Archives de catégorie : Comptes rendus du séminaire des médiévistes

[Comptes rendus] Séminaire des médiévistes , séance du 29 avril 2021, « Recherches doctorales au CIHAM « 

La 7e et dernière séance du séminaire des médiévistes a été consacrée à la recherche doctorale au CIHAM.

Elle a commencé par la communication de Cécile Noridal, enseignante dans le secondaire et doctorante du CIHAM, en 4e année de thèse, sous la direction de Marylène Possamaï-Pérez (Lyon 2). Elle nous a proposé un aperçu des recherches de sa thèse, intitulée « Transgressions, transformations et métamorphoses dans le cycle de Huon de Bordeaux ».

Cécile Noridal a d’abord présenté le cycle de Huon de Bordeaux, une chanson de geste tardive, écrite autour de 1260. Huon de Bordeaux, qui a oublié de se rendre à l’assemblée pour rendre hommage à l’empereur Charles et qui a tué son fils dans un duel dans les règles, est envoyé par Charles en Orient pour y accomplir plusieurs quêtes épiques qui vont évoluer en voyage au-delà des frontières du monde connu.

Cécile Noridal a engagé une réflexion autour de la notion de transgression, au sein de cette chanson de geste, qui exprime l’évolution de ce genre dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

La transgression est d’abord diégétique : contrairement à l’usage répandu de la narration des chansons de geste, ce ne sont pas les vassaux qui remettent en cause l’autorité du roi mais c’est l’empereur Charles qui transgresse lui-même cet ordre en abusant de son pouvoir. C’est l’excès de colère de Charles qui déclenche l’aventure : le héros privé de son héritage doit retrouver ce qui lui a injustement été enlevé en entamant une série de quêtes démesurées.

De cette rupture du contrat vassalique par le roi, l’image de la personne du roi (mais non le rôle du roi) en sort ternie, a indiqué Cécile Noridal en soulignant que le cycle s’achève par Aubéron, le roi de Faeris, expliquant à Charles pourquoi le hanap magique, qui se remplit lorsqu’il est tenu par une personne vertueuse, se vide lorsque c’est Charles qui le tient : c’est parce que Charles a contrevenu à son rôle de roi. Sa désobéissance au code chevaleresque a nécessité l’intervention merveilleuse du roi de Faeris.

La transgression est ensuite thématique : le merveilleux se mêle à l’épique. Cécile Noridal a rappelé les trois domaines du merveilleux relevés par Jacques Le Goff (Jacques Le Goff, L’Imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985) : le mirabilis qui tire ses origines des temps préchrétiens, le magicus qui est l’être surnaturel et maléfique lié au diable, et le miraculosus qui est le domaine du merveilleux chrétien, lié à Dieu.

Alors que le merveilleux chrétien (miraculosus) domine d’habitude dans la chanson de geste, dans Huon de Bordeaux, le mirabilis est prédominant. La première partie, qui se passe dans l’empire carolingien, met le surnaturel chrétien au premier plan (sermons sur les reliques, ordalie, songes prémonitoires et émissaires évangéliques envoyés à Charles). Cependant, dans la suite du récit, lors du voyage au-delà des frontières de l’empire carolingien, le miraculosus cède le pas au magicus (affrontement du géant l’Orgueilleux, fils de Belzébuth), mais surtout au merveilleux préchrétien (mirabilis) grâce au personnage du roi fée Aubéron. Néanmoins, contrairement au conte merveilleux où le mirabilis est omniprésent au-delà des frontières carolingiennes, l’auteur du cycle de Huon de Bordeaux introduit seulement l’univers merveilleux sans y plonger entièrement : il se distingue alors en intégrant dans le roman, le merveilleux féérique de manière raisonnée.

Néanmoins, Cécile Noridal a démontré que l’auteur transgresse ses propres règles en brouillant le merveilleux chrétien et féérique : à la fin du récit le personnage d’Aubéron, venu dans l’empire de Charles, est christianisé car dans ce royaume chrétien sa magie ne peut provenir que de Dieu.

Cécile Noridal a poursuivi son analyse avec une troisième transgression, celle de la figure du héros épique. Huon est loin du héros épique classique, il est humanisé, faillible. Le héros épique participe à une aventure collective, ses qualités sont démesurées et il n’est défini que par son discours et ses actions, qu’il a préalablement annoncées. Huon, lui, est accompagné de chevaliers et aidés par Aubéron, mais une partie de son aventure se fait séparé de son groupe ; il sort vainqueur de ses combats seulement grâce à l’aide de ses compagnons ou de la magie ; son discours n’annonce pas seulement ses actions futures, mas il sert aussi à exprimer ses émotions.

L’auteur transgresse les règles de la chanson de geste et les fait évoluer en individualisant le héros.

Cécile Noridal a conclu sa communication en insistant sur la valeur des transgressions de Huon de Bordeaux : elles inscrivent le texte en décalage par rapport au canon traditionnel de l’épopée, grâce à l’influence du roman et du conte merveilleux. La société carolingienne n’est alors plus idéalisée, le héros est humanisé ; il est un héros en devenir et le merveilleux devient indispensable à la réussite de sa mission, tout en apportant originalité et esthétisme à l’œuvre qui expriment la touche de l’écrivain, au-delà de l’œuvre orale collective.

S’en est suivi une discussion où Cécile Noridal a rappelé l’actualité de la recherche littéraire : on ne sait pas si les auteurs médiévaux s’interrogeaient sur l’évolution du genre de la chanson de geste et du roman, mais la recherche actuelle rend compte que les frontières entre les genres et entre les trois grandes thématiques littéraires (matière de France, de Bretagne, Antique) ne sont pas hermétiques, qu’il y a des transfuges et des inspirations d’une matière à l’autre. Comme l’a montré Cécile Noridal, la chanson de Huon de Bordeaux s’inspire des autres genres et évolue en tant que genre en s’éloignant, notamment, de son ancrage historique traditionnel pour aller vers un divertissement plaisant.

 

Compte rendu rédigé par Eve Defaÿsse.

 

 

Ensuite, dans sa communication intitulée « La dépense publique, un moteur du changement ? Fiscalité, institutions et société dans la commune de Bologne de la fin du XIIIe siècle à la fin du XIVe siècle », Marco Conti a présenté une partie de son travail pour lequel lui a été tout récemment décerné le titre de docteur, à l’issue d’une soutenance le 11 janvier 2021. Sa thèse (« Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360) »), sous la direction du professeur Jean-Louis Gaulin (Université Lumière Lyon 2) visait en effet à dresser un état de la fiscalité à Bologne, de la fin du XIIIe à la moitié du XIVe siècle, en étudiant plusieurs séquences politiques. La matière était abondante (plus de 200 registres à l’Archivio di Stato di Bologna) et plaidait pour une étude à la fois fine et totale.

Dans son enquête, la question de la dépense publique s’avère centrale. A la question initiale (« la dépense publique est-elle un moteur du changement ? »), Marco Conti répond par l’affirmative. Dans le sillage des travaux de Paolo Cammarosano et de Patrizia Mainoni, on sait désormais que c’est la dépense publique qui permet aux villes de trouver de nouvelles sources de financement. Les dépenses militaires s’alourdissent à mesure de la concurrence entre cités italiennes.

Marco Conti a ensuite présenté les différentes phrases chronologiques qui constituent le fil rouge de sa thèse, au miroir des finances et de la fiscalité. Là encore, la dépense publique est un aiguillon à l’action politique. Adaptation, équilibre des forces politiques, recherche de nouveaux financements en sont les maîtres mots.

La première période, centrée sur l’année 1288, est bien connue par les sources, notamment statutaires. Bologne, cité influente, ne serait-ce que par l’aura de son Studium, est dirigée par le Popolo et le Conseil des Anciens joue un rôle important. Plus de 70 % des dépenses sont constituées par les dépenses militaires et l’approvisionnement de la ville en blé. Ces dépenses sont financées par un grand nombre d’impôts indirects et par quelques impôts directs occasionnels.

L’équilibre se rompt avec le conflit (1296-1297) qui oppose Bologne au seigneur de Ferrare, Azzo d’Este. La guerre provoque de profondes mutations institutionnelles. On voit apparaître des commissaires dont certains ont en charge la question financière. En un semestre seulement de l’année 1296, la commune de Bologne dépense 30% de plus que lors d’un même exercice en 1288 ! C’est dire si l’adage selon lequel « l’argent est le nerf de la guerre » prend tout son sens ici.

Le début du XIVe siècle constitue la troisième période, marquée par la « crypto seigneurie » pourrait-on dire de Romeo Pepoli qui réussit à partir de 1310 à bâtir une véritable seigneurie personnelle, contrôlant directement ou indirectement les instances de la Commune. Des commissions ad hoc sont pérennisées, à l’instar des Difensori dell’avere. La question annonaire et le financement de la guerre continuent de guider les dépenses.

Avec le bannissement de Romeo Pepoli en 1321 s’ouvre une nouvelle période. De 1320 à 1334, le célèbre Bertrand du Pouget, légat du pape, contrôle directement la ville. La question financière est au cœur de la praxis administrative. Bertrand du Pouget réforme en profondeur les institutions citadines. Si le Conseil des Anciens, émanation du pouvoir du Popolo reste en place, il n’en est pas moins dépossédé de ses fonctions fiscales.

Puis, en 1334-1337, les institutions communales sont restaurées via la pars schacchese, avec comme chef de file Taddeo Pepoli, le propre fils de Romeo. La nouvelle administration s’accompagne d’une amélioration des conditions d’archivages (et l’on sait, a posteriori, toute la manne documentaire que cela peut apporter au chercheur). L’argent public est contrôlé par Taddeo Pepoli en ce que seuls ou presque ses propres ordres de paiement guident la dépense. Certes, les dépenses militaires diminuent au cours de la période, mais c’est le reflet d’une baisse significative des conflits. En conclusion pour cette période, Marco Conti parle d’une « ligne budgétaire clairement seigneuriale ».

La dernière séquence retenue est celle de la seigneurie des Visconti (1350-1360). Les Visconti, qui ont acheté la seigneurie, font largement appel à des officiers forains qui leur sont liés. Pour autant, le Conseil des Anciens joue un rôle étroit en tant qu’intermédiaire entre la société bolonaise et les Visconti. Le régime des Visconti se caractérise par des dépenses militaires accrues (le niveau des dépenses militaires remonte à 50 % environ du budget de la ville) et surtout par un « volume d’endettement plus audacieux ».

A l’heure du bilan comparatif, Marco Conti insiste sur l’habileté et la puissance des Visconti. Ceux-ci replacent l’élite du Popolo dans le jeu politique. Ils font ainsi participer l’élite des prêteurs, changeurs en les impliquant dans le fonctionnement et la décision de la dépense publique, tout en maintenant un jeu complexe d’équilibre politique. Les Visconti trouvent dans l’élite du Popolo un allié de circonstance. En cela, ils rompent avec l’expérience Bertrand du Pouget : pendant la domination du légat, si l’élite est toujours au cœur de la commune, la décision de la finance publique ne lui appartient plus. Et lors de l’hégémonie de Romeo Pepoli, l’élite est réduite à une seule personne et à son clan en quelque sorte.

Après cette présentation, Marco Conti a répondu à de nombreuses questions qui n’ont pas manqué d’alimenter la discussion (évasion fiscale, question territoriale). En tentant une pesée d’ensemble, il appert que Bologne, malgré ses expériences politiques variées, connaît un « statu quo territorial sur un siècle » : nulle augmentation des recettes possible ou presque. Derrière ce tableau fort complet de toutes ces séquences politiques guidées par la dépense publique et au miroir de son impressionnant corpus de sources, Marco Conti dégage une certaine ambivalence. Il s’agit là de l’alliance entre innovation et tradition dans le champ politique et documentaire.

 

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

 

Troisième communication :

Julien Rebière, « Les monnaies de bronze (fals/fulûs) dans le califat omeyyade (661-750) « 

Compte rendu à suivre

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Compte rendu] Séminaire des médiévistes , séance du 8 avril 2021, Riccardo Rao, « Productions locales et commercialisation dans l’Italie du bas Moyen Âge »

Pour cette sixième et avant-dernière séance de la saison 2020/2021 du séminaire des médiévistes, Riccardo Rao, professeur à l’université de Bergame et chercheur associé au CIHAM est venu présenter une partie de ses recherches les plus récentes.

La séance s’est ouverte sur un hommage à Pierre Guichard, grand spécialiste d’al-Andalus et du Maghreb, ancien directeur du CIHAM de 1994 à 2003, décédé le 6 avril dernier.

Ensuite, Jean-Louis Gaulin, l’animateur de la séance, a présenté le conférencier du jour au miroir d’une sélection de publications emblématiques. L’enquête menée sur les lieux du pouvoir urbain est novatrice en ce qu’elle décentre notamment le regard sur les marges de l’Italie communale, de la Provence au Frioul en passant par les territoires insulaires de Corse et de Sardaigne[1]. Elle témoigne avec force de la dimension collective qui anime les travaux de Riccardo Rao, tant du point de vue des thèmes étudiés que du point de vue de la méthode de recherche. La question de la comunia, terme préféré à la notion plus restrictive de beni communi, structure largement les recherches actuelles de Riccardo Rao et est éclairée par une approche d’histoire économique et sociale[2]. Jean-Louis Gaulin a ensuite mis en lumière un autre versant de recherches : la transformation des paysages. Avec la synthèse parue en 2015, I paesaggi dell’Italia[3], Riccardo Rao chemine à travers l’Italie médiévale et brosse le portrait tout en nuances de bourgs neufs et de villages abandonnés, par le biais de la notion de paysage définie de façon originale au pluriel. Quatre grands types se dégagent : les paysages ruraux, les paysages agraires, les formes de l’habitat et les paysages urbains.

Un dernier grand axe de recherches portant sur les biens, leur statut et la question lancinante de la globalisation s’inscrit en écho avec plusieurs travaux menés au CIHAM et en particulier à un programme en cours sur les marchés et les marchands. C’est de cette dynamique de recherches que la présente conférence a rendu compte, avec une deuxième partie centrée sur l’analyse précise d’un corpus de sources.

 

Riccardo Rao a rappelé que sa communication s’inscrivait dans un programme de recherches en cours qu’il co-pilotait, intitulé « Loc-Glob. The local connectivity in an age of global intensification : infrastructural networks, production and trading areas in late-medieval Italy (1280-1500) » et financé par le ministère italien de la recherche.

La présentation historiographique liminaire a montré in fine la nécessité de ne pas opposer les échelles locale et internationale, de ne pas opposer villes et campagnes. Les productions internationales médiévales ne sont pas tournées uniquement vers le luxe et une clientèle élitaire, loin s’en faut. Au contraire, elles peuvent atteindre des catégories de population bien variées, en particulier les populations rurales et les populations plus pauvres.

Après ce panorama très riche, Riccardo Rao a présenté les enjeux et les avancées du programme « Loc-Glob ». L’objectif premier est de mieux saisir le réseau de productions locales dans l’Italie tardo-médiévale et de retracer les échanges internes à l’économie régionale. En somme, « comment les productions locales arrivent-elles dans le commerce international ? ». Cette question est d’une acuité toute particulière si l’on songe à la production de fer dans les Alpes qui se retrouve sur le marché en Allemagne ou à Venise par exemple. Ce faisant, un pan important de l’analyse est consacré aux marchandises (typologies, valeurs). Il convient d’étudier la variation qualitative de la consommation, de la demande, le rôle des péages comme outil de contrôle de la circulation des produits.

Pour conduire cette recherche pluridimensionnelle, plusieurs types de sources sont convoqués : les sources douanières et tarifaires (dans la lignée notamment des travaux de Gian Maria Varanini ou encore de Patrizia Mainoni), les cartulaires des notaires, les inventaires de biens et les sources archéologiques, encore peu exploitées et surtout étudiées pour le Haut Moyen Âge en Italie.

Le cas lombard a ensuite été pris en exemple, avec deux terrains d’étude, deux observatoires complémentaires, la plaine avec Pavie et la montagne avec la Valteline (Valtellina), vallée de l’Adda jusqu’à son embouchure au lac de Côme. Du côté de la cité de Pavie, bien documentée notamment par les cartulaires des notaires, les opérateurs, largement originaires de la ville, contrôlent étroitement les marchés locaux. C’est le portrait d’une cité qui maîtrise les relations économiques et commerciales avec le contado. Le XIVe siècle voit d’ailleurs le développement d’un fort endettement des paysans à l’égard des gros marchands de Pavie. Du côté maintenant de la Valteline, le paysage est d’une autre nature. Point de ville à proprement parler, mais un chapelet de localités très vivantes depuis Sondrio, gagnées par de nombreux itinéraires secondaires guidant les mobilités marchandes. Politiquement, la Valteline dépend de la ville voisine de Côme qui tombe dans l’escarcelle des Visconti au XIVe siècle. Economiquement, la montagne est ici ferrugineuse. Les fruits de l’alpage, comme les fromages mais aussi l’élevage sont autant de débouchés concourant au dynamisme de la vallée. L’Adda sert au flottage du bois qui est ainsi exporté vers les lacs et Milan. En somme, les bourgs sont de véritables carrefours recevant les richesses des montagnes voisines et du fond de la vallée pour les rediriger vers l’extérieur. Plusieurs « opérateurs économiques » résident dans ces localités centrales. Des marchands viennent cependant de Côme et, traitant avec de petits producteurs selon un fonctionnement qualifiable de troc, sont au cœur de ce système qui repose sur des opérateurs venus d’espaces extérieurs à la vallée : Côme, mais également Bergame, voire d’autres vallées alpines.

Le deuxième grand temps de la conférence de Riccardo Rao a été consacré à l’analyse du corpus de sources tarifaires notamment. La variabilité des péages, les habitudes de consommation, les circuits d’échanges, les valeurs et types de productions locales à l’heure du comparatisme sont autant d’informations qui ressortent d’une analyse serrée de ce type de documentation qui participe d’une approche dynamique et connectée de ces espaces. La laine d’Allemagne semble plus recherchée que la laine locale (de Brescia et de Vérone notamment). Les panni bergamasques produits dans les vallées sont d’un coût bien moindre que les draps florentins.

 

Au total, cette étude complète a suscité toute une série de questions, en lien avec l’analyse réticulaire qui est au cœur de la démarche de Riccardo Rao. En effet, le projet « Loc-Glob » s’appuie sur la mise au point d’un puissant SIG. Une cartographie dynamique, localisant les données tarifaires, l’origine et la circulation des marchandises permet de visualiser l’ensemble de manière saisissante. Si tant est que le travail soit encore à l’état du work in progress, les premières données sont déjà fort éclairantes, ce qui n’a pas manqué d’être relevé dans la discussion. Qui plus est, le versant cartographique, en ligne, est en accès libre[4], ce qui constitue une très belle vitrine pour un programme résolument multiscalaire.

 

[1] Simone Balossino et Riccardo Rao (a cura di), Ai margini del mondo comunale. Sedi del potere collettivo e palazzi pubblici dalle Alpi al Mediterraneo / Aux marges du monde communal. Lieux du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée, Florence, Insegna del Giglio, 2020, version en open access disponible à cette adresse : https://www.insegnadelgiglio.it/prodotto/ai-margini-del-mondo-comunale/

[2] Riccardo Rao, Comunia. Le risorse collettive nel Piemonte comunale (secoli XII-XIII), Milan, LED, 2008 ; Id., I beni del comune di Vercelli. Dalla rivendicazione all’alienazione (1183-1254), Verceil, Società storica vercellese/Università del Piemonte orientale, 2005.

[3] Id., I paesaggi dell’Italia medievale, Rome, Carocci editore, 2015

[4] www.actus.it/loc-glob/

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Compte rendu] Séminaire des médiévistes, séance du 11 février 2021, Sébastien Douchet, « La lecture des textes médiévaux au XVIIe siècle ou comment réévaluer un préjugé de l’histoire culturelle à partir d’archives négligées »

Pour cette deuxième séance du séminaire des médiévistes, Sébastien Douchet, maître de conférences HDR en langue et littérature du Moyen Âge à Aix-Marseille Université, est venu parler de ses recherches autour d’un dossier inédit qui a été la pierre de touche de son essai d’HDR, soutenue le 10 novembre 2018.

Sébastien Douchet est un spécialiste de la réception des textes médiévaux à l’âge classique, un thème qui, s’il a été mis en évidence par les travaux pionniers de Nathan Edelman (Attitudes of Seventeenth-Century France toward the Middle Ages, 1946), quoique portant essentiellement sur les sources imprimées, est corseté dans de sérieux « préjugés » pour reprendre la formule de l’auteur. La thèse de Marine Roussillon (Plaisir et Pouvoir. Usages des récits chevaleresques à l’âge classique, 2011) a constitué un jalon important de cette recherche mais elle minore selon lui l’importance de cette réception. « Le XVIe et le XVIIe siècles ont lu le Moyen Âge mais notre histoire littéraire en dissimule la réception » : tel est le constat dressé par Sébastien Douchet qui a proposé ensuite une démonstration saisissante.

A la façon d’une étude de cas, le propos de cette communication très riche s’est concentré sur la présentation d’un manuscrit exceptionnel, conservé à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras (ms. 405), contenant notamment le texte d’une chanson de geste, le roman de Beuve d’Hantone, et sur l’identification d’une famille de parlementaires aixois du Grand Siècle, les Gallaup de Chasteuil, à l’origine de cette compilation et de cette activité érudite intense qui témoigne de la lecture active au temps de Louis XIV des textes médiévaux, « vieux » si l’on reprend la terminologie moderne, c’est-à-dire au sens de textes « vivant encore dans les mémoires ».

La première partie de la communication, par l’étude codicologique et philologique, s’est attachée à montrer toute la dimension « composite » du manuscrit 405 de la bibliothèque Inguimbertine. C’est là pourtant une terra incognita dans l’historiographie qui se contente de prélever le texte de la chanson de geste (Beuve d’Hantone) et d’éditer cette version sans donner les indications codicologiques et surtout sans rendre compte du caractère résolument composite du recueil, avec ses autres textes insérés (La consolation de la philosophie de Boèce dans sa traduction attribuée à Jean de Meun spécialement), ses nombreux découpages de miniatures médiévales, ses collages de gravures du XVIIe siècle et la table des matières moderne. Et Sébastien Douchet de montrer toute la stratigraphie de la confection moderne de ce recueil à l’image des rinceaux médiévaux découpés et réutilisés en regard d’écritures et de gravures modernes.

La deuxième partie de la communication a été consacrée aux recherches sur l’identification du collectionneur érudit à l’origine de ce manuscrit composite. Sébastien Douchet a conté l’odyssée de l’enquête, véritable « travail de titan », de son aveu même. L’étude des ex-libris et de la devise Adversante fortuna (interprétée à nouveaux frais), couplée à d’autres analyses précises, a permis de se tourner vers une famille de parlementaires aixois du Grand Siècle, les Gallaup de Chasteuil et de reconstituer leur immense bibliothèque, issue pour partie des livres du cardinal de Granvelle, le fameux conseiller de Charles Quint. Pierre (1644-1727) et Hubert (1624-1679)– ce dernier étant l’acteur principal de la confection du manuscrit carpentrassien-, sont loin d’être des lecteurs passifs. Au contraire, Sébastien Douchet a montré que la réception de la culture et de la littérature médiévales se faisaient justement in vivo ; les frères Gallaup de Chasteuil annotant largement les textes compilés. Hubert a une véritable compétence linguistique ; le langage médiéval infuse largement sa réflexion érudite et ce sont là quasiment les origines de la philologie qui se dessinent derrière l’activité d’un lecteur éclairé de l’époque galante. Son activité n’est pas celle d’une réception conservatoire ; elle s’opère par une réécriture active des textes médiévaux, ce qui nuance le constat de Marine Roussillon dans ses travaux précités.

Mais « pourquoi lire des manuscrits médiévaux à l’âge classique » ? Cette question essentielle a permis à Sébastien Douchet de brosser le parcours chaotique d’Hubert Gallaup de Chasteuil et de comprendre que sa propre vie, ses propres objets de réflexion entraient en écho avec la matière qu’il compilait. Beuve d’Hantone et la littérature médiévale sont appréhendés par la lorgnette du juriste qui cherche à saisir les usages au Moyen Âge (en témoignent ses annotations terminologiques et sémantiques). La lecture exigeante des tensos vise à trouver la source de privilèges juridiques, l’expression poussée d’un contre-pouvoir institutionnel au monarque, à l’image du parlement de Provence où officie Hubert Gallaup de Chasteuil en tant qu’avocat général, avant de perdre sa charge.

In fine, le Moyen Âge permet une exploration et une expression de soi-même, et ce, au plus profond du Grand Siècle et de ses frondes. La consolation de la philosophie de Boèce, rédigée au VIe siècle alors qu’il est en prison, constitue, selon l’expression de Sébastien Douchet, « une mise en abyme de la propre situation » d’Hubert Gallaup de Chasteuil, au moment même où ce dernier est embastillé. Il n’est pas d’autre modernité médiévale que celle de la remémoration personnelle.

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[compte-rendu] Séminaire des médiévistes – séance du 28 janvier 2021, Présentation des nouvelles recherches du CIHAM

En 2021, le CIHAM relance son traditionnel « Séminaire des médiévistes », en ligne pour le moment. Comme cela est désormais l’usage, la première séance de l’année était consacrée à la présentation des « Nouveaux objets de recherche au CIHAM » et de ses nouveaux chercheurs, Damien Labadie et Robin Seignobos.

 

Damien Labadie, Le In quattuor animalia : itinéraires d’un récit pseudo-patristique en Égypte, Nubie et Éthiopie à l’époque médiéval

Damien Labadie, chargé de recherches au CNRS, CNU section 35, depuis le 1er novembre 2020 nous a présenté le projet sur lequel il travaille actuellement, l’édition et l’analyse philologique du In quattuor animalia : itinéraires d’un écrit pseudo-patristique entre Égypte, Nubie et Éthiopie à l’époque médiévale.

Il est membre du projet ERC de Julien Loiseau, HornEast.

Damien Labadie nous a d’abord brièvement rappelé son parcours, un parcours éclectique et brillant, ce qui nous a permis de mieux comprendre comment il en est arrivé à s’intéresser à des sujets aussi exotiques, pour reprendre ses mots.

Ses recherches sont organisées autour de 5 axes : philologie des langues de l’Afrique médiévale, littérature chrétienne tardo-antique (patristique, hagiographie, apocryphes), langues et littératures de l’Orient chrétien, le christianisme proto-byzantin et la philologie hébraïque.

Damien Labadie nous a ensuite parlé un peu plus précisément de ce texte qu’est le In quattuor animalia, une homélie faussement attribuée à Jean Chrysostome, qui reprend des textes de l’Apocalypse (4, 6-9), d’Ezéchiel (1, 5-21) et d’Isaïe (6, 2-3) et dont la diffusion a été très large en Afrique orientale. Le In quattuor animalia s’inscrit dans le genre du mémoire apostolique, d’origine copte, qui met en scène un discours de révélation de Jésus à ses disciples. On conserve aujourd’hui 31 textes de ce genre (certains sont inclus à des textes pseudo-patristiques, d’autres sont indépendants).

Né en Égypte, le mémoire apostolique a ensuite été diffusé en Nubie et en Éthiopie. Il s’agit de textes composés / traduits entre le Xe et XIIe siècle. Il nous a rappelé que le mémoire apostolique occupe une place prééminente dans le corpus littéraire nubien et qu’une grande place est accordée aux archanges, notamment à l’archange Michel. En ce qui concerne la diffusion et la transmission du mémoire apostolique en Éthiopie, Damien Labadie nous a rappelé qu’il s’agit d’une thématique qui n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique.

Il a terminé sa présentation par un petit inventaire des versions du In quattuor animalia et de leur contenu : elles sont au nombre de 4, une en copte sahidique, une en arabe, une en vieux-nubien et une en guèze qui est inédite.

Damien Labadie a finalement conclu en présentant trois projets de publication, tous très enthousiasmants en rapport avec la version en guèze du In quattuor animalia et à la version en vieux-nubien.

Pour en savoir plus sur le projet ERC HornEast : https://horneast.hypotheses.org/julien-loiseau

Pour suivre l’actualité de la recherche de Damien Labadie : http://damienlabadie.blogspot.com

Compte-rendu réalisé par Amalia Desbrest

 

Robin Seignobos, Une tribu entre deux mondes, les Banū al-Kanz d’Assouan : nouveaux corpus et nouvelles questions (XIe-XIVe siècle)

Recruté comme maître de conférence en histoire médiévale des pays d’Islam en septembre 2020, Robin Seignobos a présenté ses projets en cours en s’appuyant sur un article paru le jour même dans le dernier numéro de la revue Médiévales consacré aux pouvoirs en Éthiopie, Égypte et en Nubie médiévales (https://journals.openedition.org/medievales/11042).

Alliant considérations méthodologiques et approche historique, R. Seignobos s’intéresse à la trajectoire d’une tribu arabe installée dans la région d’Assouan dans le courant du IXe siècle. En 1006, le chef de la tribu obtient du calife fatimide cairote le titre héréditaire de Kanz al-Dawla. Dès lors, on parle des Banū al-Kanz pour désigner cette entité tribale qui s’impose comme la force politique et militaire dominante dans la région frontalière entre les domaines égyptiens et les territoires nubiens, alors aux mains d’un pouvoir chrétien. Ce royaume chrétien de Dongola (aussi connu comme royaume de Dotawo) est parvenu à résister à la pression des conquêtes arabes pour finalement négocier un traité bilatéral avec le pouvoir islamique d’Égypte. Alors que l’historiographie considérait que l’expansion du pouvoir du Kanz al-Dawla rimait avec l’affaissement du royaume chrétien de Nubie, le travail de R. Seignobos montre au contraire que la documentation (parfois inédite) atteste de la survivance de cette entité politique entre le XIIe et le XVe siècle.

R. Seignobos s’appuie sur trois corpus distincts pour mettre en lumière cette histoire régionale longtemps passée sous silence. Les sources mameloukes, tout d’abord, composées en arabe par les historiographes du pouvoir cairote, n’ont pas toutes été suffisamment exploitées par les recherches précédentes. Le dossier des textes nubiens met également en lumière ces relations entre pouvoirs chrétiens et musulmans sous un jour nouveau. Enfin, R. Seignobos a récemment mis la main sur un corpus d’archives arabes permettant d’éclairer sous un jour nouveau l’histoire de cette tribu des Banū al-Kanz. Éparpillés dans divers organismes du Caire, ces textes de la pratique doivent encore être étudiés, mais l’on sait déjà qu’il s’agit de contrats de mariage et de transactions diverses réalisées dans ces régions frontalières. Grâce à l’exploitation de ce dossier, R. Seignobos est parvenu à reconstituer l’arbre généalogique des Banū al-Kanz. Longtemps restée dans l’ombre, cette famille est désormais bien mieux connue, de même que son rôle dans le contrôle territorial et foncier d’une région de frontière en lien avec le sultanat mamelouk. In fine, derrière l’exploitation d’un cas d’étude, c’est une part méconnue de l’histoire sociale, juridique et politique de la haute Égypte médiévale qui se dévoile aux historiens.

La seconde partie de l’intervention de R. Seignobos était dédiée à l’établissement d’une première chronologie de ce qu’il appelle les « guerres de succession de Nubie », entre 1268 et 1323. En s’intéressant à ces conflits qui se trouvent être essentiellement localisés dans la cellule familiale élargie, R. Seignobos met en évidence les ingérences mameloukes dans ces jeux de pouvoir mais également les résistances locales des entités tribales à ces tentatives cairotes pour imposer leurs candidats. Il montre également que la question religieuse est finalement de peu d’importance pour saisir ces conflits : si un souverain musulman finit par s’imposer sur les territoires chrétiens de Dongola après une première période de conflit, suivi par la restauration d’un roi chrétien en 1331, ce n’est pas leurs confessions respectives qui commandaient ces luttes de pouvoir. D’ailleurs, il est remarquable que les Mamelouks aient usé de la rhétorique du jihad contre les croisades alors qu’il n’en est jamais question dans les rapports du sultanat avec les entités chrétiennes de Nubie.

Le chantier est en cours : au-delà de cette chronologie politique, R. Seignobos cherche désormais à mieux comprendre les stratégies politiques et matrimoniales employées par les différents acteurs à différentes échelles dans cette lutte pour le contrôle territorial et foncier d’un territoire de frontière.

Compte-rendu réalisé par Enki Baptiste

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[COMPTE RENDU] SÉMINAIRE DES MÉDIÉVISTES – SÉANCE DU 6 FÉVRIER 2020. « LITTÉRATURE FRANÇAISE ET SCIENCES MÉDIÉVALES, INTERACTIONS ET CONVERGENCES »

Pour cette troisième séance du séminaire des médiévistes de l’année 2020, nous avons eu le plaisir de recevoir Joëlle Ducos, directeur d’études cumulant à l’EPHE, section des Sciences historiques et Philologiques et professeur de linguistique médiévale et de philologie à l’Université Paris-Sorbonne. Cette invitation représentait plus particulièrement la dimension littéraire des recherches du CIHAM, mais avec une approche plus philologique.

Les recherches de Joëlle Ducos s’articulent en trois axes principaux :

  • la science médiévale et la météorologie
  • la diffusion et la réception médiévale de textes savants
  • la traduction et ses enjeux, à travers l’étude de la vulgarisation, des moyens lexicaux pour rendre compte de la nouveauté de concepts et la comparaison entre les vernaculaires européens.

Elle est également à l’origine de l’ANR Creal-science qui porte un projet de dictionnaire du français scientifique médiéval.

La communication s’organisait en deux temps, une partie plutôt théorique où Joëlle Ducos nous invitait à réfléchir à la notion même de littérature au Moyen Âge et à la relation entre littérature vernaculaire et savoir scientifique, et une deuxième partie consacrée à des études de cas.

Joëlle Ducos a d’abord rappelé que la notion de littérature au Moyen Âge, tout comme celle de science, était bien différente de la conception qu’on peut en avoir à partir de l’époque moderne. Elle a évoqué le contexte d’émergence de la science au Moyen Âge ainsi que la différence entre les « petites encyclopédies » (écrites en langue vernaculaire) et les « grandes encyclopédies » (écrites en latin). Il ressortait également que la littérature était, pour beaucoup, hors cursus, c’est-à-dire seulement reliée à l’étude de la grammaire et de la rhétorique. Toutes ces réflexions nous invitaient finalement à nous demander si l’écriture vernaculaire était seulement dépendante de l’écriture savante en latin. Joëlle Ducos a alors fait référence à Savoir médical et sexualité au Moyen Âge, ouvrage fondateur dirigé par Claude Thomasset et Danièle Jacquart qui montre que les textes littéraires permettent l’émanation d’un savoir, notamment au sujet des théories de l’amour. Finalement, il ressort de cette première partie que la littérature de divertissement telle que nous l’entendons aujourd’hui n’existe pas vraiment au Moyen Âge, et nous pouvons pour cela reprendre les mots de Pierre-Yves Badel dans son Introduction à la vie littéraire du Moyen Âge (1984) : «Tout est didactisme au Moyen Âge. […] Tout écrit marque la volonté de son auteur de diffuser son savoir».

À l’issue de cette première partie, nous avons procédé à une série de questions, et Joëlle Ducos a évoqué les thèmes de recherches liés à la vulgarisation du savoir au Moyen Âge méritant une attention toute particulière. Elle a invité les jeunes chercheurs à se diriger vers l’étude des écritures mathématiques, domaine qui reste assez peu étudié car souvent effrayant pour des non-spécialistes.

La deuxième partie de la séance a été consacrée à des études de cas, au nombre de trois.

La première, portant sur « Evrart de Conty, entre sciences et littérature », a permis à Joëlle Ducos d’aborder l’image des échecs amoureux. De plus, en retraçant le parcours et l’œuvre de ce médecin attaché au service du futur Charles V, c’est l’idée même d’auteur littéraire qui a été battue en brèche. Son activité est en réalité celle d’un polygraphe, de la même façon qu’elle témoigne de la circulation des savoirs. L’exemple d’Evrart de Conty illustre bien le caractère multiforme de la culture médiévale. Il se distingue autant par sa qualité de médecin écrivant que par sa connaissance fine des milieux savants.

La deuxième étude de cas a porté sur « la Consultation de Maître Hélie de Toulouse », qui se trouve dans le Lancelot en prose, très beau roman du XIIIe siècle. L’occasion a été donnée alors d’évoquer la question de la géographie des savoirs et de l’interprétation des songes. On connaît toute l’importance du rêve dans l’horizon culturel médiéval et dans la production littéraire, et ce, depuis les Somnia Danielis, livre d’origine grecque qui a connu une grande diffusion à l’époque médiévale. A travers l’étude de plusieurs passages de la Consultation de Maître Hélie, Joëlle Ducos a pu appréhender le rituel divinatoire comme une véritable mise en scène du savoir et du pouvoir du clerc. Et de conclure méthodiquement que la consultation de Galehaut, telle qu’elle se trouve dans le récit, « est donc en lien avec les savoirs les plus précis de l’époque ».

Avec Guillaume de Digulleville et son Livre de pèlerin de vie humaine, nous avons pu étudier l’image de la sphère et du papillon, animal assez rare dans les textes, mais qui apparaît de plus en plus à partir du XIIIe siècle, en particulier dans les marges des manuscrits. L’exemple ici donné est édifiant. Le livre de Digulleville retrace au premier chef la progression de la vie humaine ; c’est pourtant en même temps la florescence d’une nouvelle forme d’encyclopédie par le biais d’une écriture allégorique qui relève du XIVe siècle et non plus du XIIIe siècle.

En fin de compte, cette séance de séminaire nous a permis d’aborder la question de la vulgarisation du savoir, au sens où le savoir se diffuse peu à peu en langue vulgaire. Il semble que cela mette en exergue la création d’une langue savante en français médiéval, ou au moins une adaptation de la langue latine au lexique vulgaire, via l’utilisation de termes locaux ou de traductions littérales, ce qui peut expliquer la « fausse simplicité » de la littérature médiévale qui goûte peu le jargon scientifique.

Compte-rendu réalisé par Amalia Desbrest et Florentin Briffaz.

 

Amalia Desbrest

Doctorante en littérature médiévale espagnole, ENS de Lyon - CIHAM -UMR 5648.

More Posts

[Compte rendu] Séminaire des médiévistes  – séance du 30 janvier 2020. « Recherches doctorales au Ciham»

La séance du séminaire des médiévistes du 30 janvier 2020 était consacrée à la présentation des travaux de doctorants ou jeunes docteurs du laboratoire. Quatre intervenants se sont succédés : Léo-Paul Blaise, Pierre Brugnon, Shirley Daumas et Aurélien Montel. Nous proposons ci-dessous les comptes rendus de leur communication.

 

Léo-Paul Blaise | Les Mérovingiens dans quelques chansons de geste tardives .

Léo-Paul Blaise est en 3e année de doctorat au laboratoire du CIHAM – UMR 5648. Il travaille sous la direction de Beate Langenbruch (ENS de Lyon) et Muriel Ott (Université de Strasbourg) à une thèse dont l’intitulé est : Le cycle de Dagobert ou la question d’un « cycle archéologique » : les Mérovingiens dans la chanson de geste tardive.

La conférence proposée par Léo-Paul Blaise proposait l’étude de trois extraits de chansons de geste tardives (xive siècle) qui constituent un sous ensemble de l’histoire poétique du roi Dagobert. Cette étude avait pour vocation de proposer des pistes de réflexion sur le sens de l’épique mérovingienne. Les trois textes étudiés étaient les suivants :

  • L’épilogue de Ciperis de Vigneveaux (manuscrit unique).

  • La Belle Hélène de Constantinople.

  • La chanson de Dieudonné de Hongrie.

L’étude tendait à montrer le nouveau type de héros épique, le héros tardif, qui laisse voir un homme en devenir, un homme en pleine construction identitaire. Léo-Paul Blaise résumait cela par la tension entre l’idem et l’ipse, autrement dit, la tension entre le « déjà là » et le « pas encore ».

Compte rendu réalisé par Amalia Desbrest

 

Pierre Brugnon | Contestations et violences politiques à la fin du xve siècle en  Savoie. Une principauté en perte de souveraineté ?

La communication de Pierre Brugnon, intitulée « Contestations et violences politiques à la fin du xve siècle en Savoie. Une principauté en perte de souveraineté ? » a permis de rendre compte de ses travaux de recherches doctorales menés sous la direction du Professeur Guido Castelnuovo (Avignon Université) tout en s’inscrivant dans les thématiques explorées par plusieurs membres du Ciham à partir de l’étude de la principauté savoyarde.

Avec faconde, Pierre Brugnon a commencé par justifier les bornes chronologiques de son sujet. Reprenant à son compte l’adage selon lequel « on est toute sa vie dans la nostalgie de son master 1 », ce qui se traduit par son attachement à la famille de Montmayeur à laquelle il a consacré ses premiers travaux, il a dépeint le xve siècle savoyard comme étant quasiment un angle mort historiographique ; une paléographie plus que difficile aidant sans doute à ce relatif désintérêt.

Tout au long de sa communication, Pierre Brugnon a retracé cette époque de grandes tensions, au miroir de documents d’archives. Le paysage politique savoyard est en effet marqué par d’innombrables ligues nobiliaires et par l’apogée de la violence dans les pratiques de pouvoir. Si dès le crépuscule du xive siècle se cristallisent les premières oppositions politiques dans le cadre de la lutte sous la régence entre le parti de Bonne de Bourbon et le parti de Bonne de Berry, c’est bien dans les années 1410-1420 et surtout dans les années 1440-1450 que s’épanouissent les ligues nobiliaires.

Dans le sillage des travaux pionniers d’Alessandro Barbero, Pierre Brugnon a établi un panorama chronologique de ces épisodes de tensions entre 1446 et 1456 tout en insistant sur la nouveauté politique, à savoir l’opposition frontale de toute une partie de la noblesse à l’égard du duc de Savoie qui prend pour favori Jean de Compey. S’il appartient au groupe des « Chyppriens » gravitant autour de la duchesse Anne de Chypre, ce dernier est pourtant issu d’un lignage ancien du Genevois et n’est pas arrivé dans les bagages d’Anne de Chypre. Il a intégré ce groupe et c’est en captant la faveur du prince qu’il s’est constitué un solide réseau d’inimitiés, ce qui lui a valu d’être agressé à l’épée par les membres d’une ligue nobiliaire ; les impétrants étant aussitôt bannis par le duc Louis.

Mettant ainsi en perspective cette époque marquée par des tensions extrêmes et des violences nobiliaires exacerbées (assassinat en 1455 par exemple de Pierre de Menthon, seigneur de Montrottier, par Jean de Compey), Pierre Brugnon a mesuré la part de nouveautés dans l’économie générale de la principauté savoyarde. C’est un nouveau paradigme politique qui se dessine. Pour la première fois, les nobles ne comprennent pas vraiment la politique ducale, courroucés par l’accumulation de charges et de faveurs dont bénéficie Jean de Compey, nommé ainsi lieutenant général en 1448, à l’occasion de la campagne milanaise. Nombreux d’entre eux refusent, chose nouvelle, de servir le prince en armes, alors même que la dimension militaire était au fondement même de la pratique collégiale du pouvoir entre le duc et les nobles. L’échec cuisant de la guerre contre Sforza est en partie lié à ce refus inédit.

En outre, toute une partie de la communication de Pierre Brugnon a justement montré combien le roi de France a profité des contestations nobiliaires en Savoie pour étendre son ingérence et ainsi mettre en péril la souveraineté de cette principauté d’Empire. En effet, par le biais de documents inédits et au moyen d’un dur labeur paléographique, Pierre Brugnon a retrouvé toute une série de mémoires de nobles savoyards en exil auprès du roi de France (et parfois pensionnés) appelant à l’intervention du prince Valois.

Au total, une belle communication visant à montrer, aux dires de l’auteur, qu’aux côtés de la crise financière, de la répétition de régences, ce sont sans doute la politique ducale et surtout la nouvelle contestation nobiliaire qui constituent les causes sérieuses du déclin de la principauté savoyarde tardo-médiévale.

Par le biais d’un échange avec l’auditoire, Pierre Brugnon a précisé sa pensée et émis plusieurs hypothèses. Au premier rang figure celle de la spécificité savoyarde de la collégialité traditionnelle du pouvoir entre le prince et sa noblesse. Compey est le premier favori, ce qui constitue une nouveauté pour la Savoie mais un exemple particulièrement tardif au regard d’autres constructions politiques.

On notera également le soin de Pierre Brugnon à ne pas enfermer les noblesses dans des catégories restrictives. Tout comme d’autres recherches au Ciham le montrent, la noblesse savoyarde doit être saisie dans sa bigarrure. Une distinction stricte entre noblesse d’épée et noblesse de robe (quand bien même ces distinctions recouvrent parfois des conceptions plus modernes) n’est guère opérante. Des individus appartiennent à de vieilles familles seigneuriales mais peuvent se tourner vers des spécialisations en droit. Il est des choix, des investissements qui divergent en fonction des circonstances, des alliances et des occasions politiques.

Compte-rendu réalisé par Florentin Briffaz

 

Shirley Daumas | Étudier les archives de l’érudition : le fonds Pierre Pansier (1864‑1934)

Shirley Daumas est doctorante à l’Université d’Avignon; elle travaille pour sa thèse sur le fonds Pansier, travail qu’elle a présenté au séminaire. Shirley Daumas a montré comment les archives de Pierre Pansier (1864-1934), léguées au musée Calvet d’Avignon à la mort de ce médecin ophtalmologue et érudit avignonnais qui s’est inscrit dans le mouvement de l’érudition non professionnelle de la fin du xixe et du début du xxe siècles sont intéressantes à plusieurs titres pour l’historien.ne.

D’abord, pour sa qualité documentaire. Les archives Pansier, essentiellement constituées d’une production massive de documents (3,5m linéaires, 17.000 folios) par le notable et en majorité consacrés à l’histoire médiévale, histoire de la médecine et des institutions médicales comme histoire d’Avignon, et à la langue et la littérature provençales, contiennent en effet des documents précieux pour la recherche actuelle, du fait de la précision et de la rigueur qui caractérise le travail du docteur; elles ont ainsi pu être utilisées par Jacques Chiffoleau et Daniel Le Blévec.

Par ailleurs, les caractéristiques de la production de Pansier, qui réutilise beaucoup de papiers courants pour produire ses notes et fiches, permettent d’avoir accès à un ensemble de documents rarement conservés et qui sont précieux pour une histoire de la vie quotidienne: publicités, correspondance commerciale, faire-parts, cartes de visite, voire documents judiciaires, le docteur réemployant des documents ayant appartenu à son père avocat.

Shirley Daumas va plus loin et montre comment il est possible de considérer ce fonds non pas comme auxiliaire de recherche, mais également comme objet historique et historiographique indépendant: les archives Pansier permettent de retracer une autre histoire, celle de la méthode historique de l’érudition de ce début du xxe siècle, à un moment où se met en place la professionnalisation du métier d’historien, et où l’archive tend à prendre plus d’importance dans la constitution du savoir historique. Ce fonds peut ainsi aider à l’archivistique et à l’histoire de la science du classement, l’érudit ayant développé une méthode de classement précise, marqueur du besoin de travailler avec rapidité et efficacité. De même, le format des cahiers utilisés par Pansier qui autorisent une prise de notes plus aisée en archive témoignent d’un changement dans les pratiques de l’érudition à cette époque.

Compte-rendu réalisé par Matthias Gille Levenson

 

Aurélien Montel | L’étude des relations entre al-Andalus et le Maghreb à l’époque des Omeyyades de Cordoue : enjeux épistémologiques et documentaires

Aurélien Montel, actuellement ATER à l’université Lumière Lyon 2, a soutenu, en juillet 2019, une thèse intitulée « al-Andalus et le Maghreb à l’époque des Omeyyades de Cordoue. Réseaux d’échanges et ambitions impériales (iiie/ixe-ive/xe siècle) », sous la direction de Dominique Valérian.

L’objectif de cette recherche était de remettre en perspective une historiographie coloniale qui présentait le Maghreb comme un espace passif à l’époque médiévale, les impulsions venant invariablement de l’Espagne. Intéressé par des questionnements épistémologiques sur la pertinence d’un concept comme celui d’Occident musulman, A. Montel a essayé de montrer comment le pouvoir omeyyade de Cordoue a cherché à se projeter vers le Maghreb, dans des dynamiques politiques, économiques et religieuses pour lesquelles ni la guerre ni la mer ne formaient d’obstacles conséquents. En empruntant des paradigmes à des domaines académiques autres (comme la géographie) pour penser la question des circulations humaines et matérielles, A. Montel s’est appuyé sur un corpus principalement composé de dictionnaires biographiques (ṭabaqāt), épluchant ainsi des notices lui permettant de restituer de façon sérielle les itinéraires suivies par les hommes et les biens dans la région.

Sa thèse a ainsi pu montrer que le Maghreb fut bien plus qu’un simple réceptacle mais aussi un espace où les acteurs locaux entrèrent en politique pour négocier des alliances avec le pouvoir omeyyade. Revitalisant des circuits commerciaux hérités de l’Antiquité tardive, les pouvoirs en place participèrent à ces circulations, dont les trajectoires, jusqu’à la crise du ive/xie siècle, révèlent l’hétérogénéité des interactions entre deux espaces qu’on ne peut envisager séparément.

Compte-rendu réalisé par Enki Baptiste

 

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts