Actualité:Assemblée générale du CIHAM:03-04/07/2018, Lyon.

Chères doctorants et chers doctorantes,
La prochaine Assemblée générale de votre laboratoire aura lieu le mardi (après-midi) 3 et le mercredi 4 juillet à Lyon. Il s’agit de notre rendez-vous à mi-parcours du contrat quinquennal qui sera l’occasion de faire un premier bilan de nos activités, partenariats, publications, soutenances, valorisation, etc.
La présence de tous est indispensable.
Merci par conséquent de réserver dès à présent ces deux jours. Les modalités d’organisation de cette AG vous seront communiquées prochainement.
Avec mes plus cordiales salutations,
Jean-Louis Gaulin

Directeur du CIHAM – UMR 5648
Histoire, archéologie, littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux
CNRS – EHESS – ENS de Lyon – Université Lyon 2 – Université Lyon 3 – Université d’Avignon
c/o Maison des Sciences de l’Homme- Lyon St-Etienne
14 avenue Berthelot – F-69363 Lyon cedex 07

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Humanités numériques : de nouveaux outils pour le médiéviste:7-8/05/2018, Université de Namur.

L’ambition de cette rencontre bilingue (anglais / français) destinée en particulier aux jeunes chercheurs et aux étudiants sera, d’une part, d’illustrer combien et comment les humanités numériques contribuent à redynamiser de nombreux champs de recherche en études médiévales et, d’autre part, de fournir une première initiation à certains outils de travail dont les rudiments peuvent s’acquérir au prix d’efforts mesurés.

ANNONCE

Argumentaire

L’informatique, on le sait, s’est aujourd’hui imposée comme un outil incontournable pour le médiéviste. Depuis plusieurs décennies, bon nombre d’historiens, d’historiens de l’art et de philologues du Moyen Âge appuient en effet leurs travaux sur des corpus diplomatiques, des éditions numériques et des bases de données dont la conception a, parfois, été pensée dès le milieu des années 1980. Pourtant, en dépit des apparences, l’exploitation de ces instruments de recherche et de ces corpus demeure globalement en-deçà de leurs potentialités. Hormis quelques notables exceptions, rares sont les médiévistes à s’être engagés dans une approche quantitative globale et fouillée de ces ensembles documentaires numérisés. Les formidables instruments de travail à disposition des chercheurs, dont le Thesaurus Diplomaticus et sa nouvelle mouture des Diplomata Belgica constituent d’excellents exemples belges, sont ainsi trop souvent cantonnés à une fonction unique : celle de servir de répertoires d’éditions. Sans être exclusives des approches plus traditionnelles – bien au contraire –, de nouvelles méthodes d’analyse permettent pourtant d’interroger sur d’autres bases ces corpus documentaires. La portée et la pertinence de ces approches s’accroissant au fil des ans, tout laisse présager qu’elles autoriseront, bientôt, l’émergence de nouvelles formes d’exploration de l’histoire, des arts et des littératures du Moyen Âge, dans lesquelles l’expérimentation et l’innovation méthodologiques occuperont sans aucun doute une place majeure.

L’ambition de cette rencontre bilingue (anglais/français) destinée en particulier aux jeunes chercheurs et aux étudiants sera, d’une part, d’illustrer combien et comment les humanités numériques contribuent à redynamiser de nombreux champs de recherche en études médiévales et, d’autre part, de fournir une première initiation à certains outils de travail dont les rudiments peuvent s’acquérir au prix d’efforts mesurés. La focale portera sur trois méthodes d’analyse quantitative des sources textuelles : 1) l’analyse de réseaux, qui, par l’utilisation de calculs et de graphes, permet d’étudier les relations entre entités sociales, et ainsi de mieux comprendre certains phénomènes sociaux ; 2) le text mining, qui vise à explorer de vastes ensembles documentaires numérisés pour en extraire des données textuelles exploitables par le chercheur ; 3) la stylométrie, dont l’ambition est d’étudier le style propre d’un auteur par le recours à des outils statistiques et, partant, de jeter une lumière nouvelle sur les questions d’attribution.

Concrètement, la rencontre s’articulera en deux temps. La première journée, organisée à l’Université de Namur, illustrera les potentialités de l’analyse de réseaux, du text mininget de la stylométrie dans le cadre de présentations mêlant réflexions méthodologiques et études de cas. La seconde journée, prévue à l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve), adoptera, quant à elle, une visée plus pédagogique, puisqu’elle proposera une initiation aux méthodes de l’analyse de réseaux, du text mining et de la stylométrie à travers des ateliers ouverts aux débutants. Ces journées d’étude ont avant tout l’ambition de défricher le terrain en vue de l’éventuelle organisation d’autres activités liées aux humanités numériques. Elles aboutiront à la mise en ligne d’un répertoire synthétique décrivant les potentialités et les limites des outils numériques utilisés par les intervenants.

Ce rendez-vous sera organisé conjointement par le Réseau des Médiévistes belges de Langue française (groupe de contact du F.R.S.-FNRS), qui a depuis quelques années entamé sa « mue numérique », et par les groupes de recherche « PraME – Pratiques médiévales de l’écrit » (Université de Namur) et « H37 – Histoire et cultures graphiques » (Université catholique de Louvain).

Programme

Université de Namur

Lundi 7 mai 2018

9h15 : Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent)et Nicolas Ruffini-Ronzani (UNamur / UVSQ) – Introduction

Modérateur : Tristan Martine (Université Lyon-III)

  • 9h30 : Johannes Preiser-Kapeller (Österreichische Akademie der Wissenschaften)– Mapping Medieval Conflicts: A Network Analytical Approach Towards Political Dynamics in the Pre-Modern Period
  • 10h15 : Nicolas Ruffini-Ronzani (UNamur / UVSQ) – Analyse de réseaux et critique historique : quelques enseignements tirés de l’étude du « schisme » de Cambrai (vers 1100)

11h00 : pause

Modérateur : Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent)

  • 11h15 : Nicolas Perreaux (Goethe Universität Frankfurt am Main) – Les corpus diplomatiques numérisés : contenus, méthodes, possibilités
  • 12h00 : Dominique Stutzmann (CNRS / IRHT) La recherche en plein texte dans les manuscrits médiévaux : la reconnaissance des écritures manuscrites dans le projet HIMANIS

12h45 : pause de midi

  • 14h00 : Jeroen De Gussem (UGent) – Forgery in Saint-Denis: A Stylometric Study in the Donation of Charlemagne

Modératrice : Adélaïde Lambert (ULiège)

  • 14h45 : Jean-Baptiste Camps (École nationale des Chartes) – L’analyse généalogique de traditions textuelles : présentation du module « Stemmatology » pour R

15h30 : Pause

  • 15h45 : Nicolas Mazziotta (ULiège) – Lire, choisir et découvrir, puis numériser : la part du philologue dans les nouvelles technologies
  • 16h30 : Pascale Renders (Université de Lille / Université de Liège)et Esther Baiwir (Université de Lille / Université de Liège) – Ancien picard, picard moderne : quelles ressources numériques ?
  • 17h15 : Paul Bertrand (UCLouvain) – Remarques conclusives

Université catholique de Louvain

mardi 8 mai 2018

Ateliers

  • 9h30 : Atelier no 1 – Initiation à l’analyse de réseaux, org. par Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent), Nicolas Ruffini-Ronzani (UNamur / UVSQ)etJohannes Preiser-Kapeller (Österreichische Akademie der Wissenschaften)

12h30 : pause de midi

  • 14h00 : Atelier no 2 – Initiation à la fouille de texte, à l’analyse sémantique et à la stylométrie, org. par Jeroen De Gussem (UGent), Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent) et Nicolas Perreaux (Goethe Universität Frankfurt am Main)

Pour plus d’informations : « Humanités numériques : de nouveaux outils pour le médiéviste », Journée d’étude, Calenda, Publié le vendredi 23 mars 2018, https://calenda.org/437094

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Moyen Âge et séries[délai:31/07/2018]

La revue Médiévales : Langues, Textes, Histoire envisage la publication en 2020 d’un numéro thématique provisoirement intitulé « Moyen Âge et séries ». Ce numéro thématique sera coordonné par Alban Gautier (Université de Caen Normandie) et Laurent Vissière (Sorbonne Université). Les contributions pourront proposer soit des études de cas appuyées sur une bibliographie critique, soit des réflexions plus théoriques illustrées par l’analyse d’exemples précis. Il n’y a aucune exclusive dans les disciplines et les approches : nous accepterons les propositions de spécialistes de littérature, histoire, filmologie, sociologie, histoire de l’art, médialogie, langues et civilisations étrangères, philosophie, sciences politiques, etc.

ANNONCE

Argumentaire

La revue Médiévales : Langues, Textes, Histoire envisage la publication en 2020 d’un numéro thématique provisoirement intitulé « Moyen Âge et séries ».

Les séries occupent une place croissante dans les pratiques culturelles contemporaines, et plusieurs d’entre elles ont à voir avec la période médiévale. Il peut s’agir en premier lieu de la mise en scène d’un épisode historique, d’une période donnée, de la vie d’un personnage célèbre, voire de l’adaptation d’une œuvre littéraire médiévale ou ayant pour cadre le Moyen Âge – ce qui implique un travail documentaire plus ou moins scientifique. Il existe aussi, bien entendu, un Moyen Âge de fantasy, fantastique et fantaisiste, mais que le spectateur reconnaît néanmoins comme « moyenâgeux ». Certaines séries, enfin, comportent des références plus subtiles et moins immédiatement intelligibles à des œuvres ou des événements de la période médiévale.

Quel que soit l’objet de leur travail, les scénaristes et les réalisateurs peuvent appréhender le Moyen Âge à travers les sources primaires et les travaux des historiens, mais ils se référent aussi souvent, et sans le dire, à des passeurs comme Shakespeare, Walter Scott ou Tolkien – pour ne citer que trois noms qui, par leur influence sur la culture anglophone, jouent un rôle majeur dans la vision du Moyen Âge que véhiculent aujourd’hui les séries télévisées. Ils sont également amenés à faire un important travail de reconstitution, concernant aussi bien les vêtements, les objets et même les gestes de la vie quotidienne, que la parole, la musique et tout ce qui relève de la bande-son. Ils traitent ainsi, et pas forcément de manière ridicule, de champs historiques longtemps délaissés par la recherche médiévale, mais aujourd’hui en plein essor (culture matérielle, anthropologie, paysages sonores, etc.).

Les productions culturelles qui pourront faire l’objet de contributions dans ce numéro de Médiévales sont de nature très variée. On retiendra comme objets d’étude des séries télévisées ou produites pour des plateformes de vidéo à la demande ; les séries « patrimoniales » des chaînes de télévision françaises ou étrangères ou des séries récentes, à grand succès ou non. Il convient dans tous les cas que les œuvres considérées répondent à quatre critères : 1. sérialité (de la mini-série de cinq ou six épisodes au feuilleton-fleuve) ; 2. production pour les écrans (en dehors du grand écran et des jeux vidéo) ; 3. dimension fictionnelle (séries documentaires et docu-fictions seront a priori exclus) ; 4. rapport au Moyen Âge.

Le rapport à l’histoire (comme passé et comme science), la variété des représentations du Moyen Âge, la nature de la « médiévalité » et de ce qui « fait Moyen Âge » dans les séries, à la fois dans la conception et dans la réception, font partie des thèmes qui pourront être abordés. Le Moyen Âge est ici défini dans son sens habituel en France, comme la période allant du Ve au XVe siècle, mais rien n’empêche de l’étendre en amont et en aval du moment que l’œuvre étudiée relève d’une forme de Moyen Âge. En termes de géographie, on aura le loisir de traiter des séries venues d’aires culturelles éloignées (par exemple asiatiques), pour lesquelles des codes narratifs et visuels installent le spectateur dans ce qu’il identifie spontanément comme un Moyen Âge. Par ailleurs, on pourra s’intéresser à la réutilisation d’œuvres médiévales dans des séries traitant d’autres périodes ou d’autres mondes – comme la transposition d’un schéma arthurien dans le monde contemporain, ou des péripéties inspirées de la guerre de Cent Ans sur une autre planète.

Enfin, des médiévistes de toutes disciplines sont impliqués dans la production de certaines séries, comme experts pour l’écriture ou la révision des scénarios, voire sur les tournages eux-mêmes. De plus en plus nombreux, les chercheurs étudiant le Moyen Âge s’intéressent aux séries : c’est parmi eux que se recrutent la plupart des spécialistes de ce champ de recherche qu’on appelle désormais le médiévalisme. La constitution des séries médiévalisantes en objet d’étude et domaine d’activité des médiévistes pourra aussi être abordée par les contributions. Cette redéfinition progressive du champ de la médiévistique porte des implications politiques et sociétales qui méritent d’être analysées : entre scientificité et médiation à destination du « grand public », il y là a une dialectique qui n’est pas dépourvue d’ambiguïtés. Pensons aussi à l’enseignement du Moyen Âge à l’école et à l’université, en France et dans le monde : la place qu’y tiennent les séries n’est plus négligeable.

Les contributions pourront proposer soit des études de cas appuyées sur une bibliographie critique, soit des réflexions plus théoriques illustrées par l’analyse d’exemples précis. Il n’y a aucune exclusive dans les disciplines et les approches : nous accepterons les propositions de spécialistes de littérature, histoire, filmologie, sociologie, histoire de l’art, médialogie, langues et civilisations étrangères, philosophie, sciences politiques, etc.

Ce numéro thématique sera coordonné par Alban Gautier (Université de Caen Normandie) et Laurent Vissière (Sorbonne Université).

Le calendrier prévisionnel est le suivant :

  • 31 juillet 2018 : date limite pour la remise des projets de contribution ;
  • septembre 2018 : sélection des contributions, envoi des réponses aux postulants ;
  • 31 mars 2019 : date limite pour la remise des articles ;
  • avril-septembre 2019 : relecture et expertise des articles par les coordinateurs et par le comité de rédaction de la revue ;
  • 30 novembre 2019 : date limite pour la remise des articles révisés ;
  • juin 2020 : parution du numéro, d’abord en volume, puis en ligne sur les plateformes OpenEdition et Cairn.

Dans un premier temps, nous demanderons donc aux personnes désireuses de proposer un article pour ce numéro d’envoyer aux deux coordinateurs (alban.gautier@unicaen.fr et lvissiere@gmail.com) un bref CV (1 page) et un projet de contribution (2 pages) exposant clairement l’angle choisi pour l’étude d’un des aspects mis en avant par le présent appel à communication. Ces deux documents sont à renvoyer avant le 31 juillet 2018.

Pour plus d’informations : « Moyen Âge et séries », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 28 mars 2018, https://calenda.org/437754

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques, 5-6 avril, Paris – Champs sur Marne

Cet atelier a pour but de faire dialoguer des jeunes chercheurs/chercheuses francophones et germanophones autour de la question des relations entre espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques (IXe–XIIIe siècles) dans un espace correspondant à celui de l’ancien empire carolingien. L’objectif est d’étudier la naissance d’espaces ecclésiastiques définis juridiquement et délimités spatialement et de s’interroger sur la perception de ces territoires par les laïques, qui peuvent être influencés par ces nouveaux modèles spatiaux. Surtout, le coeur de cet atelier consistera en l’étude des zones d’interfaces entre ces deux types d’espaces, entre conflits et interactions, discontinuité et émergence d’aires aux caractéristiques particulières.

Les différentes communications sont d’une durée de 20 minutes, suivies de 10 minutes de questions.

Programme

Jeudi, 5 avril 2018

Institut historique allemand, Paris

9:00 : Accueil des participants : T. Martine, J. Nowak, J. Schneider

9:30 : Éléments d’introduction

  • Ouverture de l’atelier par Th. Maissen, directeur de l’IHA
  • Die Rechtsräume, par C. Ehlers (Frankfurt a. Main/Würzburg)
  • Ecclesia et spatialisation des rapports sociaux, par M. Lauwers (Nice)

Session 1. Approches sémantiques, ritualistes et juridiques

Présidence : R. Große (Paris)

  • 10:30 : F. Grollmann (München) – Vorstellungen vom Herrschaftsraum im Kirchenrecht : Von der karolingischen zur ottonischen Epoche
  • 11:00 : N. Perreaux (Frankfurt a. Main) – « Des seigneuries laïques aux territoires ecclésiaux ? Dynamique du processus de territorialisation dans les actes diplomatiques numérisés (VIIe-XIIIe s.) »
  • 11:30 : N. Schroeder (Bruxelles) – Des dominations désincarnées ? La re-production des espaces seigneuriaux comme re-production de subordinations

Session 2. Des territoires épiscopaux en contact

Présidence : M. Czock (Duisburg-Essen)

  • 13:30 : A. Sagasser (Heidelberg) – Die Juden und ihr Platz in den Bischofsstädten Lyon und Speyer – Zwischen weltlichem Pragmatismus und kirchlicher Judenfeindschaft
  • 14:00 : M. Posaric (Kiel) – Die Bischöfe und die istrischen Küstenstädte. Interaktionsformen innerhalb kirchlicher und urbaner Herrschaftsgebiete (13.-14. Jahrhundert)
  • 14:30 : T. Jansen (Bonn) – Die Bischöfe von Verden in ottonischer Zeit – Bischöfliches Agieren in Räumen geistlicher und weltlicher Macht

15:00 – 15:30 – Pause

Présidence : U. Kleine (Hagen)

  • 15:30 : K. Odenbach (Halle-Wittenberg) – Die Bischöfe der Erzdiözese Mainz unter Otto III. und Heinrich II.
  • 16:00 : M. Wenzel (Leipzig) – Lothar III. (1125-1137), die Etablierung seiner Königsherrschaft und die sächsischen Erzbischöfe
  • 16:30 : F. Peloux (Namur) – La construction d’un espace épiscopal. Le cas du Gévaudan (XIe-XIIe siècles)

Vendredi, 6 avril 2018

Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Bois de l’Étang, salle C7

  • 9:15 : Accueil : G. Milani (Paris-Est Marne-la-Vallée)

Session 3. Intrication des espaces laïques et ecclésiastiques

Présidence : D. Panfili (Paris 1)

  • 9:30 : J. Beaumon (Rennes 2) – Implantation prieurale et enjeux territoriaux aux confins de la Bretagne, du Maine et de l’Anjou (XIe-XIIe siècles)
  • 10:00 : Th. Lacomme (EPHE Paris) – Comtes, vicomtes et chanoines : des espaces mixtes en Champagne ? (XIIe-XIIIe siècles)
  • 10:30 – 11:00 – Pause

Présidence : A. Wilkin (Bruxelles)

  • 11:00 : P. Chaffenet (Lille) – Espaces ecclésiastiques et espaces laïques en Vermandois occidental (XIe -début XIIe siècles) : distinctions et complémentarités
  • 11:30 : J. Bachelier (Rennes 2) – Terre d’Église puis seigneurie laïque en Bretagne : l’exemple de La Guerche (XIe-XIIIe siècles)

Session 4. Interfaces, conflits et tensions

Présidence : G. Bührer-Thierry (Paris 1)

  • 13:30 : F. Dirks (Hamburg) – Raumvorstellungen im westfränkischen Reich. Modelle, Interaktionen und Konflikte zwischen Grafen und Klöstern 843-923
  • 14:00 : C. De Vasselot (Nantes) – Coseigneuries et conflits de nomination : la seigneurie de Lusignan entre l’abbaye de Saint-Maixent et l’évêché de Poitiers
  • 14:30 : J. Winandy (Hamburg) – Schenkungen als Kontakt- und Konfliktzonen zwischen kirchlichen und weltlichen Herrschaften. Die Vita Gauzlini

15:00 – 15:30 – Pause

15:30 : Conclusions par G. Lubich (Bochum)

Lieux :

Institut historique allemand – 8 Rue du Parc Royal, Paris, France (75003)

Bâtiment Bois de l’Étang, salle C7 – 5 Boulevard Descartes, Champs-sur-Marne, France (77454)

Pour plus de renseignements :
Contact

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communications:Les trames arborescentes sur les façades des lieux sacrés : iconographie, mnémotechnie et anagogie d’un procédé structurel de l’Antiquité chrétienne à la fin du Moyen Âge, Paris, 25/05 [date limite : 10/04]

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. Une journée d’étude spécialisée, consacrée aux trames arborescentes qui occupent les façades des édifices religieux antiques et médiévaux, aura lieu le 25 mai 2018

Dans le De Architectura, Vitruve définit l’arbre comme ce qui prodigue à l’homme le matériau nécessaire à l’architecture, mais aussi comme ce qui lui donne à voir le modèle macrocosmique de la construction idéale qu’il peut reproduire en tant que microcosme. Dès les débuts de la chrétienté, le choix topographique de la construction, dans des zones parfois reculées et pourvues d’une flore luxuriante, contribue à définir la tropologie du lieu, c’est-àdire aussi bien celle du site que celle du terrain que l’édifice sacré occupe, celle de son parvis et, bien entendu, celle de l’édifice lui-même.

Dans l’architecture chrétienne sacrée, la structure même des façades laisse fréquemment transparaître une organisation arborescente, sur laquelle se déploient des ramifications autour d’un axe. Cette organisation peut concerner l’ensemble de la façade ou seulement certaines parties : roses monumentales, tympans, voussures, portiques, piédroits, niches, frises, jusqu’à, parfois, l’ensemble du portail lui-même. Le trumeau, les pilastres, les statues-colonnes ou les colonnes peuvent alors se concevoir comme autant de troncs qui supportent un bourgeonnement voire un fleurissement ornemental ou symbolique et tendent à constituer une véritable forêt d’images.

Or, en tant que frontière et que monumentalisation du seuil qui lie le monde laïc et la domus dei, où l’espace et le temps se sacralisent et se spiritualisent, la façade constitue le lieu privilégié pour donner à voir la mémoire du site. Dès lors, l’association de l’iconographie, de l’ornement et de l’architecture inscrit dans la spiritualité les expériences physiques (optiques, haptiques ou encore praxiques) que franchir le seuil provoque. En outre, la façade permet de caractériser visuellement l’intérieur de l’édifice à l’extérieur de ses murs d’une part, et le passage entre cet extérieur et cet intérieur d’autre part. À ce titre, sa symbolique rencontre à nouveau celle de la forêt qui, dans l’imaginaire antique et médiéval, constitue le lieu d’un cheminement initiatique et/ou d’une retraite spirituelle. Enfin, les hiérarchies structurelles de la façade se font l’écho du monde sensible que l’homme peut organiser, tandis que le sens qui se dégage de sa globalité cherche à transcender le sensible en mettant au jour la trame harmonieuse du monde. Par conséquent, les configurations arborescentes qui occupent les façades accentuent l’efficacité d’opérateurs initiatiques, d’intermédiaires et d’intercesseurs qu’elles exercent entre le monde quotidien que l’homme habite, et le lieu sacré au sein duquel communier avec Dieu devient possible.

L’objectif de cette journée sera de s’interroger sur la fonction répartitrice et sur le rôle discursif du phénomène visuel que constituent les façades des édifices sacrés de l’Antiquité chrétienne à la fin du Moyen Âge. On réfléchira notamment à l’opérativité mnémotechnique, parénétique, anagogique et eschatologique que recourir à des trames arborescentes leur confère.

Nous pourrons notamment nous demander :

  • Quelles sont les modalités et les caractéristiques des structures arborescentes, des usages de l’image de l’arbre et de celui du bois dans les façades ?
  • Ces modalités sont-elles spécifiques à cette partie de l’édifice ? Quelles en sont les spécificités ?
  • Quelle est l’efficacité visuelle, spatiale, cognitive, méditative et/ou spirituelle de la structure arborescente à laquelle l’homme se confronte nécessairement en entrant dans l’édifice ?
  • Quels procédés architecturaux, visuels et/ou iconographiques sont mis en œuvre afin de signifier le passage de l’extérieur à l’intérieur de l’édifice ?
  • Quels ressorts plastiques, iconiques et/ou mnémotechniques les trames arborescentes mobilisent-elles, et à quelles fins ?
  • Quels sont les rapports, en miroir ou en confrontation, entre la façade construite par l’homme et la nature réelle dans laquelle l’édifice peut prendre place ?

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 10 avril 2018.

Contacts :

  • Élise Vernerey (elise.vernerey01@univ-poitiers.fr)
  • Mathieu Beaud (mathieu.beaud2@gmail.com)
  • Naïs Virenque (nais.virenque@univ-tours.fr)

https://trarborescentes.sciencesconf.org/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Candidature bourses estivales Robert-Mandrou et Gabriel-Monod [date limite : 15/05]

L’IFRA-SHS attribue, outre des bourses de courte durée, une bourse d’un montant plus important de 1 300 euros destinée à couvrir de manière forfaitaire un séjour de recherche d’une durée minimale de quatre à six semaines en Allemagne, au cours de l’été suivant son attribution (2018). Cette bourse porte le nom de Robert Mandrou, fondateur de la Mission historique française en Allemagne en 1977, ancêtre de l’Institut Français d’Histoire en Allemagne puis de l’IFRA-SHS. Depuis 2006, la « bourse Robert-Mandrou » est réservée aux doctorants.

Pour les candidat(e)s postdoctorant(e)s, une « bourse Gabriel-Monod », dotée de 1 500 euros, est également proposée. Le calendrier et les conditions d’attribution sont les mêmes que pour la « bourse Mandrou ».

Comme pour les bourses habituellement accordées par l’IFRA, le lieu de résidence ne sera pas obligatoirement Francfort-sur-le-Main et cette aide s’adressera à tout étudiant(e) ou chercheur/euse engagé(e) dans une recherche en sciences humaines portant sur l’histoire et la civilisation des pays germaniques de l’Antiquité au XXe siècle, ou sur des sujets relevant d’autres disciplines des sciences sociales, dont la dimension franco-allemande constitue un élément important et une réelle plus-value scientifique.

La sélection des candidat(e)s se fera sur dossier par les chercheuses/chercheurs de l’IFRA-SHS réunis en commission. Le dossier de candidature devra comprendre :

  • une lettre de demande adressée au directeur de l’IFRA-SHS
  • un bref CV mentionnant éventuellement les publications scientifiques
  • une fiche de demande de bourse de l’IFRA-SHS (à demander auprès de l’Institut ou à télécharger à partir du site internet)
  • un descriptif de la recherche en cours et un programme détaillé de travail
  • une attestation du directeur/de la directrice de recherche pour les doctorant(e)s (« bourse Robert-Mandrou »)
  • un RIB

Après sélection et accord, le montant de la bourse sera versé sur un compte bancaire dont les coordonnées auront été fournies par le/la candidat(e), une fois ce dernier arrivé/cette dernière arrivée sur son lieu de travail (attestation faisant foi).

Après son séjour, le/la candidat(e) devra adresser un rapport d’activités et, le cas échéant, un exemplaire de son mémoire ou de sa thèse.

Les dossiers de candidature pour l’été 2018 devront être adressés au directeur de l’Institut Franco-Allemand de Sciences Historiques et Sociales (IFRA-SHS) – Goethe-Universität Frankfurt, Campus Westend, Postfach 42, Norbert-Wollheim-Platz 1 – D-60 629 Frankfurt am Main

La date limite de dépôt des candidatures est le 15 mai 2018.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Prix de thèse de la SFHU [date limite : 11/06]

La Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU) ouvre, pour sa 8e session, au titre de l’année 2018, un concours de thèses qui s’adresse aux jeunes docteur.es en histoire urbaine. Par cette initiative, la SFHU vise à encourager de jeunes chercheurs.ses et à favoriser la plus large diffusion possible de leurs travaux (voir les archives du prix de thèse sur le site : http://sfhu.hypotheses.org/la-sfhu/prix-de-these-sfhu).

1. Objet du concours

Le.la lauréat.e du concours sera récompensé.e par une somme de 2000 euros.

2. Conditions de participation

Le prix est ouvert aux docteur.es ayant soutenu une thèse d’histoire urbaine, rédigée en français, durant l’année (civile) 2017. Les mémoires d’habilitation à diriger des recherches et les thèses de l’École nationale des chartes ne sont pas retenus.
Sont recevables toutes les thèses qui abordent le fait urbain dans son historicité, quels que soient la période, l’espace et la discipline académique (histoire, droit, urbanisme, architecture, histoire de l’art…) concernés.

3. Constitution du dossier de candidature

Pour s’inscrire, le.la docteur.e doit faire acte de candidature en envoyant à la SFHU (voir ci-dessous), un dossier dématérialisé qui comprendra les éléments suivants :

– le formulaire de candidature (ci-dessous, télécharger ou copier) dûment rempli (en version électronique pdf exclu) ;
– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes (en version électronique, traitement de texte, pdf exclu) ;
– un curriculum vitae (en version électronique) ;
– une version électronique de la thèse au format pdf (volume maximum par fichier permettant une transmission en PJ de message électronique, dans la mesure du possible ; voir détails ci-dessous).

4. Procédure d’attribution du prix

Le jury sera composé des membres du bureau de la SFHU. Il examinera l’ensemble des thèses recevables et pourra s’adjoindre des expert.es extérieur.es, français.es et étranger.es.

5. Calendrier

Les candidatures seront enregistrées jusqu’au 11 juin 2018 minuit CET, délai de rigueur (par voie électronique, à l’adresse Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr).
Les résultats seront proclamés en décembre 2018 au plus tard et le prix remis lors de l’AG annuelle et du congrès de la SFHU de 2019.

Dossier de candidature : cliquez ici

Pièces à joindre :

– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes, espaces compris (en version électronique, sous traitement de texte, pdf exclu ; NB : le rapport de soutenance n’est pas demandé) ;
– un curriculum vitae (en version électronique) ;
– une version électronique de la thèse (fichier(s) pdf – en cas de problème d’envoi en pièce jointe, faire un premier envoi avec le dossier « administratif » et les éventuels fichiers transmissibles par mel, pour convenir d’un mode de transmission des fichiers plus lourds, afin de ne pas trop fractionner les volumes et démultiplier les envois).

Formulaire (rappel : en format traitement de texte) et pièces demandées à envoyer, avant le 11 juin 2018 minuit CET, délai de rigueur, à : Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr

NB : un accusé de réception du dossier complet sera envoyé aux candidat.es : penser à vérifier sa bonne réception.

(https://sfhu.hypotheses.org/3459)

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Bourses pour participer à la XIIe conférence de la European Association for Urban History [date limite : 23/04]

La Société Française d’Histoire Urbaine propose à nouveau aux doctorants et jeunes docteurs trois bourses pour participer à la XVIème Conference de la European Association for Urban History, qui aura lieu à Rome du 29 août au 1er septembre 2018 sur le thème Urban renewal and resilience. Cities in comparative perspective.

Le montant de ces bourses est destiné à couvrir les droits d’inscription fixés à 260 euros. Ces bourses ne sont pas cumulables avec une aide accordée par une Ecole doctorale, une université, un département ou un laboratoire de recherche (UMR, EA …).

Les jeunes docteurs devront avoir soutenu leur thèse depuis moins de 3 ans.

Les candidats devront fournir une attestation d’acceptation de leur communication par le responsable de la session ou le comité d’organisation de la Conférence.

Les bénéficiaires s’engagent à adhérer à la SFHU en acquittant leur cotisation 2018.

Les demandes (lettre de candidature + CV + lettre d’acceptation) devront être envoyées à l’adresse du président denis.menjot@ish-lyon.cnrs.fr  d’ici au 23 avril 2018.

Une réponse sera adressée aux candidats au début du mois de mai.

(https://sfhu.hypotheses.org/3469)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidature atelier doctoral:L’économie des villes méditerranéennes (Sienne, 25-29/06) [date limite de candidature:15/04]

Cet atelier de formation doctorale s’inscrit dans le prolongement direct de la Scuola di alti studi dottorali qui, de 2004 à 2016, a constitué un lieu de formation de pointe pour les jeunes chercheurs consacrant leurs recherches à l’étude de la culture locale. Promu par le Centro di Studi sulla civiltà comunale de la Deputazione di Storia Patria per la Toscana, l’école s’est signalée comme l’une des « écoles d’été » les plus qualifiées au niveau international : sur plus de 180 participants, plus de 40 provenaient d’universités non italiennes.

Depuis 2017, les Ateliers internationaux de formation doctorale sont organisés par le Centro di Studi sulla civiltà comunale de la Deputazione di Storia Patria per la Toscana en collaboration avec le doctorat en histoire (Dottorato di ricerca in Studi storici) des universités de Florence et de Sienne, l’École française de Rome et l’Université Paris-Sorbonne. Ils se déroulent à San Gimignano avec le soutien de l’administration municipale locale. Le Comité scientifique est composé d’Élisabeth Crouzet-Pavan (Université ParisSorbonne), Jean-Claude Maire Vigueur (Università di Roma Tre), Giuliano Pinto (Deputazione di Storia Patria per la Toscana), Pierre Savy (École française de Rome) et Andrea Zorzi (Università di Firenze).

L’objectif des ateliers est l’étude des sociétés urbaines du Moyen Âge, en mettant l’accent sur les systèmes politiques et les différentes manifestations de l’imaginaire urbain et en portant le regard sur toutes les villes du bassin méditerranéen – celles de l’Occident chrétien, celles de la zone d’influence byzantine et celles des régions sous domination islamique. Les ateliers offrent un environnement stimulant pour les échanges intellectuels entre spécialistes établis et jeunes chercheurs en formation, pour favoriser, à travers des moments de discussion et d’échange, le renouvellement de la recherche et l’élargissement des perspectives comparatives.

Les ateliers, multidisciplinaires, prévoient des leçons sur des questions interprétatives vastes dispensées par des professeurs spécialisés et des séminaires organisés par les participants sur leurs sujets de recherche.

Les enseignants du deuxième Atelier – consacré à l’économie des villes méditerranéennes – seront les professeurs Duccio Balestracci (Università di Siena), Elisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne), Jean-Baptiste Delzant (Aix Marseille Université), Franco Franceschi (Università di Siena), Catherine Kikuchi (École française de Rome), Luca Molà (European University Institute), Giuliano Pinto (Deputazione di Storia patria per la Toscana), Sergio Tognetti (Università di Cagliari) et Cécile Troadec (École française de Rome).

Les participants doivent être des étudiants doctorants, boursiers de recherche et boursiers postuniversitaires dans les disciplines historiques et de « médiévistique » de toutes les universités italiennes et étrangères et de toute nationalité.

La participation à l’atelier est réservée à 14 (quatorze) jeunes chercheurs, choisis à la discrétion du Comité scientifique sur la base d’une évaluation des diplômes et des programmes présentés. Les participants en surnombre ne sont pas autorisés.

Les ateliers ont un caractère résidentiel. Les personnes admises sont tenues d’assister assidûment à toutes les réunions et de conduire durant l’atelier un séminaire sur leurs recherches, selon le programme qui sera rendu officiel au début de l’atelier. Au terme de celui-ci, un certificat de participation sera remis aux participants. Nous nous réservons le droit de refuser un certificat à ceux qui, sans justification, n’auront pas suivi les cours avec assiduité.

L’hospitalité complète est offerte aux candidats retenus, à l’exclusion des frais de déplacement.

Les candidats doivent soumettre :

  • une demande d’admission avec les coordonnées du candidat, l’indication de son niveau d’études et de son statut général et professionnel actuel, une adresse postale, un numéro de téléphone et un courrier électronique, en utilisant le formulaire disponible ici :  https://drive.google.com/file/d/10DcyCLENlCN0ilMScJ9MX4VMD1S3n2q/view?usp=sharing>
  • une brève description du projet de recherche en cours (en utilisant le formulaire disponible sur l’URL indiquée supra)
  • un curriculum vitae de deux pages maximum présentant les études suivies et les activités scientifiques ;- éventuellement, la copie des publications.

On ne prendra pas en compte les demandes omettant de fournir une description du projet de recherche ou dépourvue du formulaire de candidature.

Les demandes doivent être adressées sur la boîte cescc.2011@gmail.com, avec les documents requis en pièces jointes, au plus tard le 15 avril 2018.

Les candidats admis à l’atelier seront informés par courrier électronique avant le 5 mai 2018.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude:Trames arborescentes, Transmettre du sens par les trames arborescentes, Poitiers, 23/03

23 mars 2018, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, Poitiers

Organisateurs : Naïs Virenque, Antoine Paris et Sergi Sancho Fibla

Avec le soutien de la FESMAR, En partenariat avec le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance

Présentation :

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux.

Étudier les trames arborescentes implique de réfléchir principalement à l’arbre et à l’arborescence en tant que structures qui agencent, distribuent, ordonnent un contenu spécifique. Par conséquent, les « trames arborescentes » désignent les modalités structurelles qui organisent un objet culturel sur le modèle implicite ou explicite de l’arbre ou de l’arborescence. L’objectif du projet est d’examiner des structures en ellesmêmes et non tous les aspects graphiques, iconographiques ou métaphoriques des supports visuels, textuels ou sonores qui font appel au végétal.

Les études que le projet accueille — travaux achevés, intuitions ou ébauches momentanées — peuvent porter sur des panoramas généraux, des questionnements épistémologiques ou des cas d’étude sans restriction disciplinaire, géographique ni chronologique.

Programme :

  • 09h30 : Présentation de la journée. Antoine Paris, Université Paris-Sorbonne/Université de Montréal, Faculté de Littérature grecque, Orient et Méditerranée et Département d’Études Bibliques ; Sergi Sancho Fibla Aix-Marseille Université/CNRS, Labexmed, TELEMMe ; Naïs Virenque, Université de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance

Première session : des arborescences délinéatrices

Présidence : Antoine Paris, Université Paris-Sorbonne/Université de Montréal, Faculté de Littérature grecque, Orient et Méditerranée et Département d’Études Bibliques

  • 10h00 : Mémoriser des divisiones et des distinctiones par une structure arborescente : schémas, diagrammes et délinéations graphiques au Moyen Âge. Naïs Virenque, Université de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance
  • 10h30 : Création, mort et renaissance, la croissance végétale comme réseau opérant dans l’activation d’un décor monumental : le cas du protiro de San Zeno à Vérone. Mathieu Beau, Institut National d’Histoire de l’Art.
  • 11h00 : Questions
  • 11h30 : Pause
  • 11h45 : Structure arborescente de la planche dans les narrations graphiques. Pierre-Alexis Delhaye, Lycée Camille Claudel, Fourmies
  • 12h15 : Déjeuner

Deuxième session : trames arborescentes et herméneutique

Présidence : Joël Biard, Université de Tours/Institut universitaire de France.

  • 14h00 : Des structures arborescentes dans les listes de problèmes mathématiques cunéiformes (Mésopotamie début du IIe millénaire avant notre ère). Christine Proust, Université Paris Diderot/CNRS, SPHERE
  • 14h30 : Les trames arborescentes et la question de l’individuation dans la philosophie médiévale. Iryna Lystopad, Lycée Corot, Savigny-sur-Orge
  • 15h00 : The Arbor Philosophiae amoris in the Early Modernity. José Higuera Rubio, Université de Porto, Instituto de Filosofia.
  • 15h30 : Questions
  • 16h : Pause

Troisième session : une éthique de l’arborescence ?

Présidence : Sergi Sancho Fibla, Aix-Marseille Université/CNRS, Labexmed, TELEMMe

  • 16h15 : L’Arbor actionum de Johannes Bassianus : un instrument taxinomique efficace pour les juristes au Moyen Âge et à la Renaissance. Andrea Errera, Université de Parme, Dipartimento di Giurisprudenza, Studî politici e internazionali
  • 16h45 : Les trames arborescentes en science juridique. Nicolas Paris, Université de Bourgogne Franche-Comté, Centre de Recherche et d’Étude en Droit et Science Politique
  • 17h15 : Utiliser un arbre diagnostique en médecine : caractéristiques et éthique de l’arbre diagnostique de l’embolie pulmonaire. Florian Violon, Université de Lorraine, CHU de Nancy, Laboratoire d’Anatomie et de Cytologie pathologiques
  • 17h45 : Questions
  • 18h15 : Conclusions et clôture de la journée

Contact :

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Atelier doctoral Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge – Les sources pour l’histoire religieuse, Salerne, 18-22/06 [date limite : 27/04]

APPEL À CANDIDATURES ATELIER DOCTORAL DE SPÉCIALISATION

L’Atelier doctoral Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge, organisé par l’Università degli Studi di Salerno (Dipartimenti di Scienze del patrimonio culturale e di Scienze umane, filosofiche e della formazione), l’Università degli Studi della Basilicata (Dipartimento di Scienze Umane), l’Università degli Studi di Napoli Federico II (Dottorato di ricerca in Scienze storiche, archeologiche e storico-artistiche) et l’École française de Rome, a pour but de fournir une formation spécialisée dans le domaine de l’histoire, de la civilisation et de la culture de l’Italie méridionale et de son environnement méditerranéen au Moyen Âge.

Dans cet esprit, l’Atelier réunit des enseignants spécialisés et de jeunes chercheurs pour offrir une occasion de réflexion, de discussion, d’approfondissement méthodologique et de mise au point historiographique concernant les différentes sources historiques et les conditions convenables de leur utilisation.

Dans l’édition de cette année, on abordera l’étude de certains aspects de l’histoire religieuse particulièrement caractéristiques du monde méditerranéen et on analysera, à divers niveaux, les sources qui permettent d’en reconstituer la spécificité et les valeurs.

Les boursiers présenteront un rapport concernant leur projet de recherche et les différentes sources qu’ils utilisent.

Le Séminaire est particulièrement destiné aux jeunes chercheurs, doctorants ou déjà docteurs, qui travaillent sur des sujets concernant l’Italie et/ou d’autres régions méditerranénnes au Moyen Âge ; douze bourses couvrant l’ensemble des frais de séjour leur sont proposées, les déplacements restant à la charge des participants.

Chacune des quatre journées de travail (du lundi 18 au vendredi 22 juin) comportera deux sections :

  • Le matin, intervention d’un enseignant appartenant à une Université ou à une institution de recherche européenne ou extra-européenne.
  • L’après-midi, présentation et discussion par les jeunes chercheurs de leurs recherches en cours (interventions de 20 minutes au plus).

Avant le 27 avril 2018, les candidats devront envoyer par courrier électronique à mondimediterranei@gmail.it : – Une demande de participation indiquant de façon synthétique les raisons de leur intérêt.

  • Un bref curriculum studiorum indiquant en particulier leurs compétences linguistiques et leurs éventuelles publications.
  • Un résumé de leur programme de recherches (6.000 signes au maximum).
  • Une lettre de présentation d’un enseignant universitaire ou d’un chercheur spécialisé, qui servira de garantie.

Les candidats seront sélectionnés par le Comité Scientifique sur la base de la relation entre leur programme de recherche et le thème du séminaire. Le résultat de la sélection sera communiqué avant le 18 mai 2018. En même temps, ceux qui auront été sélectionnés recevront le programme détaillé des journées et les informations pratiques.

Les candidats retenus devront ensuite envoyer le texte de leur intervention (30.000 signes au maximum) dans l’une des trois langues de travail (italien, français, anglais) avant le 1er juin 2018. Les participants devront en outre préparer une présentation Powerpoint dans l’une des deux langues qu’ils n’auront pas choisies pour leur texte. Chacun des projets présentés sera commenté par l’un des enseignants participant au Séminaire et discuté collectivement par les autres enseignants et les participants. Sur proposition du Comité Scientifique de l’Atelier, les meilleures interventions pourront être soumises aux Comités de lecture des revues Mélanges de l’École fançaise de Rome.

Moyen Âge et Schola salernitana pour une éventuelle publication.

Le Comité Scientifique se réserve la possibilité d’accueillir comme auditeurs libres d’autres participants intéressés par les thèmes traités, qui prendront à leur charge leurs frais de séjour.

Ceux qui seront admis au Séminaire devront le suivre toute la semaine.

Comité Scientifique

Claudio Azzara, Giuliana Capriolo, Fulvio Delle Donne, Roberto Delle Donne, Maria Galante, Amalia Galdi, Benoît Grévin, Jean-Marie Martin, Francesco Panarelli, Annick Peters-Custot, Vivien Prigent, Gerardo Sangermano, Pierre Savy

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Soutenance:Exploitation minière et implantation castrale en Dauphiné médiéval (Xe-XVe siècle) Surveiller, organiser et prélever la production minière, Benjamin Oury:14/03/2018, Université Lyon 3.

La soutenance de thèse de M. Benjamin Oury, doctorant au CIHAM, se tiendra
Mercredi 14 mars 2018 à 14h
Salle de la Rotonde, Université Lyon 3 (6e étage)
18 rue Chevreul, 69007 LYON

Sujet : Exploitation minière et implantation castrale en Dauphiné médiéval (Xe-XVe siècle) : Surveiller, organiser et prélever la production minière

Examinateurs :
Catherine Verna, Professeure des Universités, Université Paris 8, EA 1571
Jean-Michel Poisson, Maître de Conférence, EHESS Lyon, CIHAM UMR 5648
Laurent Schneider, Directeur de Recherche, CNRS-EHESS Lyon, CIHAM UMR 5648
Rapporteurs :
Aline Durand, Professeure des Universités, Université du Maine, CRéAAH UMR 6566
Nicolas Carrier, Professeur des Universités, Université Jean Moulin, Lyon 3, CIHAM UMR 5648
Directeur :
Mathieu Arnoux, Directeur d’études, EHESS Paris, CRH UMR 8558

Résumé : Le contrôle des ressources minières est un enjeu d’impor-tance pour le pouvoir seigneurial qui, en plus d’un atout économique, en tire un certain prestige. En Dauphiné, les premières mines de métaux précieux sont exploitées au moins dès le Xe siècle dans des territoires où le relief facilite grandement la découverte et l’exploitation des filons. Les comtes d’Albon, intéressés par ces métaux, débutent leur conquête des ressources souterraines de leur territoire grâce aux donations similaires de l’empereur Frédéric Ier en 1155. Les mines de métaux non-précieux, mais très importants pour la société médiévale, comme le fer, sont aussi exploitées assez tôt dans les montagnes dauphinoises. En parallèle, les implantations castrales, multipliées depuis les environs de l’an Mil, sont le reflet de la prise de pouvoir progressive de seigneurs locaux et participent au contrôle des territoires. Le château, au-delà de son rôle militaire propre, fait office d’édifice multifonctionnel.
Ce sont de véritables relais du pouvoir comtal capables de surveiller et de défendre mais aussi d’administrer leur territoire, particulièrement en contexte minier. Cependant, les liens entre châteaux et exploitations minières ne sont pas forcément visibles et dépendent souvent de la nature du gisement, précieux ou non, du degré de contrôle du territoire ou de sa topographie. À Brandes (Oisans, Isère) comme à L’Argentière, sites argentifères, le château est délaissé dès la fin de l’exploitation minière (fin XIIIe – début XIVe siècle), signe de liens étroits pour le pouvoir comtal entre mines et châteaux. Cela ne se vérifie pas dans les territoires pro- ducteurs de fer où les châteaux ont une autre vocation que protéger et encadrer la production minière : ils assurent la défense de la principauté (zones frontalières) et maintiennent l’autorité comtale auprès des populations.
La mise en place d’une nouvelle politique minière après la grande crise du milieu du XIVe siècle, avec l’octroi de concession nominatives et exclusives, bouleverse aussi la fonction du château qui n’a alors plus de rôle dans l’exploitation minière.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Les manuscrits hagiographiques du Nord de la France et de la Belgique actuelle à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle)[délai:01/06/2018]

À la fin du Moyen Âge, la production hagiographique manuscrite se transforme et connaît son dernier âge d’or entre le succès éditorial de la Légende dorée et l’arrivée de l’imprimerie. De nombreux textes anciens sont abrégés pour intégrer de nouvelles collections. Ce phénomène est en partie responsable du relatif désintérêt des historiens à leur égard : à quoi bon s’intéresser à ces abrégés alors qu’il reste tant à découvrir dans les grands légendiers du Moyen Âge central, et qu’on commence à peine à mieux connaître les tout premiers manuscrits conservés[1] ? Un examen récent de l’immense œuvre hagiographique produite par Jean Gielemans (1427-1487) à l’abbaye de Rouge-Cloître au sud de Bruxelles, où il mit en chantier plusieurs manuscrits, permet de comprendre l’intérêt qu’il y a à explorer les collections tardives[2]. Chez le chanoine de Windesheim s’entremêlent à la fois des modèles hagiographiques anciens, l’exaltation patriotique du Brabant et une spiritualité marquée par la devotio moderna, trame dévotionnelle à l’œuvre dans de nombreuses communautés religieuses d’alors. Cependant, une telle entreprise ne saurait refléter la culture hagiographique de son temps, dans les Pays-Bas méridionaux et plus encore dans une large France du Nord, où existent peu d’études historiques sur la question. L’objectif de ces journées d’études est donc de mieux saisir la place du manuscrit hagiographique, entendu ici au sens large, dans cet espace à la fin du Moyen Âge, en prolongeant notamment les réflexions de Guy Philippart sur la fabrique et les usages des légendiers, à une période où la documentation susceptible de les appréhender est plus abondante, qu’elle se trouve dans les manuscrits eux-mêmes (prologues[3], colophons, marques d’appartenances, notes marginales etc) ou bien à l’extérieur (comptabilité, sources notariées, catalogues anciens)[4].

La parution toute récente dans le dernier volume d’Hagiographies d’une synthèse sur les œuvres produites dans l’espace belge, sous la plume de Valerie Vermassen pour l’hagiographie latine et de Werner Verbeke pour celle en vers et en moyen néerlandais offre un point de départ solide et invite à saisir ensemble les légendiers latins et vernaculaires, en moyen néerlandais comme dans les parlers d’oïl[5]. De ce point de vue, après les remarques fondatrices de Paul Meyer sur les légendiers vernaculaires, les études des romanistes ont jeté une lumière nouvelle sur ces manuscrits et leurs textes[6]. La situation linguistique du nord de la France et de la Belgique induit nécessairement un travail collaboratif, seul à même de faire réfléchir collectivement à la circulation des modèles et des traductions, aux conditions matérielles de la circulation des textes hagiographiques, mais aussi à l’usage de ces manuscrits, dans le cadre de la pastorale et des pratiques cultuelles collectives comme dans celui de l’affirmation de l’individu à la fin du Moyen Âge.

Il s’agira de procéder à l’examen d’un ou de plusieurs manuscrits hagiographiques, mais aussi de rassembler des témoignages anciens sur l’usage de la littérature hagiographique et de ses manuscrits en veillant toujours au contexte de leur production et de leurs usages, au choix et à l’agencement de leurs textes, afin de saisir le rôle de l’hagiographie dans les pratiques culturelles et sociales à l’aube de la modernité. Dans un tel cadre relativement souple, quatre points peuvent être soulevés, sans prétendre à l’exhaustivité :

Typologie de la circulation de l’hagiographie

Dans la longue durée de l’histoire des manuscrits hagiographiques, on trouve généralement à côté des grands légendiers per circulum anni des légendiers thématiques consacrés par exemple à des saintes femmes, des apôtres ou bien encore des ascètes. On prendra en compte aussi bien ces catégories que les libelli consacrés à un nombre restreint de saints. On inclura également les recueils hybrides, les miscellanées, et plus largement, l’association des textes hagiographiques avec d’autres types de textes, qu’ils soient littéraires ou non. On privilégiera ainsi l’étude de l’insertion de récits hagiographiques dans des documents diplomatiques, dans des compilations juridiques, dans des livres municipaux qui permettent d’étudier l’appropriation qui a pu être faite de l’hagiographie dans l’espace public à la fin du Moyen Âge, au-delà du seul monde ecclésial. De même, les premiers imprimés hagiographiques et leur relation avec la production manuscrite pourront être étudiés. D’une manière générale, on veillera aussi aux aspects matériels de ces manuscrits en étudiant leur mise en page, leur décoration afin d’éclairer au mieux leurs fonctions.

Dispositif liturgique et culte des saints

On pourra explorer le lien entre culte des saints et manuscrits hagiographiques. La place de ces manuscrits dans les pratiques liturgiques n’est pas évidente et si des légendiers ont vu leurs textes découpés en leçons dans un second temps, beaucoup d’entre-eux n’ont jamais été utilisés dans un cadre liturgique. Quels rapports entretiennent-ils avec les reliques qu’on trouve dans l’établissement pour lequel ils ont été produits et utilisés ? Comment le manuscrit hagiographique s’articule-t-il au sanctoral de l’abbaye tel qu’on peut le connaître au travers des manuscrits liturgiques ? Dans une telle perspective, les lectionnaires et les bréviaires, dans lesquels les textes hagiographiques se trouvent découpés et normalisés pourront être appréhendés.

Public et utilisation

Pour qui les manuscrits hagiographiques ont-ils été produits, dans quel but, à quel besoin répondent-ils dans un premier temps ? L’étude de leurs provenances et de leurs origines permet de faire réfléchir à la destination de ces manuscrits, tout comme le choix des textes qui les composent permet d’éclairer les buts et les usages attendus de leurs commanditaires. On peut envisager, à l’échelle d’une même ville ou d’une même région ou bien encore d’un même ordre monastique, d’appréhender toute la production de manuscrits hagiographiques afin de mettre en lumière des tendances en fonction de chacun des milieux de production. L’étude de la langue et des traductions opérées peut aussi éclairer ces points et permettre de mieux cerner sinon le public, du moins l’horizon d’attente des collections, si ce n’est repérer des individus à l’œuvre derrière la commande et l’utilisation de tel ou tel manuscrit.

Quels textes circulent ?

S’il s’agit de ne pas négliger le support matériel qu’est le manuscrit hagiographique, c’est bien son contenu qui sera au cœur de ces journées. Comment les textes sont-ils choisis ? À quelle époque ont-ils été composés, sont-ils réécrits ? Les modèles de sainteté qu’ils véhiculent seront ainsi appréhendés en mesurant la proportion entre la production hagiographique ancienne et les saints et les textes plus récents. Quand un établissement donné met en chantier un légendier, quel est le rapport entre celui-ci et les collections hagiographiques déjà présentes ? On ne négligera pas du reste les traces de l’utilisation, à la fin du Moyen Âge, de manuscrits produits dans les siècles précédents, qui peuvent-être relus, supplémentés, rendus plus maniables (tables, foliotation, normalisation linguistique etc). Quant aux légendiers d’auteurs, dont la Légende dorée et ses traductions, on sera attentif aux marques d’appropriation, à leurs adaptations locales, à leurs suppléments éventuels. Bref, il s’agit de comprendre la logique interne des collections, l’idéologie qui les sous-tend, toujours en lien avec le contexte politique et social dans lequel elles sont nées.

Conditions de soumission

Les propositions de communication (500 mots maximum, en français ou en anglais), sont à envoyer

avant le 1er juin 2018.

Nous vous ferons savoir dans le meilleur délai si votre proposition est retenue.

Contact : fernand.peloux@unamur.be

Dates

  • 30 novembre 2018(Université de Lille)
  • 21 mars 2019 (UNamur)
  • 22 mars 2019 (UCL)

Pour plus d’informations : « Les manuscrits hagiographiques du Nord de la France et de la Belgique actuelle à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 05 mars 2018, http://calenda.org/435206

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Quand le fait religieux travaille les identités:29/06/2018,Journée d’étude des doctorants du CéSor, EHESS,Paris[délai:19/03/2018]

Au centre des problématiques sociétales contemporaines, les mots « religion », « identité », « laïcité » et « sécularisation », dont les acceptions diverses et parfois antagonistes reviennent inlassablement dans les débats, ne cessent d’interroger le chercheur·e. Souvent instrumentalisé, leur usage dans les débats publics est souvent basé sur des conceptions anhistoriques et essentialistes, comme si ces termes désignaient en soi des réalités empiriques. L’objectif de cette journée d’étude consacrée aux discours, pratiques, et subjectivités des acteurs religieux est de rassembler les étudiant·e·s et jeunes chercheur·e·s (doctorant·e·s, jeunes docteur·e·s, post-doctorant·e·s) en sciences humaines et sociales et de susciter des réflexions et analyses pluridisciplinaires. En valorisant la pluralité des approches, des époques et des aires culturelles, il s’agira d’interroger aussi bien les discours et pratiques que de réfléchir aux formes d’appartenances et d’identifications, collectives et individuelles, privées et publiques, qui en découlent.

ANNONCE

Journée d’étude des doctorants du CéSor du vendredi 29 juin 2018

Argumentaire

Au centre des problématiques sociétales contemporaines, les mots « religion », « identité », « laïcité » et « sécularisation », dont les acceptions diverses et parfois antagonistes reviennent inlassablement dans les débats, ne cessent d’interroger le chercheur.e. Souvent instrumentalisé, leur usage dans les débats publics est souvent basé sur des conceptions anhistoriques et essentialistes, comme si ces termes désignaient en soi des réalités empiriques. L’objectif de cette journée d’étude consacrée aux discours, pratiques, et subjectivités des acteurs religieux est de rassembler les étudiant.e.s et jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s) en sciences humaines et sociales et de susciter des réflexions et analyses pluridisciplinaires. En valorisant la pluralité des approches, des époques et des aires culturelles, il s’agira d’interroger aussi bien les discours et pratiques que de réfléchir aux formes d’appartenances et d’identifications, collectives et individuelles, privées et publiques, qui en découlent.

Longtemps perçue comme inéluctable, l’idée d’un « désenchantement du monde » (Weber, 1917 ; Gauchet, 1985), engendrée par le « rêve moderniste » (Geschiere, 2007), est appréhendée comme la prise de distance à l’égard de la pratique religieuse et des croyances. Or, la revitalisation des grands monothéismes (Hervieu-Léger, 1990) et l’essor de nouvelles formes de religiosités conduisent à repenser les catégories et cadres d’analyse ainsi que les conceptions du croire et du faire croire (Piette, 1999 ; Aubin-Boltanski et al. 2014). Les bouleversements géopolitiques auxquels nous assistons, marqués systématiquement par le pluralisme et pouvant certes s’expliquer par divers facteurs sociaux-culturels, économiques et politiques, donnent aussi à voir la manière dont la religion, source de tensions à l’échelle mondiale, travaille les questions identitaires. En effet, des exemples tirés de l’actualité plus ou moins récente font ainsi apparaitre des interactions entre pluralisme, sécularisation(s) et mécanismes de constructions identitaires, qu’il s’agisse de défendre sa propre spécificité ou une unité culturelle, d’établir des connexions diasporiques et transnationales en fonction des affinités et/ou des alliances dogmatiques, de développer des revendications ou de faire entendre une voix. Évoquons par exemple, les « printemps arabes » (2011), l’usage et l’instrumentalisation des « racines chrétiennes » en Europe, ainsi que les tensions inter et intraconfessionnelles et conflits ethnico-religieux dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, notamment. La prolifération des religions missionnaires (évangéliques et (néo)pentecôtistes), des « nouvelles spiritualités » (New-Age, néopaganisme et chamanisme), des cultes syncrétiques (type Bwiti fang du Gabon), des Églises prophétiques (harristes, kimbanguistes) et des cultes afro-brésiliens ou afro-cubains, qui transforme fondamentalement les paysages socioreligieux, est également basée sur une constellation de sous-ensembles fondés sur des polarités identitaires diverses.

Si l’articulation des questions religieuses et identitaires se pose avec une acuité particulière dans les sociétés contemporaines (Lamine, 2004), les débats qu’elle engendre ne sont pourtant pas propres à celles-ci. Ils ont traversé les époques et les générations, même si leur évocation semble aujourd’hui parfaitement banalisée. Les transformations et les évolutions des sociétés peuvent être analysées au prisme des identités, négociant un espace entre tradition religieuse et passé d’une part, dynamiques présentes et (re)définitions nouvelles d’autre part. On pourrait tout aussi bien citer comme exemples, dans une perspective plus historique, les croisades du Moyen-Âge, les conversions religieuses (spontanées ou forcées) des temps modernes, les missions catholiques aux xviet xviisiècles ainsi que celles des Églises issues de la Réforme au xviiisiècle et en particulier à la fin du xixsiècle… autant d’exemples qui donnent à voir les tensions et contradictions qui se nouent dans l’articulation entre « identité » et « appartenance religieuse ».

Comment et de quelles manières le religieux travaille-il les identités ? Comment les discours, les pratiques, les représentations religieuses et spirituelles (re)définissent-ils les contours des identités nationales, ethniques, de classe, de genres et/ou de sexualités ? Quelles sont les dynamiques sociales – individuelles et collectives – à l’œuvre ? Quels engagements et mobilisations donnent-ils à voir ?

Il s’agit là de pistes d’analyse non exhaustives, applicables à toutes les périodes historiques et à des champs d’investigation pluriels (la classe, le genre, l’« ethnico-racial », l’orientation sexuelle, etc.), sur des terrains sans exclusive géographique, à partir desquels penser l’articulation entre questions religieuses et mécanismes de constructions identitaires.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Lors de cette journée d’étude nous aurons l’occasion de mettre en commun et de confronter nos savoirs théoriques, nos corpus et données empiriques. Les propositions de communication se feront sous la forme d’un résumé de 300 à 500 mots et sont à envoyer par courriel

au plus tard le 19 mars 2018 

à l’adresse suivante : jedoctorantcesor@gmail.com

Elles comporteront un titre, cinq mots-clés, une brève présentation de l’auteur.e et doivent idéalement s’articuler autour de l’un des deux axes suivants :

  1. Pluralisme religieux et mécanismes de constructions identitaires
  2. Engagements et mobilisations

Pour plus d’informations : « Quand le fait religieux travaille les identités », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 01 mars 2018, http://calenda.org/434761

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque:Fouille, étude et inventaire : les grands ensembles mobiliers en archéologie préventive:22-23/03/2018, Université de Caen

En prenant l’exemple des immenses dépotoirs urbains de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne, cette table ronde envisagera de manière pluridisciplinaire le traitement des grands ensembles de mobilier archéologique.

Au cours des deux dernières décennies, la généralisation des méthodes de fouille et d’étude des grands ensembles mobilier a permis d’enrichir de façon très conséquente nos corpus. Mais elle a également induit un accroissement important des temps et des coûts de fouille, d’étude et d’inventaire, le tout dans le contexte contraint d’opérations archéologiques préventives et de mise en concurrence des différents opérateurs depuis la loi de 2003.
La problématique visée est de confronter les méthodologies et les attentes des différents acteurs de l’archéologie préventive (Drac, Inrap, collectivités, entreprises privées, musées, etc.) par rapport à la fouille, l’étude et l’inventaire du mobilier archéologique, et tout
particulièrement des grands lots de matériel issus des chantiers archéologiques.
Cette table ronde a pour objectif de nous interroger sur nos capacités à traiter la masse des données de terrain, au travers de multiples exemples concrets dans de nombreux domaines. L’accent sera porté sur les méthodologies à adapter selon les cas (type de
mobilier, d’artisanat, de terrain, etc.) dans le but de dégager des perspectives pour l’avenir, en discutant des finalités scientifiques, des méthodes et des moyens mis en œuvre.

Programme

22/03

Bât. D, salle du Belvédère, DR 408

9h-12h

Introduction

  • Bénédicte Guillot (Inrap, Craham)

La fouille des grands dépotoirs publics à Rouen. Avantages et inconvénients de la fouille en carroyage

  • Gilles Deshayes (Made, Craham)

Les terres cuites architecturales

[pause déjeuner]

14h-18h

  • Élisabeth Lecler-Huby (Inrap, Craham)

Les grands ensembles céramiques en contexte de dépotoir ou d’habitat

  • Alban Horry (Inrap, Arscan)

Les ateliers de potiers

[pause]

16h15

  • Sébastien Gaime (Inrap, Géolab)

Le mobilier métallique

  • Nolwenn Zaour (Inrap, Iramat, LMC)

La paléo-métallurgie

18h15

Apéritif-discussion : « Que faire du mobilier d’époque contemporaine ? Exemple du camp et hôpital de la seconde guerre mondiale, la Touchelais à Savenay (44) ».
Antoine Le Boulaire (Inrap, CReAAH) et Édith Peytremann (Inrap, Craham).

23/03

Bâtiment F, Amphithéâtre de la MRSH

9h-12h

  •  Benoît Clavel (CNRS, MNHN), Anaïs Chalant (MNHN, Labex BCDiv)

La faune, la micro-faune, l’ichtyologie : quels prélèvements ?

  • Vincent Bernard (CNRS, CReAAH)

Les bois

  • Luc Bourgeois (Unicaen, Craham)

Un regard archéologique sur la gestion des déchets dans une ville contemporaine : le Garbage Project, Tucson (Arizona)

Pour plus d’informations : « Fouille, étude et inventaire : les grands ensembles mobiliers en archéologie préventive », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 21 février 2018, http://calenda.org/434526

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts