[Appel à contribution] Investir la frontière, Revue Frontière.s [Date limite : 20 décembre 2020]

Coordination : Marine Lépée, Gaëlle Perrot

Argumentaire

La frontière n’est pas seulement une limite ou une interface entre deux réalités. Elle constitue également un espace construit et organisé où s’investir ou à investir de manière plus ou moins pérenne. Pour ce quatrième numéro, les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les modalités d’appropriation de la frontière et ses formes d’occupation, en portant une attention particulière aux acteurs et aux dynamiques centres-périphéries.

La thématique pourra être abordée librement selon différentes approches :

  • investissement matériel : habiter ou aménager des espaces intégrés ou à la marge, investir des moyens financiers, humains, structurels
  • investissement territorial : maîtriser et étendre les limites d’un territoire religieux, agricole, étatique, etc.
  • investissement militaire : engager des forces militaires afin d’occuper/conquérir un espace ou une population
  • investissement symbolique : revêtir la frontière d’un droit, d’un pouvoir, d’une dimension honorifique, d’une juridiction, d’une identité territoriale ou nationale
  • investissement intellectuel : considérer une frontière ou un territoire frontalier comme un horizon de la connaissance, un espace à cartographier ou à explorer.
Calendrier
  • 20 décembre 2020 : date limite de soumission des articles complets
  • 15 mars 2021 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
  • 15 avril 2021 : date de retour des versions corrigées
  • juin 2021 : parution du numéro
Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution avant le 20 juin 2020 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

 

Source : Revue Frontière.s

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] I. Epurescu-Pascovici (éd.), Accounts and Accountability in Late Medieval Europe Records, Procedures, and Socio-Political Impact, Turnhout, Brepols, 2020, VII + 303 p.

Présentation

An interdisciplinary study of the development of institutional accountability in the later Middle Ages, highlighting innovations in auditing procedures, administrative professionalisation, and the political and social impact of the reforms.

Accounts and Accountability in Late Medieval Europe traces the momentous transformation of institutions and administration under the impact of accounting records and procedures, c. 1250–1500. The volume’s focus on the materiality and organising logic of a range of accounts is complemented by close attention to the socio-political contexts in which they functioned and the agency of central and local officials.

The volume is divided into three parts: the role of financial accountability in the political designs of late medieval states, the uses of accounts auditing and information management as tools for governance, and their impact on the everyday life of local communities. Covering both the centre and the periphery of medieval Europe, from England and the Papal curia to Savoy and Transylvania, the case studies evince the difficult passage from the early experiments with financial accounts towards an accountability of office.

Source : Brepols

Table des matières sur le site de l’éditeur

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] Séminaire d’Études Hispaniques Médiévales « Textes et discours dans les communautés mudéjares de l’Espagne médiévale », 3 septembre 2020, ENS de Lyon

Coordination: Carlos Heusch (ENS, CIHAM) et Julie Marquer (Université Lyon 2, LCE, CIHAM), coorganisé avec Olivier Brisville-Fertin.

Date: le 3 septembre 2020, de 14h30 à 18h

Lieu: D8.003, Site Buisson (D8), ENS de Lyon, 15 Parvis Descartes, 69007 Lyon.

Accès libre dans la limite des places disponibles selon les mesures sanitaites.

Programme:

14 heures | ACCUEIL

14 h 30 | OUVERTURE par Carlos HEUSCH (ENSL)

14 h 50 | Alberto MONTANER (U. de Zaragoza) – « La clerecía de los alfaquíes: poemas aljamiados en cuaderna vía »

15 h 25 | Nuria de CASTILLA (EPHE-PSL) – « De Bagdad a Belchite, o la segunda vida de un tratado de controversia anticristiana »

16 heures | PAUSE

16 h 20 | Julie MARQUER (U. Lyon 2)– « La šahāda dans une église. Le cas exceptionnel de l’inscription arabe de Santa María de Maluenda (XVe siècle)

16 h 55 | Linda G. JONES (U. Pompeu Fabra) – « Las herramientas de un predicador mudéjar/morisco: el manuscrito n.o RESC/54 de la Biblioteca Tomás Navarro Tomás del CSIC de Madrid »

17 h 30 | Olivier BRISVILLE-FERTIN (U. Lyon 1) – « D’une langue à l’autre: comparaison des corpus aragonais en arabe et en aljamiado »

18 heures | CLÔTURE

Programme: SEHM2020_Prog-Web

[Post mis à jour le 4/8/2020, O. Brisville-Fertin]

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] Claire Soussen, La pureté en question. Exaltation et dévoiement d’un idéal entre juifs et chrétiens (couronne d’Aragon, 1391-1492)

  • Éditeur : Casa de Velázquez
  • Collection : Bibliothèque de la Casa de Velázquez | 79
  • Lieu d’édition : Madrid
  • Année d’édition : 2020
  • Publication sur OpenEdition Books : 16 juin 2020
  • EAN (Édition imprimée) : 9788490962480
  • EAN électronique : 9788490962497
  • Nombre de pages : XVIII-359 p.

La pureté en question examine les fondements historiques et scripturaires de l’idéal de pureté partagé par les juifs et les chrétiens à la fin du Moyen Âge en péninsule Ibérique. Le croisement des sources théoriques et des documents de la pratique, des sources latines, hébraïques et vernaculaires met en évidence la façon dont ce thème majeur de la littérature biblique et talmudique s’est perpétué à travers les siècles et a eu des incidences nombreuses sur la vie quotidienne des hommes au xve s. La réflexion débouche sur des questions centrales pour l’histoire de la minorité juive en péninsule Ibérique : le passage de l’antijudaïsme à l’antisémitisme, l’apparition du concept de race, la prépondérance du sang dans l’assignation à une identité, le poids de l’accusation de crime rituel, l’incrimination des non chrétiens dans une société Ibérique de plus en plus exclusive, la discrimination et la ségrégation pour s’en protéger jusqu’à l’expulsion.

Lien vers l’ouvrage disponible en accès ouvert: https://books.openedition.org/cvz/10828

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à communication] La déterritorialisation : résistance ou résilience ? (Antiquité – Moyen Âge), Boulogne-sur-Mer, 17 nov. 2020 (lim. 3 juil. 2020)

Confrontées à l’affirmation d’une autorité jugée hostile sur leurs territoires, les populations disposent d’un répertoire d’actions de résistance relativement vaste. La manifestation, la désobéissance civile ou la lutte active, par la plume ou par les armes, sont les recours les plus répandus mais ne sont pas les seules options. Quand les populations ont le sentiment que le départ est nécessaire, la déterritorialisation peut être également, selon certaines modalités, une œuvre de résistance ou une forme de résilience. Que l’on pense à l’anachorèse des paysans égyptiens écrasés d’impôts, à la fuite au désert des pseudo-messies juifs du Ier  siècle, à l’abandon parfois de territoires entiers pour se resserrer à l’échelle de villes ou de quartiers, la déterritorialisation a pu s’expliquer par des logiques pragmatiques et bassement matérielles, mais elle a pu se nourrir aussi de motivations, voire de justifications ou de critiques plus ou moins élaborées (éventuellement a posteriori), mettant en évidence, prétextant ou instrumentalisant un refus de l’obéissance ou du mélange social, politique ou culturel. Comprise ainsi, la déterritorialisation peut n’être pas qu’une simple fuite, mais la sublimation d’une perte. Elle a pu être pensée, appliquée et vécue comme un mode de résistance, voire de survie collective, physique ou identitaire. Elle a pu être volontaire tout autant que contrainte ou incitée, attendue par l’autre parti ou le prendre au dépourvu, permettre d’échapper au pire ou entraîner de lourdes difficultés en exil.

Calendrier

L’appel à propositions est ouvert jusqu’au vendredi 3 juillet. La réponse sera donnée dans les quinze jours. La journée d’études aura lieu à

Boulogne-sur-Mer, au site universitaire du Musée (Université du Littoral – Côte d’Opale) le mardi 17 novembre 2020. Les travaux sont susceptibles de donner lieu à publication sous la forme d’un dossier thématique dans une revue spécialisée.

Plus d’informations : La déterritorialisation

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] «Les communautés religieuses et villageoises dans la reconstruction économique à la fin du Moyen Âge (XVe-XVIe siècles)» (lim. 15 juillet)

En août 1996, les Amis de Léoncel avaient traité en un seul colloque deux siècles et demi d’histoire de l’abbaye (1303-1562), dans un dossier qui faisait la part la plus belle aux difficultés du XIVe et du début du XVe siècle. En nous appuyant sur de nouvelles approches, nous souhaitons cette année remettre en perspective la reconstruction économique associée au retour des moines à Léoncel dans le deuxième quart du XVe siècle.

Après le Petit Optimum Médiéval et une extension des terroirs qui a largement bénéficié aux cisterciens, l’« automne » du Moyen Âge est marqué par une déprise du peuplement, effet d’un effondrement démographique et de troubles guerriers (ici les attaques de Raymond de Turenne). Mais s’ensuit, au XVe siècle, une reconquête et une réorganisation des terroirs, portée par le triomphe de l’écrit (terriers, cartulaires, inventaires…), le développement des échanges et des marchés, l’affirmation des communautés d’habitants et la « naissance des communs » (F. Mouthon). Comment les communautés, religieuses ou villageoises organisent-elles cette reconstruction économique ? Quelles sont leurs stratégies documentaires ?

Un des enjeux pour les communautés religieuses désormais privées du travail et des capacités de gestion des convers est de continuer à tirer des revenus de leur patrimoine. Quel est le profil de leurs tenanciers ou albergataires ? Comment les domaines monastiques (souvent dévolus au faire-valoir direct) sont-ils réinvestis par une population rurale ?

Propositions, pour le 15 juillet 2020, à transmettre à l’adresse contact@les-amis-de-leoncel.com

Lieu: Hostun (Drôme)

Date: Samedi 12 septembre 2020

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Stage] Stage d’initiation au manuscrit médiéval, IRHT-CNRS

 

Amis amateurs de manuscrits, sortez vos agendas, les inscriptions au stage d’initiation au manuscrit médiéval de l’IRHT sont ouvertes !

Comme chaque année depuis 1989, l’IRHT organise un stage annuel d’initiation au manuscrit médiéval. Il est destiné aux étudiants de Master I ou II, aux doctorants en lettres, philosophie et histoire (notamment pour ceux qui étudient des enlumineurs).

Le stage aura lieu du lundi 2 novembre au vendredi 6 novembre 2020 au Campus Condorcet et dans Paris.

 Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 30 septembre via ce formulaire.

Les stagiaires seront répartis par groupes de spécialité (sources d’archives, latinistes, historiens de l’art, hébraïsants, hellénisants, arabisants).

Le stage se divisera en séances d’exposés magistraux et ateliers, afin de donner une perspective d’ensemble sur le travail et la recherche. Une grande variété de thèmes sera abordée : présentation de manuscrits et introduction à la codicologie, histoire de l’écriture, mise en page et décoration, transmission des textes, histoire des bibliothèques, passage du manuscrit à l’imprimé, héraldique, reliure, exercice d’édition ou d’identification de textes, humanités numériques … Des visites sont également prévues en bibliothèque ou aux Archives nationales autour de manuscrits ou de sources documentaires.

Attention, les séances ne comprennent ni apprentissage de la paléographie, ni exercice de lecture !

Le livret-guide du stage qui a pour objet de fournir les éléments essentiels pour s’initier à l’approche du manuscrit et de sa description, tels qu’ils ont été élaborés au fil du temps dans un laboratoire de recherche par des équipes spécialisées est révisé chaque année et sera distribué aux participants sous format numérique.

Type d’événement : stage

Conditions d’accès : Inscription

Dates : 02/11/2020 – 06/11/2020

Lieux :

Paris-Aubervilliers, Campus Condorcet

Bâtiment de recherche Nord

14, cours des Humanités 93322, Aubervilliers cedex.

Tel : 01.88.12.18.46

 

Source : IRHT-CNRS, https://www.irht.cnrs.fr/?q=fr%2Fagenda%2Fstage-d-initiation-au-manuscrit-medieval&fbclid=IwAR3zOc13BpNtvEjmPMuVscgWfZKY6IArlJPbEk4FmyHzE_4dwo7T23nLDqs 

Amalia Desbrest

Doctorante en littérature médiévale espagnole, ENS de Lyon - CIHAM -UMR 5648.

More Posts

[Appel à Contribution] Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) 24.2 (lim. 31 août)

Le Bucema, bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, est une revue scientifique à comité de lecture consacrée aux études sur le Moyen Âge. Fidèle à son principe de diffusion de la recherche en train de se faire et librement accessible, le Bucema continue à mettre l’accent sur l’interdisciplinarité ‐sciences humaines et sociales, sciences de la nature et mathématiques‐, comme le meilleur moyen d’inventer une nouvelle médiévistique. Il est particulièrement intéressé par les contributions proposant des nouvelles méthodes, faisant état d’expériences dans le domaine des humanités numériques (digital humanities) et des nouvelles technologies, s’interrogeant sur les implications épistémologiques et conceptuelles des recherches sur le Moyen Âge.

Le Bucema 24.2 publié en ligne sur la plateforme OpenEdition Journals est en préparation. Nous vous invitons à soumettre, dès maintenant et avant le 31 août 2020, votre contribution pour ses différentes rubriques en vue de la publication du numéro varia n° 24.2, à paraître en décembre 2020. Pour exemple, le numéro 23.1 (2019) est consultable à l’adresse https://journals.openedition.org/cem/16281

Fidèle à son principe de diffusion de la recherche en train de se faire et librement accessible, le Bucema continue à mettre l’accent sur l’interdisciplinarité ‐sciences humaines et sociales, sciences de la nature et mathématiques‐, comme le meilleur moyen d’inventer une nouvelle médiévistique. Il est particulièrement intéressé par les contributions proposant des nouvelles méthodes, faisant état d’expériences dans le domaine des humanités numériques (digital humanities) et des nouvelles technologies, s’interrogeant sur les implications épistémologiques et conceptuelles des recherches sur le Moyen Âge. Il accueille aussi des études et des synthèses de fond dans les domaines de l’archéologie, de l’histoire et de l’histoire de l’art, tout en se faisant l’écho de l’actualité de la recherche la plus récente.

Tourné vers la communauté scientifique internationale, le Bucema accepte des contributions dans les langues suivantes : allemand, anglais, espagnol, français, italien, portugais.

Le contenu de votre contribution est soumis à un comité de lecture avant publication.

Axes thématiques

Les différentes rubriques :

  • Recherche active : articles et études de fond inédits ;
  • Entretien : échanges avec un(e) spécialiste sur son expérience dans son domaine de recherches ;
  • Note de lecture : essai bibliographique thématique, autour d’un ou plusieurs ouvrages ;
  • Point de vue : sur une expérience concrète d’exercice, avec des implications dans le champ de la recherche ;
  • Découvertes : archéologique, archivistique, textuelle, iconographique, artistique, etc., importante ;
  • Chantiers : communications brèves mais problématisées, faisant état des avancées scientifiques des recherches nouvelles ou en cours (fouilles archéologiques, recherches archivistiques, iconographiques, lexicales, etc.) ; 
  • Chroniques : synthèses fouillées des rencontres scientifiques ;
  • Dissertatio : résumés de thèses, de dissertations et de mémoires ;
  • Rendez-vous : annonces de nouveaux programmes de recherches, des rencontres à venir.

Modalités de soumission

Les articles seront soumis au comité de rédaction et envoyés au secrétariat de rédaction de la revue, sous forme électronique (fichier attaché format .doc, .docx), à l’adresse suivante :

bucema.contact@gmail.com

Avant le 31 août 2020.

 

Tout auteur qui envoie un article au Bucema‐Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, si cet article est accepté, reconnaît au CEM le droit de le publier sous forme électronique sur le site

Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

 

Source et informations complémentaires: https://calenda.org/785843

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] Corisande Fenwick, Early Islamic North Africa. A New Perspective, Bloomsbury, 2020

‘Fenwick’s definitive study offers a bold and refreshing account of the arrival and assimilation of Islam in North Africa. By integrating textual and archaeological sources both old and new, her book displays an urgent freshness in rigorously challenging old narratives with modern discoveries.’

Alan Walmsley, Honorary Professor of Ancient History, Macquarie University, Australia

This volume proposes a new approach to the Arab conquests and the spread of Islam in North Africa. In recent years, those studying the Islamic world have shown that the coming of Islam was not marked by devastation or decline, but rather by considerable cultural and economic continuity. In North Africa, with continuity came significant change. Corisande Fenwick argues that the establishment of Muslim rule also coincided with a phase of intense urbanization, the appearance of new architectural forms (mosques, housing, hammams), the spread of Muslim social and cultural practices, the introduction of new crops and manufacturing techniques and the establishment of new trading links with sub- Saharan Africa, Europe and the Middle East. This concise and accessible book offers the first assessment of the archaeology of early Islamic North Africa (7th–9th centuries), drawing on a wide range of new evidence from Morocco, Algeria, Tunisia and Libya. It lays out current debates about its interpretation and suggests new ways of thinking about this crucial period in world history. Essential reading for those interested in understanding the impact of the Arab conquests and the spread of Islam on daily life, it will also challenge students of archaeology and history to think in new ways about North Africa, the earliest Islamic empires and states and the transition from the Roman to the medieval Mediterranean.

Corisandre Fenwick is Lecturer in Mediterranean Archaeology at the Institute of Archaeology at University College London, UK. She is co-editor of The Aghlabids and their Neighbours (2017) and the Oxford Handbook of Islamic Archaeology (2020). She co-directs excavations at Bulla Regia, Tunisia and Volubilis, Morocco.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] J. Vanz, L’invention d’une capitale : Tlemcen (VIIe-XIIIe/IXe-XVe s.), Paris, 2019

Jennifer Vanz, L’invention d’une capitale : Tlemcen (VIIe-XIIIe/IXe-XVe siècle), Paris, Éditions de la Sorbonne, Bibliothèque historique des pays d’Islam 14, 2019.

Depuis les travaux menés à l’époque coloniale, Tlemcen (Algérie) n’a plus été prise comme objet d’étude à part entière, l’historiographie ayant privilégié l’histoire politique et événementielle à l’échelle d’un royaume.

Cet ouvrage replace la ville au cœur de la réflexion pour interroger les modalités de son affirmation en tant que capitale de la dynastie abdelwadide à partir VIIe/XIIIe siècle, en l’envisageant d’abord comme une construction sociale. L’affirmation de ce statut est ainsi le résultat de stratégies discursives déployées par le pouvoir abdelwadide mais aussi mérinide, puis partagées, diffusées et réappropriées au-delà du Maghreb. Ce sont ainsi de nouvelles catégories qui émergent et participent de la recomposition des représentations spatiales à l’époque post-almohade. Mais ce sont aussi les pratiques de l’espace mises en oeuvre par divers acteurs, pouvoirs sultaniens, saints et savants, qui contribuent à faire de Tlemcen une capitale et qui favorisent son affirmation à l’échelle régionale, ainsi que son insertion dans les réseaux méditerranéens et transsahariens.

À travers l’étude de la construction matérielle et symbolique de Tlemcen comme capitale de la dynastie abdelwadide, cet ouvrage revisite l’histoire du Maghreb central et d’un pouvoir abdelwadide trop souvent considéré comme instable et soumis à ses concurrents mérinide et hafside, pour donner à voir les dynamiques qui l’animent et les interactions dont il se nourrit.

Édition Première édition

Éditeur Éditions de la Sorbonne

Support Livre broché

Nb de pages 474 p. Index . Bibliographie . Notes .

ISBN-13 9791035103385

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à candidature] Membre scientifique de l’IFAO 2020-2021 (lim. 15 juin 2020)

Lieu, service

L’Institut français d’archéologie orientale du Caire (Ifao) est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel placé sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. L’Ifao a pour mission principale l’étude des cultures qui se sont succédé en Égypte depuis la Préhistoire jusqu’à l’époque contemporaine, dans les domaines de l’histoire, de l’archéologie et de la philologie.


Statut, service

Conformément à ses statuts, et plus précisément les articles 19 à 22 du décret nº 2011-164 du 10 février 2011 relatif aux Écoles françaises à l’étranger, l’Ifao recrute six membres scientifiques pour une durée d’un an renouvelable trois fois au maximum. Les membres scientifiques sont nommés par le directeur de l’établissement, après avis du conseil scientifique, au sein d’une liste établie par une commission d’admission. Ils développent leur propre projet de recherche et participent aux activités de recherche, de formation et à la politique documentaire de l’Ifao.

Six postes de membre scientifique seront ouverts à compter du 1er septembre 2020. Les six titulaires actuels sont susceptibles d’être proposés au renouvellement. En fonction des résultats des concours de recrutement en cours à l’université ou au CNRS, un ou plusieurs postes sont néanmoins susceptibles d’être vacant(s) dans le domaine des études égyptologiques et papyrologiques d’une part, des études coptes, arabes et islamiques d’autre part.


Procédure

Les conditions pour faire acte de candidature sont les suivantes :

  1. soit être doctorant ;
  2. soit être titulaire d’un diplôme national de niveau égal ou supérieur au doctorat ;
  3. soit être maître de conférences ou personnel assimilé en application de l’article 6 du décret du 16 janvier 1992 ;
  4. soit justifier de titres ou diplômes universitaires ou scientifiques étrangers jugés équivalents par la commission d’admission.

Le dossier de candidature doit comporter :

– une lettre de motivation ;

– un curriculum vitae comportant notamment l’indication des études poursuivies, des diplômes obtenus, une liste des publications et travaux réalisés ;

– les avis motivés d’au moins deux personnalités scientifiques sur les travaux et les projets du candidat ;

– un exposé d’un projet de recherche sur quatre ans, s’inscrivant dans les grandes orientations scientifiques de l’Ifao, telles qu’elles sont explicitées dans l’appel à projets 2021. Ce projet de recherche ne doit pas dépasser 20 000 signes, bibliographie exclue.

Le dossier doit en outre comporter les documents suivants :

  1. a) le formulaire de demande d’admission complété :

Formulaire_membres_scientifiques_2020.doc

b.1) Pour les fonctionnaires, un certificat délivré par l’autorité hiérarchique indiquant la situation administrative actuelle (catégorie, échelon) et une copie de leur dernier arrêté d’avancement ;

b.2) Pour les fonctionnaires titulaires de l’enseignement supérieur, les documents prévus en b1 et un avis favorable au détachement du candidat pour une année, en cas de succès, du président ou directeur de son établissement d’origine, nanti de l’avis conforme du conseil d’administration dudit établissement ;

b.3) Pour les non-fonctionnaires, une copie d’une pièce d’identité (carte d’identité ou passeport), un extrait du casier judiciaire et un certificat médical constatant que le candidat n’est atteint d’aucune maladie ou infirmité le mettant dans l’impossibilité d’occuper le poste demandé ;

  1. c) Pour les candidats mariés, une photocopie du livret de famille ; pour les candidats liés par un pacte civil de solidarité, un justificatif de situation ;
  2. d) Une copie des diplômes obtenus ; pour les titulaires d’un doctorat, joindre copie du rapport de thèse ou, à défaut, des pré-rapports ;
  3. e) Lorsque le candidat n’a pas encore soutenu de thèse, joindre un certificat de l’université intéressée et une lettre d’appui du directeur de thèse ;
  4. f) Pour les candidats concernés, la copie de l’attestation individuelle de participation à la Journée Défense et Citoyenneté (JDC).

Pour les postes proposés au renouvellement, conformément à l’article 9.1 du règlement statutaire de l’Ifao, les membres doivent fournir :

– un bilan de leur activité à l’Institut ;

– les perspectives de leur recherche dans le cadre des années suivantes à l’Ifao ;

– le rapport du directeur.

Le dossier de candidature doit être déposé au plus tard le 15 juin 2020, à minuit (heure du Caire), sous forme électronique exclusivement, sur le site internet de l’Ifao sous la rubrique Annonces / Postes & emplois.

Tous renseignements sur le dossier administratif peuvent être demandés au secrétariat de la direction, Mme Hélène Wahba (téléphone : +20 2 27971649, courriel : direction@ifao.egnet.net)


Concours

Vous devez créer un compte pour déposer un dossier consistant en un fichier unique au format PDF.

Voir sur le site: https://www.ifao.egnet.net/institution/emplois/?fbclid=IwAR0FHMFxrDNi2MXtfi2UBK6SP0wPFkh29Pa3UO2rWwS4hG5xtMSV_-rvyX0


Date limite

lundi 15 juin 2020 à minuit

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] « La conversion religieuse en actes : scènes, pratiques et circulations »  (lim. 15 sept. 2020)

AAC en version PDF

Dossier coordonné par : 

Pamela Millet (EHESS-CéSor)
Hamida Azouani-Rekkas (EHESS-CMH)  
Bernard Coyault (EHESS-IMAF) 

Date limite d’envoi des propositions : 15 septembre 2020 

Ce numéro thématique se propose de revenir sur les phénomènes de conversions religieuses comme pratiques sociales polymorphes, et interroge les différentes pratiques, temporalités et mobilités religieuses qui en découlent. Jouissant d’une grande profondeur historique, la question de la conversion suscite, en effet, une diversité d’interprétations et d’approches aussi bien épistémologiques que méthodologiques (Buckser et Glazier 2003). Pourtant, malgré une abondante littérature, les dynamiques de conversions sont généralement appréhendées en sciences sociales soit dans leur dimension spirituelle (Redford 1843 ; Brandt 2009) soit dans leur dimension fonctionnaliste voire utilitariste, couvrant le champ de la « rationalité de la conversion religieuse » (Decobert 2000). En outre, la notion de conversion se voit plus souvent analysée à partir de sa narration, de ses « illustrations biographiques » (Le Pape 2010), et donc décrite sous forme d’un récit standardisé et standardisant (Mary et Piault 1998 ; Fabre 1999), de « rupture » (Meyer 1998) ou de « radical change » (Robbins 2007) dans la vie du converti. Dans les sociétés africaines, les caractéristiques sociales, économiques et politiques – « le paradigme fonctionnaliste » en somme (Willaime 1999 : 22) – sont généralement mobilisées comme variables explicatives privilégiées pour rendre compte des conversions d’individus, poussant le chercheur à s’éloigner des idéologies religieuses (chrétiennes ou islamiques notamment) mais également à faire passer la dimension personnelle, voire intime, pour une variable secondaire (Comaroff et Comaroff 1991). Dans le cas des conversions aux pentecôtismes par exemple, les crises de sens, les dictatures, la pauvreté ou l’insécurité – « l’anomie » en somme (Durkheim 1975 [1897]) – apparaissent comme des récits explicatifs de premier choix pour énoncer les conversions individuelles ou de masse – deux phénomènes pourtant phénoménologiquement différents (Mahieddin 2015).  

La conversion à l’échelle des individus : acteurs, matérialités et dynamiques sociétales

 Le numéro 182 des Archives en sciences sociales des religions (Savy et Sotinel 2018) présentait dans une perspective plus historique une analyse de ce qui se donnait à voir dans l’espace public à la suite de phénomènes de conversions religieuses dans les contextes européen et méditerranéen à partir de la fin de l’Antiquité jusqu’à la période moderne. Ce dossier vise à prolonger cette démarche en interrogeant dans un double sens, phénoménologique et sémiologique, les gestes, les signes et les mises en scènes des conversions religieuses en Afrique. En croisant ces deux dimensions qui se veulent attentives à ce que les individus donnent à voir de leurs expériences quotidiennes, qu’il s’agisse du rapport qu’ils entretiennent à eux-mêmes, aux autres ou à la société environnante, nous invitons à penser les phénomènes de conversions religieuses par le biais de leur mise en signes, qui nous renseigne sur les différentes manières dont les acteurs expérimentent en situation et matérialisent leur croire. Si les phénomènes de conversions ne sont pas appréhendés ici comme des récits standardisés marquant des « avant » et des « après » stabilisés et figés, mais bien comme des processus dynamiques et performatifs, l’accent sera mis sur les pratiques sociales des acteurs ainsi que sur les représentations et imaginaires qui les sous-tendent. Plus spécifiquement, nous souhaitons dans le cadre de ce dossier lire les phénomènes de conversions religieuses principalement à partir de ce qui se joue à l’échelle des individus (y compris quand il s’agit de conversions collectives), tant de nouveaux que d’anciens convertis, travaillés par des rapports sociaux de genre, de classe et de génération, et qui se donnent davantage à voir sous l’angle du « croire c’est faire », à l’intersection du privé et du public. La conversion est ici entendue dans sa dimension expérientielle, vécue, soit comme une pratique, une façon spécifique d’habiter le soi et d’habiter le monde, qu’il s’agisse d’expériences ostentatoires plus ou moins intensives ou de formes plus discrètes liées aux questions de l’intime (notamment l’hygiène corporelle, les pratiques sexuelles, etc.).  

Il s’agit donc d’interroger les performances des acteurs, leurs mises en signes et en actes, ce qu’ils énoncent et font, leurs manières de faire au quotidien, sans oublier les voix dissidentes, ou encore  ces « acteurs-veilleurs » (Millet 2019), qui se donnent parfois pour mission de vérifier, de valider et/ou d’invalider les discours, les pratiques et les attitudes, mettant ainsi en avant tout à la fois les expériences des acteurs et les rapports de force qui, à divers degrés, les accompagnent. La perspective telle qu’elle est ici pensée permet de s’intéresser à la manière dont les individus agissent et donnent sens à leurs actes mais aussi à la façon dont cet agir, résolument pluriel, interroge l’éternelle dialectique du dire et du faire. Il s’agit ainsi, d’une part, d’appréhender à nouveaux frais, à la suite du numéro 123 de Politique Africaine consacré à la pluralisation religieuse (Lasseur et Mayrargue 2011) les manières dont le politique et le religieux s’imbriquent dans les mécanismes de construction et de présentation de soi, et d’autre part, d’inscrire les débats sur les acteurs religieux africains dans des discussions contemporaines sur les logiques de recompositions du religieux (Berger 1971 ;  Fouchard, Mary et Otayek 2005 ; Holder et Sow 2013 ; Lasseur et Mayrargue 2011 ; Giordan et Pace 2014) et les dynamiques d’individualisation qui ne sont pas elles-mêmes à l’abri d’ambivalences et parfois même de contradictions.  

Les convertis dans la cité : identifications, subjectivations et rapports de force

En partant des acteurs et de leurs trajectoires propres, de leurs expériences, des manières dont ils s’affirment et se donnent à voir quotidiennement comme convertis (soit d’une focalisation sur l’individualité mais sans que cela ne proscrive des approches qui s’inscriraient dans une analyse des interactions entre expériences individuelles et collectives) ce dossier qui s’inscrit dans la lignée des travaux sur les modes de subjectivations invite à penser les conversions religieuses comme des phénomènes de fabrication et de mise en signes plus ou moins complexes de nouveaux rapports à soi, aux autres et au monde social, qui peuvent fonctionner en synergie, en opposition, voire en conflit. Les débats souvent passionnés sur la question des effets de la conversion sur la vie quotidienne montrent en effet à quel point les enjeux de compréhension de telles transformations débordent largement les enjeux religieux et ramènent presque toujours à du politique (Michel 1994).

Centrer l’attention sur les individus, sur leurs pratiques concrètes, sur la conversion en train de se faire, c’est-à-dire sur les jeux et enjeux des signes qu’investissent et déploient les acteurs pour matérialiser et constamment (re)négocier leur adhésionconversion, ce n’est pas tant chercher à déterminer ce qu’est ou n’est pas une “conversion ou encore l’idée qu’en tant qu’ethnographe on a de ce qu’elle devrait être, que de s’attacher à saisir ce que l’acte de se convertir fait faire aux individus, soit les façons dont les individus-convertis construisent dans la quotidienneté, à partir de pratiques, d’attitudes, de représentations et d’imaginaires, leur « réel ». Outre que coexistent parmi les acteurs eux-mêmes de multiples conceptions de ce qu’est une “véritable conversion”,  tant en terme de temporalités individuelles que de paroles ou rites performatifs, qui peuvent être en tension et contribuer à brouiller davantage les pistes entre ce qu’est ou n’est pas une “conversion”, l’entrée par “l’instantané du montrer et le processus de se faire” (De Lame 2007: 10) et par les modes de subjectivation fait émerger ici tout une série de questions qui ont le mérite de rendre aux individus une certaine agentivité. Mais si cette invitation à relire les phénomènes de conversions fait la part belle à l’individu et à la variété de ses registres d’action,  il ne s’agit pas pour autant de nier l’importance des tensions entre l’individuel et le collectif, entre engagement personnel et engagement collectif constamment en jeu dans de telles expériences sociales, mais d’utiliser cette approche empirique comme un prisme d’analyse de la façon dont ces phénomènes se composent et se recomposent, et surtout se donnent à voir. 

Comment l’acte de se convertir ou de se dire converti est-il mobilisé pour mettre en saillance des manières de faire spécifiques, des représentations et de nouveaux imaginaires ? Au nom de quelles visions du monde, de quelles luttes et selon quelles stratégies ? Comment et selon quelles modalités peut-il être source de reconfigurations identitaires et sociales aussi bien dans l’espace privé que dans l’espace public ? Comment et selon quelles modalités se révèle-t-il être au cœur de mécanismes d’élaboration de “nouvelles” frontières sociales ? Qu’induit-il en termes de (re-/dé-)socialisations ? Quelles sont les porosités à l’œuvre ? Quels sont les rapports de force entre les différents acteurs en présence tant au niveau vertical (chefs religieux/figures charismatiques et convertis ordinaires) qu’au niveau horizontal (entre convertis ordinaires /entre leaders religieux), et comment ceux-ci sont-ils travaillés par des rapports sociaux de classe, de genre et de génération ? En quoi ce “croire c’est faire” dans sa version religieuse peut-il être assimilé à une “expression subjective d’un être-au-monde » (De Lame, ibid.) spécifique, en termes d’innovations et d’ajustements, par comparaison notamment avec d’autres formes de croire, à l’instar du croire associatif, politique, artistique, etc. ? Quelle est la spécificité de ces “actes de conversion”, qui impliquent plus largement un questionnement sur les modalités de construction de la figure du converti et sur ses différentes déclinaisons ?  

 

Axes thématiques

Déconstructions identitaires et reconfiguration des liens sociaux

Sans chercher à privilégier tels contextes sociopolitiques ou tels mouvements religieux, il s’agit donc de se focaliser sur une échelle peu étudiée de la sociohistoire, de la socio-anthropologie politique et de la socio-anthropologie des religions en abordant les phénomènes de conversions religieuses sous l’angle d’un engagement relationnel (Aubin-Boltanski et al. 2014). L’objectif est de se focaliser sur les problématiques que soulèvent la fabrique de « l’acteur-converti » et leurs intrications sur les pratiques sociales engendrées par l’acte de se convertir ; le but étant, à travers ce que donne à voir le sujet-converti, de saisir l’individu-sujet dans un vaste système d’interactions internes/externes en prise sur un univers social, et ainsi échapper à la difficulté d’accréditer « l’effet récit » (Le Pape 2010), qui est davantage une reconstruction biographique qu’un corpus de faits objectifs. Se convertir engendre des signes extérieurs variables à travers l’histoire, codifiés sous des formes infiniment disparates selon les contextes nationaux, eux-mêmes inscrits dans un contexte transnational. Situé à la frontière entre l’individuel et le collectif, l’acte de se convertir peut générer une véritable restructuration des rapports sociaux et impliquer un brouillage dans les référents identitaires et familiaux (Tank-Storper 2013).  

Se convertir peut en effet engendrer des reconfigurations de positions, d’identifications et de rapports sociaux – nouveaux comportements individuels, nouveaux rapports à la famille et à l’entourage, à l’espace – (Mary et Piault 1998 ; Fancello 2006 ; Mossière 2009 ; Pons 2013 ; Boissevain et Le Pape 2014 ; Ehazouambela 2015), et dans de nombreux cas des oppositions aux politiques de l’Etat. Dans d’autres cas, loin de traduire uniquement des logiques de transformation individuelle, la conversion peut aussi investir l’individu d’une sorte de nouvelle “mission” qui consiste à participer dans une perspective théopolitique à la reconfiguration de la société (Fancello et Mary 2010). Le converti qui se perçoit comme un élu n’est pas seulement appelé à réaliser sa propre destinée ici-bas – ce qui peut parfois se traduire par la valorisation de l’esprit d’entreprise (Haenni 2005 ; LeBlanc 2012 ; Luca et Madinier 2016 ; Millet-Mouity 2019), puis par la mise en signes et en scène de preuves matérielles de sa “réussite” : il peut aussi participer à une mission plus large, celle de « restaurer » la nation à laquelle il appartient, ce qui fait écho à la très controversée dominion theology apparue aux Etats-Unis dans les années 1970 et popularisée depuis mondialement. Dans le contexte éthiopien par exemple, nombre d’Eglises de type néo-pentecôtistes adhèrent à cette vision (Coyault 2019) – une configuration que l’on retrouve dans d’autres contextes africains.

Dans cette perspective, la conversion peut instaurer très vite de nouveaux modes de sociabilité (Fath 2005 : 45), mais aussi, par l’intervention d’êtres surnaturels – un dieu notamment -, de nouvelles écritures corporéisées de soi plus ou moins complexes et contraignantes, qui incluent le sujet croyant dans de nouvelles formes d’ « individualisme communautaire » (Willaime 2004 : 171). À ce propos, Joseph Tonda (2005) parle de « déparentélisation » pour souligner l’affaiblissement des liens de parentés claniques ou lignagères au profit de nouvelles formes de sociabilités et de relations qui émergent au sein de la « communauté des croyants ». D’autres auteurs évoquent le « réalignement » des relations sociales (Engelke 2011) ou la « restructuration » des liens familiaux (van Djik 2002).

Nouvelles hybridations, bricolages et affirmations de soi

Les phénomènes de conversions religieuses pourront aussi être abordés sous l’angle des parcours religieux pluriels, qui se matérialisent à partir des expériences quotidiennes des individus dans différents contextes sociaux, culturels et politiques, permettant ainsi de problématiser, des notions telles que « bricolage » (Lévi-Strauss 1962 ; Hervieu-Léger 2001b ;), « conversion careers » (Richardson 1978 ; Gooren 2010) ; « concubinage religieux » (Mbembe 1988 : 32), « transit religieux » (Bastian 1997), « hybridisme » (Canclini 1998), « libertinage religieux   (Mvoula-Moukouari 2007), « butinage religieux » (Soares 2009 ; Lasseur et Mayrargue 2011), « nomadisme ecclésial » (Coyault 2013) et « papillonnage religieux » (Millet 2020). La prise en compte de temporalités différentes de celle de la narration du récit de la conversion permettrait de saisir ainsi à nouveaux frais, par le prisme de la conversion vécue, les contextes de pluralisme religieux en Afrique. L’objectif étant de mieux saisir tout à la fois les mobilités et les circulations religieuses des acteurs au sein d’un même groupe et de plusieurs groupes confessionnels (mobilités intra et interreligieuses). Le recours à ces différentes notions et l’analyse des transformations du rapport à soi, aux autres et à la société environnante qui découlent de l’acte de se convertir permettront de penser plus largement la conversion religieuse comme un ensemble d’esthétiques corporelles et « techniques de soi » (Foucault 1988 : 18), qui engendre des actions concrètes plus ou moins visibles sur les corps et un travail quotidien du converti sur de multiples aspects de sa vie. L’individu-converti donne à voir sa conversion, c’est-à-dire la façon dont il la matérialise et la bricole au quotidien, via un ensemble de pratiques concrètes, de représentations et de nouveaux imaginaires plus ou moins complexes, qui impactent à divers degrés son corps. Ainsi, chez certains croyants pentecôtistes, juifs ou musulmans, c’est bien corporellement que la nouvelle expérience du monde et de soi-même est appelée à prendre sens. La conversion en train de se faire, qui n’exclut ni les interrogations ni les phases de relâchement (Aubin-Boltanski, Lamine et Luca 2014), tout aussi spirituelle soit-elle, n’en demeure pas moins physique : elle se vit dans le corps (Millet 2019). ²

La pluralisation religieuse demandera également à être pensée dans le cadre de la globalisation des pratiques. Le monde du Web en particulier, avec la multiplication et le renouvellement des médias numériques qu’il sous-tend, devient un excellent réservoir qui favorise la transnationalisation de telles manières de faire, engendrant ainsi des réseaux connectés de pratiques, de représentations et d’imaginaires. Cette interconnexion qui s’opère par le biais de réseaux sociaux, blogs, forums, églises en ligne, sites web d’églises, de mosquées, de temples, de synagogues, etc. dessine, non sans tensions, une « nouvelle géographie spirituelle du monde » (Kamari-Clarke 2004 : 4).  S’appuyant sur les différents angles proposés, nous sollicitons des articles sur toutes les formes de (re-/dé) conversions religieuses, à partir des approches qui problématisent les pratiques sociales engendrées par l’acte de se (re-/dé-)convertir et articulent également la question des espaces et des temporalités observables dans les sociétés africaines.  

 

Calendrier

15 septembre 2020 : date limite d’envoi des propositions d’article (en français ou en anglais) à Pamela Millet millet.pamela@yahoo.fr, Hamida Azouani-Rekkas hamida.azouani-rekkas@ehess.fr et Bernard Coyault bernard.coyault@gmail.com  

25 septembre 2020 : notifications aux auteur·e·s de l’acceptation ou du refus de leur proposition. 

15 février 2021 : date limite d’envoi des articles rédigés aux coordonnatrices et coordonnateur du dossier.

Pour plus d’information sur le format des articles à soumettre, voir les consignes aux auteur·e·s :

https://polaf.hypotheses.org/soumettre-un-article  

https://polaf.hypotheses.org/soumettre-un-article/submit-to-the-journal  

 

Références bibliographiques

 

AUBIN-BOLTANSKI, E., LAMINE A-S., et LUCA N., (dir.), 2014, Croire en Actes. Distance, intensité ou excès ? Paris, L’Harmattan.  

BASTIAN, J.-P., 1997, La mutación religiosa de América latina. Para una sociologia del cambio social en la modernidad periférica, México, Fondo de cultura económica.  

BERGER, P., 1971, La Religion dans la conscience moderne : essai d’analyse culturelle, Paris, Centurion. 

BOISSEVAIN, K., LE PAPE L., 2014, « Les conversions religieuses en Méditerranée. Dynamiques entre engagements individuels et cadres institutionnels », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], Numéro spécial, mis en ligne le 13.2.2015, consulté le 24.4.2020. URL : http://journals.openedition.org/cerri/1411.

Brandt, P-Y, 2009, « La conversion, retournement ou changement d’appartenance ? Approche psychologique du parcours de Pierre dans l’œuvre lucanienne », Études théologiques et religieuses, 1 (84), p. 1-22.

CANCLINI, N.G., 1998, Culturas Híbridas. Estratégias para entrar e sair da modernidade, Sâo Paulo, Edusp. 

COMAROFF, J., COMAROFF, J., 1991 Of Revelation and Revolution, vol. I, Christianity, Colonialism and Consciousness in South Africa, vol. II, The University of Chicago Press.  

COYAULT, B., 2013, « Du nomadisme ecclésial dans la diaspora congolaise en France : entre pragmatisme religieux et subversion des identités assignées » in FER Y. et MALOGNE-FER G. (dir.), Le protestantisme évangélique à l’épreuve des cultures, Paris, L’Harmattan, p. 129-152.  

____________, 2019, «’Africa Arise’ – Beza International Church : panafricanisme et imaginaire théopolitique d’un pentecôtisme éthiopien » Bulletin de l’Observatoire international du religieux, n°28 – décembre, Sciences Po – CERI. 

Decobert, C., 2000, « De la rationalité de la conversion religieuse », Cahiers du Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, n°2, p.100-130.

DURKHEIM E., 1975 (1893), « Définition du fait moral », in DURKHEIM E., Textes 2. Religion, morale, anomie, Paris, Editions de Minuit, p. 257-288.  

EHAZOUAMBELA, D., 2015, L’Islam au Gabon. Socio-anthropologie d’une minorité́ confessionnelle, Thèse pour l’obtention du grade de docteur en Anthropologie de l’EHESS, Paris.  

ENGELKE, M., 2010, »Past Pentecostalism: Notes on Rupture, Realignment, and Everyday Life in Pentecostal and African Independent Churches », Africa, 80 (2), p. 177-199.  

FABRE P-A, « Présentation, Conversions religieuses : Histoires et récits », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 54ᵉ année, N. 4, 1999. p. 805-812. 

FANCELLO, S., 2006, Les aventuriers du pentecôtisme ghanéen, Nation et délivrance en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala et IRD.  

FANCELLO, S., MARY, A., 2010, Les chrétiens africains en Europe. Prophétismes, pentecôtismes et politique des nations, Paris, Karthala. 

FATH, S., 2005, Du ghetto au réseau. Le protestantisme évangélique en France (1800-2005), Genève, Labor et Fides.

FOURCHARD, L., MARY A., OTAYEK R., (éds.), 2005, Entreprises religieuses transnationales en Afrique de l’Ouest, Ibadan/Paris, Ifra/Karthala.  

HAENNI, P., 2005, L’islam de marché. L’autre révolution conservatrice, Paris, Seuil.

HERVIEU-LEGER D., 2001, La religion en miettes ou la question des sectes, Paris, Calmann-Lévy.  

HOLDER, G., SOW, M. (éds.), 2013, L’Afrique des laïcités. Etat, religion et pouvoirs au sud du Sahara, Alger, Editions Tombouctou.  

GIORDAN, G., PACE, E., 2014, Religious Pluralism: Framing Religious Diversity in the Contemporary World, Springer International.  

GOOREN, H., 2010, « Conversions narratives », in ANDERSON A. et al. Studyng global pentecotalisms. Theory and Methods. Berkeley and Los Angeles: University of California Press, p. 93-112.  

KAMARI CLARKE, M., 2004, Mapping Yorubá networks. Power and Agency in the Making of Trans-national Communities, Durham, N. C.: Duke University Press. C.  

DE LAME., D., 2007, « Entre le dualisme et son double, les écueils de la construction de soi. Des difficultés d’analyse biopolitique en contexte postcolonial », in « Politiques du corps », Politique africaine, n° 107, p. 9-22.

LASSEUR, M., et MAYRARGUE, C., 2011, « Le religieux dans la pluralisation contemporaine éclatement et concurrence », Politique africaine, vol. 123, no. 3, p. 5-115. 

LEBLANC, M-N., 2012, « Du militant à l’entrepreneur. Les nouveaux acteurs religieux de la moralisation par le bas en Côte-d’Ivoire”, Fabienne Samson(dir) “L’islam au-delà des catégories”, Cahiers d’études africaines, LII (2-3), n° 206-207, pp. 443-516.  

LE PAPE, L., 2010, « Tout change, mais rien ne change ». Les conversions religieuses sont-elles des bifurcations ? » in M. BESSIN, M., BIDART, C. M. GROSSETTI, M. (eds.), L’enquête sur les bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, p. 212-223. 

LEVIS-STRAUSS, C., 1962, La pensée sauvage, Paris, Plon. 

LUCA, N., et MADINIER. R., 2016, (dirs.), « Les entreprises face au religieux », Archives en sciences sociales des Religions, 175/1, p. 11-23.

MAHIEDDIN, E, 2015, Faire le travail de Dieu. Une anthropologie morale en Suède contemporaine, Thèse pour l’obtention du grade de docteur en Anthropologie de l’Université́ d’Aix-Marseille.  

MARY, A. et PIAULT M.H., 1998, « Parcours de conversion », Journal des africanistes, vol. 68, fascicule 1-2  

MBEMBE, A., 1988, Afriques indociles, Christianisme, pouvoir et Etat en société postcoloniale, Paris, Karthala.

MEYER, B., 1998, « Make a complete break with the past: memory and postcolonial modernity in Ghanaian discourse »,, Journal of Religion in Africa 28 (3), p. 316-349.  

MICHEL, P., 1994, Politique et religion . La grande mutation, Paris Albin Michel.

MILLET-MOUITY, P., 2020 (à paraitre), « D’une église à l’autre. Phénoménologie du papillonnage religieux parmi les néo- pentecôtistes euro-africano-caribéens de la région parisienne », Itinéraire.  

____________., 2019, « Des néo-pentecôtistes à la conquête de l’Afrique : décoloniser les esprits et exporter la théologie de l’autosuggestion et de l’auto-persuasion », in Batibonak, S., et Batibonak, P., Aborder le développement autrement, in Revue Africaniste Interdisciplinaire, Yaoundé. 

MOSSIERE, G., 2009, Des femmes converties à l’islam en France et au Québec : Religiosités d’un nouveau genre. Thèse présentée à la Faculté́ des études supérieures en vue de l’obtention du grade de Philosophie Doctoral (PhD.) en Anthropologie, Université́ de Montréal.  

MVOULA-MOUKOUARI, L., 2006, « La prolifération des Eglises et le libertinage religieux », in TONDA J., et MISSIÉ J.-P., Les Églises et la société congolaise d’aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, p. 69-80.

PONS, C., (dir.), 2013, Jésus, moi et les autres. La construction collective d’une relation personnelle à Jésus dans les Eglises évangéliques : Europe, Océanie, Maghreb, Paris, CNRS Editions.  

REDFORD George. 1843, The great Change: A Treatise on Conversion, Philadelphia, American Sunday-School Union. 

RICHARDSON, J., 1978, Conversion Careers: In and Out of the New Religions. Beverly Hills, CA: Sage Publications  

ROBBINS, J., 2007, « Continuity Thinking and the Problem of Christian Culture: Belief, Time, and the Anthropology of Christianity ». Current Anthropology, 48 (1), p. 5–38.

SAVY, P., SOTINEL, C., 2018, « Les signes et les scènes de la conversion dans l’espace public (Antiquité – période moderne) », Archives en sciences sociales des religions, n°182. 

SOARES, E., 2009, Le butinage religieux. Pratiques et pratiquants au Brésil, Genève-Paris, The Graduate Institute Publications – Karthala.

TANK-STORPER, S., 2013, « Troubles dans la judéité. Mariages mixtes, conversions et frontières de l’identité́ juive », Ethnologie française, 2013/4 (Vol. 43), p. 591-599 . 

TONDA, J., 2005, Le souverain moderne. Le corps du pouvoir en Afrique centrale (Congo, Gabon), Paris, Karthala. 

VAN DJIK, R., 2002, « Religion, reciprocity and restructuring family responsibility in the Ghanaian Pentecostal diaspora », in The Transnational Family: New European Frontiers and Global Networks (ed.) D. Bryceson & U. Vuoruela, Oxford: Berg, p. 173-96.  

WILLAIME, J.-P., 2004, « Protestantisme établi et protestantisme de conversion. Les recompositions du protestantisme en ultra-modernisé », in J.P. Bastian (dir.), La recomposition des protestantismes en Europe latine : entre émotion et tradition, Genève, Labor et Fides, p. 13-26. 

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à proposition] Financements pour l’organisation de 2 séminaires doctoraux en islamologie (limite : 15 juil. 2020)

Dans le cadre de son programme d’appui à la formation et la recherche publique française en islamologie, soutenu par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Plan SHS / DGRI), le GIS Moyen Orient et Mondes Musulmans apporte un soutien financier pour l’organisation de deux séminaires de formation doctorale intensive d’une semaine en 2020-2021. Tous les aspects de l’islamologie peuvent être concernés : histoire des doctrines et des pratiques religieuses, droit musulman, pensée islamique contemporaine, selon une approche reposant sur les principes de l’analyse critique et du dialogue avec les différentes sciences humaines et sociales (notamment histoire, philosophie, sociologie, anthropologie). Le choix de thématiques ou de domaines en lien avec l’actualité de la recherche internationale sera particulièrement encouragé, ainsi que de formations tournées vers le renforcement des compétences philologiques (lecture, analyse, édition et/ou traduction de documents ou ouvrages, imprimés ou manuscrits). Ces séminaires sont destinés à la formation d’étudiants de niveau avancé (master 2/doctorants), inscrits dans une université française ou étrangère.

Les projets devront être portés par un ou plusieurs responsables scientifiques affiliés à l’une des structures membres du GIS (les autres intervenants ou formateurs peuvent être extérieurs aux structures du GIS). Les formations devront être organisées si possible sur le Campus Condorcet et se tenir avant mars 2021. Il conviendra de préciser les modalités envisagées en cas d’impossibilité à organiser le séminaire en présentiel.

Le dossier de candidature devra être composé d’un argumentaire présentant le thème, les axes et les dates proposées pour le séminaire (2 pages maximum), d’un budget prévisionnel indiquant des éventuels co-financements, le nom du ou des porteurs du projet et son/leur laboratoire de rattachement, le nombre estimé de participants et la liste des encadrants pressenti, français ou étrangers. Sont éligibles les dépenses : frais de déplacement et d’hébergement, repas, frais d’impression, dans la limite de 10.000 euros par séminaire de formation.
Les propositions seront évaluées sur la base d’expertises externes sollicitées par le GIS et sélectionnées par le conseil scientifique du GIS de septembre 2020.

Date limite d’envoi des candidatures : 15 juillet 2020.
Adresse d’envoi : francesco.chiabotti[at]inalco.fr

http://majlis-remomm.fr/63379?fbclid=IwAR3Vo8xVyYz_ASi1HXDbFicGIC91v4CQP6O_nTKGGkcL3ptNolgvJA8pAMU

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Financement] PhD Student, Centre for Urban History (University of Antwerp) : Food from Somewhere. Urban Households, Access to Land and Alternative Food Entitlements in the late medieval city. Case-study: Dijon.

The Faculty of Arts is seeking to fill a full-time (100%) vacancy in the Department of History for a Doctoral student in a project funded by the UAntwerp Research Council (BOF) on urban households and their access to food in the later Middle Ages  

The fully-funded PhD-student will be affiliated with the Centre for Urban History. The Centre for Urban History is an international acknowledged research centre focusing on urban societies, structures and processes in historical perspective. The candidate will contribute to the comparative research project Food from Somewhere, Access to Land and Alternative food Entitlements in the late medieval city, funded by the UAntwerp Research Council and jointly supervised by prof. dr. Tim Soens, prof. dr. Peter Stabel and prof. dr. Jeroen Puttevils.

At a moment when the sustainability and resilience of our globalized and anonymous food-supply system are increasingly questioned and ‘alternative’ forms of urban food supply such as Urban Agriculture are flourishing, this project aims at fundamentally re-assessing the ‘foodscapes’ of late medieval cities. Investigating the importance of land as an alternative source of food for urban households, the project aims to explain when and why such alternative food ‘entitlements’ flourished or crumbled, how they interacted with the food market and with the institutional instruments governments put in place, and how they changed or consolidated social inequalities in the city. It aims to do so by systematically comparing urban households and their access to food through land in three medium-sized to large European cities: Dijon, Ghent and Norwich, between 1350 and 1550.

The doctoral student hired for this subproject will develop the case study on late medieval Dijon, with a particular emphasis on urban involvement in wine-growing, but also cereal cultivation and cattle farming. The research will be based on the extensive collections of notarial protocols, fiscal censuses and to a lesser extent household and estate accounts available from Dijon from the 14th century onwards.

Job description

  • You prepare a doctoral thesis in the field of  late medieval history.
  • You contribute to research in the field of the late medieval and early modern social and economic history, merging urban and rural historiographies
  • You publish scientific articles related to the research project of the assignment. These publications can be co-authored with other project members and external researchers.
  • You have a limited teaching responsibility in the History Department related to your own field of expertise and you contribute to research in the History Department and the Faculty of Arts.

Profile and requirements

  • You hold a master degree in history
  • Profound knowledge of (medieval) French is required
  • Acquaintance with medieval (social and economic) history is recommended.
  • You are fluent in academic English (speaking and writing).
  • You have experience in managing large amounts of historical sources and texts.
  • You can submit outstanding academic results.
  • Also students in the final year of their degree can apply.
  • Your academic qualities comply with the requirements stipulated in the university’s policy.
  • The focus in your teaching corresponds to the educational vision of the university.
  • You are quality-oriented, conscientious, creative and cooperative.
  • You have strong communication skills.

We offer

  • a doctoral scholarship for a period of two years, with the possibility of renewal for a further two-year period after positive evaluation;
  • the start date of scholarship will be September 1 2020;
  • a gross monthly grant ranging from € 2.447,20 – € 2.596,27;
  • a dynamic and stimulating work environment at the Centre for Urban History.

Want to apply?

  • You can apply for this vacancy through the University of Antwerp’s online job application platform until July 3rd 2020. Click on the ‘Apply’ button, complete the online application form and be sure to include the following attachments: a motivation letter, your academic CV ; a digital copy of MA-thesis and a copy of degree/ transcript of records;
  • The selection committee will review all of the applications as soon as possible after the application deadline. As soon as a decision has been made, we will inform you about the next steps in the selection procedure. Please make a note of the following dates: in the week of July 6th 2020 (interview).
  • If you have any questions about the online application form, please check the frequently asked questions or send an email to jobs@uantwerpen.be. If you have any questions about the job itself, please contact Prof.dr. Tim Soens (tim.soens@uantwerpen.be) .3.265.43.49.

Because of the ongoing COVID-19 health crisis, we need to be flexible in this hiring procedure. If we can assist in any way or should be made aware of certain issues that affect your application, please let us know as soon as possible so we can take these into account.

 The University of Antwerp received the European Commission’s HR Excellence in Research Award for its HR policy. We are a sustainable, family-friendly organisation which invests in its employees’ growth. We encourage diversity and attach great importance to an inclusive working environment and equal opportunities, regardless of gender identity, disability, race, ethnicity, religion or belief, sexual orientation or age. We encourage people from diverse backgrounds and with diverse characteristics to apply.

Source : University fo Antwerp via RMBLF.be

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Atelier] Atelier annuel du Consortium CAHIER. La TEI pour la recherche:  questionner et visualiser un corpus en XML-TEI

Objectifs de l’atelier : Il s’agit d’un atelier de formation aux outils qui permettent d’exploiter un corpus de documents encodés en XML-TEI pour les besoins de la recherche. 
 
Pré-requis : Le public devra(it), idéalement, avoir des connaissances en XML-TEI et surtout de sa structure en arborescence. Des matériaux pédagogiques seront mis en ligne dès le mois de juillet afin de permettre aux participants et aux personnes qui ne pourront pas se déplacer de se familiariser avec les technologies et les outils qui seront présentés.
 
Outils : Différents outils seront utilisés mais l’atelier insistera sur l’indépendance des données par rapport aux outils. L’atelier insistera sur l’approche méthodologique.
Trois études de cas seront proposées aux participants, il s’agira de résultats de projets membres du Consortium mais les participants pourront traiter leurs propres corpus.
 
Les formations commence le jeudi 3 septembre à 09h00 et finit le vendredi 4 septembre à 16h00. Elle alterne des temps théoriques (conférences) avec des temps de pratiques en ateliers de 20 personnes max. 
 
Les formateurs de la session 2020 seront:
 
• Dr. Pierre-Yves Buard, Ingénieur de recherche au Pôle du Document numérique, Université de Caen Basse-Normandie, France 
• Dr. Alexey Lavrentev, Ingénieur de recherche CNRS au laboratoire IHRIM, France 
• Prof. Roberto del Turco, Dip. di Studi Umanistici, Universita’ di Torino, Italie   
 
 
Pré-programme (sous réserve) : 
Les 2 et 3 septembre 2020
Jour 1 : Utiliser le XSLT et TXM sur des fichiers XML-TEI : pour répondre à quelles questions? 
Discussions et ateliers pratiques
Jour 2 : Langages XQuery et utilisation de BaseX
Discussions et ateliers pratiques
 
Le 26 novembre 2020
Jour 3 : Edit with “EVT : Edition Visualization Technology “ – formation en anglais 
Discussions et ateliers pratiques
 
Informations, questions, contact : Geoffrey Williams williams@licorn-research.fr

Lieux et dates: Faculté LLSHS, Université Bretagne Sud, Lorient, du 3 au 4 septembre 2020, et le 26 novembre au Campus Condorcet, Paris

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts