Colloque : La Lettre-Miroir dans l’Occident latin et vernaculaire du Ve au XVe s.

Un colloque international  sur « la Lettre-Miroir dans l’Occident latin et vernaculaire du Ve au XVe s. » se tiendra à  Paris, les 13 et 14 mars 2014.

 
Lieu: Maison de la Recherche de Paris 3
          4, Rue des Irlandais
          Salle Claude Simon
          75005 Paris
Un Colloque international  sur « la Lettre-Miroir dans l’Occident latin et vernaculaire du
Pour en savoir plus, cliquez sur le lien suivant :  Programme PDF Mars 2014 colloque Lettre- Miroir-1

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Journée doctorale de Tours : « Circulations et échanges en Europe »

Les doctorants du Centre Supérieur de la Renaissance de Tours organisent une journée thématique et interdisciplinaire intitulée :  « Circulations et échanges en Europe (XIe – XVIIe siècles) ».

Vous trouverez l’appel à contribution sur Calenda, à l’adresse  http://calenda.org/277027.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Journée d’étude: Lieu d’hygiène et lieux d’aisance

Lieux d’hygiène et lieux d’aisances
au Moyen Âge en terre d’Islam 

Coordination : Patrice Cressier, Sophie Gilotte (CIHAM / UMR 5648, ISH),  Marie-Odile Rousset (GREMMO / UMR5291, MOM)

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Mardi 18 mars – de 9h30 à 18h
Espace Marc Bloch
( ISH – 14 Av. Berthelot – Lyon 7e)

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à communication: Médiateurs et instances de médiation dans l’histoire du voyage

Le Colloque international du Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie (CRIHAM) se tiendra à Limoges, les 4-5 décembre 2014.

Dans une perspective trans-période, le colloque propose de s’interroger sur le rôle que jouent les intermédiaires – instances, personnes, objets – dans l’histoire du voyage. Une longue tradition identifie en effet le voyage avec un dépaysement, une « expérience de l’autre » dont l’authenticité fait du voyageur lui-même le premier agent de la médiation entre les cultures. Dans bien des situations, pourtant, le voyageur a, ou doit forcément avoir, recours à des instances qui lui permettent d’approcher le monde étranger qui l’entoure pour en extraire le sens. En outre, la curiosité n’a-t-elle pas toujours pour contrepartie une volonté de réduire, par avance ou en cours de route, les degrés de l’inconnu ? À l’évidence, c’est le cas des voyageurs par métier qui ont intérêt à prendre toutes les précautions possibles pour « arriver à bon port ». Les choses vont- elles autrement chez les voyageurs « par plaisir » ?

On examinera de près les différents éléments qui, de façon récurrente, constituent des intermédiaires entre le voyageur et le pays qu’il parcourt, autrement dit les formes (plus ou moins) institutionnalisées d’une « réduction de l’inconnu ». Sans vouloir exclure d’autres cas de figure, l’on songera principalement à trois phénomènes particuliers.

Au premier chef les guides – qu’il s’agisse de personnes (scouts, précepteurs, écrivains, journalistes, passeurs en tous genres) ou d’ouvrages et de périodiques qui peuvent d’ailleurs servir de modèles voire de prescripteurs aux premiers (on songe par exemple aux traités d’éducation des princes et à leurs pendants fictifs, tel Les aventures de Télémaque, mais aussi à toute la production romanesque et médiatique consacrée au voyage à l’époque contemporaine).

On pensera en deuxième lieu aux interprètes, et plus largement à tous les intermédiaires censés aider à vaincre l’obstacle des langues étrangères, qu’il s’agisse, là encore, de personnes (les professeurs de langue) ou d’ouvrages (dictionnaires etc). Dans le même cadre, la réflexion peut porter sur les langues « auxiliaires » ou d’autres moyens de communication en usage, conçus ou recommandés pour surmonter les difficultés de communication entre les idiomes étrangers – du latin aux langues universelles, voire aux langues des conquérants dans les pays colonisés.

Il s’agira enfin de réfléchir aux communautés d’accueil, créatrices d’une sociabilité du voyage, et à leur rôle dans la réussite de l’arrivée et de l’insertion du voyageur. Inversement, il faudra prendre en compte les documents en possession du voyageur lui-même, documents destinés à créer la confiance (en rassurant sur l’identité de celui-ci) et à permettre (ou à faciliter) le contact avec des personnes situées à l’étranger : des passeports aux sauf-conduits et aux lettres de recommandation.

Le colloque cherchera à aborder ces terrains d’analyse en rendant compte de la diversité des situations historiques, depuis l’Antiquité jusqu’au XXe siècle, à travers les sources les plus variées. Les approches théoriques, passant par les traités et les régulations normatives, seront prises en considération, sans négliger pour autant la pratique, qu’elle soit saisie en série ou par l’analyse de cas
particuliers.

Les langues du colloque sont l’anglais et le français.

Comité scientifiqueRainer Babel (Deutsches Historisches Institut, Paris), Marie-Françoise Baslez (Université de Paris IV), Gilles Bertrand (Université de Grenoble 2), Jörg Feuchter (Universität Konstanz), Valentin Gröbner (Universität Luzern), Alicia Ruiz Gutierrez (Universidad de Cantabria), Rita Mazzei (Università di Firenze), Dominique Valérian (Université de Lyon 2), Sylvain Venayre (Université de Grenoble 2)

Comité d’organisation à l’université de LimogesAnne-Claude Ambroise-Rendu, Alexandra Beauchamp, Albrecht Burkardt, Vincent Cousseau, Séphanie Guédon, Gaëlle Tallet

Centre de recherche associéCentre de Recherche en Histoire et Histoire de l’Art. Italie. Pays Alpins, Interactions internationales (CRHIPA), Grenoble

Merci d’adresser les propositions (d’environ 3000 signes, en anglais ou en français, accompagnées d’une fiche de présentation de l’auteur) à Albrecht Burkardt (albrecht.burkardt@unilim.fr), ainsi qu’à :

Séphanie Guédon et Gaëlle Tallet (stephanie.guedon@unilim.fr; gaelle.tallet@unilim.fr), pour l’histoire ancienne

Alexandra Beauchamp (alexandra.beauchamp@unilim.fr), pour l’histoire médiévale

Vincent Cousseau (vincent.vousseau@unilim.fr), pour l’histoire moderne

Anne-Claude Ambroise-Rendu (acambre@orange.fr), pour l’histoire contemporaine

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à communication : Reliques politiques

Le Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l’art et Musicologie (CRIHAM, Universités Limoges – Poitiers) prévoit d’organiser deux colloques en mars 2015 et mars 2016 sur le thème des « Reliques politiques ».

À toutes les époques, sans doute, et dans les sociétés les plus diverses, les hommes ont conservé des « restes » du passé, qui sont la trace de personnages ou de moments dont ils veulent conserver le souvenir. Ces reliques, parties d’un tout désormais disparu, connaissent différents sorts : les unes sont vénérées avec continuité, d’autres sont oubliées, voire effacées et peuvent ressurgir ultérieurement. Dans tous les cas, elles renvoient à un passé dont elles assurent en même temps une présence. La relique prolonge la présence et le souvenir du mort et les enrichit parfois d’une efficacité nouvelle (David Bouvier, in Borgeaud et Volokhine, 2005).

En Occident, la conservation et la vénération des reliques ont connu leur manifestation la plus évidente dans le domaine religieux, favorisée par la certitude qu’il existe un lien mystique entre les vivants et les morts (Bozoki, 2005). Mais les pouvoirs civils ont également eu à cœur de légitimer leur pouvoir en l’enracinant dans un passé dont ils conservaient les reliques. Les intentions religieuses et politiques s’entremêlent alors. Parfois le même objet peut être investi d’un sens à la fois politique et religieux. Mais le monde profane a aussi pu créer ses propres reliques, impliquant des processus de transfert de sacralité, du religieux vers le politique, qui sont particulièrement nets à l’époque contemporaine, dès la Révolution française (Mona Ozouf, 1976) et poussés à leur paroxysme par les fascismes (Emilio Gentile, 2001).
Dans la continuité de travaux ayant examiné les « politiques du pèlerinage », les colloques envisagés visent à explorer ces différentes dimensions afin de décrypter la fonction des reliques politico-religieuses. La démarche vise non seulement à croiser les questionnements de l’histoire politique et de l’histoire religieuse, mêlant les dimensions sociales, culturelles, anthropologiques, mais également à bénéficier des apports des autres sciences sociales.
Refusant une déclinaison chronologique qui prédéterminerait les conclusions, il a été décidé de prendre comme angle d’approche l’objet relique proprement dit, afin d’examiner le mécanisme qui lui donna ce statut ainsi que les modalités de la vénération et de la transmission, pour enfin saisir l’importance qu’elle eut pour la communauté humaine qui la détenait. Le fil directeur consistera à considérer en permanence les ententes ou les conflits que nouaient les pouvoirs publics et les autorités religieuses pour protéger, capter ou détruire des reliques, voire établir des anti-reliques.

Pour guider la recherche, la typologie reliquaire suivante est proposée :

* les objets
Communément, la relique est constituée de restes corporels puis, par extension, des objets ayant appartenu au mort. Lesquels étaient privilégiés ? Quels pouvoirs leur étaient attribués ? Quelles furent leurs circulations, entre trafics et vols. Comment les autorités civiles ou ecclésiastiques s’efforcèrent-elles d’en réguler la vénération, par exemple en les authentifiant, par souci d’ordre public ou pour en tirer profit.

* les ruines
La ruine est le reste d’un monument ou d’une cité. À partir du XVIe  siècle, les vestiges de l’Antiquité furent magnifiés. Pourquoi et comment furent-ils découverts ? Qui souhaitait les offrir à l’admiration du plus grand nombre ? Quelles rivalités entre pouvoirs se manifestèrent à propos des interprétations ? Comment, par qui et pourquoi furent créées de nouvelles ruines?

* les reliques immatérielles (ou imaginaires)
L’immatérialité des restes du passé ne doit pas être négligée. Des contes, des chansons, des musiques, des souvenirs rapportés oralement constituent autant de reliques. Comment furent-ils créés ou exhumés. Par quel processus furent-ils érigés au statut de relique ? Quelles institutions initièrent ou encouragèrent leur fabrication, leur recherche et leur diffusion ? Quel en fut l’usage ?

Sur le plan méthodologique, pensant que la comparaison est source de compréhension, le comité privilégiera la diversité à l’accumulation, souhaitant des études consacrées à des moments ou des lieux variés et faisant appel à des questionnements complémentaires. Il est suggéré de s’inspirer d’une grille d’analyse commune examinant soigneusement :
l’objet initial et les transformations qu’il a pu subir, par l’effet du temps, des remplois, des négligences ;
le reliquaire fabriqué pour conserver ou donner à vénérer, ainsi que tout autre mode de mise en valeur de la relique ;
le discours associé à la relique, le verbal étant souvent un appui destiné à expliciter la symbolique.

Étant donné le grand nombre de sujets d’interrogation possibles, le comité d’organisation prévoit pour le moins deux colloques, 19-20 mars 2015 et 17-18 mars 2016.

Les propositions sont souhaitées sous la forme d’un texte de 500 mots environ, accompagnées d’une fiche de présentation de l’auteur et ses principaux travaux.
A adresser d’ici le 30 juin 2014 à : albrecht.burkardt@unilim.fr et jerome.grevy@univ-poitiers.fr

Comité d’organisation : Albrecht Burkardt, Jérôme Grévy, Fabien Archambault, Simone Visciola, Guillaume Bourgeois, Luc Chantre, Thierry Favier

Comité scientifique : Serge Berstein (Prof. Émérite IEP de Paris), Philippe Boutry (Université de Paris I, CARE/EHESS) , Marina Caffiero (Università di Roma – “La Sapienza”), Chrisophe Duhamelle (CARE/EHESS), Pierre-Antoine Fabre (CARE/EHESS), Philippe Martin (LARHRA/ISERL – Université Lumière Lyon 2), Dino Mengozzi (Università di Urbino), Gerd Schwerhoff (Technische Universität Dresden), Jean-François Sirinelli (IEP de Paris), Christian Sorrel (LAHRA – Université Lumière Lyon 2)

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à contributions sur « Faire communauté »

Le séminaire du groupe Questes propose une réflexion sur « Faire communauté », les vendredis 11 avril, 16mai et 13 juin 2014.

Communitas, communio, commune ou communia ? Que l’on se réfère aux racines latines ou aux traductions contemporaines (communauté ou commune), les substantifs susceptibles de désigner la communauté au Moyen Âge sont nombreux.  Ils ne sont pas pour autant interchangeables et traduisent la complexité du terme, la diversité des réalités auxquelles il fait référence. Chacune de ces variations renvoie cependant à l’être-ensemble, à la notion d’un groupe d’individus lié par des intérêts communs et considéré comme un ensemble, uni aussi bien par son action propre que dans son attitude à l’égard de ce qui lui est extérieur.

Le concept a soulevé beaucoup de controverses dans les divers domaines de la sociologie, de la littérature ainsi que de l’histoire. Il ressort de ces recherches une vitalité particulière du terme au cours du Moyen Âge. Des penseurs contemporains, tels Adalbéron de Reims ou l’annaliste de Bénévent, invitèrent à penser la communauté médiévale, qui connut également des applications concrètes. À partir du Moyen Âge central, les communautés se multiplient et s’institutionnalisent de façon à assurer leur pérennité. Ces dernières prennent alors quatre formes principales :

– Les communautés d’habitants (urbaines et rurales)
– Les communautés de métier
– Les communautés religieuses
– Les communautés confessionnelles ou ethniques

Aussi, afin de croiser les champs et d’adopter une approche dynamique, nous proposons de réfléchir au « Faire communauté ». Comment constituer, souder, maintenir une communauté ? Outre leur existence institutionnelle, on pourra envisager les façons dont se définissent et se constituent les communautés, dans la vie quotidienne mais également à travers les représentations iconographiques ou la littérature qui peuvent quelquefois contribuer à les consolider.

L’analyse pourra ainsi s’organiser autour de trois problématiques :

– Entrer en communauté : Comment se forme-t-elle ? Pourquoi et comment entre-t-on en communauté, concrètement et symboliquement ? Qu’apporte-t-on à la communauté et à quoi doit-on renoncer pour la rejoindre ?

– Vivre en communauté : Comment se structure et s’organise au quotidien la vie d’une communauté ? L’idée médiévale de communauté inclut en effet de nombreuses inégalités et hiérarchies. Quelles sont les règles et les institutions qui la régissent, les droits et les devoirs qui incombent à tout membre ? Qu’est-ce qui fait une communauté ?

– Maintenir la communauté : Quels mécanismes, enfin, sont mis en œuvre pour assurer la pérennité d’une communauté ? Quels symboles, quels mythes fondateurs la sous-tendent ? Les rituels, l’art et la littérature sont des vecteurs essentiels  de cette entreprise : puysmédiévaux, mythes à visée identitaire, poésie (tel le Jeu de la Feuillée d’Adam de la Halle qui réunit la communauté d’Arras), tous ces récits y contribuent. Mais le maintien de la communauté amène aussi à se questionner sur sa dissolution, sur l’exclusion de la communauté et les moyens de la quitter.

Quatre ou cinq contributions d’une vingtaine de minutes seront présentées lors de trois séances du séminaire du groupe Questes qui auront lieu les vendredis 11 avril, 16 mai et 13 juin 2014 entre 18 et 20h à la Maison de la Recherche, 28 rue de Serpente (salle D 223). En tant que groupe de jeunes chercheurs, nous privilégions les contributions de doctorants médiévistes. Les présentations en langue française peuvent toucher à l’histoire, l’archéologie, la littérature, l’histoire de l’art, ainsi qu’à la philosophie et à la théologie médiévales.

Après acceptation par le comité de lecture, les contributions pourront faire l’objet d’une parution dans le bulletin de l’association Questes au cours de l’année suivante (http://questes.hypotheses.org/category/bulletin).
Les propositions sont à envoyer aux adresses suivantes : j.conesa.soriano@
gmail.com et pilorget.julie@wanadoo.fr avant le 24 mars 2014.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

46e congrès de la SHMESP: « Gouvernement des âmes, gouvernement des hommes »

Le 46e Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public se tiendra à l’Université de Montpellier, du 28 au 31 mai 2015 sur le thème suivant : « Gouvernement des âmes, gouvernement des hommes ».

En voici l’argumentaire scientifique : Montpellier_argumentaire.

Les propositions de communications doivent être adressées au secrétariat de la SHMESP avant le 15 avril 2014, délai de rigueur, exclusivement par courrier électronique <shmesp@free.fr>. Elles doivent être accompagnées d’un résumé d’une page, à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte. Le comité scientifique fera connaître mi juin les contributions retenues. Les sociétaires intéressés sont invités à prendre attentivement connaissance des grandes orientations fixées par le comité scientifique.

Un atelier de doctorants sera également organisé pendant le congrès : la durée de chaque communication sera limitée à 15 minutes ; les sujets proposés doivent aussi s’inscrire dans le cadre de réflexion présenté dans le document joint. Les directeurs de recherche sont invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés. Ceux-ci se manifesteront également auprès du secrétariat de la SHMESP avant le 15 avril 2014, exclusivement par courrier électronique <shmesp@free.fr>, en joignant un résumé d’une page. Les candidats retenus pourront bénéficier d’une bourse.

La Société ne prend pas en charge les frais des intervenants.

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à chercheurs de la BNF

La Bibliothèque nationale de France lance
son appel à chercheurs 2014-2015

Comme chaque année depuis 2003, la Bibliothèque nationale de France publie aujourd’hui un appel à chercheurs, afin de s’associer au concours de jeunes doctorants pour l’année universitaire 2014-2015.

L’essentiel de l’appel :

  • L’appel à chercheurs de la BnF s’adresse aux doctorants ayant un diplôme en projet ou en cours.
  • L’appel à chercheurs propose des sujets de recherche sur les collections de la BnF, en lien avec une recherche universitaire, afin de guider les candidats. Cette année, 10 sujets inédits apparaissent. La richesse des sujets possibles est bien plus vaste et cette liste n’est pas exhaustive : les chercheurs sont invités à proposer des sujets de leur propre initiative.
  • La date limite de candidature est fixée au : 31 mars 2014. Elle sera repoussée au 15 avril 2014 pour accorder plus de temps aux candidats.
  • La sélection des candidats est effectuée en collaboration avec le Conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France.

Conditions d’accueil :

  • Chercheurs associés, ouvrant la possibilité d’accéder à l’une des 3 bourses BnF-Pasteur Vallery Radot à partir de la deuxième année de recherche
  • Musiciens chercheurs associés pour les interprètes élèves des conservatoires supérieurs de musique
  • Chercheurs invités par un mécène : Fondation Louis Roederer (10 000 euros sur une année pour une recherche sur la photographie), Mark Pigott (10 000 euros sur une année en priorité pour une recherche dans le domaine de l’innovation et des technologies), Claude Maillard (10 000 euros sur une année pour une recherche sur son œuvre),  « Prix de la BnF » (8 000 euros sur une année, pour une recherche portant sur l’œuvre d’Yves Bonnefoy, lauréat du prix de la BnF en 2013).

Pour en savoir plus :

  • site web : http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/appel_chercheurs_bourses/s.appel_a_chercheurs.html
  • mél : appelachercheurs@bnf.fr
  • courrier : Bibliothèque nationale de France –  » Appel à chercheurs  » – Quai François Mauriac – 75706 Paris Cedex 13
  • rendez-vous : permanence d’information sur l’appel à chercheurs le mardi 11 mars 2014 de 15:00 à 17:00 à l’orientation des lecteurs du site François-Mitterrand, Hall Est.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Poste de lecteur au Japon

RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LE POSTE ET LA CANDIDATURE

I. POSTE

1 Titre : Professeur ou maître de conférenceà temps plein, contrat à durée déterminée

2 Appartenance et lieu d’affectation : Research Faculty of Media and Communication, Hokkaido University

3 Matières à enseigner : français langue étrangère et autres matières en français

4 Responsabilités :

• Enseignement : deux semestres de15 semaines chacun, 18 heures effectives, soit 9 cours par semaine (1 cours = 1 heure et demie)

• Aide à la réalisation des travaux de recherches etdes outils pédagogiques

• Préparation du concours d’entrée, des examens semestriels et correction des épreuves

5 Salaire : selon diplômes et carrière effectuée (environ 6,400,000 YEN/an)

6 Durée du contrat4 ans pour les titulaires d’un doctorat, 3 ans pour les titulaires d’un master ou équivalent

 II. PROFIL DU CANDIDAT

Francophone natif

2 Spécialitélinguistique, littérature, FLE ou autres domaines des sciences humaines et sociales

3 Diplômes : doctorat, master ou équivalent

 III. PIÈCES A FOURNIR

1 Curriculum vitae  (avec une photographie d’identité) : indiquer NOM et prénom, sexe, nationalité, date et lieu de naissance, adresse actuelle, e-mail, numéro de téléphone, situation actuelle, ainsi que formation scolaire et universitaire, expériences professionnelles.

2 Photocopie de l’attestation du diplôme de plus haut niveau

3 Liste des travaux en quatre catégories :

• Livres

• Articles avec ou sans comité de lecture

• Présentations orales (conférences ou exposés)

• Crédits publics de recherches obtenus

4 Résumé des trois travaux de recherches les plus importants : présenter chaque travail en une vingtaine de lignes.

5 Lettre de motivation : rédiger en deux pages.

6 Lettre de recommandation d’une personne exerçant dans l’enseignement supérieur : avec nom, profession et appartenance, adresse e-mail, numéro de téléphone

7 Date limite de la réception des dossiers de candidature : le 11 avril 2014

 N.B. N’envoyez pas l’original des diplômes et des travaux. Aucun document déposé ne sera rendu.

8 Les dossiers énumérés ci-dessus seront adressés à :

Prof. USAMI Shinkichi
in Research Faculty of Media and Communication
Hokkaido University
Kita-ku, Kita 17 Nishi 8,
060-0817  Sapporo
JAPAN

N.B. À noter sur l’enveloppe : « Poste FLE » en rouge. 

Pour tout renseignement, s’adresser à :

Koh NAGANO, Professeur
Research Faculty of Media and Communication
Hokkaido University
E-mail : koh@imc.hokudai.ac.jp

Site Internet de la Facultéhttp://www.hokudai.ac.jp/imcts/indexen.html

 

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Conférence de Simon Gaunt

Le CENTRE D’ÉTUDES DU MOYEN ÂGE de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3 a le plaisir d’accueillir la conférence de Simon GAUNT (King’s College London) : 

 Por ce que lengue franceise cort parmi le monde.
L’enjeu de l’emploi du français (en vers et en prose) pour écrire l’histoire en dehors de la France.

Elle se tiendra  le vendredi 14 février 2014 à 14 heures, à salle de l’École doctorale de Littérature française et comparée de Paris 3  (salle Max Milner), 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris (escalier C, 2e étage) 

 Pour plus de renseignements: http://www.univ-paris3.fr/cema

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Séminaire « Dyptique »: Le discours mystique et la question du langage

 Le séminaire « Diptyque » est un lieu de rencontre interdisciplinaire entre chercheurs médiévistes et seiziémistes, intéressés par la question des dynamiques herméneutiques mises en œuvre sur la longue durée, entre le XIIe siècle et l’automne de la Renaissance. Le « diptyque » symbolise la perspective de dialogue qui doit s’établir entre les deux périodes considérées, en vue d’apporter des éclairages et des réponses spécifiques aux questions retenues pour l’étude commune.

Il s’adresse aux chercheurs de ces périodes, aux doctorants dont il entend favoriser la formation et à toute personne intéressée par les problématiques développées au cours du séminaire. Les travaux présentés et discutés feront l’objet d’un volume d’études synthétiques sur les thèmes choisis.

Apparu au XIIe siècle, le discours mystique s’offre comme l’une des dynamiques herméneutiques majeures de la période qui mène jusqu’au premier XVIIe siècle. Il constitue un véritable carrefour, dont l’intelligibilité se déploie autour de quatre pôles, pour former ce que P. Gire nomme un carré mystique. Tandis que le premier pôle concerne la révélation biblique, le second ressortit à l’institution religieuse, dont la réalité médiatrice se caractérise à la fois par une force de transmission et par une capacité de contrainte (ce que montre par exemple la condamnation de Marguerite Porete, exécutée à Paris en 1310). Le pôle du sujet en transformation est fondamental, si l’on songe que la mystique est souvent définie comme « connaissance expérimentale de Dieu » (J. Gerson) ou comme « expérience fruitive de l’absolu », qui ne saurait se résumer à une « brûlure » : la mystique forme et élabore un langage, dont les liens avec l’écriture poétique ont souvent été relevés. Tel est le quatrième pôle, milieu privilégié où advient le sens.

Le séminaire « Diptyque » explorera d’abord ce dernier pôle en examinant le langage mystique sous plusieurs angles (littéraire, linguistique, historique, philosophique et artistique). Du XIIe siècle à l’automne de la Renaissance, un certain nombre de questions seront abordées, en relation avec la constitution et l’usage d’un langage mystique.

Celle de la langue en premier lieu : quels sont les idiomes en usage pour l’écriture mystique ? Quel est, de ce point de vue, le statut du vulgaire face au latin ? Comment dire l’expérience de Dieu en français ? Comment s’exprime-t-elle dans l’aire rhéno-flamande ou bien au cours du Siècle d’Or espagnol ? Dans quelle mesure peut-on penser le rapport entre langage mystique et mystique du langage, ainsi que la notion de « fable mystique » ? On s’intéressera ensuite à des modes d’expression en marge du langage (rire, larme, cri, aphasie, gestuelle) et à la place à accorder au silence. La notion de langage mystique sera aussi envisagée dans sa relation aux traditions, aux textes préalables qui forment le terreau nourricier de l’écriture mystique et aux effets de continuité et de rupture du phénomène. Aussi s’arrêtera-t-on sur les questions suivantes : les deux traditions que forment la mystique affective et la mystique ontologique suscitent-elles l’émergence de deux grammaires distinctes ? Le Cantique des cantiques constitue-t-il un pré-texte mystique ? Comment articuler les diptyques que forment respectivement Eckhart et Jean de la Croix, Bernard de Clairvaux et François de Sales ?

Telles sont quelques-unes des pistes que suivra le séminaire au cours de l’année 2013-2014. Les séances de travail se dérouleront en R05 du Bt L, à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre, les vendredis de 14 à 18h aux dates indiquées ci-après.

 Le 22 novembre 2013 — Ouverture du séminaire

Marie-Christine Gomez-Géraud et Jean-René Valette (Paris Ouest-Nanterre)

Introduction

Cédric Giraud (Université de Lorraine, IUF), Patrick Henriet (EPHE), François Trémolières (Paris-Ouest-Nanterre)

Actualité de la recherche : la notion de mystique à l’épreuve du temps

 Le 10 janvier 2014 — Mystique et langue vulgaire

Géraldine Veysseyre (Paris-Sorbonne)

Méditer, en latin ou en français ? Concurrence ou complémentarité des langues savante et vernaculaire à la fin du Moyen Âge ?

Isabelle Garnier (Lyon 3)

Marguerite de Navarre mystique : prier en français au temps de l’imprimé

 Le 7 mars 2014 — Langues mystiques

Marie-Pascale Halary (Lyon 2)

Parler de Dieu en français au XIIe siècle

Maxime Mauriège (Universität zu Köln)

Caractéristiques linguistiques et lexicales de la mystique médiévale (moyen haut-)allemande dite « rhénane »

Bernard Darbord (Paris-Ouest-Nanterre)

L’espagnol, langue de la mystique

 Le 11 avril 2014 — Mystique du langage et langage de la mystique

Éric Mangin (Université Catholique de Lyon)

Maître Eckhart et l’expression mystique de l’impossible

Josiane Rieu (Nice Sophia Antipolis)

La temporalité du langage poétique comme mystère. Réflexions sur quelques recueils spirituels de la fin du XVIsiècle

 Le 16 mai 2014  — Qu’est-ce qu’une fable mystique ?

Cédric Giraud (Université de Lorraine, IUF) et FrançoisTrémolières (Paris-Ouest-Nanterre)

Lectures croisées de Michel de Certeau

Animation scientifique: Marie-Christine Gomez-Géraud (mc.gomezgeraud@gmail.com) et Jean-René Valette (jrvalette@gmail.com)

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Questes: « L’échec, l’erreur, la faute »

Les comptes rendus des deux dernières séances du séminaire de Questes, toutes deux consacrées à « L’échec, l’erreur, la faute », sont désormais en ligne sur le site de Questes.

– Compte rendu de la séance du 13 décembre 2013 : http://questes.hypotheses.org/1238

– Compte rendu de la séance du 17 janvier 2014 : http://questes.hypotheses.org/1241

 

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Journée d’étude de l’association Studium

Organisée par l’Association Studium (Jeunes chercheurs en philosophie médiévale), cette journée d’étude sera placée sous le patronage du Laboratoire d’études sur les monothéismes (EPHE), du Centre d’études supérieures de la Renaissance (Université François-Rabelais de Tours, CNRS), du Centre Pierre Abélard (Université Paris IV Sorbonne) et du Groupe d’anthropologie scolastique (Centre de recherches historiques, EHESS). 

Peut-on parler de science médiévale ? Loin de mettre en question l’existence effective de sciences plurielles au Moyen Âge, le thème de la journée d’étude des jeunes chercheurs en philosophie médiévale propose d’investir un double champ problématique. Tout d’abord, la question de la science interroge le critère de scientificité et la méthode propre aux sciences médiévales (mathématiques, physique, astrologie, alchimie, astronomie, etc.), et leurs limites intrinsèques. Elle invite également à suivre la constitution historique et le progrès des sciences au Moyen Âge, entre transmission culturelle et ruptures innovantes. 

Ensuite, la science pose le problème de sa difficile unité : s’agit-il de la disposition psychique du sujet connaissant qui pense droitement, ou plutôt de l’architecture du savoir que le cursus des Universités tend à reproduire ? 

Enfin, à supposer que cette science unificatrice existe, doit-elle être comprise comme la synthèse qui totalise tous les savoirs particuliers ou comme une science rectrice qui ordonne les divers domaines de connaissance, tout en les dépassant. Mais surtout, quelle est cette science recherchée : la logique, la métaphysique ou la théologie ? 

Le second enjeu de ces journées est de repenser l’articulation entre science et sagesse, théorie et pratique dans la pensée médiévale. Comment s’ordonnent la vérité et le bien, autrement dit le connaître et l’agir ? L’éthique, qui s’institue progressivement en science de la vertu, peut-elle conduire au bonheur ? En effet, la pluralité irréductible des modalités concrètes de la vie morale, qu’offre le Moyen Âge, met quelque peu en difficulté l’idée d’une réalisation univoque et homogène de la sagesse. 

In fine, c’est la philosophie au Moyen Âge, recherche de la vérité et quête de la sagesse, que met en questions « Science, savoirs, sagesses au Moyen Âge ». 

Organisation : Elisabeth Boncour (LEM), Delphine Carron (CRH, EHESS), Véronique Decaix (CESR) et Sophie Serra (Paris IV Sorbonne), pour Studium 

Modalités de candidature : 

− Date limite d’envoi des propositions de communication : 1er mars 2014, par mail à l’adresse de l’Association studium.paris@live.com. 

− Nous vous prions de joindre 2 documents séparés dans votre courrier électronique : un premier anonymé avec titre de la communication et résumé de 3000 signes maximum (pour une présentation de 20 minutes), un second avec titre de la communication, nom et prénom du candidat, adresse email, structure de rattachement, évaluation des frais de déplacement. 

− Sans accusé de réception de notre part, n’hésitez pas à nous le signaler. 

− Une réponse vous sera communiquée avant le 30 mars 2014.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Séminaire « Les valeurs de l’urbain »

 Séance 2 : La gestion de l’urbain, indispensable auxiliaire de la valeur 

La problématique permettra d’interroger à travers des disciplines diverses et sur la longue durée comment la gestion des mondes urbains inclut des enjeux cruciaux pour la « valeur » des éléments inhérents à la ville. 

Concepts et thématiques discutés : service public, privatisation, gouvernance, financement, aménagement, capitalisme, promotion immobilière, données. 

Membres organisateurs : Loïc Bonneval (CMW, maître de conférences en sociologie), François Robert (TRIANGLE, ingénieur de recherche CNRS), Denis Menjot (CIHAM, professeur d’histoire médiévale), Virginie Hollard (HISOMA, maître de conférences en histoire ancienne), Sylvie Servigne (LIRIS, maître de conférences en informatique). 

Ce séminaire aura lieu le 27 février 2014 de 9h45 – 13h / 14h30 – 17h, à  Lyon, ISH, 14 avenue Berthelot, 69007, salle Élise RIVET 

Accueil 9h15

Matinée 9h45-13h

9h45-13h Communication inaugurale : Sylvie Servigne (Informatique : Data Science, Geomatics, LIRIS – INSA Lyon) : Valeurs de la donnée urbaine : réalité ou fantasmes ? 

La gestion du foncier 

Jean-Loup Abbé (PR histoire médiévale à l’université Toulouse II-Le Mirail) : Urbain et rural : les enjeux de la valeur du foncier dans les estimes et compoix méridionaux. 10h15-10h45

– 10h45: pause

Florence Bourillon (PR histoire contemporaine à l’université Paris Est Créteil, CRH) : La mesure cadastrale. 11h-11h30

Éric Peigné et Julien Virmont (Observatoire des transactions immobilières et foncières du Grand Lyon, OTIF) : L’observation foncière dans les collectivités locales. 11h30-12h

– 12h-12h45: discussion

 Après-midi 14h30-17h

L’économie de l’aménagement urbain 

Charles Davoine (doctorant Paris 8, ATER à l’université d’Aix-Marseille), Effacer les ruines qui défigurent la cité romaine : une revalorisation de l’urbain ? 14h30-15h

Maria-Luisa Bonsangue (MC histoire ancienne à l’université d’Amiens) : Lieux de l’artisanat et espace publique dans la ville romaine. 15h-15h30

Marion Sirieix (doctorante en sociologie à l’université de Lyon 2) : La politique de mise à disposition du foncier de l’État. 15h30-16h

– 16h-16h30: discussion

– 16h30-17h: conclusions de la journée

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

La mort au passé: quoi de neuf ?

Jeudi 27 février 2014, au petit théâtre des Musées Gadagne

La mort au passé : quoi de neuf ?
L’archéothanatologie en région lyonnaise
Axes de recherche, méthodes, actualité des fouilles

Tout est en ligne sur le site du Ciham : http://ciham.ish-lyon.cnrs.fr/mort-au-passe-quoi-neuf-archeologie

Si vous êtes intéressé(e), il est vivement recommandé de s’inscrire auprès des Musées Gadagne, les places disponibles étant limitées.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts