Bourse de la SHMESP pour les congrès internationaux

La SHMESP accorde dans la mesure de ses moyens des bourses d’un montant maximal de 300 € pour l’Europe et de 500 € pour le reste du monde aux membres de la SHMESP doctorants et docteurs sans poste souhaitant participer aux congrès internationaux (Leeds, Lleida, Kalamazoo, de la Medieval Academy of America…). La demande est à adresser à la SHMESP, accompagnée d’un CV, d’un budget (incluant les dépenses et autres sources de financement provenant des laboratoires, écoles doctorales, etc.) et d’un document attestant de l’intervention au congrès (programme, attestation de l’organisateur de la session, etc.). Les demandes sont examinées trois fois l’an, fin septembre, fin janvier et fin mars. Priorité sera donnée aux candidat(e)s n’ayant pas encore bénéficié d’une bourse. Les remboursements interviendront sur présentation des factures et attestation de la participation effective au congrès.

Source : http://www.shmesp.fr/spip.php?article797

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication:”Les portes de la guerre seront closes” : Mémoires des conquêtes romaines sous l’Empire et à l’époque médiévale, Lyon, 03-04/06/2019 (date limite : 12/02)

Illustrations © museonazionaleromano.beniculturali.it– MNR, Palazzo Massimo / gallica.bnf.fr – BnF

Comme le prophétise Jupiter au livre 1 de l’Énéide(claudentur Belli portae, v.293), l’instauration du Principat marque le terme de l’expansion romaine en Méditerranée : les frontières de cet « empire sans fin » (imperium sine fine, v.279), fixées par Auguste, n’évolueront alors plus que ponctuellement sous ses successeurs et jusqu’à la disparition de l’Empire romain d’Occident.

Plusieurs recherches récentes, inscrites dans le champ des memory studies, ont mis en évidence le poids qu’ont eu dans la mémoire culturelle des Romains certains épisodes majeurs de leur histoire comme la deuxième guerre punique ou les guerres civiles, notamment en raison de leur portée traumatique. On s’est cependant moins souvent interrogé sur la (les)valeur(s) mémorielle(s) dont ont été chargées les guerres extérieures (bella externa)qui, loin de tomber dans l’oubli, constituaient un réservoir inépuisable d’exempla et de références. Comment les Anciens se sont-ils souvenus des conquêtes républicaines une fois celles-ci achevées, sous l’Empire et, au-delà, à l’époque médiévale ? Comment le sont-ils commémorées ?

L’objectif de ces journées est de proposer des réponses à cette question de la mémoire des conquêtes romaines, en analysant en contexte ses formes (littéraires,iconographiques, épigraphiques, etc.)et ses enjeux, selon une approche diachronique ou synchronique d’épisodes historiques précis, d’auteurs (grecs et latins) particuliers. Il s’agira de mettre en évidence aussi bien la diversité des mémoires et les raisons de cette diversité que des tendances plus générales sur le rôle des guerres dans la construction de la mémoire collective d’une société, sur leur place dans des pratiques de commémoration sous l’Empire et au Moyen Âge.

 Il est attendu descommunications qu’elles fassent dialoguer diverses sources documentaires(textuelles, épigraphiques, iconographiques, etc.) et qu’elles s’efforcent de proposer une approche transdisciplinaire permettant de confronter les points de vue et les méthodes sur un même épisode (histoire/mémoire, vestiges archéologiques/traces mémorielles, etc.). Il est possible,dans ce cadre, de proposer des communications à deux voix.

 Les propositionsde communications, sous forme d’un résumé de 250 mots (en français ou anglais),accompagné d’une présentation des sources mobilisées et d’une courte bibliographie indicative, sont à adresser aux organisateurs : simon.cahanier@univ-lyon3.fret marie.ledentu@univ-lyon3.fr, le mardi 12 février 2019 au plus tard. L’annonce des propositions retenues aura lieu le 25février.

La durée des communications sera de 30 mn et elles feront l’objet d’une publication sous forme d’Actes.

Bibliographie indicative :

Assmann, J. [2002] (2010) : La mémoire culturelle : écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, Paris.

Barrandon,N. (2018) : Les Massacres de la République romaine, Paris.

Becker, E.-M., Dochlorn, J et E. Holt, éd. (2014) : Trauma and Traumatization in Individual and Collective Dimensions. Insights from Biblical Studies and Beyond,Göttingen.

David, J.-M., éd. (1998) : Valeurs et mémoire à Rome. Valère Maxime ou la vertu recomposée, Paris.

Galinsky, G. K. (2016) : Memory in ancient Rome and early Christianity,Oxford.

Gowing, A. M. (2005) : Empire and Memory: the Representation of the Roman Republic in Imperial Culture,Cambridge-New York-Melbourne.

Halbwachs, M. (1950) : La mémoire collective, Paris.

Hölscher, T. (2003) : « Images of War in Greece and Rome: between Military Practice, Public Memory, and Cultural Symbolism », JRS, 93, 1-17.

Kubler,A. (2018) : La mémoire culturelle de la deuxième guerre punique. Approche historique d’une construction mémorielle à travers les textes de l’Antiquité, Bâle.

Low, P., Oliver, G. et P. J. Rhodes, éd. (2012) : Cultures of Commemoration: War Memorials, Ancient and Modern, Oxford-New York-Auckland.

Comité scientifique

François Cadiou – Professeur d’histoire romaine (Ausonius UMR 5607, Univ. Bordeaux Montaigne)

Simon Cahanier – Doctorant en littérature et civilisation latines (HiSoMA UMR 5189, Univ. Jean Moulin)

Marie-Céline Isaïa – Maître de conférences HDR en histoire du Moyen Âge (CIHAM UMR 5648, Univ. Jean Moulin)

Marie Ledentu – Professeur de littérature latine (HiSoMA UMR 5189, Univ. Jean Moulin)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Programme 2018-2019 séminaire des médiévistes de Lyon

L’Atelier des médiévistes (du Ciham) se distingue du séminaire communs des historiens (des laboratoires ANHIMA, CIHAM, HEMOC). Le séminaire commun regroupe des rencontres touchant à différentes époques, nous annoncerons ici les communications relatives au Moyen-Âge.

Les séances ont lieu de 09h30 à 12h30, soit à l’Amphithéâtre de la MILC, 35 rue Raulin, Lyon 7 soit à l’Amphithéâtre Huvelin de l’Université Jean Moulin Lyon 3, 15 quai Claude Bernard, Lyon 7.

  • Jeudi 17 janvier, séance consacrée aux travaux des jeunes chercheurs du CIHAM, amphi Huvelin. Olivier Brisville-Fertin, « La communauté dans le discours aljamiado » ; Jean-Benoit Krumenacker, « Les livres de la primatiale Saint-Jean de Lyon à la fin du XVe siècle » et Catherine Richarté, « Produits bruts et produits finis échangés en Méditerranée occidentale (fin IXe-début Xe siècle)

  • Jeudi 31 janvier, amphi Huvelin. Filippo Ronconi (EHESS), « Entre érudition et sciences sociales : la contribution des livres manuscrits »

  • Jeudi 14 février, amphi Huvelin. Nicole Bériou (membre de l’Institut) et Bernard Hodel (Université de Fribourg), « ‘Remettre à neuf’ Dominique de Caleruefa. La collecte et la traduction des témoignages écrits (fin XIIe-XIVe siècle) »

  • Jeudi 28 février, amphi MILC. Catherine Gaullier-Bougassas (Lille 3), « Réceptions médiévales d’Alexandre le Grand : le pouvoir, l’Empire et la connaissance »

  • Jeudi 7 mars, amphi MILC. Emmanuelle Poulain-Gautret (Lille 3), « La chanson de geste : Belles lettres ou littérature populaire ? »

  • Jeudi 21 mars, amphi Huvelin. Marie-Laure Derat (CNRS – UMR 8167 Orient et Méditerranée), « La dynastie des saints-rois Zagwé (XIe-XIIIe siècle) et le site de Lalibela (Ethiopie) »

  • Jeudi 4 avril, Bilan historiographique et table-ronde, amphi MILC. Armand Jamme et Clément Lenoble, « Des comptabilités médiévales à l’histoire économique ».

  • Jeudi 2 mai, amphi MILC. Josep Torro (Universitat de Valencia), « S’associer pour capturer. Les sociétés de chevauchée et les almogavares dans la péninsulre ibérique (XIIIe siècle)Jeudi 16 mai, amphi MILC. Corisande Fenwick (University College London), “Archéologie, Empire et conquête arabe en Afrique du Nord »

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journées d’étude GIS Humanités. Sources et Langues de la Méditerranée. 17-19/12, Lyon

Créé en 2014, le GIS Humanités réunit des philologues, des historiens,des philosophes, des archéologues et des musicologues, qui s’intéressent aux sources et aux langues anciennes de l’Europe et de la Méditerranée, à leur transmission et à leur réception, que ces sources soient des objets, des documents, des monuments, des fictions. Par-delà les cloisons disciplinaires, par-delà les discours scientifiques et les vocabulaires propres à chaque heuristique, les humanités relèvent en effet d’une même tradition herméneutique : il s’agit de fouiller, d’explorer, de comprendre, d’interpréter des sources qui, mots ou choses,  donnent accès à un passé qui continue de nous échapper en partie.

Plusieurs membres du CIHAM participent à ces journées

  • Laure Miolo, “De la bibliothèque privée à la bibliothèque collégiale : normes et diffusion des textes scientifiques au collège de Sorbonne, lundi 17/12
  • Marie Paulit, “Les sermons d’Augustin d’Hippole : un corpus impossible ? “
  • Magali Romaggi “L’orgueil au miroir de Narcisse”
  • Marylène POssamai-Perez, “Du latin au moyen français : l’exemple de l’Ovide moralisé”
  • Giovanni Stranieri, “‘Europe’ dans les textes du premier Moyen Age. Aux sources d’un imaginaire européen

Pour accéder au programme complet : https://gishuma.hypotheses.org/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Atelier HN:GEPHI (visualisation de réseaux), Paris 13/12

Le Labex OBVIL organise, dans le cadre de son séminaire 2018-2019, une séance d’initiation à Gephi et à l’analyse de données relationnelles, donnée par Martin Grandjean, spécialiste de l’analyse de réseaux.

La séance a été conçue en deux parties: les deux premières heures seront dédiées à une présentation générale des fonctionnalités du logiciel, de la structuration des données pour l’import, ainsi que des principes de l’analyse de réseaux. La dernière heure sera consacrée, pour ceux qui sont intéressés, à un travail en groupe plus réduit, sur les données de chacun.

Inscription auprès de Marie-Eglantine Lescasse (marie.e.lescasse@gmail.com). 

Jeudi 13 décembre, de 15h à 18h, à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75005 Paris, en salle S002.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

Conférence:Présentation de l’ouvrage “Ecrire l’histoire, pensr le pouvoir, Etats de Savoie, XVe-XVIe siècles” par Laurent Ripart, Chambéry 14/12

L’historiographe savoyarde est née en 1947, lorsque le duc Amédée VIII ordonna d’écrire des Chroniques de Savoie.Dès lors, les Etats de Savoie devinrent une terre d’écriture de l’histoire, dans laquelle furent produites, aux XVe et XVI e siècles, un important ensemble de chroniques, généalogies, annales et autres mémoires. Cette matière aussi riche que méconnue est le sujet de ce livre, qui étudie les enjeux politiques de cette mise à l’écrit du passé savoyard. Il s’attache à replacer cet essor des écritures historiographiques dans le contexte du développement du goût pour l’histoire, qui constituait l’un des éléments constitutifs de la nouvelle culture humaniste. Il met aussi en évidence la diversité des voies – mais aussi des voix – de l’histoire à l’âge de la Renaissance, en montrant qu’elles offraient une pluralité d’interprétations du passé dynastique qui tendit à disparaître à l’âge de l’absolutisme. La rédaction, en 1660, de l’histoire généalogique de la royale maison de Savoie de Samuel Guichenon que le pouvoir ducal fit éditer à grand tirage dota dés lors en effet les Etats de Savoie d’une histoire officielle largement diffusée, qui devait faire autorité jusque dans la première moitié du XIXe siècle

Vendredi 14 décembre 2018,
17h

Amphithéâtre Decottignies

Présidence Université de Savoie Mont-Blanc, 27, rue Marcoz, Chambéry

source : http://www.llseti.univ-smb.fr/web/llseti/320-actualites-du-laboratoire.php?item=1354

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidatures: Ecole doctorale thématique “microhistoire et histoire sociale. Nouvelles approches méthodologiques”, Casa de Velazquez, 27-29/03/2019 (date limite de candidature : 21/01/2019)

Présentation

Apparue au tournant des années 1970 et 1980 au sein d’un petit groupe d’historiens italiens, en réaction à une histoire sociale marquée par les modèles structuraliste et fonctionnaliste, la microstoria peut être définie non pas comme une « école » historiographique porteuse d’une méthode unifiée, mais comme une pratique expérimentale de la recherche, caractérisée par des approches variées ayant pour point commun un intérêt pour l’échelle micro. Cette histoire « au ras du sol » (J. Revel) s’est nourrie de l’exploitation minutieuse et extensive de sources et d’indices épars, pour reconstituer, à travers ces traces documentaires, l’épaisseur du monde social, la complexité des itinéraires et des stratégies individuelles et la multiplicité des contextes dans lesquels ils s’inscrivent et qui leur donnent sens. Si certains ont vu dans l’usage des dissonances, des cas limites (« l’exceptionnel normal » d’E. Grendi) le meilleur outil d’appréhension des normes et des relations sociales, d’autres ont au contraire privilégié le jeu fécond sur les échelles d’observation et d’analyse qui fait le pari de la complexité et permet de mettre en lumière « la structure feuilletée du social » (J. Revel). Ce changement d’échelle et de méthode d’analyse a pu enfin s’accompagner, dans la construction même de l’objet de recherche puis dans son interprétation, de choix narratifs innovants, à visée heuristique, relevant eux aussi d’un souci commun de l’expérimentation.

La démarche empirique des micro-historiens a, depuis une trentaine d’années, nourri de nombreux travaux qui font la preuve de son potentiel à la fois descriptif et analytique dans la construction et la compréhension du social. La variation des échelles d’analyse constitue ainsi un outil précieux d’appréhension des tensions entre, d’une part, les ressources et les capacités d’action des individus, et d’autre part, les contraintes de toute nature et les cadres normatifs avec lesquels ils interagissent. Si, de nos jours, l’approche microhistorique peut connaître un recul relatif face à d’autres manières d’écrire l’histoire, ou faire l’objet de malentendus, il n’en demeure pas moins qu’elle continue à questionner la pratique historienne, ainsi que le démontrent quelques études récentes. Une piste méthodologique particulièrement stimulante est ici celle qu’a empruntée Francesca Trivellato dans son expérience d’« histoire globale à échelle réduite », qui réconcilie, à travers une histoire connectée de la Méditerranée au XVIIIe siècle, l’analyse fouillée d’un contexte local chère à la microstoria et l’histoire de la mondialisation des marchés.

Dans ce contexte, l’objectif de cette École thématique est d’interroger à la fois le potentiel et les difficultés méthodologiques liés à la démarche micro-historienne, qu’elle soit menée pour elle-même ou croisée avec d’autres méthodes. Ces journées visent ainsi à dresser un état des lieux critique des apports et des approches suivies depuis une quarantaine d’années par celles et ceux qui ont mis en œuvre, dans leur pratique de la recherche, les propositions analytiques et narratives de la microhistoire. À travers la présentation de travaux récents par les conférenciers et la discussion des recherches en cours des participants (sources, terrains, méthodes), il s’agira également d’éclairer les nouveaux enjeux méthodologiques liés à l’adoption d’une démarche micro-historique en histoire sociale et les possibilités renouvelées de dialogue avec les autres sciences sociales – anthropologie et sociologie en particulier – que cette démarche engendre.

Conférenciers et formateurs

– Giovanni LEVI (Università Ca’ Foscari Venezia) – Conférence inaugurale
– Francisco ANDÚJAR CASTILLO (Universidad de Almería)
– Eleonora CANEPARI (Aix-Marseille Université)
– Simona CERUTTI (École des hautes études en sciences sociales, Paris)
– Tomás MANTECÓN MOVELLÁN (Universidad de Cantabria)
– Jacques REVEL (École des hautes études en sciences sociales, Paris)
– Bernard VINCENT (École des hautes études en sciences sociales, Paris)

Organisation

L’École thématique se déroulera sur trois journées de travail en présence de spécialistes de cette thématique.

Ces journées s’articuleront autour de conférences le matin, suivies d’un débat avec l´ensemble des candidats sélectionnés, et d’ateliers pratiques l’après-midi, animés par des conférenciers et des formateurs.

Les débats et les interventions se dérouleront en espagnol, français ou en anglais.

Les participants (20 maximum) assisteront à des conférences méthodologiques ou historiographiques et à des ateliers pratiques.

Conditions pratiques

Cet appel à candidature s’adresse principalement à des doctorants et à des post-doctorants.

Il s’adresse également à des étudiants inscrits en 2e année de Master, dont le projet de recherche est déjà avancé. La sélection des 20 participants se fera en fonction du dossier académique du candidat, de son profil de formation et connaissance des langues.

Une priorité sera accordée aux candidats préparant une thèse et dont les travaux de recherche s’inscrivent dans les champs thématiques de ces journées. Pour cela, ils devront présenter une lettre de motivation, en expliquant les raisons de leur candidature (500 mots maximum).

À compter du 31 janvier 2019, les candidats seront informés du résultat de la sélection.

Les candidats sélectionnés seront ensuite informés de la procédure à suivre.
À l’issue de l’école thématique, les candidats recevront un certificat de présence.

Le prix de l’inscription est de 50 euros (à travers le système de paiement Paypal).

Il comprend :
– le logement à Madrid (en chambre double partagée), 4 nuits, pour les candidats qui en font la demande et qui ne résident pas à Madrid.
– les déjeuners, 3 jours

Les frais de déplacement et les dîners sont à la charge des participants.

Une aide à la mobilité pour un déplacement intercontinental, d’un montant maximal de 300 euros, pourra être accordée aux candidats qui en feront la demande, inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur d’Afrique ou d’Amérique latine.

Date limite d’inscription : 21 janvier 2019 – 17 h (heure de Madrid)

Accéder au formulaire d’inscription

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire commun des historiens d’Avignon: Catastrophes et fiscalité. L’Italie du sud dans la longue durée (XIIIe-XVIIe siècles) , Avignon, 12/12

salle 2E03, Université d’Avignon, site Hannah Arendt

Francesco (Università di Napoli, Federico II) :”Catastrophes et fiscalité. L’Italie du sud dans la longue durée (XIIIe-XVIIe siècles)”.La catastrophe est un fait social, pas seulement car elle implique les hommes, comme autant de victimes, mais aussi parce que c’est la structure sociale qui définit, qui “crée” la catastrophe. Dans cette perspective, on présentera un cas d’étude: les suppliques des communautés rurales de l’Italie méridionale après la peste de 1478-81 et la réponse de la monarchie (Royaume de Naples), qui parfois octroya un report ou une réduction des impôts directs suite à la perte de vies humaines – à savoir de “feux” fiscaux. En comparant ce cas avec les réactions des communautés et de la monarchie à l’occasion d’autres catastrophes sur la longue durée (XIIIème-XVIIème siècles), on réfléchira sur les relations dominant/dominés, sur le doublet rhétorique de la supplique/réalité de la catastrophe, ainsi que, plus en général sur la perspective des soi-disant disaster studies.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts