[Parution] C. Pierreville (dir.), « Renart le Contrefait, d’après le manuscrit BNF fr. 1630 », Paris, Honoré Champion, 2020, 2 vol., 1380 p.

Édition critique sous la direction de C. Pierreville, en collaboration avec R. Bellon, M. Bonansea, C. Lachet, M. Le Person, L. Louison et M. Possamaï

Roman encyclopédique rassemblant les savoirs d’un érudit du XIVe siècle, oeuvre reliquaire destinée à l’édification, Renart le contrefait est l’ultime épigone que le Moyen Âge ait donné au Roman de Renart. Son auteur, un clerc anonyme chassé des ordres pour bigamie, réécrit diverses aventures du goupil afin d’enseigner à ses lecteurs la voie étroite permettant d’utiliser l’art de Renart sans pour autant perdre son âme. Comme dans d’autres récits tardifs, le goupil incarne le mal qui ronge ce siècle, le modèle de ce qu’un preudhomme doit éviter, félonie, orgueil, luxure et gloutonnerie. Mais de manière plus inédite, il lui arrive de brider ses instincts animaux et d’obéir à la Raison. Il devient alors un exemple de la prudence et de la persévérance à suivre si l’on veut déjouer les coups du sort et les assauts de la Fortune, un miroir auquel s’identifier, une figure de l’auteur et du romancier. Le manuscrit BnF français 1630, qui conserve la première version de l’oeuvre, composée entre 1320 et 1327, n’avait encore jamais été édité en intégralité et n’était connu que par des extraits. La présente édition cherche à rendre justice au talent et aux mérites de ce clerc champenois injustement méconnu, tout en s’efforçant d’identifier les multiples textes dont s’est nourrie sa création.

Table des matières : ici

 
Renart le Contrefait, d’après le manuscrit BNF fr. 1630, éd. C. Pierreville, en collaboration avec R. Bellon, M. Bonansea, C. Lachet, M. Le Person, L. Louison et M. Possamaï, Paris, Honoré Champion, 2020 (Classiques français du Moyen Âge, 192). 2 vol., 1380 p. ISBN : 9782745353900. Prix : 92,90 euros.
 
 

Source: Honoré Champion via RMBLF

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Naïs Virenque (org.), “Qu’est-ce qu’un diagramme ? Pour une théorie iconologique, esthétique et sémiotique des figures diagrammatiques”, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, décembre 2020-juin 2022

De décembre 2020 à juin 2022, se tiendra le séminaire intitulé “Qu’est-ce qu’un diagramme ? Pour une théorie iconologique, esthétique et sémiotique des figures diagrammatiques” à l’Université Catholique de Louvain. Ce séminaire, dont vous trouverez le programme en pièce jointe, est organisé par Naïs Virenque et sera accessible en co-modalité présentielle et distancielle.
 
La première séance aura lieu le 10 décembre de 14h à 16h dans les locaux de l’Université Catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve (salle Socrate 42).
 
Les restrictions sanitaires actuelles nous contraignent à demander aux participants (qu’ils participent en présentiel ou en distanciel) de s’inscrire en ligne via le formulaire suivant : https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/gemca/evenements/diagramme-1.html. Cette inscription nous permettra d’organiser la salle en fonction du nombre de participants afin de respecter la distanciation sociale.
 
 
Source : Naïs Virenque
 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Tony Hunt et Stefano Rapisarda (éd.), Anglo-Norman Chiromancies, Paris, Classiques Garnier, 2020, 103 p.

Anglo-Norman Chiromancies

Résumé

Au milieu du XIIe siècle, de nouvelles techniques de divination apparaissent en Occident, dont l’une connaîtra un succès éclatant : la chiromancie. Comme pour d’autres pratiques divinatoires utilisées au Moyen Âge, la cour anglo-normande était l’un des principaux carrefours de sa diffusion.

Source : Classiques Garnier

Sommaire disponible sur le site de l’éditeur

 

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] François Blary et Jean-Pierre Gély (dir.), Ressources et construction : la transmission des savoirs sur les chantiers, Actes du 143e congrès du CTHS, Paris, 2018, “la transmission des savoirs”, CTHS, édition électronique

Cet ouvrage est disponible sur la plate-forme de livres en sciences humaines et sociales OpenEdition Books.

Présentation et sommaire de l’ouvrage sur le site de l’éditeur, le CTHS

Source : CTHS

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Patrick Louvier (dir.), Le Languedoc et la mer (XIVe-XXIe siècle), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2020, nouvelle édition, 316 p.

Le Languedoc et la mer (XIVe - XXIe siècle) Nouvelle édition

Présentation

Publié vingt ans après le dernier grand travail d’ensemble sur cette question, cet ouvrage envisage pour les périodes moderne et contemporaine l’histoire maritime et littorale du Languedoc sous trois aspects : politique, économique et stratégique. Poursuivant les pistes ouvertes par d’illustres prédécesseurs comme Louis Dermigny, ce livre expose la complexité et la richesse des liens anciens et jamais rompus entre le littoral languedocien, son arrière-pays et les espaces maritimes, proches et lointains, d’une province longtemps vue par les élites savantes, régionales et nationales, comme réfractaire à la mer.

Enrichie de deux contributions inédites, portant sur l’occupation des côtes et leur exploitation aux époques médiévale et moderne, cette seconde édition du Languedoc et la mer a permis de mettre à jour et de compléter l’appareil bibliographique de cette étude « revue et augmentée ».

Source : Presses universitaires de la Méditerranée

Sommaire disponible sur le site de l’éditeur

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] Atelier de jeunes chercheurs internationaux, “Ventes, échanges, mutations… De la reconfiguration des maisons entre juifs et chrétiens (XIIe-XVIIe siècles)”, Perpignan, 20-21 janvier 2021 [Date limite propositions : 30 novembre 2020]

Présentation

Le 20 et le 21 janvier 2021, l’équipe de la Nouvelle Gallia-Germania Judaica et l’université de Perpignan en coopération avec l’Institut historique allemand de Paris organiseront un atelier de jeunes chercheurs internationaux. La rencontre de 2021 se consacrera au sujet de Ventes, échanges, mutations… De la reconfiguration des maisons entre juifs et chrétiens (XIIe-XVIIe siècles)

Organisation

Claude Denjean (Université de Perpignan)
Johannes Heil/Imen Ben Temelliste (Hochschule für Jüdische Studien Heidelberg/Nouvelle Gallia-Germania Judaica, Heidelberg)
Amélie Sagasser (Institut historique allemand Paris)
Lluís To Figueras (Université de Gérone)

Enseignants chercheurs participants

Claude Denjean (Université de Perpignan), spécialiste de l’histoire de l’économie et de l’histoire des juifs médiévaux
Johannes Heil (Hochschule für Jüdische Studien Heidelberg), spécialiste d‘histoire médiévale juive
Amélie Sagasser (Institut historique allemand Paris), spécialiste de l’histoire médiévale juive
Lluís To Figueras (Université de Gérone)
Pere Verdés ( CSIC Barcelone)

Argumentaire


Le 20 et le 21 janvier 2021, l’équipe de la Nouvelle Gallia-Germania Judaica et l’université de Perpignan en coopération avec l’Institut historique allemand de Paris organiseront un atelier de jeunes chercheurs internationaux. La rencontre de 2021 se consacrera au sujet de Ventes, échanges, mutations… De la reconfiguration des maisons entre juifs et chrétiens (XIIe-XVIIe siècles)
Les historiens des relations entre juifs et chrétiens débattent depuis des années pour rendre compte avec justesse et précision de la topographie des quartiers médiévaux. Nombreux sont ceux qui contestent et nuancent la notion de ségrégation. Après avoir envisagé des différences entre normes et pratiques, il s’avère que, au-delà même de l’attention nécessaire à la chronologie de la distinction, de la séparation, des expulsions, les frontières entre communautés étaient bien plus poreuses, les rapports bien plus complexes que le laisserait penser une stricte application des statuts et des normes lus au sens littéral, parfois sans contextualisation convenable.
La définition de ghetto dans l’Italie moderne se révèle fort éloignée de la vision simplifiée qui mettrait en avant l’enfermement des juifs. Les travaux récents des historiens de l’Italie (XVIe-XIXe siècles) confortent les interrogations des médiévistes qui s’attachent à une histoire sociale, sans pour cela nier le poids de la religion. Ils les interrogent également en présentant des mécanismes et des lois dont l’origine est médiévale voire antique mais dont l’exercice diffère de la réalité antérieure au XVe siècle. L’un des points nodaux place en regard la constitution puis la vie des quartiers et le statut juridique des minorités. Les actes nommant les juifs servi, serfs du roi, paraissent concorder avec une interdiction de posséder des biens fonciers ou immeubles supposées être la loi médiévale. Cependant, une relecture des privilèges accordés aux juifs et une synthèse des nombreuses monographies et études de cas, en particulier de la Provence aux terres catalanes, majorquines, valenciennes et aragonaises, comparée aux résultats au royaume de Germanie et même en Angleterre, montrent que des généralisations et des simplifications sans précautions conduisent peut-être à des faux sens.
Pour s’approcher au plus près des réalités complexes qui conditionnaient l’existence des juifs médiévaux : leurs capacités d’habiter et leurs droits légaux, nous souhaitons procéder prudemment en analysant collectivement des dossiers de documents d’archives et en les proposant à l’interprétation de chercheurs spécialistes d’autres aires géographiques, d’autres communautés religieuses, d’autres thématiques, pour un travail interdisciplinaire attentif stimulant chaque discipline.
Le thème choisi pour cette rencontre fait suite à celui de la première rencontre de Perpignan en 2020. Il s’intègre dans une démarche plus vaste puisque notre équipe participe au colloque Quartiers et frontières (Visa pour l’image, Université de Perpignan, septembre 2020).
Nous envisagerons l’histoire des maisons proches des murailles, des maisons mitoyennes, des galeries autour d’une cour intérieure ou via privata, sans doute le vico italien, les maisons donnant sur des rues « hors le » quartier juif. Ces lieux à la fois sensibles, stratégiques, symboliques nous sont accessibles à travers des actes de mutations, de ventes, de legs… des cadastres, des documents fiscaux, des chartes de privilèges, parfois des descriptions lors de procès. La situation juridique, légale et sociale des acteurs sera examinée en lien avec la situation topographique de leurs biens ou de leur habitat. Les points de vue de l’historien et du juriste seront croisés. Il conviendra d’examiner les dossiers de sources latins, vernaculaires et hébreux.
L’atelier a pour objectif de rassembler des jeunes chercheurs internationaux travaillant sur l’histoire juive médiévale et de leur permettre de présenter leurs travaux en cours à ces sujets. La présentation de ces jeunes chercheurs de dossiers et de sources croisant des documents de nature variée, souvent dispersés, permettra d’envisager une histoire comparée des implantations juives. L’approche économique et sociale de la topographie ouvre à une approche renouvelée du peuplement : urbain versus rural, accès aux marchés et impératifs de la cacherout, tsedaka, études et institutions des universitates, quartiers et prestige social.
Les interventions en anglais et en français seront encadrées par des enseignants chercheurs internationaux spécialistes de ces aires géographiques.

Informations pratiques


Si la situation sanitaire le permet, l’atelier se fera en hybride. Les frais de voyage (train 2de classe et une nuit) des intervenants n`habitant pas à Perpignan mais qui veulent venir à Perpignan seront pris en charge.

Un résumé de 300 mots maximum pour une communication de 20 minutes en français ou en anglais, accompagné d’un court CV, pourra être envoyé à Claude Denjean (claude.denjean@univ-perp.fr) et à Imen Ben Temelliste(imen.bentemelliste@hfjs.eu) avant le 30 novembre 2020.

Source : https://www.hsozkult.de/event/id/event-93874

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Tristan Martine et Jessica Nowak (dir.), D’un regnum à un autre. La Lotharingie, un espace de l’entre-deux ? Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2020, à paraître

D'un regnum à l'autre. La Lotharingie, un espace de l'entre-deux ?

Edition bilingue français/allemand

Résumé

Ancien cœur de l’empire carolingien, la Lotharingie devint, du IXe au XIIe siècle, la marge du royaume de France ou de l’Empire germanique, qui se sont longtemps disputé cette région frontalière. Les études de ce volume sont consacrées au sud de l’espace lotharingien et principalement à ce qui allait ensuite devenir la Lorraine. Elles s’intéressent à des problématiques très diverses, des figures royales aux relations féodales, en passant par la question des papes et des évêques, ainsi que par une étude des sources à notre disposition pour étudier les particularités de cette partie septentrionale de l’ancienne Francia Media. Si la Lotharingie est un espace de l’« entre-deux », notamment d’un point de vue politique ou linguistique, elle l’est aussi historiographiquement. Ce large panorama a ainsi pour objectif de dresser un bilan des recherches les plus récentes et de favoriser le dialogue entre les chercheurs issus des deux rives du Rhin, en comparant systématiquement les perspectives des historiographies francophone et germanophone.

Sommaire

Tristan Martine et Jessika NowakLa Lotharingie : un espace de l’entre-deux historique et historiographique

Tristan Martine und Jessika NowakLotharingien: historisch und historiographisch ein Zwischenraum

Des rois et un royaume de l’entre-deux

Eva-Maria ButzDas Königtum Lothars II. im Spiegel der Gedenkbuchüberlieferung

Linda DohmenDer König und die Seinen. Ein Blick auf die Herrschaft Lothars II. im Spiegel der Urkunden


Horst Lößlein – Largiore vero hereditate indepta. Überlegungen zum Anspruch Karls
des Einfältigen auf Lotharingien


Hérold PettiauPrésences et déplacements des souverains de la Francie médiane de 843 à
 869 : contribution à l’étude de l’espace politique de Lothaire Ier et Lothaire II

Aristocratie laïque et relations féodales

Thomas WittkampDas Schicksal Hugos, Sohn Lothars II., und die Normannenpolitik der Lotharlinie


Daniel SchumacherZwischen Ost- und Westfranken: Herzog Giselbert von Lothringen

Tristan MartineLotharingische Aristokratie und territoriale Verankerung im 10. und
 11. Jahrhundert – ein frühes Raumbewusstsein?


Michel MargueL’avouerie en Lotharingie : le « moment comtal » (deuxième moitié du XIe – début du XIIe s.)


Thomas BrunnerRemarques sur le vocabulaire des relations féodo-vassaliques dans les chartes lorraines avant 1100


Evêques, abbayes et politiques ecclésiastiques

Pieter ByttebierSièges et évêques. Représentations des guerres lotharingiennes des années 980 et mémoire des conflits à Verdun


Anne WagnerLa translation de reliques par les évêques lotharingiens et leur rôle dans la constitution du diocèse


Felix SchaeferKarolingische Erinnerungsorte im regnum Lotharii. Metz und die Arnulftradition in der späten Karolingerzeit


Gordon Blennemann – Dos patronarum. Symboliques et fonctions d’églises paroissiales des abbayes de bénédictines de Metz entre le XIIe et le XIVe siècle


Sources et approches textuelles : les mots de la Lotharingie

Jens SchneiderHundertfältige Fäden? Zur Volkssprache in Lotharingien bis 1100


Thomas BauerLotharreich, Lotharingien, Lorraine, oder: Die Suche geht weiter …

Hannes EnglAspects diplomatiques des relations entre la papauté et les premiers chanoines réguliers en Lorraine (fin XIe – début XIIe siècles)


Jean-Pol EvrardÀ propos du culte de Marie-Madeleine et d’un acte de Thierry,
 évêque de Verdun


Klaus KrönertHagiographie in Lotharingien: Bilanz und Perspektiven


Tristan Martine et Jessika NowakConclusions


Tristan Martine und Jessika NowakSchlussbetrachtung


Auteurs

Résumé

Source : Lcdpu

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Compte-Rendu] Soutenance de thèse – Olivier Brisville-Fertin, « Le discours aljamiado et sa communauté »

La soutenance de la thèse d’Olivier Brisville-Fertin, intitulée « Le discours aljamiado et sa communauté », a eu lieu vendredi 4 septembre de 14h à 18h à l’ENS de Lyon, devant un jury composé de Éric Beaumatin (Président, U. Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Paris), de Nuria de Castilla (Rapporteure, EPHE-PSL, Paris), de Mercedes García-Arenal (CCHS-CSIC, Madrid), de Linda G. Jones (U. Pompeu Fabra, Barcelone), de Julie Marquer (U. Lumière-Lyon 2, Lyon) , et des deux co-directeurs, Carlos Heusch (ENS de Lyon) et Alberto Montaner (U. de Zaragoza). Mónica Castillo-Lluch de l’Université de Lausanne avait établi le second rapport préliminaire autorisant la soutenance. En raison des circonstances sanitaires, cette soutenance a eu lieu de façon multimodale, en présentiel et en virtuel, ce qui a pu poser quelques problèmes techniques qu’a su surmonter le doctorant.

Olivier Brisville-Fertin est hispaniste et travaille sur les communautés mudéjares et morisques aragonaises entre le bas Moyen Âge et le début de l’époque moderne [ndr :on parle de morisques à partir des conversions au catholicisme du premier quart du XVIe siècle], selon une approche avant tout sociolinguistique, ce qui a été le centre de son travail de Master II, qui a permis de poser les bases théoriques de son étude de l’aljamié, « produit d’activités spécifiques à un contexte d’islam minoritaire en vue d’y remplir des finalités de maintien de cadres et valeurs communautaires ». Un premier faisceau de trois hypothèses a ainsi d’abord guidé ses travaux: hypothèses sociolinguistiques, hypothèses sociopragmatiques et hypothèses d’élaborations discursive. Il est important de souligner, comme l’impétrant l’a fait, le caractère interdisciplinaire de sa thèse conjuguant philologie, histoire et sciences sociales. En effet, son projet de thèse a évolué au cours du travail du doctorat, pour intégrer pleinement des aspects philologiques et un retour indispensable au manuscrit, avec un intérêt particulier porté aux textes de prédication, méconnus jusqu’alors. Ce retour au texte primaire se matérialise par la transcription de plusieurs centaines de folios en annexes, afin de pouvoir travailler sur des textes édités selon une même norme.

La notion de communauté a été centrale dans sa réflexion : la problématique de « Comment, grâce au discours aljamiado, les Tagarins “faisaient-ils communauté” ? » guide ainsi tout le travail de thèse.

Le premier axe d’étude du candidat a été un travail double sur l’histoire de l’aljamiado et sur celle des communautés mudéjares et morisques du XIIe siècle au XVIIe siècle, pour comprendre le contexte de production des textes conservés. Ce travail fait l’objet des deux premières parties de la thèse : à la suite du « status quæstionum » initial, la deuxième partie est construite comme une synthèse de l’histoire de ces groupes qui dépasse le simple état de la recherche historique. L’émergence et la configuration des communautés mudéjares est un prérequis à la compréhension et à l’étude du discours de ces communautés. Ainsi peut-on comprendre la production manuscrite aljamiée comme une « préservation et l’établissement mudéjar d’une tradition discursive islamique, […] celui d’un cadre islamique proprement hispanique, non seulement par l’adaptation au contexte de soumission, mais aussi par le recours progressif au roman ».

La troisième partie de la thèse s’est intéressée à la relation entre codex et praxis : comment fait-on communauté à partir du discours ? Ici apparaît l’importance du personnage central de l’alfaquí, juriste et garant de la norme islamique qui prend une importance croissante au fil des siècles, en ce sens qu’il acquiert une fonction proprement communautaire par sa connaissance des textes.

La quatrième partie de la thèse une opposition entre aljamía (le roman des mudéjares et morisques) et aljamiado (la version scripturaire du premier, langue « artificiellement mixte » et discours des élites, dès lors « sociolecte propre à une catégorie de savants pour véhiculer un discours communautaire et ayant donc des aspects d’ethnolecte ».). Ainsi, « l’émergence de l’aljamiado est le résultat d’une progressive substitution linguistique de l’arabe dialectal par le roman, dont les étapes peuvent seulement être conjecturées ». L’aljamiado peut donc être décrit comme un ethnolecte (langage qui véhicule un discours communautaire) et un hiérolecte, car véhiculant un discours reliant au sacré.

Enfin, c’est à la prédication que s’est intéressé Olivier Brisville-Fertin dans la cinquième et dernière partie de sa thèse : selon trois thématiques, il a étudié comment le discours régulateur de la prédication permettait de construire les frontières de la communauté et de véhiculer un système de croyances.

Le jury a salué un travail extrêmement bien documenté et une thèse constituant un véritable apport pour la communauté scientifique : la précision dans l’utilisation des sources primaires et secondaires, ainsi que la transcription de ces dernières sont également la preuve d’une grande maîtrise des bibliothèques et des manuscrits, a-t-il été souligné. Enfin, plusieurs membres du jury ont mis en avant la grande maturité du travail d’Olivier ainsi que sa capacité de synthèse qui rendent la thèse particulièrement claire. La publication en a donc été vivement encouragée.

Le jury a suggéré plusieurs pistes d’ouverture pour la suite, tout en appuyant un travail d’édition numérique pour offrir une réelle édition des manuscrits et, bien, sûr la continuation du travail sur les sources et leur évolution.

Olivier Brisville-Fertin a été admis au grade de docteur de l’Université de Lyon et a reçu les félicitations chaleureuses du jury.

Compte-rendu rédigé par Amalia Desbrest et Matthias Gille Levenson

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Colloque] INRAP, “Archéologie des rivages: habiter le littoral de la Préhistoire aux Temps Modernes, 16-17 novembre et 20-21 novembre 2020 [En ligne]

Les 16 et 17, puis 20 et 21 novembre 2020, l’Inrap présente 

« Archéologie des rivages : habiter le littoral de la Préhistoire aux Temps modernes », en partenariat avec le musée d’Aquitaine et l’université des Antilles. Ce colloque interdisciplinaire qui clôt la saison scientifique 2020 de l’Inrap, « Archéologie de la mer », sera accessible en direct et en rediffusion sur inrap.fr

Toutes informations (programme, modalités d’écoute) sur le site de l’INRAP

Source : INRAP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] Donne e povertà nell’Europa mediterranea medievale (9-10 nov. 2021)

Colloque organisé par l’Università degli Studi di Milano – Dipartimento di Studi Storici, l’École Française de Rome, le LaMOP et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il s’inscrit dans le programme de recherche “PAUVRETÉ. Les économies de la pauvreté au Moyen Âge en Europe méditerranéenne (IXe-XVe siècles)” de l’École Français de Rome. 

Le colloque se tiendra les lundi 9 et mardi 10 novembre 2021 de façon virtuelle. Le programme est consultable ici

Pour y assister, merci de contacter maddalena.moglia@unimi.it.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Séminaire d’études médiévales ibériques 2020-2021

Programme :

7 décembre 2020
Anna Alberni (ICREA, Barcelone), Alexandra Beauchamp (Université de Limoges) et Stefano Cingolani (ERC MiMus)
Autour du programme de recherche (ERC) MiMus loculator seu Mimus. Performing Music and Poetry in Medieval Iberia.

*Vendredi 29 janvier 2021

Sylvain Piron (EHESS)
Retour sur Opicino de Canistris : famille terrestre, famille céleste.

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès)
Cartes littéraires, diagrammes, cartographies des savoirs ? (Castille, XIIIe s.).

15 février 2021
Juan Vicente García Marsilla (Universitat de Valencia) et Sandrine Victor (INU Champollion-Albi)
Que donnent à voir les chantiers urbains médiévaux ? Les chantiers catalans et valenciens comme marqueurs de contextes.

15 mars 2021
Ekaterina Novokhatko (Universitat Autònoma de Barcelona) et Fernand Peloux (CNRS, Framespa)
Martyrologes et manuscrits hagiographiques en Catalogne (IXe-XIIe s.).

12 avril 2021
Daniel König (Universität Konstanz) et Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès)
Discours sur la violence et violence du discours entre chrétienté et Islam au Moyen Âge.

10 mai 2021
Gaelle Bosseman (Université Toulouse – Jean Jaurès) et Florian Gallon (Université Toulouse – Jean Jaurès)
Édition et étude d’un florilège ascético-eschatologique annexé au Beatus de Silos (fin XIe s.).


 

Lieu: Toulouse – Campus du Mirail – UNIVERSITÉ TOULOUSE – JEAN JAURÈS – Maison de la Recherche, Salle D31

Date: le lundi* de 9h30 à 12h00


 

Source: Université de Toulouse II  via RMBLF.be

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] La récitation dans les premiers siècles de l’Islam/Reciting in the Early Islamic Empire, VIIe-IXe siècles (limite : 1er fév. 2021)

Dans le prolongement du colloque en ligne du 16-18 octobre, un appel à contribution pour des articles en arabe, français et anglais est ouvert à tous les chercheurs pour le MIDEO 37 (2022): Reciting in the early Islamic Empire à soumettre avant le February 1ˢᵗ, 2021.

Keywords

  • Qurʾānic Recitation ‒ Psalmody ‒ Orality ‒ Transmission.
  • Islam ‒ Judaism ‒ Christianity ‒ Zoroastrianism ‒ Late Antiquity and Early Islam.
  • Torah ‒ Bible ‒ Psalms ‒ Qurʾān ‒ Qaṣaṣ ‒ Poetry ‒ Prayer ‒ Rites ‒ Saǧʿ ‒ reading ‒ memorisation.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Le christianisme en Irak au tournant de l’Islam : histoire et archéologie, IFPO (lim. 28 fév. 2021)

Résumé

Une table ronde internationale organisée les 4 et 5 mai 2019 à l’université de Salahaddin (Erbil, Irak) a mis en évidence l’intérêt d’un ouvrage collectif sur la question du christianisme en Irak au tournant de l’Islam. Les Presses de l’Ifpo lancent donc un appel à contribution sur ce thème.

Argumentaire

La disparition de l’Empire perse et le repli de l’Empire byzantin suite aux conquêtes arabo-musulmanes ont entraîné pour les chrétiens des régions conquises d’importants changements institutionnels. En Irak, l’Église syro-orientale peut se développer car elle n’est plus limitée par l’empire sassanide de religion zoroastrienne. Néanmoins, il est difficile de restituer les formes qu’a pu prendre ce christianisme ancien et d’évaluer quelles modifications a pu entraîner la conquête. L’architecture des églises semble révéler une proximité de la partie nord de l’Irak avec les territoires byzantins tandis que le sud formerait un ensemble homogène avec le golfe Arabo-Persique. Des points communs semblent néanmoins apparaître entre le nord et le sud de l’Irak, par exemple dans la culture matérielle ou la présence de sépultures dans les églises, interprétées comme des reliques. Il est difficile de savoir si ces différences et ces ressemblances sont liées à des questions d’Églises, de liturgies, d’influence régionale. Depuis les fouilles de D. T. Rice à al‑Hira dans les années 30, des projets archéologiques récents ainsi que des études épigraphiques et historiques apportent des éléments nouveaux sur le devenir du christianisme au début de l’Islam en Irak.

La table ronde internationale Le christianisme en Irak au tournant de l’Islam a permis de faire un premier état des lieux des recherches, en particulier des données archéologiques. Elle a mis en exergue la continuité des formes du christianisme avant et après l’islam, le tournant de l’islam est finalement la période la mieux documentée, à la fois par l’archéologie et par les textes. L’examen de l’architecture et de la culture matérielle ne révèle aucune rupture. Les églises ne paraissent pas modifiées, les motifs des croix en stuc sont difficiles à distinguer suivant des critères chronologiques, les types céramiques se maintiennent. S’il y a rupture, elle serait plutôt à situer dans le courant du ixe siècle. Les populations conservent leur religion, leur mode de vie, leur langue pendant au moins deux siècles après les conquêtes. Ce phénomène, qui a déjà été mis en évidence en Égypte et en Syrie, doit être mieux documenté en Irak. En effet, le christianisme dans cette région est finalement très mal connu. Il apparaît à la fois nécessaire de reconsidérer les travaux anciens dont les publications sont lacunaires et de publier les premiers résultats de travaux en cours. Cette manifestation a également mis en évidence la richesse d’une approche comparatiste entre les sources : seule la confrontation de sources textuelles et archéologiques permettra de répondre à certaines questions comme celle de la liturgie des édifices religieux.

Éditeurs

Narmin Ali Amin (Université Salahaddin-Erbil)

Julie Bonnéric (Institut français du Proche-Orient)

Barbara Couturaud (Institut français du Proche-Orient)

Comité scientifique

Kayfi Ali (Direction générale des Antiquités du Kurdistan)

Françoise Briquel-Chatonnet (CNRS UMR 8167 Orient & Méditerranée)

Pauline Koetschet (Institut français du Proche-Orient/CNRS UMR 7297 CPAF)

Karel Novacek (Palacký University Olomouc)

Dominique Pieri (Ifpo/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

St John Simpson (British Museum)

Modalités de soumission

Les propositions d’articles (max. 40.000 signes espaces compris sans la bibliographie, max. 10 figures), en français, en anglais ou en arabe, devront être envoyé sous leur forme complète et définitive avec les illustrations avant le 28 février 2021 à l’adresse suivante : j.bonneric@ifporient.com.

Elles comprendront :

– le texte de l’article aux formats doc et pdf, dont la présentation devra se conformer aux règles édictées par la charte éditoriale de la BAH des Presses de l’Ifpo ;

– une bibliographie aux normes selon la même charte ;

– la liste des légendes des figures et/ou des planches ;

– les illustrations au format tif ;

– les résumés de l’article (max. 1.200 signes espaces compris), en français, en anglais et en arabe.

Les fichiers lourds (illustrations notamment) pourront être envoyés via des plateformes de téléchargement comme Dropbox ou Wetransfer.

L’obtention des droits de reproduction nécessaires, y compris sur internet, est de la responsabilité de l’auteur.

Les articles proposés seront évalués par des pairs (double aveugle) et une réponse sera donnée aux auteurs dans les trois mois suivant le dépôt de leur article. La parution du volume est prévue au premier semestre 2022.

Contacts

Narmin Ali Amin (narminaliamin@yahoo.fr)

Julie Bonnéric (j.bonneric@ifporient.com)

Barbara Couturaud (b.couturaud@ifporient.com)

Télécharger l’appel à contribution (En/Fr)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Communiqué suite à l’assassinat de Samuel Paty] Pour la liberté d’expression, matrice de l’enseignement et de la recherche

Face à l’assassinat de Samuel Paty, alors qu’il enseignait la liberté d’expression et la laïcité républicaine, Docciham réaffirme son attachement à ces principes forts qui sont consubstantiels au monde de l’enseignement et de la recherche. La diffusion d’un savoir critique, tolérant est au cœur de nos démarches d’enseignants, de chercheurs et favorise l’émancipation citoyenne et le libre arbitre face au fanatisme.

Nous relayons le communiqué commun des quatre associations d’Historiens de l’enseignement supérieur (SoPHAU, SHMESP, AHMUF, AHCESR) :

http://www.shmesp.fr/spip.php?article922

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Recrutement] Recrutement des membres à l’École des hautes études hispaniques et ibériques pour l’année 2021-2022 (lim. 20 novembre)

L’École des hautes études hispaniques et ibériques recrute des membres qui développent un projet de recherche en sciences de l’homme et de la société nécessitant un séjour prolongé en péninsule Ibérique. Ce projet peut s’inscrire aussi bien dans le cadre d’une thèse de doctorat que d’une recherche post-doctorale

 

Les candidatures sont ouvertes du mardi 13 octobre au vendredi 20 novembre 2020 à 13h (heure de Madrid)

 

Notice d’information 2021-2022

Note du conseil scientifique sur les dispositifs d’accueil

Accéder au portail de candidatures

 

Voir l’appel à candidature sur le site de la Casa de Velázquez

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts