Offre d’emploi:archéologue spécialiste des périodes médiévale et moderne, communauté urbaine du Grand Reims. Date limite : 15/02/2019

Vous serez le/la responsable scientifique des opérations d’archéologie préventive de diagnostic et de fouilles, vous encadrerez les équipes de chantier, vous rédigerez les rapports d’opération et vous contribuerez à l’archivage des données et des collections, vous assurerez la coordination des chantiers et la relation avec les partenaires et vous participerez à la diffusion des résultats scientifiques auprès du public et dans le cadre de la recherche archéologique.

Titulaire du grade d’attaché de conservation du patrimoine ou lauréat du concours ou justifiant d’un niveau d’étude équivalent à un bac +4 en archéologie ou en histoire, vous possédez une compétence scientifique dans les champs chronologiques du Moyen-âge à l’époque moderne et dans la réalisation d’études documentaires ainsi qu’une expérience des modes opératoires de la conduite d’opérations archéologiques préventives en contexte rural et urbain et une connaissance de la législation en archéologie et des règlements d’hygiène et de sécurité dans les travaux publics. Vous avez acquis une expérience d’encadrement d’équipes d’archéologues. 

Merci d’adresser lettre de motivation + CV détaillé + avis CIRA/CTRA à Madame la Présidente à : 

Communauté Urbaine du Grand Reims – CS 80036 – 51722 REIMS CEDEX 

Ou par courriel : drh@grandreims.fr 

Avant le 15 février 2019

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude:”Avignon as transcultural hub”, 08/02, Oxford

A MALMECC study day considering a range of themes centering around cultural transfers and scientific knowledge in papal Avignon, providing fresh understanding through interdisciplinary discussion based on a series of short position papers. Please see the full programme for more information. All are welcome, with early career scholars particularly encouraged to attend.

Attendance is free, but please contact martha.buckley@humanities.ox.ac.uk to register.

On the eve of the study day, participants are encouraged to attend the following presentation in the Seminars in Late Medieval and Renaissance Music series convened by Margaret Bent at All Souls College, Oxford.

Programme
7 février, 5-7pm, Wharton Room, All Souls College, Oxford
  • Étienne Anheim (EHESS Paris): ‘The musical chapel of the popes fin Avignon during the fourteenth century
8 février, St Luke’s Chapel, Radcliffe Observatory Quarter, 9 am
  • Karl Kügle: Welcome and opening remarks

Avignon and Italy

  • Étienne Anheim (EHESS Paris): Social and cultural networks between Avignon and Italy: organization and impact
  • Sarah Griffin (Oxford): Visual Worlds of Avignon
  • Coffee Break

Avignon, England, and the Empire

  • James Hillson (Cambridge): The English in Avignon: English Expatriates and the Tomb of Pope John XXII David Murray (Oxford) and Karl Kügle (Oxford): Avignon in Salzburg, Salzburg in Avignon
  • Presentation of new ERC project by Maria Sofia Lannutti (Florence), Antonio Calvia (Pavia) and Chiara Martignano (Florence): Ideology and Methodology of the Project European Ars Nova: Multilingual Poetry and Polyphonic Song in the Late Middle Ages
  • Lunch Break

Avignon and 14c scholarship

  • Philipp Nothaft (Oxford): Scientific Patronage in Papal Avignon

Avignon and Iberia

  • Karen Cook (Hartford): Music Theory in Avignon: Johannes Pipardi and the Catalán Copyist of Seville 5.2.25
  • Coffee break
  • Anna Alberni and Stefano Cingolani (Barcelona): King Peter the Ceremonious, the Royal
    Chapel and the Papal Court at Avignon: imitation of a secular or of a religious power?

Avignon vs Rome

  • Christophe Masson (Oxford): 1378, the end of universal Avignon? Some thoughts about cultural consequences of the Schism
  • Final Discussion and closing statement

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Colloque:La réforme grégorienne, une “révolution totale” ? Etat comparatif de la recherche dans les espaces francophones et germanophones. Lyon, 28-29/03.

MSH Lyon St-Etienne (14 av. Berthelot, Lyon 7e), Salle Marc Bloch
28-29 mars 2019

Atelier de jeunes chercheurs organisé par Tristan Martine (Université Jean Moulin Lyon 3, CIHAM-UMR 5648) et Jérémy Winandy (Universität Hamburg).

La période post-carolingienne a donné lieu ces dernières décennies à des approches très différentes des deux côtés du Rhin, les débats sur le « mutationnisme » ou sur les questions spatiales étant par exemple beaucoup plus vifs en France, tandis que les chercheurs allemands s’intéressaient à d’autres questions, notamment celles des rituels politiques, à d’autres niveaux de l’aristocratie, avec une prégnance constante des études sur l’entourage impérial, et à d’autres chronologies, la césure que constituerait le Xe siècle étant largement moins forte dans l’historiographie de langue allemande. De même, la « réforme grégorienne » fut très tôt envisagée de manière différente par les deux écoles historiographiques et cet atelier de jeunes chercheurs entend précisément faire le point sur les recherches récentes concernant cette période dans le royaume de France et dans l’Empire.

Des définitions fluctuantes

La notion même de « réforme grégorienne » est problématique : cette expression, initiée dans la première moitié du XIXe siècle par deux protestants, F. Guizot et J. Voigt, puis théorisée en Allemagne un demi-siècle plus tard, renvoie d’une part à une notion morale, tout en faisant, d’autre part, uniquement référence au conflit opposant Grégoire VII à Henri IV, ce qui est trop restrictif, puisque plusieurs papes menèrent une politique similaire dès le pontificat de Léon IX. Mais, à la suite de la publication de l’ouvrage d’A. Fliche entre 1924 et 1937, l’expression est solidement ancrée dans les esprits, surtout en France, puisque l’on parle surtout de la « Querelle des Investitures » côté allemand, même si cette formule ne décrit que la période 1076-1122.

Pourtant, l’« idéal-type » que constitue la « réforme grégorienne » semble nécessaire, et une redéfinition de son contenu et de ses limites a été entamée ces dernières années, afin notamment de mesurer en quoi elle fut une période de changement, une césure potentielle entre deux Moyen Âge.

Une rupture « révolutionnaire » ?

Dès le début du XXe siècle, la réforme grégorienne, cantonnée jusque-là principalement au champ de l’histoire religieuse, a été comprise dans un sens socio-politique plus large, G. Tellenbach évoquant le passage d’un « ordonnancement politique du monde » à un autre, tandis que S. Weinfurter décrivit l’épisode de Canossa comme étant la cause d’un « désenchantement » du monde. Dans le même temps, la recherche a montré les particularismes locaux et les rythmes différents, soulignant par exemple le grégorianisme modéré soutenu par les Capétiens dans le royaume de France.

L’idée d’une « révolution » grégorienne touchant l’ensemble de la société, de ses aspects juridiques aux considérations symboliques, de ses représentations iconographiques aux rapports de force politiques, s’est alors progressivement diffusée, d’abord sous la plume d’historiens germanophones, comme W. Ullmann et G. Tellenbach, puis sous celle de chercheurs de tradition anglo-saxonne et française. Les travaux récents ayant fortement atténué la pertinence d’une rupture autour de l’an mil, on assiste désormais en France à une nouvelle compréhension du moment grégorien comme période de rupture principale du Moyen Âge, au point que certains évoquent désormais une « mutation de l’an 1100 », laquelle serait fortement (mais non uniquement) liée aux réformes pontificales et à leurs conséquences dans les sociétés latines.

Un état des lieux comparatif et interdisciplinaire

L’objectif de cette journée d’étude est de faire un état des lieux de la recherche des dernières décennies afin de comprendre comment les chercheurs issus de différentes disciplines et de plusieurs écoles historiographiques définissent d’un point de vue chronologique et thématique la « réforme grégorienne », d’une part, et surtout comment ils comprennent et mesurent les changements survenus durant cette période, d’autre part.

Cet atelier se veut résolument multidisciplinaire, intégrant non seulement le champ des études en histoire religieuse, politique, sociale, économique et culturelle, mais aussi celui de l’histoire du droit, de la diplomatique, de la philologie et de l’histoire de l’art. Cette approche permettra un décloisonnement entre les disciplines concernées, et constituera surtout une opportunité de dialogue entre jeunes chercheurs francophones et germanophones, afin de mieux comprendre si ces approches différentes s’expliquent par la diversité des sources conservées des deux côtés du Rhin ou si elles relèvent avant tout de traditions historiographiques divergentes.

Programme :

Jeudi 28 mars 2019

13:30 : Accueil des participants : T. Martine (Lyon 3), J. Winandy (Hambourg)
13:40 : Ouverture de l’atelier : J.-L. Gaulin, directeur du CIHAM (UMR 5648)
13:50 : F. Mazel (Rennes 2) : Éléments d’introduction

Session 1
Des pratiques juridiques et ecclésiastiques en évolution
Présidence : L. Ripart (Université de Savoie)

14:15 : Th. Kohl (Tübingen) – Frankreich, Deutschland und die Investitur – ein Problem im Rückblick
14:40 : S. Bruhn (Kiel) – Nur Kaiser, Päpste, Reichsbischöfe? Die „gregorianischen Reformen“ in der deutschsprachigen Mediävistik – Forschungsstand und -perspektiven
15:05 : L. Viaut (Limoges) – Reconsidérer la pratique. La réforme grégorienne vue de l’histoire du droit et des institutions
15:30-16:00 – Discussion
Pause-café

Session 2
Questionner la réforme grégorienne à l’aide de l’hagiographie
Présidence : M.-C. Isaïa (Lyon 3)

16:30 : F. Peloux (Namur) – Réflexions sur les rapports entre réforme grégorienne et culture hagiographique
16:55 : J. Winandy (Hambourg) – Monastische Reform als Vorläufer der „gregorianischen Reform“? Der Beitrag der Klostergeschichte zum Verständnis der „gregorianischen Reform“

17:20-17:40 – Discussion

Vendredi 29 mars 2019

Session 3
Architecture, archéologie et art du siècle grégorien
Présidence : M. Margue (Luxembourg)

09:00 : O. Puel (Poitiers) – Saint-Martin de Savigny du Xe au XIIe siècle. La réforme clunisienne à travers le prisme de l’architecture monastique ?
09:25 : C. Boisseau (Poitiers) – Art et Réforme grégorienne : art centralisé ou pratiques locales ?
09:50 : H. Fahrnbauer (Cologne) – ‚Reformkunst‘ in der deutschsprachigen Kunstgeschichtsschreibung: Vorschlag für eine objektbezogene Kunstgeschichte
10:15-10:45 – Discussion
Pause-café

Session 4
Mouvement grégorien et enjeux théologiques
Présidence : J. Théry (Lyon 2)

11:05 : A. Fontbonne (Clermont) – Le pape, l’Esprit et l’Église dans la réforme grégorienne : l’institution de l’Ecclesia par la référence pontificale à l’Esprit-Saint
11:30 : F. Wallerich (Nanterre) – L’eucharistie dans la réforme grégorienne : De la querelle théologique au « phénomène social total »
11:50-12:10 – Discussion
Repas

Session 5
Diplomatique et pratiques scripturaires
Présidence : G. Bührer-Thierry (Paris 1)

14:00 : E. Riversi (Bonn) – Der Kontext im Text. Die Untersuchungen über die Textproduktion des Investiturstreits und die Definition eines ‚gregorianischen Zeitalters‘
14:25 : H. Engl (Luxembourg) – Rupture radicale ou mise en œuvre d’une conception ancienne ? Le concept de « réforme (grégorienne) » à travers les recherches récentes sur la diplomatique pontificale chez les médiévistes germanophones
14:50-15:10 – Discussion

15:10 : G. Lubich (Bochum) – Abschließender Kommentar und Schlussworte

Informations pratiques :

MSH Lyon St-Etienne (14 av. Berthelot, Lyon 7e), Salle Marc Bloch
28-29 mars 2019

Avec le soutien du CIERA (dans le cadre du programme des colloques juniors), du CIHAM (UMR 5648), de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et de l’Institut Franco-Allemand de Sciences Historiques et Sociales (IFRA-SHS).

Comité scientifique
G. Bührer-Thierry (Université Paris 1)
C. Caby (Université Lumière Lyon 2)
J. Chiffoleau (EHESS)
Ph. Depreux (Universität Hamburg)
M.-C. Isaïa (Université Jean Moulin Lyon 3)
G. Lubich (Universität Bochum)
P. Monnet (IFRA-SHS/ EHESS)
J. Théry (Université Lumière Lyon 2)
S. Vanderputten (Ghent University)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Soutenance:Jean-Benoît Krumenacker, “Du manuscrit à l’imprimé : la révolution du livre à Lyon (1470-1520)

Jean-Benoît Krumenacker soutiendra sa thèse de doctorat “Du manuscrit à l’imprimé : la révolution du livre à Lyon (1470-1520)” le samedi 26 janvier 2019 à 14h en salle Marc Bloch à la Maison des Sciences de l’Homme (14 cours Berthelot, Lyon 7e). 

Le jury sera composé de Mme Cristina Dondi (université d’Oxford), M. Jean-Louis Gaulin (université Lyon 2, directeur de thèse),  M. Neil Harris (université d’Udine), Mme Laurence Moulinier-Brogi (université Lyon 2), Mme Anne-Marie Turcan-Verkerk (EPHE) et M. Dominique Varry (ENSSIB, co-directeur de thèse).

Salle Marc Bloch à la Maison des Sciences de l’Homme (14 cours Berthelot, Lyon 7e) Horaire: 14h

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Soutenance:Stephane Bruneau-Amphoux, “Ecrire l’histoire au début du XIVe siècle : la chronique du frère dominicain Francesco Pipino de Bologne”, 19/01, Lyon

Stéphane Bruneau-Amphoux soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Ecrire l’histoire au début du XIVème siècle : la chronique du frère dominicain Francesco Pipino de Bologne», le 19 janvier 2019 à 14h, à la Maison des Sciences de l’Homme de Lyon Saint-Etienne, en salle Marc Bloch, 14 av. Berthelot, Lyon 7ème. 

Le jury sera composé de : Mme Nicole Bériou (professeur émérite, Université Lumière-Lyon 2), Mme Isabelle Heullant-Donat (professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne), M. Bernard Hodel (professeur ordinaire à l’université de Fribourg), M. Giuliano Milani (professeur à l’Université Paris-Est Marne-La-Vallée) et M. Jean-Louis Gaulin, directeur de la thèse (Université Lumière-Lyon 2).

MSH-LSE, 14 av. Berthelot, Lyon 7ème, salle Marc Bloch Horaire: 14h

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication:”Anticiper et gérer, de la Préhistoire au Moyen Âge”, Dijon (date limite : 04/02)

Journées d’études du séminaire Dokimades doctorants en mondes anciens et médiévaux de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté

Se projeter dans l’avenir et élaborer des stratégies sont des processus qui se manifestent dès les périodes anciennes afin de pourvoir aux éventuelles difficultés politiques, économiques, sociales et environnementales. Les réflexions sur la conception de l’anticipation et ses différentes formes dans les sociétés anciennes, déjà entamées par la communauté scientifique, se multiplient depuis les années 2000, avec notamment pour l’Occident romain en 2013 le colloque Gérer les territoires, les patrimoines et les crise[1], ou bien avec le regain des études sur les catastrophes naturelles au Moyen Âge[2]. Ces dynamiques, issues des problématiques de nos sociétés contemporaines liées à l’anticipation et à la gestion, sont omniprésentes car liées à l’économie, à la politique ou aux évolutions climatiques. Elles conduisent ainsi les chercheurs à s’interroger sur les manières dont les civilisations qui nous ont précédées ont pu faire face à de tels questionnements. 

En effet, les contextes archéologiques et historiques dans lesquels tous ces paramètres entrent en jeu permettent d’appréhender les liens tissés entre les notions d’anticipation et de gestion, depuis la Préhistoire jusqu’à la fin du Moyen Âge. La maîtrise des événements repose donc sur la conscience des risques ou sur un empirisme fondé sur les crises déjà constatées. C’est ce modèle préventif qu’incarne le couple anticipation-gestion qui doit être appréhendé de manière pluridisciplinaire et sur le temps long. Aussi les sources sur les phénomènes d’anticipation soulèvent-elles également des questions de fiabilité historique, et en cela, une réflexion philologique sur la question de l’anticipation serait également un apport intéressant. 

Cette réflexion a ainsi l’ambition de favoriser et d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherches rapprochant les historiens, les historiens de l’art les archéologues, ainsi que les philologues et les spécialistes d’archéo-géosciences, dans le cadre chronologique couvert par l’UMR 6298 ARTEHIS de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté. 

Plusieurs interrogations peuvent ainsi être prises en compte. Il s’agit d’interroger la conception de l’anticipation durant ces périodes, et ses différentes manifestations : quelle était la capacité d’anticipation de ces sociétés, et quels en étaient les acteurs, les moyens et les instruments ? Comment les situations de vulnérabilité étaient-elles perçues ? Quelle part l’anticipation tenaitelle dans les prises de décision, qu’elles fussent individuelles ou collectives ? De quelle manière gérait-on les situations inéluctables, telles que la vieillesse et la mort ? Quelle marge de manœuvre était disponible à l’échelle individuelle ou collective pour prévenir un aléa similaire ? A-t-on la possibilité de déceler, archéologiquement, historiquement ou anthropologiquement, l’évolution de mesures préventives pour faire face à une situation répétitive ? 

Face à l’ampleur des sujets qui peuvent intégrer ces réflexions, les journées d’études de Dokima s’articuleront autour de quatre axes : 

  1. Anticiper et gérer dans l’économie  

La question conjointe de l’anticipation et de la gestion peut être envisagée dans la sphère économique, c’est- à-dire dans le champ de la production, de la diffusion et de la consommation de richesses. L’artisanat et le commerce sont alors deux axes privilégiés. Les adaptations d’une chaîne opératoire aux risques auxquels un artisan prévient ou répond constituent des formes essentielles de l’anticipation du quotidien. Ces thèmes englobent en effet l’acquisition de la matière première, la mise en forme et enfin les éventuelles retouches et réparations. La gestion de l’espace, des mobilités et des échanges relève aussi de modalités de l’anticipation, il convient donc de les envisager.

  • De la vulnérabilité à la crise.  

L’ensemble des sociétés est soumis à diverses formes de vulnérabilités, qu’elles soient conjoncturelles ou structurelles. Face à celles-ci, l’anticipation et la gestion sont les principaux instruments dont elles disposent pour les atténuer et ainsi prévenir certaines situations de crise. Ces processus gagnent ainsi à être interrogés dans cette perspective de la prévention : quels en étaient les modes de gestion et d’anticipation ? Comment les sociétés anciennes s’organisaientelles face à des aléas ? Dans quelle mesure la diversité des crises (politiques, sociales, économiques, environnementales) conduisait-elle à une multiplicité des modes de gestion et d’anticipation ? Comment ces modes évoluaient-ils dans le temps et l’espace ? 

  • Anticiper et gérer l’inéluctable : la mort.  

Les manières dont les membres d’une société anticipent le moment de la mort et réagissent à celle-ci constituent une composante culturelle forte. Trois temporalités existent dans ce processus. Il est tout d’abord possible d’anticiper le décès en prenant des dispositions préalables afin de maintenir un lien matériel ou spirituel avec le monde des vivants (rédaction d’un testament, érection d’un monument, formules épigraphiques, par exemple). Le trépas pose ensuite la question de la gestion du corps, à la fois d’un point de vue sanitaire et symbolique. Enfin, après l’inhumation, les restes du défunt peuvent encore être sollicités, que ce soit pour des raisons pratiques, à l’occasion d’événements sociaux ou symboliques, ou bien au moment de leur redécouverte par les archéologues. 

  • Anticipation et gestion des archives écrites et du sol.  

Les chercheurs travaillant sur les périodes anciennes s’interrogent sur les matériaux qu’ils exploitent et étudient, qu’il s’agisse de données archéologiques (mobiliers et immobiliers), de manuscrits, de sceaux ou d’archives. Dans cette perspective les problématiques de l’anticipation et de la gestion ne sont pas absentes : l’inventaire, le tri, le classement, la restauration ou stabilisation, le conditionnement, l’environnement de conservation ou l’élimination sont autant de thèmes qui peuvent être abordés. Cette accumulation de données constitue un autre point de réflexion et mène les chercheurs à s’interroger sur leur traitement, leur gestion, leur exploitation et leur diffusion, via par exemple la constitution de bases de données ou le développement d’outils de traitement numérique et/ou statistique. 


[1] Berrendonner Clara, Cébeillac-Gervasoni Mireille, Lamoine Laurent (éds.), Gérer les territoires, les patrimoines et lescrises. Le Quotidien municipal II, actes du colloque international tenu à la Maison des sciences de l’homme, Clermont-Ferrand, 20- 22 octobre 2011, ClermontFerrand, 2013, 637 p. 


[2] Jouanna Jacques, Leclant Jean, Zink Michel (éds.), L’homme face aux calamités naturelles dans l’Antiquité et au Moyen Âge : actes du 16e colloque de la villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer, les 14 et 15 octobre 2005, Paris, 2006, 293 p. ; plus récemment encore Labbé Thomas, Les catastrophes naturelles au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle), Paris, 2017, 352 p. 


Modalités :

Date limite de remise des titres et propositions d’intervention le 4 février 2019, à adresser par courriel à : dokima.ub@gmail.com.

Les propositions de communication comprendront un texte de 400 mots maximum, incluant le titre, le résumé et l’axe de rattachement, ainsi qu’un CV, seront étudiées par un comité scientifique constitué de professeurs et chercheurs de l’Université de Bourgogne-Franche Comté et les réponses seront données au plus tard au début du mois de mars 2019. 

Les communications des journées d’études feront l’objet d’une publication : aussi les participants seront-ils invités à nous joindre après lesdites journées leur article dont les modalités leur seront précisées ultérieurement. 

Les organisateurs assureront les frais de bouche des déjeuners des 17 et du 18 juin ainsi que du dîner du 17 juin, tandis que les frais de transport ainsi que ceux d’hébergement seront à charge des participants. 

Source

http://artehis.u-bourgogne.fr/images/stories/Images/Actualit%C3%A9s/Appel_a_communications_Dokima.pdf

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communications: colloque international de Bellecroix, “Le château de fond en comble : hiérarchisation verticale de la résidence aristocratique, au Moyen âge et à l’époque moderne” (date limite : 01/05)

Le château, notamment le château fort du Moyen Âge, a souvent exprimé la qualité de son occupant par une hypertrophie de la dimension verticale ; cette volonté ostentatoire de voir et d’être vu est emblématisée par l’empilement des étages et la surélévation des tours. Du point de vue de la hiérarchisation verticale des espaces intérieurs, le premier étage est généralement réservé aux fonctions les plus nobles, l’apparat et la réception, tandis que les niveaux bas sont abandonnés aux fonctions de stockage, de cuisine, voire de prison, et les étages supérieurs aux espaces privés et ancillaires (galetas). Les tours et tourelles sont souvent occupées, au bel étage, par des pièces annexes, mais les étages supérieurs sont généralement sous-utilisés, tout comme certains « donjons », plus conçus pour être vus que pour être habités.

Le 7e colloque international de Bellecroix : « Le château de fond en comble : hiérarchisation verticale de la résidence aristocratique, au Moyen Âge et à l’époque moderne », se propose de réunir des chercheurs (historiens, archéologues, architectes…) pour confronter différents cas et différents types d’habitats aristocratiques médiévaux et modernes, et pour mieux comprendre l’usage des différents niveaux et leurs interrelation, aussi bien dans les tours que dans les logis, dans les sous-sols, les étages carrés et les étages de combles. Les communications porteront plutôt sur l’usage des pièces que sur leurs liaisons et leurs distributions.

Le colloque aura lieu au château de Bellecroix (Chagny, Bourgogne), du 18 au 20 octobre 2019.

Sous la direction de Nicolas Faucherre, Delphine Gautier, Hervé Mouillebouche.

Organisé par le Centre de Castellologie de Bourgogne, l’UMR 6298 ARTEHIS et l’université de Bourgogne-Franche-Comté

Propositions à envoyer avant le 1er mai 2019 à H-Mouillebouche@Wanadoo.fr

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire Paysage “représenter la montagne à la renaissance, entre paysage et cartographie”, 31/01, Grenoble

La séance du 31 janvier 2019 (14h-17h, salle 10011) accueille deux historiens du Laboratoire LARHRA (UGA, Labex ITEM), Stéphane GAL et Perrine CAMUS : « Représenter la montagne à la Renaissance, entre paysage et cartographie (XVe-début XVIIe siècle) ».

Grenoble, campusJacob-Bellecombette, bâtiment 10.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Colloque “Comment comprendre les transformations des villes. Approches méthodologiques et études de cas”, Lyon, 18/01

Programme
  • 9h30 : Présentation et introduction de l’axe de recherche
  • 10h : Prospections géophysiques appliquées à l’archéologie en contexte urbain moderne : bilan et perspectives. Présentation d’un projet de prospection géophysique à Sainte-Colombe. Collaboration Benjamin Clément, Archéodunum, Christophe Benech, CNRS, directeur du laboratoire Archéorient – MOM
  • 10h45 : Chantiers à Vienne, Isère : les données archéologiques entre la ville antique et ville médiévale. Présentation d’une topographie des terrasses initiée par Damien Laisney, topographe, FR 3747– MOM. Anne Baud, Université Lumière Lyon 2, laboratoire ArAr – MOM
  • 11h15 : Vienne : cartographie des remplois antiques dans la ville médiévale, Adrien Tourasse, Étudiant en Master 2 à l’Université Lumière Lyon2
  • 11h45 : Les matériaux de construction à Vienne, de l’Antiquité au Moyen-Âge. Anne Schmitt, CNRS, laboratoire ArAr – MOM
  • 12h15 : Discussion
  • 12h30 : Pause déjeuner
  • 14h : Transformations géomorphologiques des villes côtières – ou des paysages urbains ? – étude d’Alexandrie, de Kition et de Tyr. Jean-Philippe Goiran, CNRS, laboratoire Archéorient – MOM
  • 14h30 : Les grandes étapes de l’histoire urbaine de Tyr, Liban. Pierre-Louis Gatier, CNRS, laboratoire HiSoMA – MOM
  • 15h Tyr : topographie et urbanisme de l’âge du Fer à Byzance. Catherine Duvette, CNRS, laboratoire Archimède- Misha/Université de Strasbourg
  • 15h30 : Le complexe thermal et le secteur sud de la ville de Tyr (IIe-Ve siècles). Gérard Charpentier, CNRS, FR 3747 – MOM
  • 16h : L’évolution de la ville de Qinnasrin, Syrie, de la fin de l’époque hellénistique à l’époque médiévale. Marie-Odile Rousset, CNRS, laboratoire Archéorient – MOM
  • 16h30 : Discussion et perspective
Lieu

Salle des colloques, Université Lumière Lyon 2, 18 quai Claude Bernard, Lyon 7.

Contacts

anne.baud@mom.fr

tanne.schmitt@mom.fr

gerard.charpentier@mom.fr

Source

https://www.arar.mom.fr/sites/arar.mom.fr/files/docs/Recherche/participations-a-colloques/2019/AxeChantier18012019.pdf

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

première conférence du labo junior “Epopées médiévales”, 29/01, ENS Lyon

Le mardi 29 janvier 2019, M. Jean-Claude Vallecalle, professeur émérite à l’Université de Lyon II, ouvrira le premier cycle de conférences du laboratoire Épopées médiévales à l’ENS de Lyon. 

Son intervention portera sur l’épopée franco-italienne, domaine dans lequel il s’est spécialisé. Au cours de ses travaux, il a mis au jour la tension qu’il existe dans ce corpus entre des systèmes de valeurs divergents. D’un côté, exaltation et subversion de l’idéal héroïque et guerrier de la chanson de geste traditionnelle et, d’un autre côté, lucidité portée sur la diversité du monde et nostalgie d’un héroïsme sans faille. 

Mardi 29 janvier, 14-16h, ENS Lyon (salle à définir)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire “Édition électronique et analyse de réseaux”

Humanités numériques pour les médiévistes: édition électronique et analyse des réseaux

Le séminaire s’articule en deux parties à la fois complémentaires et indépendantes:

  • La première, « Edition électronique », a pour objet de permettre aux participants de mieux comprendre et maîtriser les problématiques et les technologies de l’édition électronique, avec comme pivot central la question de l’édition de sources (et de corpus de sources) médiévales. Les participants seront invités à réaliser un projet personnel d’édition électronique en XML – TEI (Text Encoding Initiative).
  • La seconde, « Analyse de réseaux », offrira une initiation à l’analyse d’ensembles de données en utilisant les techniques de l’analyse de réseaux. Ces techniques se sont beaucoup développées depuis une dizaine d’années, de la fouille de texte («text mining») à l’exploration des relations entre personnes, idées ou événements historiques. La deuxième partie du séminaire se concentrera sur l’exploration des techniques d’analyse de réseaux à partir des données réelles et pratiques, avec l’objectif d’en maîtriser une variété d’applications aux sources médiévales, avec l’aide du logiciel libre Gephi.

Les débutants sont bienvenus à ce séminaire, cependant ils doivent suivre un cours en ligne avant la première séance du 21 janvier; plus précisément, les deux première sections (“Introduction” et “Manuscript Transcription”) du cours en lien ci-dessous:
https://teach.dariah.eu/course/view.php?id=32

Contact et inscription: Marjorie Burghart (pour la partie édition électronique) et Jean-Paul Rehr (pour la partie analyse de réseaux).

Les lundis 21, 28 janvier, 4, 11, 25 février, 4 mars 2019,
13h30-16h30,
MSH, salle E. Rivet sauf le 11/02, salle Sontag
Lyon 07

https://mastermondesmedievaux.univ-lyon2.fr/edition-electronique-683540.kjsp

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

Séminaire “Indexer les corpus numériques”.

Le laboratoire IHRIM (CNRS 5317) organise le 1er février 2019 à l’université Jean Monnet de Saint-Étienne la première séance du séminaire “Indexer les corpus numériques”

En effet, la constitution d’index est un véritable enjeu scientifique et technique, pour lequel il existe encore peu de documentation. Les index relèvent, avec l’annotation, de l’exploitation scientifique des textes édités : ils sont des outils de navigation dans le corpus et participent à sa compréhension en identifiant les personnes, les lieux et les œuvres mentionnés, ainsi que les matières traitées. L’exploitation de ces données aide par exemple à visualiser des réseaux de relations. Les référentiels et les notices d’autorités permettent d’uniformiser et de consolider les index grâce à l’emploi d’un vocabulaire contrôlé et de formes normalisées. Ils apportent des solutions au traitement des variantes des patronymes, des toponymes et des titres d’ouvrages. Dans la perspective du Linked Open Data, l’alignement sur des référentiels aide à enrichir les données d’un projet en les complétant avec d’autres ressources et bases de données (data.bnf.fr, IdREF, VIAF, ISNI). Le séminaire, fondé sur le partage d’expériences d’ingénieurs et de chercheurs impliqués dans l’édition de corpus numériques, vise à définir les bonnes pratiques utiles à l’établissement d’index, pour identifier et documenter de manière univoque une notion ou une entité nommée.

Le séminaire est ouvert à tous, sur inscription à cette adresse : ihrim-seminaire-index@univ-st-etienne.fr

Université Jean Monnet Saint-Étienne
33, rue du 11 novembre
Bât G
Salle G0.5

9h15-17h

http://ihrim.ens-lyon.fr/evenement/indexer-les-corpus-numeriques

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

Journée d’étude:”Historiciser l’expertise. L’autorité de l’expert en médecine dans les sociétés antiques et médiévales”, Lyon, 14-15/01


Programme

Lundi 14 janvier, 14h :
  • Isabelle Boehm (Université de Lyon, HiSoMA), Laurence Moulinier-Brogi (Universitéde Lyon, CIHAM), Marilyn Nicoud (Avignon Université, CIHAM), Introduction
  • Robert Alessi (Université de Poitiers, Orient & Méditerranée), «La notion d’expertise médicale dans les Épidémies II,IV et VI d’Hippocrate et le commentaire de Galien : une discussion à la fois philologique et médicale»
  • Antonio Ricciardetto (Collège de France, CEDOPAL) «L’expertise médico-légale dans l’Antiquité : le témoignage des papyrus grecs d’Égypte»
  • 16h : Pause
  • Tommaso Duranti (Università degli Studi di Bologna), «La création du professionnel: l’expert médical par les sources normatives »
Mardi 15 janvier, 9h30
  • Vincent Barras (CHUV, Lausanne), «Les troubles de l’âme et l’expertise du médecin antique»
  • Corinne Leveleux (Universitéd’Orléans, CESFIMA), «La place et le rôle de l’expertise dans la construction de la vérité judiciaire (XIIe-XVesiècle)»
  • 10h45 Pause
  • Joël Chandelier (Université Paris 8, Centre de Recherches Historiques), «L’expert peut-il se tromper? La médecine scolastique face aux cas particuliers (XIIIe-XIVe siècle) »
  • Carmel Ferragud (Universitatde València), «The methods of the procedure and the role and temporality of the use of the medical report within the judgment in the Kingdom of Valencia during the late Middle Ages»
Mardi 15 janvier, 14h30
  • Helène Leuwers (Université Paris-Ouest-Nanterre, CHISCO), «”Veu par la cour le rapport de medecins, cirurgiens et barbiers”. La place de l’expertise dans le jugement de la capacité professionnelle (1350-1550)»
  • François-Olivier Touati (Université de Tours, CITERES), «Judicium leprae. Acteurs et pratiques de l’expertise de lèpre. Du Moyen Âge à la Modernité (Orient-Occident)»
  • Didier Boisseuil (Université de Tours, CESR), «Expertiser les eaux thermales: la place des médecins (XIVe-XVIesiècle)
Lieu

Lyon 7, MSH LSH, 14 avenue Berthelot, salle Marc Bloch

Contact :

marilyn.nicoud@univ-avignon.fr

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire : “Lieux de représentation du pouvoir : les palais”, Aix en Provence, 14/01

Dans le cadre du séminaire de recherche, coordonné par Jean-Baptiste Delzant, Élisabeth Malamut et Mohamed Ouerfelli, a pour vocation de rassembler autour de thèmes fédérateurs historiens, archéologues et historiens de l’art, spécialistes des mondes médiévaux méditerranéens. Interdisciplinaire et comparatiste, il propose une approche de l’économie et des sociétés du monde méditerranéen. Organisé en cycles de deux ans, il est l’occasion de dresser un tableau des dernières recherches autour de thèmes transversaux, communs aux espaces et disciplines concernées par la Méditerranée médiévale. Cette année est abordée la question de la représentation du pouvoir en Méditerranée médiévale.

Pour la séance du 14 janvier 2019 :
  • Julien Loiseau (AMU-IREMAM), Palais urbains, pouvoir souverain et compétition politique au Caire à l’époque mamelouke (XIIIe-XVIe siècle)
  • Michael Featherstone (Université de Fribourg-EHESS), Le Grand Palais de Constantinople : symbole éternel de l’État

Aix en Provence, MMSH, Salle Georges Duby, 14h-17h, entrée libre.

Source et programme complet du séminaire : http://la3m.cnrs.fr/pages/manifestations/seminaires/ECO-SOC/ECO-SOC-affiches/Eco-soc-2018-2019.jpg

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire d’archéologie médiévale du CIHAM, “Les apports archéologiques récents à l’histoire des sociétés de l’Islam occidental”, 10/01, ENS Lyon

Cyrille Aillet, Sophie Gilotte (Ciham) et Chloé Capel (Orient et Méditerranée) Séminaire d’archéologie médiévale

Jeudi 10 Janvier 2019, 10h-12h et 14h-17h

ENS de Lyon, salle D2 121, 15 parvis René Descartes

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts