[PARUTION] Ai margini del mondo comunale. Sedi del potere collettivo e palazzi pubblici dalle Alpi al Mediterraneo / Aux marges du monde communal. Lieux du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée, a cura di Simone Balossino, Riccardo Rao

Les palais communaux constituent l’une des traces les plus importantes laissées par les grandes communes urbaines, notamment en Lombardie, en Émilie et en Toscane. Avec des caractéristiques typologiques clairement reconnaissables, ils ont eu un impact monumental sur les centres des villes communales, soumis à des rénovations et des restaurations au fil des siècles. Mais que se passe-t-il dans les zones où les communes ont une vie plus discontinue ? Existe-t-il des palais communaux à la limite du monde communal et, si oui, quelles formes prennent-ils ? C’est le thème de recherche abordé par cet ouvrage, qui propose un large regard sur les palais communaux du monde méditerranéen, des Alpes au sud de l’Italie, en passant par la Croatie, la Corse et la Provence. Il fait suite à différentes entrevues entre Bergame et Avignon, et notamment au colloque international éponyme qui s’était tenu les 30 septembre et 1er octobre 2016 à Bergame.

Sommaire

Introduzione, Simone Balossino, Riccardo Rao

1. Case dei consoli e palazzi nelle città della Provenza occidentale: tra comuni ed esperienze signorili, Simone Balossino, François Guyonnet

2. Palazzi comunali nei borghi nuovi del Piemonte sud-occidentale: modelli comunali e signorili a confronto, Andrea Longhi, Riccardo Rao

3. Sedi e palazzi pubblici dei centri minori della Marca Veronese-Trevigiana e delle città del versante meridionale delle Alpi orientali (secoli XIII-XV), Gian Maria Varanini

4. L’area friulana: palazzi comunali o case della comunità?, Enrico Faini, Elisabetta Scarton

5. Le sedi del potere municipale nelle città istriane (sec. XIII-XIV), Dario Canzian

6. La construction des palais communaux, entre diffusions des modèles et interprétations locales (État pontifical, fin XIIe-début XVe siècle), Jean-Baptiste Delzant

7. Le sedi dei poteri pubblici nelle città del regno di Napoli (secoli XIV-XV), Pierluigi Terenzi

8. Palazzi comunali nella Sardegna medievale, Lorenzo Tanzini

9. Les lieux de pouvoir génois en Corse : Diffusion d’un modèle urbanistique communal en milieu colonial (XIIIe-XVe siècles), Vannina Marchi

10. Osservazioni conclusive: imparare dai margini, Giuliano Milani

L’ouvrage est disponible en Open Access au lien suivant : https://www.insegnadelgiglio.it/prodotto/ai-margini-del-mondo-comunale/

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Congrès] La lengva de los copistas. Variación y modelos de la escritvra del texto en el español medieval

El Congreso La lengua de los copistas. Variación y modelos de la escritura del texto en el español medieval, tendrá lugar los días 15-16 de octubre de 2020 en el Aula Magna de la Facultad de Filología de la Universidad de Salamanca, en sesiones de mañana y tarde. Dicho congreso, dirigido por Leyre Martín Aizpuru y Juan Miguel Valero Moreno, es resultado del desarrollo del Proyecto de Investigación Nacional Alfonso de Cartagena. Obras Completas y se realiza en colaboración con el Departamento de Lengua Española y la Facultad de Filología de la Universidad de Salamanca.

DIRECCIÓN CIENTÍFICA: Leyre Martín Aizpuru & Juan Miguel Valero Moreno

COORDINACIÓN TÉCNICA: Laura Ranero Riestra & Pablo Rodríguez López

JUEVES, 15 DE OCTUBRE

Aula Magna de la Facultad de Filología

9:30 Inauguración y presentación del congreso.
Intervienen: Sr. Decano en funciones de la Facultad de Filología, que preside, & Sres. Directores del Congreso.


10:00-11:00. Conferencia inaugural. Preside Leyre Martín Aizpuru.
Pedro SÁNCHEZ-PRIETO BORJA (Universidad de Alcalá), El copista del «Auto de los Reyes Magos».


16:00-20:00. Ponencias.
– José Manuel FRADEJAS RUEDA (Universidad de Valladolid), Aventuras y desventuras de un ejemplar de las «Siete Partidas»: los códices Zabálburu y Dominicos y una curiosidad del taller.
– Ricardo PICHEL GOTÉRREZ (Universidad de Alcalá), Bilingüismo y prácticas escriturarias en la recepción occidental del modelo historiográfico (post)alfonsí: de la «Crónica xeral galega» a la «Crónica de 1404».
– Belén ALMEIDA CABREJAS (Universidad de Alcalá), La«General estoria» en el siglo XV: lecturas y refundiciones.
– Inés FERNÁNDEZ ORDÓÑEZ (Real Academia Española), Editando la «Estoria de España» a partir de varios copistas.


VIERNES, 16 DE OCTUBRE

Aula Magna de la Facultad de Filología

09:00-14:00 Ponencias.
– María Nieves SÁNCHEZ GONZÁLEZ DE HERRERO (Universidad de Salamanca & IEMYRhd), Algunos testimonios orientales y occidentales médicos y enciclopédicos de la Baja Edad Media.
– Vicente José MARCET RODRÍGUEZ (Universidad de Salamanca & IEMYRhd), La escritura de los copistas: usos braquigráficos en documentación cancilleresca y notarial castellano-leonesa del siglo XV.
– Leyre MARTÍN AIZPURU & Juan Miguel VALERO MORENO (Universidad de Salamanca &IEMYRhd), La traducción castellana de la oratio «Pro Marcello»: variación textual y variación gráfica.
Blanca GARRIDO MARTÍN (Universidad de Sevilla), Variación lingüística intertestimonial en la tradición textual de la «Respuesta a la qüestión fecha por el Marqués de Santillana».
– Lola PONS RODRÍGUEZ (Universidad de Sevilla), Un copista para agrandar al héroe ya la lengua: la segunda versión del «Compendio historial» de Rodríguez de Almela.


17:00-18:00 Conferencia de clausura. Preside Juan M. Valero Moreno.
José Antonio PASCUAL (Real Academia Española), La consciencia de los copistas y sus distintas formas de participar en el texto, visto a través de algunas copias del ámbito aragonés cuatrocentista.


Source: Site de la SEMYR

Dates: 15-16 octobre 2020

Lieu: Université de Salamanque | assistance virtuelle possible. 

Inscription: formulaire à télécharger ici et à envoyer à: lenguacopistas@gmail.com, avec comme titre NOM_CongresoLenguadeloscopistas

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Bourses AMI] Bourses d’aide à la mobilité doctorale au CEFAS (Koweït) (lim. 1er déc. 2020)

Date limite d’envoi des dossiers de candidature : 1er décembre 2020 (à minuit, heure de Paris)

Le CEFAS propose DES AIDES A LA MOBILITE DOCTORALE à des étudiant(e)s doctorant(e)s inscrit(e)s en thèse dans une université française, et qui effectuent leur recherche doctorale sur la région de la péninsule Arabique dans le domaine de l’archéologie et des sciences humaines et sociales. L’obtention de la bourse est conditionnée à l’inscription en thèse.

Ces AIDES A LA MOBILITE DOCTORALE sont pour une période de 9 mois éventuellement renouvelable.

Le montant de l’aide est de 1 100 € par mois. En outre, l’hébergement sera gratuit au CEFAS à Koweït durant toute la durée de l’aide. Le CEFAS prendra en charge les billets d’aller et de retour France-Koweït au meilleur tarif de vol disponible et pour un montant maximal de 550 €.

Le boursier ou la boursière devra résider au Koweït et pourra effectuer des missions de travail dans les pays de la zone de compétence du CEFAS, à l’exclusion du Yémen : Koweït, Bahreïn, Émirats arabes unis, Qatar, Sultanat d’Oman, Arabie saoudite. Il ou elle recevra l’appui scientifique et logistique du CEFAS. Il ou elle participera à l’animation scientifique du centre, et prendra part régulièrement à ses activités (conférences, séminaires, colloques, publications, etc.).

Il est rappelé que l’AIDE A LA MOBILITE DOCTORALE n’étant pas considérée comme un salaire, elle n’ouvre droit ni aux prestations sociales, ni aux allocations chômage et ne peut être prise en compte dans le calcul des droits à la retraite. Les bénéficiaires doivent donc souscrire eux-mêmes les assurances nécessaires pour une résidence à l’étranger concernant la couverture des dépenses de santé, accidents du travail et rapatriement.

L’AIDE A LA MOBILITE DOCTORALE prendra effet au 1er janvier 2021 ou, si les conditions ne le permettent pas, au 1er février 2021.
Pour toute information complémentaire, contacter le directeur du CEFAS, Abbès ZOUACHE, à l’adresse suivante : direction@cefas.cnrs.fr.

Les dossiers de candidature sont disponibles ci-dessous en document joint, et devront être complétés et envoyés accompagnés des pièces demandées en version numérique uniquement, en un seul document PDF. Les pièces demandées sont les suivantes :

  Première candidature : CV, publications, copie du dernier diplôme, projet de recherche doctorale, attestation d’inscription en doctorat.
  Renouvellement : attestation d’inscription en doctorat.

Le dossier de candidature doit être adressé aux adresses suivantes :
direction@cefas.cnrs.fr ; regie@cefas.com.ye ; dima.asad@cefas.cnrs.fr

Date limite d’envoi des dossiers de candidature :
1er décembre 2020 (à minuit, heure de Paris).

Documents joints

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Isabelle Bretthauer, Anna Caiozzo et François Rivière (éd.), La plume et le calame. Entre Orient et Occident, les métiers de l’écrit à la marge, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2020, 458 p.

Jusqu’où les pratiques de l’écrit se sont-elles professionnalisées au Moyen Âge et à l’époque moderne ? La fonction sociale des scribes ou copistes est souvent symboliquement liée aux textes sacrés, en Occident comme en Orient. Mais la transmission des savoirs par l’écriture déborde le cadre religieux pour s’insinuer progressivement dans une multitude de milieux sociaux. La maîtrise de l’« écrit » (au sens d’acte d’écriture et d’action sur la matérialité de l’écrit) n’apparaît cependant comme centrale que dans quelques métiers (notaires, maîtres d’écriture, transmetteurs…), tandis que, pour de nombreuses autres activités, cette compétence reste longtemps secondaire, sans reconnaissance sociale particulière.

Dans une perspective comparatiste, les 20 contributions traitent d’un large espace, de la chrétienté occidentale aux cultures musulmanes et juives du Proche-Orient, et jusqu’au Levant. Les figures d’« écrivants » apparaissent diverses et souvent à cheval sur plusieurs métiers : transmetteurs (râwiya) ou traducteurs insérés dans la République des Lettres, maîtres soufis ou poètes populaires, prisonniers ou artisans, mais aussi relieurs, peintres ou enlumineurs. L’approche comparatiste fait alors émerger des mouvements généraux, autour de l’évolution des modalités de transmission des textes : l’écrit ne supplante pas l’oralité mais dialogue avec elle dans nombre de métiers jusqu’à l’époque moderne ; les transmetteurs ou traducteurs affirment leur importance dans la « création culturelle » ; les représentations figurées sont parties prenantes d’œuvres textuelles. De ce fait, le rôle de ces métiers peut-il être, dans les approches historiques et littéraires contemporaines, encore repoussé dans les marges ?

Isabelle Bretthauer, docteur en histoire médiévale et Chargée d’Études Documentaires aux Archives Nationales, Anna Caiozzo, professeur des Universités à l’Université Bordeaux Montaigne et François Rivière, docteur en histoire médiévale et ATER à l’université d’Évry-Val d’Essonne, présentent ici le résultat d’un projet pluridisciplinaire réunissant histoire, histoire de l’art et littérature.

Sommaire :

Introduction p. 13

Brigitte FOULON : Le passage de l’écrit à l’oral. Le grand transmetteur (rāwiya), un maillon essentiel entre oralité et mise à l’écrit de la littérature arabe p. 27

Daphné RABEUF : L’écrit comme trace d’un patrimoine oral commun : l’exemple d’un recueil de contes arabes anonymes des XIIIe/XIVe siècles p. 47

Jean-Charles DUCÈNE : Le copiste et la dictée dans le monde arabe médiéval p. 65

Harit JOSHI : Rapporter les paroles du maître : les malfūāt dans le sultanat de Delhi p. 79

Jean-Dominique DELLE LUCHE : Les « maîtres de la batte » : poésie de circonstance et concours de tir dans le Saint-Empire au XVIe siècle p. 93

Marc ZUILI : Le métier de traducteur à la Renaissance : le cas de Gabriel Chappuys p. 121

Francoise RICHER-ROSSI : Le traducteur : ce qu’en dit le paratexte. De l’espagnol à l’italien. Enjeux conceptuels et idéologiques dans la Venise du XVIe siècle. p. 143

Fabien SIMON : Jean Baudoin, écrivain de l’intermédiaire p. 165

XIAOHONG Li : La naissance du calligraphe p. 195

Jose COSTA : Scribes, traducteurs et transmetteurs : rabbins et juifs entre écriture et oralité dans le contexte antique p. 205

Anna CAIOZZO : Un paradoxe visuel ? Le scribe et le peintre à la marge dans les manuscrits de l’Orient médiéval p. 233

Nourane BEN AZZOUNA : Une source exceptionnelle pour l’histoire de l’écrit : Ibn al-Fuwaṭī et son Talkhī Majmaʿ al-ādāb p. 255

François RIVIÈRE : Des artisans aux marges de la littératie : les gardes des métiers, un office de l’écrit en Normandie, XIVe-XVIe siècles p. 277

Philippe FAURE : L’écrivain et le peintre dans la miniature médiévale p. 317

Tiziana LEUCCI : L’écrit à la marge et les écrivaines « marginalisées » : le cas des courtisanes artistes en Inde p. 333

Francis RICHARD : La marge face au texte, quelques notes p. 363

Isabelle BRETTHAUER : Produire l’écrit et après ? Le travail autour des documents écrits à la Chambre des comptes (XIVe-XVe siècles) p. 369

Jean-Charles COULON : Écrire et figurer le cosmos : l’emploi des figures dans les manuscrits de sciences occultes islamiques attribués à al-Būnī (m. 1225) p. 397

Jean-Pierre JARDIN : L’arbre de l’évêque Le programme iconographique de l’Anacephaleosis et sa réalisation p. 423

Anne-Colombe LAUNOIS : Une œuvre au noir, signature d’un peintre méconnu de l’école sikhe de Patiala (Panjab, Inde du Nord), XVIIIe-XIXe siècles p.439

Source: LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Journées d’étude] “Intégrer les marges”, Journées d’étude des doctorants du Ciham, Lyon, MSH Lyon-Saint-Etienne, 22-23 octobre 2020

Attention : La session du jeudi matin est complète en présentiel

 

Cette année, les journées d’étude des doctorants du Ciham se tiendront à Lyon les 22-23 octobre 2020 sur le thème “Intégrer les marges”.

Ces journées sont organisées par Enki Baptiste, Florentin Briffaz, Ronan Capron, Amalia Desbrest, Mariam Hazim‑Terrasse et Anna Lafont‑Chardin

Les interventions se feront en présentiel mais également en visioconférence pour certaines.

Le programme est susceptible de modifications et d’ajustements, en raison de la situation sanitaire évolutive. Les sessions se déroulent à la MSH Lyon-Saint-Etienne (salle Marc-Bloch), à l’exclusion de la session du jeudi matin (des informations plus précises seront communiquées ultérieurement aux participants).

En raison du contexte sanitaire qui impose une limitation du nombre de personnes selon les règles de distanciation, une inscription préalable par session est nécessaire à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

Attention : La session du jeudi matin est complète en présentiel

Affiche des JED 2020 réalisée par Serge Pinche

Programme complet des JED 2020

L’affiche et le programme sont également disponibles sur le site du CIHAM

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] La récitation dans les premiers siècles de l’Islam (7e-9e s.), Le Caire, 16-18 oct. 2020, en ligne

Colloque : « La récitation dans les premiers siècles de l’Islam (7ᵉ‒9ᵉsiècles) »

 En ligne et au Caire, 16‒18 octobre 2020 

Vous pouvez assister à ce colloque de 2 manières différentes : 

1) en ligne, par Zoom (toutes les interventions seront en anglais sauf une, en arabe). 

2) sur place à l’Idéo, au Caire, dans notre salle de conférence. Nous ne traduirons pas les interventions mais à la fin de chaque session en ligne, nous présenterons un résumé et nous animerons une discussion en arabe (non retransmise sur Zoom). 

 Merci de nous écrire à secretariat[at]ideo-cairo.org pour recevoir les liens Zoom (si vous assistez depuis chez vous) ou pour vous inscrire pour assister aux discussions en arabe à l’Idéo au Caire (20 places disponibles). Ces inscriptions sont gratuites

Vendredi 16 octobre 

  • 1/5. “Notes on Form and Function in Extra-Liturgical Uses of the Qurʾān”→ 19:00‒20:00(Le Caire)/13:00‒14:00(Atlanta):

Conférence en ligne par Devin Stewart, suivie d’une discussion en arabe à l’Idéo (20:00‒21:00). 

Samedi 17 octobre 

  • 2/5. « Chrétiens et musulmans récitent »

→14:00‒15:30 (Le Caire) / 20:00‒21:30 (Atlanta) : Première session en ligne, suivie d’une discussion en arabe à l’Idéo (15:30‒16:30). 

Ágnes Mihálykó Tothne (Oslo, études coptes): “Recitation, Transmission, and Textual Stability: Liturgical Prayers in Western Thebes”. 

Paul Neuenkirchen (Paris, études syriaques): “Late Antique Syriac Homilies and the Qurʾān: A Comparative Study of Content and Context”. 

Simon Pierre (Paris, études islamiques): “Say ‘amen’ to the monk’s prayer: A Case of Intercultural Recitation”. 

  • 3/5. « Pierre, voix et papier, supports de la récitation» → 17:30‒19:00 (Le Caire) / 11:30‒13:00 (Atlanta) : Deuxième session en ligne, suivie d’une discussion en arabe à l’Idéo (19:00‒20:00).

Frédéric Imbert (Aix-en-Provence, épigraphie arabe): “Stone Orality: Recitation and Invocation in the Graffiti of the First Islamic Centuries”. 

Lauren Osborne (Whitman, études coraniques): “The Sound-History of the Qurʾān”. 

Ahmad Amine Hadjdjadj-Aoul (Paris, manuscrits coraniques »). 

Dimanche 18 octobre 2020 

  • 4/5. « Buts et enjeux de la récitation » → 14:00‒15:30 (Le Caire) / 20:00‒21:30 (Atlanta) : Troisième session en ligne, suivie d’une discussion en arabe à l’Idéo (15:30‒16:30) :

Anne-Sylvie Boisliveau (Strasbourg, études coraniques)  

Asma Hilali (Lille, études islamiques) 

Devin Stewart (Emory,études islamiques) 

  • 5/5. « Conclusions et hypothèses »

→ 17:30‒19:00 (Le Caire) / 11:30‒13:00 (Atlanta) : Quatrième session en ligne, suivie d’une discussion en arabe à l’Idéo (19:00‒20:00). 

Anne-Sylvie Boisliveau (Strasbourg, études coraniques) 

Asma Hilali (Lille, études islamiques) 

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Marquer son église : les princes en leurs collégiales (IXe-XVe siècle, Occident chrétien); Lim. 30 novembre

Les collégiales, reconnaissables à leur forme imposante en ville ou à la campagne, furent pour la plupart liées à de grands personnages, qu’ils soient princes, évêques ou grands seigneurs. Le fonctionnement de ces institutions est mieux connu depuis plusieurs années, mais la manière dont les princes se sont appropriés, matériellement ou symboliquement, les églises collégiales qu’ils avaient fondées ou dont ils avaient hérité a encore peu été étudiée. Tel est l’objet de ces journées d’étude qui exploreront cette problématique à travers une approche pluridisciplinaire, en mêlant en priorité histoire, histoire de l’art et archéologie.

Argumentaire

Depuis une trentaine d’années, les études sur le monde canonial ont analysé les liens qui pouvaient exister entre les collégiales séculières et les pouvoirs princiers, à la fois institutionnellement (jus patronatus, collation des prébendes, etc.) et politiquement (liens entre chapitres séculiers et chancelleries, etc.), cette dernière dimension mobilisant souvent une approche prosopographique (collégiales séculières comme viviers d’agents des politiques princières, carrières politiques des chanoines, recrutement de ces derniers dans certains lignages pour conforter des fidélités, etc.). Les monographies et les synthèses régionales ont souligné la pluralité des rôles dévolus à une collégiale séculière, tout en insistant sur les motivations politiques et la logique de distinction sociale qui ont favorisé l’essor de ce type de fondations religieuses.

Les liens plus personnels, matériels ou spirituels, entre les établissements canoniaux et leurs fondateurs, ou les héritiers et successeurs de ceux-ci, ont, en comparaison, été moins abordés. Comment et pourquoi un prince investissait-il sa collégiale ? Y a-t-il une différence, pour un grand, entre les collégiales qu’il a fondées, celles dont il hérite et celles qu’il a captées ? Une collégiale sise in castro ou in palatio est-elle, par exemple, plus intensément occupée par un prince qu’une fondation hors les murs ? À l’intérieur de l’église, y a-t-il un lieu privilégié de l’appropriation princière (chapelle, nef, chœur, etc.) ? Quelles traces y a-t-il laissées, qui montrent sa présence effective ou son appropriation symbolique des lieux ? Voilà plusieurs des enjeux de la présente journée d’étude.

Marquer son église : le titre emprunte celui de l’ouvrage collectif Marquer la ville[1]. Il s’agit ici de s’intéresser aux membres, masculins ou féminins, de la haute aristocratie (princes et princesses laïcs, grands ecclésiastiques ; leurs entourages) et des grandes familles féodales, pour cerner la manière dont ils s’impliquent dans les collégiales qu’ils fondent ou dont ils héritent. Les fondations seigneuriales peuvent être prises en compte, à titre de comparaison.

De la fondation de la chapelle palatine d’Aix-la-Chapelle au début du IXe siècle, à l’inhumation de Louis XI à Notre-Dame de Cléry-Saint-André (1483), les collégiales séculières ont été de véritables écrins permettant d’inscrire le pouvoir des princes dans la durée. La réforme grégorienne puis le renouvellement du pouvoir princier à la fin du Moyen Âge ont eu un rôle dans l’évolution des fondations de collégiales par les grands, dans le royaume de France comme ailleurs en Europe.

Plusieurs axes d’études sont proposés :

Axe n° 1. La présence du prince en sa collégiale : corps et âme

La présence des princes, de leur vivant ou après leur mort, se lit matériellement dans les collégiales qu’ils ont fondées ou dont ils héritent. Il conviendra de s’interroger sur les espaces et objets qui signalent cette présence : garde par les chanoines ou dépôt dans la collégiale du trésor ou de la bibliothèque du prince ; tribune, galerie ou place réservée dans la nef ou au chœur ; itinéraires exclusifs ou circulations organisées pour le prince jusqu’à sa collégiale ou à l’intérieur de celle-ci ; présence du tombeau du fondateur (nécropoles dynastiques ou choix individuels), le prince associant ainsi sa memoria à celle de la communauté canoniale. Cette présence du fondateur en sa collégiale se lit aussi sur le plan spirituel, en particulier dans le fonctionnement liturgique : de son vivant, il a pu fonder des messes, des chapellenies ou faire des donations pieuses ; pour assurer son salut et celui de ses successeurs, il a pu fonder son anniversaire ou inscrire la communauté canoniale dans son testament. Une comparaison de ces manifestations avec les pratiques des princes dans d’autres types d’établissements religieux est envisageable, pour mesurer s’il y a ou non une particularité des collégiales séculières dans l’accueil de la dévotion des princes et l’évolution chronologique de celle-là.

Axe n° 2. Les traces matérielles d’une fonction administrative

Les liens entre chapitres séculiers et chancelleries, la manière dont les premiers ont servi de viviers d’agents des politiques princières, les carrières politiques des chanoines, le recrutement de ces derniers dans certains lignages pour conforter des fidélités, les formes actives de participation des chanoines à des tâches profanes, sont des thèmes qui ont été déjà bien étudiés. Au-delà du bâtiment ecclésial, nous nous intéresserons ici exclusivement aux traces matérielles des fonctions administratives assignées par les princes à certaines collégiales séculières (dépôt d’archives, scriptorium ou bureau d’écriture, etc.).

Axe n° 3. Réappropriation ou captation d’une collégiale : enjeux politiques et dimension symbolique

Parmi les traces matérielles, certaines affectent une dimension plus particulièrement emblématique. Les princes ont en effet parfois marqué de leur empreinte leurs collégiales, qu’ils pouvaient considérer comme leur propriété, à travers un programme emblématique (présence de leurs armoiries, commande de stalles ou d’aumusses à leur effigie, choix du mobilier liturgique, etc.). L’enjeu était peut-être plus important encore lorsque ces collégiales étaient inscrites en zones de confins ou dans un contexte de conflits. Comment ont agi les princes avec des collégiales ainsi marquées, situées dans des territoires qu’ils venaient de récupérer, par le jeu des successions, des transferts de dynastie ou des entreprises militaires ? Dans une logique de compétition, ont-ils effacé la présence symbolique de leurs devanciers ou rivaux dans les collégiales que ces derniers avaient fondées ? Il s’agit aussi de cerner la manière dont les princes associent leur renommée à celle d’un édifice prestigieux par son ancienneté et par la popularité du saint auquel il est lié, voire de questionner leur rôle dans l’identité même d’une collégiale, dans le cas du changement de dédicace.

Axe n° 4. « Acter » l’appartenance : indices diplomatiques

Les différents axes sont nourris par les sources diplomatiques, qui méritent d’être étudiées en elles-mêmes et dans le contexte qui leur a donné naissance (on peut songer ici au rôle du claustrum comme lieu d’écriture des actes). D’abord, l’analyse des actes de fondation permet de mieux cerner la manière dont les princes ont parfois pu revendiquer la paternité ou au moins le patronage de leur collégiale : choix du préambule et dimension politique, religieuse ou symbolique de celui-ci ; mise en scène de la fondation ou discours à son propos dans l’exposé ; plus généralement, tous les éléments qui insistent sur l’implication du prince. Ensuite, nous pouvons étudier la manière dont le prince parle de ses collégiales dans les actes dont il est l’auteur. Enfin, les chartes, notamment celles qui émanent des chancelleries princières, et en particulier leurs dates de lieu, peuvent permettre de documenter la présence réelle des princes dans leurs collégiales : les collégiales séculières ont pu être le cadre de certaines actions juridiques, alors même que leurs membres n’en n’étaient pas toujours partie prenante.

Modalités de soumission

L’appel s’adresse en priorité aux historien(ne)s, historien(ne)s de l’art, archéologues. Les communications, d’une durée maximale de vingt-cinq minutes, seront suivies d’un temps de discussion. Les propositions de communication, comportant entre 3 000 et 4 000 caractères (espaces compris), accompagnées d’une courte biographie précisant affiliations et dernières publications, seront à envoyer avant le 30 novembre 2020 aux organisateurs : Thomas Lacomme (EPHE/SAPRAT, thomas.lacomme@parisnanterre.fr) et Ewen Thual (U. Limoges/CRIHAM, ewen.thual@etu.unilim.fr).

Comité scientifique

  • Brigitte Boissavit-Camus (U. Nanterre/ARSCAN)
  • Murielle Gaude-Ferragu (U. Sorbonne Paris Nord/Pléiade)
  • Laurent Hablot (EPHE/SAPRAT)
  • Anne Massoni (U. Limoges/CRIHAM), Brigitte Meijns (KU Leuven) 
  • Laurent Morelle (EPHE/SAPRAT)
  • Éric Sparhubert (U. Limoges/CRIHAM).

Notes

[1] P. Boucheron, J.-Ph. Genet (dir.), Marquer la ville : signes, traces, empreintes du pouvoir, XIIIe-XVIe siècle : actes de la conférence organisée à Rome en 2009 par le LAMOP en collaboration avec l’École française de Rome, Paris-Rome, Publications de la Sorbonne-École française de Rome, 2013.

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] L’absence au Moyen âge (limite : 15 déc. 2020)

Journées doctorales internationales du CESCM (Université de Poitiers, France) – 8 et 9 Avril 2021

Le centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers associé à l’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première modernité de l’Université de Liège et au Centre for Medieval Literature des Universités de York et du Danemark du Sud (Odense), organise le deuxième volet des rencontres doctorales internationales.

Le premier volet de ces rencontres s’est tenu à Liège en février 2020 autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles), le deuxième volet se tiendra à Poitiers autour du thème « L’absence au Moyen Âge » les 8 et 9 avril 2021. Le troisième volet aura lieu à York.

Argumentaire

« Car tout dépérit en ce monde ; tout est sujet à la défaillance et à la mort. Ainsi elles ne sont pas plutôt nées, qu’elles tendent en croissant à un être plus parfait ; et plus elles se hâtent d’être plus parfaitement tout ce qu’elles sauraient être, plus elles se hâtent de n’être plus. » Saint Augustin, pleurant la disparition de son ami, prend conscience du caractère éphémère du monde terrestre : chaque chose s’achemine vers sa propre disparition. Sa souffrance face à l’absence de l’être aimé, écrit-il, est proportionnelle à son désir de le garder à ses côtés.

L’absence n’est, en effet, perceptible que pour l’individu conscient de la déficience qu’elle induit. Elle se distingue en cela du néant. En prenant la forme d’une carence, l’absence implique nécessairement le concept de temporalité. Ressentir l’absence revient à entretenir un souvenir, autant qu’un désir. L’absence fait appel à la mémoire et à l’affect, à la nostalgie. En retour, la conscience d’une présence est révélée par l’éventualité de l’absence.

Le thème de l’absence sera au cœur de ces journées d’études. La notion d’absence est effectivement au fondement de toute science historique ; le principe de l’histoire est de mettre en lumière la présence derrière le manque. L’absence pourra d’abord être considérée comme celle à laquelle se confronte le médiéviste. Si les sources sont le fondement de son raisonnement, la prise en considération de leur absence est le garde-fou de son travail. Plus que les sources elles-mêmes, qui ont pu subir des modifications, des suppressions ou ont simplement été perdues avec le temps, leur défaut peut s’avérer révélateur pour le chercheur.

Au-delà de la méthode, l’objet d’étude du médiéviste fait la part belle à la notion d’absence. Cette dernière est le moteur de la société médiévale. Du latin abstentia à son apparition dans le vocabulaire français au début du XIIIe siècle, le terme « absence » se définit par contraste : elle signifie littéralement « la non-présence »[1]. Il est appliqué à l’absence physique d’une personne, mais peut aussi incarner un manque plus abstrait[2]. Questionner la notion d’absence, revient à interroger l’Homme – son être, ses désirs, sa mémoire, ses réactions face au deuil, à la séparation comme les interrogations qui en découlent. Il s’agit également, à l’échelle de la société, de se demander de quelle manière les institutions encadrent-t-elles et comblent-t-elles les besoins dont le manque est la conséquence. La considération du concept d’absence engage, en effet, la mise en ordre des structures médiévales : le sentiment d’injustice, par exemple, motive la mise en place des institutions juridiques, la défaillance du corps entraîne le recours à la médecine, l’absence de la présence incarnée du divin rend, quant à elle, indispensable la médiation des membres de son Église.

Dans un second temps, l’absence pourra être pensée à l’échelle de l’individu. Bien souvent douloureuse quand elle concerne l’entourage, la famille ou l’être aimé, l’absence peut s’avérer féconde. Elle se révèle être un sujet d’une grande richesse dans les arts. Dire l’absence c’est aussi exalter, par contraste, un idéal. En outre, la mise en forme fictionnelle possède cette puissance de rendre l’absent présent à l’esprit. In absentia, la figure plastique ou littéraire devient le substitut allégorique de l’objet. Toutefois, l’absence ne peut être uniquement considérée comme le contre-point négatif de la présence. La pratique spirituelle en témoigne. Dans les modes de vie érémitique ou anachorétique, notamment, la volonté de « mourir au monde » des grands solitaires, mise en œuvre par une pratique intensive de l’ascèse, leur permet d’acquérir l’impassibilité propice à l’élévation spirituelle. Il s’agira, enfin, de réfléchir sur la manière dont les médiévaux ont chercher à pallier ou à exacerber l’absence à travers des modes de pensée et de représentation divers. Comment, par exemple, dire et représenter le principe divin ? Face au constat de l’absence de sa connaissance parfaite, porté notamment par la théologie apophatique, la mise en place du culte des reliques et la figuration de signum (alphabétique et iconique) de la présence divine sont autant de moyens mis en œuvre en réponse au sentiment humain d’absence.

En somme, le thème de l’absence permettra, nous espérons, d’aborder sous un regard nouveau des domaines aussi divers qu’essentiels de la société médiévale : la théologie et la philosophie mais aussi la pratique artistique, politique, judicaire ou familiale. Parce que le concept d’absence embrasse toutes les sphères de la vie humaine, il n’existe pas de travail de recherche dédié spécifiquement à cet objet d’étude. Il a pourtant été abordé en filigrane par de nombreux médiévistes. Parmi ceux-là peuvent être cités Claude Gauvard, dans le domaine judiciaire, Martin Aurell et Barbara Hanawalt, concernant la parenté, André Vauchez et Peter Brown, à propos de la sainteté, Michel Zink et Herbert Kessler, relativement à la création médiévale, ou encore Alain de Libera et Olivier Boulnois, au sujet des implications théologiques de la notion.

Au cours de ces journées, les communications chercheront à explorer la notion d’absence au Moyen Âge. Ce colloque, résolument pluridisciplinaire, sera l’occasion d’explorer et de discuter son influence centrale sur la culture médiévale. Il est largement ouvert aux chercheurs en histoire, histoire des textes et de la littérature, histoire de l’art et des images, philosophie, anthropologie, archéologie, sociologie etc.

Les propositions devront s’insérer dans les axes suivants :

1. Le médiéviste face à l’absence

  • La trace :  les mots ou les objets manquants, les sources perdues, les objets périssables, le fragment
  • L’expression de l’absence : l’ellipse, le raccourci, la synthèse, le lexique défaillant, le vide, l’obscurité ou le blanc, le non-dit
  • L’absence volontaire : l’usage de faux, l’effacement, la destruction délibérée, l’iconoclasme
  • L’enquête, la quête, l’inaccessible, l’implicite

2. L’absence dans le domaine judiciaire et politique : 

  • La législation face à l’absent
  • Le jugement par contumace
  • L’exil et le bannissement en absence imposée
  • Les réactions face à l’absence du pouvoir politique
  • Les manques de la société : famines, soulèvements populaires

3. L’expérience de l’absence :

  • Les liens familiaux défaillants : abandons, infanticides, divorce, séparation de corps
  • Le défaut ou la départie de l’être aimé
  • La mort de l’être cher et son deuil
  • L’attente, la fuite, l’expérience du vide, le mystère amoureux

4. L’absence de foi :

  • L’athéisme et l’hérésie
  • La déloyauté, l’infidélité et la félonie dans les relations féodales

5. L’absence désirée :

  • La perfection (l’absence d’erreurs)
  • L’ascétisme (le monachisme, l’érémitisme et l’anachorétisme, la pauvreté volontaire, le renoncement, la solitude)
  • Pratique de l’absence : le silence, le jeune, la privation, le mutisme

6. Dire/pallier l’absence :

  • La matérialisation et le contournement de l’absence dans le processus de création littéraire et plastique (les transferts culturels, la translatio, la figuration de l’altérité) ainsi que le théâtre (l’absence ludique, le simulacre)
  • L’articulation entre la fiction et la réalité (querelle des universaux, débats sur le réalisme eucharistique, rhétorique de l’absence)
  • Penser le concept d’absence : la théologie apophatique, le mal contre absence de bien, les enjeux du mystère dans la théologie et la pratique liturgique, la description de « l’ineffable »
  • La substitution : le culte des reliques, les signes de la présence divine, les miracles

Les communications d’une durée de vingt minutes pourront être présentées en français ou en anglais.

Modalités pratiques 

Les propositions des doctorant.e.s sont attendues pour le 15 décembre 2020, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à colloque-absence@protonmail.com en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant.e et celles du/de la directeur.rice de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse,  un CV, l’intitulé de la communication, et un résumé de la communication d’une page maximum, seront suivie d’une courte bibliographie indicative. Les doctorant.e.s seront informé.e.s des résultats de la sélection le 15 janvier 2021.

A l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’événement se déroulera les 8 et 9 Avril 2021 au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers. Le CESCM offrira des déjeuners et les pauses cafés des deux journées. Les frais relatifs au transport et à l’hébergement seront en revanche à charge des participant.e.s. ou de leurs laboratoires.

Comité organisateur : Corinne Lamour, Emilie Margaix, Cécile Maruéjouls, Elise Vernerey.

Source: CESM via DÎWÂN 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Journée d’étude] Les médiévistes face à la documentation des érudits modernes : méthodes et enjeux, 5-6 oct. 2020, Université Bordeaux Montaigne

Organisateur(s)

Delmulle Jérémy, Morvan Haude (univ. Bordeaux)

Les spécialistes qui travaillent sur les mondes anciens et médiévaux, qu’ils soient historiens, philologues, historiens de l’art, archéologues ou épigraphistes, sont souvent amenés à utiliser des sources de l’époque moderne. En effet, les érudits des XVIIe-XVIIIe siècles ont été un maillon fondamental dans la transmission de connaissances sur les textes et les monuments. Ces sources doivent cependant être utilisées de manière critique, en pénétrant en profondeur les enjeux et les méthodes de leurs auteurs. Si l’histoire se constitue en véritable science au XVIIe siècle, affranchie de la répétition des auctoritates et appuyée sur un certain nombre de sciences auxiliaires (diplomatique, paléographie, codicologie, héraldique, épigraphie, numismatique), elle n’en reste pas moins liée à un contexte religieux, politique, culturel et intellectuel qu’il convient de connaître de manière plus fine.

Ces journées d’études interdisciplinaires, qui constituent le second volet d’une première rencontre organisée en 2019 à l’IRHT, visent à interroger l’apport des sources modernes, manuscrites et imprimées, pour la recherche, la collecte, l’analyse et l’édition de témoignages scripturaires et matériels de la culture médiévale, témoignages dont les originaux peuvent avoir depuis disparu ou avoir été mutilés. Cette rencontre est l’occasion de questionner les différentes méthodes qu’il convient d’adopter dans l’utilisation de cette documentation.

Dates :

05/10/2020 – 13:30

06/10/2020 – 09:30

Lieux :

Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine

Salle Jean Borde

Université Bordeaux Montaigne

10 Espl. des Antilles, 33607 Pessac

Programme de la journée d’étude

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journées d’étude] Les médiévistes face à la documentation des érudits modernes : méthodes et enjeux (5-6 oct. 2020)

Organisation: Haude Morvan (Univ. de Bordeaux) et Jérémy Delmulle (IRHT)

Les spécialistes qui travaillent sur les mondes anciens et médiévaux, qu’ils soient historiens, philologues, historiens de l’art, archéologues ou épigraphistes, sont souvent amenés à utiliser des sources de l’époque moderne. En effet, les érudits des XVIIe-XVIIIe siècles ont été un maillon fondamental dans la transmission de connaissances sur les textes et les monuments. Ces sources doivent cependant être utilisées de manière critique, en pénétrant en profondeur les enjeux et les méthodes de leurs auteurs. Si l’histoire se constitue en véritable science au XVIIe siècle, affranchie de la répétition des auctoritates et appuyée sur un certain nombre de sciences auxiliaires (diplomatique, paléographie, codicologie, héraldique, épigraphie, numismatique), elle n’en reste pas moins liée à un contexte religieux, politique, culturel et intellectuel qu’il convient de connaître de manière plus fine.

Ces journées d’études interdisciplinaires, qui constituent le second volet d’une première rencontre organisée en 2019 à l’IRHT, visent à interroger l’apport des sources modernes, manuscrites et imprimées, pour la recherche, la collecte, l’analyse et l’édition de témoignages scripturaires et matériels de la culture médiévale, témoignages dont les originaux peuvent avoir depuis disparu ou avoir été mutilés. Cette rencontre est l’occasion de questionner les différentes méthodes qu’il convient d’adopter dans l’utilisation de cette documentation.

Programme à consulter sur le site de l’IRHT

Date: 5 et 6 octobre 2020

Lieu: Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, Salle Jean Borde, Université Bordeaux Montaigne, 10 Espl. des Antilles, 33607 Pessac

Contact: haude.morvan@u-bordeaux-montaigne.fr

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] Yann Potin, Trésor, écrits, pouvoirs. Archives et bibliothèques d’État en France à la fin du Moyen Âge, Paris, CNRS

Les pouvoirs de l’écrit dans la société médiévale ne reposent pas seulement sur la capacité des institutions à le produire ou à le diffuser. Le cas particulier du royaume de France et de son État en gestation à la fin du Moyen Âge manifeste un rapport singulier à la conservation des supports et des valeurs de l’écrit dans des espaces réservés et situés au cœur des Palais et qui forment autant de « trésors ». La localisation de ces dépôts structure l’espace et la dynamique de centralisation du pouvoir capétien et assure indirectement, par leur inscription dans les espaces urbains, une présence et un pouvoir de l’écrit bien plus large : la visibilité indirecte des trésors d’écritures. Ces « trésors » de titres, de chartes, de manuscrits informent la « sapience » d’un souverain qui pose ainsi les fondements d’une « science de l’État ».
Cet ouvrage rassemble un certain nombre d’études singulières sur le Trésor des chartes entre le XIIIe et le XVIe siècle, et la librairie royale, dite « de Charles V », entre son installation au Louvre en 1368 et sa dispersion au début du XVe siècle. Ces travaux sont précédés de textes généraux sur la question du statut de la fonction politique et symbolique de la thésaurisation royale.

Informations : https://www.cnrseditions.fr/catalogue/histoire/tresor-ecrits-pouvoirs/

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] La fabrique des récits médiévaux (XIIIe-XVIe siècles) (lim. 20 nov. 2020)

Bordeaux – Boulogne-sur-Mer, 12 mai 2021 et 11 février 2022
Université Bordeaux Montaigne, UR 4593 CLARE Université Littoral Côte d’Opale, UR 4030 HLLI
Organisatrices : Grace BAILLET, Priscilla MOURGUES

Cette manifestation scientifique répartie sur deux journées les 12 mai 2021 et 11 février 2022 proposera une réflexion sur la fabrique du texte médiéval, sa matérialité et l’évolution des procédés de mise en forme du XIIIe siècle au XVIe siècle en se fondant sur différents types de récit. Dans le cadre d’autres réflexions, des chercheurs se sont attelés à analyser les techniques d’écriture dans les récits médiévaux et ont appréhendé ces textes pour comprendre les modalités de transmission et de diffusion de la culture française. Pour aborder cette thématique sous un angle plus neuf, dans une double perspective, diachronique et comparatiste, nous envisagerons de sonder la structuration des récits médiévaux classiques et tardifs en laissant de côté les problèmes que peut rencontrer l’éditeur actuel lors de l’élaboration d’une édition critique pour mieux nous concentrer sur le texte dans son époque.

Argumentaire :

Les recherches menées sur les récits médiévaux et leur élaboration ont bien souvent permis d’éclairer l’esthétique et les divers enjeux, poétiques, littéraires et historiques, subordonnés à la tradition de ces textes. Déjà dans les années 1970, Paul Zumthor adoptait dans son Essai de poétique médiévale un point de vue formaliste en décrivant et en analysant par la forme des modèles d’écriture. À la même époque, le théoricien du langage Henri Meschonnic esquissait la notion de « forme-sens » en avançant l’idée que l’œuvre crée sa propre forme. Ce concept sera repris quelques décennies plus tard dans le domaine des études médiévales et développé dans les travaux de Danièle James-Raoul, notamment dans « Forme-sens : du legs de la tradition à la modernité créatrice » (2002), dans la mesure où celui-ci permet d’envisager le sens des textes médiévaux, en particulier la matière arthurienne, à partir de la forme qu’ils adoptent. Ce constat prouve le besoin d’inscrire le texte dans une forme pour mieux l’éprouver. D’autres études de ce début du XXIe siècle ont tendu à présenter les textes dans une structure. En 2001, Alberto Varvaro s’interrogeait ainsi sur l’« Élaboration des textes et modalités du récit dans la littérature française médiévale » pour comprendre le mélange des genres dans les manuscrits des XIIe et XIIIe siècles et la mouvance des textes narratifs. Dans une perspective plus générale, en 2008, Pierre Chastang, dans son article sur « L’archéologie du texte médiéval », définit deux niveaux d’études complémentaires du texte pour mieux le contextualiser : le premier stade est la restitution d’une stratification textuelle grâce à l’examen du manuscrit ; le second est la nécessité de « situer le matériel dans son environnement1 ». Sans toutefois sonder les procédés de mise en forme du récit lui-même, de telles données abordent de plus en plus la notion de structure et démontrent l’intérêt de repositionner le matériel dans son époque. Par ailleurs, la multiplication des manifestations scientifiques de la dernière décennie témoigne une fois encore du désir de saisir avec exactitude l’esthétique et les techniques d’écriture à une époque définie. Nous songeons, entre autres, aux nombreuses contributions de Maria Colombo Timelli sur les mises en prose et aux manifestations qui furent consacrées à ce phénomène (Mettre en prose aux XIVe et XVIe siècles) en combinant des approches diversifiées sur le sujet (linguistiques, philologiques, littéraires, etc.). Nous pensons également aux études qui, dans un but similaire d’approfondissement, se concentrent plus spécifiquement sur l’art de la mise en prose dans un atelier localisé, tel celui du Maître de Wavrin, qui a fait l’objet d’un ouvrage collectif, L’Art du récit à la cour de Bourgogne, coordonné par Jean Devaux et Matthieu Marchal (2018). Dans la lignée de ces manifestations, des journées d’étude et colloques ont prolongé la réflexion en interrogeant la transmission et la diffusion de ce fonds littéraire médiéval au tournant de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance, en lien avec le changement de média que constituent les premiers imprimés (Les premiers imprimés français et la littérature de Bourgogne (1470-1550), colloque organisé en 2015 par Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou à l’Université du Littoral). Ce regard renforcé sur ces œuvres, manuscrites et imprimées, a contribué également à enrichir le domaine de l’édition critique actuelle en exposant les potentialités que ces deux types de témoins peuvent offrir pour soulever les difficultés qu’implique l’élaboration d’une édition (L’édition des textes médiévaux de langue française et les imprimés anciens, journée d’étude, 2016). Nous remarquons dès lors que l’étude du texte médiéval est souvent subordonnée au travail

de l’éditeur actuel sans que soit considérée pour autant la matérialité du texte replacé dans son époque. D’une part, à notre connaissance, excepté quelques articles qui analysent et qui approfondissent à certains égards la question des procédés de structuration des récits médiévaux, il n’existe pas d’ouvrage de synthèse ou de collectif se consacrant uniquement à cette thématique. D’autre part, il peut être intéressant d’examiner cette problématique sur la longue durée, sans se borner au traditionnel tournant des XVe et XVIe siècles et sans non plus exclure cette période, pour pouvoir établir des passerelles entre les différentes époques. Ainsi ce projet, « La Fabrique des récits médiévaux (XIIIe-XVIe siècles) », peut venir à l’appui des recherches amorcées depuis les années 2000 en les complétant et en les éclairant sous des angles moins étudiés. Afin de pouvoir combiner plusieurs types d’approches (littéraire, historiographique, paléographique, etc.) et d’avoir un panel représentatif de récits médiévaux, en vers ou en prose, au fil des siècles, pour examen, nous optons pour le corpus suivant : les chroniques, les romans, les récits de voyage, les récits hagiographiques, les mises en prose, les récits brefs et les nouvelles.

Axes de recherches

Pour analyser les processus de structuration des récits médiévaux et leur évolution du XIIIe siècle au XVIe siècle, les pistes d’exploitation proposées ci-dessous s’articuleront autour de l’étude de la macrostructure et de la microstructure des textes : la composition d’un recueil, la dispositio du texte, les épisodes, la mise en page, les rubriques, les colonnes, les paragraphes, les miniatures, les bois, les sauts, les blancs, les différents marqueurs du texte, la ponctuation, etc.

Axe 1 – Identification et analyse de procédés de structuration Le repérage de procédés de structuration à petite et grande échelles dans les manuscrits et dans les imprimés permettra de déceler ce qui appartient spécifiquement ou non à une époque ou encore de définir ce qui relève d’une catégorie de texte (par exemple, l’écriture sous forme d’épisode dans les récits brefs). Ainsi on pourra analyser les principes qui s’installent. Par ailleurs, on pourra s’intéresser aux normes des œuvres fabriquées dans un même atelier et milieu culturel pour définir des pratiques spécifiques ou originales de mise en forme et pour en comprendre les particularités.

Axe 2 – La question de la frontière générique par la forme Pour compléter le premier axe, il s’agira de croiser les techniques appliquées à différentes catégories de textes. Si l’on songe, par exemple, à la question de la mise en recueil, certains manuscrits ou imprimés regroupent parfois des textes assez différents. La présentation matérielle de récits de même catégorie possédant des caractéristiques communes ou au contraire très variées peut également être examinée. Les réflexions sur un corpus constitué de récits du même genre, envisagés sur une longue période peuvent aussi apporter des compléments à cette question.

Axe 3 – L’adoption d’usages et de réflexes de structuration et les écarts Pour pouvoir mesurer l’écart de normes entre les récits médiévaux, on pourra s’interroger sur les réflexes adoptés au cours des processus d’écriture, de mises en forme et de structuration : ces gestes sont-ils comparables ou existe-t-il un fossé entre deux époques bien distinctes ? Doit-on les évaluer sur le même plan ? Les usages sont-ils toujours respectés ? Dans quelles conditions ? De même, ces questions peuvent se poser pour des productions créées à des périodes moins éloignées dans le temps, voire composées au même siècle

Si l’on pense également à la question des formats manuscrit et imprimé, il peut être intéressant de comparer les pratiques structurelles pour la composition d’une même histoire, que ce soit pour une tradition uniquement manuscrite, pour une tradition transmise par les seuls imprimés ou pour une transmission mixte du récit, pour évaluer le degré d’aménagement et pour en saisir les raisons.

Axe 4 – Les effets de l’évolution des pratiques Enfin, pour parfaire les trois axes précédents, il convient d’observer les impacts et effets que peut produire l’évolution des pratiques de mise en forme lors de la fabrique du texte. Ces observations peuvent se situer au niveau de la diffusion. Pour quelles raisons un texte est-il fondu dans une forme déterminée ? Les constats peuvent aussi s’effectuer à partir de la réception des structures des récits médiévaux par les contemporains de ces textes. Quelles sont les conséquences de l’accès de plus en plus large au livre et à l’écrit ? Quelles perceptions sont décelables à la lecture d’un récit sous une forme nouvelle ? Cela entraîne-t-il de nouvelles pratiques de lecture ? Dans une époque donnée, quels ont été les effets des transformations des pratiques de lecture sur l’écriture et la structuration des récits ? En outre, l’attention peut aussi se porter sur le rapport à la matérialité du texte du point de vue de l’auteur et du lecteur. Si l’on songe au système de balisage des textes, au rôle structurant des images qui insinue un dialogue texte-image dans la page ou encore aux indices textuels laissés par l’auteur pour son lecteur, un commerce lie de manière certaine le lecteur à son livre et à celui qui participe à sa constitution. Quels rapports peut entretenir le lecteur avec l’espace du livre ? Comment est-il sollicité ? Comment le livre permet-il d’établir une relation de communication entre le lecteur et les divers acteurs gravitant autour de la fabrique des récits (auteur, éditeur, imprimeur, libraire) ? Le lecteur a-t-il finalement une influence sur la fabrication du produit qu’il lira et quels en sont les impacts sur la production ?

D’autres réflexions peuvent bien sûr venir étayer les quatre axes de recherche précédemment exposés.

Informations pratiques :

Les propositions de communication accompagnées d’un argumentaire d’une dizaine de lignes et d’un bref curriculum vitae sont à envoyer aux organisatrices avant le 20 novembre 2020.

Grace BAILLET, ulcogracebaillet@gmail.com Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Comité scientifique :
Maria COLOMBO TIMELLI, Professeur à l’Università degli Studi di Milano, Langue et littérature françaises du Moyen Âge
Jean DEVAUX, Professeur à l’Université du Littoral Côte d’Opale, Littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance
Nadine HENRARD, Professeur à l’Université de Liège, Littérature française du Moyen Âge
Danièle JAMES-RAOUL, Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, Langue et littérature du Moyen Âge

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts