Parution:Alban Gautier, « Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au Moyen Âge »

Les autorités et les penseurs chrétiens du Moyen Âge ont, en règle générale, tenu un discours extrêmement négatif à l’égard de ceux qu’ils appelaient les païens, qu’il s’agisse de figures polythéistes du passé ou d’individus professant au présent une autre religion : stupides, brutaux, sans foi ni loi, les païens sont ordinairement donnés pour damnés.

Pourtant, dans l’Europe du Nord entre la fin du VIe et le début du XIIe siècle, une poignée de personnages ont été reconnus comme de « bons païens » par des auteurs chrétiens : certains sont regardés comme fondateurs, vertueux, voire exemplaires, et il arrive même qu’on laisse entendre que l’un ou l’autre d’eux a pu accéder au salut. Ainsi le poème anglo-saxon Beowulf met en scène des personnages héroïques et positifs, laissant planer le doute sur leur sort ultime, enfer ou paradis. De fait, selon les contextes politiques, sociaux, et culturels, les réponses à ce double problème de la vertu et du salut des païens ont été très variables : ainsi, si certaines sociétés ont rapporté sans trop de réticences l’histoire héroïque de leurs ancêtres païens, d’autres ont été amenées à refouler l’essentiel d’un passé jugé incompatible avec le nouveau contexte religieux.

L’enquête progresse de façon à la fois géographique et chronologique, explorant tour à tour l’Irlande, les marges septentrionales du royaume des Francs, l’Angleterre, le pays de Galles, la Scandinavie et le monde slave occidental. Dans toutes ces régions, la question des bons païens permet d’éclairer la manière dont, au prix d’accommodements et de bricolages théologiques, les sociétés nouvellement converties ont appris à parler d’elles-mêmes à travers le miroir de l’Autre païen.

28405100429690L

Informations pratiques :

Alban Gautier, Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au Moyen Âge, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017 (Histoire ancienne et médiévale). 800 pages, 16 x 24 x 4,5 cm. ISBN : 979-10-351-0041-4. Prix : 28 euros.

Source : Éditions de la Sorbonne

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Atelier: Les techniques digitales au Moyen Âge:24/11/2017-01/12/2017-08/12/2017, Paris

Cet atelier est proposé par l’International Medieval Society – Paris (www.ims-paris.org), en collaboration avec le LAMOP (UMR 8589 – CNRS/Paris 1), l’EA 173- CERAM de Paris 3 et l’EA 7322 de Paris 8 et le GAHOM (EHESS).

Coordination : Fanny Madeline (LAMOP/IMS), Maud Perez-Simon (Paris 3), Christopher Lucken (Paris 8), Pierre Olivier Dittmar (EHESS), Irène Fabry-Tehranchi (BL/IMS)

Dans le contexte actuel qui voit la numérisation de nos disciplines et le développement des humanités numériques (que les anglo-saxons appellent « digital studies »), une nécessité nouvelle s’impose aux chercheur.e.s en sciences humaines et sociales d’utiliser leurs doigts dans des espaces de travail désormais largement numérisés. Les études sur ce nouvel usage des doigts dans les pratiques cognitives commencent à émerger mais ne s’inscrivent que très rarement dans la longue durée. Or étudier la dimension anthropologique de l’usage des doigts dans l’art et les pratiques cognitives au Moyen Âge permet d’historiciser une dimension centrale de l’activité humaine pour mieux comprendre les transformations de nos propres pratiques. Penser la main du Moyen Âge à la médiévistique, de l’objet d’étude à la discipline, sera donc l’objectif de cette série de trois ateliers dont la dimension pédagogique sera renforcée par une organisation en deux temps : une première partie en matinée sera consacrée à des conférences et des discussions sur les usages de la main et des doigts au Moyen Âge ; des ateliers pratiques de présentation et utilisation des ressources digitales existantes à l’usage des étudiants de master et de doctorat se tiendront en seconde partie de journée. En associant de la sorte recherche et formation, les ateliers mettent en avant l’importance (toujours actuelle) des questionnements médiévaux quant aux liens entre corps et connaissance en même temps qu’ils font état des innovations technologiques et méthodologiques à l’œuvre dans les différentes disciplines de la médiévistique.

Ces ateliers sont ouverts à toutes et tous.

Inscriptions obligatoires pour accéder aux bâtiments : ici

affiche-Condorcet-2017

Programme :

Le vendredi 24 novembre 2017
Salle Picard, escalier C, 3e étage, 17 rue de la Sorbonne

14h-16h30 : Conférences : Communiquer et savoir : les gestes de la main et des doigts et leurs usages cognitifs »

Alex Novikoff (Kenyon college, Ohio): Digital Scholasticism: The Ars Disputandi and the “Art” of Disputation
Francesca Aceto (EHESS): Savoir sur le bout des doigts ». Jeux, mathématiques et apprentissage au Quattrocento. Quelques études de cas.

17h-19h : Atelier « écrire sa thèse avec les outils numériques » : avec Mathilde Jourdain (Paris 1) et Franciska Heimburger (EHESS).

Le vendredi 1er décembre 2017
Salle de formation, Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne

10h-12h30 Conférences :« Produire avec la main : savoir-faire, recommandations, traces des pratiques »

10h: Susan Rankin (Univ. Cambridge): Writing Sound: Designing Notation
11h: Filippo Ronconi (EHESS): Le livre en tant qu’objet social : des matières premières à la reliure. Acteur sociaux et savoir-faire

14h : Atelier : « Levez les mains du clavier »

14h : Marie Chaveneau (chanteuse lyrique et musicologue) : Main guidonnienne et chant expérimental
16h15 : Maud Perez-Simon (Paris 3): Quels gestes dans les collections médiévales du Louvre? (RV à l’accueil des groupes du Louvre)

Le vendredi 8 décembre 2017
Salle du CETHA, INHA, 6 Rue des Petits Champs, 75002 Paris

9h30-11h : Conférences : Anthropologie et symbolique du doigt et de la main

Eric Palazzo (Univ. Poitiers): Le sens tactile dans la liturgie médiévale
Pascal Texier (Univ. Limoges): La digitalisation médiévale du droit

11h30-13h30 : Atelier « N’gram une approche sauvage de la bibliométrie » avec Pierre-Olivier Dittmar (EHESS) et Vincent Jolivet (ENC).

Source : IMS – Paris

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Poste:professeur adjoint en études médiévales:Université de la Colombie-Britannique (Vancouver, Canada)[délai:30/11/2017]

L’entrée en fonction est le 1er juillet 2018. Nous sommes à la recherche d’un(e) médiéviste aux intérêts interdisciplinaires, capable de s’impliquer dans la vie intellectuelle de l’institution et de travailler en collaboration avec les autres membres du département. Le candidat retenu sera appelé à participer au constant enrichissement de notre curriculum, à promouvoir une meilleure connaissance des cultures française et européenne, et à contribuer à la promesse de la Faculté des Arts d’encourager l’engagement international de nos étudiants et de favoriser une meilleure compréhension interculturelle.

Un doctorat en études françaises (ou équivalent) est requis au moment de l’entrée en fonction. En plus de disposer d’un solide dossier de recherche et d’enseignement, les candidats doivent posséder une excellente maîtrise du français (de niveau langue maternelle ou comparable) et de l’anglais (langue de travail et de communication à l’Université de Colombie-Britannique). La personne choisie devra être en mesure de développer un programme de recherche actif et innovateur susceptible de mener à des publications et à l’obtention de financement, et participera à l’enseignement et à l’encadrement d’étudiants aux trois cycles.

Pour plus d’information sur le Département d’études françaises, hispaniques et italiennes de l’Université de Colombie-Britannique, veuillez consulter notre site : http://fhis.ubc.ca.

Les dossiers de candidature doivent être transmis par voie électronique avant le 30 novembre 2017 à l’adresse suivante : www.facultycareers.ubc.ca/28002. Les candidats devront télécharger (dans l’ordre suivant et sans excéder 12 mégabits par fichier) : une lettre de candidature, un curriculum vitæ, une description de leurs intérêts de recherche et d’enseignement, un choix de publications ou de travaux récents (20-30 pages), ainsi qu’un dossier pédagogique (incluant, par exemple, des plans de cours et des évaluations d’enseignement).

Trois lettres de recommandation confidentielles devront en outre être envoyées par courriel à l’adresse fhis.search@ubc.ca avant la date limite (les répondants sont priés de donner le titre « Poste en études médiévales » à leur courriel). Les questions relatives à cette annonce peuvent être adressées au directeur du département, Dr. Joël Castonguay-Bélanger, à l’adresse fhis.search@ubc.ca. L’évaluation des dossiers de candidature commencera le 30 novembre et se poursuivra jusqu’à ce que le poste soit pourvu.

Le poste est assujetti à une approbation budgétaire finale. La rémunération est établie en fonction des compétences et du niveau d’expérience.

L’équité et la diversité sont essentielles à la poursuite de l’excellence de la recherche. Une communauté ouverte et inclusive accueille les voix de ceux et celles qui ont jusque-là été sous-représentés ou ignorés. L’Université de Colombie-Britannique encourage les candidatures de toutes personnes appartenant à des groupes marginalisés sur la base des critères énumérés dans le B.C. Human Rights Code, incluant le sexe, l’orientation ou l’identité sexuelle, la race, le handicap, les opinions politiques, la religion, la situation conjugale ou familiale, l’âge et/ou l’appartenance aux Premières Nations, Métis, Inuit ou à un groupe autochtone.

Toutes les personnes qualifiées sont encouragées à poser leur candidature. Conformément aux lois canadiennes sur l’immigration, la priorité sera toutefois accordée aux Canadiens ainsi qu’aux résidents permanents.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication: «Popularité, réputation, renommée », Séminaires Questes, Paris 19/01, 16/02 et 16/03/2018 [délai:10/12/2017]

«Popularité, réputation, renommée»

« … pour la grant renommee qu’il avoit d’estre preudomme», Jean de  Joinville, Vie de Saint Louis, éd. J. Monfrin, §31

La lecture des chroniques, des romans et des actes de la pratique révèle à quel point la question de la notoriété est essentielle aux sociétés médiévales. Trois termes sont proposés à l’étude : tout d’abord, la « popularité », qui correspond à la faveur du peuple, au crédit dont une personne dispose auprès du plus grand nombre. Ensuite, la « réputation », cette opinion qu’un public se fait d’une personne. Entendue dans son sens positif, c’est une honorabilité, résultat une conduite conforme à une norme sociale socialement établie : c’est un gage de pureté morale. La « renommée » désigne enfin la rumeur que répand l’opinion publique : sémantiquement proche de la réputation, son sens se spécialise progressivement pour devenir un terme laudatif désignant la reconnaissance de prouesses ou de grandes qualités au-delà du cercle social de l’individu. Christine de Pizan dans le Livre des faits et bonnes mœurs du roi Charles V compare la renommée à une fleur de lys : belle, précieuse, mais fragile qui « dit quel chose est noblece de corage » (chap.IV).

Réputation et renommée sont des termes attestés dès la fin du XIIIe siècle, lorsque les premières attestations de popularité remontent au XVIe siècle. La racine commune de ces trois termes est la notion de fama, cette notoriété fondatrice de l’excellence sociale et de l’exemplarité. Le bien famé est écouté, respecté, acclamé dans tous les cercles de la société. Il jouit d’une bonne réputation et peut prétendre à une certaine renommée. A l’inverse, le mal famé devient un paria, et doit reconstruire sa réputation. Yvain dans le Chevalier au Lion est un des nombreux exemples littéraires de ce processus: contraint de partir à l’aventure après avoir été accusé de manquer à ses devoirs de chevalerie, il part en quête d’une renommée perdue.

Popularité, réputation, rénommée : ces trois héritiers de la fama sont des marqueurs clefs de la société et de la culture médiévales. Ils alimentent toute une série de travaux de l’historiographie récente, qui s’attache en particulier à (re)mettre en perspective l’étude des groupes et des rapports sociaux : pourrait-il y avoir excellence sociale, notamment nobiliaire, sans réputation ? La noblesse est-elle seule à pouvoir prétendre à la renommée ? Si réputation et renommée sont liées à une indéniable considération sociale, la popularité sur la place publique est-elle synonyme d’estime et de respect ?

Pistes de problématisation:

  •  Quels liens entretiennent ces trois avatars de la notoriété avec l’exercice politique ? Que peut nous dire la fama sur la justification du pouvoir ? Quel rapport les gouvernants entretiennent-ils avec leur image ?
  •  Comment et pourquoi montrer que l’on est respectable au Moyen Âge ?
  •  Comment ces trois notions s’articulent-elles dans les représentations artistiques et littéraires ? Sont-elles l’apanage de groupes sociaux, de personnes ?
  •  Ces trois notions sont-elles déterminées sur les mêmes critères ? La réputation et la renommée sont-elles attachées aux mêmes qualités morales et sociales dans tous les milieux ?

Conditions de soumission:

Cet appel à communication est ouvert aux étudiants de master, de doctorat et aux jeunes chercheurs en études médiévales, quelle que soit leur discipline. Les propositions de communication, d’un maximum de 1000 mots, accompagnées d’un CV doivent être envoyées conjointement à François Arbelet (fr.arbelet[a]gmail.com) et Marielle Devlaeminck (marielle.devlaeminck[a]gmail.com) avant le 10 décembre 2017. Elles pourront donner lieu à une communication orale de 25 minutes durant l’une des trois séances du séminaire (19 janvier, 16 février, 16 mars 2018) et/ou à une publication dans la revue de l’association (www.questes.revues.org).

Bibliographie indicative:

Maria Rosa Lida de Malkiel, L’idée de la gloire dans la tradition occidentale : Antiquité, Moyen Âge occidental, Castille, Paris, C. Klincksieck, 1968.

Claude Gauvard (dir.), « La Fama, une parole fondatrice », Médiévales, 24, 1993.

Claude Gauvard, « Fama », dans Dictionnaire du Moyen Âge, Claude Gauvard (dir.), Alain De Libera (dir.), Michel Zink (dir), Paris, PUF, coll. Quadrige, 2002.

Thierry Dutour, Sous l’empire du bien : « bonnes gens » et pacte social (XIIIe-XVe siècles), Paris, Classiques Garnier, 2015.

Source : https://questes.hypotheses.org/1741

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Séminaires:Administrer par l’écrit – Administrer par les chiffres:Paris, centre de recherches des Archives nationales.

Séminaire organisé par les Archives nationales, l’École nationale des chartes, le LAMOP (université Paris 1), le DYPAC (université de Versailles-Saint-Quentin), et l’IRHT, avec la participation de l’IHMC (CNRS, ENS, université Paris 1), de l’IDHES (CNRS) et du Centre Jean Mabillon (École des Chartes), et le soutien du LabEx haStec.

Argumentaire

Il a pour objectif de mettre en lumière l’évolution des formes et des usages de l’écrit au cours des xiiie et xive siècles et de comprendre ses prolongements par-delà le Moyen Âge, dans un contexte où l’écrit devient de plus en plus foisonnant. Trois thèmes seront au centre des réflexions.

Le premier concerne le classement des écrits produits et leur transformation progressive en documents d’archives. Certaines formes d’organisation sont en effet nécessaires pour faire face à l’augmentation exponentielle des documents et en permettre l’éventuelle réutilisation.

Une attention particulière sera également portée sur le contrôle des biens et des hommes par le biais d’écrits qui mettent en scène des structures sociales déjà existantes ; dans le même temps, un tel encadrement n’est pas sans effet sur les biens ainsi gérés et les hommes ainsi gouvernés.

Enfin, nous n’oublierons pas que l’administration par l’écrit n’est pas réservée aux autorités et aux institutions qui en émanent : ainsi en va-t-il des pratiques comptables mises en œuvre dans le monde marchand. La systématisation de telles méthodes à l’échelle des individus est un phénomène de la fin du Moyen Âge qu’il convient d’interroger sur le long terme.

Séances

Mercredi 29 novembre 2017

Les chiffres comme instruments de description

14 h 30 – 17 h 30

  • Jean-Pierre Devroey (Université de Bruxelles), « Abréger ou additionner ? Sommes et résumés dans les pratiques d’inventaire foncier à l’époque carolingienne »
  • Lars Behrisch (Université Bielefeld), « Représentation statistique et représentation politique : Comment la statistique démographique a contribué à l’égalité politique (xviie-xviiie siècles) »

Mercredi 17 janvier 2018

La construction chiffrée de la valeur

9 h 30 – 12 h 30

  • Harmony Dewez (Université de Poitiers), « Assiettes fiscales et profit seigneurial : des processus conjoints de construction de la valeur aux xiiie et xive siècles »
  • Rachel Renault (Université du Maine), « Ordre fiscal, ordre spatial, ordre social : comparer valeurs des lieux et des contribuables en Allemagne au xviiie siècle »

Vendredi 9 mars 2018

Normes et pratiques

14 h 30 – 17 h 30

  • Matthieu Scherman (Université Paris-Diderot), « Formes comptables et réseaux marchands »
  • Natacha Coquery (Université Lumière Lyon 2), « Comptabilités boutiquières, normes et pratiques. Paris, xviiie siècle »

Mercredi 11 avril 2018

L’actualisation des données

14 h 30 – 17 h 30

  • Isabelle Bretthauer (Université de Caen-Normandie / IRHT), « La gestion du domaine royal à la Chambre des comptes, entre pratique comptable et uniformisation documentaire, xive-xve siècles »
  • Guillaume Daudin (Université Paris-Dauphine) et Loïc Charles (Université Paris VIII), « À la recherche du chiffre juste : méthodes et réformes au Bureau de la Balance du Commerce »

Pour plus d’informations : « Administrer par l’écrit – Administrer par les chiffres », Séminaire, Calenda, Publié le vendredi 27 octobre 2017, http://calenda.org/419673

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts