Appel à contribution:La formule au Moyen Âge[30/09/2017]

Pour sa quatrième édition, le colloque bisannuel sur la formule (Groupe de recherche et d’étude nancéien sur la diachronie et sur l’émergence de la littérature anglaise, GRENDEL –Interdisciplinarité dans les études anglophones, IDEA) aura lieu les 13, 14 et 15 juin 2018, sous l’égide du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM), université de Poitiers-CNRS. La manifestation se déroulera dans l’hôtel Berthelot, en centre-ville. Une demi-journée de découverte du patrimoine est proposée.

ANNONCE

Pour sa quatrième édition, le colloque bisannuel sur la formule (GRENDEL – IDEA) aura lieu les 13, 14 et 15 juin 2018, sous l’égide du CESCM, Université de Poitiers-CNRS. La manifestation se déroulera dans l’hôtel Berthelot, en centre-ville. Une demi-journée de découverte du patrimoine est proposée.

Argumentaire

Les modes de pensée et de représentation médiévaux sont profondément marqués par l’usage de reprises et de régularités attendus et reconnaissables, qui sont sources de tensions productives entre expression individuelle et normes collectives, changement et continuité, création et convention. De façon très générale, toute formule se caractérise par un figement ou une régularité plus ou moins marqué laissant la place, en creux, à l’innovation. La définition de la formule se décline différemment en fonction de la discipline considérée, et le colloque sera l’occasion d’en établir les diverses acceptions et de s’interroger sur leur compatibilité éventuelle, ainsi que d’analyser l’effet pragmatique engendré par les répétitions formulaires, entre autres pistes de réflexion possibles.

Axes thématiques :

Ce colloque, qui s’inscrit dans une logique internationale et interdisciplinaire, s’adresse aux médiévistes quels que soient leurs domaines de recherche:

  • littérature (poésie, théorie orale-formulaire, tournures consacrées, topoi…)
  • histoire de l’art (motifs, procédés de production, signatures artistiques…)
  • histoire (médecine, cuisine, magie…)
  • droit et diplomatique (études de serments, de testaments, de préambules de chartes…)
  • codicologie (codex, colophons…)
  • épigraphie (inscriptions funéraires, dédicatoires…)
  • linguistique (politesse et interactions ritualisées, histoire de la langue, études de corpus de textes techniques ou savants…)
  • musicologie (écriture et thèmes musicaux…)
  • pratique et vie religieuses (prédications, liturgie…)

Modalités de soumission

Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots maximum) sont à envoyer

avant le 30 septembre 2017

à Elise Louviot (elise.louviot[at]univ-reims.fr) et Stephen Morrison (stephen.morrison[at]univ-poitiers.fr).

Langues acceptées : français, anglais, espagnol, allemand.

Pour plus d’informations : « La formule au Moyen Âge », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 21 août 2017, http://calenda.org/412591

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque:Châteaux et spectacles – XXVe rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord:29/09-01/10, Périgueux

RÉSUMÉ

L’association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord consacre son colloque annuel aux liens entre Châteaux et spectacles, du Moyen Âge à nos jours, en s’intéressant autant aux demeures royales qu’aux autres châteaux européens aussi modestes soient-ils.

ANNONCE

Argumentaire

L’association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord consacre son colloque annuel aux liens entre Châteaux et spectacles, du Moyen Âge à nos jours, en s’intéressant autant aux demeures royales qu’aux autres châteaux européens aussi modestes soient-ils.

Dans les années 70, aux beaux jours de l’anthropologie historique et de la Nouvelle histoire, avec le développement de l’histoire des mentalités et de l’imaginaire, l’histoire des fêtes et des spectacles a connu une heure de gloire. Elle s’inscrivait alors dans la partition entre culture savante et culture populaire initiée par Robert Mandrou. Critiqué et révisé, ce clivage a glissé vers une approche en termes d’échanges, de circulations, de réception et d’acculturation, s’insérant dans une histoire culturelle englobant histoire sociale et histoire politique. Depuis le début des années 2000, de nouvelles approches, notamment en histoire médiévale et contemporaine, sont le fait de littéraires et d’historiens. L’émergence de la citoyenneté au XIXe siècle suppose en effet de conforter l’adhésion de la population, en multipliant les formes d’expression de l’approbation. Le spectacle participe alors de la cérémonie du pouvoir, les châteaux, au cœur de la sociabilité aristocratique, servant à la fois à appuyer la souveraineté ou à susciter une contre-image.

Le colloque Châteaux et spectacles propose de s’inscrire dans ces perspectives en abordant ces thèmes au prisme de l’histoire, de l’archéologie, des études littéraires et de toutes les formes d’arts et de spectacles vivants repérés dans le périmètre des demeures châtelaines et de leurs abords et ce jusqu’à nos jours. En effet, d’année en année, les mises en scènes spectaculaires se multiplient dans les châteaux afin d’attirer les touristes vers ces lieux patrimoniaux.

Parmi les châteaux du Périgord celui de Garrigue, à Bergerac, est aujourd’hui plus connu sous le nom de son plus célèbre propriétaire, l’acteur Mounet-Sully. Ce célèbre tragédien, sociétaire de la Comédie-Française, est l’un des monstres sacrés du théâtre classique et romantique de la fin du XIXe siècle. Né à Bergerac en 1841, il fit agrandir la demeure familiale construite au XVIe siècle et déjà modifiée au XVIIIe. Il lui adjoignit un théâtre, où il aimait travailler quand il résidait à Bergerac, et un cloître néo-roman surprenant. Dans son ancienne chambre, une fresque murale le représente, dans les costumes des nombreux personnages qu’il a interprétés sur scène. La grande Sarah Bernhardt, dont il fut l’un des proches, a même peut-être séjourné en ce château, ainsi que le gratin du Tout-Paris.

Programme

Vendredi 29 Septembre

Périgueux, bibliothèque municipale

8h45 Accueil des participants

9h00 Ouverture du colloque par Anne-Marie Cocula, présidente des Rencontres

Actualités de l’archéologie en Nouvelle Aquitaine

  • 9h15 Patrick Bouvart, archéologue, HADES, Résultats d’une première opération archéologique sur le castrum de Domme.
  • 9h45 Richard Jonvel, CAHMER et Société des Antiquaires de Picardie, Le site fortifié carolingien de Murat “Les Tours” (Creuse).
  • 10h15 Nicolas Prouteau,Université de Poitiers, Cescm UMR 7302, Le château du Haut-Clairvaux à Scorbé-Clairvaux (Vienne) : résultats des fouilles

10h45 Discussion et pause

Fantastiques fantaisies : mystères au château à l’aube de la Renaissance

  • 11h15 Guillaume Bureaux, Université de Rouen, GRHis,/Institut Historique Allemand, La place du château dans les Pas d’armes : cadre festif, élément symbolique et point d’ancrage de l’univers fictionnel (XVe-XVIe siècles).
  • 11h45 Lucie Gaugain, Université de Tours, CESR UMR 7323, Les fêtes du château d’Amboise de Louis XI à François Ier.

12h15 Discussion suivie d’un déjeuner pour les intervenants.

Le masque et la plume : dans les coulisses du château

  • 14h00 Éric Anspach, École nationale supérieure de création industrielle, ENSCI-Les Ateliers, Les coulisses du château en scène.
  • 14h30 Aline Hodroge, Université de Lausanne, FNS/Université de Rouen, CEREDi, « Un pauvre petit amusement » : le théâtre staëlien de l’exil.
  • 15h00 Laurence Chevallier, École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse, PASSAGES UMR 5319, Châteaux et spectacles, les réalisations de l’architecte Jean-Baptiste Dufart (1750-1820).

15h30 Discussion et pause

Show au château : quand le spectacle réinvente l’espace

  • 16h00 Laurent Bolard,Université Paris IV, Espaces confisqués. La villa Rufolo, ses jardins, ses paysages, son festival.
  • 16h30 Elisabeth Caude, Musée national des châteaux de Versailles et Trianon, Les invités à Versailles lors d’une grande fête dynastique.
  • 17h00 Natalie Petiteau, Université d’Avignon, Centre Norbert Élias, Un écrin pour une noblesse circassienne : le château d’Alexis Grüss à Piolenc (Vaucluse).

17h30 Discussion.

18h15 Réunion du conseil scientifique et du conseil d’administration de l’association.

Samedi 30 Septembre

Bergerac, salle de l’Orangerie (Jardins Perdoux)

De la joute chevaleresque à ses transfigurations cinématrographiques

  • 9h30 Alain Kersuzan, Université Lyon 2-CIHAM, Les joutes du comte vert aux châteaux de Chambéry et de Bourg-en-Bresse.
  • 10h00 Yohann Chanoir, EHESS, CRH-GAM UMR 8558, Jour de fête au château. Tournois, concours et spectacles dans les films sur le Moyen Âge.

10h30 Discussion et pause.

Spectacles souverains dans les palais princiers

  • 11h00 Thomas Fouilleron, Directeur des archives et de la bibliothèque du Palais princier de Monaco, CMMC-EA 1193, Spectacles princiers et affirmation dynastique. Les fêtes de cour chez les Grimaldi de Monaco (XVIIe-XVIIIe siècles).
  • 11h30 Juliette Glikman, Université Paris-Sorbonne, Le palais des Tuileries, cité du chant et de la danse dans le Paris des Lumières.
  • 12h00 Grégoire Franconie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle, Versailles, 1837 : le spectacle de l’histoire.

Discussion suivie d’un déjeuner pour les intervenants et sur inscription.

15h00 Salle de l’Orangerie (Jardins Perdoux), conférence de Caroline Mazel, architecte, suivie de la visite du château de Mounet-Sully ou château de Garrigue (Bergerac).

Dimanche 1er Octobre

Périgueux, bibliothèque municipale

Sous les feux de la rampe… les plaisirs de la scène du XVIIe au XXe siècle

  • 9h30 Roger Baury, Université Lille 3, Le théâtre au château, XVIIe-XXe siècles.
  • 10h00 Claude-Isabelle Brelot, Université Lyon 2, Le répertoire des théâtres du château au XIXe siècle : saynètes, proverbes, charades et comédies.
  • 10h30 Bertrand Goujon, Université de Reims Champagne-Ardennes, Le théâtre au château : lieux, acteurs, pratiques et enjeux dans la France du Second Empire et de la Troisième République.

11h00 Discussion.

11h15 Robert Herin, Université de Caen, Conclusions.

Pour plus d’informations : « Châteaux et spectacles », Colloque, Calenda, Publié le mardi 22 août 2017, http://calenda.org/414154

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Ordres militaires et territorialité:20/10/2017, Montpellier, Université Paul-Valéry

RÉSUMÉ

Nous proposons ici, non pas d’envisager une étude exhaustive et globale de la relation des ordres militaires à la territorialité, mais plutôt de réfléchir sur les dimensions qu’elle recouvre, d’essayer de discerner les particularités qui lui sont propres, les caractéristiques des implantations des ordres, variables selon le niveau d’échelle, la zone géographique et la société considérés. Afin de tenir compte de ces spécificités inhérentes au rapport, conscient ou non, que les ordres militaires entretiennent avec les territoires qu’ils occupent (envisagés dans leurs dimensions sociales, humaines, économiques, juridiques, matérielles, culturelles, etc.), même partiellement et pour une durée variable, ainsi que la manière dont leur présence s’inscrit dans ces lieux, plusieurs axes et directions, évidemment liés les uns aux autres et en interaction constante, sont soumis à la réflexion des participants.

ANNONCE

Programme

20 octobre 2017

8h45 Accueil des participants

9h00 Marie-Anna Chevalier (Université Paul-Valéry Montpellier 3), Introduction

9h30 1ère séance  La France Méridionale

Présidée par Daniel Le Blévec (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

  • Damien Carraz (Université Clermont Auvergne) Perception, délimitation et administration des territoires dans l’ordre de l’Hôpital : le cas du prieuré de Saint-Gilles (XIIe-XIVe siècle)
  • Maxime Bonnal (Université Lumière Lyon 2) La commanderie templière de Jalès : organisation et gestion du territoire (XIIe-XIIIe siècles)
  • Yoan Mattalia (Université Jean Jaurès Toulouse 2) Ordres religieux militaires et territorialité dans le sud-ouest de la France aux XIIe et XIIIe siècles

10h45 Discussion et pause

11h30 2ème séance L’orient chrétien

Présidée par Damien Carraz (Université Clermont Auvergne)

  • Marie-Anna Chevalier (Université Paul-Valéry Montpellier 3) L’établissement des templiers et des hospitaliers en Morée et en Romanie : une emprise territoriale contestée
  • Simon Dorso (Université Lumière Lyon 2, Centre de Recherche Français à Jérusalem) Stratégies d’implantation et d’administration dans un territoire en sursis : templiers et hospitaliers dans la Galilée du XIIIe siècle

12h15 Discussion

12h30 Pause déjeuner

14h30 3ème séance L’ordre teutonique et l’ordre de Saint-Lazare

Présidée par Philippe Josserand (Université de Nantes)

  • Sylvain Gouguenheim (École Normale Supérieure de Lyon) Conquête et maîtrise de l’espace : les Teutoniques en Prusse
  • Rafaël Hyacinthe (Laboratoire de Médiévistique Occidentale – Université Paris I) Un ordre sous influences : l’Ordre de Saint-Lazare de Jérusalem et la territorialité du XIIe au XVe siècle

15h30 Discussion

16h00 Philippe Josserand (Université de Nantes), Conclusions

Pour plus d’informations : « Ordres militaires et territorialité », Journée d’étude, Calenda, Publié le mardi 29 août 2017, http://calenda.org/414305

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque:L’invention du chirographe échevinal (XIIIe-XIVe siècles):28-29/09/2017, Namur, Belgique

RÉSUMÉ

Dans le nord de la France ainsi que dans une large part des anciens Pays-Bas, la juridiction gracieuse des échevins a pris la forme originale de chirographes non scellés. Apparus au début du XIIIe siècle, ces actes se caractérisent par leur forme de chartes-parties dont un exemplaire était conservé par un échevin et, partant, par le recours à une devise chirographique servant de signe de validation. Ils sont rédigés en langue vernaculaire et plus particulièrement en “français picard”, dans un formulaire dont la structure semble se retrouver d’échevinage en échevinage. L’adoption rapprochée dans le temps du chirographe par différentes juridictions échevinales pose la question de son invention et de sa diffusion, dans un monde où le pouvoir scabinal s’impose à la fois du point de vue documentaire et politique.

ANNONCE

Argumentaire

Dans le nord de la France ainsi que dans une large part des anciens Pays-Bas, la juridiction gracieuse des échevins a pris la forme originale de chirographes non scellés. Apparus au début du XIIIe siècle, ces actes se caractérisent par leur forme de chartes-parties dont un exemplaire était conservé par un échevin et, partant, par le recours à une devise chirographique servant de signe de validation. Ils sont rédigés en langue vernaculaire et plus particulièrement en “français picard”, dans un formulaire dont la structure semble se retrouver d’échevinage en échevinage. L’adoption rapprochée dans le temps du chirographe par différentes juridictions échevinales pose la question de son invention et de sa diffusion, dans un monde où le pouvoir scabinal s’impose à la fois du point de vue documentaire et politique.

Si quelques travaux pionniers furent consacrés aux chirographes échevinaux avant la première Guerre mondiale, force est de constater que ces actes n’ont guère attiré l’attention des diplomatistes jusqu’à l’aube du XXIe siècle. Le caractère souvent très local de la documentation, la relative modestie formelle des actes, ainsi que les ravages provoqués par les deux derniers conflits mondiaux – qui ont vu brûler les gigantesques collections de chirographes d’Ypres et de Tournai – expliquent très certainement cette longue parenthèse. Un regain d’intérêt est toutefois constaté depuis environ deux décennies, dans le sillage du nouveau courant de recherches, complexe, autour de l’étude des scripturalités médiévales et d’un engouement renouvelé pour le patrimoine écrit. Les chirographes échevinaux sont donc (re)devenus un objet d’étude. Au-delà de l’accumulation de travaux sur les cas locaux dans le cadre de monographies, il convient désormais d’essayer d’envisager ce type de documents globalement, comme un phénomène scripturaire traversé par des lignes de force à l’échelle d’une vaste région comprise entre Seine et Rhin, dont les contours précis restent à définir.

Tel est l’objectif de ces deux journées d’études, coorganisées par le centre de recherches “Pratiques médiévales de l’écrit” de l’Université de Namur, l’équipe “Cultures graphiques” de l’Université catholique de Louvain et l’EA 3400 “ARCHE” de l’Université de Strasbourg, en collaboration avec le Pôle d’attraction interuniversitaire (PAI) 7/26 “City and Society in the Low Countries (1200-1850)”.

Programme

Jeudi 28 septembre

09h30 Accueil

  • 10h00 Paul Bertrand (Université catholique de Louvain), Thomas Brunner (Université de Strasbourg), Jean-François Nieus (FNRS-Université de Namur) Introduction
  • 10h15 Jean-Charles Bédague (Archives de France, Paris) Chirographes des échevins, chirographes des chanoines. Thème et variations de la pratique chirographaire à Saint-Omer, du début du XIIIe au début du XIVe siècle

11h00 Pause-café

  • 11h15 Jean-François Nieus (FNRS-Université de Namur) Autour d’un naufrage : la diplomatique des opérations bancaires à Arras, fin XIIe-milieu XIIIe siècle

12h00 Lunch

  • 14h00 Daniel Power (Swansea University) Les origines et l’essor des “concordes finales” en Angleterre (XIIe-XIIIe siècles)
  • 14h45 Judith Olszowy-Schlanger (École pratique des hautes études, Paris) Les chirographes hébreux en Angleterre médiévale : deux traditions diplomatiques en contact

15h30 Pause-café

  • 15h45 Table ronde Nouveaux projets de recherche autour des chirographes urbains

17h30 Fin de la première journée

Vendredi 29 septembre

  • 9h00 Martin-Dietrich Glessgen, Dumitru Kihaï (Université de Zurich) La question de la variance linguistique dans les chirographes en langue vernaculaire
  • 09h45 Sébastien Hamel (CNRS-Institut de recherche et d’histoire des textes, Paris) Saint-Quentin et ses chirographes : naissance et diffusion d’un modèle

10h30 Pause-café

  • 10h45 Thomas Brunner (Université de Strasbourg) Les chirographes des petites juridictions du Douaisis au XIIIe siècle
  • 11h30 Bernard Delmaire (Université de Lille 3) Le chirographe de village en Flandre wallonne

12h15 Lunch

  • 14h00 Marc Boone, Tineke Van Gassen (Université de Gand) L’utilisation du chirographe à Gand au bas Moyen Âge : langue, milieu social, fonctions et formes
  • 14h45 Paul Bertrand (Université catholique de Louvain) Les chirographes liégeois : autour d’un type documentaire hybride

15h30 Pause-café

  • 15h45 Laurent Morelle (École pratique des hautes études, Paris) Conclusions

16h15 Fin de la seconde journée

Pour plus d’informations : « L’invention du chirographe échevinal (XIIIe-XIVe siècles) », Colloque, Calenda, Publié le mardi 29 août 2017, http://calenda.org/414295

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts