et mémoire de l’Arabie préislamique, janvier-avril 2021

Séminaire animé par Eric Vallet (e.vallet@unistra.fr)
Jeudi, 11h-13h, S2 2021
Premier séminaire : 28 janvier
Inscription (pour recevoir le lien de connexion) : https://framaforms.org/inscription-seminaire-jahiliyya-1610827841

L’histoire de l’Arabie pré-islamique, désignée sous le nom d’« âge de l’ignorance » (Jāhiliyya) dans la tradition arabo-islamique a longtemps été écrite exclusivement à partir de sources arabes tardives, cherchant à exalter l’antiquité et les vertus des anciens Arabes, ou à blâmer leurs défauts. Les nombreuses découvertes d’inscriptions ou de vestiges matériels faites en Arabie au cours des dernières décennies et la prise en compte des sources orientales non arabes bouleversent cette histoire. Elles invitent non seulement à revisiter l’histoire de l’Arabie au VIe siècle mais aussi à revenir sur la façon dont le discours historique sur les anciens Arabes s’est construit et développé à partir du VIIIe siècle jusqu’à produire une véritable « invention de la tradition », nécessaires pour garantir l’unité culturelle et politique des maîtres de l’Empire islamique. Ce séminaire se propose d’alterner des séances de présentation et de discussion historiographique sur la base de dossiers d’articles ou de corpus de sources, et des interventions de chercheurs invités. Une participation active des étudiants est attendue.

28/01 : La Jāhiliyya comme question historique

04/02 : Écriture de l’histoire et conservation de la mémoire aux premiers siècles de l’Islam, entre oral et écrit, séance déplacée exceptionnellement de 16 à 18h

11/02 : La construction des discours sur l’Arabie préislamique (VIIe-VIIIe siècle)

18/02 : La construction des discours sur l’Arabie préislamique (IXe siècle)

04/03 : La construction des discours sur l’Arabie préislamique (Xe-XVIIIe siècle)

11/03 : Discours connectés : récits occidentaux et orientaux de la Jāhiliyya (XIXe-XXIe siècle)

18/03 : Les rois vaincus : histoire et mémoire de Ḥimyar

25/03 : Les rois vaincus : histoire et mémoire de Kinda

01/04 : Histoire et mémoire tribale : le cas de Ma‘add

08/04 : Quraysh : une mythologie mémorielle fondatrice15/04 : Une contre-mémoire ? Le cas des Hudhayl

22/04 : Fils d’Abraham ou d’Ismaël ?

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Webinar] The Oxford Pre-Modern Middle Eastern History Seminar, janvier-mars 2021

Tuesdays 5.30-6.30pm, via Zoom

Convenors: Edmund Herzig, Aslı Niyazioğlu, and Christian Sahner

This webinar series will explore various aspects of pre-Modern Middle Eastern history, including talks on early Islam, post-Mongol Iran, Medieval Armenia, and the Ottoman Empire. Each speaker will be joined by a respondent to discuss the themes of their talk. For full details on the individual webinars please see our programme. Registration links for the individual online events can be found below.

Programme and registration : https://ongc.web.ox.ac.uk/event/the-oxford-pre-modern-middle-eastern-history-seminar?fbclid=IwAR3NJNMW29xNU2AlHB7HfSkesdf3Y4Vm7Ay8IZjzvNHh28z9bInPHkDjueY

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Ties of Kinship and the Early Islamic Empire, ERC Embedding Conquest, Leyde, décembre 2021 (lim. 31 mars 2021)

Leiden, 6-8 December 2021

We invite submissions for an international conference on the language of kinship in Islamic(ate) societies before the modern period (622–1500 CE). The Embedding Conquest (EmCo) team has been investigating the social, political, administrative, religious, and economic ties that sustained strategies and mechanics of protection and dependency in the early Islamic empire, contributing to shaping imperial rule under the Umayyads and the Abbasids. As part of our project, we study how writers and document producers expressed vertical and horizontal relationships, including the use of family terms. We now invite other researchers to join in our conversation focusing on relational ties that were expressed primarily through or as kinship. This international meeting will be a venue for presenting new studies about practices, categories, and discourses through which kinship might

(i) connect individuals and groups to one another

(ii) contribute to binding an empire (or other large political entity) together.

We are interested in exploring how and when the language of kinship was implemented as a persuasive device, an operative category, and a problem-solving mechanism in premodern Islamic(ate) societies. When did the writers of our sources deploy kinship to describe or create group solidarity? What alternatives to kinship were used, instead, as a basis for expressing social cohesion? When was kinship construed for making claims? When was kinship invoked, and when was it deliberately omitted?

The conference will revolve around three major themes:

  • dynastic rule: presentations centered on caliphal and other ruling dynasties, sultanates, imamates, royal households, dynastic claims, and marriage politics;
  • family ties: presentations centered on kinship as part of family relations, households, consanguinity, adoption, property rights, and family law;
  • kinship outside the family: presentations centered on kinship as part of non-familial relations, tribal affiliation, spiritual kinship, slavery, clientship, and patronage.

We invite presentations showcasing new historical research and look for case-studies that may also address broader historical questions, fitting in any of those three themes. We aim at a collaborative discussion about expressions of kinship and social or political relationships, including relationships giving cohesion to state institutions, empires, or dynasties, while also allowing for alternative definitions of kinship and contested visions of empire. Presenters may either focus on particular contexts or take on the approach of comparative, interconnected, or global histories. We welcome a serious engagement with questions of method and/or theory, and we encourage the participants to be aware of recent anthropological perspectives on kinship. Important work on kinship, gender and reproduction in the modern Middle East has been conducted by Soraya Altorki, Soraya Tremayne, Soheila Shahshahani, and others. Authors who have recently engaged with kinship in historical studies of premodern societies include Jessica Coope, Eve Krakowski, and Martina Deuchler. Among ongoing research projects centered on kinship, we would like to signal one based at the University of Bristol and one based at the University of Haifa.

Interested speakers should submit an abstract (300 words) and a short bio to emco@hum.leidenuniv.nl by 31 March 2021. We welcome submissions from leading and junior scholars, advanced graduate students, and independent researchers. In the hope that it will be possible to travel and convene in person in Leiden, the organizers will cover the travel expenses  and accommodation of confirmed participants for the purposes and duration of the conference. The organizers are committed to gathering a diverse group of presenters and will strive to give more visibility to the work of scholars from traditionally underrepresented groups in academia.

For questions, please write to emco@hum.leidenuniv.nl or to c.palombo@hum.leidenuniv.nl.

Note: Confirmed presenters will be asked to share a draft version of their presentations for pre-circulation among the participants a month before the conference. Selected papers will be published in a volume after the conference.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Expectations of justice and political power in the Islamicate world (ca. 600-1500 CE), ERC Embedding Conquest, Leyde, octobre 2021 (lim. 1er mars 2021)

Leiden University, October 27-29, 2021

In the Islamicate world, as elsewhere, requests for just rule surface constantly as notions of justice are debated and contested. Exemplary rule can be sought in direct and open ways, through entreaties and demands, but also subversively through irony, flattery and satire. Expectations of justice can be pursued through reform or revolution, or via secession, utopianism and millenarianism. This conference, organised in the framework of the ERC-funded Embedding Conquest: Naturalising Muslim rule in the Islamic empire (600-1000) project, examines how such expectations of justice shaped political discourse and behaviour in the early and medieval caliphate (ca. 600-1500 CE).

Participants are asked to present a case study discussing how just rule was defined and what actions and reactions it precipitated in specific historical, geographical and cultural contexts (local, regional and imperial). How was just rule or, conversely, the abuse of political power understood and defined? What solutions were at hand to redress unjust rule or to institute just rule? How was the call for just rule theorised, and what values (scriptural, moral, customary) were invoked? What concrete actions followed from them? Case studies may discuss single instances initiated by individuals (petitions, speeches, literary works) or groups (utopian settlements, revolts) or long-term initiatives (organised, large-scale, revolutionary movements, institutions and structures to implement just rule). Discussion is not limited to Muslim debates and initiatives but can include any group or individual in the Islamicate world.

The following themes are expected to occur as conference panels and applicants are invited to indicate if one of these fits their topic especially well. Papers that do not fall clearly under one of these themes will still be considered as additional panels might be introduced based on submissions.

Expectations of justice as revolutionary action

When do ideas about just rule coalesce into political movements aiming to reconfigure society, including the composition of its political leadership? How are ideas about a just ruler connected to conceptions of a just society more broadly? And how is this realised through actions aimed at societal change? In other words should society change towards a just society, leading to just rule, or rely upon a just ruler to lead and build a just society? Can a society become just without a (just) ruler?

Getting rid of unjust rulers

The idea that justice will prevail when an unjust ruler is removed from power raises interesting questions. When is it permitted to remove a ruler by force or even kill him/her? How is a ruler “made” or presented as unjust in order to allow his/her removal? What characteristics should the just ruler have in order to implement just rule and thereby create a just society? Is it enough to remove the unjust ruler or does an alternative ruler need to be installed?

Calling on rulers to be just

Courtiers, competitors for power, but also humble citizens can step forward to show rulers exemplary behaviour by telling stories, relaying anecdotes or writing treatises, such as mirrors for princes. Sometimes this is done at the instigation of the ruler, as an invitation to offer some slight suggestions for improvement. Whether brought forward from within the governing circle or from outside, criticism can, in fact, become fiercer through the use of satire.

Transparency and anti-corruption

Rule is embodied in more than the ruler alone. When the system that underpins political rule and governance is perceived to be unjust, how should it be repaired? When is unjust rule in fact considered to inhere in the system rather than in the ruler at the top, and why does this happen? Who is responsible and capable for cleaning up or checking on the system to keep it just? How are officials and civil servants who serve political rule kept just? And what constitutes justice in the ruling apparatus for those involved in it and those ruled by it, i.e. by the officials themselves and by the subjects governed by it?

Alternative systems of justice

When the political order does not offer the kind of just treatment that is expected, can people turn to alternative channels such as mediation, petitioning, patronage? How are such alternative justice offerings created and maintained? Do they exist in competition with the state or in co-operation with it? How is justice guaranteed and upheld in these alternative structures?

We invite paper proposals of 250 words to be submitted by 1 March 2021.

We welcome submissions from leading and junior scholars, advanced graduate students, and independent researchers. The organizers are committed to gathering a diverse group of presenters and will do their best to give more visibility to the work of scholars from traditionally underrepresented groups in academia, including but not limited to junior scholars.

Please send your proposal to: emco@hum.leidenuniv.nl

The papers are to be published in a collected volume.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Soutenance de thèse] Marco Conti, “Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360)”, 11 janvier 2021, 14h (visioconférence)

Le lundi 11 janvier 2021, à 14 heures en visioconférence, Marco CONTI soutiendra sa thèse, intitulée ” Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360)” et dirigée par Jean-Louis GAULIN.

Membres du jury : Jean-Louis GAULIN (Université Lyon 2), Armand JAMME (CNRS), Anne LEMONDE (Université́ Grenoble Alpes), Patrizia MAINONI (Studiosa dell’Università di Padova) et Giuliano MILANI (Université Gustave-Eiffel).

Source : CIHAM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] Séminaire des médiévistes du CIHAM

Coordonné par Nicolas CARRIER (Lyon 3), le séminaire des médiévistes réunit les membres du laboratoire et les masterants tous les quinze jours durant le deuxième semestre, de 9 h 30 à 12 h 30.

Organisé autour d’un invité ou de membres du CIHAM, ouvert à tout public, ce séminaire est un lieu de rencontre entre historiens, archéologues et littéraires spécialistes de l’époque médiévale.


JEUDI 28 JANVIER 2021

Damien LABADIE, Robin SEIGNOBOS

JEUDI 11 FÉVRIER 2021

Sébastien DOUCHET

JEUDI 25 FÉVRIER 2021

Gian Luca POTESTÀ

JEUDI 29 AVRIL 2021
 
 
Plus d’informations sur la page du séminaire

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Séminaire de latin médiéval. Poésie et politique à l’époque carolingienne: lecture et analyse des Gesta Berengarii imperatoris

Responsable : Frédéric Duplessis (MCF, ENS de Lyon)

Les Gesta Berengarii imperatoris sont un panégyrique en vers composé vers 916 en l’honneur de Bérenger Ier d’Italie. Ce poème anonyme est une des principales sources narratives à la disposition des historiens pour retracer les événements politiques survenus en Italie du nord entre 888 et 915. À travers l’analyse de la trame générale du panégyrique, la traduction de certains passages-clefs de cette œuvre et la confrontation de ces passages avec d’autres sources contemporaines (notamment l’Antapodosis de Liudprand de Crémone, les annales de Fulda et le Chronicon de Réginon de Prüm), l’enjeu de ce séminaire est d’étudier le traitement de la matière historique dans ce poème épidictique du Xe siècle et de montrer, en retour, comment les historiens peuvent utiliser une telle source littéraire.

Ce séminaire est ouvert aux étudiants de M1, de M2 et aux doctorants. Les latinistes débutants sont les bienvenus.

Programme [docx]


Horaire : jeudi de 11h à 13h du 18 janvier au 7 mai 2021. 

Lieu : ENS de Lyon – en distanciel 

Merci d’écrire à frederic.duplessis@ens-lyon.fr pour assister au séminaire.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts