Atelier:Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale:28/05/2018 au 01/06/2018, CESCM de Poitiers[délai:15/03/2018]

Appel à candidature – Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale organise du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 une école thématique  CNRS consacrée aux inscriptions médiévales. Elle entend fournir une formation théorique et pratique de haut niveau en épigraphie permettant le recensement, la lecture, l’exploitation et la conservation des inscriptions tracées sur pierre, bois ou métal au cours du Moyen Âge.

Présentation

Le Moyen Âge sait écrire ; le Moyen Âge aime écrire. L’idée d’une société médiévale tout à fait analphabète, étrangère aux pratiques de l’écriture, est fort heureusement obsolète, et la recherche des trente dernières années a démontré l’étendue, la variété et la richesse des usages de l’écriture au Moyen Âge, sous toutes ses formes et dans toute la diversité de ses acteurs.

Parmi les témoignages graphiques à la disposition des hommes et des femmes du Moyen Âge, on trouve également les inscriptions tracées sur pierre, métal, bois ou verre, placées à la façade des églises et des édifices publics, dans les cimetières, sur les œuvres d’art et offertes à la vue du plus grand nombre, partie intégrante du paysage vécu par la société médiévale. Ces sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche pour l’Antiquité grecque et romaine ; elles restent en revanche très largement à interroger pour le Moyen Âge et constituent à ce titre un champ de recherche fécond.

Le paradoxe entre l’omniprésence des inscriptions, au Moyen Âge mais aussi aujourd’hui (sur les monuments, dans les musées, dans les dépôts de fouille) et leur utilisation très discrète jusqu’alors dans les études sur le Moyen Âge s’explique en grande partie par le nombre très réduit des formations en épigraphie proposées aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et aux professionnels dans le panorama académique français. Pour cette raison, et malgré son intérêt dans l’appréhension des formes médiévales de l’écriture, l’inscription reste encore un objet méconnu, voire anecdotique, parmi les productions culturelles du Moyen Âge utilisées comme sources de la connaissance. Difficiles à décrire, à lire, à dater, à traduire, à publier, à interpréter, à mettre en valeur, à conserver, la plupart des textes épigraphiques restent trop souvent dans les tiroirs de l’histoire.

Objectifs

Pour y remédier, l’école thématique CNRS qui se tiendra au CESCM du 28 mai au 1er juin 2018 propose l’acquisition des connaissances permettant de diffuser leur compréhension et leur utilisation tant dans le monde scientifique que patrimonial. Cette école thématique présente six objectifs principaux :

1- Présenter la documentation épigraphique du Moyen Âge sous toutes ses formes, matériaux, supports, contenus, fonctions, états de conservation.

2- Découvrir l’objet épigraphique dans toutes ses dimensions (matérielles, graphiques et textuelles) en apprenant à recenser, à décrire, à lire, à relever, dessiner, photographier les inscriptions, ainsi qu’à les replacer dans leur contexte initial d’exposition ou d’utilisation (grâce à l’archéologie du bâti par exemple).

3- Apprendre à éditer les inscriptions médiévales pour les mettre à disposition de la communauté scientifique grâce aux outils numériques (base de données, encodage TEI, édition en ligne).

4- Transformer l’objet épigraphique en notice, l’inventaire en corpus, le recensement en objet d’histoire.

5- Intégrer les inscriptions médiévales dans le grand panorama des pratiques graphiques médiévales en mettant en regard les textes tracés sur pierre, sur bois et sur métal, avec les textes étudiés par la paléographie (codices et documents d’archives) et d’autres disciplines d’érudition (sigillographie, numismatique, emblématique…) pour analyser les spécificités, les points communs, les rencontres entre toutes les formes de l’écriture médiévale.

6- Réfléchir à la question de la conservation et de la mise en valeur des inscriptions au fil des siècles.

Cette école thématique consacrée à l’épigraphie médiévale propose quatre modalités pédagogiques complémentaires, complétées, en amont par une préparation préalable à distance (lectures incontournables, envoi d’un exemplier et d’un glossaire). Sur place, les participants assisteront à : des sessions plénières sous forme de cours magistraux pour l’acquisition des grandes notions et des principes élémentaires de la discipline ; des travaux dirigés en groupe restreint pour la mise en pratique des méthodes et l’utilisation des outils bibliographiques et documentaires ; des sessions de travaux pratiques pour l’acquisition des techniques de relevés et de photographies des inscriptions médiévales, des méthodes traditionnelles (estampages, calques) aux nouvelles technologies (clichés numériques, scans), ainsi que pour les techniques de l’édition numérique des textes épigraphiques (encodage TEI, initiation à EPIDOC) ; l’étude directe d’inscriptions médiévales conservées en différents lieux de la ville de Poitiers.

Inscriptions et informations pratiques

L’école thématique s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés (ingénieurs et chercheurs CNRS, enseignants chercheurs), acteurs du patrimoine et de la culture.

Elle se déroulera du 28 mai au 1er juin 2018 au CESCM de Poitiers et est limitée à 25 participants.

Tarifs (inscription et hébergement) : doctorants = 200 euros ; salariés de la fonction publique = 300 euros ; salariés du secteur public = 300 euros ; agents CNRS = gratuit.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 15 mars 2018 à l’adresse électronique suivante :

ecolethematiquecescm@gmail.com

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) ou Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Parution:« Aux marges de l’hérésie Inventions, formes et usages polémiques de l’accusation d’hérésie au Moyen Âge », dir. Franck Mercier et Isabelle Rosé

Si l’histoire traditionnelle de l’hérésie au Moyen Âge s’est longtemps confondue avec celle des exclus de la société, l’approche récente se focalise davantage sur les diverses autorités qui, au cœur du pouvoir, élaborèrent la norme religieuse : l’hérésie n’existe que parce que l’orthodoxie en a d’abord décidé. Il reste que, loin de se présenter comme une essence immuable, elle s’impose tout au long du Moyen Âge comme un concept et une qualification d’une très grande plasticité. L’extension progressive du domaine de l’hérésie à de nombreuses formes de dissidence finit par lui assurer le statut d’un crime englobant. Cette enquête collective repose sur la conviction que c’est encore en se situant aux marges de l’hérésie, au contact d’activités répréhensibles voisines, telles que l’usure, la sorcellerie ou encore la rébellion politique, que l’on peut le mieux saisir les principes et les mécanismes de la fabrique de l’hérésie.

Table des matières : ici

Informations pratiques :

Franck Mercier et Isabelle Rosé (dir.), Aux marges de l’hérésie Inventions, formes et usages polémiques de l’accusation d’hérésie au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018. 16,5 x 24 cm, 384 p. Illustrations : N & B. ISBN : 978-2-7535-5904-2. Prix : 26,00 €.

Pour plus d’informations: http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4543 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:En route pour Compostelle : un Moyen Âge de pèlerinages:28-29/09/2018,Montpellier et Saint-Guilhem-le-Désert[délai:15/03/2018]

*  *  *

Publié le mardi 23 janvier 2018 par Céline Guilleux

RÉSUMÉ

Dans le cadre des manifestations du XXe anniversaire de l’inscription du bien « chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le Centre d’études médiévales de Montpellier (CEMM EA 4583 université Paul-Valéry – Montpellier 3) et la commune de Saint-Guilhem-le-Désert se proposent d’organiser un colloque international dédié aux pèlerinages médiévaux qui se tiendra sur les deux sites (université de Montpellier le vendredi et Saint-Guilhem-le-Désert le samedi).

ANNONCE

Argumentaire

Dans le cadre des manifestations du 20e anniversaire de l’inscription du bien « chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le Centre d’études médiévales de Montpellier (CEMM EA 4583 Université Paul-Valéry – Montpellier 3) et la commune de Saint-Guilhem-le-Désert se proposent d’organiser un colloque international qui se tiendra sur les deux sites (Université de Montpellier le vendredi et Saint-Guilhem-le-Désert le samedi).

Le thème du colloque a pour objectif de couvrir le foisonnement des dévotions aux saints, le culte à saint Jacques en France et le rôle des confréries, les itinéraires des pèlerins et leurs structurations autour des sanctuaires et des franchissements, la réalité des routes empruntées et les services d’accueil ou de soins associés au pèlerinage durant l’ensemble du Moyen Âge, essentiellement sur le territoire français, sans toutefois exclure les territoires voisins (Italie, Allemagne, péninsule Ibérique…). De même, il conviendra d’étudier les relations et les échanges de toute nature entre les sanctuaires en France et le sanctuaire galicien. Une attention prioritaire sera portée aux édifices/sites inclus dans l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial du bien « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France » en 1998 mais sans être exclusifs.

Les pèlerins se rendant à Compostelle étaient d’origines très diverses comme en attestent, notamment, les travaux d’Adeline Rucquoi (Mille fois à Compostelle. Pèlerins du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 2014). L’ambition est de traiter les chemins de Saint-Jacques en réseau, sur un temps long à travers quatre thèmes, qui feront l’objet chacun d’une demi-journée de communications :

  • Thème 1 : les chemins
  • Thème 2 : les reliques
  • Thème 3 : les hommes
  • Thème 4 : les édifices

Le colloque prendra place dans un ensemble de manifestations scientifiques qui chercheront, à l’occasion du 20eme anniversaire, à explorer les dimensions multiples du pèlerinage compostellan, la connaissance du fait historique, ses réinventions successives et la réévaluation de sa place dans l’environnement global des croyances et des pèlerinages médiévaux.

Pour plus d’informations : « En route pour Compostelle : un Moyen Âge de pèlerinages », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 23 janvier 2018, http://calenda.org/429692

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:La famille dans le monde arabo-islamique médiéval:26-28/04/2018, laboratoire du Monde Arabo-islamique Médiéval, 9e colloque international, Tunis[délai:28/02/2018]

La famille dans le monde arabo-islamique médiéval

Parenté, pouvoir et marginalité

*  *  *

Publié le mardi 23 janvier 2018 par João Fernandes

RÉSUMÉ

La famille dans le monde arabo-islamique médiéval suscite toujours l’intérêt des historiens médiévistes puisqu’elle représente encore un thème de recherche important et peu étudié au Moyen Âge, malgré les travaux bien connus déjà réalisés. Nous envisageons d’approfondir la recherche sur ce thème autour de trois axes : la parenté, le pouvoir et la marginalité. Dans une perspective pluridisciplinaire et comparative, notre appel à communication est adressé aussi aux chercheurs des autres spécialités et des autres périodes historiques.

ANNONCE

Université de Tunis, Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, laboratoire du Monde Arabo-islamique Médiéval, 9e colloque international, Tunis les 26, 27 et 28 avril 2018

Argumentaire

La famille dans le monde arabo-islamique médiéval, vu son importance dans la société et ses dimensions multiples et complexes, reste un terrain de recherche qui mérite d’être défriché davantage, malgré les études bien connues, déjà réalisées, et qui ont soulevé des problématiques fondamentales. Il suffit de rappeler celle de Thierry Bianquis, La famille arabe médiévale (1986) et celle dirigée par André Burguière et al., Histoire de la famille (1986). Citons aussi le travail collectif, La famille en islam d’après les sources arabes, dirigé par M.-H. Benkheira et al. (2013). En Tunisie, deux colloques autour de la famille ont eu lieu, ayant traité certains aspects et certaines périodes : Familles, individus et solidarité dans les sociétés méditerranéennes du XVIe siècle à nos jours (2007) et Familles, parents et enfants de l’Antiquité à nos jours : sensibilités, stratégies et conflits (2016).

Nous souhaitons, de notre part, approfondir la recherche sur ce thème autour de trois axes qui, à notre avis, sont encore peu étudiés, en particulier au Moyen Âge arabo-islamique, à savoir : la parenté, le pouvoir et la marginalité. Nous essayerons de poser de nouvelles questions ou de revisiter d’autres, avec un nouveau regard dans le cadre des approches historiques, essentiellement à l’époque médiévale, mais tout en permettant une ouverture sur les autres périodes. Dans une perspective pluridisciplinaire, nous interpellons d’autres spécialités comme l’anthropologie, la sociologie, la littérature, l’histoire de l’art, en optant pour des investigations comparatives entre les périodes et les espaces afin de mieux déceler les spécificités socioculturelles et de mieux comprendre l’évolution et les changements de leurs représentations et pratiques. L’objectif de cette rencontre est de faire avancer les recherches sur le thème proposé avec de nouvelles approches et de nouvelles questions. Ainsi, l’appel à communication est adressé à tous les chercheurs désireux de proposer une recherche selon les axes suivants :

Axes du colloque

I-Famille et parenté

1- La parenté

  • Les concepts : famille, parenté, maison, lignage, etc.
  • La typologie : parenté, parenté de lait, parenté spirituelle, parenté par alliance, adoption, loyauté, etc.

2- Continuité et extension de la famille

  • Le mariage et ses fondements (la demande au mariage, la dot, le contrat, l’amour, la sexualité, etc.)
  • Les types de mariage : le mariage parental, la polygamie, le concubinage, le mariage politique, etc.
  • La procuration : la maternité, la paternité, etc.
  • L’enfance éducation, socialisation, etc.
  • Le vécu dans la famille : l’amour, la sexualité, etc.
  • Festivités et solidarités aux moments de joie et de tristesse

3- Décomposition de la famille

  • Rupture : le divorce et ses types, la nafaqa
  • Les formes de la séparation temporaire du couple (Nashâz, abandon du foyer par le père ou la mère), la séparation due à des circonstances particulières au temps de guerre ou de paix, son impact, etc.
  • Abandon du foyer par les enfants.

II-Famille et pouvoir

1- Les familles au pouvoir

  • La légitimité des familles au pouvoir basée sur l’appartenance religieuse, politique, doctrinale ou héréditaire
  • La famille et la spécialisation dans certaines fonctions

2- Le pouvoir de la femme

  • Son pouvoir au sein de la famille, dans la société et au pouvoir politique
  • Pouvoir du père et de la mère

3- Rapports des familles et hiérarchie sociale

  • Entente et conflits entre familles en rapport avec la hiérarchie sociale
  • La dynamique de la hiérarchie sociale : familles ascendantes et familles descendantes, rôle du pouvoir politique dans la hiérarchisation sociale des familles

4- Famille et patrimoine comme fondement de pouvoir

  • Les assises économiques (les biens et le rôle économique des familles)
  • L’héritage et la fuite de l’héritage par d’autres moyens de transmission du patrimoine (testament, don, vente, etc.)
  • Entente et conflits autour des biens au sein de la famille et entre familles

III- Famille, marginalité et marginaux

1- Marginaux et leurs conditions de vie

  • Qu’est-ce que la marginalité en Islam ?
  • Typologie de la marginalité
  • Conditions de vie matérielles et sociales des individus et des familles ou des communautés marginalisées

2-Les facteurs de la marginalisation dans la famille et dans la société

  • Facteurs économiques : les conditions économiques des familles.
  • Facteurs sociaux : nature des relations sociales, mentalités et culture, conflits entre familles, changements des conditions familiales
  • Facteurs historiques : crises politiques et autres, épidémies, invasions, émigrations, etc.
Notons que l’ouverture sur d’autres propositions est possible tant qu’elles puissent enrichir la recherche sur les trois axes principaux du colloque.

Conditions de soumission des propositions

Les chercheurs sont invités à envoyer leurs propositions de communication (titre et résumé d’environ 300 mots et une brève bio-bibliographie) et les adresser, au plus tard le 28 février 2018,à l’une des deux adresses suivantes :

    • salahbaizig@yahoo.fr
    • amara.asma@yahoo.fr
  • La communication proposée ne doit pas avoir été déjà présentée dans une autre rencontre ou publiée
  • Les langues du colloque sont l’arabe, le français et éventuellement l’anglais.

Dates à retenir

  • 28 février 2018 : dernier délai pour l’envoi des propositions

  • 09-11 mars 2018 : Les chercheurs qui nous ont envoyé leurs propositions recevront notre réponse
  • 18 mars 2018 : dernier délai pour l’envoi des résumés dans une langue autre que celle de la communication
  • Jeudi, vendredi et samedi 26, 27 et 28 avril 2018 : les journées du colloque

Pour plus d’infos : « La famille dans le monde arabo-islamique médiéval », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 23 janvier 2018, http://calenda.org/429736

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Medieval Unfreedoms: Slavery, Servitude, and Tracking in Humans before the Trans-Atlantic Slave Trade:19-20/10/2018, Binghamton University[délai:01/05/2018]

CFP: Medieval Unfreedoms: Slavery, Servitude, and Tracking in Humans before the Trans-Atlantic Slave Trade (19-20 October: Binghamton)

Papers are sought for “Medieval Unfreedoms: Slavery, Servitude, and Tra cking in Humans before the Trans-Atlantic Slave Trade,:” to be held on 19-20 October 2018 at Binghamton University.

Across the medieval world (c. 500 — c. 1500), multiple forms and degrees of unfreedom—slavery, serfdom, forced concubinage, coerced labor, captivity, and bondage—co-existed. Slaves and other unfree people made crucial, but often obscured, marks on societies that accorded them varying degrees of power even as they constrained and exploited them. Trade in humans tied together distinct cultural zones, religions, and geographic regions.
Shifting de nitions of freedom and unfreedom shaped evolving social systems, and helped to shape developing concepts of race, ethnicity, social status, and cultural di erence and belonging from Iberia to Ethiopia and from Iceland to Persia and beyond. Scholars have long pondered the decline of an ancient Roman slave society and the legacy
of both Roman and late-medieval forms of unfreedom for the emergence of the trans-Atlantic slave trade (and the concomitant transformation of slavery) and of colonial systems of race, power, and government. This interdisciplinary conference, hosted by the Center for Medieval and Renaissance Studies (CEMERS) at Binghamton University, seeks to bring together scholars whose research relates to unfreedom before the advent of the trans-Atlantic slave trade.
We hope to foster conversations across traditional disciplinary boundaries about the de nitions, cultural signi cance, and evolution of unfreedom in disparate parts of the medieval world. How does examining conceptions of freedom and unfreedom inform our understanding of medieval cultures? What is the legacy of medieval de nitions of liberty and bondage? We particularly welcome comparative perspectives on unfreedom across religious and geographical frontiers.
We invite papers from a variety of disciplinary and methodological perspectives on any topic related to medieval unfreedom, including:
• Forms of unfreedom after the end of ancient slavery and on cultural frontiers
• Unfreedom in the Byzantine, Islamic, and Latin Christian worlds
• Tra cking in humans across political and religious frontiers
• Concepts of humanity, race, ethnicity, religion, and freedom
• Gender, sexuality, and unfreedom
• The interaction between slaving zones and centers of power
• The unfree at royal and aristocratic courts
• Textual and artistic unfreedoms
• Law, rights, and unfree status
• Manumission, social capital, and social mobility
• Varieties of coerced and unfree labor
• Raiding, piracy, and unfreedom
• Resistance and rebellion against bondage
SUBMISSION DEADLINE: MAY 1, 2018.
Abstracts for individual papers and for sessions are invited. Papers should be 20 minutes in length. Send abstracts to cemers@binghamton.edu.
For information, contact Elizabeth Casteen at ecasteen@binghamton.edu

Source: John Dagenais

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Formation:Unveiling Judeo-Spanish Texts: A Hebrew Aljmiado Workshop:22/02/2018, UCLA,Californie

Unveiling Judeo-Spanish Texts: A Hebrew Aljmiado Workshop (22 February: UCLA)

UCLA’s Department of Spanish and Portuguese, CMRS and the Alan D. Leve Center for Jewish Studies present “Unveiling Judeo-Spanish Texts: A Hebrew Aljamiado Workshop” followed by Lecture by Professor Michelle Hamilton (University of Minnesota) on 22 February 22, 2018, 1:00 pm- 6:00 pm at Royce Hall 306 on the UCLA Campus.

The Hebrew Aljamiado Research Group of the Department of Spanish & Portuguese and the Center for Medieval and Renaissance Studies are offering a workshop in learning to read 14th-16th century Judeo-Spanish texts written using the Hebrew alphabet: Hebrew “aljamiado” writing.  Attendees will also learn about the cultural context of Hebrew aljamiado writing in the Peninsula and in the Sephardic diaspora.

Professor Michelle Hamilton of Spanish & Portuguese Studies at the University of Minnesota, a leading scholar of these texts, will close the workshop with a lecture on “The Hebrew Aljamiado Versions of Ms. Parma 2666 and Their Cultural Significance: Danza de la muerte, Visión delectable.”

The four-hour afternoon workshop will offer hands-on practice with representative texts written in Hebrew aljamiado: Shem Tov de Carrión, Proverbios morales (14th C.), Alfonso de la Torre, Visión delectable (15th C.), Danza de la muerte (15th C.), León Hebreo, Diálogos de amor (16th C.).

The workshop is free and open to the public, but advanced registration is requested.  Attendees should have a basic knowledge of modern Spanish. Familiarity with the Hebrew alef-bet is also helpful. However, materials will be distributed prior to the workshop in order to introduce attendees to the Hebrew alef-bet and the basics of its use in writing Judeo-Spanish texts.

For inquiries concerning the workshop, please contact John Dagenais (dagenais@humnet.ucla.edu)

Source: John Dagenais

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Financement:Postdoctoral Positions Centre for Medieval Literature(start:09/2018):University of Southern Denmark[délai:03/04/2018]

Postdoctoral Positions Centre for Medieval Literature (SDU and University of York)

The Centre for Medieval Literature (CML) at the University of Southern Denmark (SDU, Odense) and the University of York invites applications for a total of three postdoctoral positions. (It is possible to apply to both universities with the same research plan, but you must make separate applications following the procedures of each institution.)

The position available at the University of Southern Denmark (Department of History) is a 3-year post with a start date of September 1, 2018.

The two positions available at the University of York (Department of English and Related Literature) are 2 year, 11-month posts with a start date of September 1, 2018. Applications to York need to be made through the University of York system and will be advertised in due course.

The CML’s research is interdisciplinary and multilingual, combining literary study with history, history of art, history of science, and other disciplines. We cover a broad range of topics addressing texts within and, especially, beyond the established medieval literary canons. The CML works to establish theoretical models for the study of medieval literature in a European scale.

Our research is organised in three main research strands: Imperial Languages, Canon and Library, and Transformations and Translocations.

Successful candidates will be committed to 1) high quality research 2) collaboration which unites scholarship across disciplines and languages, 3) creating a shared research environment across both universities, and 4) situating their research within a wider European framework. In addition to describing your research topic and how it will fit into one or more of the three research strands of the CML, your proposal should include a statement about your potential contributions to the teamwork that is an important aspect of the CML. In the case of otherwise equally-ranked candidates, research in the area of Slavonic literature will be preferred for one of the three positions.
In addition to conducting their own research, the successful candidates will be expected to contribute to the lively and collaborative research environment of the CML. Such contributions may include: writing blog posts for the website; participating in and organizing reading groups; running workshops and/or conferences, which in addition to a specific focus should have a broad appeal relevant to other Centre members; attending events organized by other Centre members, including those that are not directly tied to the candidates’ own research area; and attending CML-wide events such as annual gatherings bringing together members from both SDU and York. In order to facilitate this, the successful candidates are expected to be based primarily at their home institution (whether SDU or York) during the CML autumn (mid-September – mid-December), winter (February – March), and spring (April – June) terms. Each postdoc based at York will also be expected to spend some time at SDU, and vice versa.

For more information: Centre for Medieval Literature, www.sdu.dk/cml Lars Boje Mortensen, Centre Leader, labo@sdu.dk

Application, salary and conditions of employment etc. Employment as Postdoc is temporary (max. 4 years). Employment stops automatically by the end of the period.
To qualify for the position you must have completed a PhD-degree by the application deadline. The jobdescription will be mainly research, additionally there will be teaching to a certain extent and other tasks to a limited extent.  The university will determine the distribution between the various tasks. The extent of the tasks can vary over time. An upgrade of pedagogical qualifications is not part of the position. Thus employment as Postdoc cannot stand alone as a qualification for later employment as associate professor/senior researcher. Applications will be assessed by an expert committee. Applicants will be informed of their assessment by the Faculty.
As part of the overall assessment of the applicant’s qualifications, an interview may be applied. For this  post the shortlisted candidares will be invited to an interview in Paris on June 7.

Appointment to this position may also include teaching obligations in regard to related degree programmes.

The successful applicant will be employed in accordance with the agreement between the Ministry of Finance and AC (the Danish Confederation of Professional Associations), Cirkulære om overenskomst for Akademikere i staten 2015

Applications should be sent electronically via the link “apply online”.
Please note that we only accept files in pdf-format no more than 10 MB per file.
We do not accept zip-files, jpg or other image files.
All pdf-files must be unlocked and allow binding and may not be password protected.
In case you have more than one file per field you need to combine the pdf-files into a single file, as each field handles only one file.
The Faculty expects applicants to read the information “How to apply” before applying. Application and all appendices must be in English.
Material in any language of publication relevant for the field will be assessed.
Please always include a copy of original diploma/certificates.
An application must include:
•    Application (cover letter including a research proposal, in all max 5 pages)
•    Curriculum Vitae
•    Certificates/Diplomas
•    Information on previous teaching experience, please attach as Teaching portfolio
•    List of publications indicating the publications attached
•    Up to 3 of the most relevant publications. Please attach one pdf-file for each publication. For any publication with a co-author, a co-author statement must be submitted as part of the pdf-file.

We recommend that as an international applicant you take the time to visit Working in Denmark where you will find information and facts about moving to, working and living in Denmark, as well as the International Staff Office at SDU. The University wishes our staff to reflect the diversity of society and thus welcomes applications from all qualified candidates regardless of personal background.

Deadline: April 3
Information: https://www.sdu.dk/da/service/ledige_stillinger/956175?sc_lang=en

Source: David Wacks

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Châteaux et justice (Xe-XXIe siècle):28-30/09, Périgueux [30/01]

XXVIe Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord

D’emblée, le pouvoir de justice du seigneur peut donner lieu à une approche simpliste voire caricaturale ; le château incarnant physiquement ce pouvoir et symbolisant, à souhait, le « méchant seigneur ». Qu’en est-il véritablement du Moyen Âge au XIXe siècle ? Ce thème a fait l’objet de nombreuses recherches depuis plus d’un siècle, surtout de la part des juristes. Des historiens ont abordé cette question dans des études plus vastes sur les paysans et/ou les seigneurs dans une province particulière. À partir des années 1990, l’étude de la justice seigneuriale a fait l’objet de travaux spécifiques, individuels ou collectifs qui ont permis de réexaminer une institution longtemps décriée.  Au début des années 2000, Benoît Garnot et Antoine Follain ont contribué à une réhabilitation raisonnée et argumentée permettant de mieux comprendre ce que la justice seigneuriale représente, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, pour le seigneur et le monde rural et urbain. Les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord proposent, lors de leur colloque 2018, de faire le point, voire d’ouvrir de nouveaux axes de recherche en insistant sur la dimension européenne et/ou comparative : des études sur l’Angleterre, les Espagnes, les Allemagnes seront les bienvenues.

Axes thématiques

Les pistes qui suivent constituent des propositions non exclusives de questionnement :

1 : Les origines de la justice seigneuriale : une concession du souverain ou une usurpation des seigneurs ? Quelle est la situation durant le Moyen Âge où se développe une « théorie du pouvoir » qui donne au roi la tâche de conserver la paix et la justice. Les juridictions royales les plus modestes (prévôtés, vigueries) étant trop peu nombreuses, le maillage plus serré des justices seigneuriales donne la possibilité d’établir ce dispositif de maintien de la paix. Quelles réalités se cachent derrière ce constat ?

2 : Pour mieux discerner les pouvoirs de justice du seigneur, il convient de croiser l’étude de la coutume et celle de la pratique des juges dans un lieu donné, dans un moment donné et/ou sur le long terme.

3 : Dans tous les cas le droit de justice est un droit important pour les seigneurs, un élément de prestige et de contrôle sur ses vassaux et tenanciers. Le mot seigneurie est souvent assimilé à celui de justice mais quel est son rôle dans la société du Moyen Âge et des Temps modernes ? En effet, la seigneurie est à la fois une forme de propriété privée et un service public qui encadre la vie villageoise comme la paroisse et la communauté d’habitants.

4 : On connaît la distinction classique entre les trois justices : basse, moyenne et haute. Pour Marcel Marion, elle n’avait plus grand sens aux XVIIe et XVIIIe siècles. Qu’en est-il en réalité ? Il serait intéressant d’observer comment s’articulent ces trois niveaux pour les seigneurs et pour les habitants. L’essor des duchés-pairies aux Temps modernes est-il, par exemple, une simplification, une rationalisation ? Qu’en est-il des seigneurs protestants, en particulier hauts justiciers, dans le contenu et l’application des différents édits de pacification de la seconde moitié du XVIe siècle ?

5 : Le seigneur ne jugeait plus mais commettait des juges qui n’étaient pas des officiers (art. 101 de l’ordonnance de Blois de 1579) et qui devaient avoir les capacités et être agréés par la juridiction royale dont dépendait la seigneurie. L’ensemble de ce personnel a subi aux Temps modernes de sévères critiques dont celle de Charles Loyseau : « La Justice des villages est très mauvaise parce qu’elle est rendue par des gens de peu, sans honneur, sans conscience ».

6 : L’étude des lieux où s’exerce la justice seigneuriale présente aussi un intérêt. Y-a-t-il toujours un « tribunal » dans le château ou le village ou faut-il tenir les séances au cabaret ce qui semble faire perdre de la dignité à la justice et au seigneur ? Quelle était l’attitude des villageois à ce sujet ? Un questionnement du même type concerne la prison. Le seigneur est censé posséder un lieu d’incarcération mais est-ce toujours le cas ? Faut-il « tordre le cou » aux cages de fer et autres oubliettes, mythes ou réalités ?

7 : Quel impact a pu avoir la justice du château sur les justiciables ? Est-elle un recours utilisé volontiers ou suscite-t-elle méfiance, colère et révolte parfois ?

8: La justice du roi fut une autre source de tensions et d’oppositions à la justice seigneuriale. Pour les juristes, la seconde est une délégation de la première. L’essor du pouvoir royal depuis le Moyen Âge jusqu’au XVIIe siècle ne pouvait se manifester sans susciter des formes de concurrence voire d’affrontement entre les deux. Au dernier tiers du XVIIe siècle des « lois » contraignirent davantage les tribunaux des seigneurs. Mais les ordonnances de 1667 et 1670 n’ont sans doute pas réussi à supprimer la diversité du droit. La justice seigneuriale a pu faire durer localement des usages particuliers en matière civile plus qu’en matière criminelle où la justice du roi s’est davantage imposée. Les années 1770-1789 furent très préjudiciables aux justices seigneuriales à la suite de l’édit de mars 1772 et de l’ordonnance de mai 1788.

9: Le 4 août 1789, le système seigneurial était aboli et il n’y avait plus de justice seigneuriale. Mais il fallait au plus vite combler ce vide ; ce fut fait avec la mise en place des justices de paix dans chaque canton. Un tel schéma mériterait d’être revisité à partir de cas concrets et suffisamment documentés. Cela oblige à revenir aussi quelques mois en arrière lors de la préparation des États Généraux. Les cahiers de doléances donnent souvent une image partielle et partiale des justices seigneuriales. Les paysans semblaient moins mécontents qu’on ne l’imagine. Proches, assez rapides et peu coûteuses, elles donnaient plutôt satisfaction. L’image de la future justice de paix se profilait dans les esprits et allait se concrétiser assez rapidement (16-24 août 1789). Souvent les nouveaux « juges de paix » furent recrutés parmi les anciens juges seigneuriaux.

10: Pour le XIXe siècle différentes pistes peuvent être envisagées : le bilan des dépossessions de la justice seigneuriale sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, la confrontation des châtelains avec les représentants de la justice « républicaine », le destin des juges seigneuriaux devenus juges de paix. Cette magistrature était-elle devenue une affaire de famille, comme sous l’Ancien régime ? De quelles manières les châteaux participèrent-ils aux transformations architecturales des anciens lieux dévolus à la justice seigneuriale ? Peut-on revenir sur le cas emblématique de la Bastille, prison royale pendant plus de trois siècles ?

11: Enfin, pour la période la plus contemporaine, on étudiera avec profit le thème des interprétations romanesques, artistiques, théâtrales ou cinématographiques de l’emprise de cette justice seigneuriale puis des jalons de sa disparition, sans ignorer les derniers sursauts d’une volonté restauratrice d’institutions seigneuriales relayés par les médias.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions de communications (environ 1500 signes), accompagnées d’une brève biobibliographie de l’auteur.e doivent être adressées

au plus tard le 30 janvier 2018,

  • par voie électronique, en format Word à Dominique Picco, secrétaire des Rencontres. : dominique.picco@u-bordeaux-montaigne.fr, et Juliette Glikman, secrétaire adjointe, juliette.glikman@orange.fr
  • Ou par voie postale à Dominique Picco, Université Bordeaux-Montaigne, UFR humanités, Département histoire, Campus universitaire, 33607 Pessac cedex

Comité scientifique

Le Comité scientifique des Rencontres est composé de :

  • Anne Marie Cocula, professeur d’histoire moderne université Bordeaux-Montaigne
  • Alain Blanchars, MCF histoire moderne, université de Limoges
  • Roger Baury, MCF histoire moderne université de Lille
  • Frédéric Boutoulle,  professeur d’histoire médiévale université Bordeaux-Montaigne
  • Claude-Isabelle Brelot,  professeur d’histoire contemporaine  université Lyon2
  • Patrick Clarke de Dromentin, docteur en histoire moderne
  • Joelle Chevé, historienne et journaliste
  • Michel Combet, MCF histoire moderne ESPE Aquitaine
  • Jean-Marie Constant, professeur d’histoire moderne université Le Mans
  • Annie Dom, ingénieur de recherche université Bordeaux-Montaigne
  • Juliette Glickman, docteur en histoire
  • Robert Herin, professeur de géographie Université de Caen
  • Philippe Loupès,professeur d’histoire moderne université Bordeaux-Montaigne
  • Christine Mazzoli-Guintard, MCF HDR histoire médiévale université de Nantes
  • Dominique Picco, MCF histoire moderne université Bordeaux-Montaigne
  • Josette Pontet, professeur d’histoire moderne université Bordeaux-Montaigne

 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Poste:MCF Histoire des mondes musulmans médiévaux (XIe-XVIe), Paris 7 Diderot [Délai : 07/03/2018]

Profil : Histoire des mondes musulmans médiévaux (XIe-XVIe siècles)

Mots Clefs : Histoire médiévale ; Histoire des mondes musulmans ; Histoire connectée ; Circulations ; Sociétés musulmanes

Présentation de l’université : Ouverte sur la ville et sur le monde, Paris Diderot est une université de recherche pluridisciplinaire. Carrefour des savoirs, en prise avec les grands débats qui animent la société contemporaine, elle est un creuset qui stimule les échanges et les innovations. Pluridisciplinaire depuis sa création en 1970, elle s’est toujours attachée à faire dialoguer les savoirs et développe de plus en plus de formations et de projets de recherche interdisciplinaires. Elle possède l’une des plus importantes bibliothèques universitaires de Paris (la bibliothèque des Grands Moulins) et plusieurs bibliothèques thématiques spécialisées. Formation initiale ou tout au long de la vie, formations courtes ou longues, technologiques ou théoriques, chacun.e y trouvera les atouts pour réussir et s’épanouir. Elle accueille chaque année un peu plus de 29 000 étudiant.e.s répartis en trois grands domaines : santé / sciences / arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales. Avec 87 laboratoires, elle est l’une des plus importantes universités de recherche françaises et entretient des collaborations avec de nombreuses universités étrangères à travers le monde.

Objectifs pédagogiques et besoin d’encadrement : Ce poste participe à l’indispensable maintien du potentiel d’encadrement pédagogique en histoire médiévale au sein de l’Université Paris Diderot. Le.la MCF y officiera au sein du département d’histoire de l’UFR GHES (Géographie, Histoire, Economie, Sociétés). Il.elle y assumera des enseignements portant sur l’histoire médiévale des mondes musulmans, à tous les niveaux de la licence ainsi qu au sein du master recherche Histoire et civilisations comparées et du master MEEF de l ESPE de Paris. Il.elle pourra en outre, en fonction des besoins, intervenir dans les cours transversaux et méthodologiques prévus au sein des formations de licence et de master en histoire. Une attention particulière sera portée par conséquent à l’expérience de la personne recrutée dans le domaine de l’enseignement. Le.la MCF s’intégrera pleinement à la vie du département d’histoire en s’investissant dans des responsabilités collectives.

Activité de recherche : Les recherches et projets du.de la candidat.e doivent permettre son insertion au sein du laboratoire ICT (Identités, cultures, territoires, EA 337) de l’Université Paris Diderot, laboratoire interdisciplinaire Histoire et civilisations noté A+ par l’AERES. S’ils ont plutôt vocation à s’intégrer à l’axe « Savoirs, représentations, circulations » du laboratoire, leur contribution à l’un des deux autres axes (« Territoires, mobilités et pouvoirs » ou « Genre et diversités ») sera la bienvenue. Le.la candidat.e viendra renforcer l’équipe des médiévistes du laboratoire ICT, en développant des travaux s’attachant aux mondes musulmans médiévaux (XIe-XVIe siècles) dans une perspective d histoire connectée, sensible aux interactions entretenues entre ces espaces et les régions limitrophes du Dar al-Islam en Europe, Afrique et Asie. Il s’agira notamment de s intéresser aux circulations des hommes, des idées et des produits dans des contextes de paix ou de guerre, et aux conséquences de ces interactions politiques, économiques et/ou culturelles dans les sociétés concernées. Une attention particulière sera portée à la maîtrise, par le.la candidat.e, des sources directes de l’histoire des mondes musulmans, tant écrites qu archéologiques. La connaissance des langues pratiquées dans les mondes musulmans médiévaux, telles que l’arabe, le persan ou le turc, sera, par conséquent, valorisée, tout comme l’expérience dans le montage et l’encadrement de fouilles archéologiques. La personne recrutée devra enfin être en capacité de contribuer, dans ses domaines de compétence, à l’attractivité internationale du laboratoire ICT, et de développer des collaborations scientifiques tant au sein de l’Université Paris Diderot(laboratoires CESSMA et Anhima) qu’au sein de l’Université Sorbonne Paris Cité (USPC).

Contacts :

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Poste:MCF Histoire du Moyen-Age occidental (XIe-XVe), Paris 7 Diderot [délai : 07/03/2018]

Profil : Histoire du Moyen-Age occidental (XIe-XVe siècles). Cultures : pratiques et acteurs.

Mots clefs : Histoire de l’Occident médiéval ; Histoire des pratiques culturelles ; Pratiques de l’écrit ; Circulation des savoirs ; Histoire sociale

 

Présentation de l’université : Ouverte sur la ville et sur le monde, Paris Diderot est une université de recherche pluridisciplinaire. Carrefour des savoirs, en prise avec les grands débats qui animent la société contemporaine, elle est un creuset qui stimule les échanges et les innovations. Pluridisciplinaire depuis sa création en 1970, elle s’est toujours attachée à faire dialoguer les savoirs et développe de plus en plus de formations et de projets de recherche interdisciplinaires. Elle possède l’une des plus importantes bibliothèques universitaires de Paris (la bibliothèque des Grands Moulins) et plusieurs bibliothèques thématiques spécialisées. Formation initiale ou tout au long de la vie, formations courtes ou longues, technologiques ou théoriques, chacun.e y trouvera les atouts pour réussir et s’épanouir. Elle accueille chaque année un peu plus de 29 000 étudiant.e.s répartis en trois grands domaines : santé / sciences / arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales. Avec 87 laboratoires, elle est l’une des plus importantes universités de recherche françaises et entretient des collaborations avec de nombreuses universités étrangères à travers le monde.

Objectifs pédagogiques : Ce poste participe à l’indispensable maintien du potentiel d’encadrement pédagogique en histoire médiévale au sein de l’Université Paris Diderot. Le.la MCF y officiera au sein du département d’Histoire de l’UFR GHES (Géographie, Histoire, Economie, Sociétés). Il.elle y assumera des enseignements portant sur l’histoire médiévale, à tous les niveaux de la licence ainsi qu au sein du master recherche Histoire et civilisations comparées et du master MEEF de l’ESPE de Paris. Il.elle disposera des compétences requises pour prendre en charge, le cas échéant, les enseignements de paléographie médiévale et d’historiographie. Il.elle pourra en outre, en fonction des besoins, intervenir dans les cours transversaux et méthodologiques prévus au sein des formations de licence et de master en histoire. Une attention particulière sera portée par conséquent à l’expérience du.de la candidat.e dans le domaine de l’enseignement. Le.la MCF s’intégrera pleinement à la vie du département d’Histoire en s’investissant dans des responsabilités collectives. Licence mention Histoire (L1, L2, L3) : Histoire médiévale, enseignements transversaux. Master recherche Histoire et Civilisations Comparées (M1, M2) : spécialité « Identités altérités, Histoire de l’Europe » ; spécialité « Ville, Architecture, Patrimoine ». Master MEEF de l’ESPE de Paris.

Activités de recherche :  Les recherches et projets du.de la candidat.e doivent permettre son insertion au sein du laboratoire ICT (Identités, cultures, territoires, EA 337) de l’Université Paris Diderot, laboratoire interdisciplinaire Histoire et civilisations noté A+ par l’AERES. S’ils ont plutôt vocation à s’intégrer à l’axe « Savoirs, représentations, circulations » du laboratoire, leur contribution à l’un des deux autres axes (« Territoires, mobilités et pouvoirs» ou « Genre et diversités ») sera la bienvenue. Le.la candidat.e viendra renforcer l’équipe des médiévistes du laboratoire ICT, en développant des travaux s’attachant préférentiellement aux cultures de l’Occident médiéval (XIe-XVe siècle), au travers notamment de l’étude des savoirs pratiques et intellectuels saisis dans leur production, leur mise en application et leur circulation, ainsi que de leurs acteurs à tous les niveaux du corps social. Le domaine de recherche du candidat/de la candidate pourra indifféremment couvrir les champs des cultures scientifiques, techniques, économiques, politiques ou autres. Une attention particulière pourra être également portée aux écrits pragmatiques en tant qu instruments et témoins de ces pratiques culturelles (enquêtes, comptabilités seigneuriales ou marchandes, écrits des gouvernements municipaux, princiers ou royaux, etc.). La personne recrutée devra enfin être en capacité de contribuer, dans ses domaines de compétence, à l’attractivité internationale du laboratoire ICT, et de développer des collaborations scientifiques tant au sein de l’Université Paris Diderot (laboratoires CESSMA et Anhima) qu’au sein de l’Université Sorbonne Paris Cité (USPC).

Contacts :

 

 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Parution: Philippe Durand, « Les châteaux de la baronnie de Montmorillon. Reconstruction castrale et modèles royaux et princiers à la fin du Moyen Âge »

Plus de trente ans après sa rédaction, voici en n disponible pour le grand public l’une des thèses majeures de la castellologie française. En étudiant une douzaine de châteaux-forts du Haut-Poitou, Philippe Durand livre des monographies qui sont déjà des références.

Capture d_écran 2017-12-10 à 14.19.08

Surtout, l’auteur fait du Montmorillonnais un exemple et un modèle. De là, il revisite toute l’évolution de la construction castrale : la place du décor et de l’architecture, le rôle symbolique et ostentatoire des éléments de défense, et l’utilisation des modèles royaux et princiers dans les forteresses seigneuriales à la n du Moyen Âge.

Informations pratiques :

Philippe Durand, Les châteaux de la baronnie de Montmorillon. Reconstruction castrale et modèles royaux et princiers à la fin du Moyen Âge, Chagny, CeCaB, 2017. 495 p., 650 ill., 35 €. ISBN 979-10-95034-07-0.

Bulletin de commande : Bulletin de commande CeCaB

 

Source: https://rmblf.be/2017/12/14/publication-philippe-durand-les-cha%CC%82teaux-de-la-baronnie-de-montmorillon-reconstruction-castrale-et-modeles-royaux-et-princiers-a-la-fin-du-moyen-a%CC%82ge/

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Financement: Conference travel grants – Religious Studies

 

Apply: Conference travel grants – Religious Studies

The journal Religions, announces the opening of the competition for two annual travel awards sponsored by Religions.

The Travel Awards, each of 800 Swiss Francs, will be granted to PhD students, postdoctoral fellows or young lecturers to assist towards attending any religions-related conference in 2018.

Deadline:l 1 April 2018.

Please find additional details here.

Source: Peter Iver Kaufman / D. Valérian / http://www.mdpi.com/journal/religions/awards

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Appel à contribution :Branches of Time Thinking and Representing History through the Arboreal Motif: 20-22 août, Stockholm. [13 janv 18]

Branches of Time
Thinking and Representing History through the Arboreal Motif
Organisation

Naïs Virenque – Antoine Paris – Pippa Salonius – Sergi Sancho Fibla

3rd INTH network Conference
“Place and Displacement: The Spacing of History”

Stockholm, August 20th-22nd, 2018

We are pleased to announce that Trames Arborescentes is preparing a panel proposal for the International Network for Theory of History (INTH) conference (http://www.inth.ugent.be/conference) that will take place in Stockholm on August 2018.

“Place and Displacement: The Spacing of History” has been chosen as the main theme for the aforementioned meeting. Within this framework, Trames Arborescentes has decided to participate by proposing a panel that will gather several speakers around the subject “Branches of Time. Thinking and Representing History through the Arboreal Motif”.

This panel traces the arboreal motif through time, using it as a means to reflect on the making and the representation of History since Antiquity. Three main subjects will be taken into account: “Synchrony and Diachrony”, “Thinking Trees versus Teaching Trees” and “Growth as Progress”.

 

Synchrony and Diachrony:

The first point focuses on the shape of the tree. The Greek term for history (historia) referred to research through time and space. This research required the elaboration of a method for organizing, classifying and presenting information, either for the gathering or the disposition of processes. In this manner History produced a guide that was arranged and, at times, graphically represented. Yet the term “method” implies a system that proceeds by steps. Its original sense, from the Greek term methodos, aims at providing a path to follow according to a path already walked. Therefore, from its origins, this method incorporated both the writing, but also the making of history, as a spatial- temporal shift along a timeline. There is no other way to read an arboreal diagram, but in a temporal sense. Its branches are situated along a principal axis which leads to the chronological reading of its content.

This is precisely the backbone of all arboreal structures, which organize diachrony as a synoptic tool through a line of progression. Indeed, diagrammatical and schematic trees are used in the field of history in different shapes and patterns precisely because they are able to articulate both unity and developments (ramifications) in an itinerary based on succession. However, it is crucial to reflect on the effect these graphic or textual models have on history itself. We typically conceive them as mere distillations of complex historical events and ideas, but their cognitive benefits have already been proven. Likewise, while we acknowledge they are particularly well-suited to the field of history, is their use completely appropriate? Why? Why not?

Thinking Trees versus Teaching Trees

Our second point focuses on research and teaching. As a matter of fact, historians often use arboreal structures as analytical and pedagogical tools. However, are these models used to frame existing content or rather is it the form itself that is pre-existing and the historian brings to light? How are they combined or contrasted with other graphical tools like timelines and tables? Are there differences between the use of tree structures in research and in teaching? How and why would they be different?

Growth as Progress

These kinds of schematic representations are not shaped by a closed geometric figure, but by a form open to indefinite ramifications. In this way trees avoid a certain appearance of linearity. They challenge the idea of narrative chronology in favour of multidirectional temporality. In the final decades of the twentieth century arboreal structures became an object of poststructuralist thought, mainly because of their extremely rational and systematized function. Other models such as Deleuze’s rhizomes were placed in the spotlight in order to avoid synthetic structures. This highlights a political aspect of arboreal imagery. The vertical growth of tree schemata might be seen as a foothold for the unfashionable concept of “progress”. We seek to gain a greater understanding of the political connotations conveyed by tree structures with a series of case studies that show how history has been instrumentalised by them.

We welcome papers that focus on these subjects and/or other aspects of arboreal structures and their use within the field of history.

Proposals containing personal information (including academic affiliation), an abstract (up to 300 words), and a short bio are welcome for this panel. Documents may be submitted to our email address tramesarborescentes@gmail.com before January 13, 2018.

source: Trames Arborescentes: https://trarborescentes.sciencesconf.org/resource/page/id/48

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts