Appel à communication, École internationale d’été »Understanding Mediterranean Collections », Aix-en-Provence/Marseille, 8-17/07 (date limite : 06/05)

Coordination

Emmanuelle Chapron (MMSH-TELEMMe), Véronique Ginouvès (MMSH), Cyril Isnart (IDEMEC), Julien Loiseau (IREMAM), Aude Fanlo (MuCEM).

Présentation

La Maison méditerranéenne des sciences de lhomme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (IFPO), et dans le cadre du Réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), organise une école d’été internationale à Aix-enProvence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019. 

“Collections en Méditerranée / Understanding Mediterranean Collections” propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes. 

Les études méditerranéennes s’appuient sur des ensembles de sources – archives, imprimés, manuscrits, iconographie, objets, vestiges archéologiques, documents sonores et audiovisuels – conservés dans des bibliothèques, des dépôts d’archives, des musées, des bases de données numériques. Ces ensembles sont souvent utilisés par les chercheurs sans tenir compte de leur statut de collection. Or ces ensembles sont le fruit d’opérations de rassemblement, de tri, de conservation, de transmission, parfois de dispersions, de destructions partielles ou totales, de reconstitutions virtuelles ou matérielles. Leur histoire peut être ancienne, stratifiée, mal documentée, ou résulter d’initiatives récentes, chargées d’enjeux politiques et culturels très vifs. Leur traitement archivistique peut aussi les avoir transformées, en particulier lorsqu’elles ont été numérisées et que leur structuration en formats de données informatiques les a rendues plus accessibles, plus visuelles, plus facilement utilisables.

Comment la constitution des collections a-t-elle accompagné la construction et l’évolution de l’objet scientifique qu’est la Méditerranée ? Comment exploiter des collections constituées selon une logique propre, tout en renouvelant les questionnaires que l’on peut développer à partir d’elles ? Comment documenter l’histoire des collections disparues, dispersées, détruites par les catastrophes ou les conflits ? Peut-on retrouver les réflexes savants issus de la consultation de supports analogiques dans la recherche et l’usage des collections numériques ? Comment constituer, exploiter et transmettre de nouveaux corpus documentaires ?

Le propos de cette école d’été est d’aborder de front les problématiques scientifiques et professionnelles, de manière à faciliter le dialogue et la collaboration entre les milieux de la recherche et les milieux de la conservation et de la valorisation patrimoniale.

L’école se déroulera de la manière suivante:

  • des conférences de chercheurs ou de professionnels internationaux enrichiront la réflexion par l’analyse de situations relatives aux autres pays européens et de la rive sud-méditerranéenne.
  • des visites dans des collections aixoises et marseillaises, conçues à la fois comme des conférences guidées et comme des formations sur site, seront conduites par un binôme chercheur-professionnel.  
  • des ateliers méthodologiques encadrés par des chercheurs et des professionnels formeront les participants aux différentes modalités d’écriture employées dans l’analyse et la valorisation d’une collection (billet sur un carnet de recherche en ligne, livret de visite d’une collection, présentation sur le site de l’établissement, documentaire filmé ou montage sonore). Ces ateliers permettront aux participants de travailler à leur projet personnel qui sera présenté lors des séances de restitution. 
Disciplines

Histoire – archéologie – ethnologie – archivistique – humanités numériques – histoire de l’art – sciences de l’Antiquité

Organisation

L’école d’été aura lieu principalement dans les locaux de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) et du MuCEM (Marseille). Elle offre à tous les participants le logement en résidence universitaire, ainsi que les déjeuners. Les frais de déplacement, les petits déjeuners et dîners restent à la charge des participants (des cuisines collectives sont à leur disposition dans les résidences universitaires). Six bourses d’aide à la mobilité d’un montant de 250 € seront accordées sur demande motivée et après examen du dossier du candidat.

Conseil scientifique : Kmar  Bendana (professeur d’histoire contemporaine, Université de la Manouba, Tunisie), Sophie Bouffier (professeur d’histoire ancienne, directrice de la MMSH), Pietro Clemente (professeur d’ethnologie, Université de Sienne, Italie), Isabelle Dion (directrice par interim des ANOM), Émilie Girard (responsable du département des collections et des ressources documentaires du Mucem), Brigitte Marin (professeur d’histoire moderne, Aix Marseille Université), Michel Mouton (directeur de l’IFPO), Catherine Virlouvet (directrice de l’École française de Rome).

Sélection des participants

Le public visé est celui des jeunes chercheurs (Master, Doctorat), mais aussi chercheurs, enseignants-chercheurs et professionnels des institutions culturelles souhaitant se former aux problématiques de l’école d’été. L’école ne nécessite aucun savoir technique spécifique préalable. Les candidats seront sélectionnés sur la base d’un curriculum vitae (max. 2 pages) et d’une présentation (500 mots max.), en français ou en anglais, montrant le lien du projet de recherche ou de l’activité professionnelle avec les problématiques de l’école d’été. 

Renseignements et dépôt des candidatures : ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr

Appel à Candidature et Programme de l’école d’été : http://www.mmsh.univaix.fr/News/Pages/Flash-306.aspx  

Date limite de candidature : 6 mai 2019

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Parution: Exégèse et lectio divina dans la péninsule Ibérique médiévale, Mélanges de la Casa de Velázquez.

Les études réunies ici examinent le tandem exégèse biblique / lectio divina dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge. L’observation d’un hiatus incite à reconsidérer cette relation : de la fin du VIIIe s. à la fin du XIIe s., aucun commentaire linéaire biblique n’y aurait été rédigé tandis que la lectio divina se maintient dans les communautés religieuses. Afin de mettre en perspective la question délaissée des choix présidant à la rédaction et à la circulation des textes exégétiques, historiens et philologues analysent dans ce dossier l’imbrication entre exégèse et lectio divina chez Isidore de Séville ou dans la prédication, ainsi que la circulation des œuvres et le déploiement de l’exégèse hors des finalités immédiates de la lectio divina. Un contrepoint met en évidence l’usage de ce tandem dans la polémique entre les trois religions du Livre.

Los artículos aquí reunidos pretenden ahondar en el binomio exégesis bíblica/lectio divina en la península ibérica medieval. La observación de un hiato cuestiona esta relación, en tanto que desde el final del s. VIII hasta el final del s. XII no se conoce ningún comentario lineal redactado en esta área, aunque la lectio divina se mantenga en las comunidades religiosas. A fin de ofrecer planteamientos sobre la elección que conduce a la redacción y a la conservación de los textos exegéticos, historiadores y filólogos analizan la imbricación entre exégesis y lectio divina en la obra de Isidoro de Sevilla o en la predicación, así como la circulación de los textos y el despliegue de la exégesis fuera de los objetivos determinados de la lectio divina. Un contrapunto pone de relieve el uso del binomio en la polémica entre las tres religiones del Libro.

Source : https://www.casadevelazquez.org/index.php?id=63&L=0&tx_cvzfe_books[book_uid]=461

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

[Journée d’Étude] Réseaux scolaires et réseaux ecclésiastiques au Moyen Âge. Méthodes pour une analyse des réseaux historiques

Le 20 juin 2019.

Matin

  • Anne Massoni (Univ. de Limoges / CRIHAM) et Noëlle Deflou-Leca (Univ. Grenoble Alpes / LEM-CERCOR), Introduction : l’état du projet Col&Mon
  • Thierry Kouamé (Univ. Paris 1 / LAMOP), La question des écoles dans le projet Col&Mon
  • Véronique Soulay (Centre A. Chastel), Les difficultés historiques et méthodologiques de l’enregistrement des écoles dans Col&Mon
  • Monique Maillard-Luypaert (Univ. Saint-Louis de Bruxelles / CRHIDI), Deux institutions concurrentes en matière scolaire : le chapitre Notre-Dame-de-la-Salle et l’abbaye Saint-Jean-Baptiste de Valenciennes

Après-midi

  • Marion Maisonobe (CNRS / Géographie-cités), Les représentations géographiques des réseaux savants
  • Isabelle Rosé (Univ. Rennes 2 / TEMPORA), Itinéraires réticulaires et réseaux égocentrés du Xe siècle. Éléments de réflexion pour une comparaison avec le fonctionnement des réseaux monastiques
  • Stéphane Lecouteux (Bibl. patrimoniale d’Avranches – Univ. de Caen Normandie / CRAHAM), Reconstituer les réseaux de monastères : de la documentation confraternelle aux réseaux de confraternité
  • Johan Belaen (Univ. de Gand / Institut Henri Pirenne), Les confraternités monastiques de la province de Reims au Moyen Âge
  • Thierry Kouamé (Univ. Paris 1 / LAMOP), Conclusions

Journée d’étude Col&Mon organisée par Thierry Kouamé (Univ. Paris 1 / LAMOP)

Lieu: Paris, Salle Perroy (Sorbonne, galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 2e étage).

Date: 20 juin 2019, 9h30-18h

Lien: https://lamop.hypotheses.org/5380

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

Appel à communication : « Le Sahara précolonial : des sociétés en archipel ». Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (date limite : 30/04)

Projet de publication proposé par Cyrille Aillet (Université Lumière Lyon 2), Chloé Capel (UMR 8167) et Élise Voguet (CNRS, IRHT).

Appel

Depuis une vingtaine d’années, la recherche sur l’histoire des peuples sahariens connaît un renouveau remarquable. La conception traditionnelle du Sahara prémoderne comme espace de frontière entre l’Afrique du Nord et le Sahel a été progressivement abandonnée au profit de l’idée que le Grand Désert constituait une aire autonome, à l’intérieur de laquelle s’opérait la jonction entre les deux Afriques (Loimeier, 2013, 54-76). Notre appel à contributions s’inscrit dans cette nouvelle dynamique en invitant historiens, archéologues et spécialistes d’autres disciplines à questionner la cohérence de cet espace culturel saharien, entre le haut Moyen Âge, où l’islam fait son apparition dans ces régions, et le xixe siècle, à la veille des poussées coloniales modernes. Le point de départ de notre réflexion est le constat d’une tension entre le caractère insulaire de ces sociétés et leur vocation cosmopolite, entre la discontinuité géographique du peuplement saharien et les formes de cohésion socio-culturelle qui peuvent en assurer l’unité relative, à l’image des archipels maritimes. En effet, si les régions comme le Tafilalt au Maroc (Capel, 2016a), le Touat (Voguet, 2017 et 2018) ou le bassin de Ouargla (Aillet, Gilotte, Cressier, 2017) en Algérie, le Fezzan en Libye (entre autres Mattingly, Sterry, Edwards, 2015) ou les oasis du Kaouar au Niger (Vikør, 1999) peuvent être considérées comme des points névralgiques au sein d’un vaste réseau d’échanges et de rencontres transrégionaux, elles n’abritent pas moins des cultures vernaculaires d’une diversité et d’une richesse remarquables. De même, la grande mobilité de leurs habitants, notamment les marchands ou les lettrés, a donné lieu à la formation d’une véritable diaspora transsaharienne, marquée par une conscience et une mémoire de groupe qui peuvent être très fortes (Lydon, 2009, 340-400).

Les contributions, en interrogeant la pertinence de la notion d’archipel appliquée aux mondes sahariens, telle qu’elle a pu être également employée pour qualifier l’économie mondialisée actuelle (Dolfus, 1996, 25-30), devraient s’articuler autour de trois axes de recherche.

Le premier axe envisage le phénomène de la mobilité des oasiens sur la longue durée et celui de l’attraction de ces pôles de peuplement sahariens. Nous serons attentifs à la pratique du commerce à grande ou moyenne distance (Lydon, 2009 ; Mattingly et alii , 2017), aux migrations économiques ou sociales de groupes nomades vers les régions oasiennes (Cleaveland, 2002) et aux différents déplacements à des fins religieuses ou intellectuelles, tels que les pèlerinages ou les voyages « pour acquérir la science » (fī ṭalab al-ʿilm) des lettrés musulmans (Warscheid, 2017).

Le deuxième axe concerne l’organisation politique et sociale des différentes sociétés oasiennes. L’objectif est, d’un côté, de penser les organisations de peuplement et les formes d’exercice de pouvoir, notamment par la fabrique de structures institutionnelles à l’échelle locale (Warscheid, 2017), de l’autre, de sonder les relations que les régions oasiennes entretiennent entre elles mais aussi avec des acteurs politiques externes (méditerranéens et sub-sahariens principalement), qu’il s’agisse d’États ou de confédérations tribales (Cleaveland, 2002 ; Hassen, 1999 ; Amara, 2003). Ce thème sera aussi l’occasion de questionner le poids de ces interlocuteurs extérieurs dans la structuration politique et économique de ces archipels sahariens et dans l’émergence des grandes formations politiques sahariennes (Grémont, 2010) telles que l’Empire almoravide, le royaume de Ghāna ou les sultanats de Mālī, de Kānem ou de Borno.

Enfin, le troisième axe s’attache à une histoire de la production culturelle en milieu oasien, envisagée comme un processus d’appropriation créative de formes et de modèles allogènes par les populations locales, ou comme l’élaboration de modèles autochtones. Il s’agit d’interroger l’apparition de traditions littéraires (Rebstock, 2001 ; Hunwick, 2011 ; Steward, 2016) et la genèse d’une culture savante et religieuse musulmane (Osswald, 1993 ; Krätli & Lydon, 2011), mais aussi d’historiciser la culture matérielle oasienne, de l’artisanat à l’architecture (Vallat, 2014 ; Chekhab-Abudaya, 2016 ; Aillet, Gilotte, Cressier, 2017) et le domaine des savoirs et des savoir-faire sahariens, notamment agricoles, techniques, symboliques et artistiques (Capel, 2016b). Dans ce cadre, nous serons particulièrement sensibles aux approches qui thématisent l’interaction entre l’oralité et l’écriture.

Calendrier

Les propositions d’articles, en français ou en anglais (4 000 signes maximum) sont à envoyer par courriel à cyrilleaillet@yahoo.fr avant le 01 septembre 2019.

Les auteurs recevront une réponse (article retenu ou non) dans le mois suivant.

Les articles rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45 000 signes devront être envoyés avant le 30 avril 2020. Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication : dépasser la frontière, revue Frontiere·s (date limite : 10/06)

Frontière·s. Revue d’Archéologie, Histoire et Histoire de l’art se destine à offrir un espace de réflexion épistémologique en Open Access aux chercheur·se·s dont les travaux portent sur les sociétés antiques et médiévales autour du terme polysémique et débattu de « frontière ». Pour son numéro inaugural, « Dépasser la frontière  », la revue aborde les thématiques associées au franchissement des frontières, quelles qu’elles soient.

Présentation de la revue

À ce jour, peu d’espaces dédiés à la réflexion épistémologique sont disponibles en Open Access dans les sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge. C’est de ce constat que sont nés le laboratoire junior et la revue Frontière·s. Son objectif est de proposer à la communauté scientifique un support de publication rapide tout en garantissant la rigueur scientifique de l’évaluation par les pairs. Cette initiative est portée par de jeunes chercheurs de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, principal soutien du projet, en partenariat avec la Pépinière de revues de l’Université Jean Moulin (Lyon 3).

Dans les études menées sur les sociétés anciennes, la notion de frontière est bien souvent restreinte au sens de limite géopolitique. Pourtant, la polysémie du mot permet d’envisager une multitude de réflexions portant sur les modalités de séparation, concrètes ou abstraites, naturelles ou construites. C’est le sens de la revue Frontière·s : embrasser les différentes acceptions du mot frontière, en tant que limite, non seulement géophysique, étatique ou politique, mais aussi sociale, culturelle, symbolique, linguistique, métaphysique, etc. En d’autres termes, les contributions pourront interroger tous les éléments qui créent des séparations entre les individus au sein des sociétés antiques et médiévales.

Archéologues, historiens et historiens de l’art trouveront dans la revue un cadre pour appréhender la frontière comme objet transdisciplinaire. Celle-ci adoptera le format de synthèses semestrielles, articulées autour de grandes problématiques.

Appel en cours

Ce numéro inaugural propose aux auteur·e·s d’interroger le thème « Dépasser la frontière ». Toutes les acceptions du verbe « dépasser » pourront être abordées, sans restriction sémantique. On pourra l’entendre dans le sens de franchir, surmonter, transgresser, surpasser, etc. Le dépassement de la frontière induit ainsi un large spectre d’acteur·rice·s et de manifestations. Les auteur·e·s aborderont librement la question selon différentes approches :

  • Sémantique et discours
  • Culture matérielle et matérialité
  • Caractère volontaire ou subi du franchissement
  • Transgression de la Loi et des normes
  • Acteurs individuels et mises en réseaux
  • Rythmes, temporalités et dynamiques
  • Intermédiaires et agents
Modalité de soumission

Les auteurs adresseront leur contribution avant le 10 juin 2019 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les normes éditoriales sont disponibles ici.

Les normes bibliographiques sont disponibles ici

Source et contacts

Source : https://calenda.org/554434

Coordination du numéro : Vincent CHOLLIER (HiSoMA) et Gaëlle PERROT (HiSoMA)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Prix : Prix Jeunes chercheurs de Lyon (date limite : 31/05)

Présentation

Pour exprimer l’intérêt qu’elle porte aux jeunes chercheurs/ses, la Métropole de Lyon décerne trois prix de 5 000 € chacun dans les trois grands champs thématiques suivants :

1. Thème « bio santé et société »,
> où les enjeux dépassent largement les seuls aspects technologiques, notamment dans les secteurs du cancer et des vaccins, traditionnellement en pointe à Lyon, avec la médecine personnalisée, la croissance de pathologies émergentes, la nécessité de développer des approches avancées de modélisation et simulation.
Ex : Biologie, Cancérologie, Infectiologie, Droit, Médecine…

2. Thème « sciences et ingénierie »
> avec des enjeux comme les industries du futur pour qui les aspects de durabilité et de soutenabilité sont au centre des préoccupations, le partage de l’énergie, les transports.
Ex : Sciences formelles et de la nature, Ingénierie…

3. Thème « humanités et urbanité »
> dans une compréhension des métropoles où la technologie, les politiques publiques et les organisations sont tournées vers l’humain. L’analyse des sociétés dans une compréhension de la modernité, du religieux et de la laïcité, de la gestion des croissances économiques et des risques sont étudiés comme des enjeux majeurs.
Ex : Sciences sociales, Urbanisme, Sciences Politiques, Humanités…

Pour candidater

1 – Les candidats doivent avoir suivi une partie au moins de leur cursus universitaire, thèse ou post doc dans l’une des universités, grandes écoles ou l’un des laboratoires de recherche de l’Université de Lyon.
Les travaux présentés devront avoir été réalisés dans l’un des organismes précités.
2 – Les candidats sont des personnes physiques.
3 – Les candidats doivent être nés à partir du 1er janvier 1984
4 – Pour concourir, avoir soutenu sa thèse entre le 1er mai 2014 et le 1er mai 2017.
5 – Les candidats ont la possibilité de concourir une deuxième fois

Dossier à fournir
Chaque candidat, en précisant impérativement le prix pour lequel il concourt, devra fournir un dossier en langue française, dans une version numérique (CD-ROM ou clé USB), en un seul fichier qui comprend toutes les pièces.

Les dossiers numérisées sous CD-ROM ou clé USB sont à faire parvenir en envoi recommandé, DHL, ou colissimo sous enveloppe bulle cachetée avant le 31 mai 2019 par voie postale à :
Maison des Etudiants Métropole de Lyon – 25 rue Jaboulay – 69007 Lyon
Règlement en pièce jointe à partir d’avril 2019

Source

https://www.lyoncampus.info/Prix-Jeune-Chercheur_a1473.html

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financement doctoral : contrat CIFRE pour un archéologue, département de la Haute Savoie (date limite : 30/04)

Finalité du poste

Etudiant en thèse dans le cadre du dispositif CIFRE (50 % recherche / 50 % collectivité) se voyant confier, dans le cadre de sa présence au sein de la collectivité, une mission de recherche archéologique sur le patrimoine bâti médiéval.

Missions principales

Vous devrez participer aux opérations sur le terrain-fouilles et études de bâti, aux rapports et à terme prendre la responsabilité d’opérations archéologiques ;Vous participerez ponctuellement à la conduite technique des différents projets de l’unité ; Vous serez partenaire dans l’élaboration de la politique de recherche scientifique de l’unité;Vous participerez ponctuellement aux tâches administratives de l’unité.

Pour plus d’informations : https://www.hautesavoie.fr/sites/default/files/fiche-emploi/pdf/pcp-archeo-appr_.pdf

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire des doctorants du CIHAM, Lyon, 25/04

Les doctorants du CIHAM tiendront leur séminaire annuel le 25 avril de 14h à 18h30 en salle André Frossard, à la MSH de Lyon Saint-Etienne. Ce sera l’occasion pour certains d’entre eux de présenter leur méthode, l’avancée globale de leurs recherches ou des dossiers plus précis.

Les organisateurs ont pris soin, par la variété des disciplines et des thématiques, de montrer la diversité des domaines étudiés par le laboratoire.

Programme :

Thomas Girard (Lyon 2), intervention intitulée « Des inquisiteurs entravés : l’impedimentum à l’office inquisitorial dans le procès de Bernard Délicieux ». En thèse sous la direction de Julien Théry-Astruc.

Jean-Paul Rehr (Lyon 2), présentation de l’avancée de la thèse intitulée « Le manuscrit 609 de la Bibliothèque municipale de Toulouse et la grande enquête inquisitoriale de 1254-1256 : Hérésie et politique en Occitanie après la conquête française », sous la direction de Julien Théry-Astruc.

Eve Defaÿsse (Lyon 2) : présentation de l’avancée de la thèse intitulée « La bibliothèque de Saint-Victor de Paris, aux XIIIe-XIVe siècles », sous la direction de Cécile Caby et Cédric Giraud

Léo-Paul Blaise (ENS Lyon), présentation de l’avancée de la thèse intitulée « Le cycle de Dagobert ou la question d’un « cycle archéologique » : les Mérovingiens dans les chansons de gestion tardives », sous la direction de Beate Langenbruch et Muriel Ott.

Ronan Capron (Lyon 3), intervention intitulée « Faire et écrire les comptes d’une commune rurale : l’exemple du Valentinois ». En thèse sous la direction de Nicolas Carrier.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Conférences : Rendez-vous de l’histoire du monde arabe, Paris, 11-14/04/2019

Programme des 5èmes Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe, à l’Institut du Monde Arabe (Paris) du 11 au 14 avril 2019. Le thème de cette année est « Le corps« .

Présentation de Rendez-vous de l’Histoire de l’Institut du monde arabe en langue des signes française ici.​

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts

[Colloque] Savoirs, culture et mécénat dans la correspondance des femmes médiévales (Espagne, France, Italie, XIe-XVe siècle)

Dans le cadre du programme pluriannuel MISSIVA : Lettres de femmes dans l’Europe médiévale (Espagne, France, Italie, Portugal, VIIIe-XVe siècle) inscrit dans les activités de l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), la réflexion portera, lors de cette nouvelle rencontre, sur la correspondance des femmes médiévales comme véhicule de la transmission de savoirs : lettres de formation des élites, savoirs scientifiques ou autres modalités du savoir, univers culturels qui affleurent dans les lettres des femmes, lectures, participations aux débats de leur époque par exemple. La rencontre sera également centrée sur la correspondance des femmes liée aux activités de promotion et de mécénat artistique, littéraire et religieux et sur les lettres consacrées à la promotion institutionnelle ou architecturale au service d’intérêts familiaux, dynastiques ou personnels.

Programme: https://journals.openedition.org/e-spania/30507?file=1

6-7 mai 2019
ARCHIVO HISTÓRICO NACIONAL / CASA DE VELÁZQUEZ I MADRID

Ángela MUÑOZ FERNÁNDEZ
Universidad de Castilla-La Mancha / AEIHM

Hélène THIEULIN-PARDO
Sorbonne Université

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

Parution : L. Saussus (dir.), « Travailler le cuivre à Douai au XIIIe siècle. Histoire et archéologie d’un atelier de proximité », DOuai, 2019

Titre : « Travailler le cuivre à Douai au XIIIe siècle. Histoire et archéologie d’un atelier de proximité »

Auteur(s) : Lise Saussus (dir.), avec la collaboration de Nicolas Thomas, Marisa Pirson et Benjamin Jagou

Lieu et date d’édition : Douai et Louvain-la-Neuve, 2019

Collection : Collection Archaeologia Duacensis, 31 – Collection d’archéologie Joseph Mertens, XVII

Format : 21 x 29,5 cm – Relié sous couverture souple, quadrichromie

Pages : 277 pages

ISBN : 978-2-9567195-0-2 et 978-2-9302080-5-3

Prix : 30 € TVAC hors frais de port

Commander : craneditions@uclouvain.be

Résumé / Abstract :

De 1983 à 1987, une fouille archéologique rue Saint-Julien à Douai révèle un atelier et ses quelques milliers de déchets témoignant d’un travail du cuivre et de ses alliages au XIIIe siècle. Cette publication examine l’unité de production à la lumière des sources archéologiques, mais aussi de sources écrites et archéométriques. Elle présente le cadre de la découverte à l’échelle de la ville jusqu’à celle de la parcelle en s’intéressant à l’intégration des métiers du cuivre dans le tissu urbain. L’étude de la stratigraphie et des structures composant cet atelier dans un vaste espace de près de 1 000 m² précède l’analyse du mobilier métallurgique, des techniques variées, en particulier celles des réparations de vaisselle, mais aussi des alliages mis en œuvre. Enrichie par l’examen du travail du fer, associé à celui du cuivre, et d’une partie de la vaisselle en céramique consommée sur le site, l’étude illustre un de ces ateliers de proximité qui ont subsisté à côté des grands centres de production tels ceux de la vallée de la Meuse. Voué à l’entretien des vaisselles, enclin à répondre à des commandes variées, ce type d’ateliers actifs aux échelles locales, celles de la ville et de ses alentours, profite de la circulation des productions de masse mises sur le marché à une échelle globale.

From 1983 to 1987, an archaeological excavation along the rue Saint-Julien in Douai revealed a workshop and its several thousand pieces of waste, testifying to the work of copper and its alloys during the 13th century. In this book, the workplace is examined in the light of archaeological sources, but also of written and archaeometric sources. It presents the framework of the discovery from the global scale of the city to the particular plot by focusing on the integration of the metalworking professions into the urban fabric. The study of the stratigraphy and structures composing this workshop in a vast space of nearly 1,000 m² precedes the analysis of the metallurgical finds, of the various techniques, in particular those of cooking and table utensil’s repairs, but also of the alloys used. Enriched by the examination of the ironwork associated with the copperwork, and part of the ceramic tableware consumed on the site, the study illustrates one of these local workshops that have survived alongside major production centres, such as those in the Meuse valley. Dedicated to the maintenance of crockery, inclined to respond to various demands, this type of workshop, active at the local level of the city and its surroundings, benefits from the circulation of mass productions placed on the market on a global scale.

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts

Ecole d’été : « Collections en Méditerranée », MMSH, Aix-En-PROVENCE, 8-17/07/2019 (limite : 30 avril 2019)

Du 8 au 17 juillet 2019 se tiendra une école d’été à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme en collaboration avec le MuCEM (Aix-en-Provence/Marseille) sur le thème : “Collections en Méditerranée / Understanding Mediterranean Collections”. L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes.

Date limite : 30 avril 2019

Le public visé est celui des jeunes chercheurs (Master, Doctorat) mais aussi des chercheurs, enseignants-chercheurs et professionnels des institutions culturelles souhaitant se former aux problématiques de l’école d’été. Nous vous serions reconnaissantes de diffuser cet appel dans vos réseaux (page Facebook, compte Twitter, partenaires etc…). Vous trouverez toutes les informations sur le programme et les conditions de candidatures sur le site de l’appel.  L’école se déroulera de la manière suivante :

-des conférences de chercheurs ou de professionnels internationaux enrichiront la réflexion par l’analyse de situations relatives aux autres pays européens et de la rive sud-méditerranéenne.
-des visites dans des collections aixoises et marseillaises, conçues à la fois comme des conférences guidées et comme des formations sur site, seront conduites par un binôme chercheur-professionnel.
-des ateliers méthodologiques encadrés par des chercheurs et des professionnels formeront les participants aux différentes modalités d’écriture employées dans l’analyse et la valorisation d’une collection (billet sur un carnet de recherche en ligne, livret de visite d’une collection, présentation sur le site de l’établissement, documentaire filmé ou montage sonore). Ces ateliers permettront aux participants de travailler à leur projet personnel qui sera présenté lors des séances de restitution.




Disciplines : Histoire – archéologie – ethnologie – archivistique – humanités numériques – histoire de l’art – sciences de l’Antiquité
Organisation :
L’école d’été aura lieu principalement dans les locaux de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) et du MuCEM (Marseille). Elle offre à tous les participants le logement en résidence universitaire, ainsi que les déjeuners. Les frais de déplacement, les petits déjeuners et dîners restent à la charge des participants (des cuisines collectives sont à leur disposition dans les résidences universitaires). Six bourses d’aide à la mobilité d’un montant de 250 € seront accordées sur demande motivée et après examen du dossier du candidat.
Comment candidater ?
Les candidats seront sélectionnés sur la base d’un curriculum vitae (max. 2 pages) et d’une présentation (500 mots max.), en français ou en anglais, montrant le lien du projet de recherche ou de l’activité professionnelle avec les problématiques de l’école d’été. La date limite de candidature est porté au 30 avril 2019.
Programme de l’école d’été à télécharger : https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/4399/files/2019/03/AAC-école-dété-MMSH-Collections.pdf 
Renseignements et dépôt des candidatures :ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts