Archives de catégorie : Conférences et colloques

[Colloque] 53e Congrès de la SHMESP : Succéder, École française de Rome, mai 2022 (lim. 15 avril 2021)

Le 53e Congrès de notre société se tiendra à l’École française de Rome, du 26 au 29 mai 2022 sur le thème de « Succéder au Moyen Âge ». L’argumentaire scientifique est ci-dessous.

Les propositions de communication doivent être adressées au secrétariat de la SHMESP avant le 15 avril 2021, délai de rigueur, exclusivement par courrier électronique à secretariat@shmesp.fr. Elles doivent être accompagnées d’un résumé d’une page, à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte. Les sociétaires intéressés sont invités à prendre attentivement connaissance des grandes orientations fixées par le comité scientifique. Celui-ci fera connaître d’ici fin mai les contributions retenues.

Nous rappelons que la Société ne prend pas en charge les frais des intervenants. Des bourses sont toutefois proposées aux doctorantes et doctorants, ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs, qui interviendraient lors de ce congrès.

Les actes des congrès de le SHMESP paraissent régulièrement à l’occasion de l’Assemblée générale de l’année qui suit, grâce notamment au travail des responsables des publications. Les collègues qui proposent une communication s’engagent donc moralement à publier leur texte en le rendant dans les délais imposés par ce calendrier serré, soit le pour 1er octobre 2022, et en respectant le nombre de signes défini par les responsables des publications ainsi que les normes de la collection.

Nous encourageons vivement les jeunes chercheurs à participer à ce congrès. Les directeurs de thèses sont donc invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés.

En espérant que cet appel retiendra votre attention, nous vous prions d’accepter, chères et chers collègues, l’expression de nos sentiments dévoués,

Argumentaire scientifique

Le thème du congrès de la SHMESP en 2022 tient en un seul mot : succéder. Un verbe, qui, selon le dictionnaire, signifie « prendre la suite de quelqu’un dans un emploi, une charge, une dignité, une fonction ». Il s’agit donc d’une action, d’un phénomène que l’on propose d’observer ici depuis la perspective de l’acteur, que ce dernier soit une personne – celle ou celui qui succède, donc – ou une institution, une œuvre ou encore une idée. Le thème n’inclut pas la transmission et les façons dont celle-ci est réglée par qui s’assure une postérité. Il ne peut être restreint, non plus, à « recevoir » ou à « hériter » : succéder suppose de s’inscrire activement dans une chronologie et de définir sa propre identité en regard d’une entité disparue.
L’importance de la succession à l’époque médiévale doit être soulignée, bien que l’objet « succéder », sur les aspects duquel il existe un grand nombre de travaux, n’ait guère été thématisé comme tel. Diverses notions médiévales ou d’apparence médiévale ont été plus travaillées pour qualifier l’enchaînement, le relai ou le séquençage temporel au sein de la société, notamment dans ses expressions politiques, religieuses et culturelles : « tradition », « réforme », « rénovation » ou « translation ». Toutes témoignent, on le sait, de ce que les institutions du temps répondaient à un besoin de changement sans bouleverser leurs cadres de référence ou, du moins, sans assumer de le faire – parfois dans l’espoir affiché du retour à un état de stabilité antécédent, jugé meilleur. Des travaux récents ont nuancé et enrichi notre connaissance de l’usage contextuel de ces concepts. Qu’en est-il de succéder ? La notion est sans doute plus historienne que médiévale, plus étique qu’émique. Toutefois, le verbe est bien attesté dans les sources françaises de la fin du Moyen Âge, où il désigne d’abord le fait de prendre la suite de quelqu’un – mais cette observation superficielle ne doit pas masquer la nécessité d’une réflexion sur la sémantique de la succession.
Comment succède-t-on ? Quels mécanismes de légitimation, de récupération ou de distanciation met-on en œuvre pour s’assurer une place singulière au terme d’une série ? Pourquoi se présenter ou présenter quelqu’un d’autre, une institution, une ville, une école de pensée, comme la suite d’une entité dont la spécificité est désormais en partie abolie ? Prétendre « succéder », c’est vouloir donner l’impression que coexistent ce qui n’est plus et ce qui est : c’est un outil tout à la fois fort simple et très efficace pour résoudre l’équation de la continuité et du changement, en inversant le fil du temps ou, du moins, en en atténuant la brutalité : le présent n’abolit plus le passé, mais le prolonge sous des modalités neuves. La notion est tout entière contenue dans un paradoxe temporel renvoyant deux objets qui ne peuvent coexister à une seule identité. Le Dictionnaire de Furetière, en 1690, illustre ainsi le terme « succéder » par l’exemple concret des crans d’une roue ou d’une horloge, lesquels « se succèdent, entrent l’un après l’autre dans leur pignon ». Il peut alors étendre la définition à une lecture figurée du verbe : « succéder se dit aussi, en morale, des charges, des dignitez et d’autres places où on entre l’un après l’autre ». Le rôle de successeur revient à prendre possession et à gérer le bilan d’un autre, en se glissant dans les pas et les fonctions identifiées de ce dernier, quitte à le désavouer. La succession peut susciter quelque ambiguïté aux yeux des observateurs, contemporains comme modernes. Pensons à cette ferme détenue pendant quatre cent cinquante ans par un paysan nommé Johannes Hooss . Non que, tel un patriarche, le même homme ait vécu un demi-millénaire : il s’agit bien sûr d’une succession de père en fils, étayée de la transmission d’un nom. Exemple saisissant qui témoigne de ce que, jusqu’aux derniers siècles du « long Moyen Âge », la succession était lourdement réglée et donnait à une partie du monde les apparences de l’immobilité et de l’automaticité, tels des crans entrant dans leur pignon. Mais exemple qui ne doit pas masquer la complexité de l’action de succéder à l’époque médiévale.

Les premières pistes que l’on propose à la réflexion peuvent être ordonnées en trois ensembles.

  1. Légitimation et revendication : succéder selon un ordre
    La rigoureuse série des fils Hooss pointe l’ordre et le formalisme qui règlent souvent la succession familiale et la succession dynastique dans les sources médiévales. Attachés à la notion de continuité, les documents relatant la longue hérédité des rois et princes présentent régulièrement cette dernière comme immémoriale et nécessaire. En Occident, l’avènement royal, moment exemplaire de la succession, ne doit-il pas se dérouler conformément à un ordre consigné dans un manuscrit appelé, précisément, ordo ? Ne trouve-t-on pas de même, dans le monde byzantin, une fameuse Codification de l’ordre du Palais, plus couramment désignée comme le Livre des Cérémonies ? Au service de cet ordre successoral et, donc, au cœur du thème de la rencontre, pointe la question de l’ascendance : la production de littérature généalogique, courante au Moyen Âge, permet de documenter successions et filiations. Construction et reconstruction de listes, énumérations et désignations du rang, d’une place dans un ordre lignager, matérialisent l’idée de suite. On aurait vite fait de croire en l’existence d’un ordre « naturel » de la succession, dont la continuité dynastique serait le paradigme. Mais cet ordre ne doit pas faire illusion : l’ordre successoral est un enjeu et un lieu de tensions plus qu’une structure contraignante. D’ailleurs, ne cherche-t-on pas, dans le Songe du Vergier, le nom de ce roi grec très puissant dont « toutevoies nous lisons que son propre filz ne luy succeda mie, mez le filz d’une jonglerresse» ? Des successions étonnantes se produisirent au cours du Moyen Âge : le fils d’une jongleuse devenant roi, peut-être pas bien souvent, mais il était des usurpations, des avènements imprévus, des successions empêchées, contestées, refusées – parfois même par leur récipiendaire, le successeur ne voulant pas l’être. A contrario, il était des successeurs se présentant comme tels mais qui, pour finir, n’étaient pas acceptés (pensons aux « antipapes », soit ceux qui ont obtenu et exercé la fonction de pape mais que l’histoire ne reconnaît plus aujourd’hui comme tels, parce qu’un concurrent l’a emporté).
    La succession dynastique n’est pas nécessairement familiale – comme l’exemple des papes vient le rappeler –, unique, ni même masculine : des successions électives existent, des successions collectives sont attestées. Des lois successorales organisant le partage ou la possession en commun (indivision) ont prévalu des siècles durant. Mais il arrive tout aussi bien qu’aucune norme ne soit disponible en la matière ou, au contraire, que les règles soient multiples et concurrentes. Les modalités de la succession sont, de fait, évolutives et elles font l’objet de choix : à l’époque mérovingienne, en particulier, il arriva que l’on inventât une norme successorale dans le moment même où l’on prétendait la respecter. À l’autre extrémité du Moyen Âge, la succession royale française, à l’aube de la guerre de Cent Ans, paraît plus ouverte qu’on ne le croirait après coup : elle fait l’objet d’une même application inventive de l’usage et de la loi, qui se trouvent mobilisés, modelés voire inventés pour asseoir une revendication aux dépens d’une autre. De l’ordre « naturel », il faut en effet s’écarter pour porter son regard sur les rapports entre normes et pratiques de la succession, sur la distance qui les sépare et sur les libertés prises par la personne nouvellement intronisée comme sur celles qui peuvent lui être accordées. La bâtardise, notamment, induit un dysfonctionnement révélateur de la tension entre normes, souvent hostiles à sa succession, et pratiques, dont on observe, empiriquement, qu’elles peuvent être accommodantes : il est des bâtards légitimés qui deviennent héritiers.
    D’aucuns répugnent pourtant à considérer comme successeur celui qui prend la suite sans respecter la règle – il est alors qualifié d’usurpateur. La succession est en réalité toujours envisageable, par la capacité génératrice du conflit : on peut contester les procédures, contester la succession, contester le successeur. La revendication du titre et la prise de fonction sont des moments de tension, de faiblesse, voire de crise. Ils peuvent être violents – voir les « guerres de Succession », considérées comme un objet en soi dans la classification polémologique commune, visible sur Wikipédia, par exemple –, aussi bien dans un contexte dynastique qu’entrepreneurial. Car succéder est une opération, soumise à accident : malgré un ordre établi, la succession est soumise à l’imprévisible. Mieux qu’« hériter », « succéder » permet ainsi de réfléchir aux nœuds, aux tensions, aux dysfonctionnements et même à la façon dont on prend possession ou se départit de l’héritage.
  2. Entre inventaire et nouvelles propositions : succéder, récupérer
    On propose, par ce thème, de placer les pratiques de la succession au cœur des observations. De nombreux travaux ont déjà abordé les ressorts de la transmission patrimoniale et dynastique dans la société médiévale (à travers les constitutions d’apanages, par exemple), sous l’angle de l’édification légale comme sous l’angle des rituels. Il s’agirait ici de se pencher sur l’acte consistant à recueillir et récupérer, à faire le bilan d’une activité ou d’une fonction passée pour la tenir à son tour et, potentiellement, l’adapter. La succession renvoie, de fait, à de nombreux domaines de l’action humaine : dynastique ou politique, certes, mais également économique à travers les unités de production, les ateliers ou encore les compagnies commerciales. Elle s’appuie sur des sources spécifiques : on pense, notamment, à l’inventaire, au bilan économique, aux comptes que l’on tient. Succéder implique de gérer ce qui est reçu et de l’assumer. Comment se forme-t-on à prendre la suite d’une activité, qu’elle soit gouvernementale, artisanale ou commerciale ? Le problème de la formation se pose et, à travers lui, la question d’institutions dont l’une des fonctions est celle d’assurer à de plus jeunes la capacité de succéder : écoles et studia, ateliers et botteghe, et l’on en passe.
    La reprise et la suite donnée ne tiennent toutefois pas au seul successeur : cet acteur dépend, souvent, des collaborateurs de celui ou celle qu’il remplace et doit, presque toujours, ménager les « publics » de la succession (sujets d’un royaume, mais aussi clients d’une activité commerciale, élèves d’un maître), qu’il s’agit de rallier, de convaincre ou de gérer en tant qu’ils sont conservateurs et garants d’une qualité passée. Ainsi, quand le maître d’œuvre d’un bâtiment vient à être remplacé, dans quelles limites le nouveau venu peut-il innover sans trahir le commanditaire ? Que fait-il des modèles laissés ? Sous quelles conditions peut-il se revendiquer d’une filiation technique avec celui dont il prend la place ? La question est d’autant plus complexe que, dans le domaine artisanal, la succession est bien souvent collective : l’arrivée d’un nouvel ordonnateur sur un chantier signifie que le relai est pris non pas par un seul homme, mais par une équipe, peut-être en partie la même, en partie une autre. Observer les pratiques du successeur, c’est aussi une façon de poser la question de l’inventaire, conçu comme une médiation entre le patrimoine laissé et le patrimoine reçu. L’objet et son établissement permettent d’interroger les modalités de la prise de possession mais également les obligations et les stratégies qui organisent son évitement : dans quels cas est-il opportun, voire nécessaire, de refuser une succession ? On observe, dans plusieurs espaces, la coutume invitant une partie des enfants à refuser un héritage pour protéger le douaire de leur mère. Au-delà du pragmatisme, le refus de succéder revêt une grande valeur symbolique : qu’on pense, par exemple, à l’écho donné à l’épisode de la « dénudation » de François d’Assise, renonçant à la succession de l’entreprise drapière de son père, en 1206, pour se conformer à une vie de dénuement – épisode dont la popularité est rendue par un abondant corpus biographique dès avant la fin du XIIIe siècle et, bien sûr, par les fresques de Giotto à Assise. Se placer du côté du successeur amène à considérer les tensions apparaissant entre gestion d’un patrimoine (financier, technique ou symbolique) et adaptation à des conditions matérielles ou sociales changeantes.
    Le successeur doit définir sa marge de liberté en regard de pratiques reçues mais aussi de personnels hérités, que l’on peut renouveler (participants au gouvernement comme personnel employé). Car succéder fait se heurter l’individu au passé qu’il récupère : l’un des premiers actes de Louis le Pieux, quand il prend la tête de l’Empire, en 814, est précisément d’écarter du pouvoir une large part des conseillers de Charlemagne, dont ses cousins Adalard et Wala, incités à un exil monastique. La succession fait apparaître des antagonismes relevant de la loyauté, des intérêts ou de l’appartenance générationnelle. Les modifications du statut individuel qu’implique la récupération des charges, des bilans et des responsabilités imposent une reconfiguration des rapports interpersonnels, dans un cadre professionnel comme amical ou familial. Pensons, par exemple, au lien fraternel venant se substituer au lien parental ou marital, lorsque des hommes prennent la succession d’un père ou d’un mari défunt, auprès de leur sœur.
  3. Identifier et comparer : la création du successeur
    La succession doit enfin faire l’objet d’une acception métaphorique. Il est impérieux d’intégrer à cette thématique une approche culturelle et, notamment, historiographique. Dans le contexte médiéval, où la notion moderne de l’auteur est absente, la production intellectuelle et tout particulièrement l’écriture de l’histoire paraissent le domaine même de la succession – dans le monde occidental, où maints prologues mettent en scène le chroniqueur évoquant son devancier, dont il est le « continuateur », comme à Byzance, où abondent continuateurs et continuations (voir Théophane ou Skylitzès), et comme dans le monde islamique, où l’on observe la fréquence et la légitimité de la pratique du dhayl (continuation). Il y a là l’inscription dans une chaîne – où les contemporains sont « des nains sur des épaules de géants », selon la fameuse formule de Bernard de Chartres qui, soit dit en passant, pense la succession comme cumulative, comme une addition plutôt que comme un remplacement. Mais cette succession consciente et parfois revendiquée n’est pas propre à l’historiographie : elle est attestée, selon des modalités et à des degrés divers, dans tous les domaines de la production intellectuelle médiévale.
    À partir de quels critères et dans quelle démarche explicative les chroniqueurs, historiographes, philosophes médiévaux (ou plus récents) établissent-ils les liens de succession quand ceux-ci ne sont réglés ni par la filiation, ni par la loi ? Il est des successions d’individus, mais aussi des successions d’écoles, d’artistes, de normes, pour lesquelles il revient au public d’estimer les similitudes ou les continuations de certaines théories, œuvres ou structures sociales. La question du style artistique et celle de l’emploi et du remploi de certains matériaux et même de certains bâtiments illustrent la possibilité d’une traduction matérielle de ces successions. Souvent, ces successions abolissent l’impératif de continuité chronologique ou jouent avec lui. Les débuts de l’humanisme en sont un exemple aisé, plusieurs auteurs du XIVe siècle étant présentés par leurs contemporains comme les successeurs des grandes plumes antiques. Dans le domaine historiographique, les notions de translatio imperii et de translatio studiorum révèlent le besoin cognitif de créer une continuité des puissances ou des centres en imaginant leur succession, empêchant une vacance.
    La succession spirituelle développe des mécanismes similaires à ceux de la succession intellectuelle, mêlant transfert de connaissances, d’autorité et d’élection pour définir une identité commune perdurant au-delà des générations. Elle peut s’appuyer sur des critères inintelligibles fondés sur le sentiment, mais également sur des conditionnements pratiques. La règle de succession du bouddhisme tibétain, par exemple, s’oriente dès le XIIIe siècle vers le principe de la réincarnation, permettant d’éloigner les monastères des réseaux familiaux – et d’orienter, dans certains cas, le choix de l’enfant élu en fonction des difficultés que la communauté essaye alors de résoudre. À l’inverse, la succession spirituelle peut passer par l’hérédité familiale, notamment dans le monde islamique. Dans les milieux spirituels, la succession dans la sainteté, qualité que l’on hérite généalogiquement, renvoie, en même temps, à des positionnements doctrinaux et textuels, peu formalisés : il en résulte tensions et conflits pour succéder au magistère exercé par le maître. En Occident aussi, la succession religieuse est une question essentielle et, souvent, une importante matrice politique : devenir abbé ou évêque renvoie à une continuité non familiale, mais en esprit, aux implications matérielles et collectives indéniables.
    L’historiographe peut choisir de rendre compte par l’écrit des raisons de cette transmission, notamment lorsqu’il répond à la commande du successeur décrit. C’est à lui que revient de déterminer les causalités rendant cette suite légitime ou non, voire nécessaire. La succession est un fragment de l’histoire – entendue non plus comme discipline du savoir mais comme enchaînement des faits se succédant. Des faits, et des individus. On interprète comme une succession l’enchaînement des générations. Pères et fils, mères et filles, paraissent se suivre et se remplacer : sont-ils trahis par leur ressemblance physique, porteurs du même charisme ? Le successeur offre-t-il l’image de celui qui le précède ? D’individuelle, l’échelle d’observation peut devenir collective, voire globale, en envisageant cette forme de succession, interrogée dans les Écritures et bien pensée par les médiévaux, qu’est le renouvellement des générations (voir Bernard de Chartres, encore) et des « âges ».
    Mais on peut aussi décider de voir en quelqu’un le successeur d’une autre figure, éloignée – figure ancienne et prestigieuse, de préférence, comme dans l’incipit de La Chartreuse de Parme : « Le 15 mai 1796, le général Bonaparte fit son entrée dans Milan à la tête de cette jeune armée qui venait de passer le pont de Lodi et d’apprendre au monde qu’après tant de siècles César et Alexandre avaient un successeur. » Le Moyen Âge avant Stendhal raffolait de ce trope du « successeur » qui permettait de penser et de légitimer les figures contemporaines, de les mesurer à l’aune du passé – entre mille exemples, citons celui, humaniste, de Pétrarque faisant de Stefano Colonna le Jeune un nouveau Théodose. Plus généralement, c’est ainsi que fonctionnent les successions symboliques : d’un général mort mille ans plus tôt à un autre, son successeur ; ou d’une ville à l’autre, Constantinople faisant figure de nouvelle Rome ; voire, dans le domaine du mythe, l’idée que des figures mythologiques s’enchaînent, comme se succèdent les âges de l’histoire de l’humanité (au nombre de quatre, souvent) ou les régimes politiques.
    On le voit, c’est sans renoncer aux diversités des temps, des lieux, des domaines de l’histoire humaine et des acceptions – du littéral au métaphorique du terme – mais en tenant fermement son sens que l’on espère pouvoir éclaircir cette question à l’échelle de tout le Moyen Âge.

Argumentaire_.pdf

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journée d’étude] Vieillesse et pouvoir dans l’Occident médiéval : démographie, stratégie et idéologie, 2 avril 2021, 10h-16h (visioconférence)

Organisation

Emmanuelle Santinelli  (emmanuelle.santinelli@uphf.fr) et Gilles Lecuppre (gilles.lecuppre@uclouvain.be)

Comité scientifique

Martin Aurell, Geneviève Bührer-Thierry, Alban Gautier, Régine Le Jan, Pierre Monnet, Agostino Paravicini-Bagliani

Lien Zoom : https://zoom.us/j/95312229007

 

Programme

10 h : Gilles Lecuppre (Louvain), Emmanuelle Santinelli-Foltz (UPHF, Valenciennes) – Introduction

10h 30 : Emmanuelle Santinelli-Foltz (UPHF, Valenciennes) – Reines et rois mérovingiens « pleins de jours » : parcours et enjeux

11h : Philippe Depreux (Hambourg) – Ils sont venus, ils sont tous là… Dans l’attente de la mort du vieux roi, des temps carolingiens au triomphe de la primogéniture.

11h 30 : Laurence Leleu (Arras) – La vieille et les jeunes. Réalités et représentations de la régence de l’impératrice Adélaïde pendant la minorité d’Otton III

13h 30 : Isabelle Ortega (Nîmes) – Anciens homs, sachanshoms et autres vieillards : la participation des plus âgés au pouvoir dans la principauté de Morée (XIIIe-XIVe siècles)

14h : Christelle Loubet-Balouzat (Nancy) – Les dernières années de Mahaut, comtesse d’Artois (1319-1329) : une vieillesse invisible ?

14h 30 : Alexandra Beauchamp (Limoges) – « com vós, senyor, siats jove […] e fonament de bon príncep sia aver bon consell ». Le statut de « vieil » oncle du roi comme source d’autorité ? Discours et attitudes envers la vieillesse de l’infant Pierre, du roi Pierre IV et de la famille royale d’Aragon au XIVe siècle.

15h : Amandine Le Roux (Evry) – Les vieux officiers de la Chambre apostolique (XIVe – XVe siècles), une expertise au service de l’Église et des églises.

Source et lien vers l’affiche : Les carnets du LAMOP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Doctoriales de la MOM, 16 mars 2021

Les Doctoriales de la MOM se tiendront le 16 mars prochain via la plateforme Zoom.

Cette journée sera l’occasion pour les doctorants.e.s des quatre laboratoires de la MOM de s’exprimer sur leurs sujets de recherche autour de deux temps forts (programme en pièce jointe) :

-de 9h30 à 12h, quatre doctorant.e.s présenteront leurs recherches en lien avec la thématique de l’altérité. Vous trouverez leurs résumés sur le site internet de la MOM.

-de 14h à 16h, des doctorant.e.s de 1ère et 2ème année se succèderont pour présenter leurs projets de recherche qui s’inscrivent dans un panorama géographique et chronologique particulièrement varié.

La journée se clôturera par la présentation des deux nouveaux Labos Juniors de la Maison de l’Orient : « (Co)Habiter » et « Nomad’s Land ». Pour suivre cet évènement, merci de vous inscrire en ligne via le formulaire suivant afin de recevoir le lien pour vous connecter : 

https://framaforms.org/doctoriales-de-la-mom-2021-1614604234

Source : Comité d’organisation des Doctoriales de la MOM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Conférence] 3ème Forum du GIS MOMM « Au-delà des frontières. La recherche française et les nouvelles circulations régionales des savoirs au Maghreb et au Moyen-Orient », 23, 30 mars et 6 avril

Forum en ligne – 23 mars, 30 mars et 6 avril 2021
Inscriptions 

Depuis 2016, le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans organise, en alternance avec son Congrès, un Forum annuel, visant à engager un débat large sur un aspect particulier lié aux pratiques de la recherche sur le Maghreb, le Moyen-Orient et les mondes musulmans. Après la question de l’enseignement (Enseigner les mondes musulmans, Lyon 2016), et celle des nouvelles formes d’écriture de la recherche, notamment numériques ((D’)écrire les mondes musulmans au XXIe siècle, Aix-en-Provence, 2018), le Forum 2020-21 sera l’occasion de s’intéresser aux dimensions régionales et aréales des recherches menées aujourd’hui concernant le Maghreb, le Moyen-Orient et les mondes musulmans.

À l’heure du tournant global de la recherche en sciences humaines et sociales, quelle peut être la pertinence des recherches menées à une échelle régionale, qui ne se cantonnent pas au seul cadre national, sans pour autant se situer à une échelle mondiale ? Quelles représentations régionales et aréales sont encore à l’œuvre dans les découpages épistémologiques et académiques qui innervent la recherche en France ? Dans quelle mesure sont-elles convergentes ou en décalage avec les dynamiques transnationales de la recherche ailleurs en Europe, dans le monde, et tout particulièrement au Maghreb et au Moyen-Orient ?

Au-delà de ces enjeux scientifiques, le Forum a pour ambition d’ouvrir un espace de travail commun rassemblant les laboratoires de recherche métropolitains membres du GIS, les UMIFRE du Maghreb et du Moyen-Orient, et un certain nombre d’acteurs locaux ou régionaux de la recherche. Accompagné de la publication d’un Cahier du GIS MOMM consacré aux dispositifs de recherche mis en place dans la région par l’Allemagne, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, ce Forum s’inscrit dans le travail mené par le GIS depuis 2017 sur les conditions de la recherche au Maghreb et au Moyen-Orient en temps de crise et permettra de poursuivre le dialogue sur ces sujets avec les pouvoirs publics.

L’organisation de ce Forum a bénéficié d’un soutien financier de la DGRI du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (plan SHS 2019).

23 mars 2021

9h15 Introduction, Eric Vallet & Elise Massicard (GIS Moyen-Orient et mondes musulmans)

9h30-11h Table-ronde 1 : Les instituts européens au Moyen-Orient : état des lieux et perspectives

11h15-12h45 : Table-ronde 2 : Favoriser le travail en réseau entre les UMIFRE : l’expérience de SOCOSMA (Séminaire d’Observation du Covid-19 dans les sociétés du Monde Arabe) et des Observatoires urbains.

14h-16h : Table-ronde 3 : La circulation des savoirs entre Europe et Moyen-Orient à l’âge du numérique : traduction et édition, recherche et réseaux sociaux

16h Conclusions

30 mars 2021

9-12h : Table-ronde 4 : La recherche française et les nouvelles circulations régionales des savoirs : Égypte, Proche-Orient, péninsule Arabique

6 avril 2021

9-10h30 : Table-ronde 5 : La recherche française et les nouvelles circulations régionales des savoirs : Maghreb

11h-13h : Table-ronde 6 : La recherche française et les nouvelles circulations régionales des savoirs : mondes turc et iranien, Asie Centrale

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Colloque] Rome, 11-12 Mars 2021 : Église(s) et vies des grands hommes. Les renouvellements de la biographie religieuse entre Renaissance et réformes

Les 11 et 12 mars 2021 aura lieu le colloque international « Eglise(s) et vies des grands hommes »,  organisé dans le cadre du projet de recherches quinquennal Hommes illustres.

Il se tiendra en format hybride. Pour obtenir le lien de connexion, contacter Cécile Caby ou Grazia Perrino.

Présentation :

  • La représentation en série des « grands hommes » se déploie tous azimuts dans la production littéraire et artistique de l’Europe, entre fin du Moyen Âge et première modernité, devenant un instrument d’exaltation d’individus contemporains, une modalité d’écriture de l’histoire du temps présent et de mise en scène de la gloire et du triomphe des institutions. Loin de se cantonner aux portraits des princes et des rois, des hommes de guerre ou des lettrés et artistes laïcs, le motif des hommes illustres pénètre au cœur de l’institution ecclésiale de deux façons parallèles et souvent entrelacées :

    –         D’une part, les catalogues d’hommes illustres quels qu’ils soient (recueils, cycles peints ou gravés etc.) englobent en leur sein des papes, évêques, frères et autres clercs, sans parler des hommes d’armes au service de la respublica christiana, incorporés à un titre ou à un autre aux formes de la gloire du présent ;

    –         D’autre part, l’Église romaine ou certains groupes en son sein – comme les ordres religieux –, puis les différentes Églises réformées surent capter à leur profit les potentialités de cette nouvelle forme d’écriture biographique et historique qui dépassait en réalité les seules collections d’hommes illustres, pour se déployer largement dans toutes les déclinaisons de la rhétorique eulogique.

    Ainsi, s’interroger sur les renouvellements de la biographie religieuse entre Renaissance et réformes permet de parcourir deux pistes d’analyse, trop souvent oubliées dans l’historiographie : l’une relative à l’évolution des formes de représentation des mondes ecclésiaux et de leur histoire au travers des portraits d’hommes illustres, l’autre attentive à la promotion des nouvelles pratiques culturelles humanistes au service de la construction et de la promotion des identités religieuses.

    Dans les deux cas, les enjeux pour l’appréhension des relations entre pratiques humanistes et institution ecclésiale sont cruciaux, que ce soit à la curie romaine dès le tournant des XIVe et XVe siècles ou dans les multiples foyers de la diffusion humaniste dans l’Europe du XVIe siècle, a fortiori lorsque le motif des hommes illustres devient un instrument stratégique dans les conflits entre l’Église romaine et les nouvelles Églises issues des réformes protestantes.

    Dans ce cadre programmatique, diverses questions pourront être envisagées, comme par exemple :

    –         De quelle façon les clercs et serviteurs de l’Église sont-ils incorporés dans les principales collections humanistes d’hommes illustres ? Dans quels types de contextes (discursifs, iconographiques etc.) sont-ils exaltés comme grands hommes ?

    –         Par quels moyens le registre des hommes illustres fut-il acclimaté au service de l’écriture d’une l’histoire et d’une exaltation des grands hommes des églises du temps présents ? Quels rapports ce registre entretint-il avec d’autres formes de biographie religieuse, notamment l’hagiographie, et d’autres formes d’exemplarité ?

    –         Quels individus ou quelles fonctions (pape, évêques, abbés ou serviteurs des prélats) ou statuts (lettrés, orateurs/prédicateurs, mystiques etc.) furent-ils choisis de préférence pour célébrer la gloire des églises ?

    –         Par quels vecteurs et selon quelle chronologie ce registre s’est-il diffusé à l’échelle européenne, en particulier après le concile de Trente ou dans le cadre des nouvelles réformes protestantes ? Peut-on distinguer des modèles communs ou, au contraire, des spécificités ?

    –         Comment ces modèles s’articulent-ils avec une pensée de la réforme religieuse et comment l’exaltation de la gloire présente s’articule-t-elle dans ces portraits, biographies ou catalogues biographiques religieux à celle de l’aspiration à l’unique gloire céleste ?

    Avec la participation de Susanna Allès Torrent, Thierry Amalou, Concetta Bianca, Luca Boschetto, Marion Deschamp, Johannes Helmrath, Anne Huijbers, Alessandra Malquori, Antonio Manfredi, Olivier Millet, Clémence Revest, Daniele Solvi, Amedeo de Vincentiis, Philipp Zitzlsperger

    Comité scientifique : C. Bianca, C. Caby, E. Crouzet-Pavan, C. Revest

    Institutions partenaires : École française de Rome, CIHAM (UMR 5648), École normale supérieure de Lyon; avec la participation du Centre Roland Mousnier.

    Programme complet

Source de l’information : Carnet Hypothèses Hommes Illustres.

 

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Cycle de 11 Webinaires] Usages modernes de l’écrit médiéval, 5 mars-7 juin 2021

Présentation

Comment les gens de l’époque dite moderne ont-ils perçu, lu et compris, conservé, utilisé ou négligé, voire détruit, les écrits que nous qualifions de médiévaux ? Inscrit dans le cadre d’une délégation CNRS consacrée à l’approche diachronique de la documentation médiévale, ce cycle de webinaires réunit des médiévistes et des modernistes, désireux de réfléchir à ces questions et enjeux de réception.

Coordination :

Sébastien Fray, MCF en Histoire du Moyen Âge à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne, membre du LEM-CERCOR (UMR 8584), accueilli en délégation à l’IHRIM (UMR 5317)

S’inscrire/Se connecter :

Pour recevoir le lien de connexion Zoom, inscrivez-vous en envoyant un message à sebastien.fray@univ-st-etienne.fr

Affiche et programme

 

Source : IHRIM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Conférence] J. Bonnéric, Islam & Christianity in the Gulf (7th-9th c.) in Light of the last Excavations in Failaka & Beyond, conférence CEFREPA, Islam: History and Society, en ligne, 21 fév. 2021

The history of Islam and Christianity in the Arab-Persian Gulf was based mainly on written sources. However, archeaological discoveries have also offered many insights that attempt to define the religious landscape of the area from the 7th to the 9th century. It is not always possible to identify the faith of the inhabitants when excavating a settlement, and such identifications are only allowed with the discovery of structures such as place of worship or a burial area, or specific objects such as crosses for Christians, and possibly the study of dietary habits. But excavations help to reconsider the decline of Christianity, in particular at the monastery of al-Qusur on Failaka Island (Kuwait), and to better characterize the Christian and Muslim populations.

 

Dr. Julie Bonnéric is an associate researcher at CEFREPA-Kuwait. She is a specialist of Islamic archaeology with a specific emphasis on religious anthropology. She is currently the heaf of the French-Kuwait archaeological mission at Faylaka.

Dr. ‘Awad al-Assiri (Najran University) is a historian of jewish and christian communities in the Early Islamic Period and Southern Arabia (Najran).

The lecture will be held online in English via Zoom.

Sunday, 21 February 2021

4.00 PM (GMT +3:00) Kuwait

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journée d’étude] Les structures matérielles de la route médiévale, Lyon et en ligne, 30-31/03/2021

Journée d’études CIHAM-Archéorient : « Les structures matérielles de la route médiévale (Terre d’Islam, monde méditerranéen) », 30-31 mars 2021

Journées d’études CIHAM-Archéorient dans le cadre du projet Marges et avant-postes soutenu par la MSH Lyon St-Étienne

Coordination : Yassir BENHIMA, Sophie GILOTTE et Marie-Odile ROUSSET

En visioconférence, informations à venir sur le site du CIHAM.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] « Exclusion et communauté au Moyen Âge », séminaire des historien-nes médiévistes de l’Université Grenoble-Alpes, 4 février-4 mai 2021 [en ligne]

En ligne, via Zoom : https://cutt.ly/xhuBADc

De 17h à 19h
(Accessible à toutes et tous, sous réserve de connexion sous un nom clairement identifiable (l’accès est contrôlé par l’animateur-trice de la séance).

Télécharger le programme complet des séances

Organisation : Historien-nes médiévistes de l’Université Grenoble Alpes

Source : LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Webinaire] ScriptHis (Les scripturalités dans l’histoire), Strasbourg, Laboratoire ARCHE, 4 février-20 mai 2021

Programme 2020-2021 du séminaire ScriptHis :

 

Jeudi, 4 février (14h-16h) – Webinaire

Anne Rauner,docteure en histoire médiévale (ARCHE)

« Penser les documents nécrologiques médiévaux à l’échelle du système documentaire de la memoria

 

Jeudi, 4 mars (14h-16h) – Webinaire

Laurence Buchholzer-Remy, MCF en histoire du Moyen Âge (ARCHE)

« Combler l’absence et la distance: pratiques épistolaires municipales en Haute-Allemagne (XIIIe-début XVIe siècle) »

 

Jeudi, 15 avril (14h-16h) – Webinaire

Juliette Deloye, docteure en histoire moderne (ARCHE / U. Montpellier)

« Instituer le ministère des Affaires étrangères par l’écriture (XVIIIe-début du XIXe siècle) ».

 

Jeudi, 20 mai (14h-16h) – salle à préciser

Cléo Rager, docteure en histoire médiévale (LAMOP / U. Lille)

« Verba volant, scripta manent ? Les logiques de conservation de l’écrit municipal à Troyes à partir du XIVe siècle. »

Toutes informations sur le séminaire et sur les modalités de connexion  ici

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[visioconférence] Bénédicte Sère, Régimes de polémicité et débats à l’heure du Grand Schisme. Quelle écriture de l’histoire ? Séminaire de Cécile Caby, Lyon , 10 février 2021, 17h-19h

Dans le cadre du séminaire de Cécile Caby (Université Lumière Lyon 2), « Eglise et pratiques culturelles à la fin du Moyen Âge »,

Bénédicte Sère (Université Paris Nanterre) viendra parler de ses recherches sur le thème suivant :  » Régimes de polémicité et débats à l’heure du Grand Schisme. Quelle écriture de l’histoire ?« .

Horaire : Jeudi 4 février 2021, 17h-19h [visioconférence]

Renseignements auprès de Cécile Caby : cecile.caby[at]univ-lyon2.fr
 
Source : Cécile Caby

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque international] 1-3 février 2021 – Institut Pontifical d’Archéologie Chrétienne. Recherche en archéologie chrétienne, Antiquité tardive et haut Moyen Âge. IIe colloque international. En ligne.

Le IIe colloque international organisé par les doctorant-es de l’Institut pontifical d’archéologie chrétienne (PIAC) se tiendra en ligne du 1er au 3 février prochain, les après-midis. Il rassemblera doctorant-es et docteur-es autour de recherches en archéologie chrétienne, Antiquité tardive et haut Moyen Âge.

Lien du programme (pdf).

Accès libre sur Zoom, à partir du lien donné sur la page de l’évènement (site des doctorant.es du PIAC).

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Cycle de conférence] Chaire Averroès, IMéRA, Les langages politiques en Islam, janvier-avril 2021

Un cycle de conférences publiques imaginé par Sobhi Bouderbala, titulaire de la chaire Averroès (2020/2021) à l’IMéRA (Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université) et par Julien Loiseau, professeur des universités, histoire du monde islamique médiéval, Aix-Marseille Université avec le soutien de la Fondation de l’Islam de France et de l’initiative d’excellence A*midex, d’Aix-Marseille Université, en partenariat avec les Rencontres d’Averroès. 

La question du politique en Islam, de ses manifestations et de son rapport au religieux, reste l’un des thèmes majeurs qui animent les débats non seulement académiques, mais aussi publics et médiatiques. L’idée largement répandue est celle d’une religion foncièrement politique, d’un système où le politique et le religieux se confondent pour former un modèle théocratique, d’où l’incapacité de l’Islam à rejoindre la modernité. Ce paradigme, renforcé par les doctrines fondamentalistes, empêche une juste appréciation des pluralités des expériences politiques en Islam, de la nature séculière des pouvoirs ayant exercé dans le monde islamique. Ce monde, construit autour d’un empire, d’une économie globale, d’une culture politique, d’un univers visuel, d’un habitus social et d’un langage commun disparaît à l’aube du XXe siècle pour des raisons multiples – dont la crise des sociétés impériales et la construction des identités nationales –, laissant la place à ce qu’on appelle aujourd’hui le monde musulman, où le mot ‘islam’ ne désigne plus guère que la religion musulmane. Ce cycle de conférences se propose de réunir historiens, philosophes et spécialistes du Coran pour débattre de la nature du pouvoir politique en Islam, de la nécessité de « relire le Coran » en tenant compte du contexte politique et culturel dans lequel il a été codifié. Il s’agit de revenir aux premiers documents officiels de l’Islam pour comprendre la mise en place de politiques de gouvernement à l’adresse des différentes populations qui formaient l’empire islamique. Ces conférences publiques se proposent d’analyser quelques textes fondateurs d’éthique et de philosophie politique qui rompent avec la prédominance du théologique sur le politique et permettent d’apprécier une pensée politique en Islam largement ignorée. De nouveaux langages politiques en Islam s’élaborent aujourd’hui. Saurons-nous les découvrir et les comprendre ? Telle est la vocation et la raison d’être de ce cycle de conférences publiques.

  • 28 janvier // 18h-20h /Conférence à suivre en ligne 

Participer à la réunion Zoom :

https://us02web.zoom.us/j/86394773628?pwd=SGFIekJpM3ZyYWE0MEVNQlg4a2t0dz09

ID de réunion : 863 9477 3628

Code secret : 931769

Le califat à l’épreuve de l’histoire : retour sur la pratique du pouvoir dans la longue durée de l’Islam

par Sobhi Bouderbala* et Julien Loiseau** 

Peut-on parler encore de califat en Islam ? Si le terme est largement utilisé et admis pour définir la nature du politique, depuis son appropriation par les réformateurs musulmans du début du XXe siècle, l’analyse historienne permet de nuancer sa validité en mettant en exergue la pluralité des pratiques politiques sur la longue durée. Ou comment remettre en cause la prédominance du religieux dans la sphère politique en Islam ? 

* Sobhi Bouderbala, maître assistant à l’université de Tunis et titulaire de la chaire Averroès à l’IMéRA (Institut d’études avancées de Aix-Marseille université). Spécialiste des débuts de l’Islam et de papyrologie arabe, il a notamment édité (avec Sylvie Denoix et Matt Malczycki), New Frontiers of Arabic Papyrology Arabic and Multilingual Texts from Early Islam, Brill, Leyde, 2017. 

** Julien Loiseau est professeur des universités, histoire du monde islamique médiéval, et responsable du projet européen HornEast. Horn & Crescent. Connections, Mobility and Exchange between the Horn of Africa and the Middle East in the Middle Ages (ERC). Il est notamment l’auteur des Mamelouks XIIIe -XVIe siècle : une expérience du pouvoir dans l’Islam médiéval, Seuil, Paris, 2014. Il est co-auteur du livre (sous la direction de Vincent Lemire), Jérusalem : histoire d’une ville-monde des origines à nos jours, Flammarion, coll. Champs histoire, 2016.

  • 25 février // 18h-20h

Histoires et langages du Coran : autour du Coran des historiens 

par Mohammad Ali Amir-Moezzi*Guillaume Dye** et Sobhi Bouderbala 

Les études coraniques connaissent un essor important depuis quelques décennies, grâce au renouvellement des méthodes d’analyse et à la découverte de plusieurs codex coraniques du premier siècle islamique. La publication de la somme Le Coran des historiens en témoigne. Cette conférence reviendra longuement sur les différents langages du Coran, le processus de sa codification et le rôle du politique dans la canonisation du texte coranique. 

* Mohammad Ali Amir-Moezzi est professeur des universités, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE). Spécialiste du Coran et du chiisme. Parmi ses ouvrages, Le Coran silencieux et le Coran parlant. Sources scripturaires de l’islam entre histoire et ferveur, CNRS, Paris, 2011. Il est co-directeur du Coran des historiens, Les éditions du Cerf, 2019. 

** Guillaume Dye est professeur d’islamologie à l’Université libre de Bruxelles, spécialiste des études coraniques et de l’histoire des débuts de l’Islam. Il a notamment publié (avec Fabien Nobilio), Figures bibliques en islam, Fernelmont, Bruxelles, 2011. Il est co-directeur du Coran des historiens, Cerf, 2019. 

  • 18 mars // 18h-20h 

Gouverner l’empire : politique et administration dans les premiers temps de l’Islam 

par Sobhi Bouderbala et Arietta Papaconstantinou* 

S’étirant de l’Asie centrale à l’Espagne au VIIIe siècle, l’empire islamique a gouverné des populations variées et a absorbé les cultures antiques qui ont largement contribué à la formation de ce qu’on appelle la civilisation islamique. Des milliers de documents écrits en grec, copte et arabe témoignent de la mise en place d’une administration impériale dont les mécanismes répondent au souci de diriger des sociétés cosmopolites, largement connectées, créant ainsi une nouvelle éthique de gestion des choses et d’administration des hommes. 

* Arietta Papaconstantinou, Associate Professor à l’université de Reading (Angleterre), spécialiste de l’histoire religieuse, sociale et économique du Proche-Orient antique et médiéval. Elle est notamment l’auteure du Culte des saints en Égypte des Byzantins aux Abbasides : l’apport des inscriptions et des papyrus grecs et coptes, CNRS, Paris, 2001. Elle a édité Writing ‘True Stories’. Historians and Hagiographers in the Late Antique and Medieval Near East, Brepols, Turnhout, 2010.

  • 16 avril // 18h-20h 

Conseiller et penser le politique en Islam 

par Makram Abbès* et Sobhi Bouderbala 

Les premiers textes fondateurs de la pensée politique en Islam voient le jour dans les capitales impériales (Damas puis Bagdad), de la plume de secrétaires et conseillers fins connaisseurs des expériences politiques du Proche-Orient et de ses langues, notamment le grec et le persan. Cette tradition s’ancre durablement dans l’univers politique de l’Islam et se consolide avec l’écriture des premiers traités de philosophie politique à partir du IXe siècle, donnant naissance à un débat fondamental entre théologiens et philosophes sur la nature du politique en Islam. 

*Makram Abbès, professeur en études arabes à l’École normale supérieure de Lyon, spécialiste de philosophie arabe et des questions théologico-politiques en Islam. Auteur de nombreux ouvrages dont Islam et politique à l’âge classique, PUF, coll. Philosophies, 2009 ; et Al-Māwardī, De l’éthique du Prince et du gouvernement de l’État, Les Belles Lettres, coll. Sagesses médiévales, 2015.

 

La chaire Averroès* Créée en 2018 à l’initiative de Thierry Fabre, dans le cadre du programme Méditerranée de l’IMéRA (Institut méditerranéen de recherches avancées), la chaire Averroès a pour objectif d’ouvrir un espace à la pensée critique dans l’Islam contemporain. Loin des orthodoxies et des obscurantismes, il s’agit d’explorer de nouveaux territoires de la pensée. À partir d’une approche résolument inter-disciplinaire et d’un questionnement centré notamment sur l’Islam méditerranéen, la chaire Averroès a pour vocation d’accueillir chaque année à Marseille des chercheurs de rang mondial. 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] Anthropologie économique de l’Occident médiéval

Séminaire dirigé par Laurent Feller.

Les mercredis en quinzaine, salle Perroy 15 h 00 – 17 h 00.

Programme des séances :

  • 6. Mercredi 20 janvier, Cédric QUERTIER (CNRS-Lamop) : Guerres et richesses d’une nation : les Florentins à Pise au 14e siècle.
  • 7. Mercredi 3 février, Skarbimir PROKOPEK : Les usages de l’argent à Gênes au Moyen Âge
  • 8. Mercredi 17 février : Laurent FELLER, 1. Le travail des femmes à la campagne au Moyen Âge (fin). 2. Le village des historiens (fin).
  • 9. Mercredi 3 mars, Anne-Laure ALARD : La reconstruction du Vexin français
  • 10. Mercredi 17 mars : Thomas LABBÉ : Climat et crises de la fin du Moyen Âge
  • 11. Mercredi 31 mars : Denise BEZZINA (Centre Roland Mousnier) : Artisans et artisanat à Gênes aux 12e et 13e siècle.
  • 12. Mercredi 5 mai : Laurent FELLER (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Mesurer la valeur des choses au Moyen Âge.
  • Mercredi 19 mai : Laurent FELLER (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Travail et richesse au Moyen Âge.

Source: Les carnets du LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Seminar in the History of the Book 2021, Bodleian Libraries

Seminar in the History of the Book, Hilary Term 2021
Fridays at 2:15pm (GMT)

On-line: register to receive a link to each meeting, by e-mail to: bookcentre@bodleian.ox.ac.uk

Conveners: Cristina Dondi (Lincoln College, Oxford) and Alexandra Franklin (Bodleian Centre for the Study of the Book)

Due to limited space (even online), registrations for the live events will be honoured in the order received.

Presentations will be recorded if the speaker has granted permission, and in that case will be available a few weeks after the date of the seminar.

Programme :

Friday, January 22
Matthew Payne (Keeper of the Muniments, Westminster Abbey)
‘Follow the Money: Wynkyn de Worde, Jacques Ferrebouc and the Bardi’

Friday, January 29: Special session at 5:00pm GMT
Goostly Psalmes in Oxford and New Haven
Henrike Lähnemann (Faculty of Medieval and Modern Languages, University of Oxford)
‘Translating, Singing, Printing the Reformation. The Queen’s College Sammelband with Myles Coverdale’s Goostly Psalmes’
With a showing of The Queen’s College copy and the Bodleian and Beinecke fragments
Kathryn James (Beinecke Library, Yale University); Matthew Shaw (The Queen’s College, Oxford); Sarah Wheale (Bodleian Libraries, Oxford)

Friday, February 5
Francesco Guidi-Bruscoli (University of Florence)
‘The Borromei’s trade unveiled: digging for information in fifteenth-century account-books’

February 12 – No seminar

Friday, February 19
Alessandro Bianchi (Bodleian Libraries, Oxford)
‘Hidden in plain sight. Printed books from the Japanese Mission Press in the Bodleian Collections’

Friday, February 26
Kanupriya Dhingra (SOAS, University of London)
‘Streets and Serendipity: “Locating” Daryaganj Sunday Patri Kitab Bazar’

Friday, March 5
Benjamin Wardhaugh (University of Oxford)
‘Hunting for readers in sixteenth-century editions of the works of Euclid’

Friday, March 12
William Stoneman  (Cambridge, MA)
‘Buying Incunabula at Gimbel Brothers Department Store: A Curious Chapter in the History of American Book Collecting’

Source : Bodleian Libraries via RMBLF

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire en ligne] Jâhiliyya. Histoire et mémoire de l’Arabie préislamique, janvier-avril 2021

Séminaire animé par Eric Vallet (e.vallet@unistra.fr)
Jeudi, 11h-13h, S2 2021
Premier séminaire : 28 janvier
Inscription (pour recevoir le lien de connexion) : https://framaforms.org/inscription-seminaire-jahiliyya-1610827841

L’histoire de l’Arabie pré-islamique, désignée sous le nom d’« âge de l’ignorance » (Jāhiliyya) dans la tradition arabo-islamique a longtemps été écrite exclusivement à partir de sources arabes tardives, cherchant à exalter l’antiquité et les vertus des anciens Arabes, ou à blâmer leurs défauts. Les nombreuses découvertes d’inscriptions ou de vestiges matériels faites en Arabie au cours des dernières décennies et la prise en compte des sources orientales non arabes bouleversent cette histoire. Elles invitent non seulement à revisiter l’histoire de l’Arabie au VIe siècle mais aussi à revenir sur la façon dont le discours historique sur les anciens Arabes s’est construit et développé à partir du VIIIe siècle jusqu’à produire une véritable « invention de la tradition », nécessaires pour garantir l’unité culturelle et politique des maîtres de l’Empire islamique. Ce séminaire se propose d’alterner des séances de présentation et de discussion historiographique sur la base de dossiers d’articles ou de corpus de sources, et des interventions de chercheurs invités. Une participation active des étudiants est attendue.

28/01 : La Jāhiliyya comme question historique

04/02 : Écriture de l’histoire et conservation de la mémoire aux premiers siècles de l’Islam, entre oral et écrit, séance déplacée exceptionnellement de 16 à 18h

11/02 : La construction des discours sur l’Arabie préislamique (VIIe-VIIIe siècle)

18/02 : La construction des discours sur l’Arabie préislamique (IXe siècle)

04/03 : La construction des discours sur l’Arabie préislamique (Xe-XVIIIe siècle)

11/03 : Discours connectés : récits occidentaux et orientaux de la Jāhiliyya (XIXe-XXIe siècle)

18/03 : Les rois vaincus : histoire et mémoire de Ḥimyar

25/03 : Les rois vaincus : histoire et mémoire de Kinda

01/04 : Histoire et mémoire tribale : le cas de Ma‘add

08/04 : Quraysh : une mythologie mémorielle fondatrice15/04 : Une contre-mémoire ? Le cas des Hudhayl

22/04 : Fils d’Abraham ou d’Ismaël ?

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Webinar] The Oxford Pre-Modern Middle Eastern History Seminar, janvier-mars 2021

Tuesdays 5.30-6.30pm, via Zoom

Convenors: Edmund Herzig, Aslı Niyazioğlu, and Christian Sahner

This webinar series will explore various aspects of pre-Modern Middle Eastern history, including talks on early Islam, post-Mongol Iran, Medieval Armenia, and the Ottoman Empire. Each speaker will be joined by a respondent to discuss the themes of their talk. For full details on the individual webinars please see our programme. Registration links for the individual online events can be found below.

Programme and registration : https://ongc.web.ox.ac.uk/event/the-oxford-pre-modern-middle-eastern-history-seminar?fbclid=IwAR3NJNMW29xNU2AlHB7HfSkesdf3Y4Vm7Ay8IZjzvNHh28z9bInPHkDjueY

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts