[Exposition] L’art en broderie au Moyen Âge, Paris, Musée de Cluny [24 octobre 2019 – 20 janvier 2020]

Even Broderies

La broderie à fils de soie, d’or et d’argent est l’un des arts les plus précieux et les plus prestigieux du Moyen Âge. Et pourtant… Ces œuvres sont aujourd’hui méconnues. Le musée possède l’une des plus belles collections de broderies du 12e au 16e siècle du monde. Cette exposition est l’occasion de les faire dialoguer avec d’autres chefs d’œuvre de collections internationales.

 

Source: Musée de Cluny

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Annonce] Journées romanes 2020, Association culturelle de Cuxa. S’émerveiller à l’époque romane: lieux, héros, images

Les Journées romanes 2020 seront consacrées aux « émerveillements » de l’époque romane.
De quoi s’émerveillaient nos ancêtres, aux XIe et XIIe siècles ? Quels lieux leur paraissaient extraordinaires, par leur forme, leur situation ou les prodiges qui s’y déroulaient ? Comment voyaient-ils les vestiges du passé, en particulier antique ? Comment considéraient-ils les figures des saints, à l’origine de nombreux miracles ? Ou les héros de la mythologie ? Quelles images de créatures extraordinaires ou exotiques leur étaient-elles proposées ? Voilà une partie des questions auxquelles les conférences des Journées apporteront réponses et exemples. Xavier Barral, Matthieu Beaud, Philippe Cordez, Francisco de Asis García, Emmanuel Garland, Andreas Hartmann, Heike Hansen, Jacqueline Leclercq-Marx, Anna Orriols sont parmi les conférenciers invités. Des excursions seront prévues en Roussillon et dans la région, ainsi qu’au Centre de Sculpture romane de Cabestany, où sont rassemblées les reproductions de la production du célèbre Maître, sculpteur du XIIe siècle qui ne dédaignait pas le fantastique.

 

Source: Association culturelle de Cuxa

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Arnaud Fossier, Johann Petitjean et Clémence Revest (études réunies par), Ecritures grises. Les instruments de travail des administrations (XIIe-XVII e siècle), Paris, Ecole nationale des chartes, 2019, 650 p.

Couverture de l’ouvrage Écritures grises

Présentation

Ce livre est le fruit d’une enquête collective autour de la genèse de l’administration en Europe, entre construction de l’État « moderne » et « révolution » de l’écrit. Il invite à quitter le devant de la scène politique pour en visiter les coulisses ; à détacher le regard des ors du pouvoir pour s’intéresser à la part grise de l’action administrative, à ses instruments et ses techniques documentaires. On trouvera ici une série d’études de cas, encadrées par deux textes qui interrogent les seuils chronologiques de cette histoire. Toutes portent sur les pratiques administratives des différents pouvoirs européens entre le xiiᵉ et le xviiᵉ siècle (communes, seigneuries, évêchés, papauté, royautés, principautés ou Empire). La première partie, intitulée « Règles, formes et modèles d’écriture administrative », aborde la question de la matrice notariale des administrations médiévales, de leur style et de leur langue. La deuxième partie identifie plusieurs « logiques de production documentaire » caractéristiques des administrations du Moyen Âge et de la première modernité : constitution de dossiers, de listes, d’inventaires ou de questionnaires. Dans une troisième et dernière partie, « Circulations et jeux d’échelle », ce sont les territoires de l’action administrative qui sont explorés, et par là-même la diffusion de modèles, d’instruments et de pratiques, au niveau local ou régional, comme à l’échelle globale. À partir d’une nouvelle catégorie d’analyse, les « écritures grises », et d’un large terrain d’observation et de comparaison qui fait apparaître une Europe méditerranéenne ouverte à d’autres espaces (Saint-Empire, Flandre, Nouveau Monde, Pays-Bas espagnols), ce livre propose une approche inédite du fait administratif.

Sommaire
Introduction
  • Arnaud Fossier, Johann Petitjean, Clémence Revest : « Pour une histoire pratique de l’administration »
Prologue
  • Paul Bertrand, Pierre Chastang : « Les temps des écritures grises. Formation et temporalités du gouvernement par l’écrit (v. 1080-v. 1350) »
PARTIE 1. Règles, formes et modèles d’écriture administrative
Chapitre 1. La matrice notariale
  • Paolo Cammarosano : « Les rapports entre écritures notariées publiques et écritures notariées privées dans l’Italie communale »
  • Matthieu Allingri : « Naviguer sur une mer de papier : les outils de gestion du processus documentaire des notaires de l’Italie communale (fin xie‑début xve siècle) »
Chapitre 2. Le style administratif, entre théorie et pratique
  • Elisabetta Canobbio : « Modelli di scritture e governo diocesano. Un formulario notarile italiano (Como, sec. xv) »
  • Benoît Grévin : « Les styles de la gestion administrative et gouvernementale, une friche de la recherche en histoire médiévale ? »
Chapitre 3. De l’officieux à l’officiel. Les itinera de l’écriture
  • Elisabeth Lalou : « Les tablettes de cire et les comptabilités royales au xiiie siècle : une écriture grise ? »
  • Tomàs de Montagut i Estraguès : « Autonomie juridictionnelle et reddition de comptes par écrit dans la Couronne d’Aragon (xiiiexive siècles) »

  • Roxane Chilà : « Secreti secretorum. La présence de l’intersigne dans la correspondance codée d’Alphonse le Magnanime »
PARTIE 2. Logiques de production documentaire
Chapitre 4. Le dossier
  • Simone Balossino : « Instruments administratifs et litiges autour du Rhône (fin xiiiexive siècle) »
  • Guillaume Calafat : « De la supplique au dossier. Requêtes, informations et pièces jointes dans le grand-duché de Toscane au xviie siècle »
Chapitre 5. Le questionnaire
  • Silvia Di Paolo : « La ordinaria amministrazione della Chiesa locale : capitula di inchiesta su persone, beni e contabilità »
  • Pascal Vuillemin : « “Quelques nuances de gris”… Écritures grises et réformes ecclésiastiques dans l’Italie du Nord à la fin du Moyen Âge »
Chapitre 6. Les registres : matière vivante
  • Marco Conti : « Notes, comptabilités et mémoire. L’élaboration des registres comptables de la Trésorerie de Bologne à la fin du xiiie siècle »
  • François Otchakovsky-Laurens : « Le statut documentaire des registres de délibérations marseillais »
Chapitre 7. De la liste à l’inventaire
  • Isabella Lazzarini : « L’ordine delle cose e l’ordine dei testi. Liste, indici e inventari nei registri di governo dei principati italiani del tardo Medioevo »
  • Paolo Buffo : « Pour une étude des « systèmes » d’écritures administratives dans les communes du Piémont occidental »
  • Diego Belmonte Fernández : « Unas herramientas escritas singulares : el Libro blanco y el Libro de dotaciones de la catedral de Sevilla »
Chapitre 8. Archiver
  • Stéphane Péquignot : Lettres et listes, notes et memoriales. Les écrits de travail dans les archives royales de la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge
  • Armand Jamme : « Archive et identité pontificale : mémoire vive, mémoire morte ? (xiiiexive siècles) »
  • Olivier Guyotjeannin : « Outils en grisaille : les inventaires d’archives (xiiiexve siècle) »
  • Olivier Rouchon : « L’institution archivistique de la cité : autour des inventaires d’Avignon (xvexviie siècle) »
PARTIE 3. Circulations et jeux d’échelles
Chapitre 9. Gouverner à distance
  • Vannina Marchi Van Cauwelaert : « Instructions, lettres, documents comptables : les instruments administratifs du gouvernement génois en Corse (fin xve‑début xvie siècle) »
  • Nicolas Simon : « La gestion des Pays-Bas espagnols à la fin du xvie siècle : échanges et influences entre Madrid et Bruxelles ? »
  • Guillaume Gaudin : « Le manejo de papeles, un rouage du gouvernement de l’empire espagnol : pratiques, écritures et instruments du travail administratif au conseil des Indes (xviie siècle) »
Chapitre 10. Territorialités
  • Fabrice Delivré : « La chrétienté en liste. Genèse et fortunes du provincial de l’Église romaine (xiiexve siècle) »
  • Lorenzo Tanzini : « Pratiche documentarie dell’amministrazione del territorio fiorentino tra Tre e Quattrocento »
  • Susana Truchuelo : « Compilation des écritures et efficacité administratives à Guipúzcoa aux xvexviie siècle »
Chapitre 11. Dialogues, conflits, transferts
  • Clément Lenoble : « Les comptabilités entre la sacristie, le palais et l’échoppe : écritures économiques et administration du salut (xiiiexve siècle) »
  • Elena María García Guerra : « Informes preliminares, presentación de proyectos y estudios previos. Una práctica común en la administración hacendística de la monarquía hispánica (ss. xvi xvii) »
  • Marie Lezowski : « Sur le papier comme dans la rue : les sbires de l’archevêque de Milan et l’efficacité de la compilation après Trente »
Épilogue.
  • Olivier Poncet : « La révolution silencieuse du règne de Louis XIV. L’écrit documentaire en France vers 1700 »
 
Source : Ecole nationale des chartes

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] Les p’tits déj “Humanités numériques” de l’irht:

Coordination:

Jérémy Delmulle (CNRS, IRHT)

Emmanuelle Kuhry (CNRS, IRHT)

Présentation: 

Les p’tits dej’ «Humanités numériques» de l’IRHT sont organisés par Jérémy Delmulle et Emmanuelle Kuhry dans le cadre de leur post-doctorat en «Humanités numériques» mené à l’IRHT et financé par l’InSHS (2017-2020). Ce séminaire bimestriel entend explorer les problématiques nées de la confrontation entre sciences de l’érudition et développement des Humanités numériques, en particulier dans le contexte de l’étude et de l’édition des sources anciennes et de l’histoire des textes et des bibliothèques. Il pose la question des modalités de l’appropriation de nouvelles technologies par le chercheur lui-même et des conditions de sa reprise en main du processus de traitement des sources. Le programme du séminaire s’articule autour de la présentation de nouvelles méthodologies pour aborder l’histoire des textes, les modalités de leur diffusion et leur traitement (analyse, édition), illustrées par des exemples concrets (projets d’édition en cours, recherches sur les outils de visualisations de big data, etc.).

Programme prévisionnel (sous réserve de modification) :

  • 17 janvier 2020 — Atelier pratique : Les outils d’encodage en XML-TEI et de transformation
  • 21 février 2020 — Transition numérique et transition archivistique aux Archives nationales : Gaetano Piraino (Archives nationales) – Jean-François Moufflet (Archives nationales)
  • 20 mars 2020 — Atelier pratique : Les outils de visualisation et de cartographie
  • 15 mai 2020 — Les bases de données de sources en XML : Shari Boodts (Radboud University Nijmegen) : « La transmission et réception des sermons patristiques au Moyen Âge. Présentation d’une base de données en cours de développement » et Jean-Baptiste Guillaumin (Sorbonne Université) : « Construire une base de données sur une tradition manuscrite complexe: le cas de Martianus Capella »
  • 12 juin 2020 — L’édition électronique de textes en langage ‘Right-to-left’ (arabe, hébreu) : Robert Alessi (CNRS UMR 8167 Orient & Méditerranée) – Jean-Charles Coulon (IRHT-CNRS) – Judith Kogel (IRHT-CNRS)

Informations pratiques: 

Séances: le vendredi matin, de 9h30 à 12h30, autour d’un café et de viennoiseries.

 Lieu: nouveaux locaux de l’IRHT (Campus Condorcet, Bâtiment de recherche nord, 14, cours des Humanités, Aubervilliers).

Conditions d’accès: Libre

Contacts:

jeremy.delmulle@irht.cnrs.fr

emmanuelle.kuhry@irht.cnrs.fr

Sources : https://www.irht.cnrs.fr/?q=fr/agenda/les-p-tits-dej-humanites-numeriques-de-l-irht

 

Amalia Desbrest

Doctorante en littérature médiévale espagnole, ENS de Lyon - CIHAM -UMR 5648.

More Posts

[Parution] Maria Cristina Panzera et Marco Conti (éd.), Ecritures normées et professions (Moyen Âge – XVIe siècle), Bordeaux, Ausonius Editions, 2019, 110 p.

L’expression “écritures normées” est utilisée aujourd’hui particulièrement dans les sciences sociales et le management par référence à l’encadrement des pratiques professionnelles et aux systèmes de gouvernance à l’intérieur des sociétés (rapports, référentiels, formulaires, etc.). La normativité y est conçue comme un outil d’uniformisation, de rationalisation, comme le résultat d’une interaction, voire d’une négociation entre deux forces, celle de l’autorité qui s’exerce d’en haut et celle des groupes professionnels compétents dans la gestion des différentes tâches. Jamais neutre, rarement stable, la norme s’adapte, évolue, parfois disparaît, suivant le rythme des changements économiques, politiques ou sociaux. Qu’en est-il de ces dynamiques pour les époques anciennes ? Comment les historiens abordent-ils les normes d’écriture et leur transmission à l’intérieur des sociétés du passé, faisant le lien avec les questions d’identité sociale et politique ? Ce livre explore à travers différents corpus d’écritures normées le travail des professionnels de l’écriture, le scribe, le secrétaire, l’expert-comptable, le notaire ou encore le spécialiste de l’art militaire, pour reconstruire leur périmètre d’action, le savoir technique qu’ils maîtrisent, leur rapport aux différentes formes de pouvoir. Le lien entre l’écrit, le pouvoir et la société est analysé dans l’espace roman (France, Espagne, Italie) à partir de l’Antiquité et du bas Moyen Âge jusqu’à la première Modernité. L’attention au geste d’écriture, au statut du professionnel habilité à écrire, à l’aspect matériel de sa production et au savoir-faire qu’elle manifeste correspond au renouveau qui caractérise aujourd’hui l’approche historien du rapport entre écrit, pouvoirs et société en Occident.

Sommaire

Marco Conti & Maria Cristina Panzera, Introduction        p. 9

Illo Humphrey, Le métier de scribe-secrétaire dans l’Antiquité et la sténographie latine      p. 15

Michaël Cousin, A la recherche des normes de l’écriture épistolaire chez les chrétiens d’Al-Andalus au IXe siècle    p. 33

Gaël Chenard, La norme capétienne au XIIIe siècle: une certaine écriture de la réalité     p.  47

Marco Conti, La documentation comptable de Bologne (fin du XIIIe – début du XIVe siècle)     p. 59

Sergio Lubello, Les notaires et la plume dans le Moyen Âge italien   p. 75

Maria Cristina Panzera, Les livres pour secrétaires à la Renaissance: nouvelles approches de la question de la norme    p. 87

Michel Pretalli, Normes de composition dans les dialogues sur l’art de la guerre de la seconde moitié du XVIe siècle   p. 101

 

Source et informations complémentaires : Ausonius Editions

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] Food Economies in Pre-Modern Europe. Food markets development and integration (XIth-XVIIIth centuries)

Capture d’écran 2019-12-03 à 22.50.20

University of Lleida, 11th-12th June 2020

During the first half of the 20th century, the market was interpreted as an exogenous element to the medieval society, which was considered fundamentally autarkic. Under the influence of the market, medieval society increasingly focused its productive bases on commercialization, whose growth was the primum movens of geographical specialization. Under these premises, a good deal of the historiography of the time maintained that between the twelfth and eighteenth centuries, there was a progressive and more or less linear trend of the European economy towards commercialization; feudal institutions were an obstacle for this development, and commercialization emerged from the cities and was introduced into the countryside to transform rural economy.

In the last two decades, a number of studies have reconsidered the role of market economy and commercialization among pre-modern peasant societies and have shown that between the twelfth and fourteenth centuries both had already penetrated strongly in rural areas. Another line of studies, focusing on the importance of interregional exchanges, states that the development and integration of markets did not occur in a linear fashion, and wonders whether the reasons that determined it were more linked to technological or institutional factors.

Within these new lines of research, food markets take a fundamental place. The food that has received the most attention is cereal. The importance of the commercial networks through which it circulated has been determined, as well as the importance of the cereal in determining the conditions of life in the countryside and the city or the relevance of the policies that tried to control or tax its traffic. The relationship between market and dearth or famine remains one of the most controversial issues to date. In the 18th century, the French physiocrats and the first British economists observed that cooperation failures had a lot to do with the occurrence of famines. The key to preventing famine was integration between rural regions and urban markets, as well as integration among different regional markets, a vision that is currently shared by the new institutional economic history.

Other staple products such as salt also developed extensive commercial networks of great economic and political relevance. Wine or meat generated distribution circuits, of smaller amplitude, but dense and of great importance; and, finally, luxury products such as sugar, saffron or some wines, whose traffic could be the most lucrative, also generated their own distribution networks, eminently commercial and often long distance, which in turn led to the deployment of fiscal policies and commercial techniques.

The “International Conference on Food Economies in Pre-Modern Europe. Food markets development and integration (XIth-XVIIIth centuries)” invites the submission of papers describing research on development and integration of food markets in Europe in medieval and early modern times.

Themes to be addressed may include:
– Food markets development
– Food markets integration
– Disrupting elements of commercial integration: jurisdictional fragmentation, wars, epidemics, etc.
– Food prices
– Relations between food crises (dearth and famine) and food market integration
– Spread and circulation of economic information on food markets.
– Technologies, means and costs of food distribution.
– Regional and interregional foodstuffs trade
– Food trade: actors, networks, routes.
– Specialized food markets.

Two types of submission, with free choice of subject, will be accepted:
Individual submissions.
Submissions for “panel” sessions on a given theme.

Submissions will be reviewed and selected by academic committee.
Sessions will last 90 minutes in all. They should comprise a chair and two papers of 30 minutes each in length or three papers of 20 minutes.
Papers may be presented in English, Spanish, Catalan, French or Italian.
Chairs will not be permitted to read a paper in a session they moderate.
The deadline for sending submissions is 15th March.

Submissions can be made here: http://foodeconomies-udl.com/call-for-papers/

Acceptances will be sent as soon as possible (Until 30th March).

 

Universitat de Lleida

Centre de Cultures i Cooperació Transfronterera, University of Lleida

Fundació Universitat de Lleida
Campus Cappont 25001 Lleida
+34 973 00 35 57
fundacio@udl.cat

Source: RMBLF.be

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Atelier doctoral] Penser les archives de l’archéologie au Maghreb. Enjeux patrimoniaux, scientifiques et politiques. Tunis, 14-17/04/2020 (limite : 17 janv. 2020)

Coord. : Clémentine GUTRON (CNRS, Centre Alexandre Koyré UMR 8560) et Meriem SEBAÏ (UMR 8210-ANHIMA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Institutions organisatrices et partenaires : Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (UMIFRE USR 3077, Tunis), Centre Jacques-Berque (UMIFRE, USR 3136, Rabat), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), École française de Rome, Agence Nationale de la Recherche (ANR ACHN FABRICAMAG), Archives Nationales de Tunisie (Tunis), Bibliothèque Nationale de Tunisie (Tunis), Institut français de Tunis

Date limite d’inscription : vendredi 17 janvier 2020

Informations : https://www.casadevelazquez.org/index.php?id=5&L=0&tx_cvzfe_news[news_uid]=4553

Accéder au formulaire en ligne

Lieu de la manifestation
Archives Nationales de Tunisie
122 Boulevard du 9 Avril 1938, 1030 Tunis

 

Présentation

Tout chercheur en sciences humaines et sociales est à la fois consommateur et producteur d’archives. Si cette consommation a toujours été considérée comme quasi constitutive de son identité savante, le fait qu’il produise lui-même des archives est longtemps resté un impensé avant de devenir un véritable objet de recherche ainsi qu’un sujet de débat, significativement renouvelé par les bouleversements liés au développement du numérique et à la dématérialisation des données. La question des archives de la recherche en sciences humaines et sociales est donc aujourd’hui au cœur de réflexions, mais aussi d’actions qui mettent en relation droit, patrimoine et savoirs.

Les archives de l’archéologie occupent, dans cette affaire, une place particulière : de tous les chercheurs en sciences de l’homme, l’archéologue est sans conteste celui qui laisse le plus de traces de son activité et cette tendance connaît même une croissance exponentielle du fait de l’évolution des pratiques savantes comme des exigences nouvelles de la profession. En pensant la construction de ses futures archives, la communauté archéologique est conduite à reconsidérer, corollairement, les fonds constitués par le passé. Parce qu’elles sont à la fois matériaux pour des enquêtes scientifiques et collections patrimoniales, les archives de l’archéologie attisent les convoitises des chercheurs, des institutions et parfois des États.

De par ses spécificités, le Maghreb s’affirme comme un terrain des plus stimulants pour interroger les différents enjeux liés aux vestiges de l’archéologie qu’incarnent ses archives : le nombre, la variété et l’exceptionnalité des traces matérielles de civilisations disparues présentes en Algérie, en Tunisie et au Maroc font que l’archéologie s’y est pratiquée et continue de s’y pratiquer intensément dans des contextes tour à tour coloniaux, nationaux et de coopération multilatérale. Les traces de cette activité forment un tout monumental qui n’existe cependant pas en tant que tel : certaines sont perdues, oubliées, détruites ; celles qui constituent des fonds d’archives sont plus ou moins ordonnées et accessibles, fragmentaires et dispersées, disputées parfois.

L’objectif de cette École thématique est triple. On entend d’abord interroger ce que sont les archives de l’archéologie au Maghreb en étant attentifs à l’histoire de ces collections, à la variabilité des fonds comme à leur composition – on y trouve des documents hétéroclites allant du carnet de fouille, aux dessins et aux photographies, en passant par de la correspondance officielle et privée –, à leurs conditions de conservation et d’accessibilité, à leur statut juridique et à leur diffusion. On entend aussi examiner ce que peuvent ces archives en termes scientifiques : pour les spécialistes des sciences du passé lointain, fussent-ils préhistoriens, protohistoriens, antiquisants, médiévistes ou modernistes mais aussi pour les spécialistes du contemporain, fussent-ils historiens, anthropologues des sciences et des savoirs ou politistes. Cette École thématique envisagera enfin ce que représentent ces archives par l’analyse des enjeux politiques qu’elles cristallisent : nombre d’entre elles ont été constituées pendant la période coloniale et ont souvent, dans des conditions discutables, traversé la Méditerranée pour former des fonds européens ; dans le même ordre d’idées, les données issues de fouilles internationales ou bilatérales réalisées sur des sites maghrébins n’ont pas toujours fait l’objet de conventions de conservation conjointe. Il y a là des questions délicates et complexes qui touchent à la légitimité des dépositaires, à la propriété intellectuelle, à la déontologie, à l’asymétrie face à des corpus documentaires, qui méritent d’être débattues.

Encadrants et conférenciers invités

  • Toufik Amoum (Historien, archéologue, CNRA)
  • Kmar Bendana (Historienne, Université de la Manouba)
  • Imed Ben Jerbani (Archéologue, INP, Tunis)
  • Adrien Delmas (Historien, Centre Jacques-Berque, Rabat)
  • Elizabeth Fentress (Archéologue, International Association for Classical Archaeology)
  • Clémentine Gutron (Historienne, CNRS/CAK)
  • Vincent Negri (juriste et politiste, CNRS/Institut des sciences sociales du politique)
  • Yann Potin (archiviste et historien, Archives nationales/Université Paris 13)
  • Meriem Sebaï (Historienne, archéologue, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Marie Stahl (Archiviste, École française d’Athènes)

Organisation

L’École thématique se déroulera sur quatre journées de travail en présence de spécialistes reconnus. Elle comprendra une série d’exposés, six sessions de présentation et de discussion des travaux des participants dont l’une se tiendra sur un site archéologique, un atelier expérimental, une séance de restitution, une soirée débat accueillie par la Bibliothèque Nationale de Tunisie.

Il est prévu de publier les contributions des étudiants sous forme de billets individuels ou collectifs sur le site du Centre Jacques-Berque. 

Cette École thématique prévoit l’accueil de 20 participants, doctorants et postdoctorants (maximum 3 ans après soutenance), issus des sciences humaines et sociales.


 Conditions pratiques

Les dossiers de candidature doivent être soumis en français.

Pour les participants non-résidents à Tunis : prise en charge du transport et de l’hébergement.

Date limite d’inscription :  17 janvier 2020 – 17h heure de Madrid

La sélection des 20 participants à l’École se fera en fonction du dossier académique du candidat, de son profil de formation, de la qualité de sa proposition et de sa cohérence par rapport à la thématique traitée.

Cette école privilégiera les candidats en cours de doctorat ou de post-doctorat dont les recherches concernent les champs proposés : pour cela, ils devront proposer un texte motivant leur candidature, où ils présenteront leur rapport aux archives de l’archéologie en précisant quelles sources et quelles méthodes ils souhaitent mobiliser dans le cadre imparti (500 mots maximum). 

La lettre de motivation est à déposer au format pdf dans le formulaire.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Ideas in motion: Arabia in late antiquity (15 Janv. 2020)

Leiden University & King Faisal Centre for Research and Islamic Studies

Date : 26 et 27 août 2020

Lieu : Leyde, Pays-Bas.

 

The Leiden University Late Antique and Medieval Studies Initiative in conjunction with the King Faisal Centre for Research and Islamic Studies is hosting a two-day international conference on Ideas in Motion : Arabia in Late Antiquity. The conference will address key themes in religious, intellectual, and cultural history in Arabia in the period between 570-1000 AD.

Central topics include :

  • Transmission of ideas and texts
  • Religious and philosophical doctrines and beliefs in Arabia
  • Devotional piety and theology
  • The Qur’ān, its history, and intellectuel debates surrounding the text
  • Early Islam and other religiosities and intellectual trends
  • Holy men and holy places
  • Apocalypticism and eschatology

We particularly welcome contributions from scholars working on the intersection between intellectual-cultural history and religious studies, and whose primary concern is the history of ideas and thought.

For consideration, please send a 300-word abstract in English to a.bdaiwi@hum.leidenuniv.nl by January 15, 2020. The language of the conference will be in English. Participants’ full travel and accomodation costs will be covered by the conference organisers.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution CIHAM-Editions] Laurence Moulinier-Brogi et Marilyn Nicoud (éd.), Ecritures médicales. Discours et genres, de la tradition antique à l’époque moderne, Lyon-Avignon, CIHAM -Editions, 2019, 390 p.

Le Ciham, en tant qu’éditeur, vient de faire paraître cet ouvrage collectif qui inaugure la nouvelle collection “Mondes médiévaux”. Les différentes études ont été rassemblées par Laurence Moulinier-Brogi, Professeur d’Histoire du Moyen Âge à l’Université Lumière Lyon2 et par Marilyn Nicoud, Professeur d’Histoire du Moyen Âge à Avignon Université.

 

Présentation de l’ouvrage par Marilyn Nicoud, Professeur d’Histoire du Moyen Âge à Avignon Université, que nous tenons à remercier chaleureusement ici.

 

Écritures médicales. Discours et genres, de la tradition antique à l’époque moderne. Études réunies par Laurence Moulinier-Brogi et Marilyn Nicoud, Lyon, CIHAM-Éditions, 2019-10-31

Initié par des journées d’études organisées à l’université d’Avignon en 2013, ce volume, fruit d’un travail collectif, vise à réfléchir aux formes discursives employées dans le domaine médical, sur une longue durée qui permet de prendre en compte la tradition antique, notamment dans le domaine de la sémiologie médicale, et d’aborder le passage à l’imprimé, à la fin du Moyen Age.

La littérature médicale se caractérise en effet, comme du reste d’autres domaines des savoirs, par une grande variété formelle, qui va de l’encyclopédie au recueil de recettes, des commentaires à des textes d’autorités aux traités consacrés à un unique sujet. Elle partage certaines de ces formes écrites avec d’autres disciplines enseignées dans les universités médiévales, mais aussi avec les arts mécaniques ou avec le champ plus proprement littéraire : summa, commentarium, quaestio, consilium, regimen, compendium, tractatus, versus et autres tabula constituent autant de modalités d’expressions, difficilement réductibles à la notion classique de genre, couramment employée et, en particulier, à la notion de genre médical. Ni l’unicité de l’objet étudié (qu’il s’agisse de gynécologie, de chirurgie, de pharmacopée ou encore de sémiologie), ni le titre donné aux œuvres (qui ne dépend souvent pas de l’auteur, mais de copistes ou d’éditeurs ultérieurs), ni la forme même que ces dernières revêtent ne sauraient suffire à définir un genre, une notion qui soulève parfois plus de difficultés qu’elle n’en résout. Loin d’être une réalité ontologique, un ensemble de conventions discursives qui préexisteraient indépendamment ou préalablement aux productions écrites, le mot utilisé dans le cadre médiéval renvoie en fait à des objets labiles qui sont autant le fruit des conceptions de l’auteur du texte que de son univers de réception. Labiles, ces objets le sont d’autant plus dans le cadre de transmissions manuscrites multiples où la variante est souvent la règle et où la mise en livre produit des effets de lectures qui ne sont pas sans incidence sur la perception et les usages de ces œuvres.

Sans prétendre proposer une approche exhaustive, les contributions rassemblées dans cet ouvrage se proposent d’examiner la généalogie de certaines des formes employées dans le domaine médical, depuis leur création « auctoriale » jusqu’à leur réception « lectoriale ».

Sommaire et fiche technique sur le site du diffuseur, les Editions De Boccard

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance HDR] Mehdi Ghouirgate, Les Almohades après 1269 : construction et déconstruction d’un objet historiographique, Paris (ehess), 7 déc. 2019

La soutenance d’Habilitation à Diriger les Recherches de Monsieur Mehdi Ghouirgate (MCF, Bordeaux-Montaigne) intitulée Les Almohades après 1269 : construction et déconstruction d’un objet historiographique se déroulera le samedi 7 décembre 2019 à Paris.

 

COMPOSITION DU JURY :

Pascal Buresi (DR, CNRS, DE EHESS)

Benoit Grévin (DR, CNRS)

Jocelyne Dakhlia (DE, EHESS)

Abdellah Bounfour (PR, INALCO)

Makram Abbès (PR, ENS de Lyon)

 

EHESS | 96, boulevard Raspail, Paris 6e arr. | Salle Lombard

Samedi 7 décembre 2019

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Soutenance hdr] Salah Trabelsi, Pour une approche critique des aspects méconnus d’une longue histoire de l’esclavage dans le monde arabe, lyon (msh), 04 déc. 2019

Soutenance de monsieur Salah Trabelsi (MCF, Lyon 2)

COMPOSITION DU JURY :

Floréal Sanagustin (PR, Lyon 2)

Sylvia Chiffoleau (CR, CNRS)

Saba Farès (PR, Toulouse-Jean-Jaurès)

Gabriel Martinez-Gros (PREM, Paris-Ouest-Nanterre-La Défense)

Khadim J.  Hasan (PR, INALCO)

 

MSH Lyon St-Étienne | 14, avenue Berthelot, Lyon 7e arr. | Salle Marc-Bloch

Mercredi 4 décembre 2019 à 14 heures.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] Membra disjecta – Membra conjucta. Logiques de séparation, de recomposition et de rassemblement des documents médiévaux

Membra disjectaMembra conjucta. Logiques de séparation, de recomposition et de rassemblement des documents médiévaux

Le séminaire se tient à la Sorbonne en salle Perroy, de 17h à 19h

Séminaire fondé par

  • Ezio Ornato
  • Jean-Philippe Genet
  • Carla Bozzolo

et coordonné par

  • François Foronda,
  • Émilie Cottereau-Gabillet
  • Octave Julien

Programme du séminaire (pdf)

  • Jeudi 9 Janvier

Émilie Mineo (Université de Namur, F.R.S.-FNRS)

« Si en est cyrografes fais en trois parties ». Approche codicologique des chirographes échevinaux de Tournai du XIIIe siècle

Discutante : Julie Claustre (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

  • Jeudi 23 Janvier

Marie-Émeline Sterlin (Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre)

(Re)composer le document, (re)définir le pouvoir. Cartularisation et pouvoir municipal dans le nord du royaume de France (XIIIe-XVesiècle)

Discutant : Thomas Brunner (Université de Strasbourg, ARCHE – EA 3400)

  • Jeudi 13 Février

Maria Alessandra Bilotta (Instituto de Estudos Medievais, Universidade Nova de Lisboa )

Membra disjectaMembra conjucta :

logiques de séparation et de recomposition dans l’étude des fragments des manuscrits juridiques (France du Midi, Péninsule italienne, Péninsule ibérique)

Discutant : François Foronda (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

  • Jeudi 12 Mars

Octave Julien (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

La division des manuscrits en livrets : hasard ou calcul ?

Discutant : Nicolas Perreaux (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

  • Jeudi 26 Mars

Pierre Chambert-Protat (FNS, Université de Fribourg)

Travailler non seulement sur des textes, mais dans des livres.

Florus et le milieu lyonnais face à la structure matérielle du codex

Discutant : Jérémy  Delmulle (CNRS, IRHT)

  • Jeudi 23 Avril

Darwin Smith (CNRS, Lamop)

Membra peregrinanda : livres et bibliothèque à Notre-Dame de Paris

Discutant : Yann Potin (Archives nationales de France)

Informations complémentaires : fforonda@univ-paris1.fr

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à communication] Formuler l’hypothèse, établir la preuve: du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire, 3-4 juin 2020 [date limite: 13 janvier 2020]

Présentation
Des élèves de l’École des chartes, des membres de l’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean-Mabillon et de l’école doctorale de l’EPHE organisent les journées d’étude intitulées « Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire », qui auront lieu mercredi 3 et jeudi 4 juin 2020.
 
Ces journées s’adressent à tous les jeunes chercheurs.
 
Appel à communication (résumé)

L’hypothèse et la preuve sont intrinsèquement liées aux études en sciences humaines et sociales depuis leur constitution en disciplines scientifiques. Face à la complexité de son objet d’étude, le chercheur avance, de manière provisoire, des hypothèses, des propositions d’explications et d’interprétations qui seront ultérieurement validées ou réfutées. Au XIXᵉ siècle, afin d’asseoir la scientificité de la discipline historique, l’école méthodique a érigé le recours à la preuve comme règle essentielle de cette méthode, enseignée et pratiquée par les établissements de recherche qu’étaient l’École des chartes et l’École pratique des hautes études. La démarche historique est fondée sur l’interrogation des sources en les mettant à l’épreuve de la critique pour en tirer des conclusions. Le recours à la preuve est alors l’élément clé de cette méthode car elle permet de poser une affirmation vérifiable. Comme le rappelle Claude Gauvard, la preuve n’est pas l’apanage du seul historien, mais aussi celui des théologiens, des mathématiciens et physiciens et, surtout, des juges (Dictionnaire de l’historien, 2015, p. 551-553). Dans les sciences historiques comme dans les procédures judiciaires, on recherche des preuves parce qu’on cherche la part de vérité accessible. Il s’agit alors d’une exigence épistémologique à laquelle le chercheur attache sa crédibilité au sein de la communauté scientifique.

Modalités

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le lundi 13 janvier 2020, à l’adresse : chroniques.chartistes@chartes.psl.eu


Elles peuvent être rédigées en français ou en anglais, et doivent être accompagnées des informations suivantes :

  • nom, prénom et courriel
  • titre de la communication et résumé en 400 mots maximum
  • une brève bio-bibliographie
Source: Ecole nationale des chartes
Appel à communication intégral

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journée d’Études] Expériences de transcriptions automatiques de manuscrits et développements du Corpus Burgundiae Medii Aevi

Cette journée d’études vise, d’une part, à faire le bilan des dernières expériences menées par l’équipe du LaMOP en matière d’applications et de modèles de reconnaissance automatique de caractères appliqués aux manuscrits médiévaux, testés sur le « livre Rouge » (XVe siècle) et sur deux cartulaires bourguignons du XIIIe siècle.

D’autre part, seront discutés les derniers développements du programme CBMA relatifs à la constitution, à la formalisation et à l’exploitation de nouveaux corpus textuels médiévaux, en particulier le corpus hagiographique bourguignon (Ve-XVe siècle) et le corpus épigraphique provençal réalisé en collaboration avec le CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale – UMR 7302).

Ouverte à tous les intéressés, les collègues souhaitant assister à cette rencontre sont priés de nous informer de leur présence avant le 10 décembre 2019 : contact@cbma-project.eu

Organisation : Pierre Brchrd, Eliana Magnani (CNRS) – LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris – UMR 8589)

Programme:

10h-Introduction : Pierre Brchrd et Eliana Magnani

10h30- Les nouveaux corpus CBMA: hagiographie, épigraphie, alia. Bilan et perspectives- Eliana Magnani (CNRS, LaMOP)

11h-Le corpus épigraphique provençal : premier bilan et comparaison avec le corpus bourguignon – Aurore Menudier (Université de Poitiers, CESCM)

12h00 – Pause repas

14h – Transkribus : Compte Rendu de l’expérience (Hugo Regazzi – Paris 1, Pirre Brochrd – CNRS, LaMOP)

15h – Le bâti de Cîteaux au Moyen Âge : confrontation des sources textuelles et iconographiques. Les bases CBMA et CCMA (Corpus de Cîteaux du Moyen Âge) – Coraline Rey (Université de Bourgogne-Franche-Comté, Université d’Angers)

16h -Pause

16h30 – La reconnaissance automatique d’entités nommées sur les corpus  disponibles au CBMA – Serge Torrès (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Dypac)

17h30 -Discussions et tour de table conclusif

 

Portés par le LaMOP, ces projets bénéficient du soutien du LabEx haStec (en partenariat avec l’IRHT – Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS UPR 841, le Centre Jean Mabillon -EnC – EA 3624 et le LEM/CERCOR (Laboratoire d’Études sur les Monothéismes – UMR 8584 / Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux),du Consortium COSME2 (CNRS – TGIR Huma-Num).

Lieu: Galerie Colbert – Salle AVD (Architecture, Ville, Design) 1er étage – porte 133 – 6, rue des Petits-Champs – Paris 2e – Palais-Royal – Musée du Louvre (Métro 1 et 7) et Bourse (Métro 3).

Date: 17 décembre 2019, 10h-17h

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Soutenance de thèse] Mehdi Berriah, Les Mamelouks et la guerre : stratégie, tactique et idéologie (1250-1375), Paris (Sorbonne), 11 déc. 2019.

Mehdi Berriah soutiendra sa thèse  de doctorat “Les Mamelouks et la guerre: stratégie, tactique et idéologie (1250-1375)” réalisée sous la direction de Madame Sylvie Denoix (Directrice de recherche CNRS/UMR Orient & Méditerranée) le mercredi 11 décembre à 9h00 à l’adresse suivante : Centre Sorbonne. Salle Duroselle. 14 rue Cujas. 75005 Paris.
 

Le jury sera composé de : 

Mme Sylvie Denoix, CNRS/UMR Orient & Méditerranée

M. Frédéric Imbert, professeur, Université Aix-Marseille

M. Konrad Hirschler, professeur, Freie Univesität Berlin

M. Hugh Kennedy, professeur, School of Oriental and African Studies

M. Abbès Zouache, CNRS/Directeur du CEFAS 

Dans l’optique du pot qui fera suite à la soutenance, les personnes désireuses d’y assister sont priées d’envoyer un mail à Mehdi Berriah à l’adresse électronique suivante : mmber17[at]gmail.com 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à candidature] Introduction aux sources du droit romain, Rome, Ecole française de Rome, 31 août-4 septembre 2020 [date limite de candidature: 2 mars 2020]

Introduction aux sources du droit romain 2020 /Atelier de formation à la recherche, 4ème édition
Présentation

Le droit représente une composante essentielle du monde romain. L’étude des textes juridiques permet de mettre en lumière une logique argumentative propre au droit et d’identifier les valeurs qui régissent les décisions des juristes et des législateurs, mais permet aussi de s’approcher au plus près d’un certain nombre de réalités historiques. Il s’agit de sources variées (littéraires, épigraphiques, papyrologiques) qui révèlent l’évolution de la pensée juridique, les principes du droit, ses modalités d’application. Elles laissent également entrevoir des données économiques, des modes de vie, des pratiques sociales. Les textes juridiques constituent donc une documentation riche et utile pour les historiens, qui attend en partie d’être exploitée. Mais une question de méthode se pose : dans quelle mesure peut-on considérer les textes juridiques comme un miroir fiable des réalités économiques, sociales et politiques ? Surtout comment s’orienter parmi la variété des sources, des genres et des éditions des textes juridiques ?

L’atelier vise à familiariser les participants avec les principaux textes du droit romain et les problèmes de méthode qu’ils suscitent, à partir de leur lecture directe et suivie. La littérature juridique constituera le premier champ d’exploration, à partir du Digeste : nous nous demanderons ainsi ce qu’est un juriste à Rome, comment se fait le droit, quelle est la nature des différents genres littéraires, quelles sont les éditions de référence. Les constitutions impériales, à partir de la Mosaicarum et Romanarum legum Collatio et des Codes, formeront le deuxième terrain de travail.

Les séances se tiendront dans la salle de séminaire de la Place Navone et dans la Bibliothèque Volterra. Constituée à partir du dépôt confié à l’École Française de Rome par le grand romaniste Edoardo Volterra, ses extraordinaires fonds ancien et moderne permettront de réfléchir à la transmission des textes antiques et à leur traversée de la culture européenne. L’étude du droit romain, sous la forme des livres dans les rayons de la bibliothèque Volterra, permettra de rendre visible et immédiatement accessible un parcours dans l’histoire de l’historiographie.

La formation sera assurée par Jean-Louis Ferrary, Dario Mantovani et Hélène Ménard. Un quatrième intervenant, choisi chaque année parmi les chercheurs impliqués dans un projet de recherche international, en donnera une illustration à l’intention des élèves Lors de l’édition 2020, le papyrologue Marco Fressura (RomaTre-Redhis) sera invité. La séance finale du vendredi 4 septembre sera consacrée à la mise en pratique par les participants, organisés par groupes, des méthodes acquises sur l’analyse des sources juridiques.

L’atelier s’adresse aux jeunes chercheurs (Master 2e année, doctorants, post-doctorants), spécialistes d’histoire romaine et médiévale, de philologie ou de droit, plus généralement tout jeune chercheur souhaitant se familiariser avec les sources du droit romain pour son sujet de recherche ou pour développer sa connaissance d’une documentation de première importance.

Elle se déroulera sur cinq jours (du lundi au vendredi). Les séances auront lieu de 9h30 à 12h30 puis de 14h30 à 17h30.

Les langues utilisées, par les intervenants comme par les participants, seront l’italien et le français.

L’École française de Rome attribue des bourses, qui prennent en charge les frais de séjour ; les frais de transport restent à la charge des participants.

 

Responsables :

Jean-Louis Ferrary, Académie des inscriptions et belles-lettres

Dario Mantovani, Collège de France

Hélène Ménard, Université Paul-Valéry Montpellier 3, Labex Archimede-Montpellier

 

Les candidats doivent envoyer :

un curriculum vitae
une lettre de motivation soigneusement argumentée

 

Les dossiers de candidature doivent être déposés sur la plateforme prévue à cet effet, avant le 2 mars 2020, 12h (heure de Rome).

Source: Ecole française de Rome (contacts et lien vers plateforme de candidature ici)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

Jeunes chercheur.es en Histoire, Archéologie et Littérature du Moyen Âge du Ciham-UMR 5648

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search