[Colloque] Les espaces carcéraux au Moyen Âge : approche interdisciplinaire des territoires et des matérialités de l’incarcération médiévale

Organisateurs: Martine Charageat (Ausonius UMR 5607), Julie Claustre (LaMOP UMR 8589), Élisabeth Lusset (LaMOP UMR 8589) et Mathieu Vivas (IRHiS UMR 8529)

Mercredi 1er avril 2020

13h30 : Accueil des participants

14h : M. Charageat, J. Claustre, É. Lusset, M. Vivas Introduction

L’insertion des prisons dans le paysage et la topographie urbaine

Discutante : Julie Claustre (Univ. de Paris I Panthéon Sorbonne)

14h30-14h50 : R. Beaulant (Univ. de Bourgogne) – La place de la prison échevinale de Dijon dans l’espace urbain

15h-15h20 : L. Tonizzo Feligioni (Univ. de Rome)  On the Topography of medieval prisons – Italy

15h30-15h50 : E. Jean-Courret (Univ. Bordeaux Montaigne)  Aux arrêts ou en prison. Lieux et conditions d’incarcération à Périgueux aux XIVe-XVe siècles

16h-16h30 : Pause

 

Les conditions d’incarcération

Discutant : Mathieu Vivas (Univ. de Lille)

16h30-16h50 : B. Schnerb (Université de Lille)  Entre « prison courtoise » et moult dure prison : les lieux et conditions de détention des prisonniers de guerre à la fin du Moyen Âge (France et « espace bourguignon »)

17h-17h20 : P. Courroux (Univ. de Pau)  Charles d’Armagnac et la tutelle du sire d’Albret : d’une prison à une autre ?

17h30-17h50 : J. Devars (Univ. d’Orléans)  “Se je vous raiembroie, voldriés le vous ?”. Les réclusions de Lancelot dans le Lancelot-Graal : le milieu carcéral aristocratique au prisme de la littérature fictionnelle du XIIIe siècle

 

Jeudi 2 avril 2020

D’un espace carcéral à un autre : entre collaboration et concurrence

Discutante : Sandrine Lavaud (Univ. Bordeaux Montaigne)

9h-9h20 : F. Mariage (Conseiller en patrimoine de la ville de Tournai)  Dispersion, collaborations, concurrences ? Le paysage carcéral de Tournai à la fin du Moyen Âge

9h30-9h50 : Y. Bourgine De Meder (Univ. de Gand et Saint-Andrews) – Réévaluation de la puissance judiciaire seigneuriale en Normandie au XVe siècle : hypothèses de coopération entre la monarchie et la petite aristocratie

10h-10h30 : Pause

10h30-10h50 : V. Lamazou-Duplan (Univ. de Pau) Tenir arrest et prison en Foix-Béarn au XIVe siècle

11h-11h20 : B. Del Bo (Univ. degli Studi di Milano) – Y a-t-il des espaces carcéraux de genre ?

 

La prison au-delà des murs de la prison

Discutante : Martine Charageat (Univ. Bordeaux Montaigne)

14h-14h20 : I. Bazan Diaz (Univ. du Pays Basque UPV/EHU) – La cárcel pública del Señorío de Vizcaya a fines de la Edad Media y su materialización en espacios privados

14h30-14h50 : M. Luz Rodrigo Estevan (Univ. de Saragosse) – E asignó por carcel las casas de su propia habitación. Espacios de reclusión penal en Aragon (siglo XV)

15h00-15h20 : J. Hayez (CNRS), Communiquer depuis la prison. Lettres de prisonniers et captifs de l’Archivio Datini (Italie, vers 1400)

15h30-16h : Pause

 

Réalités et représentations des espaces carcéraux

Discutante : Claude Gauvard (Univ. de Paris I Panthéon Sorbonne)

16h-16h20 : M. Dalbion (Univ. Bordeaux Montaigne) – Usage et représentation de l’espace carcéral dans les différentes versions du Calila et Dimna (VIIIe-XVe siècle)

16h30-16h50 : C. La Rocca (Univ. degli Studi di Padova) – Espaces carcéraux, espaces d’exil, espaces de l’enfer dans les Variæ de Cassiodore

 

Vendredi 3 avril 2020

 

Châteaux et abbayes : des espaces carcéraux ?

Discutante : Élisabeth Lusset (Univ. de Paris I Panthéon Sorbonne)

9h-9h20 : N. Mélard (Centre de Recherche et de Restauration des musées de France, Palais du Louvre, Paris) – Les graffitis et gravures au château de Selles – Archéologie d’un art rupestre médiéval

9h30-9h50 : B. Guillot et A. Gottfrois (Univ. de Caen-Normandie) – La prison médiévale du château de Caen. Nouvelles approches historiques et archéologiques

10h-10h30 : Pause

10h30-10h50 : S. Fray (Univ. de Saint-Étienne) – Le château Saint-Étienne d’Aurillac, prison et symbole de la seigneurie abbatiale

11h00-11h20 : S. Bochaton (Univ. Lyon 2) – La « tour des prisons » de l’abbaye d’Abondance (Haute-Savoie) : un espace carcéral au sein du carré claustral



Lieu: Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine – salle Jean Bordes – 10 Esplanade des Antilles, 33607 Pessac

Date: 1-3 avril 2020

 

Source: LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Souscription] Eliane Vergnolle (dir.), Saint-Martial de Limoges. Millénaire de l’abbatiale romane (1018-2018), Bulletin monumental 2020-1, à paraître

Présentation
Actes du colloque international de Limoges , 29-30 novembre 2018
Coordination scientifique Éliane Vergnolle
À paraître dans le Bulletin monumental, 2020-1
N° spécial d’environ 220 pages
Prix de souscription : 25 € port compris
Sommaire

1018-2028. Célébrer le millénaire de l’abbatiale romane, par Pascal TEXIER, professeur émérite à l’université de Limoges, président de la Société archéologique et historique du Limousin.

Le chevet roman d’après les textes et la documentation graphique, par Éliane VERGNOLLE, professeur honoraire à l’université de Franche-Comté.

Le monastère de Saint-Martial de Limoges avant l’arrivée des clunisiens en 1063, par Stéphane LAFAYE, université de Limoges, chercheur associé CRIHAM.

L’apport des fouilles à la connaissance de l’abbatiale du Sauveur, par Xavier LHERMITE, université de Poitiers, chercheur associé CESCM/Eveha et Angélique MARTY (Eveha).

Adémar de Chabannes et l’apostolicité de saint Martial : pèlerinage, liturgie et architecture à l’approche du millénaire de la Passion, par Richard LANDES, professeur honoraire à l’université de Boston.

Le clocher-porche de Saint-Martial : un écho ou un prélude à l’entreprise du chevet ? par Claude ANDRAULT-SCHMITT, professeur émérite à l’université de Poitiers, CESCM.

Techniques constructives du XIe siècle. L’exemple du Val de Loire, par Daniel PRIGENT, conservateur en chef honoraire du Patrimoine (pôle archéologique de Maine-et-Loire).

Les premiers chevets à déambulatoire et chapelles rayonnantes en Francie occidentale. Méthode d’analyse d’un type architectural, par Pierre MARTIN, maître de conférences à l’université de Grenoble /CESCM.

Le chevet de Saint-Eusice à Selles-sur-Cher : architecture et programme sculpté, par Deborah KAHN, professeur à l’université de Boston.

Les chapiteaux corinthiens provenant de l’abbatiale romane, par Évelyne PROUST, université de Limoges, chercheur associé au CRIHAM.

Les tribunes de chevet dans l’architecture du début du XIe siècle, par Éliane VERGNOLLE, professeur honoraire à l’université de Franche-Comté.

Recherches sur les origines du chevet de Saint-Sernin de Toulouse, par Quitterie CAZES, maître de conférences à l’université de Toulouse-Jean Jaurès, FRAMESPA.

Les fantômes de Saint-Martial dans l’architecture romane en Limousin, par Éric SPARHUBERT, maître de conférences à l’université de Limoges, CRIHAM.

Conclusions, par Claude ANDRAULT-SCHMITT, professeur émérite à l’université de Poitiers, CESCM.

Bulletin de souscription et sommaire à télécharger
Source : Centre d’études médiévales d’Auxerre  et Société Archéologique et Historique du Limousin

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Bulletin monumental, 177-4, 2019

Sommaire
Articles

- Les demeures urbaines médiévales en France : les fruits d’un renouvellement du regard (1995-2020), par Pierre Garrigou Grandchamp

- Un manifeste des débuts de l’architecture flamboyante signé J. Lebas : la grande baie orientale de l’église des Jacobins de Saintes, par Markus Schlicht

- Notre-Dame de Paris. Un espace civique du patrimoine après la catastrophe, par Dominique Poulot

Actualité

Loire-Atlantique. Nantes. Nouveaux éléments du décor de la cathédrale, des XIIIe et XVe siècles (Amal Azzi et Jean-Marie Guillouët)

Lot-et-Garonne. Agen. Un feuillet enluminé de retour à Agen (1791-2019) [Émilie Nadal]

Maine-et-Loire. Saumur. Restauration de l’aile sud-est du château (Emmanuel Litoux)

Vienne. Poitiers, cathédrale Saint-Pierre. Les peintures murales du premier niveau du bras sud du transept (Claude Andrault-Schmitt et Manuel Lalanne)

Bibliographie

Architecture et architectes. Rudolf Dellermann et Karin Uetz, La facciata nord di San Marco a Venezia. Storia e restauri (Bertrand Jestaz). — Olga Medvedkova (dir.), Les Européens : ces architectes qui ont bâti l’Europe (1450-1950) [Juliette Hernu-Belaud]. — Aurélien Davrius, Jacques-François Blondel, un architecte dans la «  République des Arts  ». Étude et édition de ses discours et Aurélien Davrius, Jacques-François Blondel, architecte des Lumières (Sophie Descat). — Jean-Loup Leguay, Jacques Pierre Jean Rousseau (1733-1801), ingénieur et architecte en Picardie au Siècle des Lumières (Claire Ollagnier). — Pierre Fontaine, Mia Vita. Mémoires privés (Émilie d’Orgeix). — Philippe Potié, Le voyage de l’architecte (Jacques Moulin)

Manuscrits. Anne Dubois, Valère Maxime en français à la fin du Moyen Âge. Images et tradition (Émilie Nadal). — Émilie Nadal, Le Pontifical de Pierre de la Jugie. Le Miroir d’un Archevêque (Mercedes López-Mayán)

Iconographie. Pierre-Yves Le Pogam, Brigitte Maurice-Chabard et Françoise Perrot (dir.), Ève ou la folle tentation (Évelyne Proust)

La carte et le paysage. Paul Fermon, Le Peintre et la Carte. Origines et essor de la vue figurée entre Rhône et Alpes (XIVe-XVe siècle) [Raphaële Skupien]

Livre reçu. Pierre Ettel, Anne-Marie Flambard-Hericher et Kieran O’Connor (éd.), L’environnement du château — Patrice et Françoise Lhomme, Yves Nouvellet (éd.), Chastels et maisons fortes 6

Source : Société Française d’Archéologie

(Résumés des articles disponibles à cette adresse)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Véronique Chankowski, Clément Lenoble et Jérôme Maucourant (dir.), Les infortunes du juste prix. Marchés, justice sociale et bien commun de l’Antiquité à nos jours, préface de Paul Jorion, Lormont, Editions Le Bord de l’eau, 2020, 240 p.

Résumé

Qu’est-ce que ce juste prix que l’on trouve sur les étiquettes de bouteilles de lait, dans la bouche des agriculteurs comme dans celle des théoriciens du marché libre ? Une expression très ancienne, dont l’histoire est longue et mouvementée et dont le sens politique autant qu’économique a varié au cours du temps. Résolument interdisciplinaire, à la croisée de l’anthropologie de l’économie et de l’histoire des pratiques et de la pensée économique, le livre propose une vue d’ensemble sur la très longue durée de l’histoire du juste prix. Cette approche vise à déconstruire les usages qui en ont été faits ou peuvent en être faits aujourd’hui. Les analyses présentées ici permettent ainsi de mieux saisir les enjeux d’une notion polysémique et ambiguë où se nouent depuis longtemps les tensions entre économie de marché, justice sociale et bien commun.

Avec des contributions de Michela Barbot, Véronique Chankowski, Guillaume Garner, Jean-Yves Grenier, Alain Guery, Clément Lenoble et Jérôme Maucourant
Source : Editions Le Bord de l’eau

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] XXI Convegno del Comité international de paléographie latine, L’emersione delle scriture volgari, la prospettiva paleografica, Firenze, 19-21 febbraio 2020

Il XXI Convegno del Comité international de paléographie latine, L’emersione delle scritture volgari. La prospettiva paleografica, si terrà presso l’Università degli Studi. Il convegno intende esplorare le forme materiali e le scritture che caratterizzano soprattutto le fasi più antiche e sperimentali di questo percorso. In particolare sarà interessante verificare fino a che punto abbiano funzionato come riferimento i tradizionali modelli latini, frutto di codificazioni vecchie di secoli, o se si siano invece percorse altre strade in relazione a nuove esigenze comunicative o al gusto e alle richieste di un pubblico nuovo di committenti.
Il percorso che ha portato le varie lingue d’Europa a conquistare una dimensione scritta non è stato semplice né lineare: diversa la cronologia e diverse le occasioni, le strategie, le tipologie delle testimonianze. A questo campo d’indagine, da sempre privilegiato dagli storici delle lingue e dai filologi, la prospettiva paleografica può dare un contributo originale e decisivo quanto all’interpretazione dei modi e del significato di tale conquista, non limitandosi a concorrere in maniera strumentale alla datazione e localizzazione delle testimonianze.

Le XXIe Colloque de paléographie latine, L’émergence des écrits en langue vulgaire. Le point de vue paléographique, sera hébergé par l’Università degli Studi à Florence du 19 au 21 février 2020. Le Colloque se propose d’explorer les formes matérielles et les écritures qui caractérisent plus spécialement les phases les plus anciennes et les plus expérimentales de ce processus. En particulier, il sera intéressant de se demander jusqu’à quel point les modèles latins traditionnels, issus de conventions vieilles de plusieurs siècles, ont fonctionné comme points de référence, ou bien si, au contraire, ont été explorées d’autres voies en fonction de nouvelles exigences de communication ou du goût et des attentes d’un nouveau public de commanditaires.
Le processus qui a conduit les différentes langues d’Europe à accéder à la dimension écrite n’a pas été simple ni linéaire : la chronologie est variable, comme le sont aussi les circonstances, les stratégies, et la typologie des attestations. Dans ce domaine d’étude, où les philologues et les historiens de la littérature ont toujours été au premier plan, le point de vue paléographique peut apporter une contribution originale et décisive en ce qui concerne les modalités et la signification de cette accession, sans se limiter à contribuer de manière instrumentale à la datation et à la localisation des témoignages.

The twenty-first Colloquium of the Comité international de paléographie latine, The rise of vernacular writing. The palaeographical perspective, will take place at the Università degli Studi in Florence, 19-21 February 2020. The Colloquium sets out to explore the material forms and scripts associated especially with the earliest and most experimental phases of the process. Of particular interest are questions concerning the extent to which the traditional forms of writing in Latin, involving conventions that in some cases had been established centuries earlier, functioned as points of reference for writing in the vernacular, or whether, by contrast, other approaches were taken in response either to new demands in communication or to the taste and expectations of a new audience and patrons.
The process by which the different European languages acquired a written dimension was neither linear nor straightforward: the chronologies involved were different, as were the particular circumstances, strategies employed, and the form and function of vernacular material. Scholarship in this field has tended to be dominated by philologists and historians of literature, but a palaeographical perspective has the potential to make an original and crucial contribution with regard not only to the technical issues of dating and localising the manuscript witnesses but also to an understanding of the modes employed and the wider significance of the adoption of writing in the vernacular.

Programma

Palazzo Fenzi Marucelli, via S. Gallo 10, 50129 Firenze
Dipartimento SAGAS, Aula Magna

Mercoledì 19 febbraio

8.00 – 9.30 Registrazione

9.30 – 10.00 Apertura: saluti del Rettore dell’Università di Firenze, prof. Luigi Dei, del Direttore del SAGAS, prof. Andrea Zorzi; Teresa De Robertis, Marc Smith

I sessione
presidente T. De Robertis

10.00-10.40   P. Åström (Kungliga Biblioteket, Stockholm), The relationship between Latin script and runes in Germanic languages from earliest times to the 12th century

10.40-11.20  M. Schubert (Universität Duisburg-Essen), Hildebrand, Otfrid, and Notker. German language on its way into literacy

11.20-11.40 pausa caffè

II sessione
presidente T. Webber

11.40-12.20 J. Alturo – T. Alaix (Universitat Autònoma de Barcelona), Le prime manifestazioni scritte in catalano: cause, origini, caratteristiche ed espansione di un nuovo sistema grafico

12.20-13.00  F.J. Álvarez López (University of Exeter), Bilingual texts in late Anglo-Saxon Manuscripts: layout, script and use

13.00-14.00 pausa pranzo

III sessione

presidente D. Muzerelle

14.00-14.40        G. Frosini (Accademia della Crusca), Dalle carte e dalle pietre: riflessioni e considerazioni per la storia della lingua italiana

14.40-15.20      T. De Robertis (Università di Firenze), Il libro di poesia tra norma e innovazione

15.20-16.00    M. Pantarotto (Università telematica eCampus), La scrittura a mosaico: inserti in volgare nei testi della predicazione. Aspetti grafici e perigrafici a confronto

16.00-16.30 pausa caffè

16.30 – 18.00 Assemblea generale del CIPL

Giovedì 20 febbraio

IV sessione

presidente E. Overgaauw

9.00-9.40   Å. Ommundsen (Universitet i Bergen), Bilingual scribes in the far North: early evidence from Trondheim, Norway

9.40-10.20   H. Pátková (Univerzita Karlova, Praha), Czech language and Latin alphabet in the late Middle Ages

10.20-11.00  M. Smith (École Nationale des Chartes, Paris), L’émergence d’écritures nationales à la Renaissance

11.00-11.30 pausa caffé

V sessione
presidente O. Merisalo

11.30-12.10    N. Giovè Marchioli (Università di Padova) – C. Tedeschi (Università di Chieti-Pescara), Le scritture esposte in volgare: dalle tracce alla diffusione. Note paleografiche

12.10-12.50   M. E. Martin Lopez (Universidad de León), La emergencia de los escritos en lengua vulgar. Factores y actores en las inscripciones hispanas (ss. XI-XIII)

12.50-14.40 pausa pranzo

14.00-14.40 presentazione poster APICES e CIPL (Aula parva)

VI sessione
presidente M. Maniaci

14.40-15.20    M. Careri (Università di Chieti-Pescara), La forma del titulus. Dal latino alle lingue romanze

15.20-16.00    F. Ceresato – V. Mariotti – D. Stutzmann (CNRS-IRHT, Paris – Université de Lille), Les abréviations dans les manuscrits français du XIIIe siècle : analyses statistiques

16.00-16.30 pausa caffè

16.30-17.00 Assemblea APICES

Venerdì 21 febbraio

VII sessione APICES
presidente S. Barret

9.20-9.30 presentazione della sessione

9.30-9.50 Alessandro Palumbo (Universitetet i Oslo), Bilingualism and biscriptality in medieval Scandinavia

9.50-10.10 Kathryn Peak (University of Oxford), The reception and transmission in England of Boethius’ De Consolatione Philosophiae in the fourteenth and fifteenth centuries

10.10-10.30 Annafelicia Zuffrano (Università di Bologna), Gli estimi in volgare bolognese della fine del Duecento: note paleografiche

10.30-10.50 discussione

10.50-11.20 pausa caffè

VIII sessione
presidente C. Glaßner

11.20-12.00 A. Nievergelt (Universität Zürich), Diakritika in der Schriftgeschichte der altgermanischen Sprachen

12.00-12.40  M. Lacanale (Università di Chieti-Pescara), Gli accenti nei manoscritti romanzi del XII secolo

12.40-14.30 pausa pranzo

IX sessione
presidente C. Dutschke

14.30-15.10  F. Roldão (Universidade de Lisboa) – J. Serafim (Universidade Europeia de Lisboa / Centro de linguas da Universidade de Lisboa), Les chartes de franchises au milieu de l’émergence du portugais : aspects graphiques et matériels

15.10-15.50    M. R. Morujão (Universidade de Coimbra), La langue portugaise dans la chancellerie royale portugaise au XIIIe siècle

15.50-16.10 pausa caffè

X sessione
presidente M. Smith

16.10-16.50  J.Wolf (Universität Marburg), Form – Funktion – Schrift. Buch- und Schriftproduktion in der Lübischen Kanzlei von 1230-1330

16.50-17.30  D. Belmonte (Universidad de Sevilla), El surgimiento de las escrituras en romance en la Edad Media sevillana: documentos del arzobispo y del cabildo catedralicio

17.30-18.00 chiusura del convegno

20.00 cena (su iscrizione)

RISTORANTE GOLDEN VIEW, via de’ Bardi 58/r, 50125 Firenze

Sabato 22 febbraio

10.00 (su iscrizione)

Visita guidata al Museo Nazionale del Bargello

 

Source : https://cipl2020firenze.home.blog/

(informazioni, abstracts, iscrizione etc…)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Ludmila Acone, Danser entre ciel et terre. Le maître à danser du Quattrocento, sa technique et son art, préface de Jean-Philippe Genet, Paris, Classiques Garnier, 2019, 487 p.

Au Quattrocento, les maîtres à danser Domenico da Piacenza, Antonio Cornazzano et Guglielmo Ebreo da Pesaro, livrent les premiers traités de danse connus en Occident. Véritables humanistes, ils créent un nouveau langage artistique et participent à la mise en place de la société de cour.

Source : Classiques Garnier

Sommaire et autres informations complémentaires sur le site de l’éditeur

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Rodrigo Furtado and Marcello Moscone (ed.), From Charters to Codex Studies on Cartularies and Archival Memory in the Middle Ages, Turnhout, Brepols, 2019, XVI + 328 p.

During recent decades, there has been a profound change in the way that researchers have read and interpreted the sources of the Middle Ages. This shift has prompted scholars to reconsider the historical value of the medieval cartularies. From Charters to Codex. Studies on Cartularies and Archival Memory in the Middle Ages features a selection of papers that were presented at the international conference on Cartularies in Medieval Europe: Texts and Contexts held by the Centre for Classical Studies at the University of Lisbon (11-12 June 2015).

This book focuses mainly on cartularies in the strict sense of the term, mostly produced within the ecclesiastical sphere. Moreover, some of the contributions presented here regard (or also regard) documentary collections in volume form that cannot be identified with the libri iurium et privilegiorum as traditionally understood, but were equally born out of the need to organise the parchment charters that formed the archives of their creators and to make them usable for a number of purposes. This volume, which approaches the topic through various case studies, will be of use not only to scholars who are engaged in the study of cartularies but also to researchers who are involved in the broader investigation of how and to what ends medieval institutions established and managed their archival memories.

Table of Contents

R. FurtadoM. Moscone, Preface

J. M. Ruiz Asencio, Tres cartularios en el Becerro Gótico de Valpuesta. ¿Los más antiguos de los Reinos Hispánicos Occidentales?

J. A. Fernández Flórez, El Becerro Gótico de Cardeña. Aproximación a sus características más significativas

S. Serna Serna, Validations in Cardeña Gothic Cartulary: Signs, Monograms and Chrismons

M. Herrero de la Fuente, El Becerro Gótico de Sahagún

F. Tinti, El papel de la memoria en la producción de los cartularios de Worcester

L. Agúndez San Miguel, Reacción y defensa en la producción de los cartularios de Sahagún

D. Peterson, Order and Disorder in the Cartularies of San Millán de la Cogolla

B. FaddaM. Rapetti, Cartulari del Mediterraneo occidentale. Il caso dei condaghi sardi

M. Calleri, Il monastero di Chiaravalle Milanese e le sue raccolte documentarie (secc. XIII-XIV in.)

M. L. Mangini, Libri e munda. Considerazioni in margine a un progetto sui cartulari ecclesiastici italiani (secoli XIII-XIV)

S. Macchiavello, Il più antico livellario della collegiata di Santa Maria delle Vigne di Genova (secoli XIII-XIV): genesi, struttura, funzioni di una raccolta in progress

H. Vasconcelos Vilar, From Copy to Register: Organising Memory in the Diocese of Évora in the First Half of the 14th Century

D. Belmonte Fernández, Organizar la memoria y administrar el patrimonio en la catedral de Sevilla. El Libro Blanco y el Libro de Dotaciones de 1411

A. de Oliveira Leitão, O Livro Verde da Universidade de Coimbra: o cartulário medieval da universidade portuguesa

N. Vigil Montes, Cartularios para la diplomacia de las monarquías bajomedievales. La promoción de los cartularios para la diplomacia de la dinastía portuguesa de Avis

Index of Manuscripts

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] Présences seigneuriales méridionales, Aix-en-Provence, 30 janvier 2020

Informations pratiques

SMAM -Séances médiévales d’Aix-Marseille : LA3M, IREMAM, TELEMMe, CPAF, CIELAM

Date : Jeudi 30 janvier 2020, 14h-18h
Lieu : Salle PAF, MMSH, Aix-en-Provence
Organisation : Laure Verdon

 

Programme

Laure Verdon (AMU, Telemme) – Introduction

Sandro Carocci (Università di Tor Vergata)Reconsidérer la domination seigneuriale dans l’Italie du sud. Enjeux historiographiques et méthodologiques. À propos de Signorie di Mezzogiorno. Società rurali, potere aristocratici e monarchia (XII-XIII secolo), Viella, Rome, 2014
 
Nicolas Minvielle-Larousse (Chercheur Post-Doctorant, Aix-Marseille Université, CNRS, LA3M, LabexMed)Dominer le sous-sol : exploitation minière et seigneurie dans le Languedoc médiéval
 
Source : Telemme

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[52e Journées romanes, 2020] “Merveilles et miracles à l’époque romane. Lieux, héros, images, Cuxa, 6-11 juillet 2020

vignette-Journees-Romanes-2020
Présentation

Les Journées romanes réunissent durant six jours, en juillet, généralement la seconde semaine du mois, un public passionné et des conférenciers de haut niveau. Le programme alterne des journées de conférences, à l’abbaye Saint-Michel de Cuxa, données par des universitaires ou chercheurs, et des visites des principaux monuments romans, en Roussillon et dans les régions voisines : Catalogne, Languedoc. Une ambiance conviviale caractérise les Journées. Les repas sont pris à Cuxa, l’hébergement est assuré à Prades (navettes). Les Journées romanes sont organisées autour d’un thème particulier, illustrant les rapports entre les arts et la société aux Xème, XIème ou XIIème siècles. Le programme est établi sous la responsabilité d’un Comité scientifique international.

Les Journées romanes 2020 seront consacrées aux « émerveillements » de l’époque romane. De quoi s’émerveillaient nos ancêtres, aux XIe et XIIe siècles ? Quels lieux leur paraissaient extraordinaires, par leur forme, leur situation ou les prodiges qui s’y déroulaient ? Comment voyaient-ils les vestiges du passé, en particulier antique ? Comment considéraient-ils les figures des saints, à l’origine de nombreux miracles ? Ou les héros de la mythologie ? Quelles images de créatures extraordinaires ou exotiques leur étaient-elles proposées ? Voilà une partie des questions auxquelles les conférences des Journées apporteront réponses et exemples. Xavier Barral, Matthieu Beaud, Philippe Cordez, Francisco de Asis García, Emmanuel Garland, Andreas Hartmann, Heike Hansen, Jacqueline Leclercq-Marx, Anna Orriols sont parmi les conférenciers invités. Des excursions seront prévues en Roussillon et dans la région, ainsi qu’au Centre de Sculpture romane de Cabestany, où sont rassemblées les reproductions de la production du célèbre Maître, sculpteur du XIIe siècle qui ne dédaignait pas le fantastique.

Michel Zink aux journées romanes
 

L’un des plus grands médiévistes français, spécialiste incontesté de la littérature et de la pensée du Moyen Âge, Michel Zink a accepté de venir donner la conférence inaugurale des 52es Journées. Membre de l’Académie française, professeur émérite au Collège de France, il est également membre et secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. L’association culturelle de Cuxa est heureuse et honorée d’accueillir une telle personnalité scientifique, reconnue internationalement. Il introduira le thème choisi pour 2020 – Merveilles et miracles – avec une conférence consacrée à « La merveille, la nature et l’humanité », le 6 juillet à 15 h.

Programme détaillé

Lundi 6 juillet

15 h : Conférence d’ouverture : La merveille, la nature et l’humanité. Michel Zink, de l’Académie française, professeur émérite au Collège de France
16 h 30 : Visite de l’Abbaye : Caroline de Barrau, Emmanuel Garland, Olivier Poisson

Mardi 7 juillet, Le passé merveilleux

9h : Se rendre à Rome pour voir des merveilles (ou les imaginer) au XIIe siècle. A propos des Mirabilia Urbis Romae – Xavier Barral i Altet, Université de Rennes, Université de Venise Cà Foscari
10 h 30 : Provoquer le miracle en Terre Sainte au XIIe siècle : l’église hospitalière d’Emmaüs (Abu Gosh) et sa crypte – Andreas Hartmann, Heike Hansen, Nicolas Faucherre, Aix-Marseille Université
11 h 30 : Présentation du livre : Cartulari major, dit Llibre Verd del monestir de Cuixà (2019) – Aymat Catafau, Université de Perpignan, Ramon Ordeig Mata, Arxiu-Biblioteca Episcopal de Vic
14 h : Les mirabilia mythologiques dans l’espace ecclésial – Laurence Terrier, Université de Neuchâtel (Suisse)
15 h : La confusion des passés  :  l’exemple de la Chasse de Théodoric sculptée à l’entrée de la Basilique San Zeno à Vérone – Matthieu Beaud, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne
16 h 30 : Représentations et fonctions du chevalier dans l’art roman : entre réalité, imaginaire et merveilleux – Térence Le Deschault de Monredon,
20 h 30 : Eglise Saint-Félix de Codalet (ou chapelle de Riquer) : Concert (participation aux frais)

Mercredi 8 juillet

Visites en Catalogne : Sant Vicens de Cardona, Sant Llorens prop Bagà

Jeudi 9 juillet

Matin : Les lieux qui émerveillent
9h : San Michele della Chiusa – Carlo Tosco, Politecnico, Turin (Italie)
10 h 30 : La mythification du lieu. San Juan de la Peña et les sanctuaires troglodytes hispaniques – Francisco de Asís García García, Universidad Autónoma de Madrid (Espagne)

Après-midi : Objets, miracles et saints
14 h : La couronne d’Hildegarde de Bingen et la fonction de l’émerveillement dans la deuxième moitié du XIIe siècle – Philippe Cordez, Centre allemand d’Histoire de l’Art (Paris), Evelin Wetter, Fondation Abegg, Riggisberg (Suisse)
15 h : Miracles autour des reliquaires : les objets d’art romans – Florian Meunier, Musée du Louvre (Paris)
16 h 30 : Le merveilleux dans le décor des églises romanes de l’aire pyrénéenne- Emmanuel Garland, docteur en Histoire de l’Art
18 h : Assemblée générale de l’Association culturelle de Cuxa

Vendredi 10 juillet, Images et monstres

Matin : Centre de sculpture romane « Maitre de Cabestany », Cabestany (avec un commentaire sur les acéphales sonneurs de trompe dans l’œuvre du Maître de Cabestany, Olivier Poisson)

Après-midi :

14 h : De la merveille à la sainteté. Saint Christophe et les Cynocéphales (Haut Moyen Âge et Moyen Âge central) – Jacqueline Leclercq-Marx, Université Libre de Bruxelles (Belgique)
15h : Êtres mythiques et plantes prodigieuses dans les herbarii à l’époque romane – Lara de Mérode, Musées royaux des Beaux-Arts, Bruxelles (Belgique)
16 h : Monstres et prodiges sur le parchemin : les tables des canons des évangiles de Cuxa – Anna Orriols, Universitat Autònoma de Barcelona (Catalogne, Espagne)
17 h : Conclusions – Philippe Cordez

Samedi 11 juillet :

Visites en Conflent et Roussillon : Prieuré de Marcèvol, Saint-Féliu d’Amont, le Monestir del Camp

Source : Association culturelle de Cuxa

Plus d’informations sur le déroulement des Journées romanes et sur la vie de l’association à cette adresse

Contacts : Association culturelle de Cuxa (33, rue du Conflent, 66500 Codalet)   Tél: 04 68 96 27 40  ; courriel : contact@cuxa.org

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance de thèse] Anne Servais, Des Indes à l’Europe : production, commerce et approvisionnement de l’Occident en bois de brésil, XIIe-XVIe siècle, Paris, 25 janvier 2020

Anne Servais, inscrite à l’ED441, soutiendra le 25 janvier 2020 sa thèse, préparée sous la direction de Thierry Lalot, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et intitulée : “Des Indes à l’Europe : production, commerce et approvisionnement de l’Occident en bois de brésil, XIIe-XVIe siècle”
Lieu et horaire de soutenance : 25 janvier 2020 à 14h00
Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – Paris 2e – salle Perrot (2e étage)

Jury
M. Etienne Anheim, Directeur d’études, EHESS, Rapporteur
M. Philippe Bernardi, Directeur de recherche, CNRS-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Examinateur
M. Thierry Lalot, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse
Mme Laurence Rivière-Ciavaldini, Professeur, Université Grenoble-Alpes, Rapporteur
M. William Whitney, Maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Examinateur

Résumé

Le bois de brésil est un bois tinctorial rouge utilisé en Occident à la période médiévale et au XVIe siècle non seulement pour la teinture des étoffes, mais aussi en peinture, en particulier en enluminure, comme l’ont montré des analyses physico-chimiques récentes. Durant le Moyen Age, ce matériau provient d’Asie, puis, à partir de la fin du XVe siècle, d’Amérique latine. Notre étude a pour objet de comprendre dans quelles conditions, au Moyen Age et dans les premiers temps de l’ère moderne, le bois de brésil pouvait parvenir de ces régions lointaines jusqu’en Occident et être ainsi disponible sur le marché européen comme matériau colorant pour les artisans et les artistes. Ce travail s’interroge d’abord sur l’époque et les conditions dans lesquelles l’Occident médiéval est entré en contact avec le bois de brésil, et sur ce que savaient ou non les Européens de ce matériau et de l’arbre qui le produisait. Dans un second temps, le questionnement se déplace en Asie pour y identifier les régions productrices du bois tinctorial et retracer son cheminement jusqu’en Occident, d’abord par l’intermédiaire du Proche-Orient arabo-musulman durant la période médiévale, puis par la route du Cap à partir de la fin du XVe siècle. Enfin, la troisième étape de cette recherche se concentre sur l’Amérique pour déterminer où et comment, à partir de la fin du XVe et au cours du XVIe siècle, le Nouveau Monde se met à produire du bois de brésil, cerner les modalités de cette production et analyser le type de régime commercial spécifique alors établi par les Couronnes ibériques pour l’exploitation du brésil américain.

Source : ED441

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Offre d’emploi] Contrats doctoraux et post-doctoraux LabEx Hastec [Date limite de candidature : 29 avril 2020 et 26 février 2020]

Le  LabEx HASTEC (histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances) propose pour l’année universitaire 2020-2021 4 contrats doctoraux (3 ans) et 5 contrats post-doctoraux (1 an) à de jeunes chercheurs inscrivant leur enquête dans les champs thématiques du LabEx.

Le LabEx HASTEC est porté par l’Ecole pratique des hautes études et analyse, avec ses équipes pluridisciplinaires, la corrélation historique des Savoirs, des Techniques et des Croyances, depuis l’Antiquité jusqu’au XXI ème siècle.

 

Plus d’informations sur les offres de contrats de recherche et les modalités de candidatures sur le site du LabEx : https://labexhastec-psl.ephe.fr/2020/01/07/appel-a-candidature-2020-mise-au-concours-de-contrats-de-recherche/

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Table ronde] Programme d’agrégation d’histoire, Bibliothèque interuniversitaire Sorbonne, Paris, 16 janvier 2020

Table ronde en partenariat avec les Éditions de la Sorbonne

Table ronde organisée dans le cadre de la préparation de la question d’histoire médiévale “Ecrits, pouvoirs et société en Occident du XIIe au XIVe siècle” (CAPES d’histoire – géographie et Agrégation d’histoire, 2020)

avec Paul Bertrand, Geneviève Bührer-Thierry, Pierre Chastang, Didier Lett et Olivier Mattéoni,

Jeudi 16 janvier de 18h à 20h
Lieu : BIS, Bibliothèque interuniversitaire Sorbonne – salle de formation, 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

Inscription obligatoire : communication@bis-sorbonne.fr

Sources : Bis et Cerhic

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Offre d’emploi] Doctorant.e Fonds national suisse (FNS), Les « traités d’ambassadeurs » : expérience personnelle et construction d’un discours normatif (XIIIe-XVIe siècle) [Date limite candidature : 1er avril 2020]

Entrée en fonction : 1er septembre 2020
Durée du contrat : 1 an renouvelable, max. 4 ans
Échéance : 1er avril 2020

La personne participera au projet « Les « traités d’ambassadeurs » : expérience personnelle et construction d’un discours normatif (XIIIe-XVIe siècle) » (PR00P1_185789), dirigé par Noëlle-Laetitia Perret.

Screenshot_2019-12-30 Les « traités d'ambassadeurs » expérience personnelle et construction d'un discours normatif (XIIIe-X[...]

Description :
• Développer une thèse de doctorat en relation avec la thématique du projet de recherche en se concentrant sur le Speculum legatorum de Guillaume Durand (vers 1279).
• Contribuer à la présentation des résultats des recherches du projet lors de communications dans des congrès et des publications.
• Coopérer aux tâches d’enseignement, d’administration et d’organisation d’événements scientifiques en rapport avec les recherches du projet.
• Collaborer de manière régulière avec les membres du projet ainsi qu’avec les autres chercheurs de l’Institut d’études médiévales de l’Université de Fribourg.

Qualités requises :
• Master en histoire et compétences en latin médiéval et philologie.
• Bonnes connaissances en paléographie et codicologie.
• Esprit d’initiative et aptitude au travail d’équipe.
• Intérêt pour le travail interdisciplinaire.
• Autonomie.

Salaire
Le projet est financé selon les normes du FNS.

Dossier de candidature
Les candidatures doivent inclure une lettre de motivation, un CV complet, copie des diplômes universitaires, une version électronique d’un travail de recherche (mémoire de master, travail de séminaire, présentation pour un colloque ou autre publication scientifique). Une lettre écrite par le directeur ou la directrice du mémoire de Master (ou par un·e autre professeur connaissant bien le ou la candidat·e) est également bienvenue.

Le dossier de candidature est à adresser à Noëlle-Laetitia Perret (noelle-laetitia.perret@unifr.ch).

Source : RMBLF

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Sources et archives. Journées doctorales de Caen et de Rouen, Caen, 27 mai 2020 et Rouen, semaine du 15 juin 2020 (date à préciser) [Date limite propositions : 10 février 2020]

Journées de l’Ecole Doctorale 558 « Histoire, Patrimoine, Mémoire, Langage »
Présentation des journées

L’école doctorale « Histoire, Mémoire, Patrimoine, Langage », née en 2012 de la fusion d’une partie des ED 350 (Rouen) et 68 (Caen-Le Havre), regroupe 13 unités de recherche et 400 doctorants de disciplines variées : histoire, archéologie, philosophie, épistémologie, lettres modernes, arts du spectacle, langues, littératures et civilisations étrangères, linguistique ou encore sciences du langage. Forte de cette pluridisciplinarité, l’ED 558, placée sous la direction d’Alexandra Merle (ERLIS), propose cette année deux journées d’échange – qui se tiendront à Caen et à Rouen – afin de réunir ses jeunes chercheurs autour de la thématique “Sources et archives”.

Ces journées s’offrent comme un espace de réflexion et de discussion dans lequel les jeunes chercheurs en SHS sont invités à interroger les méthodologies de recherche qu’ils emploient à l’heure de recueillir et d’exploiter leurs sources. Étapes indispensables de la démarche scientifique, aussi exaltantes que frustrantes, la collecte et l’exploitation des données constituent un défi face auquel s’élaborent de nombreuses stratégies. La pluralité des disciplines susmentionnées promet un riche dialogue méthodologique qui permettra de confronter les freins et leviers spécifiques à chacune et de mettre en évidence des points de convergence.

L’objectif est de créer un rendez-vous annuel pérenne pour promouvoir les avancées de l’ED et cultiver les contacts entre ses différentes unités de recherche, ainsi qu’avec des ED partenaires. Cet appel à communications s’adresse donc aux jeunes chercheurs de l’ED 558 (du master au post-doctorat) mais aussi à des membres d’autres ED ayant été confrontés à l’étude des méthodologies de la recherche en SHS.

Axes thématiques

    Chacun est invité à proposer une communication à partir de ses travaux de recherche, suivant l’un ou plusieurs des six axes thématiques exposés ci-dessous:

    Diversité des sources : nature et méthode

    Quelle typologie traditionnelle de sources est propre à chaque discipline ? Comment les différentes disciplines travaillent-elles leur documentation ? Selon les spécificités inhérentes à chaque discipline, quel est le rapport individuel du jeune chercheur à l’archive et à la source ?

    Sources primaires et sources secondaires: une négociation constante

    En quoi les catégories de sources primaires et sources secondaires peuvent-elles se recouper et, dans le cadre d’une abondance de sources, que privilégier ? Quel regard critique impliquent-elles respectivement et quelles difficultés posent-elles ? En quoi une source a priori secondaire peut-elle devenir un objet d’étude à elle seule ? Comment identifier et définir les différents types de sources ?

Entre absence et abondance de sources : situations disciplinaires et points de vue comparés sur sources éditées et inédites

    En fonction des disciplines et des périodes d’étude, quels problèmes surgissent à l’heure d’identifier, puis d’exploiter les sources (sources lacunaires, abondance d’informations, …) ? Quelles solutions peuvent alors être envisagées ? Quelle posture adopter face à l’inédit ? Comment penser nouvellement un objet d’étude abondamment traité par la recherche ? Comment aborder un sujet totalement nouveau du point de vue des sources à traiter ? Quels sont les problèmes inhérents à la datation des sources et à leur pérennité, notamment dans le cas de sources orales et de sources numériques impliquant des enjeux de stockage des données ?

Interdisciplinarité et spécificité des sources : croiser les expertises pour s’approprier un corpus

    Comment envisager l’interdisciplinarité en tant que nouvelle modalité privilégiée dans le travail de recherche ? Comment permet-elle d’élargir les types de sources et les méthodes lors de la collecte des données et de l’exploitation de ces données ? Quels avantages fournit l’interdisciplinarité ? Quels écueils faut-il éviter ? Comment un jeune chercheur peut emprunter une ou des démarches en dehors de sa discipline, créant ainsi une interdisciplinarité propre à nourrir son approche individuelle mais aussi la méthodologie de sa propre discipline ?

    Échecs  et succès d’accès aux sources : accéder et rendre accessible les sources

    Quels accès aux sources se présentent aux jeunes chercheurs en SHS à l’heure actuelle ? Quelles problématiques d’exploitation et de publication soulève la consultation de sources issues d’archives privées ? Des sources consultables de façon matérielle aux sources en ligne, quelles différences méthodologiques entraîne la diversité des supports ? Comment appréhender le libre-accès aux sources et utiliser des plate-formes comme HAL ? Comment s’approprier et utiliser efficacement les bibliothèques en ligne ou les sites de récolement de sources ? Comment les jeunes chercheurs en SHS peuvent-ils exploiter les nouveaux outils bibliographiques pour communiquer leurs sources de façon normée et faciliter leur consultation ?

    Démarches de jeunes chercheurs en SHS : des questions aux sources ou des     sources aux questions ?

    Comment une réflexion autour de “sources et archives” permet-elle d’envisager la distance entre le chercheur et son sujet de recherche, notamment dans le contexte d’une dématérialisation croissante des contenus ? En quoi le rapport aux sources et aux archives façonne-t-il la réflexion scientifique et méthodologique des jeunes chercheurs actuels ? Quelle place occupent les sources dans le parcours du chercheur, et comment accommoder la réflexion avec le moment de découverte – attendue ou non – des sources ?

Types et formats des communications

 Chaque intervenant disposera de 20 minutes d’exposé oral pour sa communication. Les propositions de communication doivent être soumises au format PDF avant le 10 février 2020 sous la forme d’un texte de présentation de la communication de 2000 signes (espaces inclus). Il sera accompagné d’une présentation personnelle de 300 signes (espaces inclus) où seront indiqués nom et prénom, unité de recherche et école doctorale de rattachement (département pour les étudiants de master), fonctions assurées au sein de celles-ci ainsi que le ou les axes thématiques auxquels se rapporte la communication proposée dans le cadre des journées “Sources et archives”.

 

Modalités de soumission des propositions de communication

Adresse mail de contact: journeesed558@gmail.com

Clôture de l’appel: 10 février 2020

Réponse aux auteurs: 29 février 2020

Clôture de l’envoi des communications définitives: 17 mai 2020

 

Informations pratiques

Dates : le 27 mai 2020 à Caen (9h30-18h), la semaine du 15 juin à Rouen (date à préciser)

Lieux : Amphithéâtre de la MRSH (campus 1 de l’université de Caen Normandie) et à l’université de Rouen (salle de conférences de la MDU)

 

Comité organisateur

Victor Barabino, CRAHAM (Caen)
Côme Barbaray, GRHIS (Rouen)
Samantha Caretti, LASLAR (Caen)
Léa Chevalier, LASLAR (Caen)
Christophe Denis, ERIAC (Rouen)
Marion Duchesne, ERLIS (Caen)
Orlane Drux, CEREDI (Rouen)
Victor Faingnaert, HISTEME (Caen)
Charlotte-Isabelle Le Ridée, HISTEME (Caen)
Yohan Marc, GRHIS (Rouen)

Coordinateurs

Pour Caen : victor.barabino@unicaen.fr

Pour Rouen : come.barbaray@hotmail.com

Source : RMBLF

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Journées Jeunes chercheurs Janua 2020, Espace(s) et pouvoir(s), Poitiers, 9-10 avril 2020 [Date limite propositions : 15 février 2020

Les journées auront lieu les 9 et 10 avril 2020.

Ces journées d’études sont organisées par JANUA, l’association des étudiants de master et doctorants de l’Université de Poitiers qui regroupe les laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et CRIHAM (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie). L’objectif de ces deux journées d’études est de présenter les travaux de jeunes chercheurs sur le thème « espace(s) et pouvoir(s) » dans une perspective pluridisciplinaire et méthodologique laissant place au dialogue. Le choix de ce thème, large et riche en possibilités, permet un accès à toutes les disciplines et à toutes les périodes historiques, afin de favoriser l’ouverture d’esprit et l’apprentissage dans un moment d’émulation intellectuelle.

La notion d’« espace » est un concept que l’on rencontre constamment au gré de nos recherches : l’ « espace » peut être considéré comme un cadre territorial (un pays, une ville, un département, une région…), comme un lieu physique précis (un bâtiment, une salle…) ou encore comme un espace symbolique (réseaux iconographiques dans les églises, espaces liturgiques et cérémoniaux…). C’est une source de réflexion et de développements très divers car ce concept porte en lui un aspect multidimensionnel qui comprend aussi bien des notions géographiques, sociales et culturelles. L’« espace » peut être compris soit comme un territoire, c’est-à-dire un espace à l’empreinte humaine forte délimité par des frontières politiques (cité, seigneurie, commune, etc.), soit comme une étendue physique régie par des contraintes naturelles (chaînes de montagnes, interfaces maritimes, etc..). Cette zone peut alors être elle-même structurée par une société organisée en classes sociales qui se répartissent cet espace (enclaves de pauvreté, résidences élitaires). Cette notion ne peut être définie en dehors de son contexte politique car c’est ce dernier qui délimite ses frontières aussi bien géographiquement et physiquement que culturellement. Il est donc naturel d’en venir à la question suivante : dans quelle mesure cette notion « d’espace » est liée au thème du pouvoir ? Bien souvent, l’appropriation de l’espace est un enjeu pour le pouvoir. Ce fut le cas lors de l’acquisition de l’habitat aristocratique par l’administration de l’État durant le siècle des Lumières ou bien pour transformer les hôtels particuliers en bâtiments publics au XIXe siècle. Pour comprendre le lien entre l’expression des rapports de pouvoir et l’espace, il suffit de s’intéresser aux conquêtes, colonisations, migrations, mais également aux déplacements de frontières allant souvent de pair avec les échanges culturels. Par exemple, la façon dont certains camps romains ont été les structures de base d’un développement urbain (Cologne et Bonn en Germanie) montre l’importance que peut parfois prendre la relation entre le pouvoir en place et le ou les espace(s) structurant la géographie d’un lieu. Il ne s’agit pas alors seulement de frontières bien définies, de lignes fixes, mais d’un espace plus large au cœur duquel les échanges culturels sont fréquents et structurent un territoire. Ces périodes de mutations ont apporté avec elles la question de l’appropriation d’un lieu, d’un territoire étendu qui est le lieu de projection du pouvoir de celui ou ceux qui le contrôlent.

Ce thème d’« espace(s) et pouvoir(s) » s’articulera autour d’un cadre géographique (un pays, une région, une ville ou même un bâtiment), en changeant les rapports d’échelle, et en combinant sa réflexion avec les rapports que ces espaces ont pu avoir avec les pouvoirs politiques. Ce projet se réfèrera à des problématiques sur l’émergence de nouvelles conceptions du pouvoir ainsi qu’aux dynamiques sociales exprimées par l’espace. Il abordera également des thématiques moins étendues, comme le rôle défensif d’un territoire pour servir le pouvoir, d’un espace dans lequel le pouvoir s’exerce ou qui est la vitrine sociale de celui qui le possède, témoin de sa puissance (militaire, économique, influence sociale).

Dans ce cadre, les présentations pourront être organisées selon trois axes différents :

  • Le premier axe s’articulera autour des dynamiques de contrôle d’un espace par les pouvoirs politiques.  Il sera possible d’évoquer plusieurs questionnements sur le maintien du pouvoir lié à un espace, un processus d’attachement à un espace en lien avec l’autorité y exerçant un pouvoir, etc. Il s’agira ainsi de traiter l’administration du pouvoir dans un ensemble, comme par exemple le pouvoir royal, seigneurial ou politique dans un lieu.
  • Le deuxième axe sera réservé aux espaces dits « concrets », qui sont des espaces construits par l’homme, comme des bâtiments religieux, d’habitation, à but militaire ou politique, ou bien encore certaines parties de ces bâtiments, comme les salles réservées à l’exercice du pouvoir.
  • Le troisième axe abordera l’espace en tant que symbole culturel, et notamment son rôle dans la représentation et la théâtralisation des rapports politiques, religieux et sociaux. Touchant à tous les domaines d’études, ce thème offre de grandes possibilités de propositions de communication. Cette réflexion a pour but la transdisciplinarité, à travers l’analyse des sources étudiées par les jeunes chercheurs, qu’elles soient écrites ou matérielles.

Les propositions de communication (environ 500 mots) doivent être envoyées, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 15 février 2020. Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.

Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés au début du mois de mars. L’événement se déroulera sur deux journées. L’après-midi de la seconde journée sera consacrée à une visite du centre-ville de Poitiers pour les participants intéressés. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des frais de transport à hauteur de 50 euros par intervenant.

Exemples de références bibliographiques :

ANDRAULT-SCHMITT Claude (dir.), Le palais des comtes à Poitiers, Nicolas PROUTEAU, « Richard Cœur de Lion : entre mythes et réalités », Snoeck, 2016, p.82-87.

BECKER Jean-Jacques, Serge BERSTEIN, Sophie CHAUVEAU, Ouvriers, villes et société, Autour d’Yves Lequin et de l’histoire sociale, Paris, Nouveau monde éditions, 2005.

BOURILLON Florence, Les villes en France au XIXe siècle, Paris, Ophrys, 1992.

BREFE Fonseca, CLAUDIA Ana, GUALDÉ Krystel, « Pouvoirs : représenter le pouvoir en France du Moyen âge à nos jours » : exposition, Château des ducs de Bretagne-Musée  d’histoire de Nantes, du 4 octobre 2008 au 4 janvier 2009, Paris, Somogy éditions d’art, 2008.

BRUNET Roger, FERRAS Robert, THÉRY Hervé, Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Édition Reclus – La Documentation Française, 2009 (3ème édition revue et augmentée) ; voir notamment les définitions d’ « espace » de la page 193 à la page 195, de « pouvoir » aux pages 398 et 399 et de « territoire » aux pages 480 et 481.

DESTEMBERG Antoine, LE GOFF Fabrice, Atlas de la France médiévale : hommes, pouvoirs et espaces, du Ve au XVe siècle, Paris, Éditions Autrement, 2017.

DORIGNY Marcel, LE GOFF Fabrice, Atlas des premières colonisations : XVedébut XIXe siècle, des conquistadores aux libérateurs, Paris, Autrement, 2013.

DUBASQUE François et KOCHER-MARBOEUF  Éric (dir), Terres d’élections,  Les dynamiques de l’ancrage politique, 1750-2009, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

DUSSERRE Aurélia, HOUTTE Arnaud-Dominique, BALAVOINE Guillaume, Atlas de la France au XXe siècle : 1914-2002, De la Grande Guerre à une nouvelle société, Paris, Éditions Autrement, 2018.

HUBERT Étienne, L’« Incastellamento » en Italie centrale : Pouvoirs, territoire et peuplement dans la vallée du Turano au Moyen Âge, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2002.

MALIGORNE Yvan, L’architecture romaine dans l’ouest de la Gaule, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

NEWTON William Ritchey, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard, 2000.

PHAN Bernard, Colonisations et décolonisations (XVIeXXe siècle), Paris, Presses Universitaires de France, 2017.

TRÉMENT Frédéric, « Élites et villae dans le territoire de la cité arverne », Actes du colloque, Les élites et leurs facettes, les élites locales dans le monde hellénistique et romain, (Clermont-Ferrand, 24-26 novembre 2000) p.661-676.

 Comité Scientifique

Stéphane BOISSELLIER, Professeur en Histoire médiévale au CESCM

François DUBASQUE, Maître de conférences en Histoire contemporaine au CRIHAM

Charles  GARCIA, Maître de conférences HDR en Histoire et Littérature médiévale espagnole au CESCM

Philippe MAINTEROT, Maître de conférences en Histoire de l’Art et Archéologie antique à HeRMA

Vincent MICHEL, Professeur en Histoire de l’Art et Archéologie antique à HeRMA

Marie-Luce PUJALTE-FRAYSSE, Maître de conférences en Histoire de l’Art moderne au CRIHAM

Fabrice VIGIER, Maître de conférences d’Histoire moderne au CRIHAM

Alexandre VINCENT, Maître de conférences en Histoire romaine à HeRMA

Comité d’organisation : Association Janua

Mélanie FERREIRA (CESCM, Diplômée du master II Mondes Médiévaux en archéologie du bâti)

Emilie MARGAIX (CESCM, Doctorante en Histoire médiévale)

Mehdi MONTET (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale)

Camille PACCOU (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale)

Source : CESCM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

Parution : Amélie De las Heras, Florian Gallon, Nicolas Pluchot (éd.), “Œuvrer pour le salut Moines, chanoines et frères dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge”, Madrid, 2020.

Parution : Amélie De las Heras, Florian Gallon, Nicolas Pluchot (éd.), Œuvrer pour le salut Moines, chanoines et frères dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez no 176, 2020.

Le problème du salut personnel et collectif, crucial pour tous les chrétiens, entraîne l’émergence d’individus et de groupes sociaux réputés particulièrement aptes à faire leur propre salut et à œuvrer pour celui des autres. Partant de cette donnée fondamentale, le présent ouvrage examine la tension entre les ambitions spirituelles et les contraintes individuelles, communautaires et institutionnelles des moines, des chanoines réguliers et des frères mendiants, dans le cadre du Moyen Âge hispanique. Trois modalités d’accès au salut sont mises en évidence : la conversion, c’est-à-dire le choix d’entrer en religion et la continuelle transformation individuelle qu’il suppose ; la médiation, fondée sur la prière et sur la liturgie ; le soin des âmes enfin, lié à l’engagement pastoral.Oeuvrer pour le salut ; moines, chanoines et frères dans la péninsule ibérique au Moyen Age

> Inscrit dans le cadre des études de l’histoire de l’Église, ce travail met l’accent sur un aspect différent et actuel tel que le monde des laïcs.

> Une tentative de comprendre la singularité des pratiques religieuses du Moyen Âge ibérique dans le contexte plus large du christianisme latin.

Sommaire

Amélie De las Heras, Florian Gallon, Nicolas Pluchot
Introduction générale

I. CONVERSION

Amélie De las Heras
Écrire (sur) la conversion dans la péninsule Ibérique médiévale

Pablo C. Díaz
La conversión personal como instrumento de salvación en el eremitismo y en el monacato visigodo

Cándida Ferrero Hernández
El Liber illustrium personarum de Juan Gil de Zamora. Manuductio ad praedicatores atque ad piam meditationem

Élisabeth Lusset
Faire son salut par la supplique ? Pénitencerie apostolique et clercs réguliers criminels de la péninsule Ibérique au XVe siècle

José María Miura Andrades
Los mendicantes y las transformaciones de la vida y la religiosidad beata. Ciudades andaluzas, fines de la edad media

II. MÉDIATION

Florian Gallon
Médiations monastiques et salut dans le Moyen Âge ibérique

Ludivine Gaffard
Entre pratiques et discours. Le modèle du moine-médiateur au monastère de Sahagún (Castille-León, XI-XIIIe siècle)

Francesco Renzi
Donaciones, sepulturas y entrada en monasterio en Galicia en los siglos XII y XIII. El caso de la abadía cisterciense de Sobrado

Nikolas Jaspert
Los canónigos regulares y la «traslocación» de lugares santos en la sociedad medieval

III. SOIN DES ÂMES

Nicolas Pluchot
Soin des âmes et monde régulier dans la péninsule Ibérique (Ve-XVe siècle)

Francisco José Moreno Martín
Espacios públicos y espacios de uso común en los primeros monasterios hispanos (siglos V-X)

Susana Guijarro González
Enseñar y disciplinar. La misión pastoral de los canónigos en la Castilla medieval (siglos XI al XIV)

Nicole Bériou
Prédication et pastorale dans la péninsule Ibérique. Le tournant des XIIe-XIIIe siècles

Guillermo F. Arquero Caballero
El discurso moral y penitencial del confesor del rey. Análisis teórico de la moralidad y espiritualidad regia en la Castilla bajomedieval

Cédric Giraud
Faire son salut en péninsule Ibérique, entre unité et diversité

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre associée du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts

[Parution] Pauline Bouchaud et Robert Chanaud (dir.), Le Temps des Limousins. Chroniques, horloges, nostalgies, prospectives du XIe au XXIe siècle, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2019, 244 p.

cover

Présentation

Chaque époque a une manière qui lui est propre d’habiter le temps : de mesurer le temps qui passe et celui qui est passé, d’instrumentaliser le passé pour mieux tirer parti du présent, de rêver ou de craindre le futur. Comment les habitants du Limousin, au cours de l’histoire, ont-ils habité leur temps ?

Mesurer le temps. Comment les chroniqueurs médiévaux parvenaient-ils à débrouiller l’écheveau des siècles passés ? Comment la succession des événements politiques du royaume venait-elle scander les registres des consuls de Limoges ? Le temps du juge et celui de l’assassin pouvaient-ils s’accorder sur l’heure du crime ? Et comment, faute de pendule à la maison, les enfants des villages éloignés du chef-lieu arrivaient-ils à l’heure à l’école ? Et de quelle heure parle-t-on ? Celle du soleil, bien sûr, sauf que chaque commune avait la sienne !

Et puis il y a les usages que l’on fait du passé, de la lecture que l’on en donne – généralement celle qui vous arrange, que ce soit dans le cadre d’un procès familial ou d’une politique. Lorsqu’une église médiévale intégrait des remplois d’édifices antérieurs, c’était pour mieux affirmer l’ancienneté de sa fondation (et les historiens de l’art doivent se débattre avec ce mélange des époques). Comparable était la motivation des bâtisseurs de châteaux néo-gothiques : auréoler du lustre du passé une position sociale. Les édiles municipaux, quant à eux, s’efforçaient plutôt de détruire les encombrants vestiges pour construire une ville moderne, tournée vers l’avenir. Au tournant des XXe et XXIe siècles, le Limousin fut pionnier en matière de prospective régionale ; et il s’avère que cette démarche appartient déjà au passé…

Le Limousin a-t-il fait preuve d’originalité dans son rapport au temps ? Rien ne le prouve, mais on souhaiterait vivement que d’autres études régionales viennent lui donner la réplique.

Sommaire

 

– Robert Chanaud – Avant-propos. Le futur est de retour

– Pauline Bouchaud – Introduction

1 – Mesurer le temps

– Julien Bellarbre – Adémar de Chabannes et les âges du monde. De nouveaux éléments concernant le « millénarisme » de l’auteur.
– Christian Remy – Une mémoire contentieuse au château de Bonneval dans la première moitié du XVIe siècle.
– Nicolas Lestieux – Une lecture des temporalités des registres consulaires du Château de Limoges à l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècles) :  entre rythmes des temps et mémoire du passé.
– Philippe Grandcoing – L’heure du crime. Se repérer dans le temps face à la justice dans les années 1830-1840.
– Vincent Brousse – Le temps de la justice. Chocs des temporalités, 1800-1960. Temps vécu, temps estimé, temps subi.
– Pascal Bousseyroux – Les horloges publiques en Corrèze au XIXe siècle (1830-1923).
– Michel C. Kiener – Le temps, le jour et l’heure. Du temps contraint à l’heure exacte (1800-1914).

2 – Se projeter dans le temps

– Laura Viaut – Construire le futur au Moyen Âge. La justice restaurative de l’an mil à travers le corpus limousin.
– Jean-Marie Allard, Jean François Boyer, Robert Chanaud, Luc Ferran, Stéphane Lafaye, Christian Remy – Geoffroi de Vigeois. La construction du récit historique chez un chroniqueur du XIIe siècle.
– Pauline Bouchaud – Réécrire le passé. L’exemple du chanoine limousin Étienne Maleu († 1322), historien de son église.
– Claude Andrault-Schmitt – Le temps du monument. Un piège pour l’historien de l’architecture médiévale.
– Nicolas Lestieux – Du passé réinventé au passé revendiqué : le gaulois Duratius et la superposition des temporalités dans une cité à l’époque moderne.
– Philippe Grandcoing – Conserver, restaurer, reconstruire. Le XIXe siècle et l’héritage du passé à Limoges et en Haute-Vienne.
– Michel C. Kiener – Limoges 1890-2020. La ville voulue, les rêves brisés.
– Robert Savy – La prospective régionale en Limousin. Limousin 2007 – Limousin 2017.

Source : Presses universitaires de Limoges

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Dimitri Paloumbas-Odile, Turenne. Son castrum, ses maisons, préface de Pierre Garrigou Grandchamp, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2020, 285 p.

Présentation

Entre Corrèze, Lot et Dordogne, la vicomté de Turenne abrite une quantité tout à fait remarquable de bourgs castraux et ecclésiaux d’origine médiévale. Parmi eux se trouve Turenne, un bourg né vers l’an mil autour d’un énigmatique château carolingien dont l’histoire nus dit qu’il aurait été pris par les troupes de Pépin le Bref au milieu du VIIIème siècle…

Situé à quelques kilomètres de Brive-la-Gaillarde, Turenne est d’abord un site géologique, une butte-témoin calcaire qui culmine à 330m d’altitude au-dessus de la vallée de la Tourmente. C’est sur les pentes de ce relief escarpé que se développa au cours du Moyen Âge un groupement d’habitas, dans un premier temps près de l’enclos des vicomtes de Turenne, puis le long d’un cheminement ancien qui reliait Brive à Martel. Aujourd’hui, ces maisons offrent un panorama varié de l’architecture civile du sud de la Corrèze. Certains logis conservent encore en façade des vestiges médiévaux (ici une porte en arc brisé, là un couple de baies géminées…), d’autres sont plus marqués par la Reconstruction qui a eu lieu après la guerre de Cent Ans. Ces maisons de la « deuxième génération » ont un trait commun : la plupart sont dotées de spectaculaires tours hors-oeuvre ou demi-hors-oeuvre, à l’intérieur desquelles ont été aménagés des escaliers en vis. Peuplé d’officiers, de notaires, mais également de nombreux paysans, commerçants et artisans (des cordonniers, des tisserands, des tailleurs…), le chef-lieu de la vicomté était aussi un site fortifié, doté de trois enceintes construites entre les années 1100 et les Guerres de Religion. Raconter Turenne par le biais de ses maisons était finalement une occasion unique d’aborder ce lieu à travers ses habitants, en somme de revenir aux sources même de l’Histoire.

Sommaire

Préface de Pierre Garrigou Grandchamp

Introduction

Chapitre 1 : Un peu d’histoire

– Turenne avant Turenne

– Le temps des comtes (milieu du VIIIème siècle – milieu du IXème siècle)

– Le temps des vicomtes (milieu du IXème siècle – milieu du XIVème siècle)

– Turenne durant le Moyen Âge tardif (milieu du XIVème siècle – XVème siècle)

– Les Temps Modernes

– Du bourg castral au bourg rural (de la fin du XVIIIème siècle aux années 1900)

Chapitre 2 : Mémoire du sol

– De l’enclos castral au bourg fortifié : étude morphologique de Turenne

– Les enceintes de Turenne

– Les établissements religieux de Turenne

– Une histoire de la formation et de l’évolution du bourg de Turenne

Chapitre 3 : Un avant-goût de la maison : cadre et mode d’implantation des logis turennois

– L’apport des sources écrites pour l’étude de la maison

– Matériaux et techniques de construction

– Du foncier au bâti

Chapitre 4 : Approche structurelle de la maison

– De la cave au grenier

– La distribution

– Typologie de la maison élémentaire : approche formelle

Chapitre 5 : Les fondements de la datation

– En préambule, le problème des datations dans l’architecture civile

– Les dates portées

– Les maçonneries

– Les éléments de la façade : portes, fenêtres et bandeaux

– Les cheminées

Chapitre 6 : ” De la morphologie à la typologie ” : étude de la maison turennoise des années 1200 aux années 1800

– La maison médiévale de Turenne : types et variantes

– Les transformations du paysage bâti de la fin du Moyen Âge aux années 1650

– La maison turennoise de la fin du XVIIème siècle à la Révolution

Conclusion générale

Monographies

Index

Sources manuscrites

sources éditées

Bibliographie

Glossaire

Source : Presses universitaires de Limoges

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Julie Charmoillaux et Sébastien Gaime (dir.), Les formes de l’habitat rural au Moyen Âge en Limagne septentrionale et Sologne bourbonnaise, Paris, CNRS Éditions, 2019, 456 p.

Des terres noires fertiles de Limagne aux plateaux sablo-argileux de la Sologne bourbonnaise, les paysans du Moyen Âge ont façonné des paysages que l’on connaît encore aujourd’hui. Mais l’histoire de leur implantation sur ces terres n’a rien de linéaire. Pour la première fois depuis les années 1960, une équipe réunissant archéologues, historiens, géologues, carpologues, céramologues et autres spécialistes propose une synthèse sur les formes de l’habitat rural en Limagne et Sologne bourbonnaise au Moyen Âge. Une grande partie des informations architecturales, techniques et environnementales restaient, en effet, inexploitées. Cette diversité des approches a permis un regard renouvelé sur les conditions d’implantation des populations rurales, notamment en étudiant les marqueurs géologiques de catastrophe, mais aussi en replaçant toutes les études dans une perspective historique plus précise grâce à de nouvelles datations. Toute la richesse de l’économie végétale médiévale régionale s’en trouve révélée.

Source : CNRS Editions

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Annonce] Nouveau site projet “Trames arborescentes”

Le site du projet de recherches “Trames arborescentes” a changé de serveur. Il est désormais accessible dans une nouvelle version à l’adresse suivante : https://trarbor.hypotheses.org. En particulier, il présente un nouveau format de rencontres scientifiques (un séminaire bimensuel) et donnera bientôt un aperçu de l’élaboration de la revue du projet, Thallos. Journal of Tree Studies. L’ancienne plateforme, qui n’est plus alimentée, sera fermée prochainement.
 
Vous pouvez nous signaler toute mise à jour nécessaire à propos d’informations vous concernant sur le nouveau site.
 
N’hésitez pas à transmettre le lien à toute personne susceptible d’être intéressée.
 
Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire (contact : tramesarborescentes@gmail.com).
 
 
 
Source : Equipe organisatrice du projet (Naïs Virenque, Antoine Paris et Sergi Sancho Fibla)
 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts