Archives de catégorie : Non classé

[Colloque] Theorica : Teoría e historia en el siglo de Alfonso X (1250-1350) / Théorie et histoire à l’ère d’Alphonse X

Colloque international organisé par Francisco Bautista (USAL), Irene Salvo García (UAM) et Carlos Heusch (ENS de Lyon – CIHAM) 

Date : 29-30 avril 2021, en ligne

Programme : 

Jeudi 29 avril : 

11h-11h30 : Ouverture de Francisco Bautista, Irene Salvo García et Carlos Heusch. 

11h30-13h : Première session : 

Alberto Montaner (Université de Saragosse) : « La lógica historiográfica y lógica hermenéutica: En torno a las relaciones de la Historia Roderici y Chronica Naiarensis ». 

Helena de Carlos (Université de Saint Jacques de Compostelle) : « De la alegoría a la historia: la utilización de Excidium Troie en territorio ibérico en el siglo xiii ». 

15h-17h : Deuxième session : 

Irene Salvo García (Université Autonome de Madrid) : « Historiografía del mito en la General estoria de Alfonso x ». 

Miguel Giadás Quintela (Université de Saint Jacques de Compostelle) : « Influencias del canon mitográfico en Gonzalo de Hinojosa ». 

Vendredi 30 avril : 

9h30-11h30 : Troisième session : 

Carmen Benítez Guerrero (Université de Séville) : « Historiografía breve en el reinado de Alfonso xi: los Anales del infante ». 

Covadonga Valdaliso (Université de Lisbonne) : « Historiografía breve en el reinado de Alfonso xi: el Libre de las heras ». 

11h-11h30 : Pause

11h30-13h : Quatrième session : 

Francisco Bautista (Université de Salamanque) : « Estructura y narración en la historiografía alfonsí ». 

Manuel Hijano (Université de Durham) : « Poética de la Crónica de 1344 ». 

13h-13h30 : Conclusions. 

 Vous pourrez suivre le colloque en ligne en cliquant sur le lien mentionné sur le programme et l’affiche ou en cliquant sur le lien ci-dessous :

 
Il est possible de rejoindre la conférence directement à partir de la version navigateur. Dans ce cas, vous devrez renseigner le mot de passe suivant : 915130.
 
La conférence sera ouverte 15 minutes avant le début des séances.
 
 

Amalia Desbrest

Doctorante en littérature médiévale espagnole, ENS de Lyon - CIHAM -UMR 5648.

More Posts

[Journée d’étude] Le(s) conflit(s) en sciences humaines et sociales

Journée d’études des Jeunes chercheurs·euses de l’UMR TELEMMe.

12 mai 2021, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence. 

Des guerres de Religion aux contentieux administratifs, des zones à défendre aux débats scolastiques, des manifestations altermondialistes aux disputes conjugales, la pluralité des formes du conflit rend difficile la compréhension de ses limites et de ses objets. Défini comme une « situation relationnelle structurée autour d’un antagonisme », le conflit révèle les oppositions, les solidarités et les dynamiques de pouvoir au sein d’un système social. Il peut être envisagé comme un point de rupture, un bouleversement et participe à la transformation des sociétés par la remise en question des normes, pratiques, territoires et représentations, sans cesse renégociés. Au-delà de la seule dimension militaire du terme, le parti pris de cette journée d’étude interdisciplinaire sera de considérer le conflit dans toute sa complexité (acteurs, intensités, lieux, temporalités).

Le conflit a donné lieu à des définitions et traditions de recherches variées dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales qui cherchent à en comprendre les origines, les ressorts et les conséquences. L’analyse des conflits s’est ainsi affirmée au fondement même de certains champs d’études disciplinaires, tels que l’histoire des guerres depuis Hérodote ; la psychologie des conflits intra et interpersonnels ; la sociologie de la domination et des mouvements sociaux ; la géopolitique en géographie ; l’étude des désaccords esthétiques fondamentaux en histoire des arts ; l’examen des litiges et des modes de résolution des conflits dans les sciences juridiques.

Le conflit a pu être pensé alternativement comme un obstacle ou un levier de l’évolution des sociétés et des individus. La philosophie de l’histoire hégélienne puis marxiste a fait du processus conflictuel le moteur du changement social et de l’histoire.   La question a été longuement discutée en sociologie, selon que les auteurs placent l’intégration et le consensus, ou au contraire le conflit,  au fondement de l’ordre social.

Dans un contexte encore influencé par le marxisme et nourri des premières approches post-modernes, les recherches sur les conflits connaissent de profonds renouvellements en France dans les années 1970, entre la géopolitique lacostienne et la sociologie des nouveaux mouvements sociaux d’Alain Touraine. Une vingtaine d’années plus tard, l’affirmation de la postmodernité et la fin des « grands récits », sur fond de chute du bloc communiste, conduisent à analyser de nouveaux objets, acteurs et territoires de conflictualité, allant des guerres asymétriques aux affrontements dématérialisés, en passant par la reconfiguration des antagonismes sociaux.

Le conflit est donc une opposition structurelle et structurante qui crée et recrée, redéfinit et reconfigure les territoires et les acteurs·trices impliqué·e·s dans sa résolution. À ces dernièr·e·s de mobiliser les moyens d’action spécifiques à leur société, leur culture et à l’objet même de leur contentieux. Ici apparaît une dualité majeure de la notion de conflit : alors qu’elle révèle les tensions internes à un système d’acteurs·trices, elle mobilise aussitôt de nouvelles solidarités. C’est ce déplacement de l’axe de l’analyse de l’acteur·trice vers l’action qui a attiré l’intérêt des Jeunes chercheurs·ses de TELEMMe, dans la continuité du séminaire 2019-2020 sur les acteurs·trices en sciences humaines et sociales. Le conflit apporte une nouvelle dimension critique à la notion d’agentivité et nécessite une étude systématique de l’articulation entre antagonisme, solidarités et résolution pour définir une approche pluridisciplinaire de cette notion polymorphe des sciences humaines et sociales. 

Trois axes de réflexion sont ainsi proposés aux participant·e·s.

Axe 1 — Cerner le conflit

À partir de quand peut-on parler de conflit ? Quand débute et prend fin un conflit ? Quelles sont les échelles de conflit et comment s’imbriquent-elles ? Le type de conflit a-t-il une influence sur ses modalités d’expression ? Comment identifier et analyser les acteurs mobilisés ? Quelles sont les nouvelles formes de conflit (acteurs non-étatiques, nouveaux territoires, cyberconflictualité) ? De quelle(s) manière(s) les acteur·trice·s se représentent-ils dans les conflits ?

 Axe 2 — Conflit et (dés)ordre

Comment le conflit remet-il en cause un ordre social, territorial, politique, économique,  artistique etc. ? Comment réagissent les groupes sociaux pris dans les conflits (processus de socialisation, création de solidarités, d’antagonismes) ? Comment les conflits sont-ils représentés et/ou instrumentalisés ? Comment le conflit est-il institutionnalisé ? Dans quelle mesure certains conflits s’affranchissent-ils au contraire des normes établies ? En quoi le conflit est-il un outil de régulation de la société ? 

Axe 3 — Conflit et remise en ordre

Quels sont les modes de résolution des conflits (compromis, médiation, négociation, soumission, violence…) et leurs limites ?  Comment se recomposent les rapports de domination suite à la résolution des conflits ?  Comment le conflit crée-t-il de nouvelles normes ?  Quelles stratégies mettre en place pour prévenir, perpétuer ou fuir le conflit ?  Quelles postérités pour les conflits (mémoire, transmission) ?

Ces thématiques pourront être abordées à l’aide d’études de cas et de travaux empiriques issus de diverses disciplines (géographie, histoire, histoire de l’art et archéologie, sociologie, anthropologie, philosophie, langues et littérature, musicologie, psychologie, sciences juridiques, science politique…). Les communications feront apparaître explicitement les spécificités épistémologiques des sujets qu’elles abordent. 

Modalités de contribution

Les propositions des doctorant·e·s ou des jeunes docteur·e·s devront être envoyées avant le 28 mars 2021

à l’adresse : jeunes.chercheurs.telemme@mmsh.univ-aix.fr. Elles comporteront un titre, un résumé de la communication projetée (500 mots environ) ainsi qu’une brève présentation de l’auteur·e (nom, situation, unité de rattachement). 

Si les conditions sanitaires le permettent, la journée d’étude se tiendra le 12 mai 2021 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du château de l’horloge, 13094 Aix-en-Provence. Les frais de transport et d’hébergement restent à la charge des participant·e·s ou de leur institution de rattachement. Le cas échéant, la rencontre pourra être organisée en visioconférence. 

Comité d’organisation

  • Dylan BECCARIA, doctorant en histoire moderne 
  • Charlotte BLANCO, doctorante en géographie
  • Camille CAPAROS, doctorante en histoire moderne
  • Béatrice HERMITTE, doctorante en histoire de l’art contemporain
  • Florie IMBERT-PELLISSIER, doctorante en histoire moderne
  • Mélina JOYEUX, doctorante en histoire contemporaine 
  • Pablo PEREZ, doctorant en histoire moderne 
  • Sascha PERROUX, doctorante en géographie
  • Tristan PORTIER, doctorant en histoire contemporaine 
  • Julie RATEAU-HOLBACH, doctorante en histoire de l’art contemporain 
  • Marguerite VALCIN, doctorante en géographie

[Post-doc] Qur’an and Aramaic Christianity, Tübingen (lim. 31 déc. 2020)

Postdoctoral researcher on the Qur’an and Aramaic Christianity (m/f/d, E 13 TV-L, 100%)

Faculty of Protestant Theology, Department of Religious Studies (Jewish Studies)

Application deadline : 31.12.2020

The Department of Religious Studies (Jewish Studies) offers a position for a

Postdoctoral researcher on the Qur’an and Aramaic Christianity (m/f/d, E 13 TV-L, 100%) 

preferably starting in April 2021. The fixed-term contract will be for 4 years. The position is part of the ERC project “The Qur’an as a Source for Late Antiquity (QaSLA)”.

The research project is funded by the European Research Council and directed by Prof. Dr. Holger Zellentin, at the University of Tübingen (Germany). QaSLA analyses the affinity between the Qur’an and known forms of Judaism and Christianity surrounding Arabia in order to sketch the religious landscape of the Arabian Peninsula at the turn of the seventh century C.E. Further details on the project can be found at https://uni-tuebingen.de/de/199075.

The successful candidate will participate in all academic aspects of the project. They are expected to author one monograph dedicated to their findings and collaborate in the preparation of the project’s other publications (both in English), as well as acting as a source of information and advice to other members of the project. 

Holding a relevant doctorate, the successful candidate will possess a very good command of Syriac and detailed knowledge of the Late Antique East and West Syrian religious literary tradition. In addition, the candidate should have knowledge of Qur’anic Arabic and of the discipline of Qur’anic Studies. They must be able to work with further late antique Jewish and Christian primary sources relevant to the study of the Qur’an, preferably in the original. They must be able to undertake innovative research at the forefront of current scholarship and be able to manage their own academic research and associated activities. Previous experience of independent scholarly writing to a high level of quality is essential, as are the ability to contribute ideas for new research projects and excellent communication skills, such as writing for publication, present research proposals and results, and represent the research group at meetings. Familiarity with additional relevant classical languages (such as Ancient South Arabian, Coptic, Geʿez, Greek, Hebrew, or Safaitic) and with modern research languages, as well as knowledge of Arabic-language scholarship, are especially welcome. 

The QaSLA team will be constituted of five research positions; two further position – for the Qur’an and Arabic and Ethiopic Christianity, respectively – are advertised separately. QaSLA is hosted by the Department of Religious Studies (Jewish Studies), which is part of the Faculty of Protestant Theology at the University of Tübingen and will involve close collaboration with other Tübingen Institutes, as well as with an international network of scholars. The University of Tübingen offers a vibrant scholarly community with local expertise in Jewish, Christian and Islamic studies located in the fields of history, religious studies, as well as Catholic, Protestant and Islamic theology. 

We are building an international and diverse team of scholars. In addition to the key requirements laid out above, we are looking for team players that are eager to learn from others and contribute to an ongoing mutual exchange of research findings by all team members. The university seeks to raise the number of women in research and teaching and therefore urges qualified women to apply for these positions. Equally qualified applicants with disabilities will be given preference. 

Interested applicants are asked to submit the following materials:

A cover letter briefly detailing their suggested contribution to the project (max. 800 words);

a curriculum vitae;

copies of two writing samples; 

two recommendation letters (to be submitted directly).

All materials should be submitted to sekretariat.judaicum@ev-theologie.uni-tuebingen.de. The deadline is December 31, 2020 (midnight, CET). We are looking to hold interviews (most likely to be held remotely) towards the end of January 2021. The preferred starting date for the project is April 2021 (with room for flexibility due to the current health situation). Please feel free to contact us with any relevant questions you may have, or to request a copy of the full project description.

The employment will be carried out by the central administration of the University of Tübingen.

Salary will be commensurate with university scale E 13 TV-L, which, in the year 2020, ranges from 49,910 € – 72,307 € per annum, depending on experience. 

Apply: https://socioloxy.com/postdoctoral-researcher-in-quran-and-aramaic-christianity,i7759.html

Source; EURAMES

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] Faire l’histoire du monde islamique, VIIe-XXe s., Aix-en-Provence, 2020-21

Séminaire de formation organisé par les enseignants-chercheurs du Département d’histoire d’Aix-Marseille Université : Aurélia Dusserre, Julien Loiseau, Nicolas Michel, Mohamed Ouerfelli, Hayri Gökşin Özkoray et Camille Rhoné-Quer.

Destiné en priorité aux étudiants en Master et en doctorat, ce séminaire mensuel est ouvert à tout public intéressé par l’histoire du monde islamique, de sa formation à nos jours. Chacun des thèmes choisis, volontairement larges et transpériodes, fait l’objet de deux séances successives, au cours desquelles est dressé l’état de la recherche, appuyé sur un choix de publications récentes et d’études de cas.

Sauf mention contraire, les séances ont lieu le mercredi après-midi à la MMSH, en salle 1, au premier semestre, de 14h à 16h ; au second semestre, de 16h à 18h.

Calendrier des séances 2020-2021

Séance 1, mercredi 16 septembre 2020 : le travail (1/2)
Nicolas MichelLe travail dans le monde musulman médiéval

Séance 2, mercredi 30 septembre 2020 : le travail (2/2)
Hayri Gökşin ÖzkorayPistes et questions de recherche pour l’histoire du travail dans l’Empire ottoman (XVe-XVIIe s.)

Séance 3, vendredi 2 octobre 2020, 14h-18h, MMSH (séance mutualisée avec les Séances Médiévales d’Aix-Marseille) : l’empire (1/2)
La formation de l’Empire islamique, avec Sobhi Bouderbala (Université de Tunis, IMéRA, Marseille), Denis Genequand (directeur du musée d’Avenches) et Frédéric Imbert (AMU, IREMAM)

Séance 4, mercredi 14 octobre 2020 : l’empire (2/2)
Julien LoiseauFantômes d’empire dans l’islam médiéval

Séance 5, mercredi 4 novembre 2020 : le droit en Islam (1/2)
Ahmed OulddaliLe droit musulman : histoire, sources et écoles

Séance 6, mercredi 18 novembre 2020 : le droit en Islam (2/2)
Ayoub FilaliLa place de l’iǧtihād (raisonnement juridique) et son évolution dans la pensée musulmane

Séance 7, mercredi 2 décembre 2020 : restitution des comptes-rendus par les étudiants

Séance 8, mercredi 6 janvier 2020 : présentation des travaux des étudiants

Séance 9, mercredi 27 janvier 2021 : ambassadeurs/diplomatie (1/2)
Mohamed OuerfelliQuelles sources pour l’histoire des pratiques diplomatiques dans le monde islamique médiéval ?

Séance 10, mercredi 10 février 2021 : ambassadeurs/diplomatie (2/2)
Camille Rhoné-QuerFonctionnement des ambassades et enjeux des pratiques diplomatiques à l’époque médiévale

Séance 11, mercredi 17 mars 2021 : histoire islamique et histoire globale (1/2 )
Marie Favereau (Université Paris 10-Nanterre) – Empire mongol et histoire globale

Séance 12 , mercredi 7 avril 2021 : histoire islamique et histoire globale (2/2)
Aurélia DusserreFaire l’histoire du monde islamique par les objets

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Corisande Fenwick, Early Islamic North Africa. A New Perspective, Bloomsbury, 2020

‘Fenwick’s definitive study offers a bold and refreshing account of the arrival and assimilation of Islam in North Africa. By integrating textual and archaeological sources both old and new, her book displays an urgent freshness in rigorously challenging old narratives with modern discoveries.’

Alan Walmsley, Honorary Professor of Ancient History, Macquarie University, Australia

This volume proposes a new approach to the Arab conquests and the spread of Islam in North Africa. In recent years, those studying the Islamic world have shown that the coming of Islam was not marked by devastation or decline, but rather by considerable cultural and economic continuity. In North Africa, with continuity came significant change. Corisande Fenwick argues that the establishment of Muslim rule also coincided with a phase of intense urbanization, the appearance of new architectural forms (mosques, housing, hammams), the spread of Muslim social and cultural practices, the introduction of new crops and manufacturing techniques and the establishment of new trading links with sub- Saharan Africa, Europe and the Middle East. This concise and accessible book offers the first assessment of the archaeology of early Islamic North Africa (7th–9th centuries), drawing on a wide range of new evidence from Morocco, Algeria, Tunisia and Libya. It lays out current debates about its interpretation and suggests new ways of thinking about this crucial period in world history. Essential reading for those interested in understanding the impact of the Arab conquests and the spread of Islam on daily life, it will also challenge students of archaeology and history to think in new ways about North Africa, the earliest Islamic empires and states and the transition from the Roman to the medieval Mediterranean.

Corisandre Fenwick is Lecturer in Mediterranean Archaeology at the Institute of Archaeology at University College London, UK. She is co-editor of The Aghlabids and their Neighbours (2017) and the Oxford Handbook of Islamic Archaeology (2020). She co-directs excavations at Bulla Regia, Tunisia and Volubilis, Morocco.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

BLog en grève

En solidarité avec la coordination nationale des facs et labos en lutte, en opposition à la réforme des retraites et à la Loi pour la programmation pluriannuelle de la recherche, nous avons décidé de suspendre momentanément l’activité de notre blog. Cette suspension est effective à compter de la publication de ce message, pour une semaine reconductible. Aujourd’hui 5 mars 2020, « l’université et la recherche s’arrêtent. »

L’équipe éditoriale du blog.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Véronique Chankowski, Clément Lenoble et Jérôme Maucourant (dir.), Les infortunes du juste prix. Marchés, justice sociale et bien commun de l’Antiquité à nos jours, préface de Paul Jorion, Lormont, Editions Le Bord de l’eau, 2020, 240 p.

Résumé

Qu’est-ce que ce juste prix que l’on trouve sur les étiquettes de bouteilles de lait, dans la bouche des agriculteurs comme dans celle des théoriciens du marché libre ? Une expression très ancienne, dont l’histoire est longue et mouvementée et dont le sens politique autant qu’économique a varié au cours du temps. Résolument interdisciplinaire, à la croisée de l’anthropologie de l’économie et de l’histoire des pratiques et de la pensée économique, le livre propose une vue d’ensemble sur la très longue durée de l’histoire du juste prix. Cette approche vise à déconstruire les usages qui en ont été faits ou peuvent en être faits aujourd’hui. Les analyses présentées ici permettent ainsi de mieux saisir les enjeux d’une notion polysémique et ambiguë où se nouent depuis longtemps les tensions entre économie de marché, justice sociale et bien commun.

Avec des contributions de Michela Barbot, Véronique Chankowski, Guillaume Garner, Jean-Yves Grenier, Alain Guery, Clément Lenoble et Jérôme Maucourant
Source : Editions Le Bord de l’eau

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Exposition] Jean sans Peur 1419-2019, Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or [12 novembre 2019-4 avril 2020]

Horaires et contacts
Exposition « Jean sans Peur » aux Archives départementales de la Côte-d’Or (8, rue Jeannin, Dijon)  du lundi au vendredi  de 8h30 à 17h
Contact : archives@cotedor.fr
Présentation

Les Archives départementales de la Côte-d’Or organisent, du 12 novembre 2019 au 4 avril 2020, une exposition consacrée au duc de Bourgogne Jean sans Peur. Cette dernière, intitulée Jean sans Peur, 1419-2019, s’inscrit dans un cycle de manifestations culturelles qui commémorent le sixième centenaire de sa mort, survenue à Montereau-Fault-Yonne le 10 septembre 1419, lors d’une rencontre diplomatique avec le dauphin de France, futur Charles VII.
 
Si Jean sans Peur a passé la plupart de son temps hors des frontières de l’actuelle région de Bourgogne-Franche-Comté, alternant entre Paris et ses États de Flandre, il a malgré tout laissé à Dijon une production documentaire abondante qui permet de faire son portrait. On trouve en effet dans les archives anciennes de la capitale du duché – notamment celles de la chambre des comptes -, de nombreux actes qui le concernent directement ou éclairent le contexte du début du XVe siècle.Mais, dans la mesure où Jean sans Peur est loin d’être inconnu et où les travaux historiques sur cette période ne manquent pas, la présente exposition n’a pas pour objectif d’apporter une nouvelle pierre à l’historiographie sur le sujet. Elle a pour but de montrer au public des Archives départementales quelques documents saillants qui illustrent la vie du prince ou le contexte contemporain. La vingtaine de pièces sélectionnées se compose de documents variés dans leur forme comme dans leur typologie : traités, de mariage ou de paix, lettres privées, registres comptables, sceaux ou encore moulage du crâne de Jean sans Peur, réalisé en 1841. Bien que la commémoration de la mort du duc soit à l’origine de l’exposition, ces divers documents ne sont pas uniquement liés à son assassinat mais retracent brièvement son parcours en se concentrant sur quelques point marquants tels que sa rivalité avec son cousin Louis d’Orléans ou la croisade de Nicopolis.
 
Présentée jusqu’au printemps 2020, l’exposition vient ainsi compléter les différents événements liés au meurtre de Montereau. Dans cette même perspective, les Archives départementales de la Côte-d’Or accueilleront, les 30 et 31 janvier 2020, un colloque international sur le thème Jean sans Peur.
 
L’exposition est ouverte du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h.
Le catalogue, disponible sur place en version papier, est consultable en version numérique

Source : FrancheArchives

 

Autre présentation de l’exposition par Emmanuel Roumier sur le site des Archives départementales de la Côte-d’Or

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Annonce] Journées romanes 2020, Association culturelle de Cuxa. S’émerveiller à l’époque romane: lieux, héros, images

Les Journées romanes 2020 seront consacrées aux « émerveillements » de l’époque romane.
De quoi s’émerveillaient nos ancêtres, aux XIe et XIIe siècles ? Quels lieux leur paraissaient extraordinaires, par leur forme, leur situation ou les prodiges qui s’y déroulaient ? Comment voyaient-ils les vestiges du passé, en particulier antique ? Comment considéraient-ils les figures des saints, à l’origine de nombreux miracles ? Ou les héros de la mythologie ? Quelles images de créatures extraordinaires ou exotiques leur étaient-elles proposées ? Voilà une partie des questions auxquelles les conférences des Journées apporteront réponses et exemples. Xavier Barral, Matthieu Beaud, Philippe Cordez, Francisco de Asis García, Emmanuel Garland, Andreas Hartmann, Heike Hansen, Jacqueline Leclercq-Marx, Anna Orriols sont parmi les conférenciers invités. Des excursions seront prévues en Roussillon et dans la région, ainsi qu’au Centre de Sculpture romane de Cabestany, où sont rassemblées les reproductions de la production du célèbre Maître, sculpteur du XIIe siècle qui ne dédaignait pas le fantastique.

 

Source: Association culturelle de Cuxa

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

Appel à communications : Moyen Âge en fête. Commémoration et célébration à l’époque médiévale (2-3 mars 2020)

Appel pour les dixièmes journées internationales des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’Université de Genève.

« Pour les dix ans des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’Université de Genève, l’occasion nous est offerte d’aborder la notion d’anniversarium au Moyen Âge, entendue autant dans le sens de festivité, de commémoration que de datation. 

Par définition, l’anniversaire est synonyme de calcul du temps : les fêtes – qu’elles soient religieuses ou laïques –, les calendriers et les computs sont autant d’instruments qui rythment la vie quotidienne. Ils permettent non seulement de mesurer l’écoulement des jours, mais ont également le pouvoir de modifier la perception que porte une collectivité sur sa propre temporalité, qu’elle soit passée, présente ou future. 

 D’un point de vue conceptuel, s’intéresser à l’anniversaire implique notamment de questionner la conception médiévale de la vie et de la mort : la difficulté d’établir la date de naissance sur des bases matérielles fiables interroge le rapport, dans les mentalités de l’époque, entre l’importance de la natalité, synonyme d’entrée dans la communauté chrétienne par le baptême, et celle de la mort, ‘‘véritable renaissance’’ et jugement au regard de Dieu ; ces deux questions ouvrent le débat, vaste et fascinant, des âges de la vie. Par extension se pose également la question de la mise en scène de l’agonie – à travers les motifs de la mort du roi ou de la Passion du Christ pour ne citer que les plus connus – dans certaines œuvres littéraires à caractère profane ou religieux. 

Outre le rythme propre à l’individu, le temps médiéval est également ponctué par divers célébrations et cycles de fêtes, qui incitent à réfléchir sur la question des principes d’ordre et d’ordonnance : mariage, adoubement, sacre et couronnement sont des occasions d’intégration à la communauté. Considérés depuis une perspective littéraire, musicologique voire iconographique, ces mêmes événements renvoient à tout un univers de performances et de cérémonies, d’outils et d’instruments, de vêtements et d’apparats, qui ont pour but de sublimer les différents acteurs de ces réjouissances. D’un côté, les mécènes, qui perçoivent les enjeux géopolitiques de ce type de rituels protocolaires, pouvant rapidement revêtir une dimension commémorative lorsque le souvenir est consigné et transmis à la postérité. De l’autre, l’ensemble des artistes, qui intervient lors des cérémonies et autres banquets aristocratiques : sa circulation au sein des cours de l’Occident chrétien est l’un des principaux facteurs de diffusion des œuvres, et l’influence réciproque de différents héritages culturels – de part et d’autre de la frontière linguistique oc/oïl par exemple – représente l’un des domaines de recherche les plus foisonnants de l’actualité scientifique. 

Malgré leur caractère rituel, les fêtes médiévales se renouvèlent perpétuellement : les joutes chevaleresques constituent sans doute un exemple fécond en matière de mutation des enjeux, en ce qu’elles passent progressivement du statut d’entraînement à la guerre à celui de reconstruction d’un âge d’or chevaleresque révolu. Au même titre, l’assimilation des fêtes païennes par le culte chrétien représente une autre illustration de la muabilité des conceptions, associée à la conservation de traditions ancestrales.

Les pistes d’investigation, riches et passionnantes, ne manquent pas. Nous invitons les jeunes chercheurs médiévistes, issus de tous les horizons disciplinaires, motivés à entrer dans la valse pour scander avec nous le rythme de la fête et de la vie, à nous envoyer leurs propositions de contribution, d’une demi-page environ, accompagnées de renseignements pratiques (statut, institution de rattachement, domaine de recherche), en format PDF avant le 9 décembre 2019 à l’adresse suivante: journeesetudesjcm@gmail.com. Un comité scientifique procédera à la sélection des communications. »

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

XXIIèmes Rencontres Dîwân, Paris (INHA), 20-21-22 juin 2019

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue des XXIIèmes Rencontres des doctorants de l’Association des Doctorants en histoire des mondes musulmans médiévaux « Dîwân » qui se tiendront les 20, 21 et 22 juin 2019 à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) à Paris.

Ces journées seront l’occasion pour les doctorants des diverses universités françaises qui travaillent sur les mondes musulmans médiévaux de présenter leurs recherches et d’échanger avec d’autres doctorants, post-doctorants, enseignants et chercheurs, dans un cadre et une atmosphère de convivialité.

Les interventions des doctorants dureront 10 minutes, suivies de questions et de débats. Les échanges étant le principal objectif de ces trois journées de rencontres, nous invitons tous les doctorants travaillant sur l’Islam médiéval, quelle que soit leur discipline, à participer à ces Rencontres. Les débats n’en seront que plus riches. A cet effet, la méthodologie, la présentation des sources et plus généralement la démarche scientifique peuvent constituer le centre de l’exposé.

Information sur le site Dîwân https://diwan.hypotheses.org/15189

XXIIe Rencontres Diwan_programme&résumés

 

 

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre associée du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts

[Parution] Présentation et débat autour de l’ouvrage Imago Libri. Représentations carolingiennes du livre, Paris, INHA, 27 juin, 18H-20h

Ouvrage paru sous la direction de Charlotte Denoël, Anne-Orange Poilpré et Sumi Shimahara, Turnhout, Brepols, 2018 (Bibliologia 47).


Pascale Bourgain (École Nationale des Chartes) et Ioanna Rapti (EPHE) présideront une courte table-ronde.
Un cocktail sera servi en salle Warburg.

RSVP avant le 30 mai: charlotte.denoel@bnf.fr

Lieu: Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari, 2 Rue Vivienne, 75002 Paris.
Date: 27 juin, 18h-20h.


Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

Offre d’emploi:archéologue spécialiste des périodes médiévale et moderne, communauté urbaine du Grand Reims. Date limite : 15/02/2019

Vous serez le/la responsable scientifique des opérations d’archéologie préventive de diagnostic et de fouilles, vous encadrerez les équipes de chantier, vous rédigerez les rapports d’opération et vous contribuerez à l’archivage des données et des collections, vous assurerez la coordination des chantiers et la relation avec les partenaires et vous participerez à la diffusion des résultats scientifiques auprès du public et dans le cadre de la recherche archéologique.

Titulaire du grade d’attaché de conservation du patrimoine ou lauréat du concours ou justifiant d’un niveau d’étude équivalent à un bac +4 en archéologie ou en histoire, vous possédez une compétence scientifique dans les champs chronologiques du Moyen-âge à l’époque moderne et dans la réalisation d’études documentaires ainsi qu’une expérience des modes opératoires de la conduite d’opérations archéologiques préventives en contexte rural et urbain et une connaissance de la législation en archéologie et des règlements d’hygiène et de sécurité dans les travaux publics. Vous avez acquis une expérience d’encadrement d’équipes d’archéologues. 

Merci d’adresser lettre de motivation + CV détaillé + avis CIRA/CTRA à Madame la Présidente à : 

Communauté Urbaine du Grand Reims – CS 80036 – 51722 REIMS CEDEX 

Ou par courriel : drh@grandreims.fr 

Avant le 15 février 2019

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire d’archéologie médiévale du CIHAM, « Les apports archéologiques récents à l’histoire des sociétés de l’Islam occidental », 10/01, ENS Lyon

Cyrille Aillet, Sophie Gilotte (Ciham) et Chloé Capel (Orient et Méditerranée) Séminaire d’archéologie médiévale

Jeudi 10 Janvier 2019, 10h-12h et 14h-17h

ENS de Lyon, salle D2 121, 15 parvis René Descartes

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Bourse de la SHMESP pour les congrès internationaux

La SHMESP accorde dans la mesure de ses moyens des bourses d’un montant maximal de 300 € pour l’Europe et de 500 € pour le reste du monde aux membres de la SHMESP doctorants et docteurs sans poste souhaitant participer aux congrès internationaux (Leeds, Lleida, Kalamazoo, de la Medieval Academy of America…). La demande est à adresser à la SHMESP, accompagnée d’un CV, d’un budget (incluant les dépenses et autres sources de financement provenant des laboratoires, écoles doctorales, etc.) et d’un document attestant de l’intervention au congrès (programme, attestation de l’organisateur de la session, etc.). Les demandes sont examinées trois fois l’an, fin septembre, fin janvier et fin mars. Priorité sera donnée aux candidat(e)s n’ayant pas encore bénéficié d’une bourse. Les remboursements interviendront sur présentation des factures et attestation de la participation effective au congrès.

Source : http://www.shmesp.fr/spip.php?article797

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financement:Postes de membres de l’École française de Rome, 2019-2020 (date limite : 20/12/2018)

Fondée en 1875, l’École française de Rome est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, placé sous la tutelle du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Elle a pour mission fondamentale la recherche et la formation à la recherche  dans le champ de l’archéologie, de l’histoire et des autres sciences humaines et sociales, de la Préhistoire à nos jours. Son domaine d’intervention privilégié couvre un espace comprenant Rome, l’Italie, le Maghreb et les pays du Sud-Est européen proches de la mer Adriatique.

L’École française de Rome accueille chaque année des membres scientifiques qui se consacrent à des travaux de recherche dans les domaines relevant de l’établissement, en histoire, archéologie et sciences sociales, répartis en trois sections :
l’Antiquité, le Moyen Âge, les Époques moderne et contemporaine.

Pour l’année 2019-2020, dix-huit postes de membres de l’École française de Rome seront vacants ou susceptibles d’être vacants. Les nominations sont prononcées pour une durée d’une année à compter du 1e septembre 2019, et jusqu’au 31 août 2020. Elles peuvent être renouvelées, sur avis de la commission de recrutement, pour une deuxième et, éventuellement, pour une troisième année consécutive.

Conditions

Âge : les candidats doivent être âgés de plus de 18 ans. Il n’existe pas de limite d’âge.

Nationalité : il n’existe pas de critère de nationalité. Il est précisé aux candidats non citoyens de l’Union européenne ou non ressortissants d’un autre État partie à l’accord sur l’Espace économique européen ou de la Confédération suisse que nul ne peut avoir la qualité de membre, et être rémunéré comme tel, s’il ne satisfait pas aux conditions de délivrance des titres de séjour et de travail sur le territoire italien fixées par le code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile.

Statut : les candidats aux postes de membre doivent être soit doctorants, soit titulaires d’un diplôme national de niveau égal ou supérieur au doctorat, soit maîtres de conférences ou personnels assimilés en application de l’article 6 du décret du 16 janvier 1992 relatif au Conseil national des universités, soit justifier de titres ou diplômes universitaires ou scientifiques étrangers jugés équivalents par la commission d’admission.

Nul ne peut se présenter plus de trois fois à un poste de membre de l’École française de Rome. Toutefois, un maître de conférences ayant déjà fait trois candidatures comme doctorant ou post-doctorant peut bénéficier d’une candidature supplémentaire.

L’École française de Rome accueille chaque année des membres scientifiques qui se consacrent à des travaux de recherche dans les domaines relevant de l’établissement, répartis en trois sections : l’Antiquité, le Moyen Âge, les Époques moderne et contemporaine.

Le projet peut émaner de candidats en fin de doctorat ou entamant une recherche post-doctorale, ou de maîtres de conférences préparant une HDR. Dans le cas des candidats post-doctorants, en conformité avec la mission de formation à la recherche de l’École française de Rome, la commission d’admission examine avec une attention particulière les dossiers émanant de chercheurs en début de carrière. Les membres docteurs pourront, au cours de leur séjour, participer aux programmes existants, ou faire émerger de nouveaux programmes par le biais notamment de dépôts de candidature à des appels à projets nationaux et internationaux, dans le champ des domaines de recherche définis dans le contrat quinquennal 2017-2021 (http://www.efrome.it/larecherche/programmes.html ).

Le nombre de postes est fixé chaque année par la directrice de l’École française de Rome et voté en Conseil d’administration. Pour l’année 2019-2020, dix-huit postes de membres de l’École française de Rome seront vacants ou susceptibles d’être vacants. Les nominations sont prononcées pour une durée d’une année à compter du 1e septembre 2019. Elles peuvent être renouvelées, sur avis de la commission de recrutement, pour une deuxième et, éventuellement, pour une troisième année consécutive. 

Critère de langue : les candidats doivent avoir une bonne maîtrise de la langue française, l’entretien se déroulant dans cette langue.

Traitement : les membres non fonctionnaires perçoivent le traitement en vigueur pour un professeur agrégé de classe normale au 1er échelon (indice brut 434).

Les membres fonctionnaires sont placés en position de détachement. Ils perçoivent le traitement correspondant à leur indice dans leur corps d’origine, sans pouvoir dépasser l’indice brut 590. 

En outre, les membres perçoivent une indemnité de résidence et des majorations familiales s’il y a lieu. Ils sont tenus à une obligation de résidence en Italie ou sur leur terrain de recherche.ENVOI DES DOSSIERS DE CANDIDATURE

Les dossiers de candidature devront être remplis en ligne au lien suivant :

https://candidatures.efrome.it/recrutement_membres_de_l_ecole_francaise_de_rome_annee_universitaire_2019_2020

Les dossiers devront être soumis avant le jeudi 20 décembre 2018 à 12h00 (heure de Rome).

Les candidats doivent s’inscrire avec une adresse mail personnelle valide. Une confirmation d’envoi du dossier sera envoyée à l’adresse indiquée, une fois le dossier complet validé.

Attention : une fois votre candidature soumise, celle-ci ne pourra être modifiée.

4)        SÉLECTION

Présélection des dossiers par la commission  :La composition de la commission de recrutement est disponible sur le site internet de l’École française de Rome (http://www.efrome.it/candidater/devenirmembre.html ). Les réunions de présélection auront lieu à Paris les 18 et 19 février 2019. Les candidats seront avertis par courriel des résultats de cette présélection dans les jours suivant la réunion de la commission.

Auditions des candidats présélectionnés : Les candidats présélectionnés présenteront leur candidature à Paris entre le 11 et le 13 mars 2019. Les entretiens auront lieu en langue française. Les candidats auditionnés devront se rendre physiquement à l’audition le jour indiqué sur la convocation. L’audition ne pourra avoir lieu en visioconférence. La commission proposera les candidatures retenues au Conseil scientifique, qui se prononcera sur cette proposition à l’occasion de sa réunion le jeudi 14 mars 2019.

DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS

Les renseignements sur le dossier scientifique seront obtenus auprès du directeur de la section dans laquelle se fait la candidature : dirant@efrome.it pour l’Antiquité, dirma@efrome.it pour le Moyen Âge, dirmod@efrome.it pour les Époques moderne et contemporaine.

Pour toute question relative au dossier administratif, vous pourrez contacter le service administratif (pascale.garcia@efrome.it ou helene.franchi@efrome.it).

Dans tous les cas, pensez à anticiper. Aucun problème technique (panne sur ordinateur, coupure internet…) ne justifiera les problèmes d’envoi de la candidature. L’accès au formulaire sera interrompu le jeudi 20 décembre 2018 à 12h précises.

Source : http://www.efrome.it/candidater/devenir-membre.html

L’appel à candidature dans son intégralité : http://www.efrome.it/fileadmin/res/APPELS/PDF-Appels_a_candidatures_2018/Appel_membres_EFR_2019_2020.pdf

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financement:bourses de la Casa de Velazquez (date limite : 05/10)

La Casa de Velázquez propose des aides spécifiques(bourses) aux étudiants pour l’année 2019. Elles sont destinées à de jeunes chercheurs doctorants, sans condition de nationalité.

  Aides spécifiques
(« Bourses« )
Public Chercheurs doctorants dont les travaux nécessitent un séjour
court en péninsule Ibérique.
Profil du candidat Etre inscrit en doctorat et
présenter un projet de recherche se rapportant à l’un des domaines de compétence de
l’établissement
Condition d’âge Être majeur
Conditions de nationalité Aucune
Durée 1 à 3 mois consécutifs
  Consulter les conditions générales d’attribution
Campagne Ouverte jusqu’au 5 octobre 2018 à 13h00
Candidatures Accéder aux portail de candidatures

 

Pour plus d’informations : https://www.casadevelazquez.org/index.php?id=411

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Publication:Nicole Bériou, Religion et communication : un autre regard sur la prédication au Moyen Âge, Genève, Droz, 2018.

https://www.droz.org/france/8720-thickbox_default/religion-et-communication.jpg

Résumé

Les paroles des prédicateurs transmises au prisme déformant des sermons modèles ou des prises de notes préservent quelque chose du processus de communication qui est leur raison d’être. Il faut pour le percevoir considérer l’ensemble du système de communication sociale auquel elles appartiennent. Comment, en effet, être écouté et se faire entendre des simples gens sans parler à l’unisson de la liturgie et des images, à la manière d’instruments de musique divers et concertants ? Comment les entretenir efficacement de Dieu, des anges et des saints, sinon par des figures qui parleront à leur imaginaire et en chargeant les mots du quotidien d’autres sens que leur sens immédiat ? Ces voies richement documentées ne doivent pas faire perdre de vue la question difficile mais cruciale de la réception effective. Puisque les mêmes repères culturels sont souvent partagés entre les prédicateurs et ceux qui les écoutent, l’adoption massive des représentations religieuses disséminées dans les sermons s’en trouve facilitée. Mais l’accueil du message est rarement dénué de réinterprétation.

Sommaire

TABLE DES MATIÈRES

REMERCIEMENTS

AVANT-PROPOS

LISTE DES ABRÉVIATIONS

INTRODUCTION
Prédication et communication du message religieux : le tournant du XIIIe siècle

Première partie
LA PRÉDICATION DANS LE SYSTÈME DE COMMUNICATION

CHAPITRE PREMIER
Prédication et liturgie

CHAPITRE II
Latin et langues vernaculaires dans les traces écrites de la parole vive

CHAPITRE III
Les images et la communication de la parole de Dieu

CHAPITRE IV
Les instruments de musique dans l’imaginaire des prédicateurs

Deuxième partie
RENDRE PRÉSENT L’INVISIBLE

CHAPITRE V
Le Christ pèlerin

CHAPITRE VI
La figure de l’ange

CHAPITRE VII
L’eucharistie

CHAPITRE VIII
L’intercession dans les sermons de la Toussaint

Troisième partie
DES SAINTS FAÇONNÉS PAR LA PAROLE

CHAPITRE IX
Sainte Marie Madeleine dans les sermons parisiens

CHAPITRE X
Saint Pierre, patron spécial de Pise au XIIIe siècle

CHAPITRE XI
Pellem pro pelle (Job 2, 4) Les sermons pour la fête de Saint Barthélemy

CHAPITRE XII
Saint Michel dans la prédication

CHAPITRE XIII
Saint François, premier prophète de son ordre

CHAPITRE XIV
Saint François dans la Légende dorée et dans les sermons de Jacques de Voragine

CHAPITRE XV
Sainte Claire : sermons dans l’espace français

ORIGINE DES TEXTES

TABLE DES ILLUSTRATIONS

INDEX BIBLIQUE

INDEX DES NOMS DE PERSONNE

INDEX DES AUTEURS CONTEMPORAINS

Source : DROZ

 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contributions:Conférence internationale « Humanities in transition », Barcelone, 23-26/10 [date limite : 15/08]

The conference is structured round three main subject areas: (1) Humanist thinking today; (2) The subtle sciences vs hard sciences; and (3) Posthumanism: beyond humanism?
Each of these thematic areas will consist of oral presentations (papers) as well as workshops conceived above all as spaces for dialogue and debate.

1. Humanist thinking today

Guest speaker: Jordi Pigem (Philosopher of science and writer)

We are all well aware that the humanities, inspired by humanist thinking, have changed the world. We are talking about values, ideals and a particular way of understanding reality. We are talking about critical thinking, ethical thinking, creative thinking. No-one would question the need for the humanities. Nevertheless, there is a question relating to whether the humanities, as they have developed over time, continue to raise questions and at the same time provide valid answers to the challenges confronting society today. It is possibly the case that the false myths that have grown up under the protection of the humanities have led them to their current crisis. Humanist thinking relates to the human species in its entirety, but to what extent does it address the diversity that globalization is currently making more patent than ever? Can humanist values be said to be in decline in the world? To what extent do the dynamics of those societies forged by the humanities offer a faithful reflection of humanistic values? What, in fact, are these values? Is it necessary perhaps to humanize the thinking and practices of the humanities?

2. Soft versus Hard sciences

Guest speaker: Fernando Vidal (ICREA – Catalan Institution for Research and Advanced Studies / Universitat Autònoma de Barcelona – CEHIC)

It was in the nineteenth century that a clear awareness emerged of the separation between the type of knowledge focused on human issues and that which sought to understand the natural world. This resulted in the distinction between two areas of knowledge, which later became three: natural sciences, social sciences and the humanities. Reference is made to the hard sciences, and the soft sciences, although the pejorative tone of the word ‘soft’ has led to a preference, on occasion, for the term ‘subtle sciences’ (Rosi Braidotti). Clearly, there are no hard and fast divisions between these categories; rather, there are bridging disciplines such as the cognitive sciences, neurolinguistics or evolutionary anthropology. However, despite this, the fragmentation of scientific practices can create a problem when, beyond the needs of specialization, the ideal of consilience is not taken into consideration. Transdisciplinarity is essential. The object of study, the theory and the methodology basically determine the differences between the disciplines, but are the administrative divisions in universities and research centres, as well as the bureaucracy of the political sciences, connected with this pigeon-holing? Do the humanities need the hard sciences for their conceptual health, as has sometimes been argued? To what extent can the ‘subtle’ sciences offer a buffer against the scientism or, on the contrary, be negatively influenced by it? Could it be necessary, within the field of the humanities, to take into consideration criteria of productivity, evaluation and accreditation different to those cultivated in the hard sciences?

3. Post humanism : beyond humanism ?

Guest speaker: Ewa Domanska (Adam Mickiewicz University)

Posthumanist theory has criticized humanism which is seen as a specific historic phenomenon, considered insufficient to understand the complex network of interrelationships between human beings and their environment. Going beyond the antihumanism posited, for example, by Heidegger, Althusser or Foucault, posthumanism takes as its starting-point a different conceptualization of the human, adopting a decentralized approach. It asserts the need to modify our anthropocentric view of life and of reality in a general sense, and within its characteristic non-dualist type of ontology, greater importance is given to relationships than to entities. As in non-representational theories, it aims to go beyond the understanding of reality exclusively from logocentric models. In this way, these theoretical perspectives afford not only a promising field for research in the general re-orientation of the humanities, but also a strong element of social criticism. To what extent can posthumanism be said to imply radical change in how we understand the relationship between individual and collective? On what basis can we affirm the existence of a posthuman condition in today’s world? How can the criticism and overcoming of anthropocentrism be as beneficial for the different humanities disciplines as have been the attempts to overcome ethnocentrism and androcentrism? The raising of this kind of question makes posthumanism not only an ambitious intellectual challenge but also a moral necessity that must be confronted.

Call for papers:

15/05/2018, 23:59 (UTC/GTM +1)

Notification of acceptance of proposals:

31/05/2018

Registration deadline:

01/10/2018, 23:59 (UTC/GTM +1)

Contact :

Source : estudismedievals@imf.csic.es

 

 

 

 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts