[Appel à contribution] Fonctions des cartulaires-rouleaux : approches sociales et contextuelles d’un genre documentaire

L’existence de cartulaires en rouleaux nous interroge sur d’éventuels liens entre le choix d’une forme matérielle et de possibles fonctions spécifiques pour ces recueils. Cette troisième rencontre du projet ANR Rotulus sera l’occasion d’explorer deux des principales vocations des cartulaires-rouleaux rencontrées au cours de leur inventaire : le recours à la forme en rouleau pour constituer des dossiers relatifs à des conflits ; des usages privilégiés par les établissements monastiques, particulièrement dans le cadre des relations entre maison-mère et dépendances.

Metz, (25-26 mars 2021)

Argumentaire

La question d’un lien entre le choix d’une forme matérielle et de possibles usages ou fonctions spécifiques pour ces recueils se trouve au cœur du projet ROTULUS. D’emblée, en embrassant le corpus en cours de construction lors des opérations liées à la constitution de l’inventaire des cartulaires-rouleaux conservés en France, deux premiers constats chiffrés invite à proposer des hypothèses :

  • un premier groupe de manuscrits concerne des rouleaux réalisés pour regrouper des dossiers relatifs à des conflits.
  • de façon plus large, on constate un usage privilégié du cartulaire-rouleau dans le milieu monastique et, au sein de celui-ci, pour des dossiers relatifs à des dépendances monastiques.

Axe 1 : Rouleaux et conflits

Au regard de leur contenu, certains cartulaires copiés en rouleaux ont été identifiés comme des recueils destinés à soutenir une revendication, prouver son bon droit dans le cadre de la résolution d’un conflit, qu’il concerne la possession d’un bien, la jouissance d’un privilège, l’exercice d’un pouvoir… Cette session se propose d’explorer les multiples raisons pour lesquelles on a choisi la forme en rouleau pour recevoir des dossiers de documents relatifs à une affaire (voire même à une combinaison de plusieurs affaires), un conflit ou une situation nécessitant un effort de défense. Ces rouleaux-dossiers auraient pu répondre à plusieurs objectifs : soit constituer un dossier à usage interne, pratique à consulter, soit rassembler des documents dans la perspective d’une possible ostension (des documents que l’on veut montrer ou que l’on souhaite pouvoir éventuellement produire en justice). Répondant à ces motivations, le rouleau présentait-il assez d’avantages en termes de fabrication et d’ergonomie ? On prendra en compte la matérialité du document : taille de l’objet, support, soin apporté aux assemblages, coût supposé, possibilité de dérouler complètement le rouleau et de montrer le contenu (mise en page, élément favorisant le repérage des actes).

Se pose la question du temps de la compilation, du « moment-rouleau ». Copie-t-on les actes à l’approche d’un procès, en vue d’une nouvelle étape dans les processus de gestion des conflits ou,plutôt, peu après la victoire ou après la résolution (provisoire ou non) d’un conflit. Ensuite, le rouleau a-t-il servi ou resservi (traces de consultations, annotations ou même mises à jour) ?

On s’interrogera sur le rapport du contenu du rouleau avec le matériau en amont : originaux, mais aussi autres copies en cartulaire-codex, notamment. Le contenu du rouleau se retrouve-t-il en totalité dans un cartulaire antérieur (possible source) ou est-il intégré ensuite dans un cartulaire ? Mener cette réflexion sur la tradition des actes comme sur celle plus globale de l’ensemble du contenu du rouleau pourra révéler des scenarii complexe. Les prendre en compte est indispensable pour comprendre la genèse et les usages des compilations-dossiers dont le rouleau pourrait être une des déclinaisons matérielle à côté de la pancarte (au sens de « cartulaire-placard »). A-t-on cherché à composer des dossiers exhaustifs ou résultent-ils plutôt d’une sélection parmi les actes relatifs à un lieu, une affaire, limité à certains actes seulement considérés comme plus utiles ? Ces cartulaires-rouleaux relatifs à des conflits invitent à réfléchir à la notion de « dossier » et à préciser cette notion encore assez vague puis à s’interroger sur l’usage réel de ces « dossiers », comme de leurs différentes déclinaisons matérielles possibles, dans les mécanismes de gestion des conflits.

Comme pour toute copie, on peut s’interroger sur la valeur qu’ont pu avoir selon les époques et les espaces, les transcriptions d’actes sur des rouleaux. Le soin apporté dans le transfert des informations (respect du texte, signalement de la mise en page, des écritures ou des signes graphiques des documents originaux) témoigne-t-il en faveur d’une recherche de valeur probatoire de la transcription elle-même. La compilation dans son ensemble a-t-elle justement été validée pour conférer aux actes transcrits cette valeur probatoire potentiellement recherchée ?

Nous visons principalement les cartulaires-rouleaux, mais on pourra les mettre en perspective en les comparant à d’autres rouleaux d’archives relatifs à des conflits (vidimus contenant plusieurs actes relatifs à une affaire, enquêtes, dépositions de témoins, procédures…). En effet, dans les choix en termes de fabrication, de validation, de mise en page, les compilations en rouleaux auraient pu être influencées, à partir du milieu du XIIIe siècle au moins, par l’usage probablement plus massif des rouleaux de procédures. Par ailleurs, il arrive que des rouleaux de procédures intègrent des copies d’un ou plusieurs actes, soit insérés, soit plutôt rejetés à la fin comme en annexe (voire même que le verso d’un rouleau de procédure ait accueilli une petite compilation en appendice). Pour des époques ou des espaces où les cartulaires-rouleaux sont peu nombreux, on veillera à bien prendre en compte les autres usages « voisins » du rouleau dans l’écrit pragmatique et la gestion des biens.

En définitive, on s’interrogera sur les motivations qui ont poussé à constituer un dossier d’acte prenant la forme matérielle du rouleau, en lien avec son impact visuel, sa portabilité ou l’ergonomie de la lecture/ostension. D’autres attitudes auraient pu prévaloir notamment l’exhibition des originaux ou de copies simples. En essayant de comparer à d’autres conflits pour lesquels, il n’y a pas eu rédaction d’un petit cartulaire-rouleau, on s’interrogera sur les implications visuelles propres au rouleau. Ainsi, en transcrivant sur une unique feuille de parchemin un dossier de plusieurs actes (pancarte ou cartulaire-placard), on offrait une vision d’ensemble immédiate à l’assistance ; en revanche, un rouleau aurait permit selon sa longueur ou sa mise en page, un dévoilement plus progressif des actes transcrits.

Axe 2 : Abbayes et dépendances : des usages privilégiés du cartulaire-rouleau ?

Les établissements monastiques sont parmi les principaux commanditaires de cartulaires-rouleaux médiévaux (deux tiers environ des rouleaux). Il s’agit principalement d’établissements bénédictins masculins, mais aussi quelquefois de maisons féminines. Ce constat est à relier à la chronologie des premiers cartulaires en codex, parmi lesquels la plupart, au XIe et au XIIe siècle en France, sont des recueils réalisés pour les abbayes bénédictines. On prendra en compte le contexte documentaire général des institutions commanditaires de cartulaires-rouleaux : ont-elles également produit des cartulaires en codex ? Si oui, est-il possible de déterminer des vocations différentes des compilations en codex ou en rouleau ? On tentera de préciser la chronologie du recours au rouleau et de la confronter à celle de la valorisation des archives ecclésiastiques, qui émerge dans la seconde moitié du XIe siècle. Les potentiels rapports entre la genèse des cartulaires-rouleaux et la rédaction des premiers cartulaires en codex devront être interrogés (gémellité ou complémentarité ?). L’enquête ne négligera pas les contingences qui ont pu peser sur l’apparition du cartulaire-rouleau (une genèse en plusieurs lieux ? une imitation des autres usages du rouleau ? un déploiement formel nouveau pour les pancartes ?).

Ensuite, il s’agira d’interroger les facteurs ayant pu in fine favoriser le choix du rouleau pour copier un contingent de chartes : une connaissance de cette forme matérielle utilisée pour d’autres types de texte, particulièrement en milieu monastique et pour les institutions concernées (rouleaux des morts, listes diverses, inventaires ou polyptyques), une hypothétique diffusion de certaines pratiques dans un cadre local et régional. On remarque par exemple que dans la région Occitanie, où les commanderies des ordres militaires font souvent rédiger leur cartulaire sur des rouleaux au XIIe et au XIIIe siècle. On trouve un peu plus de cartulaires-rouleaux pour les Cisterciens pour la même période. Il importe d’essayer de déterminer si l’appartenance à un réseau, à un ordre a pu primer (notamment peut-être via la circulation des hommes et les carrières au sein d’un ensemble institutionnel) ou si des pratiques développées régionalement se sont ancrées durablement. Ces interrogations seront donc à lier aux possibles logiques spatiales des pratiques : il s’agira d’interroger la possibilité de transferts à différentes échelles (éventuels rapports avec l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie où la forme apparaît également), mais aussi l’existence éventuelle de communautés d’usages plus locales, qui pourraient expliquer l’ancrage régional du rouleau dans un large Midi de la France, en Val de Loire et en Normandie.

Un second constat, esquissé dès le montage du projet et confirmé à la suite du travail d’inventaire, a permis de mettre en avant la proportion étonnamment importante de cartulaires-rouleaux rédigés pour contenir des documents relatifs à des dépendances monastiques. La moitié des rouleaux bénédictins, entre le milieu du XIe siècle et le milieu du XIIIe siècle, sont en effet relatifs à des prieurés. Est-ce que le type d’établissement ou peut-être un mode de gestion de l’écrit différent seraient décelables en fonction de l’organisation d’un réseau monastique ? On explorera l’hypothèse d’un recours au rouleau dans le cadre d’un besoin d’organisation des usages de l’écrit ou de circulations de l’écrit entre le centre et ses dépendances. On s’interrogera autant que possible sur la paternité des projets rédactionnels tout en veillant à les éclairer des éléments contextuels évoqués ci-dessus (pratiques au sein d’un réseau, dans une région…). À partir de quel chartrier ces rouleaux relatifs à des prieurés ont-ils été établis ? À partir des documents conservés à l’abbaye ou au prieuré ? On pourra par exemple explorer l’hypothèse de la constitution d’un cartulaire-rouleau pour effectuer l’envoi d’un dossier documentaire (tous les actes relatifs au prieuré ou bien une sélection ?).

En plein essor, le monachisme est alors au cœur des dynamiques sociales et les monastères bénédictins masculins répondent au défi de la gestion du temporel par la mise en place de réseaux de prieurés. Est-ce que la structuration progressive des réseaux monastiques tels que Cluny, Marmoutier ou Saint-Victor de Marseille a pu s’appuyer sur ces nouveaux outils de communication, faciles à réaliser, que sont les rouleaux? Ces remarques invitent à proposer des comparaisons des usages au sein de chaque réseau. Certains réseaux ont-ils in fine favorisé le recours à cet outil documentaire, notamment dans le cadre du processus d’intégration des dépendances?

Indications pour l’appel à communication

Plusieurs propositions seront sélectionnées pour une intervention lors du colloque en fonction de leur adéquation avec l’argumentaire scientifique. En outre, l’équipe ROTULUS se réserve la possibilité de présélectionner certaines de ces propositions pour le colloque final du projet qui aura lieu à Nancy au printemps 2022.

Les organisateurs du colloque, notamment en fonction des éventuelles contraintes liées à la crise sanitaire actuelle et à ses suites éventuelles, se réservent la possibilité de proposer aux intervenants de participer par l’intermédiaire d’une visio-conférence si leur venue à Metz était impossible pour des raisons logistiques et/ou sanitaires.

Envoyez vos propositions avant le 23 octobre 2020

à l’adresse suivante (un titre et un résumé de 250 mots environ) : jean-baptiste.renault@univ-lorraine.fr

Les chercheurs répondant à l’appel à communication sont invités à prendre connaissance des travaux antérieurs menés dans le cadre du projet ANR ROTULUS. Voir notamment le compte-rendu de la journée « Codices et rotuli».

Par ailleurs, l’équipe ROTULUS se tient à leur disposition, le cas échéant, pour leur fournir certaines données nécessaires à leurs études.

Comité de sélection des propositions

  • Sébastien Fray, MCF, Université de Saint-Étienne
  • Claire Lamy, MCF, Université de Paris-Sorbonne
  • Thomas Roche, Directeur, Archives départementales de l’Eure
  • Chantal Senséby, MCF HDR, Université d’Orléans
  • Cécile Treffort, PR, Université de Poitiers

 

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] La preuve : procédures, protocoles, procédés

Pour la 4e année consécutive, l’Association des Doctorants du Centre d’études supérieures de la Renaissance (ADCESR) organise à Tours ses Rencontres doctorales pluridisciplinaires. Cette année la journée d’étude portera sur le thème de la preuve à la Renaissance. Elle se tiendra en mai 2021 à Tours (la date sera précisée ultérieurement), au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR).

La redéfinition du champ intellectuel par l’humanisme à partir du Quattrocento entraîne une réévaluation des rapports entre vérité et connaissance. Le raisonnement peut-il, sinon atteindre la vérité, du moins garantir une certitude suffisante ? La précédente édition des Rencontres a montré l’intérêt épistémologique qu’il y a à interroger les rapports du vrai et du faux à la Renaissance. Nous proposons cette année de resserrer ce questionnement autour de la notion de preuve, dans ses élaborations théoriques aussi bien que dans ses mises en œuvre pratiques. En effet, si l’établissement de la preuve est un procédé discursif observable dans tout type d’énoncé, celui-ci prend aussi corps dans des champs pratiques et des cadres institutionnels en transformation au début de l’époque moderne.

La notion de preuve a surtout été thématisée par les historiens du droit et des sciences. Un effort de formalisation des protocoles s’observe en effet à la Renaissance, à travers la multiplication des traités juridiques cherchant à régler l’usage des modi probationum comme dans la métamorphose du statut de l’observation dans les sciences physiques et la médecine. Les discussions autour de l’écriture de la preuve s’inscrivent ainsi dans un ensemble de pratiques professionnelles et institutionnelles qu’il s’agira de mettre en lumière. Le cadre pluridisciplinaire de cette journée d’étude offre l’occasion d’élargir l’examen à l’ensemble des champs du savoir et de la pratique, afin d’analyser la preuve et les modes de son établissement.

La richesse du sujet semble par ailleurs liée à la fonction intermédiaire de la preuve : au moyen de dispositifs qui sont pour la plupart de nature rhétorique, elle consiste autant à construire un consensus qu’à établir la vérité. Cette bivalence est d’autant plus manifeste à la Renaissance, alors que les distinctions entre les disciplines ne sont pas encore fixées. L’extension des champs du savoir entraîne de nouvelles pratiques qui exposent les définitions les plus techniques de la preuve à des usages nouveaux et variés. Les participants pourront s’appuyer sur ces quelques éléments de définition pour orienter leur réflexion autour des pistes suivantes :

Axes

  • Élaborations théoriques de la preuve : comment la notion est-elle définie dans le discours savant des sciences, du droit, de la logique ?
  • Modes d’apport de la preuve : comment les processus probatoires évoluent-ils à l’aube de l’époque moderne ?
  • Influences croisées entre théorie et pratique : quels rapports entretiennent théoriciens et praticiens de la preuve, là où la preuve est à la fois concept et instrument ?
  • Transferts et échanges : les définitions et les usages de la preuve font-ils l’objet d’une circulation entre les différentes disciplines ?
  • Ces usages professionnels débordent-ils leur domaine premier pour s’inscrire dans les transformations du champ social et politique ?

Modalités pratiques

Les propositions de communication de doctorant.es et de jeunes docteur.es devront être envoyées à l’adresse mail de l’ADCESR : asso.doctorants.cesr@gmail.comavant le 22 janvier 2021.

Elles résumeront la communication en 250 mots maximum et seront accompagnées de quelques lignes de présentation (laboratoire, sujet et directeur de recherche).

Les interventions – en français, en anglais ou en italien – dureront vingt minutes et pourront s’inscrire dans tous les domaines d’études de la Renaissance (histoire, histoire de l’art, histoire des sciences et des techniques, histoire du droit et de la médecine, musicologie, littérature, philosophie), sur une période allant de Pétrarque à Descartes.

Le CESR invitera les participants à déjeuner mais le transport et l’hébergement resteront à leur charge.

Comité d’organisation

  • Clément Beuvier (doctorant, CESR/Université de Tours)
  • Sébastien Bujeaud (doctorant, CESR/Université de Tours)
  • Pierre Peresson (doctorant, CESR/Université de Tours)

Comité scientifique

  • Marie-Luce Demonet (PR ém., CESR/Université de Tours)
  • Géraldine Cazals (PR, Université de Rouen)
  • Stéphan Geonget (PR, CESR/Université de Tours)
  • Laurent Gerbier (MC HDR, CESR/Université de Tours)
  • Olivier Guerrier (PR, Université Toulouse II Jean Jaurès)
  • Ki-Won Hong (Professeur invité, Université nationale de Séoul)

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] P. Larcher, Sur le Coran. Nouvelles approches linguistiques

Ouvrage publié avec le concours de l’Iremam – Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, UMR 7310 – CNRS – Université d’Aix-Marseille.

Ce volume rassemble douze articles ventilés en cinq sections. Texte. Que peut dire un linguiste sur les rapports de l’oral et de l’écrit et la façon dont ils doivent être ordonnés dans le Coran ? Langue. L’arabe coranique apparaît au linguiste comme chronologiquement préclassique et typologiquement non classique, mais classicisé par le biais des « lectures » grammaticales. Lexique. Cette section retrace, à travers leurs occurrences coraniques, le parcours du sens de trois mots clefs : lisān « langue », salām « paix » et ǧihād « guerre ». Discours. Le Coran met en scène une multitude de protagonistes, ce qui conduit un linguiste « énonciativiste » à une analyse polyphonique et, de là, à l’étude de la logique et de l’argumentation coraniques. Koranphilologie médiévale. Appendice aux quatre autres, cette section rappelle l’apport de la tradition linguistique arabe, spécialement de la « philologie coranique » et de sa pièce maîtresse, les Ma‘ānī al-Qur’ān d’al-Farrā’ (m. 207/822).

Voir: http://www.lambert-lucas.com/livre/sur-le-coran-nouvelles-approches-linguistiques/?fbclid=IwAR1nsCs9tQ_vg3F9LaSGqUjEhnM2kCxrd25c-BrLGQAU6iYIBZ3OXUtVpCI

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] The Visual Culture of Mosques, Dhahran, Saudi Arabia (lim. 28 déc. 2020)

Dhahran, Saudi Arabia

https://www.ithra.com/en/visual-culture-mosques

23rd-25th November 2021

Call for Research Submissions on the Visual Culture of Mosques

Dhahran (November 23 – 25, 2021)

In conjunction with the forthcoming exhibition Shatr AlMasjid: the Art of Orientation, the King Abdulaziz Center for World Culture (Ithra) is collaborating with the Abdullatif Al Fozan Award for Mosque Architecture to host a three-day conference to address the historical meaning, culture, evolution and functions of the mosque.

Ithra and Abdullatif Al Fozan are announcing an open call for research submissions on the visual culture of the mosque for the conference that will take place at Ithra from November 23 – 25, 2021. This is an open call for architects, designers, archeologists, artists, writers, historians and curators to present their original research, objects or insights about mosques and related cultural objects.

Categories of submission include:

  • Research papers.
  • Models, objects.
  • Posters.
  • Audio-visual productions.

The selection criteria include creative ways of addressing the culture, history and meaning of mosques through objects. The goal is a more insightful and expanded understanding of the mosque.

The conference will focus on architectural forms and design elements as well as objects used in and around mosques such as lamps, windows, furniture, carpets, pulpits, calligraphy and so on.

The deadline for submissions is December 28, 2020. For more information, please download this PDF.

Or send your registration submission by email at conference@ithra.com

For more information, please visit https://www.ithra.com/en/visual-culture-mosques

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Conférence] E. Cellard, L’archéologie du palimpseste de Ṣanʿāʾ : des fragments au livre caché, Lyon, mardi 6 octobre 2020

Nous avons le plaisir de vous inviter à la conférence d’Éléonore Cellard (Collège de France), « L’archéologie du palimpseste de Ṣanʿāʾ : des fragments au livre caché ».

Elle aura lieu le mardi 6 octobre, à 16h, dans l’amphithéâtre de la Maison Internationale des Langues et des Cultures (MILC) – 35 rue Raulin, Lyon 7e.

L’entrée est libre, dans la limite des places disponibles.

Cette conférence fait partie du cycle « Composer, écrire et transmettre le Coran au premier siècle de l’Islam », organisé par Mehdi Azaiez (Université de Louvain), Anne-Sylvie Boisliveau(Université de Strasbourg) et Iyas Hassan (Université Paris-Sorbonne), à propos duquel vous trouverez plus d’informations à l’adresse suivante (https://www.mehdi-azaiez.org/Cycle-de-conferences-VIDEOS-Composer-ecrire-et-transmettre-le-Coran-au-premier).

Pour toute question pratique relative à la conférence d’Éléonore Cellard, vous pouvez vous adresser à Rémy Gareil (remy.gareil@univ-lyon2.fr)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

Enquête du CPCN sur le projet de LP(P)R [jusqu’au 7 octobre 2020]

Nous relayons la consultation sur le projet de Loi de Programmation pour la Recherche menée auprès des communautés scientifiques par la conférence des président.e.s du comité national (CPCN).

Le questionnaire est anonyme et comprend des questions sur le projet de loi, sur les actions à entreprendre (si la loi prenait mal en compte les besoins exprimés), et sur la situation des répondant.es.

Il peut être trouvé au lien suivant :
https://www.c3n-cn.fr/survey/index.php/541972?lang=fr
La date limite de réponse est fixée au 7 octobre.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Bourse] Aide à la Mobilité Internationale (AMI) au sein du Département des études arabes médiévales et modernes de l’IFPO, Beyrouth (lim. 30 sept. 2020)

Date limite de candidature : 30 septembre 2020

Principe

L’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), UMIFRE 6 du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE) – USR 3135 du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) propose une Aide à la Mobilité Internationale (AMI) à un·e étudiant·e doctorant·e de toute nationalité inscrit.e en thèse dans une université française.

Le/la doctorant·e bénéficiant de l’AMI sera rattaché·e à l’antenne de l’Ifpo de Beyrouth au Liban.

Domaine scientifique

Le sujet de thèse devra s’inscrire dans l’un des champs disciplinaires traditionnellement développés par le Département des études arabes, médiévales et modernes (DEAMM), à savoir :

  • Histoire médiévale et moderne (des débuts de l’Islam à la fin de la période ottomane)
  • Etudes linguistiques et dialectologie
  • Littérature arabe (classique et moderne)
  • Philosophie et histoire de la pensée religieuse au Proche-Orient médiéval
  • Histoire des sciences et des techniques au Proche-Orient
  • Papyrologie, codicologie, épigraphie et histoire des arts au Proche-Orient

Durée et lieu

Cette recherche doctorale doit nécessiter un séjour au Liban (au minimum 10 mois sur 12), en fonction des contraintes de sécurité qui prévalent au Liban. La prise de fonction est prévue pour le 15 novembre 2020. La durée de l’allocation est de 12 mois. Elle est éventuellement renouvelable une fois.

Conditions

L’AMI fera l’objet d’une convention entre le/la bénéficiaire et l’Ifpo. L’AMI ne sera attribuée que si le/la candidat·e est inscrit.e en thèse au plus tard à la date du début de l’AMI, sous réserve d’un justificatif officiel : attestation d’inscription de l’école doctorale, carte d’étudiant, etc.

Le montant de l’aide est actuellement de 1 220 € par mois. Les bénéficiaires disposent d’un billet d’avion A/R depuis la France et de la prise en charge de 310 EU maximum de fret non accompagné pour leur déménagement. Il leur revient de trouver eux-mêmes à se loger sur leur lieu d’affectation

Il est rappelé que l’AMI n’étant pas considérée comme un salaire, elle n’ouvre droit ni aux prestations sociales, ni aux allocations chômage et ne peut être prise en compte dans le calcul des droits à la retraite. Les bénéficiaires doivent donc souscrire eux-mêmes les assurances nécessaires pour une résidence à l’étranger incluant la couverture des dépenses de santé, accidents du travail, rapatriement, etc. Les sommes engagées à cette fin sont cependant remboursées annuellement par l’Ifpo, dans la limite de 1 200 €.

Le/La bénéficiaire d’une AMI doit effectuer un séjour d’au moins 10 mois (sur les 12 mois de la durée de l’AMI) dans la zone de compétence de l’établissement. Les versements mensuels seront interrompus et l’AMI annulée si la durée de ses absences de la zone de compétence dépasse les 2 mois cumulés, quelles qu’en soient les raisons (absences diverses, missions de terrain, enseignement, participation à des manifestations scientifiques, recherches documentaires, maladie etc…).

Procédure

Le dossier doit inclure le formulaire dûment complété et les documents demandés

Télécharger le dossier de candidature

Le dossier doit être envoyé, avant le 30 septembre 2020 23h30, à :

secretariat.directeur@ifporient.org  ET  p.koetschet@ifporient.org

Contact

Pour tout renseignement complémentaire, contacter Pauline Koetschet, directrice du Département des études arabes, médiévales et modernes :  p.koetschet@ifporient.org

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Conférences] Cycle 2020-21 des conférences publiques de l’IISMM : La médecine, l’islam, les mondes musulmans

En 2020, les sociétés du monde entier ont été frappées, de manière plus ou moins prononcée, par un virus dont la circulation a été rapide. Un tel phénomène n’est pas inédit dans l’histoire de l’humanité, même si celui-ci possède des caractéristiques propres. Ces dernières sont liées non pas tant aux modes de contamination qu’à la gestion de la crise sanitaire à toutes les échelles géographiques par les responsables politiques, économiques, religieux, culturels, médiatiques. 

C’est dans ce contexte qu’a été déterminé le thème du cycle annuel des Conférences publiques de l’IISMM. Le sujet de la gestion de « l’épidémie » au cours de la période classique ou moderne de l’Islam, comme celui de la dernière pandémie, seront abordés de manière directe mais non exclusive. L’approche de longue durée a été privilégiée. Elle permettra, notamment, de mettre en regard les modalités de transmission de savoirs médicaux puis de leur recomposition à l’époque abbasside, et les différentes formes d’exercice de la médecine en contexte colonial dans les sociétés majoritairement musulmanes. 

La médecine n’a jamais été une discipline indépendante d’autres modalités de connaissances ou de pratiques ; son histoire n’est pas celle d’une sécularisation linéaire. Elle engage des conceptions discutées de ce qu’est l’être humain, autant de représentations anthropologiques qui informent (ou sont informées par) le discours religieux et non religieux. Tel sera l’un des fils conducteurs de ce cycle à venir. 

PROGRAMME

Les mardis de 18h30 à 20h30 – EHESS, Amphithéâtre François Furet, 105 Boulevard Raspail, 75006 Paris. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Port du masque obligatoire.

Mardi 6 octobre 2020 de 18h30 à 19h30 
Françoise Micheau, Professeur émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
« De la médecine grecque à la médecine arabe »

Mardi 3 novembre 2020
Floréal Sanagustin, Professeur de langue et civilisation arabes, Université Lumière-Lyon 2, ICAR
« La médecine d’Avicenne (XIe s.), entre Orient et Occident : le cas de la pharmacologie d’après le Qânûn fîl-ṭibb »

Mardi 1er décembre 2020
Jean-Charles Coulon, Chargé de recherche, CNRS, IRHT
« Les sciences occultes contre la peste dans le monde arabo-islamique au XVe siècle »

Mardi 5 janvier 2021 
Anne-Marie Moulin, Directrice de recherche émérite, CNRS, SPHERE
« Les épidémies dans l’histoire de l’islam »

Mardi 2 février 2021

Fabrizio Speziale, Directeur d’études, EHESS, CEIAS, « Pédagogies croisées : maîtres hindous et musulmans dans la culture médicale indo-persane »

Mardi 2 Mars 2021
Chantal Verdeil, Professeur des Universités, INALCO, CERMOM
« Les facultés de médecine de Beyrouth à la fin de la période ottomane, entre modernisation et impérialismes »

Mardi 6 avril 2021
Sylvia Chiffoleau,
 Directrice de recherche, CNRS, LARHRA
« Lutter ensemble contre les épidémies : comment l’Europe et l’Empire ottoman ont fondé au XIXe siècle le premier internationalisme sanitaire »

Mardi 4 Mai 2021
Claire Fredj
, Maître de conférences, Université Paris Nanterre, IDHES
« Soigner les “indigènes” : l’assistance médicale dans l’Algérie colonisée (fin XIXe-XXe siècle) »

Mardi 1er juin 2021 
Pierre-Jean Luizard, Directeur de recherche, CNRS, GSRL
« Le Hezbollah déclare la guerre au coronavirus : un nouvel humanisme musulman ? »

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Veille documentaire] Catherine Nicolas et Francesco Montorsi, Veille bibliographique 2017-2020

Catherine Nicolas et Francesco Montorsi, « Veille bibliographique 2017-2020 », Perspectives médiévales [En ligne], 41 | 2020. ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.33568

Lien : http://journals.openedition.org/peme/33568 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Le manuscrit juridique enluminé : espaces et contextes de réception et d’utilisation dans l’Europe médiévale

Le séminaire est enregistré et sera diffusé prochainement sur la page suivante [à venir].

L’atelier vise à exposer les résultats des travaux réalisés par les membres de l’équipe de recherche IUS ILLUMINATUM au cours de la première année d’existence, à faire le point sur ce qui a déjà été fait et à esquisser les futures perspectives d’investigation.Cet événement vise également à livrer un aperçu du développement de la recherche sur les manuscrits juridiques enluminés en Europe, dans le but de réfléchir aux implications méthodologiques et aux défis pratiques et théoriques que cette recherche implique. Lors de cet événement scientifique, diverses études de cas relatives à certaines régions du territoire européen seront analysées à travers une approche interdisciplinaire afin de dépasser les limites et d’ouvrir des pistes de recherche innovantes et fructueuses.

Événement gratuit en mode webinaire via la plateforme Zoom. Pour participer, écrivez à: info@tesorodelduomovc.it 

22 septembre 2020, 10h30-19h30 (heure de Rome) / 9h30-18h30 (heure de Lisbonne)

Programme :


10h30-11h00 Séance d’ouverture
Maria João Branco, Direttrice dell’Instituto de Estudos Medievais – IEM FCSH/NOVAMaria Alessandra Bilotta, IEM-FCSH/NOVA – PI dell’équipe IUS ILLUMINATUM Timoty Leonardi, Direttore Fondazione Museo del Tesoro del Duomo e Archivio Capitolare Giovanni Ferraris, Presidente Società Storica Vercellese

10h00-11h30 Conférence plénière– Un bilancio sul primo anno di attività di ricerca dell’équipe IUS ILLUMINATUM: ricerca, interdisciplinarietà, formazione e divulgazione – Gerardo Boto Varela, Universitat de Girona

Actualités de la recherche de l’équipe IUS ILLUMINATUM

11h45-12h00 : I codici giuridici della Badia Fiorentina – Sofia Orsino, Università di Firenze
12h15-12h30 : Per gli inizi dell’illustrazione del Decretum Gratiani: il codice XXV della Biblioteca Capitolare di Vercelli– Gianluca del Monaco, Università di Bologna
12h45-13h00 : Los manuscritos de las Siete Partidas. Poseedores y mecenazgo – Jorge Prádanos Fernández, Universidad Complutense de Madrid
Pause déjeuner 

14h30-14h45 : Interazione tra testo giuridico e immagine: le iconografie che illustrano i Tres Libri nei manoscritti della Bibliothèque nationale de France – Viviana Persi, Centre d’Histoire Judiciaire, Université Lille 2
15h00-15h15Iluminar una herencia. Documentos de mayorazgo entre el Viejo y el Nuevo Mundo – María Teresa Chicote Pompanin, Durham University – Ángel Fuentes, Universidad Complutense de Madrid
15h30-15h45Iconographies juridiques dans les illustrations du livre imprimé en Pologne au XVIe siècle – Arkadiusz Adamczuk, Biblioteca Universitaria dell’Università Cattolica di Lublino “Giovanni Paolo II”
Pause café 

16h15-16h30 : La diagnostica a supporto dello studio dei manoscritti: casi di studio della Biblioteca Capitolare di Vercelli – Maurizio Aceto, Dipartimento di Scienze e Innovazione Tecnologica dell’Università del Piemonte Orientale 
16h45-17h00Il reimpiego di manoscritti in legature: casi di studio in Piemonte – Silvia Faccin, Biblioteca Capitolare di Vercelli
17h15-17h30L’araldica nei manoscritti giuridici miniati: bilancio di un anno di attività di ricerca interdisciplinare – Miguel Metelo de Seixas, IEM-FCSH/NOVA – Maria Alessandra Bilotta, IEM-FCSH/NOVA
17h45-18h00 : Miniare il Diritto: lo studio e la valorizzazione dei manoscritti giuridici miniati della Biblioteca Capitolare di Vercelli – Maria Alessandra Bilotta, IEM-FCSH/NOVA – Timoty Leonardi, Biblioteca Capitolare di Vercelli

Conclusions

Organisation:
Instituto de Estudos Medievais (IEM-FCSH / NOVA)

Oficina de investigação IUS ILLUMINATUMFondazione Museo del Tesoro del Duomo e Archivio Capitolare di Vercelli Società Storica VercelleseInstituto Português de Heráldica (IPH)Coordination scientifique : Maria Alessandra BilottaComité d’organisation : Maria Alessandra Bilotta; Timoty Leonardi

Contacts : iem.geral@fcsh.unl.pt, maria.bilotta@fcsh.unl.pt, timoty.leonardi@tesorodelduomovc.it.
Site Web de l’équipe de recherche IUS ILLUMINATUM : http://iusilluminata.fcsh.unl.pt

 

Source: RMBLF.be

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Faire l’histoire du monde islamique, VIIe-XXe s., Aix-en-Provence, 2020-21

Séminaire de formation organisé par les enseignants-chercheurs du Département d’histoire d’Aix-Marseille Université : Aurélia Dusserre, Julien Loiseau, Nicolas Michel, Mohamed Ouerfelli, Hayri Gökşin Özkoray et Camille Rhoné-Quer.

Destiné en priorité aux étudiants en Master et en doctorat, ce séminaire mensuel est ouvert à tout public intéressé par l’histoire du monde islamique, de sa formation à nos jours. Chacun des thèmes choisis, volontairement larges et transpériodes, fait l’objet de deux séances successives, au cours desquelles est dressé l’état de la recherche, appuyé sur un choix de publications récentes et d’études de cas.

Sauf mention contraire, les séances ont lieu le mercredi après-midi à la MMSH, en salle 1, au premier semestre, de 14h à 16h ; au second semestre, de 16h à 18h.

Calendrier des séances 2020-2021

Séance 1, mercredi 16 septembre 2020 : le travail (1/2)
Nicolas MichelLe travail dans le monde musulman médiéval

Séance 2, mercredi 30 septembre 2020 : le travail (2/2)
Hayri Gökşin ÖzkorayPistes et questions de recherche pour l’histoire du travail dans l’Empire ottoman (XVe-XVIIe s.)

Séance 3, vendredi 2 octobre 2020, 14h-18h, MMSH (séance mutualisée avec les Séances Médiévales d’Aix-Marseille) : l’empire (1/2)
La formation de l’Empire islamique, avec Sobhi Bouderbala (Université de Tunis, IMéRA, Marseille), Denis Genequand (directeur du musée d’Avenches) et Frédéric Imbert (AMU, IREMAM)

Séance 4, mercredi 14 octobre 2020 : l’empire (2/2)
Julien LoiseauFantômes d’empire dans l’islam médiéval

Séance 5, mercredi 4 novembre 2020 : le droit en Islam (1/2)
Ahmed OulddaliLe droit musulman : histoire, sources et écoles

Séance 6, mercredi 18 novembre 2020 : le droit en Islam (2/2)
Ayoub FilaliLa place de l’iǧtihād (raisonnement juridique) et son évolution dans la pensée musulmane

Séance 7, mercredi 2 décembre 2020 : restitution des comptes-rendus par les étudiants

Séance 8, mercredi 6 janvier 2020 : présentation des travaux des étudiants

Séance 9, mercredi 27 janvier 2021 : ambassadeurs/diplomatie (1/2)
Mohamed OuerfelliQuelles sources pour l’histoire des pratiques diplomatiques dans le monde islamique médiéval ?

Séance 10, mercredi 10 février 2021 : ambassadeurs/diplomatie (2/2)
Camille Rhoné-QuerFonctionnement des ambassades et enjeux des pratiques diplomatiques à l’époque médiévale

Séance 11, mercredi 17 mars 2021 : histoire islamique et histoire globale (1/2 )
Marie Favereau (Université Paris 10-Nanterre) – Empire mongol et histoire globale

Séance 12 , mercredi 7 avril 2021 : histoire islamique et histoire globale (2/2)
Aurélia DusserreFaire l’histoire du monde islamique par les objets

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] Séminaire pluridisciplinaire sur le Moyen Âge, Aix-en-Provence, 2020-2021

Les séances médiévales d’Aix-Marseille, notre séminaire pluridisciplinaire sur le Moyen Âge, reprennent leur cycle interrompu en mars dernier. La première séance de cette nouvelle année universitaire aura lieu le vendredi 2 octobre prochain à la MMSH (salle Paul-Albert Février, 14h-18h).

Nous aurons le plaisir d’accueillir Denis Genequand (directeur du site et musée romains d’Avenches), Sobhi Bouderbala (maître assistant à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, titulaire de la chaire Averroès IMéRA/A*MIDEX-AMU) et Frédéric Imbert (professeur d’épigraphie arabe et islamique à Aix-Marseille Université). Chacun nous apportera son regard sur la formation de l’Empire islamique pour mieux interroger ensemble la notion d’empire à l’orée du Moyen Âge.

Comme à l’accoutumée, et dans les respects des consignes sanitaires, nous nous retrouverons à l’issue du séminaire pour un moment convivial.

Présentation de séance et programme de l’année : 2020.10.02_SMAM_seance 1

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Cycle de conférences] Conférences Jeunes chercheurs sur la Bourgogne médiévale et moderne, 2020-2021

Présentation

En collaboration avec l’Université de Bourgogne, la Maison des
Sciences de l’Homme de Dijon et le laboratoire ARTEHIS, ce cycle
de dix conférences a pour but de valoriser et diffuser les travaux de
jeunes chercheurs sur l’histoire, l’archéologie et l’histoire de l’art de la Bourgogne médiévale et moderne. Il s’agit de présenter et mettre en avant les sources d’archives à partir desquelles travaille le jeune chercheur, ainsi que la manière dont il élabore le raisonnement scientifique lui permettant d’aboutir aux résultats de ses investigations. L’objectif est aussi de montrer l’articulation, en fonction des sujets, entre les sources conservées aux Archives départementales de la Côte-d’Or et les différents dépôts municipaux, tant archives que bibliothèques. Enfin, ces interventions offriront l’opportunité au public de prendre connaissance des dynamiques actuelles de la recherche sur la Bourgogne médiévale et moderne, notamment en lui permettant d’accéder, durant les séances, aux originaux des documents utilisés par les différents intervenants.
Pour la 4e année consécutive, ce cycle montre la vitalité de la recherche en Bourgogne, et il la met à la disposition de tous au cœur de la ville de Dijon.

Organisation et coordination :

Rudi Beaulant (docteur en histoire médiévale, UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne-Franche-Comté)

David Bardey (doctorant, UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne-Franche-Comté)

 

Programme et résumés en pdf :

Cycle conférences Jeunes chercheurs sur la Bourgogne médiévale et moderne 2020-2021

Les mercredis suivants de 17 h à 18 h :

Mercredi 14 octobre 2020

Julien de Palma (doctorant, UMR 8529-IRHiS, Université de Lille) : « La comptabilité au service de l’histoire militaire : l’image du prince en chef de guerre à la lumière des Archives départementales de la Côte-d’Or »

 

Mercredi 25 novembre 2020

Lucie Roudergues (doctorante, UMR 5190-LARHRA, Université Lumière-Lyon 2) : « La coiffure dans la ville. Perruquiers et coiffeurs dans l’espace urbain dijonnais au XVIIIe et au début du XIXe siècle »

 

Mercredi 9 décembre 2020. Séance aux Archives municipales de Dijon

François Rivière (docteur en histoire médiévale, UMR 8589-LaMOP, Université d’Évry-Val d’Essonne) : « Réglementer les métiers à Dijon au Moyen Âge : une faiblesse corporative à comparer »

 

Mercredi 6 janvier 2021. Séance à la Bibliothèque municipale de Dijon

Coraline Rey (docteure en histoire médiévale) : « Les manuscrits de l’abbaye de Cîteaux à la fin du Moyen Âge : localisation et mobilier »

 

Mercredi 3 février 2021

Baptiste Rameau (doctorant, UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne-Franche-Comté et Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne) : « « Pour don à lui fait » : Dons et communication politique sous le principat de Jean sans Peur (1404-1419) »

 

Mercredi 3 mars 2021

Aurore Drouhin (doctorante, UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne-Franche-Comté et Université de Strasbourg) : « Moniales, prieures, donatrices, mais qui étaient les femmes du prieuré de Jully-les-Nonnains ? »

 

Mercredi 31 mars 2021

Maxime Gelly-Perbellini (doctorant, UMR 8558-Centre de Recherches Historiques, EHESS et Université Libre de Bruxelles) : « Le crime de sorcellerie en Bourgogne à la fin du Moyen Âge »

 

Mercredi 28 avril 2021

Laura Chilson-Parks (doctorante, Brown University, History of Art and Architecture) : « « Par mande de ma dame » versus « Par ma dame » : interprétation de la représentation écrite du mécénat de Marguerite de Male »

 

Mercredi 26 mai 2021

Antonin Liatard (doctorant, UMR 7366-LIR3S, Université de Bourgogne-Franche-Comté et Université Catholique de Louvain) : « Étudier le décor et l’aménagement d’une église de la Compagnie de Jésus sous l’Ancien Régime : l’exemple de l’église du collège des Godrans »

 

Mercredi 23 juin 2021. Séance à la Bibliothèque municipale de Dijon

Emily O’Brock (doctorante, New York University, Literature) : « Comment butiner un florilegium : l’abeille dans le speculum maius de Vincent de Beauvais »

 

Contacts : rudibeaulant@live.fr

bardey.david@gmail.com

 

Source : Rudi Beaulant et David Bardey

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance de thèse] Hanadi Abokadejah, Les grandes familles élitaires de La Mecque à la fin de l’époque médiévale (VIIe/XIIIe siècle – IXe/XVe siècle) : Étude historique d’un phénomène social, Paris, 28/09/2020

Madame Hanadi Abokadejah soutiendra publiquement sa thèse de doctorat en Histoire médiévale dirigée par Françoise Micheau et Eric vallet intitulée :

Les grandes familles élitaires de La Mecque à la fin de l’époque médiévale (VIIe/XIIIe siècle – IXe/XVe siècle) : Étude historique d’un phénomène social

Le 28 septembre 2020 à 14h00 en Sorbonne, salle Duroselle (Galerie Jean-Baptiste Dumas, 14 rue Cujas, Paris 5e)

Devant un jury composé de :

  • Ali al-Gabban (Riyad), professeur, vice-président de l’Autorité générale du Tourisme et du Patrimoine national
  • Julien Loiseau (Université Aix-Marseille), professeur des universités, rapporteur
  • Françoise Micheau (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), professeur émérite, directrice
  • Éric Vallet (Université de Strasbourg), Professeur des universités
  • Vanessa Van Renterghem, (INALCO), Maître de conférences

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] La Méditerranée médiévale, Paris Sorbonne (1er semestre 2020)

Séminaire de master
IRBIMMA, salle de lecture
Un lundi par mois de 17h à 19h

Séminaire de recherche organisé par :

Dominique Valérian (université Paris 1, UMR 8167)
Damien Coulon (université de Strasbourg, EA 3400)
Ingrid Houssaye Michienzi (CNRS, UMR 8167)

Le séminaire sur la Méditerranée médiévale réunira des chercheurs spécialistes des mondes grecs, latins et musulmans au Moyen Âge, dans une perspective d’étude des relations en Méditerranée et de comparatisme. À raison d’une séance par mois, il alternera des présentations de travaux en cours liés à l’actualité de la recherche, et des séances consacrées à la question de la construction de normes partagées en Méditerranée.

Programme 2020-2021

  • 12 octobre
    Damien COULON (Université de Strasbourg, UR 3400 ARCHE) : Dynamiques sociales et réseaux marchands engagés dans le commerce méditerranéen à Perpignan
  • 2 novembre
    María Dolores LÓPEZ PÉREZ (Université de Barcelone, Grupo
    de Investigación en Arqueología Medieval y Postmedieval) : La création d’une grande entreprise médiévale : la compagnie Torralba et la formation d’un réseau de négoce international
  • 7 décembre
    Georg CHRIST (University of Manchester) : Diversités ou convergences des normes ? Commerce transrégional, relations internationales et le problème du ius mercatorum en Méditerranée orientale
  • 18 janvier
    Annick PETERS-CUSTOT (Université de Nantes, EA1163
    CRHIA) : Circulation des normes monastiques en contexte méditerranéen : la règle du cardinal Bessarion pour le monachisme italo-grec (milieu du XVe siècle)
  • 15 février
    Simon DORSO (Université Lyon 2 , UMR 5648 CIHAM – ERC
    HornEast) : Convergences et concurrences autour de la notion de Terre sainte : dévotions, représentations et usages politiques en Palestine
    (XIe-XIVe siècles)
  • 15 mars
    Claude DENJEAN (Université de Perpignan, EA 7997 CRESEM) : Des normes communes ? Garantir les marchés financiers pour le bien commun entre les rives méditerranéennes, XIIIe-XIVe siècles
  • 12 avril
    Christophe TEIXEIRA (univ. Paris 1, UMR 8167) : Les prémices d’une marine de guerre au Portugal du XIIe à la fin du XIIIe siècle
  • 10 mai
    Raul ESTANGÜI (univ. Paris 1, UMR 8167) : Les relations des derniers empereurs byzantins avec les autres puissances méditerranéennes à travers l’étude diplomatique des actes produits par la chancellerie à destination de l’étranger (XIVe-XVe siècle)
  • 7 juin
    Enrica SALVATORI(Università di Pisa) : Le nom de l’ennemi : une analyse comparative des sources pisanes (annales, chroniques et épigraphie) des XIe et XIIe siècles

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] Séminaire de l’équipe Islam médiéval, Paris Sorbonne (2020-1)

Histoire et archéologie de l’Islam médiéval
Les mercredis, 17h-19h
Institut de recherche sur Byzance, l’Islam et la Méditerranée au Moyen Âge (IRBIMMA), 17 rue de la Sorbonne, escalier B, dernier étage, Paris 5e ou Colegio de España, Cité Universitaire, 7E Bd Jourdan, Paris 14

Le séminaire repose sur une alternance entre séances plénières et des ateliers

Programme annuel 2020-2021

  • 23 septembre (IRBIMMA) :
    Introduction générale du séminaire
  • 30 septembre (IRBIMMA) : Orient
    Clément Onimus (université Paris 8), Les campagnes égyptiennes chez Ibn Duqmāq : un territoire de ponction fiscale
  • 7 octobre (Colegio de España) : Occident
    Jean-Pierre Van Staëvel (université Paris 1), Les campagnes de l’archéologue, ou comment définir le rural par la culture matérielle dans l’Occident musulman médiéval
  • 14 octobre (IRBIMMA) : Orient
    Nicolas Michel (Aix-Marseille Université), Des campagnes sans propriété foncière : l’Égypte des XIIIe-XVIIIe siècles
  • 21 octobre (IRBIMMA) : Actualités de la recherche
    Ali Amir Moezzi (EPHE) et Guillaume Dye (université Libre de Bruxelles), Présentation du Coran des historiens

4 novembre : Ateliers (IRBIMMA)

  • 18 novembre (Colegio de España ) : Occident
    Carlos Laliena Corbera (université de Saragosse), Le peuplement rural de la Marche Supérieure à l’époque taifa : sources latines et résultats archéologiques dans l’étude des almunias

25 novembre : Ateliers (IRBIMMA)

  • 2 décembre (IRBIMMA) : Actualités de la recherche : Littérature arabe classique
    Iyas Hassan (Sorbonne Université), Imaginaire et institution. Réflexions sur la littérature arabe classique et ses catégories académiques contemporaines ;
    Abdallah Cheikh-Moussa (Sorbonne Université), Le corps du souverain dans quelques “miroirs des princes” arabo-islamiques »

9 décembre : Ateliers (IRBIMMA)

  • 16 décembre (IRBIMMA) : Orient
    Nicolas Payen (Sorbonne Université), Animaux des villes ou animaux des champs ? Situer les animaux dans un environnement aux débuts de l’Islam (Ier-IVe/VIIe-Xe siècle)
  • 6 janvier (Colegio de España ) : Occident
    Annliese Nef (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Une capitale et ses campagnes : structures foncières et productions agricoles dans le Palermitain Xe-XIIe siècle

13 janvier : Ateliers (IRBIMMA)

  • 27 janvier (IRBIMMA) : Orient
    Wissam Halawi (université de Lausane) et Elise Voguet (CNRS-IRHT), L’administration des campagnes : patriarcat maronite au Liban. Articulation du pouvoir mamelouk, patriarcat, propriétaires terriens
  • 3 février (Colegio de España) : Occident
    Elise Voguet (CNRS – IRHT section arabe) et Chloé Capel (membre associée-UMR 8167 ), Villes oasiennes ou oasis urbaines : peut-on qualifier les villes sahariennes de “villes rurales” ?
  • 10 février (IRBIMMA) : Actualités de la recherche : Les humanités numériques dans nos domaines de recherche
    Maxim Romanov (ERC-Project KITAB), Complex Tools for Complex Texts : a Digital Analysis of al-Ḏahabī’s Taʾrīḫ al-islām ;
    Zacharie Mochtari de Pierrepont (Université de Gand), Networks of legal and religious scholars in 15th century narratives : network analysis, political and social order. Réseaux des ulémas au prisme des sources du xve siècle
  • 17 février (IRBIMMA) : Orient
    Eugénie Rébillard (université Paris 1-Sorbonne Université),
    Des territoires hors de contrôle ? Pouvoir central et maintien de l’ordre dans les zones rurales de l’Irak abbasside et des provinces orientales (IIIe/IXe – IVe/Xe s.)
  • 3 mars (Colegio de España) : Occident
    Yassir Benhima (université Paris 3), Espaces ruraux et tribus dans le Maghreb médiéval
  • 10 mars (IRBIMMA) : Actualités de la recherche
    Maribel Fierro (CSIC, Madrid), Du Maghreb au Mashrek, en passant par al-Andalus et la Sicile normande. Le sacrifice des femelles des chameaux chez les Fatimides et les Safavides

17 mars : Ateliers (IRBIMMA)

  • 24 mars (IRBIMMA) : Orient
    Mathieu Eychenne (Université de Paris), Ville et campagne à l’époque mamelouke : les liens économiques entre Damas et la Ghouta

31 mars : Ateliers (IRBIMMA)

  • 7 avril (Colegio de España) : Occident
    Jennifer Vanz (membre associée-UMR 8167 ), Ville et campagne à l’époque mamelouke : les liens économiques entre Damas et la Ghouta

14 avril : Ateliers (IRBIMMA)

  • 5 mai (IRBIMMA) : Orient
    Mathieu Tillier (Sorbonne Université) et Naïm Vanthieghem (CNRS-IRHT), Un village du Fayoum : Buljusuq d’après les sources papyrologiques

12 mai : Ateliers (IRBIMMA)

  • 19 mai (Colegio de España) : Occident
    Sophie Gilotte (CNRS – CIHAM) et Pauline de Keukelaere (doctorante, Sorbonne Université), De la maison à l’atelier. Organisation du travail et dimensions économiques de l’artisanat rural en Andalus
  • 26 mai : (IRBIMMA)
    Conclusion commune

Séances plénières : thèmes

  1. La construction sociale de l’espace dans l’islam médiéval. Volet 3 : Les espaces ruraux
  • série Orient islamique :
    Responsables : Cécile Bresc (Sorbonne Université), Sylvie Denoix (CNRS-UMR 8167), Perrine Pilette (CNRS-UMR 8167), Mathieu Tillier (Sorbonne Université)
    Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, salle de lecture
    dates : 30 sept., 14 oct., 16 déc., 27 janv., 17 fev., 24 mars ; 5 mai
  • série Occident islamique
    Responsables : Sophie Gilotte (CNRS, CIHAM), Annliese Nef (unv. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Emmanuelle Tixier du Mesnil (Paris Ouest Nanterre), Dominique Valérian (univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Jean-Pierre Van Staëvel (univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Élise Voguet (CNRS, IRHT).
    Lieu : Colegio de España de Paris, Cité Universitaire
    dates : 17 oct., 18 nov., 6 janv., 3 fev., 3 mars, 7 avril, 19 mai

Dans le monde de l’Islam médiéval, les espaces ruraux sont marqués par une très profonde disparité des moyens de connaissance. En Égypte, les campagnes et leurs villages ont laissé, dès les premiers siècles de l’hégire, une abondante documentation en grec, en copte et en arabe, ce qui permet d’appréhender non seulement certains aspects de la vie économique et sociale, mais également les relations avec les villes. En revanche, dans la plupart des régions, les dimensions sociales et économiques de la question souffrent d’une évidente carence documentaire. Composante essentielle de la population, les sociétés agropastorales sont pauvres en sources écrites, et leurs archives quasi inexistantes.
Les sources littéraires (poètes, géographes, voyageurs…) permettent certes de pallier en partie la pénurie documentaire affectant la plupart des territoires de l’Islam médiéval et il conviendrait sans doute, pour commencer, de s’interroger sur la manière dont les auteurs médiévaux se représentent l’espace non urbain et ses relations avec la ville ou les citadins. Néanmoins, ces sources offrent avant tout le regard d’élites urbaines sur les campagnes. De même, quand bien même les documents fiscaux ou administratifs éclairent ponctuellement certains aspects des campagnes, ils sont souvent établis par des élites citadines au profit d’un pouvoir citadin. Lorsqu’elle est fondée sur les sources textuelles urbaines, la connaissance des campagnes apparaît donc biaisée, et d’autant plus limitée si l’on s’intéresse à la vie sociale et économique, aux modes d’exploitation du sol ou aux formes de peuplement. En outre, l’archéologie ne peut encore que pallier très partiellement cette carence documentaire : l’intérêt des archéologues, s’il s’est manifesté avec force pour l’Occident islamique durant les années 1980 et 1990 avant de s’étioler, peine encore à s’étendre, au Proche-Orient, au-delà de la période des débuts de l’Islam. Paradoxalement, les espaces intermédiaires ont fait l’objet d’enquêtes récentes remarquables, ainsi des munya-s, grandes propriétés suburbaines, dans l’hinterland des métropoles méditerranéennes.
Construite pour l’essentiel à partir de ce donné textuel focalisé sur les milieux urbains lettrés, la réflexion historique sur la nature de l’organisation sociopolitique et administrative du monde rural, et plus largement sur celle des rapports entre villes et campagnes, est passée par plusieurs stades. Après avoir successivement été marquée par le modèle latifundiaire de l’histoire positiviste, le modèle féodal de l’histoire marxiste, elle apparaît aujourd’hui, une fois dépassée cette vision stéréotypée de la domination exclusive des villes sur les campagnes, plus fragmentée et plus relativiste que jamais, en fonction de l’état de la recherche dans chaque région ou pays. On a ainsi renoncé à un modèle explicatif général, au profit le plus souvent d’études ponctuelles, encore rares au vu de l’importance du sujet, et qui ne permettent guère de saisir la question dans son ensemble. L’un des objectifs de ce séminaire consistera donc à dresser un premier bilan comparatif des différentes traditions historiographiques en présence, afin de réfléchir aux conditions d’une écriture commune de l’histoire des campagnes dans le monde islamique médiéval. Dans ce monde où la terre demeure la principale source de richesse et de revenus, on s’intéressera notamment à la nature de la propriété foncière, au rapport entre l’Etat et les communautés agropastorales, au degré de contrôle exercé par le premier, ou à la capacité d’autonomie des secondes, aux modes d’exploitation du sol et d’utilisation de l’eau, aux structures du peuplement, enfin aux rapports économiques et à la nature des échanges.
Conçue pour mettre en lumière les logiques d’interaction et les mécanismes d’interpénétration qui régissent les rapports entre villes et campagnes au long du Moyen Âge islamique, cette large réflexion menée dans le cadre du séminaire commun de l’équipe Islam médiéval invite à repenser les catégories d’urbain et de rural, autrefois opposées de manière binaire par l’historiographie.

  1. Actualités de la recherche

Responsable : Sylvie Denoix (CNRS, UMR 8167)
Lieu : IRBIMMA, salle de lecture
dates : 21 oct., 2 dec., 10 fev., 10 mars

Ce séminaire a pour ambition de présenter de nouveaux terrains ou des recherches récentes concernant le domaine de l’Islam médiéval. Des chercheurs de différentes générations (des doctorants avancés aux chercheurs seniors), spécialistes de diverses disciplines (histoire, archéologie, histoire de l’art, islamologie, études littéraires…), y présentent leurs travaux afin d’approfondir la connaissance que nous avons des sociétés que nous étudions dans leurs différentes dimensions (productions savantes comme culture matérielle, représentations et pratiques, étude des institutions comme des acteurs sociaux qui les animent).

Ateliers au choix. 1er semestreDates : 14, 25 nov., 2 déc., 13 janv.

  1. Histoire, science sociale : Genre, famille et inscription dans les espaces ruraux et urbains du monde islamique médiéval
    Responsables: Annliese Nef et Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne)

L’ambition de cet atelier est de faire dialoguer le thème de cette année portant sur le rural (et donc sur l’urbain, la catégorisation sociale étant relationnelle) et l’approche du genre et de la famille dans les sciences sociales, en combinant sociologie, histoire et archéologie.
Bien souvent le rural est rabattu sur le traditionnel dans les conceptions communes, en particulier dans tout ce qui a trait à la famille, envisagée comme la cellule fondamentale de l’organisation sociale, et au genre, la domination masculine étant censée être particulièrement forte dans le monde rural. Pour interroger ces conceptions considérées comme allant de soi, on s’appuiera sur les études de Pierre Bourdieu relatives à l’Algérie (Sociologie de l’Algérie, Esquisses algériennes…) ou au genre (La domination masculine) et de Rémi Lenoir relatives à la famille. On se demandera comment à partir des textes et de l’archéologie on peut lire l’inscription dans l’espace de la famille comme de l’activité féminine en milieu rural et à partir de quels modèles sociologiques, ici dans le monde islamique médiéval.
L’autre terrain retenu est celui de la ville, cadre d’un patronage architectural féminin, amplement traité ces dernières décennies dans les recherches relatives au monde islamique médiéval.
Séance 1 : enjeux généraux ; séance 2 : architecture rurale, genre et famille ; séance 3 : le patronage édilitaire féminin ; séance 4 : discussion des recherches et/ou interrogations des doctorants et masterants

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, salle Islam

  1. Sources écrites : Les espaces ruraux dans l’Histoire des églises et des monastères d’Egypte d’Abū l-Makārim (XIIIe siècle)
    Responsable: Perrine Pilette (CNRS)

En résonance avec le thème général du séminaire, cet atelier a pour objectif d’étudier les campagnes à travers le prisme d’une œuvre arabe peu connue, composée dans les milieux chrétiens égyptiens au XIIIe siècle : l’Histoire des églises et des monastères d’Égypte, attribuée à Abū l-Makārim. Le texte abonde en renseignements caractérisant d’innombrables localités, urbaines ou rurales, situées dans plusieurs régions d’Égypte et du Proche-Orient. Parmi ceux-ci – à côté des descriptions attendues des monuments chrétiens les plus emblématiques de ces territoires – se trouvent de multiples informations concernant les productions agricoles, leurs lieux de stockage, l’organisation des systèmes d’irrigation des terres cultivées, la levée de l’impôt foncier, etc.
La lecture collective de plusieurs extraits des manuscrits connus de l’œuvre permettra d’envisager plusieurs questions, au rang desquelles celles de la représentation de l’espace rural et de son occupation, du rôle des établissements religieux dans la production et la gestion de ressources agricoles ou encore les échanges commerciaux entre ces campagnes et des localités plus peuplées. Dans le même temps, des questions de terminologie, de sociolinguistique et de codicologie seront ponctuellement examinées.

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, petite salle de lecture

Ateliers au choix. 2nd semestreDates : 17, 31 mars, 14 avril, 12 mai

  1. Histoire, science sociale : Les sources numismatiques
    Responsable: Cécile Bresc-Mariani (Sorbonne Université)

Après les conquêtes du VIIe siècle, quelles monnaies circulaient, et où ? Dans les espaces ruraux, trouvait-on encore des monnaies byzantines et sassanides, comme à Damas, ou seulement des pièces de monnaie arabes ? Y a-t-il une spécificité de la circulation monétaire dans l’espace rural ? Celui-ci était-il physiquement monétarisé ou les monnaies n’y jouaient-elles que le rôle de monnaies de compte ? Y frappait-on monnaie ? Enfin, y avait-il des particularités provinciales quant à la production et à la circulation des monnaies ?
En restant dans le thème général adopté cette année pour le séminaire commun, nous proposerons une initiation aux techniques et aux sources de la numismatique islamique : lire et identifier les monnaies, utiliser la bibliographie, trouver les publications de trésors et de monnaies isolées, valoriser les informations apportées par les monnaies. Pour rendre cet atelier participatif et utile, les étudiants sont invités à proposer les espaces et les temps qui servent à leurs propres recherches.

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, salle Islam

  1. Sources écrites : Les régimes de narrativité
    Responsables: Sylvie Denoix (CNRS) et Iyas Hassan (Sorbonne Université)

Les historiennes et les historiens sont, dans l’exercice de leur métier, confrontés à des récits. Soit ceux rédigés par les témoins des époques étudiées, soit ceux produits par l’historiographie. La narrativité est un champ qui étudie les mécanismes internes d’un récit. La narration, constituante du récit, est alors l’objet de fécondes analyses et la narratologie est la discipline qui s’y emploie.
Dans cet atelier, nous tâcherons d’aider les étudiants à examiner des éléments de leur corpus dans une perspective narratologique.

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, petite salle de lecture

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Formation] Séminaire de Master: Analyse des groupes sociaux et prosopographie (Thierry Kouamé)

Séminaire de Master (module UE 1, séminaire secondaire), sous la responsabilité de Thierry Kouamé, ouvert à tous les étudiants des masters d’histoire de Paris 1 et aux autres étudiants qui en feront la demande à thierry.kouame@univ-paris1.fr

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi, de 14 h à 16 h, en salle Perroy.

La prosopographie est l’étude d’un groupe social (communauté, institution, statut, profession, etc.), à partir des relations interpersonnelles des membres qui le composent. Cette méthode ne se réduit donc pas à l’étude statistique d’une population, mais consiste à mettre en relation tous les parcours biographiques de ses individus. La prosopographie a renouvelé l’histoire des groupes sociaux en les soumettant à une analyse sociologique et en révélant les mécanismes occultes de leur genèse et de leur fonctionnement.

Ce séminaire a pour but d’initier les étudiants de master aux techniques indispensables à la maîtrise de cet outil d’analyse historique : on abordera les problèmes posés par la construction de l’objet, le choix de la source et l’identification des personnes, jusqu’à la réalisation de la notice prosopographique et de la base de données (séances de méthodologie), tout en étudiant des travaux réalisés ou en cours (séances de recherche).

Programme de l’année 2020-2021 (ici en PDF) :

16 octobre – Méthodologie : La prosopographie, histoire et méthode

13 novembre – Recherche : Prosopographie des notables

27 novembre – Méthodologie : Les sources de la prosopographie

11 décembre – Recherche : Genre et prosopographie

15 janvier – Méthodologie : L’identification des personnes

29 janvier – Recherche : Prosopographie de l’État

12 février – Méthodologie : La notice prosopographique

5 mars – Recherche : Crime et prosopographie

19 mars – Méthodologie : La construction d’une base de données

2 avril – Recherche : Prosopographie et réseaux

16 avril – Méthodologie : L’analyse sociologique des groupes

Source: Les carnets du LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Bourse] Prix du Premier livre de la Chaire Louis Massignon d’études du fait religieux (lim. 5 déc. 2020)

Ouverte au printemps 2020, la Chaire Louis Massignon d’études du fait religieux lance son premier appel pour le prix du Premier livre. La création de cette récompense répond à un des objectifs majeurs de la Chaire qu’est le soutien à la jeune recherche dans un environnement de plus en plus compétitif où la publication d’un premier ouvrage est devenue presque indispensable. Le prix s’élève à 10 000€ et a vocation à récompenser un ouvrage de sciences sociales du fait religieux contemporain, publié en français, en 2019 ou en 2020.
Le livre en question doit être une recherche académique fondée sur des données empiriques et/ou théoriques de première main et la première monographie en nom propre de l’auteur.ice, sans limite d’âge. Il peut donc s’agir d’un manuscrit issu de la thèse, mais pas nécessairement. L’attribution du prix se fera sur la foi des seuls critères précisés ci-dessus. Les travaux seront évalués par un jury mixte composé à la fois d’un membre du comité scientifique de la Chaire, et d’un.e chercheur.e extérieur.e spécialiste du sujet abordé dans l’ouvrage.

L’ouvrage doit être envoyé en deux exemplaires par voie postale avant le 5 décembre 2020 minuit (cachet de la Poste faisant foi).
Le nom du.de la lauréat.e. sera annoncé le 15 mars 2021 et il.elle recevra son prix publiquement, lors de la tenue de la Conférence annuelle de la Chaire prévue fin mars 2021, à Paris. Le.a lauréat.e sera par la suite invité.e à venir présenter son ouvrage lors d’une conférence-débat dédiée. De plus, le.a lauréat.e acceptera que son ouvrage fasse l’objet d’une présentation sur le site internet de Sciences Po et cèdera à cette fin de manière non-exclusive son droit de représentation et de reproduction attaché au livre.

Pilotage de la Chaire
Le pilotage scientifique est conduit par Alain Dieckhoff, directeur de recherche au CNRS et directeur du CERI, et Stéphane Lacroix, Associate Professor à Sciences Po et chercheur au CERI. Le secrétariat scientifique est assuré par Charlotte Thomas, chercheure postdoc au CERI.

Prix du Premier livre de la Chaire Louis Massignon d’études du fait religieux
Informations pratiques à retenir

Critères d’éligibilité : premier ouvrage en nom propre, fondé sur des données de première main, sans restriction d’âge
Langue : français
Discipline : sciences sociales du fait religieux contemporain
Publication : 2019 et 2020
Montant du prix : 10 000€
Calendrier :
    Réception des manuscrits : 5 décembre 2020
    Publication des résultats : 15 mars 2021
    Remise du Prix : fin mars 2021
Adresse et format d’envoi : envoi postal papier
                                            Ceri – Sciences Po
                                            A l’attention de Charlotte Thomas
                                            56, rue Jacob
                                            75006 Paris

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Financement] « Bourses » scientifiques de la Casa de Velázquez 2021 (limite : 9 oct.)

Conformément au décret du 10 février 2011 relatif aux Écoles françaises à l’étranger (art. 25) et au règlement intérieur de l’établissement (art. 14), les « bourses » scientifiques sont des aides spécifiques accordées à des étudiants. Destinées à de jeunes chercheurs doctorants  dont les travaux nécessitent un séjour dans la péninsule Ibérique.

  Aides spécifiques
(“Bourses“)
Public Chercheurs doctorants dont les travaux nécessitent un séjour
court en péninsule Ibérique.
Profil du candidat Etre inscrit en doctorat et
présenter un projet de recherche se rapportant à l’un des domaines de compétence de
l’établissement
Condition d’âge Être majeur
Conditions de nationalité Aucune
Durée 1 à 3 mois consécutifs
  Consulter les conditions générales d’attribution
Campagne Ouvertes jusqu’au 9 octobre 2020 à 13 heures (Heure de Madrid)
Candidatures Accéder au portail de candidatures
 

Source: Site de la Casa de Velázquez

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts