Archives de catégorie : Formation, atelier doctoral, université d’été

École d’été: « Cities cultural heritage and digital humanities », Turin, 16-23 septembre 2018 [délai: 6 août]

Lien siteAppel à participantsformulaire

[Cours en anglais ; participation de 600 € (repas du midi et collations du soir inclus ; bourses possibles ; candidature par envoi éléctronique].

The International Summer School — Cities, Cultural Heritage and Digital Humanities — focuses on Digital Humanities Methodologies for Cultural Heritage with the aim of highlighting cities in this celebratory European Year of Cultural Heritage.

The Summer School is in its 2nd edition, part of the International Joint Project on Digital Humanities and Cultural Heritage developed by POLITO and UCLA. The 2018 program is co-organized by the Politecnico di Torino (POLITO), University of California, Los Angeles (UCLA), École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris (EHESS), and the Italian Association of Urban History (AISU). The program will involve students in an intensive interdisciplinary research-training program on digital approaches to cities as physical, architectural, economic, political and social spaces, in addition to their history and ongoing impact.
This intensive training program deals with spatial and temporal dynamics linked to present urban spaces and built environments. It aims to enhance the understanding of urban heritage in the context of urban layers. It will center on changes in districts, streets, buildings, and public spaces at different historical moments, as well as on the intersecting relationships with activities, purposes, professions, and social groups of different origins. The objective of the 2018 Summer School is to provide participants with a broad understanding of the necessary interaction between different forms of knowledge and practice within urban history, as well as introduce digital skills. We will introduce two different approaches:
(i) how to construct, design and present an articulated research project; and (ii) how to develop it in a multidisciplinary, interactive and international contexts.
Teaching and practice for both include how to improve research and output by using digital methodologies.

 

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts

Atelier:Les enjeux de l’image : méthodes d’analyse en sciences humaines Moyen Âge et Renaissance:5-6/11/2018, Paris[délai:25/06/2018]

Les enjeux de l’image : méthodes d’analyse en sciences humaines Moyen Âge et Renaissance

Atelier interdisciplinaire 5-6 novembre 2018 – PARIS

Alliance Joint Project – Grant 2017 Appel à candidature

L’étude des images du Moyen Âge et de la Renaissance n’est plus le domaine exclusif des historiens de l’art et se trouve aujourd’hui à la croisée de nombreuses disciplines portant chacune sur ce matériau un regard qui leur est propre. Une ouverture à l’anthropologie historique a également permis un élargissement du cadre méthodologique propice à une meilleure prise en compte des implications sociales et culturelles. Les nombreuses publications scientifiques d’historiens, de musicologues et de littéraires se fondant sur l’analyse de représentations figurées oblige à redéfinir la portée et les enjeux des méthodes employées.

Le propos de cet atelier interdisciplinaire et international est d’instaurer un dialogue autour des approches et des historiographies entre des spécialistes de différents domaines, appuyant leur démarche sur l’analyse d’images. Réunissant des étudiants de Master 2 et de doctorat de Columbia et de Paris 1 (en histoire de l’art, histoire, littérature, et musicologie), invités à présenter leurs travaux en cours, ces deux journées, organisées en atelier fermé, s’adressent à de jeunes chercheurs en formation afin de leur proposer une réflexion approfondie sur leurs méthodes de travail. Se joindront à eux des chercheurs confirmés pour animer les interventions, qui seront suivies de commentaires approfondis. Les interventions pourront se faire aussi bien en anglais qu’en français.

Les échanges seront guidés par des questions précises : qu’apporte l’étude des images à une enquête scientifique sur le Moyen Âge ou la Renaissance, quel qu’en soit le domaine, et en quoi les résultats en sont-ils marqués ? Dans le cas d’une étude en histoire, en musicologie ou en littérature, comment la méthode d’approche et de compréhension des œuvres figurées s’est-elle construite par rapport à celle utilisée pour les sources textuelles ou musicales ? Quel rôle ont occupé dans la réflexion les études spécialisées en iconographie, et plus généralement l’historiographie propre à l’histoire des images et aux visual studies ?

Cet atelier vise à une mise en regard des méthodes d’analyse et d’interprétation issues de différentes disciplines, en donnant tout son sens au terme « enjeu », à travers une réflexion sur les images elles-mêmes ainsi que sur la place des sources visuelles dans la recherche en sciences humaines.

Les déjeuners et dîners sont inclus pour tous les participants pendant les deux jours.

Lieu : Columbia Global Center 4 rue de Chevreuse 75006 Paris

Organisation : Susan Boynton (Columbia University)
Anne-Orange Poilpré (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Organisé grâce au financement du programme Alliance Joint Project – Grant 2017

Le dossier de candidature comprendra :
– un résumé de 5 pages de la communication envisagée, mettant clairement en évidence les enjeux méthodologiques autour de l’image accompagné d’une bibliographie
(1 fichier)

– Un curriculum vitae (1 fichier)

Date limite de soumission de la candidature : 25 juin 2018

Les candidatures sont à adresser sous forme électronique à Susan Boynton (slb184[at]columbia.edu) et Anne-Orange Poilpré (anne-orange.poilpre[at]univ-paris1.fr) (veillez à bien envoyer le dossier à ces deux adresses).

Les réponses définitives seront données aux candidats pour le 1er juillet 2018.

Les communications devront être rédigées et envoyées (accompagnées d’illustrations) aux organisatrices avant le 1er octobre 2018. Les textes ne devront pas excéder 3200 mots (notes de bas de pages non incluses).

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Formation:Initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux:22-24/10/2018, Tours

Utilisée dans les milieux de la recherche en sciences humaines (linguistique, histoire, lettres, etc.), dans l’édition numérique et dans certaines bibliothèques, la TEI propose des solutions d’encodage XML pour les débutants comme pour les experts. Grâce à son système modulaire, elle s’adapte aux besoins spécifiques des projets pour éditer, diffuser, analyser, exploiter et visualiser les textes encodés. Les recommandations du TEI Consortium proposent des solutions de codage spécifique pour les documents patrimoniaux, participant ainsi à leur valorisation. Le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) et l’équipe des Bibliothèques Virtuelles Humanistes (BVH) de Tours organisent depuis 2005 cette formation dont le public ne cesse de s’élargir de par l’expansion des possibilités liées au numérique. Initialement dispensée aux étudiants du Master «Patrimoine Écrit et Édition Numérique» du CESR, cette session annuelle est spécifiquement dédiée aux professionnels, qu’ils soient chercheurs, ingénieurs, ou encore issus de l’enseignement ou de bibliothèques patrimoniales.

PUBLIC :

  • Tout professionnel intéressé par la structuration XML de sources textuelles, ayant de bonnes connaissances d’un traitement de texte et des notions de HTML.
  • La formation privilégiera le dialogue et la complémentarité nécessaire entre professionnels techniques et scientifiques.
  • Les stagiaires travailleront sur des extraits de corpus choisis.

OBJECTIFS : 

  • une initiation à la pratique de l’encodage en langage XML selon les recommandations de la TEI,
  • Une formation principalement appliquée au document patrimonial (imprimé et manuscrit). Les compétences acquises pourront s’étendre aux textes modernes.

Attention la formation est payante : 700€, mais il existe des tarifs pour les personnes qui ne seraient pas financées.

Inscription en ligne sur le site du SUFCO de Tours

Pour plus d’informations : « Initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux », Informations diverses, Calenda, Publié le jeudi 07 juin 2018, https://calenda.org/443726

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Financement:Post Doc: “Kinship”: Penn Humanities Center, University of Pennsylvania, Philadelphia [délai:15/10/2018]

Post Doc: “Kinship” (Penn Humanities Center)

Five Andrew W. Mellon Postdoctoral Fellowships in the Humanities are available for the 2019-2020 academic year on the general theme of KINSHIP. Open to untenured junior scholars holding a PhD (the only terminal degree eligible) who are no more than eight years out of their doctorate (received between December 2010 and December 2018). Research proposals from all humanistic disciplines and allied areas (e.g., anthropology, history of science) are eligible, except for educational curriculum-building and the performing arts (scholars of performing arts are eligible). Fellows teach one undergraduate course during the year in addition to conducting their research (must be in residence during fellowship year: August 1 – May 31). Stipend: $56,225 plus single-coverage health insurance and a $3,000 research fund.

Applications are accepted via secure online webform only. Do not email your application or c.v., or questions about whether proposed topic is viable. Those submissions and questions will not be considered. The committee cannot comment on the appropriateness of proposals in advance. A careful reading of the topic description and the application form itself generally answers most questions. Please also note that if you will defend your graduate thesis any time in 2019, you are not eligible to apply for this fellowship cycle, and no exceptions will be considered.

Full fellowship guidelines, ‘KINSHIP’ topic description, and downloadable application: https://wolfhumanities.upenn.edu/
Application deadline: October 15, 2018.

Contact: Sara Varney, Associate Director

Source: H-Net

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Atelier doctoral:La place des minorités : espaces, normes et représentations (Europe et Méditerranée, XIVe-XIXe), Ecole française de Rome, 11-15/06 (date limite de candidature : 23/04)

Alors que l’Europe n’en finit pas de se confronter à la question de la place qu’elle peut et qu’elle veut faire à des minorités extrêmement diverses (nationales, ethniques, religieuses, immémorialement implantées ou à peine arrivées, etc.), il paraît nécessaire de réfléchir aujourd’hui à la place des minorités sur la longue durée et de manière critique – c’est-à-dire, d’abord, en soumettant à une réflexion critique la notion de « minorité », trop couramment acceptée sans examen.

C’est elle qui sera au cœur de cet atelier de cinq jours, qui permettra d’interroger la place des minorités dans des espaces et des temps divers. Le même concept ne saurait bien sûr désigner la même réalité et la même expérience selon que l’on considère les sociétés médiévales, volontiers pensées (et d’abord par elles-mêmes) de manière organique et homogène, ou les sociétés modernes, réputées plus ouvertes et du moins plus diverses ; ou encore selon que l’on considère des espaces (pré-)nationaux, soumis à une forte volonté unificatrice, et d’autres espaces politiques, que l’on peut provisoirement définir comme impériaux, réputés plus à même de faire face à la diversité, voire de savoir l’organiser.

Cette « place » des minorités sera entendue d’abord au sens littéral, et donc spatial (les minorités sont présentes, soit : mais où, dans quels lieux, dans quels quartiers ou quelle région, dans quelles relations avec la majorité et/ou les autres minorités ?), mais aussi au sens de leur place dans le dispositif intellectuel, aussi bien juridique que théologique, culturel ou politique afin de mieux comprendre ce qui autorise, dans une société donnée, qu’une minorité soit présente et de mieux saisir ce qui la constitue – ou non – en minorité. Nous réfléchirons aux stratégies d’établissement et aux relations entre les minorités et les majorités, souvent hostiles, qui les ont accueillies, et sur la complexité des phénomènes d’inclusion / exclusion et de tolérance / discrimination.

La zone géographique couverte, Europe et Méditerranée, s’entend au sens large, de l’Occident aux mondes slaves, balkaniques et arabo-musulmans. Toutefois les candidat-e-s auront soin d’envisager, dans la présentation de leurs recherches, des possibilités d’ouverture, de connexion et de comparaison. Tou-te-s les candidat-e-s sont encouragé-e-s à proposer des recherches profitant de cette approche comparative et de la possibilité d’élargir le regard en adoptant une perspective interdisciplinaire.

L’atelier doctoral s’ouvrira lundi 11 juin 2018 à 17 h par une conférence inaugurale donnée par le Professeur Sanjay Subrahmanyam (Collège de France-UCLA).

Les jours suivants (12-15 juin), alterneront des conférences données par des chercheurs confirmés, des ateliers centrés sur la présentation de leurs travaux par les étudiants et permettant une discussion approfondie et des visites de terrain (archives, quartiers de Rome). Les conférences, les présentations et les discussions pourront se dérouler en français, en italien ou en anglais.

L’École française de Rome propose 12 bourses pour des doctorants de tous pays ayant effectué ou effectuant un travail de recherche sur les thèmes et les problèmes du séminaire. Ces bourses couvrent uniquement les frais de séjour à Rome (logement, repas le midi – pour les petits-déjeuners et dîners, possibilité d’utiliser la cuisine collective de la résidence). Le transport est à la charge des étudiants.

Les candidats devront envoyer par courrier électronique avant le 31 mars 2018 à Mme Grazia Perrino, secrma@efrome.it, un dossier comportant :

  • une lettre de motivation ;
  • un bref curriculum vitae précisant les compétences linguistiques et, le cas échéant, une liste de publications ;
  • un résumé du projet (2 pages au max., env. 6000 signes) ; – et une lettre de recommandation.

Les candidats rencontrant des difficultés pour trouver auprès de leur centre de recherche les fonds nécessaires à la prise en charge de leur voyage sont priés d’en faire part dans leur lettre de candidature, en donnant une évaluation des coûts.

Les candidats seront choisis en considération de leur projet par le Comité scientifique. Ils seront prévenus de l’obtention de la bourse avant le 15 avril 2018. Ils devront ensuite fournir un texte d’environ 10 pages (30 000 signes) dans une des langues de la conférence (français, italien ou anglais), avant le 15 mai 2018. Les projets seront commentés, avant la discussion générale, par un autre doctorant qui aura été préalablement désigné. Les meilleures communications pourront être proposées à la publication dans les Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge (http://journals.openedition.org/mefrm/)

Les candidats retenus pour le séminaire seront tenus d’assister à l’ensemble des séances.

Organisation et comité scientifique

Serena Di Nepi (Sapienza Università di Roma), Fabrice Jesné (École française de Rome), Pierre Savy (École française de Rome).

Conférence inaugurale : Sanjay Subrahmanyam (Collège de France-UCLA).

Conférenciers

Nirit Ben-Aryeh Debby (Ben-Gurion University), Serena Di Nepi (Sapienza Università di Roma), Mathieu Grenet (Institut national universitaire Jean-François Champollion-Albi), Fabrice Jesné (École française de Rome), Pierre Savy  (École française de Rome), Claire Soussen-Max (Université de Cergy-Pontoise).

Contacts

École française de Rome

Pierre Savy, directeur des études (Moyen Âge), dirma@efrome.it

Grazia Perrino, assistante scientifique de la section Moyen Âge, secrma@efrome.it Piazza Farnese, 67

I – 00186 Roma

Tel. (+39) 06 68 60 12 48

source : http://www.efrome.it/actualite/la-place-des-minorites-il-posto-delle-minoranze-what-place-for-minorities.html

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidature atelier doctoral:L’économie des villes méditerranéennes (Sienne, 25-29/06) [date limite de candidature:15/04]

Cet atelier de formation doctorale s’inscrit dans le prolongement direct de la Scuola di alti studi dottorali qui, de 2004 à 2016, a constitué un lieu de formation de pointe pour les jeunes chercheurs consacrant leurs recherches à l’étude de la culture locale. Promu par le Centro di Studi sulla civiltà comunale de la Deputazione di Storia Patria per la Toscana, l’école s’est signalée comme l’une des « écoles d’été » les plus qualifiées au niveau international : sur plus de 180 participants, plus de 40 provenaient d’universités non italiennes.

Depuis 2017, les Ateliers internationaux de formation doctorale sont organisés par le Centro di Studi sulla civiltà comunale de la Deputazione di Storia Patria per la Toscana en collaboration avec le doctorat en histoire (Dottorato di ricerca in Studi storici) des universités de Florence et de Sienne, l’École française de Rome et l’Université Paris-Sorbonne. Ils se déroulent à San Gimignano avec le soutien de l’administration municipale locale. Le Comité scientifique est composé d’Élisabeth Crouzet-Pavan (Université ParisSorbonne), Jean-Claude Maire Vigueur (Università di Roma Tre), Giuliano Pinto (Deputazione di Storia Patria per la Toscana), Pierre Savy (École française de Rome) et Andrea Zorzi (Università di Firenze).

L’objectif des ateliers est l’étude des sociétés urbaines du Moyen Âge, en mettant l’accent sur les systèmes politiques et les différentes manifestations de l’imaginaire urbain et en portant le regard sur toutes les villes du bassin méditerranéen – celles de l’Occident chrétien, celles de la zone d’influence byzantine et celles des régions sous domination islamique. Les ateliers offrent un environnement stimulant pour les échanges intellectuels entre spécialistes établis et jeunes chercheurs en formation, pour favoriser, à travers des moments de discussion et d’échange, le renouvellement de la recherche et l’élargissement des perspectives comparatives.

Les ateliers, multidisciplinaires, prévoient des leçons sur des questions interprétatives vastes dispensées par des professeurs spécialisés et des séminaires organisés par les participants sur leurs sujets de recherche.

Les enseignants du deuxième Atelier – consacré à l’économie des villes méditerranéennes – seront les professeurs Duccio Balestracci (Università di Siena), Elisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne), Jean-Baptiste Delzant (Aix Marseille Université), Franco Franceschi (Università di Siena), Catherine Kikuchi (École française de Rome), Luca Molà (European University Institute), Giuliano Pinto (Deputazione di Storia patria per la Toscana), Sergio Tognetti (Università di Cagliari) et Cécile Troadec (École française de Rome).

Les participants doivent être des étudiants doctorants, boursiers de recherche et boursiers postuniversitaires dans les disciplines historiques et de « médiévistique » de toutes les universités italiennes et étrangères et de toute nationalité.

La participation à l’atelier est réservée à 14 (quatorze) jeunes chercheurs, choisis à la discrétion du Comité scientifique sur la base d’une évaluation des diplômes et des programmes présentés. Les participants en surnombre ne sont pas autorisés.

Les ateliers ont un caractère résidentiel. Les personnes admises sont tenues d’assister assidûment à toutes les réunions et de conduire durant l’atelier un séminaire sur leurs recherches, selon le programme qui sera rendu officiel au début de l’atelier. Au terme de celui-ci, un certificat de participation sera remis aux participants. Nous nous réservons le droit de refuser un certificat à ceux qui, sans justification, n’auront pas suivi les cours avec assiduité.

L’hospitalité complète est offerte aux candidats retenus, à l’exclusion des frais de déplacement.

Les candidats doivent soumettre :

  • une demande d’admission avec les coordonnées du candidat, l’indication de son niveau d’études et de son statut général et professionnel actuel, une adresse postale, un numéro de téléphone et un courrier électronique, en utilisant le formulaire disponible ici :  https://drive.google.com/file/d/10DcyCLENlCN0ilMScJ9MX4VMD1S3n2q/view?usp=sharing>
  • une brève description du projet de recherche en cours (en utilisant le formulaire disponible sur l’URL indiquée supra)
  • un curriculum vitae de deux pages maximum présentant les études suivies et les activités scientifiques ;- éventuellement, la copie des publications.

On ne prendra pas en compte les demandes omettant de fournir une description du projet de recherche ou dépourvue du formulaire de candidature.

Les demandes doivent être adressées sur la boîte cescc.2011@gmail.com, avec les documents requis en pièces jointes, au plus tard le 15 avril 2018.

Les candidats admis à l’atelier seront informés par courrier électronique avant le 5 mai 2018.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Atelier doctoral Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge – Les sources pour l’histoire religieuse, Salerne, 18-22/06 [date limite : 27/04]

APPEL À CANDIDATURES ATELIER DOCTORAL DE SPÉCIALISATION

L’Atelier doctoral Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge, organisé par l’Università degli Studi di Salerno (Dipartimenti di Scienze del patrimonio culturale e di Scienze umane, filosofiche e della formazione), l’Università degli Studi della Basilicata (Dipartimento di Scienze Umane), l’Università degli Studi di Napoli Federico II (Dottorato di ricerca in Scienze storiche, archeologiche e storico-artistiche) et l’École française de Rome, a pour but de fournir une formation spécialisée dans le domaine de l’histoire, de la civilisation et de la culture de l’Italie méridionale et de son environnement méditerranéen au Moyen Âge.

Dans cet esprit, l’Atelier réunit des enseignants spécialisés et de jeunes chercheurs pour offrir une occasion de réflexion, de discussion, d’approfondissement méthodologique et de mise au point historiographique concernant les différentes sources historiques et les conditions convenables de leur utilisation.

Dans l’édition de cette année, on abordera l’étude de certains aspects de l’histoire religieuse particulièrement caractéristiques du monde méditerranéen et on analysera, à divers niveaux, les sources qui permettent d’en reconstituer la spécificité et les valeurs.

Les boursiers présenteront un rapport concernant leur projet de recherche et les différentes sources qu’ils utilisent.

Le Séminaire est particulièrement destiné aux jeunes chercheurs, doctorants ou déjà docteurs, qui travaillent sur des sujets concernant l’Italie et/ou d’autres régions méditerranénnes au Moyen Âge ; douze bourses couvrant l’ensemble des frais de séjour leur sont proposées, les déplacements restant à la charge des participants.

Chacune des quatre journées de travail (du lundi 18 au vendredi 22 juin) comportera deux sections :

  • Le matin, intervention d’un enseignant appartenant à une Université ou à une institution de recherche européenne ou extra-européenne.
  • L’après-midi, présentation et discussion par les jeunes chercheurs de leurs recherches en cours (interventions de 20 minutes au plus).

Avant le 27 avril 2018, les candidats devront envoyer par courrier électronique à mondimediterranei@gmail.it : – Une demande de participation indiquant de façon synthétique les raisons de leur intérêt.

  • Un bref curriculum studiorum indiquant en particulier leurs compétences linguistiques et leurs éventuelles publications.
  • Un résumé de leur programme de recherches (6.000 signes au maximum).
  • Une lettre de présentation d’un enseignant universitaire ou d’un chercheur spécialisé, qui servira de garantie.

Les candidats seront sélectionnés par le Comité Scientifique sur la base de la relation entre leur programme de recherche et le thème du séminaire. Le résultat de la sélection sera communiqué avant le 18 mai 2018. En même temps, ceux qui auront été sélectionnés recevront le programme détaillé des journées et les informations pratiques.

Les candidats retenus devront ensuite envoyer le texte de leur intervention (30.000 signes au maximum) dans l’une des trois langues de travail (italien, français, anglais) avant le 1er juin 2018. Les participants devront en outre préparer une présentation Powerpoint dans l’une des deux langues qu’ils n’auront pas choisies pour leur texte. Chacun des projets présentés sera commenté par l’un des enseignants participant au Séminaire et discuté collectivement par les autres enseignants et les participants. Sur proposition du Comité Scientifique de l’Atelier, les meilleures interventions pourront être soumises aux Comités de lecture des revues Mélanges de l’École fançaise de Rome.

Moyen Âge et Schola salernitana pour une éventuelle publication.

Le Comité Scientifique se réserve la possibilité d’accueillir comme auditeurs libres d’autres participants intéressés par les thèmes traités, qui prendront à leur charge leurs frais de séjour.

Ceux qui seront admis au Séminaire devront le suivre toute la semaine.

Comité Scientifique

Claudio Azzara, Giuliana Capriolo, Fulvio Delle Donne, Roberto Delle Donne, Maria Galante, Amalia Galdi, Benoît Grévin, Jean-Marie Martin, Francesco Panarelli, Annick Peters-Custot, Vivien Prigent, Gerardo Sangermano, Pierre Savy

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidature atelier doctoral:Outils et méthodes pour l’histoire des Églises entre Orient et Occident (Ve-XIXe siècle), 10-15/09, Rome

Organisation :

  • Frédéric Gabriel (CNRS, IHRIM, ENS de Lyon)
  • Camille Rouxpetel (CRM-Université Paris-Sorbonne / CRHIA-Université de Nantes / Villa I Tatti, the Havard University Center for Italian Renaissance Studies)

Comité scientifique :

  • Dominique Iogna-Prat (CNRS, EHESS, CéSor)
  • Michel-Yves Perrin (EPHE-LEM)
  • Annick Peters-Custot (CRHIA-Université de Nantes)
  • Pierre Savy (EFR)
  • Benoît Schmitz (Centre Roland Mousnier, Paris)
  • Laurent Tatarenko (IESW / CERCEC)

L’École française de Rome, en partenariat avec l’EHESS, l’ENS de Lyon, trois laboratoires du CNRS (LEM, CéSor, IHRIM) et le labex CoMod (Lyon), organise un atelier doctoral à Rome du 10 au 15 septembre 2018. Cet atelier s’inscrit dans le cadre du programme « Normes et pratiques du religieux en Orient et Occident : une histoire croisée des circulations entre les communautés chrétiennes d’Europe et de Méditerranée » (https://normesrel.hypotheses.org). Dirigé par Camille Rouxpetel et Laurent Tatarenko, ce programme fédère l’École française d’Athènes, le Centre de recherche français à Jérusalem et l’EFR, ainsi que le CNRS (CéSor, CERCEC), l’Université catholique de Louvain et l’Université de Nantes (CRHIA).

Les relations entre religion et institutions, longtemps délaissées par des sciences humaines et sociales structurées par la laïcité ou, au contraire, investies à des fins apologétiques, sont aujourd’hui interrogées à nouveaux frais. Dans ce cadre, il est indispensable de revenir de manière critique sur la notion d’Église, dans sa pluralité confessionnelle, occidentale et orientale (Europe centrale et orientale, espace hellénique, ProcheOrient), car bien souvent, l’« histoire religieuse » prend pour acquis ce qu’il s’agit ici d’interroger. À l’inverse, dans cette école thématique internationale, nous mettrons en évidence et nous discuterons les problématiques qui structurent l’institutionnalité ecclésiale, ses normes, ses ramifications, ses jeux d’échelles, et nous proposerons une cartographie des champs relatifs à ce domaine. Classiquement, quand il s’agit de définir l’Église, on reconnaît d’emblée l’ambiguïté du terme, ses sens multiples : c’est cette ambiguïté et sa polyphonie que nous explorerons de manière interdisciplinaire, pour mieux comprendre la dialectique entre religion, institution et normes.

Cet atelier doctoral permettra ainsi de mettre en rapport des historiographies séparées alors même qu’elles partagent un objet central et fort, l’Église, qui n’est souvent traitée que comme une toile de fond de l’histoire. En effet, l’objet « Église » est interdisciplinaire par définition, mais son étude, rare en tant que telle dans le monde francophone, est démembrée entre différentes disciplines (théologie, histoire, mais aussi lettres classiques, sociologie, philosophie, droit). Les participant-e-s qui prendront part à cette école auront l’opportunité de voir réunies des approches diverses et complémentaires : sociale, normative, liturgique, politique, orientaliste. Les participant-e-s auront accès aux méthodes, aux problématisations et aux derniers acquis de ces différentes approches interdisciplinaires dans la longue durée. En outre, ils auront également l’occasion de discuter entre eux de leurs sujets, et de la spécificité ou de la convergence de leurs problématiques. Enfin, ils bénéficieront des regards de différents spécialistes sur les problèmes qu’ils rencontrent, puisque tous les conférenciers participeront à l’école dans sa totalité.

Rome est l’un des lieux par excellence où l’on peut étudier dans un périmètre restreint des éléments divers qui s’échelonnent sur un millénaire : sites archéologiques, bâtiments antiques, médiévaux et « baroques », fonds d’archives, bibliothèques ecclésiastiques. Pour un atelier doctoral qui se situe à la croisée de plusieurs domaines, ce centre géographique des époques antique, médiévale et moderne s’impose de lui-même.

 

L’atelier se déroulera de la manière suivante :

  • Des conférences historiographiques, en français, qui présenteront le matin une synthèse problématisée de l’état de l’art, ainsi que les perspectives les plus actuelles de la recherche. Après ces interventions, une large place sera consacrée aux discussions.
  • Dans un format plus réduit, l’après-midi, les étudiant-e-s pourront faire un exposé concis en lien avec les thématiques abordées (langues de travail : italien, français, anglais). Pendant cette semaine de formation, nous envisageons de sélectionner les meilleurs exposés des participant-e-s. pour leur proposer, à l’issue de l’atelier, une soumission de leur texte aux Mélanges de l’École française de Rome Moyen Âge.
  • Des visites guidées et commentées de sites archéologiques, de bâtiments et de fonds archivistiques.

 

L’École française de Rome propose 12 bourses pour des jeunes chercheurs (étudiant-e-s en master 2, en doctorat ou jeunes post-doctorant-e-s de l’Union européenne et d’autres pays) effectuant un travail de recherche sur les thèmes et les problèmes de l’atelier. Ces bourses couvrent uniquement les frais de séjour à Rome. Les frais de transport incombent aux laboratoires ou aux écoles doctorales des participant-e-s (à titre exceptionnel, nous pourrons envisager de prendre en charge certains trajets).

Les candidat-e-s doivent envoyer (en français, ou en italien, ou en anglais), avant le 31 mars 2018, à secrma@efrome.it 1. un CV d’une page et 2. la présentation de leur sujet de recherche en une page.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Atelier:Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale:28/05/2018 au 01/06/2018, CESCM de Poitiers[délai:15/03/2018]

Appel à candidature – Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale organise du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 une école thématique  CNRS consacrée aux inscriptions médiévales. Elle entend fournir une formation théorique et pratique de haut niveau en épigraphie permettant le recensement, la lecture, l’exploitation et la conservation des inscriptions tracées sur pierre, bois ou métal au cours du Moyen Âge.

Présentation

Le Moyen Âge sait écrire ; le Moyen Âge aime écrire. L’idée d’une société médiévale tout à fait analphabète, étrangère aux pratiques de l’écriture, est fort heureusement obsolète, et la recherche des trente dernières années a démontré l’étendue, la variété et la richesse des usages de l’écriture au Moyen Âge, sous toutes ses formes et dans toute la diversité de ses acteurs.

Parmi les témoignages graphiques à la disposition des hommes et des femmes du Moyen Âge, on trouve également les inscriptions tracées sur pierre, métal, bois ou verre, placées à la façade des églises et des édifices publics, dans les cimetières, sur les œuvres d’art et offertes à la vue du plus grand nombre, partie intégrante du paysage vécu par la société médiévale. Ces sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche pour l’Antiquité grecque et romaine ; elles restent en revanche très largement à interroger pour le Moyen Âge et constituent à ce titre un champ de recherche fécond.

Le paradoxe entre l’omniprésence des inscriptions, au Moyen Âge mais aussi aujourd’hui (sur les monuments, dans les musées, dans les dépôts de fouille) et leur utilisation très discrète jusqu’alors dans les études sur le Moyen Âge s’explique en grande partie par le nombre très réduit des formations en épigraphie proposées aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et aux professionnels dans le panorama académique français. Pour cette raison, et malgré son intérêt dans l’appréhension des formes médiévales de l’écriture, l’inscription reste encore un objet méconnu, voire anecdotique, parmi les productions culturelles du Moyen Âge utilisées comme sources de la connaissance. Difficiles à décrire, à lire, à dater, à traduire, à publier, à interpréter, à mettre en valeur, à conserver, la plupart des textes épigraphiques restent trop souvent dans les tiroirs de l’histoire.

Objectifs

Pour y remédier, l’école thématique CNRS qui se tiendra au CESCM du 28 mai au 1er juin 2018 propose l’acquisition des connaissances permettant de diffuser leur compréhension et leur utilisation tant dans le monde scientifique que patrimonial. Cette école thématique présente six objectifs principaux :

1- Présenter la documentation épigraphique du Moyen Âge sous toutes ses formes, matériaux, supports, contenus, fonctions, états de conservation.

2- Découvrir l’objet épigraphique dans toutes ses dimensions (matérielles, graphiques et textuelles) en apprenant à recenser, à décrire, à lire, à relever, dessiner, photographier les inscriptions, ainsi qu’à les replacer dans leur contexte initial d’exposition ou d’utilisation (grâce à l’archéologie du bâti par exemple).

3- Apprendre à éditer les inscriptions médiévales pour les mettre à disposition de la communauté scientifique grâce aux outils numériques (base de données, encodage TEI, édition en ligne).

4- Transformer l’objet épigraphique en notice, l’inventaire en corpus, le recensement en objet d’histoire.

5- Intégrer les inscriptions médiévales dans le grand panorama des pratiques graphiques médiévales en mettant en regard les textes tracés sur pierre, sur bois et sur métal, avec les textes étudiés par la paléographie (codices et documents d’archives) et d’autres disciplines d’érudition (sigillographie, numismatique, emblématique…) pour analyser les spécificités, les points communs, les rencontres entre toutes les formes de l’écriture médiévale.

6- Réfléchir à la question de la conservation et de la mise en valeur des inscriptions au fil des siècles.

Cette école thématique consacrée à l’épigraphie médiévale propose quatre modalités pédagogiques complémentaires, complétées, en amont par une préparation préalable à distance (lectures incontournables, envoi d’un exemplier et d’un glossaire). Sur place, les participants assisteront à : des sessions plénières sous forme de cours magistraux pour l’acquisition des grandes notions et des principes élémentaires de la discipline ; des travaux dirigés en groupe restreint pour la mise en pratique des méthodes et l’utilisation des outils bibliographiques et documentaires ; des sessions de travaux pratiques pour l’acquisition des techniques de relevés et de photographies des inscriptions médiévales, des méthodes traditionnelles (estampages, calques) aux nouvelles technologies (clichés numériques, scans), ainsi que pour les techniques de l’édition numérique des textes épigraphiques (encodage TEI, initiation à EPIDOC) ; l’étude directe d’inscriptions médiévales conservées en différents lieux de la ville de Poitiers.

Inscriptions et informations pratiques

L’école thématique s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés (ingénieurs et chercheurs CNRS, enseignants chercheurs), acteurs du patrimoine et de la culture.

Elle se déroulera du 28 mai au 1er juin 2018 au CESCM de Poitiers et est limitée à 25 participants.

Tarifs (inscription et hébergement) : doctorants = 200 euros ; salariés de la fonction publique = 300 euros ; salariés du secteur public = 300 euros ; agents CNRS = gratuit.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 15 mars 2018 à l’adresse électronique suivante :

ecolethematiquecescm@gmail.com

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) ou Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Formation:Unveiling Judeo-Spanish Texts: A Hebrew Aljmiado Workshop:22/02/2018, UCLA,Californie

Unveiling Judeo-Spanish Texts: A Hebrew Aljmiado Workshop (22 February: UCLA)

UCLA’s Department of Spanish and Portuguese, CMRS and the Alan D. Leve Center for Jewish Studies present “Unveiling Judeo-Spanish Texts: A Hebrew Aljamiado Workshop” followed by Lecture by Professor Michelle Hamilton (University of Minnesota) on 22 February 22, 2018, 1:00 pm- 6:00 pm at Royce Hall 306 on the UCLA Campus.

The Hebrew Aljamiado Research Group of the Department of Spanish & Portuguese and the Center for Medieval and Renaissance Studies are offering a workshop in learning to read 14th-16th century Judeo-Spanish texts written using the Hebrew alphabet: Hebrew “aljamiado” writing.  Attendees will also learn about the cultural context of Hebrew aljamiado writing in the Peninsula and in the Sephardic diaspora.

Professor Michelle Hamilton of Spanish & Portuguese Studies at the University of Minnesota, a leading scholar of these texts, will close the workshop with a lecture on “The Hebrew Aljamiado Versions of Ms. Parma 2666 and Their Cultural Significance: Danza de la muerte, Visión delectable.”

The four-hour afternoon workshop will offer hands-on practice with representative texts written in Hebrew aljamiado: Shem Tov de Carrión, Proverbios morales (14th C.), Alfonso de la Torre, Visión delectable (15th C.), Danza de la muerte (15th C.), León Hebreo, Diálogos de amor (16th C.).

The workshop is free and open to the public, but advanced registration is requested.  Attendees should have a basic knowledge of modern Spanish. Familiarity with the Hebrew alef-bet is also helpful. However, materials will be distributed prior to the workshop in order to introduce attendees to the Hebrew alef-bet and the basics of its use in writing Judeo-Spanish texts.

For inquiries concerning the workshop, please contact John Dagenais (dagenais@humnet.ucla.edu)

Source: John Dagenais

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Atelier doctoral: Outils et méthodes pour l’histoire des Églises entre Orient et Occident (Ve-XIXe siècle):19-15/09/2018, Rome[délai:31/03/2018]

L’École française de Rome, en partenariat avec l’EHESS, l’ENS de Lyon, trois laboratoires du CNRS (LEM, CéSor, IHRIM) et le labex CoMod (Lyon), organise un atelier doctoral à Rome du 10 au 15 septembre 2018. Cet atelier s’inscrit dans le cadre du programme « Normes et pratiques du religieux en Orient et Occident : une histoire croisée des circulations entre les communautés chrétiennes d’Europe et de Méditerranée ».

Les relations entre religion et institutions, longtemps délaissées par des sciences humaines et sociales structurées par la laïcité ou, au contraire, investies à des fins apologétiques, sont aujourd’hui interrogées à nouveaux frais. Dans ce cadre, il est indispensable de revenir de manière critique sur la notion d’Église, dans sa pluralité confessionnelle, occidentale et orientale (Europe centrale et orientale, espace hellénique, Proche-Orient), car bien souvent, l’« histoire religieuse » prend pour acquis ce qu’il s’agit ici d’interroger.

Cet atelier doctoral permettra ainsi de mettre en rapport des historiographies séparées alors même qu’elles partagent un objet central et fort, l’Église, qui n’est souvent traitée que comme une toile de fond de l’histoire.

L’atelier se déroulera de la manière suivante :

  • Des conférences historiographiques, en français, qui présenteront le matin une synthèse problématisée de l’état de l’art, ainsi que les perspectives les plus actuelles de la recherche. Après ces interventions, une large place sera consacrée aux discussions.
  • Dans un format plus réduit, l’après-midi, les étudiant-e-s pourront faire un exposé concis en lien avec les thématiques abordées (langues de travail : italien, français, anglais). Pendant cette semaine de formation, nous envisageons de sélectionner les meilleurs exposés des participant-e-s. pour leur proposer, à l’issue de l’atelier, une soumission de leur texte aux Mélanges de l’École française de Rome Moyen Âge.
  • Des visites guidées et commentées de sites archéologiques, de bâtiments et de fonds archivistiques.

L’École française de Rome propose 12 bourses pour des jeunes chercheurs (étudiant-e-s en master 2, en doctorat ou jeunes post-doctorant-e-s de l’Union européenne et d’autres pays) effectuant un travail de recherche sur les thèmes et les problèmes de l’atelier. Ces bourses couvrent uniquement les frais de séjour à Rome. Les frais de transport incombent aux laboratoires ou aux écoles doctorales des participant-e-s (à titre exceptionnel, nous pourrons envisager de prendre en charge certains trajets).

Les candidat-e-s doivent envoyer (en français, ou en italien, ou en anglais), avant le 31 mars 2018, à secrma@efrome.it 1. un CV d’une page et 2. la présentation de leur sujet de recherche en une page.

Annonce publiée sur le site du Réseau des médiévistes belges de langue française : https://rmblf.be/2017/12/22/appel-a-contribution-atelier-doctoral-outils-et-methodes-pour-lhistoire-des-eglises-entre-orient-et-occident-ve-xixe-siecle/

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Ateliers:Initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux:22/01, 29/01 et 05/02, CESR, Tours[délai:17/01/2018]

L’équipe « Bibliothèques virtuelles humanistes » du Centre d’études supérieures sur la Renaissance (CESR) de Tours organise une session de formation à l’encodage XML-TEI dans le cadre de l’option Humanités numériques du master « Patrimoine écrit et édition numérique ». La formation se tiendra sur trois journées. Ce stage est ouvert et gratuit, sur inscription préalable, pour les étudiants de l’université de Tours et d’autres établissements, dans la limite des places disponibles.

Présentation

L’équipe « Bibliothèques virtuelles humanistes » du CESR de Tours organise un stage de formation à l’encodage XML-TEI dans le cadre de l’option Humanités numériques du Master « Patrimoine écrit & édition numérique ». La formation se tiendra sur 3 journées :

  • Lundi 22 janvier 2018
  • Lundi 29 janvier 2018
  • Lundi 5 février 2018

Utilisée dans les milieux de la recherche en sciences humaines (linguistique, histoire, lettres, etc.), dans l’édition numérique et dans certaines bibliothèques, la TEI propose des solutions d’encodage XML pour les débutants comme pour les experts. Grâce à son système modulaire, elle s’adapte aux besoins spécifiques des projets pour éditer, diffuser, analyser, exploiter et visualiser les textes codés. Les recommandations du TEI Consortium proposent des solutions de codage spécifique pour les documents patrimoniaux, participant ainsi à leur valorisation.

Pour plus d’informations :  « Initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux », Informations diverses, Calenda, Publié le vendredi 15 décembre 2017, http://calenda.org/426369

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Atelier: Les techniques digitales au Moyen Âge:24/11/2017-01/12/2017-08/12/2017, Paris

Cet atelier est proposé par l’International Medieval Society – Paris (www.ims-paris.org), en collaboration avec le LAMOP (UMR 8589 – CNRS/Paris 1), l’EA 173- CERAM de Paris 3 et l’EA 7322 de Paris 8 et le GAHOM (EHESS).

Coordination : Fanny Madeline (LAMOP/IMS), Maud Perez-Simon (Paris 3), Christopher Lucken (Paris 8), Pierre Olivier Dittmar (EHESS), Irène Fabry-Tehranchi (BL/IMS)

Dans le contexte actuel qui voit la numérisation de nos disciplines et le développement des humanités numériques (que les anglo-saxons appellent « digital studies »), une nécessité nouvelle s’impose aux chercheur.e.s en sciences humaines et sociales d’utiliser leurs doigts dans des espaces de travail désormais largement numérisés. Les études sur ce nouvel usage des doigts dans les pratiques cognitives commencent à émerger mais ne s’inscrivent que très rarement dans la longue durée. Or étudier la dimension anthropologique de l’usage des doigts dans l’art et les pratiques cognitives au Moyen Âge permet d’historiciser une dimension centrale de l’activité humaine pour mieux comprendre les transformations de nos propres pratiques. Penser la main du Moyen Âge à la médiévistique, de l’objet d’étude à la discipline, sera donc l’objectif de cette série de trois ateliers dont la dimension pédagogique sera renforcée par une organisation en deux temps : une première partie en matinée sera consacrée à des conférences et des discussions sur les usages de la main et des doigts au Moyen Âge ; des ateliers pratiques de présentation et utilisation des ressources digitales existantes à l’usage des étudiants de master et de doctorat se tiendront en seconde partie de journée. En associant de la sorte recherche et formation, les ateliers mettent en avant l’importance (toujours actuelle) des questionnements médiévaux quant aux liens entre corps et connaissance en même temps qu’ils font état des innovations technologiques et méthodologiques à l’œuvre dans les différentes disciplines de la médiévistique.

Ces ateliers sont ouverts à toutes et tous.

Inscriptions obligatoires pour accéder aux bâtiments : ici

affiche-Condorcet-2017

Programme :

Le vendredi 24 novembre 2017
Salle Picard, escalier C, 3e étage, 17 rue de la Sorbonne

14h-16h30 : Conférences : Communiquer et savoir : les gestes de la main et des doigts et leurs usages cognitifs »

Alex Novikoff (Kenyon college, Ohio): Digital Scholasticism: The Ars Disputandi and the “Art” of Disputation
Francesca Aceto (EHESS): Savoir sur le bout des doigts ». Jeux, mathématiques et apprentissage au Quattrocento. Quelques études de cas.

17h-19h : Atelier « écrire sa thèse avec les outils numériques » : avec Mathilde Jourdain (Paris 1) et Franciska Heimburger (EHESS).

Le vendredi 1er décembre 2017
Salle de formation, Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne

10h-12h30 Conférences :« Produire avec la main : savoir-faire, recommandations, traces des pratiques »

10h: Susan Rankin (Univ. Cambridge): Writing Sound: Designing Notation
11h: Filippo Ronconi (EHESS): Le livre en tant qu’objet social : des matières premières à la reliure. Acteur sociaux et savoir-faire

14h : Atelier : « Levez les mains du clavier »

14h : Marie Chaveneau (chanteuse lyrique et musicologue) : Main guidonnienne et chant expérimental
16h15 : Maud Perez-Simon (Paris 3): Quels gestes dans les collections médiévales du Louvre? (RV à l’accueil des groupes du Louvre)

Le vendredi 8 décembre 2017
Salle du CETHA, INHA, 6 Rue des Petits Champs, 75002 Paris

9h30-11h : Conférences : Anthropologie et symbolique du doigt et de la main

Eric Palazzo (Univ. Poitiers): Le sens tactile dans la liturgie médiévale
Pascal Texier (Univ. Limoges): La digitalisation médiévale du droit

11h30-13h30 : Atelier « N’gram une approche sauvage de la bibliométrie » avec Pierre-Olivier Dittmar (EHESS) et Vincent Jolivet (ENC).

Source : IMS – Paris

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Projet/réseau de recherche : « The Early Modern Book Project » Autour de l’histoire du livre au début de l’époque moderne.

The Early Modern Book Project vise à mettre en relation des jeunes chercheurs travaillant de près ou de loin sur le livre à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Les chercheurs confirmés et les professionnels des métiers du livre sont bien sûr les bienvenus dans le projet. Prenant acte des frontières disciplinaires souvent très rigides et, parfois, de l’absence de communication, ce projet cherche à favoriser la circulation de l’information et le partage des compétences scientifiques et techniques dans le domaine du livre manuscrit et imprimé à un niveau international.
Pour ce faire, un site a été créé, https://embookproject.org/, qui s’articule autour de plusieurs axes :
–          D’abord un « Who’s who » des jeunes chercheurs travaillant sur ce domaine. Le Member Directory est un moyen de retrouver facilement les personnes s’intéressant à un aspect spécifique du sujet.
–          Le calendrier, ouvert à tous, permet de repérer les conférences, les appels à contribution et les offres de postes liés à l’histoire du livre.
–          Le forum, réservé aux inscrits, est un espace d’échange informel, où il est possible de se tenir informé des nouvelles publications et de demander des conseils d’aide à la recherche : renseignements bibliographiques, traductions, transcriptions, identifications de provenances, d’éditions, de textes, d’images (entre autres).
–          Un glossaire multilingue des termes liés à l’histoire du livre est également en cours de constitution.
Outre cette plate-forme en ligne, nous souhaitons organiser des rencontres et ateliers ouverts aux membres ainsi qu’aux autres chercheurs, où chacun pourra intervenir en fonction de ses centres d’intérêt.
–          Des ateliers thématiques seront l’occasion pour les jeunes chercheurs de se former à des méthodes issues de toutes les disciplines liées à l’étude du livre ancien, qui peuvent leur être utiles dans leur recherche : par exemple la codicologie, la bibliographie matérielle, le catalogage, les instruments de recherche, l’analyse des textes et des images…
–          Sur le long terme, des journées d’études et stages auprès de spécialistes du domaine sont également envisagées.
***
The Early Modern Book Project aims to put young scholars working on Late Medieval and Early Modern manuscripts and printed books in contact with each other. Senior scholars interested in the subject are of course welcome to join. To bypass the disciplinary boundaries within the Humanities  and the lack of communication among institutions, we want to encourage  the sharing of information and technical skills related to the study of manuscript and printed books at an international scale.
To that end, a website has been created, https://embookproject.org/, consisting of four parts:
  • As a « who’s who » of young scholars working on the subject, the Member Directory is a mean to get in touch with people working on a specific aspect of the subject.
  • A calendar, accessible to all, was designed to isolate information about the conferences, call for papers, and job offers related to book history.
  • A forum, which is all about informal exchanges between the members – its access is therefore restricted. Here members can keep themselves up to date with recent publications and seek assistance from other members (bibliographical advices, translating or transcribing texts, identifying the past owners of copies, identifying editions, texts, images).
  • A multilingual glossary is currently being developed.
Aside from this online platform, we wish to organize meetings and workshops open to members and other scholars, where people will be able to take part depending on their research interests.
  • Thematic workshops will be set up to allow young scholars to learn more about the various methods used to study rare books. These skills would definitely be an asset to their research. For example codicology, material bibliography, cataloging, research tools, analyzing texts and images.
  • In the future, we also wish to organize conferences and summer schools, with the help of experts in the field of book history.
The Early Modern Book Project vise à mettre en relation des jeunes chercheurs travaillant de près ou de loin sur le livre à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Les chercheurs confirmés et les professionnels des métiers du livre sont bien sûr les bienvenus dans le projet. Prenant acte des frontières disciplinaires souvent très rigides et, parfois, de l’absence de communication, ce projet cherche à favoriser la circulation de l’information et le partage des compétences scientifiques et techniques dans le domaine du livre manuscrit et imprimé à un niveau international.
Pour ce faire, un site a été créé, https://embookproject.org/, qui s’articule autour de plusieurs axes :
–          D’abord un « Who’s who » des jeunes chercheurs travaillant sur ce domaine. Le Member Directory est un moyen de retrouver facilement les personnes s’intéressant à un aspect spécifique du sujet.
–          Le calendrier, ouvert à tous, permet de repérer les conférences, les appels à contribution et les offres de postes liés à l’histoire du livre.
–          Le forum, réservé aux inscrits, est un espace d’échange informel, où il est possible de se tenir informé des nouvelles publications et de demander des conseils d’aide à la recherche : renseignements bibliographiques, traductions, transcriptions, identifications de provenances, d’éditions, de textes, d’images (entre autres).
–          Un glossaire multilingue des termes liés à l’histoire du livre est également en cours de constitution.
Outre cette plate-forme en ligne, nous souhaitons organiser des rencontres et ateliers ouverts aux membres ainsi qu’aux autres chercheurs, où chacun pourra intervenir en fonction de ses centres d’intérêt.
–          Des ateliers thématiques seront l’occasion pour les jeunes chercheurs de se former à des méthodes issues de toutes les disciplines liées à l’étude du livre ancien, qui peuvent leur être utiles dans leur recherche : par exemple la codicologie, la bibliographie matérielle, le catalogage, les instruments de recherche, l’analyse des textes et des images…
–          Sur le long terme, des journées d’études et stages auprès de spécialistes du domaine sont également envisagées.
***
The Early Modern Book Project aims to put young scholars working on Late Medieval and Early Modern manuscripts and printed books in contact with each other. Senior scholars interested in the subject are of course welcome to join. To bypass the disciplinary boundaries within the Humanities  and the lack of communication among institutions, we want to encourage  the sharing of information and technical skills related to the study of manuscript and printed books at an international scale.
To that end, a website has been created, https://embookproject.org/, consisting of four parts:
  • As a « who’s who » of young scholars working on the subject, the Member Directory is a mean to get in touch with people working on a specific aspect of the subject.
  • A calendar, accessible to all, was designed to isolate information about the conferences, call for papers, and job offers related to book history.
  • A forum, which is all about informal exchanges between the members – its access is therefore restricted. Here members can keep themselves up to date with recent publications and seek assistance from other members (bibliographical advices, translating or transcribing texts, identifying the past owners of copies, identifying editions, texts, images).
  • A multilingual glossary is currently being developed.
Aside from this online platform, we wish to organize meetings and workshops open to members and other scholars, where people will be able to take part depending on their research interests.
  • Thematic workshops will be set up to allow young scholars to learn more about the various methods used to study rare books. These skills would definitely be an asset to their research. For example codicology, material bibliography, cataloging, research tools, analyzing texts and images.
  • In the future, we also wish to organize conferences and summer schools, with the help of experts in the field of book history.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts

Bourses : 2 PhD fellowships (bourses doctorales), Centre for Medieval Literature, à partir du 1 février 2018 [délai : 1/11/2017]

Délai : 1er novembre 2017

2 PhD fellowships are available at the Centre for Medieval Literature (CML), starting February 1, 2018. The fellowships run for 3 years and the successful candidates must hold an MA within medieval textual culture (literature, philology, history, religion or other with emphasis on texts and/or languages).

CML is a Danish centre of excellence founded in 2012, based jointly at SDU and at the University of York. The centre‘s field of research is European medieval literatures in a broad sense. Its ambition is to propose new theoretical frameworks for the field which is still predominantly divided into national interests and paradigms.

The proposed research project for the PhD must fall within one of the Centre’s main themes, Canon and Library, Imperial Languages or Transformations and Translocations (see further at sdu.dk/cml). The centre encourages projects which include a comparative element, either chronologically, geographically or between disciplines and languages.

At present the centre and its associates can provide competence of supervision in Ancient and Medieval History, History of Religion, Spanish, Greek, Latin, Art History, Comparative Literature; co-supervision can also be provided by York within French, Old and Middle English, Italian and Old Norse.

Further information is available from the Head of the Centre for Medieval Literature Lars Boje Mortensen, email: labo@sdu.dk

Application, salary and conditions of employment etc.A PhD Fellowship is a three-year position. Employment ends automatically by the end of the period. The holder of the fellowship is not allowed to have other paid employment during the three-year period.

To qualify for a PhD position you must have completed a relevant master’s degree with a good assessment by the application deadline.

Applications will be assessed by an expert assessment panel. All applicants will receive the part of the panel’s assessment that is relevant to their application.

For more information, please see « 2 PhD Fellowships in Medieval Literature » at the SDU Vacant Positions page, http://www.sdu.dk/da/service/ledige_stillinger.

An interview may form part of the overall assessment of the applicants’ qualifications.

The Faculty expects applicants to read the information “How to apply” before applying.
Application and all appendices must be in Danish, English or one of the Scandinavian languages.
Only material in Danish, Norwegian, Swedish, and English will be assessed. Please always include a copy of original diploma/certificates.

The application should include:

  • Special PhD-application form found here
  • Curriculum Vitae
  • Detailed project description, no more than 5 pages of 2.400 keystrokes
  • Examination certificates
  • A maximum of 2 of the most relevant publications. Please attach one pdf-file for each publication. For any publication with a co-author, a co-author statement must be submitted as part of the pdf-file

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts