[Parution] Franco Morenzoni, Sur les routes des Alpes. Religieux, marchands et animaux dans la Suisse occidentale (XIIIe-XVe siècles), Turnhout, Brepols, 2019, 476 p.

À l’occasion du départ à la retraite du Professeur Franco Morenzoni (Université de Genève), le présent ouvrage réunit un certain nombre de ses travaux les plus marquants consacrés à l’actuelle Suisse occidentale au Moyen Âge. Ce recueil d’articles, divisé en quatre parties thématiques – chacune préfacée par des spécialistes et d’anciens collègues – vise à rendre compte de la richesse de recherches menées sur plus de vingt-cinq ans, dans l’histoire économique et sociale aussi bien que dans l’histoire religieuse. Ces domaines, a priori bien distincts, constituent différents points d’entrée qui dévoilent un même intérêt pour l’homme médiéval dans ses interactions avec le monde qui l’entoure. Pionniers par bien des aspects, les travaux de Franco Morenzoni ont renouvelé l’histoire de la Savoie et des Alpes aux derniers siècles du Moyen Âge: ce recueil en est le témoignage.

Franco Morenzoni a été professeur d’histoire médiévale à l’Université de Genève jusqu’en 2019

Table des matières

Publications de Franco Morenzoni

Première partie – Curés et prédicateurs 

Nicole Bériou, Introduction 

Évangélisation et organisation ecclésiastique de la Suisse romande des origines au début du XIVe siècle 

L’encadrement et l’instruction religieuse des fidèles d’après les statuts synodaux des diocèses de Genève et de Sion (XIIIe-XVe siècles)

La Légende dorée d’un curé du XVe siècle du diocèse de Genève 

Vincent Ferrier et la prédication mendiante à Genève au XVe siècle 

Deuxième partie – Échanges et milieux naturels 

François Walter, Introduction 

Voyages et déplacements depuis le Valais à la fin du Moyen Âge

Contribution à l’histoire des prix des céréales et des fèves en Valais à la fin du Moyen Âge d’après les comptes de châtellenie (vers 1270-1450)

Note sur la présence de l’ours en Valais et dans le Chablais vaudois à la fin du Moyen Âge 

La capture et le commerce des faucons dans les Alpes occidentales au XIVe siècle 

L’achat et la vente de chevaux d’après les registres des notaires fribourgeois de la fin du Moyen Âge 

Troisième partie – Les routes alpines du commerce européen 

Guido Castelnuovo, Introduction 

La via del Vallese e il commercio internazionale e regionale alla fine del Medioevo 

Le mouvement commercial au péage de Saint-Maurice d’Agaune à la fin du Moyen Âge (1281-1450)

Les produits sidérurgiques dans les comptes de péage de Saint-Maurice d’Agaune et de Villeneuve-Chillon (XIVe-XVe siècles)

Les marchés et les foires de Sion et de Saint-Maurice d’Agaune à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle)

Quatrième partie – Politiques monétaires et prêteurs d’argent

Pierre Dubuis, Introduction 

Monnaies réelles et monnaies de compte dans le Valais savoyard et épiscopal  (fin XIIIe-début XVe s.)

Quelques précisions à propos de l’atelier monétaire de Saint-Maurice d’Agaune vers le milieu du XIVe siècle 

Le duc Amédée VIII de Savoie et sa monnaie (vers 1420 – vers 1434)

Les prêteurs d’argent et leurs clients dans le Valais savoyard à la veille de la Peste Noire 

L’inventaire après décès de Bacinodus Tracho, Lombard de Sion (17 janvier 1376)

Le réseau des casanes lombardes dans l’espace comtois et la Suisse occidentale (XIIIe-XIVe siècles)

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance] Coraline Rey, Archives et bibliothèque à Cîteaux: entreprises d’écritures au Moyen Âge (XIIe siècle – début du XVIe siècle), Dijon, 7 décembre 2019

Coraline Rey soutiendra sa thèse de doctorat intitulée :

“Archives et bibliothèque à Cîteaux : entreprises d’écritures au Moyen Âge (XIIe siècle – début du XVIe siècle)”

le samedi 7 décembre 2019 à 14h
Université de Bourgogne, Bâtiment Droit-Lettres
Salle du Conseil Droit
2 boulevard Gabriel, 21000 DIJON

Jury :

  • Monsieur François BOUGARD, Professeur d’histoire du Moyen Âge, Université Paris-Nanterre, IRHT-UPR 841 du CNRS, Rapporteur
  • Monsieur Laurent FELLER, Professeur d’histoire du Moyen Âge, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8589-LAMOP, Rapporteur
  • Madame Donatella NEBBIAI, Directrice de recherche émérite au CNRS, IRHT-UPR 841 du CNRS, Examinatrice
  • Monsieur Benoît-Michel TOCK, Professeur d’histoire du Moyen Âge, Université de Strasbourg, EA 3400 ARCHE, Examinateur, membre absent
  • Monsieur Daniel RUSSO, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Bourgogne-Franche-Comté, UMR 7366-Centre Georges Chevrier, Directeur
  • Madame Eliana MAGNANI, Chargée de recherches au CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8589-LAMOP, Co-encadrante
Lieu Salle du conseil – UFR Droit
Source: Laboratoire ARTEHIS

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Mohamed Shahrour (trad. M. Abbès), Pour un islam humaniste. Une lecture contemporaine du Coran, Le Cerf, 2019

Violence, terrorisme, citoyenneté, allégeance à l’État, rapport aux autres religions : nul ne tente au Proche-Orient de penser de manière rénovée l’islam d’aujourd’hui comme le fait Muhammad Shahrour. Réfléchir sur la religion et poser à nouveaux frais son articulation à l’éthique, au politique ou au social constituent pour lui une des tâches les plus urgentes. L’islamologue et exégète syrien, qui suscite de nombreuses réactions dans le monde arabe, interroge ici la définition même du mot « islam ».

Audacieux et radical, ce livre fait table rase de la tradition religieuse et du corpus exégétique, théologique et juridique, afin de faire advenir, à partir du Coran, le geste primordial qui a présidé à la naissance de l’islam. Les résultats de cette recherche surprennent par leur modernité : ils réinstallent les dimensions axiologiques au coeur de la profession de foi islamique et conduisent également à lutter contre l’intolérance.Un livre inégalé qui propose de nombreuses pistes pour le renouvellement de la pensée de la loi, du statut de la femme ou du rapport entre politique et religion.Traduit, présenté et annoté par Makram Abbès, professeur à l’ENS de Lyon

Enseignant à l’université de Damas de 1972 à 2000, Muhammad Shahrour publie en 1990 Le Livre et le Coran, censuré dans de nombreux pays musulmans.

https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/18882/pour-un-islam-humaniste

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Nicolas Faucherre, Les citadelles du roi de France sous Charles VII et Louis XI, Chagny, CeCaB, 2019, 450 p.

Présentation

De 1450 à 1483, Charles VII puis Louis XI ont sécurisé toutes les nouvelles extensions du domaine royal en y construisant des « citadelles », des châteaux de garnison spécifiquement conçus pour surveiller les villes conquises. Au sortir du Moyen Âge, les architectes du roi inventent alors des formes neuves, tant pour mettre en scène la monarchie absolue que pour répondre aux progrès de l’artillerie à poudre. En 30 ans seulement, ils mettent en place les nouvelles solutions de la fortification moderne : ouverture de tir, circulations, tour à canon, ouvrage détaché devant la porte, moineau d’artillerie. Ces seize citadelles, si importantes dans l’histoire de la défense, ont souvent été des forteresses mal aimées, tôt détruites et vite oubliées.

La thèse de Nicolas Faucherre, soutenue en 1993 et publiée ici pour la première fois, a fait sortir de l’ombre ces jalons essentiels de la construction de l’État moderne. Elle reste aujourd’hui encore une référence de premier plan pour l’histoire et la castellologie.

Renseignements sur le site de l’éditeur: Centre de castellologie de Bourgogne (CeCaB)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Hervé Mouillebouche, Châteaux et palais de la Bourgogne médiévale. Recueil d’articles, Chagny, CeCaB, 2019, 596 p.

Recueil d’articles d’Hervé Mouillebouche, maître de conférences HDR en histoire médiévale à l’Université de Bourgogne

Toutes informations sur le site de l’éditeur, le Centre de castellologie de Bourgogne, CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Yves Coativy, Aux origines de l’Etat breton. Servir le duc de Bretagne aux XIIIe et XIVe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 344 p.

Présentation

Ce livre décrit la construction de l’État breton à ses débuts. Loin de la doctrine des Montforts, les ducs de la maison de Dreux administrent entre 1213 et 1341 leur principauté en bons pères de famille, efficaces, économes et sans trop de scrupules. Entourés et aidés de quelques centaines d’officiers et de fermiers, ils administrent de façon très rigoureuse leur domaine. Grâce à une étude systématique des sources et à un important travail de prosopographie des serviteurs des ducs, cet ouvrage apporte un éclairage nouveau sur la Bretagne des XIIIe et XIVe siècles.

Avec le soutien de l’université de Bretagne occidentale.

Tous renseignements (table des matières, introduction et autres) sur le site de l’éditeur : PUR

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Marie-Céline Isaïa, François Bougard et Alexis Charansonnet (éd), Lyon dans l’Europe carolingienne. Autour d’Agobard (816-840), Turnhout, Brepols, 2019, 382 p.

Lyon, capitale des Burgondes (Ve-VIe siècles), avait été marginalisée au temps des royaumes mérovingiens de l’Entre-Seine-et-Rhin, et ses élites décimées par les pouvoirs francs (VIIe-VIIIIe siècles). La création d’un empire par Pépin le Bref puis Charlemagne a changé la donne. Dans une construction politique qui veut unir la Germanie à l’Italie, la Saxe à la Catalogne, Lyon retrouve une place centrale : porte de l’Espagne chrétienne, voie d’accès privilégiée à l’Italie lombarde dont Charlemagne a fait son premier objectif militaire, la ville devient la tête de pont de la présence franque dans le sud de l’Europe.
Le pouvoir carolingien cependant ne s’impose pas à Lyon seulement par la force, mais en y relevant le gouvernement épiscopal. Des évêques choisis par les empereurs pour leurs compétences intellectuelles sont placés à la tête de la cité. Leidrade et Agobard, Amalaire puis Amolon assurent le rayonnement durable de Lyon par l’excellence des écoles qu’ils fondent et qui attirent des clercs de l’Europe entière, ainsi que par la profusion des manuscrits qu’ils réunissent dans la bibliothèque cathédrale. L’intense activité culturelle lyonnaise du IXe siècle n’est pas corsetée par le soutien politique initial des Carolingiens. Au contraire, les clercs proposent des politiques alternatives au gouvernement des princes francs ; ils appellent à la création d’une Europe unifiée par le respect d’une loi unique et la renaissance d’un empire chrétien universel… Des propositions qui tiennent de l’idéalisme et du fondamentalisme biblique, et qui ne seront jamais suivies d’effet.

Le présent volume réunit des contributions rédigées à l’occasion du douzième centenaire de l’élection épiscopale d’Agobard à Lyon (816-840).

Participation de plusieurs membres du CIHAM à l’ouvrage

Table des matières

Michel Rubellin, Introduction

Jean-François Reynaud, Lyon à l’époque d’Agobard (816-840)

David Ganz, Les plus anciens manuscrits de Lyon et leurs annotations, témoins des activités culturelles. Avant l’épiscopat de Leydrade

Claire Tignolet, Les Hispani à Lyon au temps d’Agobard

Cullen J. Chandler, Agobard and Adoptionism. A Controversy Continues

Fernard Peloux, Lyon au temps d’Agobard, réceptacle hispanique et laboratoire hagiographique

Pierre Chambert-Protat, Des computistes au travail sous Agobard. Pour une archéologie de la vie intellectuelle dans le Lyon carolingien

Louis Holtz, La fidélité de Florus envers Agobard. Témoignage de deux manuscrits

Caroline Chevalier-Royet, La Bible d’Agobard

Claire Dantin, Le manuscrit de Fourvière. Un nouveau manuscrit lyonnais de la Dacheriana

Paul Mattei, Les citations de quelques auteurs grecs dans l’Aduersusdogma Felicis d’Agobard de Lyon. Problèmes de critique textuelle

Warren Pezé, Florus, Agobard et le concile de Quierzy de 838  

Kristina Mitalaité, Agobard et la question des images à l’époque de Louis le Pieux

Michel Jean-Louis Perrin, Agobard et Raban dans la crise des années 830

Philippe Depreux, À l’envers du modèle consensuel. Agobard et la dissension

Charlotte Gaillard, Topographie monastique et réforme durant le haut Moyen Âge

Olivia Puel, Architecture et topographie monastique à Saint-Martin de Savigny du IXe au Xe siècle

Susan Rankin, Agobard’s Corrections to the Antiphoner

Jean-Paul Bouhot, Agobard et Amolon

Marie-Céline Isaïa, Agobard, et après ? La réception d’Agobard à Lyon d’après le manuscrit Paris, BnF, lat. 2853

Jean-Benoît Krumenacker, Pierre Rostaing et la bibliothèque carolingienne de Saint-Jean ou la Renaissance ratée d’Agobard

Jean-Louis Quantin, Protestants et parlementaires. La réception paradoxale d’Agobard au XVIIe siècle

François Bougard, Agobard et son milieu. Conclusions

Index

Tous renseignements sur le site de l’éditeur, Brepols

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] Le traitement de la donnée « date » dans les éditions numériques de corpus de sources médiévales.

Atelier du groupe « dates et formules » – COSME2

La date est l’un des premiers critères d’identification et d’analyse de tout document ancien, et pour cette raison l’élément qui figure normalement en tête de toute édition de source, quelle que soit la nature du corpus (diplomatique, épigraphique, sigillographique, etc.). Dans les entreprises d’édition et de bases de données numériques, le traitement de l’élément date n’est pourtant pas sans poser problème. Cela tient à la diversité des modes d’expression de la date en usage au Moyen-Âge (styles chronologiques variables selon l’époque, les régions et les chancelleries, recours au calendrier liturgique), dans certains cas à l’absence de datation explicite et plus marginalement aux opérations de falsifications, qui imposent à l’éditeur de réattribuer à chaque document ou objet une date ou une fourchette de dates exprimée dans un système contemporain et standardisé. Or ces opérations de normalisation sont en elles-mêmes problématiques, par les choix qu’elles impliquent (quel format et quelles règles de datation adopter ? comment traiter des dates incertaines ? etc.) et parce qu’elles comportent un risque de déperdition d’information, lié à la rigidité des formulaires établis dans le cadre de l’édition numérique. Un autre enjeu est celui de l’interopérabilité : la variation des systèmes d’encodage de l’information « date » d’un corpus à l’autre rend aujourd’hui difficile les interrogations et tri croisés selon ce critère.

Le groupe « dates et formules » du consortium COSME2 propose la tenue d’un premier atelier autour de ces questions le jeudi 12 mars 2020 à Poitiers (CESCM) avec pour objectifs :

  • de dresser un état des lieux des pratiques et des problèmes en matière de traitement de l’élément « date » dans les corpus et bases de données numériques récents ou en cours d’édition ;

  • de recenser et d’évaluer les outils susceptibles de faciliter l’interopérabilité et les interrogations croisées (permettant par exemple l’analyse automatique de datation ou la mise en concordance des systèmes de datation médiévaux).

Un second atelier sera organisé à Paris ou à Strasbourg à l’automne 2020, les objectifs finaux étant :

  1. d’établir un référentiel pour le traitement et l’encodage de la donnée « date » dans les différents types de corpus et bases de données, autrement dit de proposer des recommandations pour l’harmonisation du traitement de cette information dans les futurs corpus et bases de données de textes médiévaux ;
  2. de penser les moyens d’une interrogation croisée des différents corpus (moteur(-s) de recherche(-s) commun(-s) ou partagé(-s)) et donc d’une interopérabilité renforcée, sur le critère de la date.

Le format envisagé est celui d’une présentation rapide par chaque participant(-e) des problèmes rencontrés et des choix opérés relativement au traitement de la date dans le cadre de l’édition ou de la base de données numérique dont il ou elle est partie prenante, ainsi que des outils mobilisés et des problèmes ou questions en suspens (10 à 15 minutes), suivie d’une table-ronde.

La date limite est fixée au 15 janvier 2020

Organisateurs : Emilie Kurdziel (U. Poitiers/CECSM) et Thomas Brunner (U. Strasbourg/ARCHE).





 

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Bourses de recherche] Archives départementales du Jura, 2019/2020, date limite de candidature: 6 Décembre 2019

Le Département du Jura propose 3 à 4 bourses par an à de jeunes chercheurs de toute discipline inscrits en enseignement supérieur (Master, Doctorat etc.) et qui doivent recourir de façon importante à l’exploitation d’archives conservées au sein des Archives départementales du Jura pour les besoins de leurs travaux.

Cadre et finalités des bourses départementales de recherche en enseignement supérieur dans le Jura

Parce que le Département du Jura est dépourvu de siège d’université ou de faculté, à l’initiative des Archives du Jura, le Conseil général du Jura a instauré à compter de l’année universitaire 2009-2010 des bourses départementales de recherche en archives afin de promouvoir les études nouvelles et approfondir les connaissances sur le Jura en tout domaine documenté par des sources originales écrites, tout en incitant de jeunes chercheurs à utiliser les très nombreux fonds aux contenus variés conservés par les Archives départementales du Jura.

Outre ce rôle incitatif et financier, il s’agit pour les Archives départementales du Jura d’accompagner aussi les étudiants boursiers dans leurs recherches autant qu’il est besoin, aux côtés de leur directeur de recherche ; le dispositif participe ainsi des activités scientifiques des Archives du Jura et peut inaugurer à plus grande échelle un partenariat avec un centre universitaire sur un thème d’étude précis.

Enfin, les Archives du Jura favorisent la diffusion des résultats de recherche des étudiants auprès des Jurassiens et des Comtois.

 

Obtenir une bourse départementale de recherche

L’obtention d’une bourse est conditionnée par une résidence en France depuis au moins 3 ans et la nécessité de consulter et d’employer des documents conservés aux Archives départementales du Jura pour établir une part principale ou très notable du mémoire ou de la thèse.

L’étudiant remet aux Archives départementales du Jura un dossier par courrier postal (BP 14, 39570 Montmorot) comprenant le formulaire de demande de bourse, une courte présentation du mémoire ou de la thèse préparée, une liste des documents conservés aux Archives du Jura et devant être étudiés pour l’objet du mémoire ou de la thèse, un justificatif d’inscription dans l’établissement d’enseignement supérieur, une lettre de recommandation du directeur de recherche. Pour l’année universitaire 2019-2020, les dossiers doivent être reçus à partir du 2 septembre 2019 et au plus tard le 6 décembre 2019

L’attribution de la bourse de recherche se fait après examen du dossier. Y est particulièrement vérifiée la pertinence des sources listées par l’étudiant par rapport au sujet de sa recherche.

Pendant ses études, et même en amont de sa demande de bourse, l’étudiant peut recevoir conseil et aide méthodologiques et être orienté parmi les fonds par le directeur ou le personnel qualifié des Archives.

Les bourses attribuées pour une année universitaire sont reconductibles chaque année pendant la durée de préparation du mémoire ou de la thèse, sur présentation des justificatifs de poursuite d’études requis au règlement d’attribution des bourses.

L’étudiant s’engage à remettre, après l’obtention de son diplôme, un exemplaire papier exhaustif de son mémoire ou de sa thèse aux Archives qui l’incluront au sein de leur bibliothèque historique. Lors de cette remise, il sera demandé à l’étudiant de bien vouloir préciser par écrit les modalités de communication et de reproduction de ses travaux en salle de lecture des Archives, une incommunicabilité de 10 ans maximum étant possible, par exemple si l’étudiant poursuit ses travaux ou entreprend de les publier.

 

Présenter aux Jurassiens les résultats de recherches nouvelles

Les étudiants ayant obtenu une bourse départementale de recherche sont particulièrement invités, à l’issue de leur mémoire ou de leur thèse, à transmettre au public du Jura les résultats de leurs travaux. Le cadre privilégié de cet échange est l’une des séances de la Société d’émulation du Jura (SeJ) pour une communication d’environ 3/4 d’heure, suivie d’un débat avec le public ; les séances ont lieu un samedi par mois d’octobre à juin, de 15 heures à 17h30 environ. La communication est généralement suivie de sa publication au bulletin annuel des Travaux de la Société d’émulation du Jura, ce qui offre souvent de surcroît une première occasion aux étudiants d’éditer de façon professionnelle un texte d’étude.

Depuis 2018, les étudiants peuvent aussi proposer de donner une conférence plus longue aux Archives du Jura ou dans un autre cadre approprié au thème de leur recherche.

=> Contacter pour proposer une communication à la SeJ ou une conférence, s’adresser aux Archives : 03.84.47.41.28 ou formulaire de contact, ou à la SeJ : socemuljura@free.fr.

Règlement d’attribution des bourses et formulaire de demande de bourse téléchargeables : Archives départementales du Jura

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Effet de réel, effet du réel: la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janvier 2021) [Date limite: 31 mars 2020]

Organisation

Université de Poitiers – CESCM – CNRS, en collaboration avec la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl

Comité d’organisation : Claudio Galderisi

Vladimir Agrigoroaei, Christelle Chaillou, Pierre-Marie Joris, Pierre Levron, Cinzia Pignatelli

Présentation

La question du réel est tout entière celle des lettres médiévales : de leur réalité matérielle et intellectuelle, de leur horizon de production et de réception, de leurs auteurs affichés ou anonymes, de leur vocation. Mais qu’est-ce que le réel au Moyen Âge ?

Qu’il s’agisse de la matérialité de l’œuvre, de sa paternité, des commanditaires ou des destinataires qui en éclairent l’existence, des faits de langue qui la connotent, la localisent, la datent, l’inscrivent dans un continuum linguistique, des enjeux intellectuels, politiques ou religieux qui la subsument ou de la création poétique ou fictionnelle qui en fait une réalité littéraire à la fois subsidiaire et autonome par rapport à l’horizon temporel dans lequel le texte est écrit, la recherche est confrontée à l’éternel calibrage de la bonne distance critique. Si ce que l’on doit comprendre est déjà en partie compris dans le texte, il est alors indispensable pour l’herméneute de savoir reconnaître ce que l’intention des auteurs a voulu faire apparaître dans l’œuvre pour qu’elle soit ainsi comprise, de savoir identifier ce que s’y est glissé et qui constitue la partie résiduelle du cercle herméneutique que seuls le temps et la recherche peuvent espérer mettre au jour.

Le premier de ces deux réels, que Roland Barthes a baptisé « effet de réel », paraît signaler des processus esthétiques qui jouent sur les ressorts de l’illusion référentielle et de la suspension d’incrédulité. Le second, que Nancy Regalado a appelé avec une formule heureuse « effet du réel », semble désigner les traces plus ou moins conscientes des relations biunivoques que le texte entretient avec la réalité extratextuelle. Ainsi posés l’un en face de l’autre, ces deux réels semblent recouvrir la presque totalité des lettres médiévales. Rares sont en effet les œuvres où l’auteur n’a pas essayé d’entraîner le lecteur vers un monde en trompe l’œil ; encore plus rares sont les textes qui ne révèlent pas des signes, du moins à nos yeux, de la réalité historique, linguistique ou intellectuelle dont ils sont à la fois le reflet et le creuset.

Or la notion de réel n’est évidemment pas la même au Moyen Âge et aujourd’hui ; elle est aussi très différente pour un auditeur de la matière de Bretagne ou des chansons de geste au XIIe siècle ou pour un lecteur de Charles d’Orléans et de François Villon à la moitié du XVe siècle.

Les lettres médiévales posent à l’herméneute une multitude de questions qui gravitent autour de ces deux réels et de leurs seuils. Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas pour un lecteur médiéval qui croit davantage aux merveilles et aux miracles qu’à la réalité qui l’entoure ? En lisant le Roman d’Eneas, dont l’auteur ne revendique pas la source réelle, le lecteur médiéval reconnaît-il dans ce silence une volonté de dissimuler l’effet du réel, une sorte de refus de l’effet de réel ou un effet du réel poétique ? Et que pense ce même lecteur devant ce que nous appelons le topos du livre source qu’il rencontre dans un grand nombre de romans arthuriens ? Effet de réel ou effet du réel, ou les deux, selon que l’on se situe du côté de l’auteur ou d’un lecteur pas toujours suffisant ? Que perçoit au juste ce lecteur de l’effet du réel ? Les enjeux historiques, idéologiques, dynastiques qui traversent les lettres médiévales et qui expliquent en partie les choix des auteurs, sont-ils compris comme des effets du réel par des lecteurs qui seraient en dehors du cercle des commanditaires ou destinataires ? L’effet de réel du lecteur médiéval est-il le même que croit reconnaître aujourd’hui l’herméneute en quête d’illusion référentielle ? Et, a contrario, comment se façonne pour un auteur médiéval et pour son propre lecteur la perception du réel ? Robert de Clari décrivant Constantinople reflète-t-il ce qu’il voit ou témoigne-t-il de la diffusion de la matière d’Antiquité dans son milieu culturel ? Y a-t-il une langue pour les effets de réel et une langue propre à l’effet du réel ? Ces deux effets sont-ils l’un et l’autre associés spécifiquement à des motifs, à des genres, à des matières ? L’illusion référentielle opère-t-elle de la même manière dans un poème en vers ou dans un récit en prose ? La réalité psychologique et la réalité historique peuvent-elles modifier l’interaction entre ces deux réels jusqu’à parfois les confondre ? Enfin, comment la réalité plurielle du texte médiéval s’articule-t-elle avec ces deux expressions de la subjectivité littéraire ?

Il ne s’agit là que de quelques-unes parmi les interrogations que pose la question du réel, sous toutes ses formes, dans les textes médiévaux. Ces questions seront abordées lors des deux journées de communications et dans les conférences du samedi ouvertes au grand public : au réel de la ville. Le colloque sera structuré en quatre séances qui recouvrent les principales questions ici évoquées et qui correspondent à autant d’approches du sujet : épistémologique, historique et historiographique, linguistique, esthétique.

Les propositions de communication (titre et résumé), seront soumises au comité scientifique du colloque. Elles sont à adresser à colloqueCESCM2021@gmail.comavant le 31 mars 2020.

Comité scientifique : Martin Aurell, Joëlle Ducos, Jean-Marie Fritz, Claudio Galderisi, Nancy Regalado, Jean-Claude Schmitt, Jean-René Valette, Jean-Jacques Vincensini, Fabio Zinelli, Michel Zink.

 

Affiche et version imprimable de l’appel à communication :

https://cescm.hypotheses.org/files/2019/11/Colloque_CERSCM-SLLMOO_effetder%C3%A9el_janvier2021.pdf

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Formation] Les archives notariales (Paris, Ecole des Chartes, 14-15 janvier 2020)

Présentation

Initiation à la connaissance historique, institutionnelle et diplomatique des fonds notariaux, pour servir à leur traitement archivistique et à leur exploitation scientifique.

Lieu

École nationale des Chartes, 65 rue de Richelieu, Paris 2e

Programme

14 – 15 janvier 2020 de 9 h 30 à 17 h

  • Histoire de l’institution notariale
  • Typologie des actes notariés
  • Ressources pour la compréhension des actes notariés
  • Diplomatique des actes notariés
  • Sources notariales et écriture de l’histoire

Des séances de travaux pratiques sont prévues sur le site du CARAN.

Inscription

Date limite des inscriptions : 21 décembre 2019

Modalités et lien vers le formulaire d’inscription:

http://www.chartes.psl.eu/fr/formation-continue/archives-notariales

Contact

École nationale des chartes
Service de la formation continue
65, rue de Richelieu – 75002 Paris
T. +33 (0)1 55 42 21 53
formation.continue @ chartes.psl.eu

Tarifs

Si vous êtes étudiant ou doctorant, veuillez nous contacter à l’adresse : formation.continue @ chartes.psl.eu

Si votre institution ou organisme de rattachement relève du secteur public, le tarif appliqué aux droits d’inscription sera indiqué comme « public » (420 €).

Si, en revanche, votre institution ou organisme de rattachement relève du secteur privé, le tarif appliqué aux droits d’inscription sera indiqué comme « privé » (840 €).

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Jean-Louis Gaulin et Giacomo Todeschini (études réunies par), Male ablata. La restitution des biens mal acquis (XIIe – XVe siècle), Rome, Ecole française de Rome, 2019, 274 p.

Présentation

Dans l’Occident médiéval, à partir du XIIe siècle, la question des biens mal acquis rencontre celle de la restitution, cet acte par lequel le bon chrétien s’engage à rendre les richesses acquises illicitement pour être en accord avec l’enseignement de l’Église et avec sa conscience. Les male ablata ont souvent pour origine – mais non exclusivement – des relations de crédit abusives, usuraires, que la restitution permet précisément de réparer en indemnisant, directement ou indirectement, les débiteurs lésés. Du XIIe au XVe siècle, des sources variées documentent ce mouvement de restitutio male ablatorum, depuis les dispositions pontificales, les questions théologiques et les commentaires des canonistes jusqu’aux testaments et donations inter vivos, en passant par des promesses de restitution ou des actes judiciaires. Pour interroger cette documentation, il importe avant tout de se dégager d’un a priori historiographique très répandu qui en réduit la portée à une simple moralisation hypocrite, pour satisfaire l’Église, des pratiques économiques des marchands médiévaux. Les textes réunis dans ce volume s’appuient sur des dossiers documentaires inédits et apportent une première réponse aux questions historiques posées par la restitution des biens mal acquis : quels en furent les acteurs, les bénéficiaires et les intermédiaires, quelles en furent les modalités, la chronologie et la place dans les sociétés médiévales ? 

Table des matières :

http://www.publications.efrome.it/opencms/export/sites/efrome/documenti/CEF_547_13-tdm.pdf

 

Introduction de l’ouvrage, résumés et renseignements sur le catalogue de l’Ecole française de Rome :

http://www.publications.efrome.it/opencms/opencms/menu/catalogo/index.html?id=0&titolo=Male%20Ablata&ricerca=D

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Sylvain Parent, Le pape et les rebelles: trois procès pour rébellion et hérésie au temps de Jean XXII (Marche d’Ancône, Romagne, Lombardie), Rome, Ecole française de Rome, 2019, 700 p.

Présentation

Dans les années 1320, dans un contexte de grande effervescence politique dans la péninsule italienne, le pape Jean XXII (1316-1334) lance une offensive judiciaire sans précédent contre ceux qu’il considère comme des rebelles et des ennemis de l’Église. Ces attaques touchent en premier lieu les membres de lignages puissants, prestigieux et en pleine ascension qui, en Italie du nord comme dans les territoires sous domination pontificale, tentent d’établir des seigneuries héréditaires et soutiennent ouvertement l’Empire (Visconti, Montefeltro, Este, Della Scala, etc.). Face à l’impossibilité de ramener ces opposants dans le droit chemin par la diplomatie et par les armes, la papauté finit par confier leur poursuite à l’Inquisition, déplaçant ainsi le combat sur le terrain de la foi. 
Cet ouvrage regroupe trois de ces procès emblématiques du pontificat de Jean XXII, conservés au Vatican dans les très riches fonds des Archives secrètes et de la Bibliothèque apostolique. Le premier implique plusieurs rebelles de la cité de Recanati, dans la Marche d’Ancône, poursuivis notamment pour idolâtrie ; le deuxième vise deux membres éminents de la famille des Este, les marquis Rinaldo et Obizzo, qui imposent leur domination sur Ferrare, en Romagne ; le troisième enfin est intenté contre la puissante famille milanaise des Visconti et leurs très nombreux soutiens et partisans en Italie du nord. Toutes ces affaires offrent un témoignage de premier plan sur l’activité de l’Inquisition dans l’Italie du premier Trecento et permettent, chacune à leur manière, d’interroger les liens qui se tissent alors, par l’intermédiaire du procès, entre rébellion et hérésie. 
 
Table des matières :

http://www.publications.efrome.it/opencms/export/sites/efrome/documenti/SD_09_TdM.pdf

Introduction de l’ouvrage et autres renseignements sur le catalogue de l’Ecole française de Rome :

http://www.publications.efrome.it/opencms/opencms/menu/catalogo/index.html?id=0&titolo=Le%20pape%20et%20les%20rebelles&ricerca=D

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[bourse/financement] prix de thèse moyen-orient et mondes musulmans 2020

Appel à candidatures pour le Prix de thèse Moyen-Orient et mondes musulmans 2020

Le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans et l’Institut d’étude de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM, UMS 2000) organisent en 2020 la septième édition du Prix de thèse Moyen-Orient et mondes musulmans. Sont éligibles des travaux soutenus en français ou en France entre le 1erseptembre 2017 et le 31 décembre 2019, dans toutes les disciplines des lettres et sciences humaines et sociales.

Plusieurs prix seront attribués et remis solennellement à la fin de l’année académique 2019-2020 :

  • Les prix généraux du GIS et de l’IISMM, récompensant des travaux remarquables dans toutes les disciplines SHS et pour toutes les aires (Maghreb, Moyen-Orient mondes musulmans)
  • Le prix Mohammed Arkoun de la meilleure thèse en islamologie, organisé avec le soutien du Bureau Central des Cultes (BCC-Direction des Libertés Publiques et des Affaires Juridiques), ministère de l’Intérieur, et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
  • Le prix de la meilleure thèse francophone sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, organisé avec le soutien de la Direction régionale de l’AUF au Moyen-Orient.

Conditions générales de candidature :

  • Avoir soutenu entre le 1erseptembre 2017 et le 31 décembre 2019 une thèse en français ou en France sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en lettres et sciences humaines et sociales (pour les prix généraux) ou
  • Avoir obtenu les félicitations du jury (dans les universités où cela se pratique).
  • Avoir envoyé un dossier complet au GIS Moyen-Orient et mondes musulmans selon les modalités ci-dessous, au plus tard le vendredi 10 janvier 2020.

Conditions particulières pour le prix de l’AUF :
Le candidat, citoyen d’un des treize pays couverts par la Direction régionale de l’AUF au Moyen-Orient, doit avoir soutenu sa thèse en français, soit dans son pays, soit en France même, dans les délais et dans les disciplines indiquées ci-dessus.

Composition du dossier :

  • Un exemplaire électronique de la thèse au format PDF.
  • Un exemplaire du rapport du jury en format PDF. Pour les universités étrangères où il n’existe pas de rapport, prière de joindre deux lettres de recommandation : la première du directeur de thèse, la seconde d’un autre universitaire.
  • Un CV et une liste des publications en format PDF.

NB : Si le rapport n’est pas disponible le 10 janvier 2020, il est possible de le faire parvenir ensuite.

Dossier à envoyer par e-mail (thèse en PDF, rapport de soutenance, CV) : prix.momm[at]gmail.com et direction.gis[at]ehess.fr

Prix de thèse 2020

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[financement] Allocation de l’AFHE Jean Heffer (date limite : 30/11)

À l’occasion de son prochain congrès  (https://afhe.hypotheses.org/11738), l’AFHE va allouer une allocation de recherche en archive de 1000 € en l’honneur de Jean Heffer.

Critères d’éligibilité

Peuvent candidater les étudiant.es inscrit.es en Master 2 et en doctorat, en France ou dans un pays francophone, et travaillant sur un sujet d’histoire économique, sans restriction de période.

Les pièces à fournir sont :

  • une lettre du directeur de recherches justifiant l’intérêt de la mission
  • un projet de recherche (6 000 signes)
  • une liste détaillée des archives à consulter

Les candidat/es doivent être adhérents de l’association à jour de leur cotisation.

Calendrier

Les propositions sont à envoyer à l’adresse de la secrétaire générale de l’AFHE : anne.conchon@univ-paris1.fr en indiquant dans l’objet du message “Allocation Archives AFHE 2019” jusqu’au 30 novembre 2019.

Jury

Le/la lauréat/e sera désigné/e par le comité directeur de l’AFHE

Conditions

Le/la lauréat/e, s’engage à :

  • Présenter son projet de recherche dans le cadre du congrès de l’AFHE en quelques minutes.
  • Rédiger un compte-rendu de sa mission dans un délai de trois mois après la fin de sa mission pour diffusion sur le site de l’AFHE
  • Participer au congrès suivant de l’AFHE pour exposer le résultats de ses recherches.

Le versement s’effectuera sur présentation du titre de transport. L’allocation couvrira le billet de train ou d’avion et des per diem (groupe 1 de http://pauillac.inria.fr/~leifer/ijeuro/#info) calculés en fonction de la longueur du séjour, pour un maximum de 1000 euros.  Elle sera versée avant le début du séjour.

Bien que l’allocation soit cumulable avec une autre subvention, le/la lauréat/e s’engage à ne pas demander un double remboursement pour les mêmes dépenses.

https://afhe.hypotheses.org/12294


Plus de détails sur le congrès : https://afhe.hypotheses.org/11738
L’inscription est obligatoire : https://forms.gle/rECXZH8hjNQTKbqu6

 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

[Candidature] École d’été MIDA/ENIS Spring School 2020, Catane, 2-8/03/2020 (limite : 25 déc. 2019)

Appel à candidature : The Innovative Training Network  “Mediating Islam in the Digital Age” (MIDA) and the European Network for Islamic Studies (ENIS) organise the “Contesting authority: knowledge, power and expressions of selfhood”

Info : https://www.ehess.fr/fr/appels-%C3%A9tudiants/midaenis-spring-school-2020?fbclid=IwAR09HGXKfTtb3gEY0Thz0G2Nol2zd-5LJoHMso1F612LmgmEq2QCzgUT-6g

  • Date: Monday 2nd – 8th of March 2020
  • Venue: Catania, Sicily
  • Premises: Università degli Studi di Catania, Palazzo Pedagaggi, Via Vittorio Emanuele II 49, 95131 Catania, Sicily (Italy)

Date limite/Deadline : Wednesday, 25th of December 2019

 

  • Theme: Contesting authority: knowledge, power and expressions of selfhood

The ENIS Spring School 2020 addresses two closely interrelated aspects of Islam in the digital age. Firstly, how (past and contemporary) technological revolutions have informed the performance of selfhood (including gender), the modes of engagement with society, and the political consequences of shifting boundaries between public and private spheres. Secondly, it addresses the construction and transformation of religious authority and religious knowledge production, and concomitant questions of legitimacy, power and discipline, under changing circumstances.

Presently there is a mushrooming of YouTube channels presenting testimonials and life accounts, face book pages providing space for minority groups (e.g. homosexuals or ex-Muslims) that publicise previous hidden aspects of identity, as well as blogs and homemade videos communicating everyday life events or short clips showing artistic performance in an affordable non-celebrity style sharing them with a wide audience. Quite often they contain an (implicit) political statement about the societies in which the expressions are uttered, not only in the message but also in the mere fact of the utterance.

(Young) people in the Muslim world, like elsewhere, share more and more aspects of self, including more intimate and previously hidden ones, or experiences with ‘illegality’. These new digital forms of self-expression also entail a claim to space for individualised selfhood. Out of sight of different regimes of surveillance, forms of marginality, secret lives and intimate experiences take on a more public form. With that it questions dominant forms of authority, whether parental, communal, religious or political. The Muslim / Arab world is usually characterised as stressing communal or relational forms of identities and putting less emphasis on individualised selfhood in comparison to the West. The Arab Uprisings first seemed to overturn some deeply rooted forms of authority, including with respect to political power, but now long-established authoritarian forms of power with their different nuances appear to be square back. Yet several observers notice a ‘silent revolution’ taking place on an individual level, asserting individual selfhood and rights. Do these new forms of self-narratives and artistic performances offer us insight into the development of new forms of selfhood?  What are the most important characteristics and expressive forms of these new forms of selfhood? What are the potential political consequences of new forms of self-understanding and expression?

Issues of selfhood and artistic performance are closely linked to questions of legitimacy, power and discipline. Muslims have held varying, sometimes conflicting, views on the extent to which knowledge and authority are exclusive of a single figure, a masculine ‘professional’ group, or distributed in society, how knowledge should be transmitted and controlled, and the literary forms that it should take, and how it should be reproduced.

The widely held assumption that in the pre-digital era Islamic reasoning was a collective matter of established scholars and theology-centred argumentation lacks historical pedigree. The individual as a political subject emerged centuries before the dawn of digital technology. This also questions the assumption that religious authority was uncontested, only to be challenged very recently by the same technological innovations. Questioning ‘established’ religious authorities and addressing new audiences is as old as Islam. The invention of paper, the rise of literacy and the emergence of ‘calligraphic states’, and not least the spread of print technology have had profound influence on authority and knowledge production, but also generated new expressions of selfhood. Digitisation has intensified this process in an unprecedented way, resulting in the rise of new intellectuals, the feminisation of contestation, the ‘democratisation’ of knowledge production, the emergence of new audiences and discursive communities, the relocation, subjectivation, and fragmentation of authority, but also in new forms of community building, online and offline. Finally, digitisation also prompted ‘established’ religious authorities to reflect upon these newly arising challenges and how to effectively cope with them.

The organisers of the MIDA/ENIS Springschool 2020 invite researchers to reflect on these issues from the perspective of their own research and present their work. In order to enhance historical comparison and analytical depth, we very explicitly call not only on researchers working on contemporary issues, but also those who deal with Islam in the past.

Requirements for applications

PhD candidate students and advanced MA students, whose research focuses on this topic without limitation to Islamic societies or Islam, are invited to apply for participation.

Please note:

  • Candidates enrolled at French and Spanish universities are invited to apply at IISMM
  • Candidates enrolled in Italian universities are invited to apply at SeSaMO
  • Candidates enrolled in Dutch universities are invited to apply at NISIS
  • Candidates enrolled in German universities are invited to apply at the CNMS

Candidates enrolled in other universities than the ones mentioned are requested to apply at one of the four institutions only.

It is mandatory to specify in the application: Application Springschool 2020

Successful applicants may receive some funding from the Selection Committee.

Scientific Committee

  • Prof. Pascal Buresi (CNRS, EHESS-IISMM)
  • Prof. Albrecht Fuess (CNMS/University of Marburg)
  • Maike Neufend (CNMS/University of Marburg)
  • Dr. Jens Heibach (German Institute of Global and Areas Studies, and Marburg University)
  • Prof. Christian Lange (Director NISIS)
  • Dr. Pénélope Larzillière (IRD)
  • Prof. Daniela Melfa (SeSaMO president, University of Catania)
  • Prof. Karin van Nieuwkerk (Radboud University Nijmegen)
  • Prof. Thijl Sunier (Stichting VU)
  • Prof. Gerard Wiegers (UvA)

Applications must include the following:

  • a CV
  • a motivation letter
  • a one-page description of your PhD or MA project
  • a title and an abstract* of 300 words (max.) of your presentation (15 minutes) to be given at the spring school
  • a short biography* of 50 words (max. in the third person)

Please note the following:

Successful applicants must arrange their own visa (if applicable), transport and accommodation (except for the participants through IISMM, whose transport and accommodation will be taken care of).

  • About MIDA

The MIDA-project rests on the premise that technological innovations today and in the past have had a tremendous and unprecedented influence on Islam: on the modes of expression and communication of religious messages and traditions, and on the modes of engagement with society, and ultimately also on religious doctrines. In short, they have unleashed forces that have ultimately changed the face of religion This holds true as much for contemporary digitisation as for previous technological transformations. Instead of singling out one specific technological landmark as unique, subsequent innovations and transformations must be brought together into one analytical frame.

  • About ENIS

ENIS (European Network for Islamic Studies) stems from the collaboration of various European academic institutions: NISIS (the Netherlands Interuniversity School for Islamic Studies), IISMM (l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman), CSIC (Consejo superior de investigaciones científicas), Philipps-University of Marburg, and SeSaMO (Società Italiana di Studi sul Medio Oriente).

*If your application is successful these will be used in the digital program booklet.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Forced Conversion in Christianity, Judaism and Islam Coercion and Faith in Premodern Iberia and Beyond (Brill, nov 2019.)

Abstract

Focusing on the Iberian Peninsula but examining related European and Mediterranean contexts as well, Forced Conversion in Christianity, Judaism and Islam traces how Christians, Jews, and Muslims grappled with the contradictory phenomenon of faith brought about by constraint and compulsion. Forced conversion brought into sharp relief the tensions among the accepted notion of faith as a voluntary act, the desire to maintain “pure” communities, and the universal truth claims of radical monotheism. Offering a comparative view of an important yet insufficiently studied phenomenon in the history of religions, this collection of essays explores the ways in which religion and violence reshaped these three religions and the ways we understand them today.

https://brill.com/view/title/56276

Table of Contents

Introduction: Forced Conversion and the Reshaping of Judaism, Christianity and Islam: Tradition, Interpretation, History

By: Mercedes García-Arenal and Yonatan Glazer-Eytan

Pages: 1–31

Uses and Echoes of Visigothic Conciliar Legislation in the Scholastic Controversy on Forced Baptism (Thirteenth and Fourteenth Centuries)

By: Elsa Marmursztejn

Pages: 33–59 

“Qui ex Iudeis sunt”: Visigothic Law and the Discrimination against Conversos in Late Medieval Spain

By: Rosa Vidal Doval

Pages: 60–85 

Theorizing Coercion and Consent in Conversion, Apostasy, Ordination, and Marriage (Sixteenth and Seventeenth Centuries)

By: Isabelle Poutrin

Pages: 86–109

Again on Forced Conversion in the Almohad Period

By: Maribel Fierro

Pages: 111–132

The Intellectual Genealogy of Almohad Policy towards Christians and Jews

By: David J. Wasserstein

Pages: 133–154  

Medieval Jewish Perspectives on Almohad Persecutions: Memory, Repression and Impact

By: Alan Verskin

Pages: 155–172

On the Road to 1391? Abner of Burgos / Alfonso of Valladolid on Forced Conversion

By: Ryan Szpiech

Pages: 175–204

The Development of a New Language of Conversion in Fifteenth-Century Sephardic Jewry

By: Ram Ben-Shalom

Pages: 205–234 

 Incriminating the Judaizer: Inquisitors, Intentionality, and the Problem of Religious Ambiguity after Forced Conversion

By: Yonatan Glazer-Eytan

Pages: 235–265  

The Coerced Conversion of Convicted Jewish Criminals in Fifteenth-Century Italy

By: Tamar Herzig

Pages: 266–289 

“Neither through Habits, nor Solely through Will, but through Infused Faith”: Hernando de Talavera’s Understanding of Conversion

By: Davide Scotto

Pages: 291–327

Remembering the Forced Baptism of Jews: Law, Theology, and History in Sixteenth-Century Portugal

By: Giuseppe Marcocci

Pages: 328–353

Theologies of Baptism and Forced Conversion: The Case of the Muslims of Valencia and Their Children

By: Mercedes García-Arenal

Pages: 354–385  

Epilogue: Conversion and the Force of History

By: David Nirenberg

Pages: 386–403

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire-Atelier] «Concevoir le territoire du long Moyen Âge», Lyon, laboratoire ArAr, 29/11/19

Séminaire-atelier de l’équipe 3 de l’Axe 5 Territoires du laboratoire ArAr, organisé par Emma Bouvard et Franck Chaleat, chercheurs associés au laboratoire.

Ce séminaire se veut un lieu et un moment d’échanges et de présentations, qui permettent aux étudiants et aux chercheurs de confronter leur démarche, leur expérience mais aussi leur discours à propos des territoires du passé en Auvergne-Rhône-Alpes.


Il aura lieu le vendredi 29 novembre 2019 de 8h45 à 17h à l’Université Lyon 2,  86 rue Pasteur – Lyon 7e, amphi Benveniste.

Télécharger l’affiche 

Programme

 

Source : https://www.arar.mom.fr/recherche-et-activites/seminaires-d-archeologie/concevoir-le-territoire-du-long-moyen-age

 

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Colloque] Les agents du cadastre. Hommes, pratiques, réseaux

Informations pratiques

Date: 4-6 décembre 2019

Lieu: Auditorium des Archives départementales de la Haute-Savoie, 37bis avenue de la Plaine, 74000 Annecy

Organisateurs: Académie salésienne (Laurent Perrillat, président et Sébastien Savoy, vice-président) et Archives départementales de la Haute-Savoie (Hélène Maurin, directrice et Julien Coppier, adjoint à la directrice)

Comité scientifique: Académie salésienne (Laurent Perrillat et Sébastien Savoy) ; Archives départementales de la Haute-Savoie (Hélène Maurin et Julien Coppier) et de la Savoie (Jean Luquet et Sylvie Claus); Groupe de recherches sur les compoix / université de Toulouse (Jean-Loup Abbé, Bruno Jaudon, Florent Hautefeuille et Jean Le Pottier); Université de Savoie-Mont-Blanc (Frédéric Meyer et Christophe Gauchon); Archivio di Stato de Turin (Elisabetta Reale et Marco Carassi) et Université de Valence, Espagne (Antoni Furió)

Présentation du colloque international

Hommes, pratiques, réseaux : derrière ces mots, il s’agit d’entrevoir l’aspect humain (qui sont les agents du cadastre, quelle est leur activité, comment peut-on les situer socialement…), mais aussi les méthodes de travail, la formation, les techniques professionnelles qu’ils adoptent. Les travaux du colloque s’attachent aussi aux modèles et influences. L’aspect « réseaux » englobe naturellement le tissu relationnel de ces agents, mais aussi les liens avec les institutions, les communautés, les notaires. Les monographies individuelles, familiales ou d’entreprises sont retenues, pour repérer et décrire des réseaux socioéconomiques et socioprofessionnels très peu connus. Cela permet aussi de réfléchir à la question de la transmission des affaires, des savoirs et des savoir-faire des agents cadastraux, question demeurant, pour l’heure encore, une terra incognita. De plus, les agents cadastraux semblent des intermédiaires entre les populations et les élites : cette activité est-elle à temps complet et permet-elle des ascensions sociales ? Quels sont la place et le statut socioéconomique des agents cadastraux dans la société (situation dans la hiérarchie, « réputation », fortune) ?

Le cadre chronologique adopté va du Moyen Âge à nos jours avec un éclairage contemporain, grâce à des interventions d’acteurs actuels : géomètres-experts, direction des finances publiques. La zone géographique envisagée s’étend essentiellement sur la France méridionale, l’Italie, l’Espagne et la Suisse.

 

Programme, résumés des interventions et modalités d’inscription (obligatoire) sur le site du colloque: https://agentscadastre.sciencesconf.org/

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[financement] Bourses de recherche de la société mabillon (date limite: 31/01/2020)

Règlement relatif à l’attribution de bourses de recherche par la Société Mabillon (arrêté par le Conseil d’administration du 24 juin 2019)

1. Pour contribuer au développement des études dans son champ d’activité, la Société Mabillon institue des bourses de recherche en faveur de jeunes chercheurs de toutes nationalités.


2. Ces bourses, d’un montant de 500 à 1 000 €, sont destinées à apporter une aide financière à des recherches dans les archives et bibliothèques, notamment pour la préparation d’articles.


3. Les bourses sont attribuées à des chercheurs préparant le doctorat ou titulaires de celui-ci depuis moins de quatre ans à la date de candidature. Exceptionnellement, pourront aussi être retenus des candidats n’entrant pas dans ces catégories.


4. Les dossiers de candidature, rédigés en français, sont à adresser avant le 31 janvier à la Société (aux deux adresses suivantes : stella.querol@cnrs-orleans.fr et sebastien.barret@cnrs-orleans.fr). Ils comporteront :
a. Un curriculum vitae du candidat, incluant une liste de ses     travaux et publications antérieurs ;
b. Une note de présentation du projet pour lequel il sollicite une bourse (max. 5 000 signes) ;
c. Une évaluation des coûts prévus pour la réalisation du projet ;
d. Une attestation du directeur de thèse ou d’une personnalité scientifique appuyant le projet.


5. Le Bureau de la Société confie l’examen de chaque dossier de candidature à un membre du Conseil d’administration, qui rédige un rapport écrit. La décision d’attribution des bourses appartient à un
comité composé du Bureau de la Société, du directeur de la Revue et du responsable de la Rédaction. Les décisions, qui ne peuvent faire l’objet de réclamations ou de recours, sont notifiées aux intéressés
avant le 30 avril suivant.


6. Les bénéficiaires d’une bourse fourniront à la Société (mêmes adresses que les dossiers de candidature), avant le 31 janvier suivant la date d’attribution, un compte rendu scientifique et financier d’utilisation de la somme allouée. Ils sont invités à accorder une priorité à la Revue Mabillon pour publier une étude
éventuellement issue des travaux financés par la bourse. Cet article sera soumis aux procédures ordinaires d’évaluation en vigueur pour les textes proposés à la Revue, qui pourra ou non le retenir.


7. Le Président de la Société rendra compte à l’Assemblée générale ordinaire des attributions de bourses de l’année précédente et des rapports rendus par les boursiers.


8. La dotation globale destinée au financement des bourses est arrêtée chaque année par l’Assemblée générale ordinaire de la Société, sur proposition du Trésorier. Le comité d’attribution défini à l’article 5 détermine, à l’intérieur de cette enveloppe, le montant alloué à chacun des lauréats qu’il retient en tenant compte de la nature de son projet et des besoins exprimés. Si une partie de la dotation n’est pas distribuée, elle est réaffectée au budget annuel de la Société.


9. La Société et la Revue Mabillon feront connaître le présent dispositif de bourses par tous les moyens qu’elles estimeront appropriés.

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts