[Parution] Actes des journées doctorales internationales : “Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe-XVIe siècles)”, Amiens, 29-30 mai 2018, édition électronique

Actes des journées doctorales internationales “Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe-XVIe siècles)” organisées les 29 et 30 mai 2018 à Amiens, par Julie Colaye et Marie Quillent, en collaboration avec les universités de Lièges et de Tours.
Comité scientifique: Véronique Dominguez, Pascal Montaubin, Dominique Paris-Poulain, Philippe Racinet, Philippe Sénéchal, Arnaud Timbert.
Coordination éditoriale et direction de la publication: Julie Colaye et Marie Quillent.

 

Sommaire et articles consultables et téléchargeables à cette adresse: https://doctrame.hypotheses.org/publications-electroniques/quel-lieu-choisir

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Colloque international DERVI, Actualité et histoire des violences incestueuses : entre occultation et révélation, Paris, 4-6 février 2021 [Date limite propositions : 15 février 2020]

Appel à communications

Les sciences humaines et sociales, notamment l’anthropologie des XIXe et XXe siècles, ont posé l’inceste comme un interdit fondateur de toute société humaine (Durkheim ; Lévi-Strauss), incitant à le penser comme un invariant culturel dépouillé d’historicité. Dans les représentations communes, l’inceste est considéré comme impensable et innommable ; il est également assimilé à l’anomie monstrueuse et extraordinaire. Interdit et censé être inexistant (Dussy), indicible et donc imperméable à toute évaluation de sa réalité, l’inceste ne pouvait pas faire l’objet de débats publics, ni être appréhendé dans la trame ordinaire du quotidien. Aujourd’hui, et de façon croissante depuis une vingtaine d’années, ce paradigme incestueux semble voler en éclats. Dénoncées comme un « mal absolu », les violences sexuelles commises sur les enfants, dont l’inceste, sont omniprésentes dans l’espace public. Les campagnes de prévention organisées par les pouvoirs publics se succèdent, les affaires criminelles impliquant des violences incestueuses défraient la chronique judiciaire, les témoignages de victimes investissent les médias (presse, télévision, sites internet), ainsi que d’autres formes
narratives (cinéma, littérature, BD), tandis que les sondages alertent sur la fréquence de l’inceste (IPSOS/AIVI, 2010).


Organisé dans le cadre du programme de recherche ANR DERVI (« Dire, Entendre, Restituer les Violences Incestueuses ») par des anthropologues et des historiennes, ce colloque a pour objet l’étude de cette transformation, de ses enjeux épistémologiques et disciplinaires, ainsi que de ses multiples facteurs explicatifs. Il s’agira de comprendre, dans une perspective trans-disciplinaire et trans-périodes, la complexité du fait incestueux, qui peut s’appréhender comme une violence ordinaire réitérée dans un cadre familier, voire quotidien, malgré sa réprobation collective en apparence unanime.
Alors que depuis une trentaine d’années le silence qui pèse sur l’inceste a été mis en évidence dans de nombreuses études issues de champs disciplinaires variés (psychanalyse, histoire, anthropologie, gender studies), ce colloque centrera l’attention sur la divulgation de l’inceste et le moment crucial de son dévoilement, à des échelles (familles, réseaux institutionnels, médias), en des contextes (familial, judiciaire, administratif, médiatique, littéraire), suivant des modalités (révélation, dénonciation, témoignage, signalement, détection, récits, « affaires ») et avec des répercussions (indignation, indifférence, déni, scandale) variables. Qui dit ou montre quoi ? A partir de quand ? Qui entend quoi ? Qui en rend compte ? Quelles sont les modalités du dévoilement de l’inceste ? Comment est-il accueilli ?
Les communications s’attacheront à décliner les différentes représentations et significations de l’inceste selon l’identité de ceux qui y sont confrontés, leur position dans la famille (père, mère, frère, sœur, cousins, oncle, tante, etc.), la situation et les places de chacun (agresseurs, victimes, proches, témoins, travailleurs sociaux,
magistrats, membres de la famille d’accueil, etc.). Elles tiendront compte des conceptions mouvantes de l’enfance, de la sexualité, de la famille et de la parenté, d’hier et d’aujourd’hui, qui éclairent les variables de la criminalisation et de la judiciarisation de l’inceste suivant les contextes sociaux et historiques donnés.
Ce colloque favorisera les contributions qui s’écarteront des représentations courantes de l’inceste comme acte extraordinaire, pour en décrypter le caractère ordinaire, et le penseront comme un fait social engageant le fonctionnement d’une collectivité. Loin de l’isoler, les communications pourront interroger l’inceste dans le cadre plus large des autres violences commises sur les enfants, au sein duquel il est dissimulé ou identifié, que ce soit par les travailleurs sociaux, les juges ou les chercheurs. De même, elles penseront les violences incestueuses au sein d’une configuration qui dépasse le couple attendu fille victime/père agresseur, en intégrant, le cas échéant, le voisinage et divers agresseurs. De plus, ce colloque encouragera les propositions issues de différents champs disciplinaires (anthropologie, sociologie, histoire, droit, médecine, psychanalyse) et/ou émanant d’acteurs du monde professionnel (travailleurs sociaux, médecins, magistrats). Les communications proposeront une analyse diachronique ou synchronique des
violences incestueuses, des études de cas ou des analyses plus vastes, selon des méthodes d’approches diverses (travail de terrain ethnographique, entretiens, études d’archives, expériences professionnelles, etc.). Elle pourront s’inscrire dans une périodisation étendue du Moyen Âge à nos jours, porter sur des échelles (locale, nationale, internationale) diverses, ainsi qu’envisager des analyses comparatistes.

Les communications intégreront l’un des quatre axes suivants :


1. Les révélations de l’inceste en contexte contemporain (famille et proches, protection de l’enfance, tribunaux, associations, etc.)
Les processus actuels de détection, de signalement, voire de prise en charge des situations incestueuses seront interrogées dans leur triple dimension sociale, médicale et judiciaire. A partir de quelles informations l’inceste est-il repéré et /ou signalé ? Pour qui, par qui (familiers, proches, voisins, médecins, assistants sociaux, etc.), sous quelle forme (rédactionnelle, descriptive, morale avec les signes de « bonne foi », etc.) et à partir de quels éléments ? Comment, chez les uns et chez les autres, se construit une conviction ? Comment les différents professionnels fondent-ils leur décision sur une situation ? Quelle différence posent-ils entre « risque » et « danger » ? Quelle est la part du doute dans leurs décisions ? Quels regards les différents personnels qui reçoivent les enfants portent-ils sur ces rapports, les faits incriminés et les parents ? Les normes sociales pesant sur les représentations du crime et des agresseurs, il faudra comprendre dans quelle mesure ces représentations des violences sexuelles contre les enfants et leur traitement sont tributaires du sexe, de l’âge, des liens de parenté, de la place dans la famille dans la société (emploi, catégorie sociale) de l’agresseur présumé.


2. Les violences incestueuses en contexte judiciaire du Moyen Âge à nos jours
Les spécificités de l’inceste, voire son inscription dans un continuum de violences (« crimes de mœurs », mauvais traitements à enfants, infanticide, « libertinage », etc.), seront étudiées en partant du processus d’identification du « crime » et de sa peine en contexte judiciaire. Les normes sociales et légales qui en déterminent, voire en empêchent la répression, se recouvrent-elles ? Les études pourront se concentrer sur le fait répressif, les éléments de criminalisation, de procédure et de répression : selon quels savoirs (juridiques, médicaux, etc.) le crime est-il qualifié, poursuivi et puni ? Quels sont les mots pour dire le crime hier et aujourd’hui, dans la
littérature savante et selon les justiciables ? Dans les dossiers pénaux, qui dénonce-t-on et comment ? Qui agresse qui et comment ? Il s’agira aussi d’éclairer les évolutions, ainsi que leurs facteurs d’explication, légales, sociales, culturelles : quelles sont les représentations du fait incestueux suivant les périodes ? A quelles conceptions de la famille, de l’enfance, de la jeunesse et de la sexualité, mais aussi du rôle de la justice, notamment répressive,
renvoient-elles ? Dans quels contextes le fait incestueux déborde-t-il les arcanes de la justice pour intéresser le débat public ?


3. Les interprétations médicales et psychanalytiques de l’inceste et de la violence à enfants
Les communications proposeront des analyses sur le discours médical et psychanalytique produit sur les violences incestueuses depuis l’émergence de la médecine aliéniste jusqu’à nos jours (rapports d’expertise et théorie médicale, discours médical dans les médias et la littérature de témoignage, XVIIIe-XXIe siècles). Quelles
conditions de possibilité ont présidé au repérage par le corps médical de l’inceste comme réalité (examen du linge, examen du corps) ? Quelles sont les modalités de désignation du fait et des gestes incestueux ? Quels sont les liens de parenté retenus pour identifier l’inceste ? Comment les protagonistes sont-ils désignés et évalués ? Comment explique-t-on l’inceste ? L’inceste a-t-il été pensé dans le cadre d’autres violences exercées contre les enfants ? De
quelles manières et à quelles conditions les conséquences de l’inceste subi ont-elles été repérées, identifiées, prises en compte et théorisées par les médecins ?


4. Les violences incestueuses et leur réception dans l’espace public
Comment l’opinion se saisit-elle de la parole des victimes d’inceste ? Selon quelles modalités, avec quels acteurs et médiateurs une accusation/révélation est-elle portée dans un espace de visibilité, de discussions et de débats contradictoires ? Quels systèmes d’émotions, d’interprétations, d’argumentations, révélateurs de normes et de valeurs – partagées ou conflictuelles –, les affaires judiciaires fortement médiatisées soulèvent-elles ? Quelles formes de publicité sont données aux témoignages des victimes d’inceste ? Quels sont les contextes historiques,socio-économiques (stratégies éditoriales) et personnels (à quel âge, dans quelles situations) de ces mises en récit, et quelles formes narratives déploient-elles ? Quelles inflexions peut-on repérer dans la médiatisation des violences incestueuses ? Quand le sujet surgit-il dans les médias, à quel rythme, selon quelles modalités d’énonciation, en faisant intervenir quels protagonistes (victimes, médecins, magistrats, experts, etc.), dans quelles rubriques/émissions afin de saisir l’intérêt qu’il suscite et la manière dont il est pris en charge par le discours
social ?


Les communications se dérouleront en français ou en anglais.

Les propositions de 2 500 signes maximum
(espaces compris) comprendront titre, résumé et principales références bibliographiques ainsi qu’une courte
présentation de l’auteur (statut, discipline, rattachement institutionnel). Elles devront être envoyées par courriel à :
dervi@listes.huma-num.fr avant le 15 février 2020.
Les résultats de la sélection seront communiqués le 30 avril 2020.


Comité d’organisation :                                                                                      équipe DERVI (ANR, CEMS/EHESS-CNRS ; Pléiade/Paris 13) : Anne-Claude Ambroise-Rendu (CHCSC/Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Sylvaine Camelin (Paris-Nanterre), Anne-Emmanuelle Demartini (Pléïade/Paris-13), Julie Doyon (FNS-Fribourg/Paris-13), Charlie Duperron (doctorant CEMS/EHESS-CNRS), Fabienne Giuliani (Post-Doctorante CEMS/EHESS-CNRS), Léonore Le Caisne
(CEMS/EHESS-CNRS)


Comité scientifique :                                                                                            Walter Albardier (psychiatre, responsable du CRIAVS d’Ile-de-France)
Christine Bard (historienne, professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Angers)
Pascal Bastien (historien, professeur d’histoire de l’Europe moderne à l’université du Québec à Montréal)
Elisabeth Claverie (anthropologue, directrice de recherche émérite au CNRS)
Alain Corbin (historien, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne)
Agnès Fine (anthropologue, directrice d’étude émérite à l’EHESS)
Vincent Gourdon (historien, directeur de recherche au CNRS)
Thomas Laqueur (historien, professeur émérite à l’université de Berkeley)
Véronique Le Goaziou (sociologue, chercheuse associée au LAMES-CNRS)
François-Joseph Ruggiu (historien, professeur d’histoire moderne à l’université Paris IV, CNRS)
Denis Salas (magistrat, président de l’Association française pour l’histoire de la justice)
Sylvie Steinberg (historienne, directrice d’étude à l’EHESS)
Simon Teuscher (historien, professeur à l’université de Zurich)
George Vigarello (historien, directeur d’étude à l’EHESS)

Source : Société de Démographie Historique
Appel à communication en pdf

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Prix Ourgaud 2019-2020] Prix décerné par la Société Archéologique du Midi de la France [Date limite de candidature : 31 janvier 2020]

Présentation

La Société Archéologique du Midi de la France attribuera en mars 2020 le Prix OURGAUD doté de 1000 €, récompensant un travail universitaire inédit (Master 1, Master 2 ou thèse) ou toute étude inédite sur l’histoire, l’archéologie ou l’histoire de l’art du Midi de la France.

Le mémoire, en édition papier et accompagné d’une lettre de candidature, doit être adressé à Madame la Présidente de la Société Archéologique du Midi de la France, Hôtel d’Assézat, place d’Assézat, 31000 Toulouse avant le 31 janvier 2020.

Le prix sera remis lors de la séance publique de la Société Archéologique du Midi de la France qui se tiendra le 22 mars 2020 en l’Hôtel d’Assézat à Toulouse. Les rapports sur les meilleurs travaux présentés au concours sont publiés dans le volume des Mémoires de l’année.

Un candidat ne peut être primé qu’une seule fois.
Les candidats honorés par une médaille d’encouragement ont la possibilité de présenter un nouveau mémoire au concours.

Les exemplaires des mémoires présentés au concours restent la propriété de la S.A.M.F. ; ils sont déposés à la bibliothèque où ils peuvent être consultés. Les candidats s’engagent en outre à recevoir leur prix en personne lors de la séance publique de la S.A.M.F.

Source : Société Archéologique du Midi de la France

Règlement et informations complémentaires

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Les stalles de la cathédrale d’Amiens, 500 ans, Amiens, 20-21 novembre 2020 [Date limite propositions: 15 mars 2020]

Appel à communication en pdf :
https://www.abbaye-saint-martin-aux-bois.fr/wp-content/uploads/2019/11/Stalles-Amiens-AppelComm.pdf
Source : https://www.abbaye-saint-martin-aux-bois.fr/colloque-500-ans-cathedrale-damiens/

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Exposition] Wisigoths. Rois de Toulouse, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 27 février-27 septembre 2020

Le 1600ème anniversaire de l’installation des Wisigoths à Toulouse est une belle occasion pour le musée Saint-Raymond, musée d’Archéologie de Toulouse, de présenter au public une part de son histoire qu’il méconnaît bien souvent, en centrant le propos de cette exposition sur la capitale Tolosa et son territoire au Ve siècle.

En lien avec les sources écrites, le parcours présentera les résultats des recherches archéologiques, notamment des plus récentes, certaines inédites. Il permettra d’aborder l’origine des Wisigoths et les relations qu’ils entretenaient avec les Romains, la culture matérielle propre à ce peuple ainsi que des coutumes spécifiques connues pour l’essentiel grâce à l’archéologie funéraire.

En 419, les Wisigoths sont installés dans le Sud-Ouest de la Gaule par l’Empire romain d’Occident, sur un territoire consenti par l’empereur Honorius. Toulouse, leur résidence royale, devient au fur et mesure des événements et de l’indépendance prise par les Goths, capitale d’un royaume souvent désigné par les historiens comme le royaume de Toulouse.

En près d’un siècle, les rois wisigoths établissent une dynastie et étendent leur autorité de la Loire au Sud de l’Espagne mettant ainsi en place un des premiers royaumes barbares d’Occident qui prend fin dans le Sud-Ouest au début du VIe siècle, à la suite de la mort d’Alaric II en 507. Si tous ces événements sont assez bien connus grâce aux auteurs latins contemporains, les traces matérielles d’une présence germanique dans notre région ont souvent été considérées comme peu nombreuses ce que viennent contredire les récentes découvertes mises au jour dans le Sud-Ouest.

Plus de 250 objets, dont près de 200 prêtés par 36 institutions françaises et européennes (Ukraine, Pologne, Autriche, Roumanie et Moldavie) seront répartis dans le parcours de visite. Deux visites sonores seront disponibles. La première, à écouter en famille, est une saga qui permettra de plonger dans l’histoire des Wisigoths à travers leur vie quotidienne. La seconde, réservée aux adultes, proposera une vision décalée et humoristique de l’exposition. Des vidéos et des dispositifs ludiques et numériques enrichiront l’expérience de visite.

Source : Musée Saint-Raymond

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Grégory Combalbert (éd.), Actes des évêques d’Evreux (XIe siècle – 1223), édition électronique, Presses universitaires de Caen, 2019

Il s’agit d’une édition numérique publiée par les Presses Universitaires de Caen et accessible en suivant ce lien : https://www.unicaen.fr/puc/sources/ecartae/evreux/. Ce corpus numérique se distingue d’une base de données textuelles et constitue une véritable édition, aux deux sens que le terme peut avoir en français pour les spécialistes des sources anciennes : il a fait l’objet non seulement d’un traitement critique complet, pour garantir la fiabilité et la normalisation des textes, mais aussi d’un protocole éditorial classique aux Presses Universitaires de Caen. Les Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) constituent le premier volume de la collection « e-Cartae ». Celle-ci est destinée à rassembler d’autres volumes d’actes épiscopaux (ensemble « Actépi », issu du projet ANR homonyme actuellement en cours) ainsi que d’autres corpus d’actes diplomatiques.

L’édition des Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) a été réalisée dans e-Cartae, outil d’édition critique en XML-TEI, de publication et de consultation en ligne des corpus de chartes médiévales. Les actes ébroïciens constituent le corpus expérimental qui a permis la mise au point de cet outil. E-Cartae repose sur un environnement de travail pour l’édition des sources diplomatiques en XML, créé par le Pôle Document Numérique de la MRSH de Caen et moi-même, et optimisé pour la version 8.3 du logiciel XMLmind-XMLeditor. Cet environnement et la méthodologie d’encodage sont désormais librement téléchargeables sur le site du Pôle Document numérique : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/document_numerique/outils/diplomatique

Source :  Fasti Ecclesiæ Gallicanæ: https://fasti.huma-num.fr/fr/node/179

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Patrimoines militaires habités. Espaces intérieurs, mobilier et mémoire des lieux (XIVe-XXIe siècle), Paris, 26-27 juin 2020 [Date limite proposition: 2 mars 2020]

Présentation synthétique

À l’articulation de l’histoire de l’architecture, des interior studies et des études muséographiques, ce cinquième colloque international du programme « Patrimoine militaire » (2012-2024) vise à stimuler les réflexions méthodologiques sur la manière de documenter, de penser et de concevoir des reconstitutions d’intérieurs historiques militaires, qui soient attentives à la mémoire plurielle des lieux et des hommes qui les ont façonnés au fil du temps. Il ambitionne d’aborder la structuration de méthodes et de modes opératoires d’investigation depuis l’enquête jusqu’à la réalisation d’outils de médiation.

Organisation et informations pratiques

Ce colloque international sous la direction scientifique d’Émilie d’Orgeix (EPHE, Histara 7347) et de Nicolas Meynen (U. Toulouse Jean-Jaurès, FRAMESPA/UMR5136 CNRS) est organisé en partenariat avec le Groupement d’Intérêt Scientifique « Patrimoines militaires : architectures, aménagements, techniques & sociétés » (GIS P2ATS) et le centre François-Georges Pariset (EA 538) de l’université Bordeaux Montaigne.

Il aura lieu à Paris, INHA, Salle Vasari, vendredi 26 et samedi 27 juin 2020

Argumentaire

À l’articulation de l’histoire de l’architecture, des Interior Studies et des études muséographiques, ce cinquième colloque international du programme « Patrimoine militaire » (2012-2024) vise à stimuler les réflexions méthodologiques sur la manière de penser et de concevoir des reconstitutions d’intérieurs historiques militaires qui soient attentives à la mémoire plurielle des lieux et des hommes qui les ont façonnés au fil du temps. Il se fonde sur deux constats. Le premier est qu’il est aujourd’hui essentiel d’infléchir l’écriture d’une histoire de l’architecture qui a longtemps considéré l’étude des aménagements intérieurs et leurs évolutions successives comme un registre secondaire, voire dissocié du projet architectural. L’histoire des espaces intérieurs, la mémoire des lieux et des objets qui les composent, par nature temporaires, fragiles et soumis aux changements d’usage, de technique, de mode et de goût, sont encore trop rarement pris en compte dans les études préalables à l’ouverture publique de sites et de monuments. Dans la grande majorité des cas, l’acquisition et la reconstitution d’intérieurs est le fruit de politiques d’achats de mobilier par substitution, afin de restituer des « états matrices » à défaut de pouvoir documenter, dans le temps long, la mémoire des lieux et des hommes qui les ont habités (Lacaze, Poulot). Le second constat est qu’il est fondamental de reprendre l’ensemble de ces questions à l’aune des paradigmes propres au patrimoine militaire : des espaces techniques collectifs, utilitaires, fonctionnels, à l’obsolescence parfois programmée, souvent dégradés, désaffectés, vidés, pillés ou même détruits (fig. 1. Hôpital militaire désaffecté de la Mercé, Gérone, 1930)Pourtant, en dépit du renouveau porté par le champ des Interior Studies, qui a largement renouvelé les approches muséographiques ces dernières décennies (Massey, Hollis), la question des intérieurs militaires reste toujours largement absente des débats. Ainsi, en 2016, sur la cinquantaine de réponses qu’a suscité l’appel à contributions du numéro de la revue In Situ consacré à la connaissance, à la protection, à la conservation et à la présentation au public des ensembles mobiliers, industriels et techniques, aucune ne portait sur le patrimoine militaire. Hormis quelques sites qui ont fait l’objet d’enquêtes archivistiques et archéologiques approfondies, telles ceux de Louisbourg (Nouvelle-Ecosse, Canada) ou de Suomenlinna (Helsinki, Finlande), l’ouverture au public s’accompagne rarement d’études préalables documentant tant la configuration des espaces meublés que les cadres et modes de vie des hommes qui y ont vécu. D’une manière générale, s’opposent aujourd’hui, de manière assez frontale, des reconstitutions muséales interprétatives épurées de toute quotidienneté à des bricolages foisonnants nourris par le florissant marché international des militaria.

En d’autres termes, ce colloque vise à concilier les approches et à réduire les écarts entre présentation isotope et générique d’espaces militaires meublés (modèles-types de casernes, gymnases, hôpitaux, casemates, corps-de-garde, bunkers…) et restitution de lieux et de cadres de vie temporellement et spatialement « situés ». Si ces problématiques croisent parfois celles d’autres typologies d’intérieurs (dont celles du patrimoine technique et industriel), elles en suscitent également de nouvelles. Les premières tiennent à la restitution de la technicité « phasée » de ces espaces. Comment rendre compte des aménagements successifs et des gestes performés dans ces « machines immobiles », pour reprendre le terme de Vauban, en l’absence de tout vestige d’armement, de matériel ou de mobilier ? Comment documenter et restituer l’acoustique et la disposition de cubatures aujourd’hui vides, la luminosité, les odeurs de poudre et les sons parfois assourdissants des casemates, tourelles de tirs ou blockhaus ? Les deuxièmes portent sur la restitution de la nature à la fois collective et individuelle d’espaces militaires où les hommes cohabitaient en permanence en grand nombre. Quel parti-pris et quel équilibre adopter pour évoquer l’« écologie » de milieux partagés tout en rendant compte de leur appropriation individuelle par les hommes qui y vivaient ? Dans quelle mesure et comment peut-on restituer la diversité des origines sociales, des habitus tout autant que la diversité des objets dans des reconstitutions souvent vidées des scories et des rebuts de la vie quotidienne des armées. Faut-il rendre peintures dégradées, graffitis, vitres brisées, mobilier le plus souvent produit en série et objets du quotidien modestes, cassés ou rafistolés, livres cornés, tentures trouées, tables écornées… ? Les troisièmes tiennent à la reconnaissance des acteurs qui ont aménagé ces espaces. Quels ont été les concepteurs des modèles, les inventeurs de solutions d’aménagements et d’objets militaires, et quelle est leur part d’inventivité et d’innovation ? Quelles sont les chaînes de fabrication et à quelles sphères professionnelles « extérieures » a-t-il fallu recourir ? Enfin, quel parti-pris adopter pour ne pas réduire artificiellement les multiples « vies » de ces espaces militaires à quelques uniques moments forts comme c’est souvent le cas ? Inversement, comment restituer et équilibrer la trame du temps long, les sédimentations successives des espaces, de leurs processus de réaffectation ou de leur délitement progressif ? Comment concilier « l’adaptation des espaces au discours et des discours aux espaces » (Giraudier) ? Et enfin, en corollaire, quels exemples retenir des récentes approches muséographiques, des scénographies foisonnantes inspirées des « cabinets de curiosités » ou du récent retour en force des « period rooms » (fig 2. Musée de l’artillerie, Genève, 1880).

Au-delà d’une simple démarche cumulative, sous la forme de successions d’études de cas, ce colloque international ambitionne de susciter des communications portant sur la structuration de méthodes et de modes opératoires d’investigation depuis l’enquête jusqu’à la réalisation d’outils de médiation. Les propositions de contribution privilégieront l’une des quatre grandes thématiques de recherche suivantes :

1/  Enquêtes documentaires croisées

La première session illustrera combien le croisement et l’élargissement des recherches archivistiques peuvent permettre de travailler sur des éléments de patrimoine matériel (agencement, mobilier, décor, objets, instruments…) et immatériel (mode, cadres de vie) aujourd’hui disparus. Les communications pourront ainsi illustrer l’apport de fonds documentaires, techniques, industriels, littéraires… propices à la restitution fine d’intérieurs militaires « situés » dans le temps et dans l’espace.

2/ Objets structurants

La seconde session valorisera les communications portant sur l’étude matérielle d’objets considérés comme « structurants » dans le cadre de la mise en valeur d’intérieurs. Il peut s’agir d’objets dont la conception, la forme, le design ou la matérialité révèlent des fonctions (sportives, thermales…), des gestes, une ergonomie, des pratiques propres à la sphère militaire (éclairages, objets portatifs, mobiles, en kit, démontables, avec fixation spéciales, matières ignifuges, hydrofuges, composées, nouvelles…) tels les mobiliers de ou de marine. Les présentations illustreront comment ces objets peuvent servir de socle discursif et permettent de construire un discours de médiation dans la mise en valeur d’un espace intérieur dont le contenu a disparu.

3/ Inventions et procédés

La troisième session sera consacrée à l’approfondissement de profils professionnels, (ingénieurs, inventeurs, fabricants, artisans, industriels…) à l’origine de créations d’intérieurs ou de mobilier militaires. Elle valorisera les communications illustrant la mise en place de nouveaux modèles et brevets déposés, leurs modes opératoires de fabrication. Celles qui portent sur les caractéristiques fonctionnelles et rationnelles, le design des objets conçus, l’économie de moyens recherchée. Elle portera également sur les transferts potentiels dans la sphère civile (coffres, malles, vaisselle, lampes, matériel pliant de camping…) et inversement (fig.3. Campement de Moascar, Égypte, 1914).

4/ Dispositifs muséographiques

Enfin, la dernière session visera à rendre compte d’expériences ou de dispositifs muséographiques récents de restitution ou d’évocation d’intérieurs militaires ouverts au public. Les expériences seront révélatrices de choix et de principes susceptibles de définir un ensemble de bonnes pratiques dans ce domaine. Les communications valoriseront une approche critique et analytique des réalisations.

Conditions de soumission

Les propositions de communication (résumé de 1 500 signes précisant le titre de la communication, l’argumentation et les sources mobilisées), accompagnées d’un court curriculum vitae (notice de 500 signes précisant le nom sous lequel l’intervenant souhaite être cité, un contact téléphonique, un courriel, son affiliation institutionnelle et son laboratoire de rattachement le cas échéant), sont à adresser au plus tard le 2 mars 2020

conjointement aux deux adresses suivantes : emilie.dorgeix@ephe.psl.eu et nicolas.meynen@univ-tlse2.fr

Comité scientifique
  • Jean-Yves Besselièvre, Directeur du Musée de la Marine, Brest
  • Emilie d’Orgeix, Pr. EPHE, Paris
  • Marc Grignon, professeur titulaire en histoire de l’architecture, département d’histoire, université Laval, Québec, Canada
  • Nicolas Meynen, MCF, Université Toulouse – Jean-Jaurès
  • Gilles Ragot, Pr. Bordeaux-Montaigne
  • Alicia Camara Muñoz, professeur titulaire de la chaire histoire de l’architecture, département d’histoire de l’art, université UNED, Madrid, Espagne
  • Stephen Spiteri, superintendant des fortifications maltaises et Pr. Université de La Valette, Malte
  • Marino Vigano, professeur, université catholique de Milan, Italie
  • Isabelle Warmoes, adjointe au directeur du Musée des plans-reliefs, Paris
A propos du programme Patrimoine militaire (2012-2024) / Gis Patrimoines militaires (P2ATS)

Le programme de recherche « Patrimoine militaire », initié en 2012 entre les universités Toulouse – Jean Jaurès (Nicolas Meynen) et Bordeaux Montaigne (Émilie d’Orgeix) et le Gis « Patrimoines militaires » porté depuis 2019 par l’École Pratique des Hautes Études (EA Histara) invitent à opérer un renouvellement des problématiques liées au patrimoine militaire en croisant pratiques historiennes, architecturales et patrimoniales. Ces colloques conçus sous la forme de rencontres biennales publiées dans une collection dédiée aux Presses Universitaires du Midi engagent à l’étude de l’architecture militaire, non pas envisagée comme une sédimentation d’isolats et d’expériences « micro-territoriales », mais selon une double approche topographique et typologique. Ce parti pris permet d’éclairer les articulations fécondes qui unissent terrain, formes architecturales et matérialité de manière diachronique tout en couvrant des territoires larges, rarement connectés.

Orientations bibliographiques

Ariès Philippe et Duby Georges (dir.), Histoire de la vie privée, 5 vols, Paris, Seuil, 1985-87.

Bernasconi Gianenrico, « L’objet portatif : matérialité et usages », La grande chevauchée. Faire de l’histoire avec Daniel Roche (V. Milliot, P. Minard, M. Porret dir.), Genève, Droz, 2011, p. 165-180.

Bernasconi Gianenrico, Objets portatifs au Siècle des lumière, Paris, CTHS, 2015.

Certeau Michel (de), L’Invention du quotidien, Arts de faire, Paris, Gallimard, t. 1, 1990.

Costa Sandra, Poulot Dominique et Volait Mercedes (ed.), The Period Rooms. Allestimenti storici tra arte, collezionismo e museologia, Bologne, Bolonia University Press, 2016.

Giraudier Vincent, « Muséographie et mémoire des conflits, l’exemple du musée de l’Armée », Transmettre, n°13, Paris, La Documentation française, p. 51-53.

Hollis Edward, “The house of life and the memory palace. Some thoughts on the historiography of interiors”, Interiors, n°1, 2010, p. 105-117.

Janssen Elsje (dir.), Multidisciplinary conservation: a holistic view for historic interiors, Rome, International Council of Museums, Committee for Conservation (ICOM-CC), 2010.

Kagan Judith, Séréna-Allier Dominique et Tricaud Anne, « Ensembles mobiliers, industriels, techniques. Connaissance, protection, conservation, présentation au public », In Situ, 29 | 2016 [http://journals.openedition.org/insitu/13500]

Lacaze Julien, » Le démantèlement des grandes demeures : de La Roche-Guyon à Dampierre (1987-2013) », La Tribune de l’Art, lundi 29 avril 2013. [https://www.latribunedelart.com/le-demantelement-des-grandes-demeures-de-la-roche-guyon-a-dampierre-1987-2013#nh20]

Massey Anne, “Interior design, history and development”, Encyclopaedia of Interior Design (J. Banham, dir.), London Routledge, p. 609-612.

Ortíz Sánchez Maai Enai, « Museos militares: dispositivos exhibitorios y el borramiento de la memoria de la lucha social en México  », ICOFOM Study Series, n°46, 2018, p. 167-192.

Poulot Dominique, « Musées et guerres de mémoire : pédagogie et frustration mémorielle », Les guerres de mémoires. La France et son histoire (P. Blanchard et I. Veyrat-Masson, dir.), Paris, La Découverte, 2008, p. 230-240.

Poulot Dominique, « Une approche historique des musées d’histoire », Musées de guerre et mémoriaux. Politiques de la mémoire (J-Y Boursier, dir.), Paris, éd. de la MSH, 2005, p. 17-34.

Poulot Dominique, « Conservation et mémoire d’une bataille : quelques réflexions », Waterloo. Monuments et représentations de mémoires européennes (1792-2001), Louvain-la-Neuve, Université de Louvain-la-Neuve, 2003, p. 13-27

Rice Charles, The emergence of the interior. Architecture, modernity, domesticity. London, Routledge, 2007.

Smyth Gerry, Croft Jo, Our house. The representation of domestic space in modern culture. Amsterdam, Rodopi, 2006.

Savoye Céline, Du militaire au civil », CR de l’exposition tenue à la Biennale internationale du Design de Saint-Etienne, 2002 [https://next.liberation.fr/guide/2002/11/15/design-le-genie-militaire_421762]

Teyssot Georges, « Fantasmagories du mobilier », Walter Benjamin, Les maisons oniriques, Paris, Hermann, série Philosophie, 2013, chap. II, p. 53-111.

Thomson Helen Bieri, « Entre restitution et évocation : les nouvelles salles historiques du château de Prangins », Art et Architecture en Suisse, 2013, n1, p. 14-21.

Source : Calenda

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Frédéric Boutoulle, Ezéchiel Jean-Courret et Sandrine Lavaud (dir.), Bayonne, Ausonius éditions, 2019, 770 p.

Présentation

Cinquante-quatrième volume de la collection de l’Atlas historique des villes de France, l’Atlas historique de Bayonne relève d’un programme Région intitulé : “Les villes-têtes de l’Aquitaine : approches historique, cartographique et comparative”, et visant à la réalisation des atlas historiques (selon le modèle établi pour celui de Bordeaux en 2009) de cinq villes de rang urbain supérieur à l’échelle régionale (Agen, Bayonne, Mont-de-Marsan, Pau, Périgueux), ainsi que d’un 6e volume d’analyse spatiale comparative. Dernier à paraître de la série, l’Atlas historique de Bayonne, élaboré par une équipe scientifique de 20 intervenants, renouvelle profondément les connaissances sur la ville-port. À partir des données archéologiques et d’une étude des archives de la ville, la formation de l’espace urbain des origines protohistoriques à nos jours y est retracée selon trois perspectives complémentaires : le Plan historique, établi à partir des cadastres de 1831-1833, la restitue cartographiquement, alors que deux parties de commentaires en donnent les clés de lecture, tant d’un point de vue global et diachronique (partie 1 : Notice générale) qu’à l’échelle de chacun des monuments (partie 2 : Sites et monuments).

Source et autres renseignements pratiques (sommaire, sélection de pages à feuilleter etc…) : Ausonius éditions 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] Afficher le droit au Moyen Âge. Les chartes lapidaires en discussion, Aubervilliers, 16 janvier 2020

2e séminaire SCRIPTA – PSL organisé par Vincent Debiais (CRH – AHLOMA)

Renseignements : vincent.debiais@ehess.fr

Date et lieux :

Jeudi 16 janvier 2020 de 14h à 17h                                                          Campus Condorcet
Centre de colloques
Place du Front Populaire
93322 Aubervilliers

Présentation

Questions de forme, questions de format ou comment faire charte
Dans le cadre des actions de SCRIPTA PSL “Histoire et pratiques de l’écrit”, le programme Afficher le droit au Moyen Âge. Regards croisés sur les chartes lapidaires entend poser les bases d’une réflexion sur les liens entre les pratiques d’écriture exposée et l’exercice du droit dans la culture écrite du Moyen Âge occidental. Il est conçu comme un cycle de séminaires débouchant sur la publication d’une synthèse bibliographique et thématique, et sur la mise à disposition du corpus rassemblé au cours de la recherche.
Le deuxième séminaire se tiendra le 16 janvier 2020 et sera consacré́ à la question d’objets manuscrits contribuant à l’expression du droit ou de l’autorité, et qui adoptent des formes et des formats hors du commun. Dans cette mise au défi de la diplomatique, la taille, la disposition, le support du texte contribuent-ils à l’efficacité des décisions, à leur diffusion, à la promotion des émetteurs, au règlement des états de tension ou de désordre ? En repartant des réflexions collectives de la première séance, en particulier du rapport dialogique entre autorité et authenticité de l’acte diplomatique dans sa dimension matérielle, ce deuxième rendez-vous sera l’occasion d’aborder les inscriptions au prisme des chartes et d’interroger peut-être plus précisément la pertinence de l’expression « charte lapidaire ».

Programme
  • Sébastien Barret (IRHT)
    Faire charte : une introduction

  • Claire Lamy (Université Paris Sorbonne)
    Des copies pour renforcer l’autorité ? Note sur une série de copies faites à Marmoutier à la fin du XIe siècle

  • Marlène-Helias Baron (IRHT)
    Les pancartes cisterciennes, des chartes comme les autres ?

Source : CRH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Colloque international, 61e rencontres du Centre européen d’Etudes bourguignonnes : “Entre réel et imaginaire: les animaux dans l’histoire, l’art et la littérature à l’époque bourguignonne (XIVe-XVIe siècles)”, Enghien, 24-27 septembre 2020 [Date limite propositions: 18 janvier 2020]

Les 61e Rencontres du Centre européen d’Études bourguignonnes (CEEB)  se tiendront du 24 au 27 septembre 2020 à Enghien, au sein des anciennes écuries érigées par la famille d’Arenberg. Le thème retenu sera celui de la présence, de la cohabitation et des représentations du monde animalier – familier, sauvage, exotique ou imaginaire – au cours des XIVe-XVIe siècles. À titre d’exemple, l’on peut notamment songer au cheval et à sa place dans la vie sociale et militaire, aux pratiques d’élevage, aux animaux de compagnie, aux ménageries, à la chasse et à la pêche, aux « nuisibles » (tels que le rat ou le loup par exemple), à l’iconographie d’animaux réels ou imaginaires, aux représentations héraldiques, aux bestiaires et aux encyclopédies, aux traditions populaires et à la symbolique… Ce faisant, la place de l’homme et de l’animal, au sein de leur environnement – ou en dehors de leur environnement habituel – offre un angle de réflexion très intéressant que la recherche a singulièrement mis en évidence ces dernières années.

Les personnes désireuses de présenter une communication ou désireuses d’obtenir plus d’informations sont invitées à s’adresser au Prof. Alain Marchandisse, secrétaire général du CEEB, à l’adresse suivante : alain.marchandisse@uliege.be en fournissant le titre et un bref résumé (5 à 10 lignes) de la communication proposée avant le 18 janvier 2020 au plus tard. La liste des interventions retenues par le Comité exécutif du CEEB sera établie au mois de février 2020 et chaque candidat en sera averti personnellement.

Source et argumentaire en anglais : CEEB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Malbouffe et mauvaises pratiques alimentaires, de l’Antiquité à nos jours, Clermont-Ferrand, 3 et 4 novembre 2020 [Date limite propositions: 31 mars 2020]

Présentation

Le CHEC (Centre d’Histoire “Espaces et Cultures”), en partenariat avec l’Université Bordeaux-Montaigne ainsi que la fondation Nestlé-France, organise en novembre 2020 un colloque international sur la malbouffe et les mauvaises pratiques alimentaires de l’Antiquité à nos jours. Il s’agira d’appréhender et comprendre les effets des mauvaises pratiques alimentaires sur les individus, les sociétés ou l’environnement sur le temps long. Ainsi, le concept de malbouffe, relativement récent, sera interrogé à différentes périodes et dans différents espaces afin d’en mesurer l’opérabilité depuis l’Antiquité. Les propositions de communication, en français ou en anglais, sont à envoyer avant le 31 mars 2020

Organisation scientifique : Stéphanie Lachaud (Bordeaux-Montaigne-CEMMC), Stéphane Le Bras (UCA-CHEC) et Corinne Marache (Bordeaux-Montaigne-CEMMC)

 

Argumentaire

Manger sainement est probablement l’une des préoccupations majeures de nos sociétés contemporaines et la thématique fait régulièrement la une des médias en tous genres. La nourriture y devient alors facilement le support d’un discours militant, qui vise à promouvoir la nécessité d’une alimentation la plus saine possible et à ausculter les séquelles des mauvaises pratiques alimentaires et de la malbouffe, faisant ainsi se croiser enjeux sociaux, environnementaux et sanitaires.
Ce terme de « malbouffe » émerge en France à la fin des années 1970 [de Rosnay, 1979], équivalent de l’expression anglaise junk food, apparue aux États-Unis dans les années 1950 [Lasky, 1977]. Il fait alors référence à une nourriture considérée comme mauvaise, tant sur le plan diététique que sanitaire (aliments trop riches en sucre, en sel, en graisse, en additifs, trop transformés et trop pauvres en apports nutritifs). Ces pratiques alimentaires, liées à l’intensification de la production industrielle et à la restauration rapide, sont accusées de provoquer des pathologies diverses (obésité, maladies cardio-vasculaires, diabète par exemple) et d’avoir des impacts environnementaux majeurs. Les pouvoir publics prennent alors des mesures pour sensibiliser les populations à l’importance d’une alimentation saine et équilibrée (« Stratégie mondiale pour l’alimentation » de l’OMS), à l’intérêt de renouer avec le goût (« Semaine du goût » en France) ou, plus récemment, à l’importance de la consommation de produits locaux (« Farmers’ Market Promotion Program » aux États-Unis ou « Projets alimentaires territoriaux » pour les cantines scolaires en France). Il s’agit donc clairement d’un concept marqué chronologiquement, ancré dans la société de consommation et ses spécificités de la seconde moitié du XXe siècle.
Pourtant, si les modalités et canaux d’informations font de ce sujet une thématique ardente de nos jours, elle n’est pour autant pas une nouveauté. En effet, les mauvaises pratiques alimentaires ont toujours existé et le lien entre alimentation et santé est une question déjà présente dès l’Antiquité : dans la Grèce ancienne, la santé par l’alimentation constitue un pan fondamental dans la théorie hippocratique des humeurs alors que les moralistes en dénoncent les abus. Au Moyen Âge et à l’époque moderne, une profusion de textes, tels Le Régime de santé de l’école de Salerne (XIe-XIIe s.) ou An Essay on Regimen (George Cheyne, 1740), abondent de conseils et prescriptions pour conserver la santé par l’alimentation. Plus tard encore, la naissance de la naturopathie à la fin du XIXe siècle témoigne de l’importance accordée aux aliments dans les considérations médicales, tandis que le mouvement végétarien contemporain s’articule autour des mêmes principes diététiques, popularisés et appliqués par John Harvey Kellogg (1852-1943) dans le dernier quart du siècle. Enfin, dans la France des années 1950-1960, l’Association française pour la recherche de l’alimentation normale, fondée en 1952 par des médecins et biologistes, veille à propager des idéaux qualitatifs alimentaires, autour notamment du souhait d’imposer des normes de production et de commercialisation.
Fort logiquement, tous ces courants, quelles que soient les époques, se sont inquiétés de certaines mauvaises pratiques ou de la consommation de mauvais produits alimentaires, considérés comme néfastes pour la santé. Regroupés en France sous le néologisme « malbouffe » depuis le tournant des années 1980 puis popularisé dans les années 2000 [Bové et Dufour, 2000 ; Jaillette, 2000], ces aliments ou pratiques nuisibles sont eux aussi déjà très présents dans les écrits des médecins du XXe siècle, des hygiénistes du XIXe siècle, des législateurs de l’époque moderne ou des médecins-philosophes antiques.
Or, bien que la problématique soit abondamment investie par la presse, les émissions télévisées, les ouvrages médicaux ou grands publics depuis plus de trente ans, il s’agit d’un sujet encore relativement peu exploré collectivement et internationalement par les sciences humaines en général et l’histoire en particulier. Chez les historiens, l’histoire de l’alimentation et des pratiques alimentaires [Flandrin et Montarani, 1996 ; Kiple and Ornelas, 2000 ; de Ferrière et Williot, 2008 ; Meyzie, 2005 ; Quellier, 2010 ; Parasecoli et Scholliers, 2012] connait un vif succès depuis une vingtaine d’années. Des thèmes comme ceux de la sécurité et de la qualité alimentaire [Stanziani, 2005], des peurs alimentaires [Ferrières, 2002], des liens entre santé et alimentation [Audoin-Rouzeau et Sabban, 2007], de la nourriture au temps des empires [Laudan, 2013] ou des emballages alimentaires [Hachez-Leory, 2019] ont permis d’aborder l’étude des pratiques alimentaires sous des prismes originaux. Mais la question plus spécifique de la malbouffe – et, pour s’inscrire de manière plus exacte dans une perspective diachronique, celles des mauvaises pratiques alimentaires – reste encore largement à explorer, non seulement par les historiens, mais également par les autres sciences humaines.
L’entreprise est d’autant plus ardue et pertinente qu’il s’agit là d’un objet particulièrement fluctuant dans l’espace et dans le temps, ce qui en rend l’analyse dans le temps long fort complexe. Ce que l’on considère aujourd’hui comme une mauvaise pratique alimentaire n’a en effet rien à voir avec ce que l’on considérait comme mauvais dans l’Antiquité, au Moyen Âge, à l’époque moderne ou au début de la période contemporaine. Cette notion est en effet un miroir culturel, économique et social des sociétés considérées, qu’il conviendra de définir et de contextualiser pour mieux en comprendre les évolutions. Elle permettra également de réfléchir et d’interroger la question des modèles alimentaires normatifs, ainsi que des injonctions morales définissant le « bon » et le « mauvais », concepts là aussi très fluctuants dans le temps et selon les environnements (culturels, sociaux, religieux, géographiques, etc.)

L’objectif de cette manifestation scientifique est donc d’interroger la notion de malbouffe et d’étudier les mauvaises pratiques alimentaires sur le temps long, en mettant en évidence leurs permanences et leurs mutations, mais également leur conceptualisation et leurs concordances/dissemblances à différentes périodes. La perception au fil du temps de ce qui correspond ou non au principe de mauvaises pratiques alimentaires sera ainsi au cœur de notre propos et à cet égard, quatre grands axes pourront être abordés :

  • Les produits. C’est bien évidemment le premier élément qui vient à l’esprit lorsqu’on évoque la malbouffe. Quels sont les produits – liquides ou solides – frappés par ce statut selon les lieux et les époques ? Pour quelles raisons ? Dans quelles circonstances ? Ainsi, il faudra s’interroger sur le contexte de stigmatisation de tel ou tel produit, mais également son évolution sur un temps plus ou moins long. La question des modes alimentaires, des trajectoires des produits pourra être interrogée pour comprendre ce que l’on considère comme de mauvais produits alimentaires.
  • Les pratiques. Ici se pose la question des modalités de production, de transformation, de conditionnement, d’emballage, de transport et de consommation des nourritures considérées comme malsaines, en envisageant les structures, les réseaux, les individus qui conditionnent et supportent ces pratiques depuis l’antiquité jusqu’à nos jours et dans différents espaces. L’évolution des manières de table (durée des repas, fast food, repas à emporter, repas servis dans les transports…) pourra également être prise en compte dans la mesure où elles peuvent elles aussi participer de la malbouffe. Les cadres des comportements (pratiques individuelles ou collectives) pourront eux aussi être étudiés, notamment en lien avec l’idée d’excès dont il faudra sonder les contours sur le temps long. Dans ce contexte, la notion de seuil est elle aussi fondamentale et pourrait mériter l’attention afin d’appréhender les limites de tolérance et de tempérance à diverses périodes.
  • Les discours. Au croisement des deux problématiques précédentes se trouve la manière dont le discours sur la malbouffe se construit. Celui-ci peut être positif-mélioratif ou au contraire négatif-péjoratif. Dans tous les cas, il participe pleinement à la compréhension des phénomènes historiques en jeu en cherchant à identifier ce qu’est une « nourriture malsaine » et les circuits par lesquels l’information circule. Les décalages dans l’espace, dans le temps et selon les milieux socio-professionnels de ce qui est perçu comme relevant de la malbouffe seront également au coeur du propos, tout comme les écarts entre ces discours, les préconisations et mesures qu’ils induisent. Les processus de stigmatisation pourront tout autant attirer l’attention, ainsi que ceux d’opposition (discours diététique ou gastronomique par exemple).
  • Les répercussions. Au carrefour des enjeux propres à la production et à la consommation s’impose la question des effets de la malbouffe et des mauvaises pratiques alimentaires, tant pour les personnes, que l’environnement, l’économie ou les sociétés dans leur globalité. Ici, une réflexion pourra également porter sur les solutions proposées (produits ou comportements) à ces dérèglements (pollution des sols, gestion des ressources, malnutrition, soucis de croissance, limitation du pouvoir d’achat, disparités sociales, etc.).

Propositions de communications

Les propositions pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes prédéfinis ; elles pourront s’intéresser à un produit en particulier, un événement spécifique ou, au contraire, proposer une approche synthétique sur le temps long, de pratiques alimentaires stigmatisées ; elles pourront cibler n’importe quel espace géographique mondial, quelle que soit sa taille, ou proposer des comparaisons entre espaces.
Si l’histoire est la discipline privilégiée, des ouvertures pluridisciplinaires sont possibles et souhaitées, notamment vers la géographie, la sociologie, l’anthropologie, le droit, la nutrition, l’économie ou les sciences de la nature.
Une attention toute particulière sera portée aux jeunes chercheurs et chercheuses (masterants, doctorants, jeunes docteurs), ainsi qu’aux propositions provenant de l’étranger.

Les langues de travail du colloque seront le français et l’anglais.

L’organisation prendra en charge l’hébergement et les repas pour les deux jours du colloque. Nous financerons également une partie ou la totalité du trajet, dans la mesure du possible, notamment pour ceux dont les laboratoires ne peuvent pas assumer le coût total du voyage.

Les propositions (3000 signes, en français ou en anglais) sont à envoyer avant le 31/03/2020, accompagnées d’un court CV, à lachaud.stephanie@wanadoo.fr, stephane.lebras@uca.fr et corinne.marache@gmail.com

 

Bibliographie indicative et sélective

Frédérique Audoin-Rouzeau, et Françoise Sabban (dir.), Un aliment sain dans un corps sain. Perspectives historiques, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2007.
José Bové et François Dufour, Le monde n’est pas une marchandise : des paysans contre la malbouffe, Paris, La Découverte, 2000.
Marc de Ferrière Le Vayer et Jean-Pierre Williot, Saga de la pomme de terre, Paris, Ed. du cercle d’art, 2008.
Stella et Joël de Rosnay, La malbouffe : comment se nourrir pour mieux vivre, Paris, Ed. Olivier Orban, 1979.
Madeleine Ferrières, Histoire des peurs alimentaires : du Moyen âge à l’aube du XXe siècle, Paris, Éditions Points, 2002.
Jean-Louis Flandrin et Massimo Montanari (dir.), Histoire de l’alimentation, Paris, Fayard, 1996.
David Gentilcore, Food and Health in Early Modern Europe. Diet, Medicine and Society, 1450-1800, Londres, Bloomsbury, 2016.
Florence Hachez-Leroy, Menaces sur l’alimentation. Emballages, colorants et autres contaminants alimentaires, XIXe-XXe siècles, Tours, PUFR, 2019.
Jean-Claude Jaillette, Les dossiers noirs de la malbouffe, Paris, Albin Michel, 2000.
Kenneth F. Kiple and Kriemhild Conee Ornelas (eds.), The Cambridge World History of Food, NYC, Cambridge Univ. Press, 2000.
Michael S. Lasky, The Complete Junk Food Book, NYC, McGraw-Hill, 1977. Rachel Laudan, Cuisine and Empire. Cooking in World History, Berkeley, Univ. of California Press, 2013.
Philippe Meyzie, L’alimentation en Europe à l’époque moderne : manger et boire, XVIe s.-XIXe s., Paris, A. Colin, 2010.
Fabio Parasecoli and Peter Scholliers, A cultural history of food, 6 volumes (Antiquity, Medieval Age, Renaissance, Early Modern Age, Age of Empire, Modern Age), London, New York, Berg, 2012.
Florent Quellier, Gourmandise : histoire d’un péché capital, Paris, A. Colin, 2010. Alessandro Stanziani, Histoire de la qualité alimentaire, XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, 2005.

Comité scientifique :

Martin Bruegel, INRA
Pierre-Antoine Dessaux, U. Tours
Madeleine Ferrières, U. d’Avignon
Fabien Knittel, U. Franche-Comté
Caroline Lardy, UCA Clermont
Julie Mardon, UCA Clermont
Marilyn Nicoud, U. d’Avignon
Philippe Meyzie, U. Bordeaux-Montaigne
Peter Scholliers, Vrije Universiteit Bruxelles
Jon Stobart, Manchester Metropolitan University
Dimitri Tilloi-d’Ambrosi, U. Lyon Jean-Moulin

 

Source et argumentaire en anglais :

CHEC : http://chec.uca.fr/article710.html

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] La récitation dans les premiers siècles de l’Islam (7ᵉ‒9ᵉ siècles), Le Caire, 29/06-02/07/2020 (Limite : 31 janv. 2020)

Calendrier:

  • 31 janvier 2020: proposition d’une demi-page à envoyer à secretariat@ideo-cairo.org.
  • 15 mai 2020: résumé de trois pages à envoyer à la même adresse, si votre proposition est acceptée.

Thématiques:

  • Récitation coranique ‒ Psalmodie ‒ Oralité ‒ Transmission.
  • Islam ‒ Judaïsme ‒ Christianisme ‒ Zoroastrisme ‒ Antiquité tardive et débuts de l’Islam.
  • Torah ‒ Bible ‒ Psaumes ‒ Coran ‒ Qaṣaṣ ‒ Poésie ‒ Prières ‒ Rites ‒ Saǧʿ ‒ Récitation ‒ Mémorisation.

Ce colloque offre un espace de réflexion sur les différents types de récitation dans les régions centrales de l’Empire arabo-musulman (de l’Égypte à la Perse et à la péninsule arabique) durant les trois premiers siècles de l’Islam, et ce dans les contextes suivants :

  • contexte « religieux islamique » : le Coran, le Ḥadīṯ, les histoires (qaṣaṣ), la poésie mystique…
  • contexte « religieux non-islamique » : psaumes et prières, juives et chrétiennes (en grec, syriaque, copte, arabe) ; cérémonies zoroastriennes et manichéennes ; rites magiques…
  • contexte « profane » : poésie et prose rimés (saǧʿ), en arabe, hébreu, syriaque, copte… ; discours politiques et propagande ; techniques de mémorisation pour l’apprentissage de savoirs médicaux, scientifiques, philosophiques, légaux, grammaticaux…

NB: la distinction entre « religieux » et « profane » sera évaluée.

Les discussions sur ces types de récitations serviront de point de départ pour une réflexion sur les genres littéraires des textes récités, sur les techniques de récitation, mais aussi sur les acteurs de la récitation et les contextes socio-politiques et les questions liées à l’acte de la récitation. Ce colloque est ouvert à des contributions sur l’un ou plusieurs de thèmes suivants :

Nous étudierons les pratiques qui précèdent ou qui constituent l’acte de la récitation (religieuse et profane) : l’écoute, l’apprentissage par cœur, la lecture, la récitation, la déclamation devant une audience, le chant, le jeu scénique…, ainsi que les règles et les modalités de la prononciation du texte, des aspects artistiques et émotionnels, et enfin des contextes précis dans lesquels tel ou tel texte est récité (rites, célébrations, fêtes, calendriers, circonstances, conditions matérielles, vêtements…)

La récitation est une forme de transmission du savoir. Et en retour, certains récitateurs « professionnels » transmettent un savoir-faire spécifique à la récitation. Cette session étudiera l’articulation entre la récitation et l’enseignement/apprentissage, en prenant en considération la culture matérielle (manuscrite ou épigraphique), les pratiques d’apprentissage telles que la « récitation devant un maître » et sa validation (iǧāza), ainsi que les acteurs de la récitation (souvent des professionnels, des religieux ou des artistes…) et comment ils transmettent leur art vocal et leur éthique (adab al-qurrāʾ par exemple).

Cette session explorera les horizons religieux/spirituels des pratiques de la récitation (édification, justification, prière de guérison, mysticisme…), ainsi que ses buts profanes (politiques, sociaux, académiques, artistiques…) : la maîtrise des contenus, le choix des temps ou des formes de récitation peuvent être liés au pouvoir, à l’identité de la communauté ou à la création.

Bien qu’ouvert au public, ce colloque a pour premier objectif d’être un lieu de travail et de débat scientifique. À cette fin, nous demanderons aux intervenants qui auront été sélectionnés d’envoyer un résumé en trois pages de leur intervention avant le 15 mai 2020. Ces résumés seront distribués aux autres intervenants. Chaque intervenant s’inscrira comme répondant pour au-moins l’une des interventions présentée par un pair. Tous les intervenants s’engagent à assister à toutes les sessions.

Langues de travail de ce colloque : anglais et arabe.

Les billets d’avion, transferts aéroport, hôtel et demi-pension seront pris en charge par l’Idéo, grâce à une subvention de l’Union européenne dans la cadre du projet «Adawāt» (2018‒2022).

Le numéro 37 (2022) du MIDÉO sera consacré à cette problématique et accueillera les articles présentés lors de ce colloque ou non, après qu’ils auront été soumis au processus habituel d’évaluation.

Pour plus de renseignements, merci de nous écrire à secretariat@ideo-cairo.org.

Voir également: argumentaire version PDF.

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] « Stemmata quid faciunt ? » Noblesse d’âme ou de sang au Moyen Âge

« À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu. » Cité à satiété par les intellectuels du XIIe siècle, le célèbre passage des Satires de Juvénal résume une croyance fort répandue dans leur milieu. Cette idée est-elle spécifique à quelques clercs savants, férus de classiques latins et défenseurs de l’idée paulinienne de l’égalité radicale des baptisés « ne faisant qu’un dans le Christ » (Gal 3, 28) ? À l’encontre de la taxinomie sociale de l’époque, une telle conception ne leur serait-elle pas exclusive ?

N’en déplaise à Juvénal et à ses commentateurs médiévaux, la généalogie compte pour beaucoup dans la conscience que les nobles ont d’eux-mêmes, alors que leurs aïeux héroïques leur semblent bien supérieurs au commun des mortels. Au sein du lignage, la transmission onomastique ou héraldique corrobore une filiation prestigieuse. Il en va encore davantage avec le domaine familial, doté d’un château, symbole de leur seigneurie, et d’une nécropole où reposent les ancêtres. De longue date, les médiévistes suivent ces pistes. La prosopographie les pousse à structurer chaque lignage dans un tableau de filiation, et à retracer les réseaux consolidant sa domination. Ils définissent ainsi la noblesse en fonction de son monopole de la guerre, de son autorité sur les hommes et de sa possession de la terre. Sa capacité à transmettre à sa descendance l’héritage ancestral leur semble capitale.

Au-delà de ses biens matériels, l’aristocratie médiévale perdure à cause d’une large reconnaissance sociale. Elle devient ainsi « noblesse », selon la vieille définition des Étymologies d’Isidore de Séville, qui joue sur notus (participe passé adjectivé de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis pour conclure : « Le noble est celui dont le nom et la famille sont connus. » Cette reconnaissance sociale est la réputation ou fama, le regard qu’autrui porte sur chacun. Elle se mêle inextricablement de l’honneur, mais aussi de la honte (verecundia) qu’entraîne sa perte. C’est pourquoi le comportement individuel rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire. « Dans les nobles doit reparaître la grandeur d’âme de leurs ancêtres qui conquirent la noblesse par leurs exploits », affirme Jean de Meung. La prééminence sociale dépend étroitement de la vertu, qu’on conçoit certes comme la qualité découlant des actes bons posés par le libre arbitre individuel, mais aussi comme une virtus ou force charismatique se transmettant de père en fils dans quelques lignées privilégiées.

La dialectique entre le sang et la vertu sera au cœur de notre journée d’études. On y abordera les comportements attendus pour prétendre à la prééminence sociale, la déchéance du noble transgressif et la damnation de la mémoire des siens, l’ascension sociale par le mérite socialement reconnu, l’anoblissement par les études, mais aussi la persistance d’une conception plus étroitement généalogique, voire génétique, dans un monde en pleine mutation intellectuelle.

Programme :

Matinée

Martin Aurell et Clément de Vasselot (Université de Poitiers) : Introduction
Michel Fauquier (ESM Saint-Cyr) : Faut-il être noble pour être saint ? Les faux-semblants de l’hagiocratie à travers l’exemple mérovingien
Guy Perry (Université d’Oxford) : Advertising virtue and minimizing vice : the case of the house of Brienne, c.950-1356
Gregory Lippiatt (Université d’Exeter) : Créer de vraies dynasties de croisés : les Montfort et les Brienne autour la Méditerranée au XIIIe siècle

Après-midi

Rodolphe Billaud (ICES) : Famille, noblesse et liens de parenté dans l’apanage du futur Edouard Ier d’Angleterre (1254-1272)
Charles de Miramon (CNRS), Maaike van der Lugt (Université de Versailles) : L’angoisse de la descendance. Noblesse, hérédité et eugénisme à la fin du Moyen Âge
Adriane Boussac (EPHE) : Pour faire cas vilain homme noble perd sa noblesse. Théories et pratiques de la déchéance de la noblesse dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge
Thierry Dutour (Sorbonne Université) : Nous sommes esgaulx à peu près. Les incertitudes de la justification de la supériorité nobiliaire à la fin du Moyen Age en France

Lieu: CESCM (Poitiers)
Date: Vendredi 15 mai 2020

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Appel à participation] XXIIIe Rencontres Diwan, Aix-en-Provence, 18-19-20 juin 2020 (limite : 9 février 2020)

Les XXIIIe Rencontres des doctorants de l’association Diwan se tiendront les 18, 19 et 20 juin 2020 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence.

Ces journées seront l’occasion de présenter leurs recherches pour les doctorants des diverses universités françaises qui travaillent sur les mondes musulmans médiévaux, qu’ils soient archéologues, historiens, littéraires, historiens de l’art ou philosophes. Ils pourront échanger avec d’autres doctorants, mais aussi avec des post-doctorants, enseignants et chercheurs, dans un cadre et une atmosphère de convivialité.

Dans le cadre de ces Rencontres, les doctorants pourront présenter le fruit de leurs recherches devant leurs pairs, dans un esprit de sérieux et de bienveillance. Chaque intervention durera 10 minutes, suivie de questions et de discussions qui pourront être poursuivies durant les pauses et les repas. L’exposé pourra porter aussi bien sur un point de ta recherche que sur l’approche méthodologique, la démarche scientifique ou la présentation des sources.

Pour candidater, il suffit de remplir la fiche de renseignements_Diwan2020 et de la faire parvenir avant le 09 février 2020 à l’adresse suivante : association.diwan2020[at]gmail.com.

Les membres du bureau Diwan 2020

Vincent ORY (président, Aix-Marseille Université)
Simon PIERRE (secrétaire, Sorbonne Université)
Bastien DUMONT (trésorier, Université de Paris Panthéon-Sorbonne)
Aïda EL KHIARI (coordinatrice, Sorbonne Université)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire des médiévistes 2020] Lyon, CIHAM [16 janvier 2020 – 7 mai 2020]

Le programme du séminaire des médiévistes pour l’année 2020 vient de paraître.

Présentation du séminaire des médiévistes

Le Séminaire des médiévistes présente, à Lyon, l’actualité
de la recherche dans le champ des études médiévales.
Il fait partie des actions de formation du CIHAM et est
tout spécialement destiné aux doctorants et aux étudiants
des masters Mondes médiévaux, HCP–Cultures de l’écrit
et de l’image et Archives. La programmation annuelle
s’attache à mettre en évidence à la fois les enquêtes menées
dans le laboratoire et les recherches les plus novatrices
conduites au niveau international en histoire, littératures
et archéologie des mondes chrétiens et musulmans.
Depuis 2000, près de 150 intervenants venus du monde
entier y ont présenté leurs travaux.

Informations pratiques

Séminaire coordonné par Nicolas Carrier, professeur d’Histoire du Moyen Âge à l’Université Jean Moulin Lyon3

8 séances du 8 janvier au 7 mai 2020

Horaires9h30-12h30

Entrée libre

Lieux variables suivant les séances :

-Maison internationale des langues (MILC) (35, rue Raulin, Lyon 7e)

-Archives du département du Rhône et de la Métropole de Lyon (34, rue Général Mouton-Duvernet, Lyon 3e)

-ENS de Lyon (15, parvis René-Descartes, Lyon 7e)

-Université de Lyon (UDL) (9, rue Pasteur, Lyon 7e)

 

Dépliant du programme téléchargeable ici 

(création du dépliant Serge Pinche)

 

Source et informations complémentaires : Ciham 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Exposition] Jean sans Peur 1419-2019, Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or [12 novembre 2019-4 avril 2020]

Horaires et contacts
Exposition “Jean sans Peur” aux Archives départementales de la Côte-d’Or (8, rue Jeannin, Dijon)  du lundi au vendredi  de 8h30 à 17h
Contact : archives@cotedor.fr
Présentation

Les Archives départementales de la Côte-d’Or organisent, du 12 novembre 2019 au 4 avril 2020, une exposition consacrée au duc de Bourgogne Jean sans Peur. Cette dernière, intitulée Jean sans Peur, 1419-2019, s’inscrit dans un cycle de manifestations culturelles qui commémorent le sixième centenaire de sa mort, survenue à Montereau-Fault-Yonne le 10 septembre 1419, lors d’une rencontre diplomatique avec le dauphin de France, futur Charles VII.
 
Si Jean sans Peur a passé la plupart de son temps hors des frontières de l’actuelle région de Bourgogne-Franche-Comté, alternant entre Paris et ses États de Flandre, il a malgré tout laissé à Dijon une production documentaire abondante qui permet de faire son portrait. On trouve en effet dans les archives anciennes de la capitale du duché – notamment celles de la chambre des comptes -, de nombreux actes qui le concernent directement ou éclairent le contexte du début du XVe siècle.Mais, dans la mesure où Jean sans Peur est loin d’être inconnu et où les travaux historiques sur cette période ne manquent pas, la présente exposition n’a pas pour objectif d’apporter une nouvelle pierre à l’historiographie sur le sujet. Elle a pour but de montrer au public des Archives départementales quelques documents saillants qui illustrent la vie du prince ou le contexte contemporain. La vingtaine de pièces sélectionnées se compose de documents variés dans leur forme comme dans leur typologie : traités, de mariage ou de paix, lettres privées, registres comptables, sceaux ou encore moulage du crâne de Jean sans Peur, réalisé en 1841. Bien que la commémoration de la mort du duc soit à l’origine de l’exposition, ces divers documents ne sont pas uniquement liés à son assassinat mais retracent brièvement son parcours en se concentrant sur quelques point marquants tels que sa rivalité avec son cousin Louis d’Orléans ou la croisade de Nicopolis.
 
Présentée jusqu’au printemps 2020, l’exposition vient ainsi compléter les différents événements liés au meurtre de Montereau. Dans cette même perspective, les Archives départementales de la Côte-d’Or accueilleront, les 30 et 31 janvier 2020, un colloque international sur le thème Jean sans Peur.
 
L’exposition est ouverte du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h.
Le catalogue, disponible sur place en version papier, est consultable en version numérique

Source : FrancheArchives

 

Autre présentation de l’exposition par Emmanuel Roumier sur le site des Archives départementales de la Côte-d’Or

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] L. Jones, A Dupont-Hamy (éd), Christian, Jewish, and Muslim Preaching in the Mediterranean and Europe, Turnhout: Brepols, 2019

Offers a fresh cross-cultural approach that explores connections between preaching and transcultural relations in Iberia, the Mediterranean, and northern Europe.

This volume explores the sermons and activities of Christian, Jewish, and Muslim preachers who shaped ideas about religious and gendered identities and alterity throughout the Mediterranean and northern Europe. Preachers of all three traditions played a decisive role in defining the religious identities of their communities, often in response to negative images projected onto religious others. The studies cover a broad spectrum of premodern Europe and the Mediterranean and address the ways that preaching reflects transcultural contacts as well as social, intellectual, and hermeneutical encounters among diverse societies and religious communities.

The essays are divided into three themes. Part One, ‘Religious and Gendered Identities and Alterities,’ examines how religious identity is inflected by the presence or the ‘absent presence’ of religious others and interrogates how gender informs religious identity, piety, and alterity. The chapters in Part Two, ‘Hermeneutical Identities, Alterities, and Transcultural Relations in Christian and Jewish Preaching’, offer contrasting interpretations of the impact of anti-Judaism in Christian preaching and analyse Jewish responses to Christian polemic. Part Three, ‘Muslim and Christian Orators and Inter-faith Encounters,’ explores these encounters from the dual perspectives of Crusade and military conflict and interreligious dialogue, disputation, and proselytization. The volume positions itself at the intellectual crossroads between comparative medieval sermons studies and transcultural Mediterranean and European studies. 

Table des matières:

Introduction — LINDA G. JONES

Part One: Religious and Gendered Identities and Alterities

Giving Birth as a Metaphor: Eude de Châteauroux’s Preaching to the Nuns of Orvieto — JUSSI HANSKA & SARI KATAJALA-PELTOMAA

Penre am gran amor via de penedensa’: la prédication de Hugues de Digne et le mouvement pénitentiel à Hyères dans la première moitié du XIIIe siècle — DAMIEN RUIZ

La predicación aljamiada: en torno a la religiosidad mudéjar y morisca — OLIVIER BRISVILLE-FERTIN

Preaching Passions and Precepts: The Role of Jews and Muslims in East Norse Sermons — JONATHAN ADAMS

Part Two: Hermeneutical Identities, Alterities, and Transcultural Relations in Christian and Jewish Preaching

Anti-Jewish Preaching as Part of an Anti-Jewish Narrative in Late Medieval Spain — ORIOL CATALÁN

El Contra Judaeos de Isidoro de Sevilla en la predicación regular ibérica del final del siglo XII: Entre identidad confesional y estaturia — AMÉLIE DE LAS HERAS

Addressed in Absentia: Meaning and Uses of Jewish Cultural References in Medieval Preaching: The Case of St Vincent Ferrer’s Sermons — CAROLINA LOSADA

Rabbi Isaac Nathan, Vincent Ferrer, Pope Benedict XIII, Thomas Connecte, and the Mendicants: Jewish Homiletics and Preaching as a Reflection of Jewish-Christian Encounters — RAM BEN-SHALOM

Part Three: Muslim and Christian Orators and Interfaith Encounters

Notes on the Speeches at the 1228 Corts in Barcelona to Debate the Conquest of Mallorca — XAVIER RENEDO

St John of Capestrano’s Crusade Preaching and the Ottoman-Italian Encounter — NIRIT BEN-ARYEH DEBBY

Abū Madyan, Shu‘ayb al-Ḥurayfīsh, and the Miraculous Conversion of Ten Monks to Islam: Reflections of Contacts between the Western and Eastern Mediterranean — LINDA G. JONES

La Disputa de la Sagena de Marraqech entre Fray Pedro de Alcántara y el Talbé Abdalá Ordopesa — CÁNDIDA FERRERO HERNÁNDEZ

Présentation : http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503582719-1

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire d’archéologie médiévale du Ciham] – Actualité des recherches en archéologie médiévale métropolitaine – 09/01/2020

Le jeudi 9 janvier se tiendra la prochaine séance du séminaire d’archéologie médiévale du CIHAM, consacrée à l’actualité des recherches en archéologie médiévale métropolitaine, sous la coordination de Damien Martinez (Univ. Lyon 2) et Laurent Schneider (CNRS/EHESS).

Elle se tiendra à la Maison des Sciences de l’Homme Lyon-Saint-Étienne, 14 avenue Berthelot, 69007 Lyon, en espace Marc Bloch, de 10h à 12h et de 14h à 17h.

Entrée libre.

Programme :

10h-12h :

  • Loïc Benoit (doctorant UMR 5648-CIHAM) et Jean-Michel Poisson (EHESS) : Fortifier les Alpes au Moyen Âge : bilan des recherches et perspectives du PCR.
  • Christophe Mathevot (Ass. La Diana) : Un habitat élitaire des monts du Forez et son mobilier : le site castral de Couzan (IXe-XIIe siècle)

14h-17h :

  • Adrien Saggese (SCAP/Ville de Besançon, UMR 6398 – ArTeHis) : Le Portois (Haute-Saône) du IVe au XIIe siècle, évolution des pouvoirs et dynamiques du peuplement.
  • Sophie Liegard (Service archéologique départemental d’Eure-et-Loir) : L’établissement rural carolingien de Villeneuve à Poupry (Eure-et-Loire).
  • Remi Carme (Hadès) : Artisanat potier et ensilage groupé aux portes de Montpellier : Le site de Verchamp du VIIe au XIIe siècle (Castelnau-le-Lez, Hérault).

Pour plus d’informations sur le séminaire d’archéologie médiévale : https://mastermondesmedievaux.univ-lyon2.fr/histoire-et-archeologie-de-l-habitat-rural-au-moyen-age-683519.kjsp?RH=1464946383772.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Offre d’emploi] Pontifical Institute of Mediaeval Studies Mellon Post-Doctoral Fellowships

Présentation

The Pontifical Institute of Mediaeval Studies offers post-doctoral Fellowships to be used for research at the Institute in the medieval field of the holder’s choice. Mellon Fellows will also participate in the interdisciplinary Research Seminars.

Capture d’écran 2019-12-12 à 18.21.03

The Mellon Fellowships are intended for young medievalists of exceptional promise who have completed their doctoral work, ordinarily within the previous five years, including those who are starting on their professional academic careers at approximately the Assistant Professor level. Fellowships are valued at approximately $40,000 (CDN).

Applications for the academic year 2020–2021 should be e-mailed in PDF format to the Institute Secretary at cynthia.watson@utoronto.ca. Reference letters may also be e-mailed directly by the referee to the Institute Secretary. Completed applications, as well as all supporting documentation, must be received no later than 1 February 2020. The awarding institution must send official confirmation that the PhD has been examined and approved to the postal address below. All documentation must be received by the application deadline.

Application forms and further details may be obtained from the web site at:
https://www.pims.ca/article/post-doctoral-mellon-fellowships/

Pontifical Institute of Mediaeval Studies
59 Queen’s Park Crescent East
Toronto, Ontario, Canada
M5S 2C4

Source : rmblf

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts