Archives de catégorie : Formation, atelier doctoral, université d’été

Ecole d’été : « Collections en Méditerranée », MMSH, Aix-En-PROVENCE, 8-17/07/2019 (limite : 30 avril 2019)

Du 8 au 17 juillet 2019 se tiendra une école d’été à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme en collaboration avec le MuCEM (Aix-en-Provence/Marseille) sur le thème : “Collections en Méditerranée / Understanding Mediterranean Collections”. L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes.

Date limite : 30 avril 2019

Le public visé est celui des jeunes chercheurs (Master, Doctorat) mais aussi des chercheurs, enseignants-chercheurs et professionnels des institutions culturelles souhaitant se former aux problématiques de l’école d’été. Nous vous serions reconnaissantes de diffuser cet appel dans vos réseaux (page Facebook, compte Twitter, partenaires etc…). Vous trouverez toutes les informations sur le programme et les conditions de candidatures sur le site de l’appel.  L’école se déroulera de la manière suivante :

-des conférences de chercheurs ou de professionnels internationaux enrichiront la réflexion par l’analyse de situations relatives aux autres pays européens et de la rive sud-méditerranéenne.
-des visites dans des collections aixoises et marseillaises, conçues à la fois comme des conférences guidées et comme des formations sur site, seront conduites par un binôme chercheur-professionnel.
-des ateliers méthodologiques encadrés par des chercheurs et des professionnels formeront les participants aux différentes modalités d’écriture employées dans l’analyse et la valorisation d’une collection (billet sur un carnet de recherche en ligne, livret de visite d’une collection, présentation sur le site de l’établissement, documentaire filmé ou montage sonore). Ces ateliers permettront aux participants de travailler à leur projet personnel qui sera présenté lors des séances de restitution.




Disciplines : Histoire – archéologie – ethnologie – archivistique – humanités numériques – histoire de l’art – sciences de l’Antiquité
Organisation :
L’école d’été aura lieu principalement dans les locaux de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) et du MuCEM (Marseille). Elle offre à tous les participants le logement en résidence universitaire, ainsi que les déjeuners. Les frais de déplacement, les petits déjeuners et dîners restent à la charge des participants (des cuisines collectives sont à leur disposition dans les résidences universitaires). Six bourses d’aide à la mobilité d’un montant de 250 € seront accordées sur demande motivée et après examen du dossier du candidat.
Comment candidater ?
Les candidats seront sélectionnés sur la base d’un curriculum vitae (max. 2 pages) et d’une présentation (500 mots max.), en français ou en anglais, montrant le lien du projet de recherche ou de l’activité professionnelle avec les problématiques de l’école d’été. La date limite de candidature est porté au 30 avril 2019.
Programme de l’école d’été à télécharger : https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/4399/files/2019/03/AAC-école-dété-MMSH-Collections.pdf 
Renseignements et dépôt des candidatures :ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts

Formation : stage intensif de lange arabe, option recherche sciences humaines et sociales, 24/06-19/07, Tunis (date limite : 30/04

L’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) propose une nouvelle formule de son stage annuel d’été avec une semaine supplémentaire de cours pour renforcer l’apprentissage de l’arabe standard et ce, en réponse aux attentes formulées par les stagiaires des années précédentes.

Ce stage intensif organisé par l’IRMC, en partenariat avec Institut national des langues et civilisations orientales l’INALCO, est placé sous la responsabilité scientifique des professeurs Luc Deheuvels, (INALCO) et Oissila Saaidia, (IRMC).

Il s’adresse à des étudiants (masterisants et doctorants) et aux chercheurs sur le monde arabe.

Outre l’apprentissage de la langue arabe, il propose des orientations linguistiques plus spécifiques aux recherches en SHS (enquêtes, terrains, questionnaires, travail statistique, entretiens, retours d’enquêtes, exploitation d’une documentation spécifique, lecture de la presse…).

Ce stage offre une formation linguistique et culturelle approfondie à des stagiaires ayant déjà suivi un enseignement académique ou assimilé, de langue arabe standard (fusha) répondant à l’un des profils suivants :

  • Profil 1 = post débutant : entre 150 et 250 heures d’arabe)
  • Profil 2 = intermédiaire : entre 250 et 400 heures d’arabe (+/-2 années d’arabe)

Les enseignements proposés se déroulent sur 4 semaines et représentent 100 heures d’arabe en cours collectifs à raison de 5 heures par jour. Ils s’articulent autour des thèm30/04)es et des matières suivantes : grammaire de l’arabe standard, expression et compréhension écrites et orales, lecture et dictée, presse écrite, presse audiovisuelle, questions de société, histoire contemporaine, sociologie, science politique, médias…

Un enseignement d’arabe dialectal tunisien est également proposé (niveau débutant accepté).

L’équipe est formée de professeurs tunisiens spécialisés dans l’enseignement de l’arabe langue étrangère et par des chercheurs en sciences humaines et sociales.

MODALITÉS ET FRAIS D’INSCRIPTION

Le nombre de places étant limité, nous vous conseillons de remplir le formulaire ci-joint et de nous la renvoyer avant le 30 avril 2019 à : direction@irmcmaghreb.org 

Il vous sera alors adressé un test de niveau correspondant à votre profil. Les frais d’inscription s’élèvent à 750 euros.

Ils devront impérativement être versés au plus tard le 8 juin par virement bancaire en euros sur le compte bancaire de l’IRMC domicilié en France.

La somme versée ne sera en aucun cas remboursée en cas de désistement, sauf pour raisons médicale ou professionnelle dûment justifiées.

Si le versement de la totalité des frais d’inscription dans les délais indiqués n’est pas effectif, l’IRMC s’autorise à annuler votre inscription.

INFORMATIONS PRATIQUES

Les stagiaires doivent être présents à l’IRMC, le vendredi 21 juin, pour passer un test oral. Le logement est à la charge des stagiaires.

Toutefois, de prix conventionnés négociés par l’IRMC auprès pensions de familles. Il leur est conseillé de procéder à la réservation avant leur arrivée à Tunis.

Contact : direction@irmcmaghreb.org / Tél. +216 71 796 722

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Atelier doctoral : « Les imaginaires dans les villes du monde méditerranéen (XIIe-XVe s.), Sienne, 17-21/06/2019 (limite : 15 avril)

Appel à candidatures pour un atelier doctoral qui se tiendra à San Gimignano (Sienne), les 17-21 juin 2019 : « Imaginaires dans les villes du monde méditerranéen (XIIe-XVe siècles) »

L’atelier doctoral est organisé dans le cadre des ateliers internationaux de formation doctorale Pouvoirs, sociétés, imaginaires dans les villes du monde méditerranéen (XIIe-XVe siècles). Pour une approche historico-anthropologique de la ville médiévale. L’objectif des ateliers est l’étude des sociétés urbaines du Moyen Âge, en mettant l’accent sur les systèmes politiques et les différentes manifestation de l’imaginaire urbain et en portant le regard sur toutes les villes du bassin méditerranéen – celles de l’Occident chrétien, celles de la zone d’influence byzantine et celles des régions sous domination islamique.

Date limite : 15 avril 2019

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts

école d’été : Le livre médiéval au regard des méthodes quantitatives (24-28/06)

Cette école d’été propose une formation à l’étude du livre médiéval, manuscrit ou imprimé, à travers l’utilisation de méthodes statistiques et informatiques.

Elle est organisée par le Lamop, l’IRHT, l’École nationale des chartes et le laboratoire Dynamique patrimoniales et culturelles, avec le soutien du Labex Hastec, et la collaboration de la Bibliothèque de la Sorbonne

Direction : Christine Bénévent, François Foronda, Catherine Kikuchi et Dominique Stutzmann.
Coordination scientifique et pédagogique : Émilie Cottereau-Gabillet, Octave Julien et Laura Albiero

Cette école d’été s’adresse en priorité aux chercheurs en formation (mastérants, doctorants et post-doctorants). Des bourses sont prévues afin de financer les frais de transport et de logement. L’accueil est limité à 25 inscrits.

Affiche

Programme et descriptif des ateliers

Procédure d’inscription :

Source : https://lamop.hypotheses.org/5260

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude : Lire l’Aljamiado, cours d’interprétation des textes des Morisques espagnols, Paris, 15-17 avril

Les manuscrits aljamiados espagnols, cachés pendant des siècles, forment le dernier témoignage de la communauté morisque obligée d’abandonner la Péninsule Ibérique au début du XVIIème siècle. L’aljamía représente donc le moyen de communication d’une minorité crypto-islamique qui avait déjà perdu la connaissance l’arabe et que, afin de maintenir son identité vivante, a versé dans une langue romane (castillan et aragonais) – en caractères arabes – son patrimoine culturel islamique.

Ce séminaire fait suite à la journée d’études Aljamiado: textes et contextes d’un islam espagnol et le Cours de lecture et d’interprétation des textes aljamiados qui se sont tenues à l’Inalco en 2016. Le but de ce nouveau cours pratique est d’offrir une approche pour la compréhension et la mise en valeur de cette production textuelle, à la fois islamique et nettement espagnole, qui contient la voix de cette minorité affligée, acteur et victime de l’une des périodes les plus agitées de l’histoire de l’Espagne.

Conçu dans une optique de divulgation, le séminaire est organisé en sessions théoriques et pratiques permettant une introduction à la lecture et l’interpretation de ce corpus textuel tellement particulier. Bien qu’ouvert à tout public, ce séminaire est orienté notamment vers des arabisants et arabophones avec des connaissances de l’espagnol ou des étudiants d’espagnol avec des connaissances de l’écriture arabe.

L’organisation de ce séminaire d’études est menée dans le programme d’activités du Centre de Recherches Moyen-Orient Méditerranée (CERMOM EA 4091-INALCO) en étroite collaboration avec le Séminaire d’Études Arabo-Romanes (SEAR) de l’Université d’Oviedo et avec la collaboration du projet ANR ALIENTO et du projet PA-18-ACB17-40 du Programme Marie Curie – Clarín Cofund de l’Union Européene et la Principauté des Asturies.

Programme

Conférence d’ouverture

Le corpus aljamiado. Manuscrits et collections.

Juan Carlos Villaverde Amieva (SEAR – Université d’Oviedo)

Lundi, 15 avril 2019, 11 h- 13 h

1ère session:

Introduction au système de translittération aljamiado.

Juan Carlos Villaverde Amieva (SEAR – Université d’Oviedo)

Lundi, 15 avril 2019, 15 h- 19 h

2ème session:

De la paléographie à l’interprétation des textes aljamiado.

Pablo Roza Candás (SEAR – Université d’Oviedo)

Mardi, 16 avril 2019, 15 h- 18 h

3ème session:

Ecdotique aljamiada : méthode et systèmes.

Raquel Suárez García (SEAR – Université d’Oviedo)

Mercredi, 17 avril 2019, 15 h- 18 h

Bilan du cours et perspectives de recherche autour des textes aljamiados.

Juan Carlos Villaverde Amieva (SEAR – Université d’Oviedo)

Mercredi, 17 avril 2019, 18 h- 19 h

Lieu

INALCO, Paris 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Formation: Semaine d’études médiévales – Poitiers, 17-28 juin 2019

Le CESCM organise depuis 1954 une session annuelle internationale francophone de formation, qui regroupe une cinquantaine d’étudiants, doctorants et jeunes chercheurs, français et étrangers. Les conférences, les séances de travail autour des ressources documentaires, les excursions et visites au programme des stagiaires sont proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier.

Cette manifestation interdisciplinaire, unique en son genre, a contribué à construire et à renforcer, depuis une soixantaine d’années, un solide réseau national et international dans le domaine de l’étude du Moyen Âge.

Programme

Lundi 17 juin

9h30 – Accueil des stagiaires, présentation du déroulement de la session, du CESCM, des ressources documentaires. Visite des lieux.

14h – Visite de Notre-Dame-la-Grande

16h30 – Conférence inaugurale de Corrado Bologna (École normale supérieure de Pise), Dante : pouvoir de la langue et langue du pouvoir

18h30 : Cocktail de bienvenue

Mardi 18 juin

9h – Corinne Beck (Université de Valenciennes), Géohistoire des forêts : au croisement entre temporalités et territorialités

14h – Lola Badia (Université de Barcelone), La France dans le roman catalan du XVe siècle Curial e Güelfa

17h – Visite de Saint-Hilaire-le-Grand

Mercredi 19 juin

9h – Quitterie Cazes (Université de Toulouse Jean Jaurès), Art et politique à Toulouse autour de 1100

Après-midi : séance aux Archives départementales de la Vienne

14h – Joseph Morsel (Université Panthéon-Sorbonne), Pour quand écrire ? Temporalité médiévale, représentation spatio-temporelle et production de chartes (dans l’Empire, XIII-XVe siècles)

16h30 – Présentation d’archives par Gaël Chenard et Pierre Carouge

Jeudi 20 juin

9h – Isabelle Ragnard (Sorbonne Université – Faculté des lettres), L’invention de la musique médiévale dans la première moitié du XXe siècle par le prisme des enregistrements discographiques

14h – Table ronde association Janua

16h30 – Visite du baptistère Saint-Jean

Vendredi 21 juin

9h – Marco Mostert (Université d’Utrecht), Nouvelles démarques dans l’étude de la communication au Moyen Âge : l’oral, l’écrit et le non-verbal parmi les sans-nom

14h – Howard Bloch (Université de Yale), Les pierres disputantes : Théophile, saint Étienne, et Abélard sur les portails nord et sud de Notre-Dame de Paris

17h – Visite du Musée Sainte-Croix

Samedi 22 juin

Journée libre

Dimanche 23 juin

Excursion : Gencay, Saint-Maurice-la-Clouère, Civray, Charroux

Lundi 24 juin

10h30 – Présentation des ressources numériques

14h – Alban Gautier (Université de Caen Normandie), Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux : bilan et perspectives

16h30 – Visite du Palais des comtes

Mardi 25 juin

9h – Maria Colombo (Sorbonne Université – STIH), Du langaige rommaint antique au langage moderne françois : réécritures et sentiment de la langue entre le XIIe et le XVIe siècle

14h – Stéphane Boissellier (Université de Poitiers – CESCM), D’une culture (arabo-musulmane) à une autre (latino-chrétienne) dans le Gharb al-Andalus / sud du Portugal, XIIe-XVe siècle

16h30 – Présentation des manuscrits enluminés de la Médiathèque François-Mitterrand

Mercredi 26 juin

9h – Maria Filomena Coelho (Université de Brasilia), Entre Portugal et Bourgogne : allers retours d’une historiographie des institutions (XIIe siècle)

13h30/19h – Excursion à Parthenay

Jeudi 27 juin

9h – Robert A. Maxwell (Institute of Fine Arts – Université de New Yok), Discernement et crédulité dans l’art du XIIe siècle

14h – Visite de Saint-Jean de Montierneuf à Poitiers

À partir de 19h : Repas international (Association Janua – Société d’études médiévales)

Vendredi 28 juin

9h – Conférence de clôture : Roberto Delle Donne (Université de Naples Federico II), Fiscalité et culture politique dans le Royaume angevin de Sicile

11h30 – Conclusions par Martin Aurell, directeur du CESCM


Admission sur dossier, date limite de candidature : 30 mars 2019

Renseignement : sem.cescm@univ-poitiers.fr

Tél. 33(0)5 49 45 45 57

Date : 17 au 28 juin 2019

Lieu : CESCM – Hôtel Berthelot – 24 rue de la Chaine – Poitiers

À consulter sur le carnet Hypothèses du CESCM: https://cescm.hypotheses.org/11069

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

Séminaire « Édition électronique et analyse de réseaux »

Humanités numériques pour les médiévistes: édition électronique et analyse des réseaux

Le séminaire s’articule en deux parties à la fois complémentaires et indépendantes:

  • La première, « Edition électronique », a pour objet de permettre aux participants de mieux comprendre et maîtriser les problématiques et les technologies de l’édition électronique, avec comme pivot central la question de l’édition de sources (et de corpus de sources) médiévales. Les participants seront invités à réaliser un projet personnel d’édition électronique en XML – TEI (Text Encoding Initiative).
  • La seconde, « Analyse de réseaux », offrira une initiation à l’analyse d’ensembles de données en utilisant les techniques de l’analyse de réseaux. Ces techniques se sont beaucoup développées depuis une dizaine d’années, de la fouille de texte («text mining») à l’exploration des relations entre personnes, idées ou événements historiques. La deuxième partie du séminaire se concentrera sur l’exploration des techniques d’analyse de réseaux à partir des données réelles et pratiques, avec l’objectif d’en maîtriser une variété d’applications aux sources médiévales, avec l’aide du logiciel libre Gephi.

Les débutants sont bienvenus à ce séminaire, cependant ils doivent suivre un cours en ligne avant la première séance du 21 janvier; plus précisément, les deux première sections (« Introduction » et « Manuscript Transcription ») du cours en lien ci-dessous:
https://teach.dariah.eu/course/view.php?id=32

Contact et inscription: Marjorie Burghart (pour la partie édition électronique) et Jean-Paul Rehr (pour la partie analyse de réseaux).

Les lundis 21, 28 janvier, 4, 11, 25 février, 4 mars 2019,
13h30-16h30,
MSH, salle E. Rivet sauf le 11/02, salle Sontag
Lyon 07

https://mastermondesmedievaux.univ-lyon2.fr/edition-electronique-683540.kjsp

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

Séminaire « Indexer les corpus numériques ».

Le laboratoire IHRIM (CNRS 5317) organise le 1er février 2019 à l’université Jean Monnet de Saint-Étienne la première séance du séminaire « Indexer les corpus numériques »

En effet, la constitution d’index est un véritable enjeu scientifique et technique, pour lequel il existe encore peu de documentation. Les index relèvent, avec l’annotation, de l’exploitation scientifique des textes édités : ils sont des outils de navigation dans le corpus et participent à sa compréhension en identifiant les personnes, les lieux et les œuvres mentionnés, ainsi que les matières traitées. L’exploitation de ces données aide par exemple à visualiser des réseaux de relations. Les référentiels et les notices d’autorités permettent d’uniformiser et de consolider les index grâce à l’emploi d’un vocabulaire contrôlé et de formes normalisées. Ils apportent des solutions au traitement des variantes des patronymes, des toponymes et des titres d’ouvrages. Dans la perspective du Linked Open Data, l’alignement sur des référentiels aide à enrichir les données d’un projet en les complétant avec d’autres ressources et bases de données (data.bnf.fr, IdREF, VIAF, ISNI). Le séminaire, fondé sur le partage d’expériences d’ingénieurs et de chercheurs impliqués dans l’édition de corpus numériques, vise à définir les bonnes pratiques utiles à l’établissement d’index, pour identifier et documenter de manière univoque une notion ou une entité nommée.

Le séminaire est ouvert à tous, sur inscription à cette adresse : ihrim-seminaire-index@univ-st-etienne.fr

Université Jean Monnet Saint-Étienne
33, rue du 11 novembre
Bât G
Salle G0.5

9h15-17h

http://ihrim.ens-lyon.fr/evenement/indexer-les-corpus-numeriques

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

Atelier HN:GEPHI (visualisation de réseaux), Paris 13/12

Le Labex OBVIL organise, dans le cadre de son séminaire 2018-2019, une séance d’initiation à Gephi et à l’analyse de données relationnelles, donnée par Martin Grandjean, spécialiste de l’analyse de réseaux.

La séance a été conçue en deux parties: les deux premières heures seront dédiées à une présentation générale des fonctionnalités du logiciel, de la structuration des données pour l’import, ainsi que des principes de l’analyse de réseaux. La dernière heure sera consacrée, pour ceux qui sont intéressés, à un travail en groupe plus réduit, sur les données de chacun.

Inscription auprès de Marie-Eglantine Lescasse (marie.e.lescasse@gmail.com). 

Jeudi 13 décembre, de 15h à 18h, à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75005 Paris, en salle S002.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

Appel à candidatures: Ecole doctorale thématique « microhistoire et histoire sociale. Nouvelles approches méthodologiques », Casa de Velazquez, 27-29/03/2019 (date limite de candidature : 21/01/2019)

Présentation

Apparue au tournant des années 1970 et 1980 au sein d’un petit groupe d’historiens italiens, en réaction à une histoire sociale marquée par les modèles structuraliste et fonctionnaliste, la microstoria peut être définie non pas comme une « école » historiographique porteuse d’une méthode unifiée, mais comme une pratique expérimentale de la recherche, caractérisée par des approches variées ayant pour point commun un intérêt pour l’échelle micro. Cette histoire « au ras du sol » (J. Revel) s’est nourrie de l’exploitation minutieuse et extensive de sources et d’indices épars, pour reconstituer, à travers ces traces documentaires, l’épaisseur du monde social, la complexité des itinéraires et des stratégies individuelles et la multiplicité des contextes dans lesquels ils s’inscrivent et qui leur donnent sens. Si certains ont vu dans l’usage des dissonances, des cas limites (« l’exceptionnel normal » d’E. Grendi) le meilleur outil d’appréhension des normes et des relations sociales, d’autres ont au contraire privilégié le jeu fécond sur les échelles d’observation et d’analyse qui fait le pari de la complexité et permet de mettre en lumière « la structure feuilletée du social » (J. Revel). Ce changement d’échelle et de méthode d’analyse a pu enfin s’accompagner, dans la construction même de l’objet de recherche puis dans son interprétation, de choix narratifs innovants, à visée heuristique, relevant eux aussi d’un souci commun de l’expérimentation.

La démarche empirique des micro-historiens a, depuis une trentaine d’années, nourri de nombreux travaux qui font la preuve de son potentiel à la fois descriptif et analytique dans la construction et la compréhension du social. La variation des échelles d’analyse constitue ainsi un outil précieux d’appréhension des tensions entre, d’une part, les ressources et les capacités d’action des individus, et d’autre part, les contraintes de toute nature et les cadres normatifs avec lesquels ils interagissent. Si, de nos jours, l’approche microhistorique peut connaître un recul relatif face à d’autres manières d’écrire l’histoire, ou faire l’objet de malentendus, il n’en demeure pas moins qu’elle continue à questionner la pratique historienne, ainsi que le démontrent quelques études récentes. Une piste méthodologique particulièrement stimulante est ici celle qu’a empruntée Francesca Trivellato dans son expérience d’« histoire globale à échelle réduite », qui réconcilie, à travers une histoire connectée de la Méditerranée au XVIIIe siècle, l’analyse fouillée d’un contexte local chère à la microstoria et l’histoire de la mondialisation des marchés.

Dans ce contexte, l’objectif de cette École thématique est d’interroger à la fois le potentiel et les difficultés méthodologiques liés à la démarche micro-historienne, qu’elle soit menée pour elle-même ou croisée avec d’autres méthodes. Ces journées visent ainsi à dresser un état des lieux critique des apports et des approches suivies depuis une quarantaine d’années par celles et ceux qui ont mis en œuvre, dans leur pratique de la recherche, les propositions analytiques et narratives de la microhistoire. À travers la présentation de travaux récents par les conférenciers et la discussion des recherches en cours des participants (sources, terrains, méthodes), il s’agira également d’éclairer les nouveaux enjeux méthodologiques liés à l’adoption d’une démarche micro-historique en histoire sociale et les possibilités renouvelées de dialogue avec les autres sciences sociales – anthropologie et sociologie en particulier – que cette démarche engendre.

Conférenciers et formateurs

– Giovanni LEVI (Università Ca’ Foscari Venezia) – Conférence inaugurale
– Francisco ANDÚJAR CASTILLO (Universidad de Almería)
– Eleonora CANEPARI (Aix-Marseille Université)
– Simona CERUTTI (École des hautes études en sciences sociales, Paris)
– Tomás MANTECÓN MOVELLÁN (Universidad de Cantabria)
– Jacques REVEL (École des hautes études en sciences sociales, Paris)
– Bernard VINCENT (École des hautes études en sciences sociales, Paris)

Organisation

L’École thématique se déroulera sur trois journées de travail en présence de spécialistes de cette thématique.

Ces journées s’articuleront autour de conférences le matin, suivies d’un débat avec l´ensemble des candidats sélectionnés, et d’ateliers pratiques l’après-midi, animés par des conférenciers et des formateurs.

Les débats et les interventions se dérouleront en espagnol, français ou en anglais.

Les participants (20 maximum) assisteront à des conférences méthodologiques ou historiographiques et à des ateliers pratiques.

Conditions pratiques

Cet appel à candidature s’adresse principalement à des doctorants et à des post-doctorants.

Il s’adresse également à des étudiants inscrits en 2e année de Master, dont le projet de recherche est déjà avancé. La sélection des 20 participants se fera en fonction du dossier académique du candidat, de son profil de formation et connaissance des langues.

Une priorité sera accordée aux candidats préparant une thèse et dont les travaux de recherche s’inscrivent dans les champs thématiques de ces journées. Pour cela, ils devront présenter une lettre de motivation, en expliquant les raisons de leur candidature (500 mots maximum).

À compter du 31 janvier 2019, les candidats seront informés du résultat de la sélection.

Les candidats sélectionnés seront ensuite informés de la procédure à suivre.
À l’issue de l’école thématique, les candidats recevront un certificat de présence.

Le prix de l’inscription est de 50 euros (à travers le système de paiement Paypal).

Il comprend :
– le logement à Madrid (en chambre double partagée), 4 nuits, pour les candidats qui en font la demande et qui ne résident pas à Madrid.
– les déjeuners, 3 jours

Les frais de déplacement et les dîners sont à la charge des participants.

Une aide à la mobilité pour un déplacement intercontinental, d’un montant maximal de 300 euros, pourra être accordée aux candidats qui en feront la demande, inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur d’Afrique ou d’Amérique latine.

Date limite d’inscription : 21 janvier 2019 – 17 h (heure de Madrid)

Accéder au formulaire d’inscription

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Atelier de traduction : La Vie de Jean de Montmirail (BHL 4415) (première réunion : 12/12)

La Vie de Jean de Montmirail (BHL 4415) décrit l’existence et lesmiracles d’un grand aristocrate du nord de la France qui, à l’issue d’unintéressant itinéraire de conversion, devint cistercien à l’abbaye de Longpontoù il mourut en 1217 et où il fut enseveli.

Le texte de sa Vita (AA. SS. Sept. VIII, Anvers, 1762, 218-235) fut écrit par un confrère de Longpont, dans les années 1230-1240 –  peut-être Gauthier d’Ochies, abbé de Longpont (v. 1198-1219) puis de Cîteaux (1219-1236) –, afin de promouvoir un projet de canonisation pontificale, attesté par une lettre de Grégoire IX (1236), mais qui n’aboutit jamais. L’un des éléments clefs de ce texte réside dans la construction d’un modèle de conversion aristocratique qui eut d’ailleurs une certaine réception dans les milieux proches de la cour capétienne et des ordres mendiants.

Pour l’historien, la Vie de Jean de Montmirail constituedonc un laboratoire de choix pour explorer conjointement les stratégies decommunication  des Cisterciens (etnotamment de la communauté de Longpont) envers les Grands et les pratiquesreligieuses de l’aristocratie. C’est pourquoi nous souhaiterions rassemblerautour du projet de sa traduction française une équipe d’étudiant.e.s,latinistes confirmé.e.s, de niveau Master, doctorat ou post-doctorat, ainsi quede collègues historien.ne.s et littéraires intéressé.e.s à une participationactive à l’entreprise.

Cécile Caby et Xavier Hélary

cecile.caby@univ-lyon2.fr ; xavier.helary@univ-lyon3.fr

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Formation:Recréer l’histoire:Appropriations et usages publics du passé:21-22/01/2019, Madrid, Casa de Vélazquez[délai:30/11/2018]

Coord. : Jesús IZQUIERDO MARTÍN (Universidad Autónoma de Madrid), Nicolas MORALES (EHEHI – Casa de Velázquez) 
Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Universidad Autónoma de Madrid 

Inscription obligatoire
Date limite d’inscription : 30 novembre 2018 – 17h (heure de Madrid) 
Formulaire d’inscription

Dates de l’École thématique : 21-22 janvier 2019 

Lieu :
Casa de Velázquez 
C/ Paul Guinard, 3 
28040 Madrid 

Depuis une trentaine d’années, le champ de l’histoire publique s’est imposé comme une aire disciplinaire à part entière, qui questionne aussi bien les pratiques historiennes institutionnelles que le statut épistémologique et social de l’autorité de l’historien et le rôle des publics comme acteurs potentiels de la fabrique de l’histoire. Aujourd’hui cependant les enjeux originaires des débats liés au développement de l’histoire publique se sont profondément modifiés, dépassant le cadre initial de l’articulation entre production de connaissance savante et savoir public. L’irruption du tournant mémoriel à l’échelle internationale depuis les années 1990 a ouvert de nouvelles perspectives, car les demandes publiques de mémoires ont permis l’accès de nouveaux acteurs, en donnant aussi à voir de nouvelles tensions, voire des « guerres de mémoires » concurrentes, qui disent des régimes d’appropriation publique de l’histoire clivés ou antagonistes.

Par ailleurs, l’articulation entre savoir, pouvoir et démocratie a pris une importance inédite, et elle se trouve désormais au cœur des débats actuels de l’histoire publique. La prise en considération des publics non-académiques comme acteurs à part entière de la production de l’histoire formule un nouvel horizon d’engagement citoyen et ouvre la possibilité d’une pratique de l’histoire en régime participatif, voire en régime de démocratie directe. Des pratiques d’histoire publique peuvent aussi se revendiquer comme contre-histoire et afficher un savoir historique alternatif comme contre-pouvoir. 

L’organisation de cette École thématique vise à analyser les enjeux historiographiques, politiques, sociaux et culturels émergents dans le champ de l’histoire publique, mais aussi à identifier les nouveaux acteurs et à cartographier le renouveau des modes contemporains d’appropriations collectives du passé. 

Conférenciers et formateurs  

  • Noelia ADÁNEZ 
    Politologue, co-directrice de l’émission de radio Contratiempo 
    et collaboratrice de Onda Cero, Espagne
  • Catherine BRICE 
    Historienne, Université Paris Est-Créteil
  • Alfons CERVERA 
    Écrivain, Espagne
  • Maryline CRIVELLO 
    Historienne, Aix-Marseille Université
  • David FERNÁNDEZ DE ARRIBA 
    Historien, coordinateur du site web Historia y Comics, Espagne
  • Jean-Yves LE NAOUR 
    Historien, cinéaste et scénariste, France 
  • Nicolas OFFENSTADT 
    Historien, Université Panthéon-Sorbonne Paris 1 
    Institut d’histoire moderne et contemporaine
  • Iris RODRÍGUEZ ALCAIDE
    Historienne, rédactrice du site web d’analyse de jeux vidéo Presura, Espagne
  • Fernando SÁNCHEZ CASTILLO 
    Artiste, Espagne
     

Organisation

L’École thématique se déroulera sur deux journées de travail en présence de spécialistes de cette thématique. Ces journées s’articuleront autour de conférences le matin, suivies d’un débat avec l´ensemble des candidats sélectionnés, et de deux ateliers au choix des candidats inscrits selon les disponibilités, et animés par des conférenciers et des formateurs. 

Les débats et les interventions se dérouleront en espagnol, français ou en anglais

Les participants (20 maximum) assisteront à des conférences méthodologiques ou historiographiques et à des ateliers pratiques. 

Pour plus d’informations : https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/news/histoire-et-espace-public-productions-et-reflexions/

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à candidature:atelier pour masterants de l’EFR « Livres et cultures de l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne, composition, usages, circulations. Rome, 28/01-01/02 (date limite : 30/10)

Pour la troisième année consécutive, les membres de l’EFR proposent une semaine de formation, du 28 janvier au 1er février 2019, à des étudiantes et étudiants de Master 1 et Master 2 inscrits dans une université française. Cette semaine sera consacrée au livre (manuscrit et imprimé) et aux différents modes de conception et d’utilisation de l’écrit en Europe occidentale, au Moyen Âge et à l’époque moderne. Ces thématiques seront abordées à partir des fonds documentaires existant en Italie.

L’expression « cultures de l’écrit » renvoie aux formes concrètes de l’écriture, à leurs contextes de conception, au rapport entre oralité et écriture, ainsi qu’aux différents rôles politiques, économiques et sociaux attribués à l’écrit dans les sociétés médiévales et modernes (dont sa maîtrise, sa transmission et sa conservation). L’historiographie italienne a apporté sur ce sujet une contribution particulièrement importante et la péninsule offre un terrain d’étude riche : centres majeurs de production manuscrite et de lecture, ateliers typographiques nombreux, variété de sources de la pratique (registres, cartulaires, comptabilités, etc.), diversité des langues et des écritures utilisées. On questionnera, par ailleurs, le rôle de l’écrit dans ses multiples dimensions : didactiques (enseigner, transmettre, édifier), narratives et poétiques (décrire, raconter, inventer), esthétiques (mettre en mots et en images) tout comme pragmatiques (compter, délibérer, administrer, gouverner).

L’objectif de cet atelier pratique est de proposer un panorama des sources, des archives et des méthodes concernant l’histoire du livre et l’étude des cultures de l’écrit. Le sujet sera abordé à la fois sous l’angle de l’histoire culturelle et de l’histoire sociale, mais également dans sa dimension matérielle (diplomatique, codicologie, paléographie ou épigraphie). Les sessions seront abordées à partir de mises au point historiques et historiographiques complétées par des études de cas.

Cet atelier permettra de découvrir in situ des sources manuscrites et imprimées dans différents lieux de conservation romains, ainsi que de s’initier à des outils et à des méthodes d’analyse spécifiques. Animé par les membres de l’EFR, le stage s’articulera autour de cours, travaux pratiques et visites de collections d’archives et de bibliothèques (Bibliothèque vaticane, Archivio Segreto Vaticano, Archivio di Stato, Accademia dei Lincei, Biblioteca Angelica, Biblioteca Casanatense…). Dans le cadre des différentes sessions, les étudiants auront la possibilité d’exposer et de discuter l’avancée de leurs travaux. De courtes lectures préparatoires seront proposées en amont afin de fournir des références indispensables à la découverte des sites, des collections et des archives.

Cette formation est ouverte aux étudiantes et étudiants de master de diverses disciplines (histoire, littérature, philologie) dont les recherches portent aussi bien sur l’étude du livre en tant qu’objet (analysé dans sa conception, sa rédaction tout comme sa circulation) que sur les cultures de l’écrit, en Europe occidentale du début du Moyen Âge jusqu’à la fin de l’époque moderne. La commission d’évaluation n’attend pas de profil académique particulier ; les dossiers seront évalués avant tout en fonction du bénéfice que les candidats pourront retirer de la formation.

Après examen des dossiers, les étudiantes et les étudiants retenus seront logés à l’École française de Rome, place Navone, et leurs déjeuners seront pris en charge. En revanche, le déplacement vers Rome ainsi que les dîners sont à la charge des participants ou de leur université. Dans le cas où ni l’étudiant, ni l’université de rattachement ne serait en mesure d’assurer ce financement, le candidat peut demander une aide à l’École française de Rome, sur présentation d’une attestation de non prise en charge par l’établissement d’origine.

Admissions

Les dossiers de candidatures seront transmis par les responsables de master. Ils comporteront : un CV, un relevé des notes obtenues en L3 ou M1, une lettre de motivation évoquant les projets futurs de l’étudiante ou de l’étudiant ainsi qu’une lettre de présentation du directeur ou de la directrice de mémoire.

Les dossiers, sous forme d’un seul document PDF, devront parvenir avant le 30 octobre 2018 à l’adresse suivante : atelier.master@efrome.it La sélection effectuée par le comité de coordination de l’EFR sera communiquée au plus tard le 15 novembre 2018.

Informations pratiques

Un rapport de stage (environ 8 pages) devra être remis aux formateurs et aux formatrices, comprenant un compte-rendu des activités assorti d’une réflexion plus approfondie sur une catégorie de sources découverte durant le stage, au choix. Ce rapport pourra faire l’objet d’une validation en fonction des modalités prévues par les universités de rattachement des étudiantes et étudiants (stages, exercice au sein d’un séminaire, etc.).

Pour toute question, contacter : Pierre Chambert-Protat et Carole Mabboux (atelier.master@efrome.it)

source : http://services.simple-mail.fr/editor_images2/image_8e7bcb7d/files/Appel%20%C3%A0%20candidatures%20Atelier%20Master%20EFR.pdf

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

École d’été: « Cities cultural heritage and digital humanities », Turin, 16-23 septembre 2018 [délai: 6 août]

Lien siteAppel à participantsformulaire

[Cours en anglais ; participation de 600 € (repas du midi et collations du soir inclus ; bourses possibles ; candidature par envoi éléctronique].

The International Summer School — Cities, Cultural Heritage and Digital Humanities — focuses on Digital Humanities Methodologies for Cultural Heritage with the aim of highlighting cities in this celebratory European Year of Cultural Heritage.

The Summer School is in its 2nd edition, part of the International Joint Project on Digital Humanities and Cultural Heritage developed by POLITO and UCLA. The 2018 program is co-organized by the Politecnico di Torino (POLITO), University of California, Los Angeles (UCLA), École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris (EHESS), and the Italian Association of Urban History (AISU). The program will involve students in an intensive interdisciplinary research-training program on digital approaches to cities as physical, architectural, economic, political and social spaces, in addition to their history and ongoing impact.
This intensive training program deals with spatial and temporal dynamics linked to present urban spaces and built environments. It aims to enhance the understanding of urban heritage in the context of urban layers. It will center on changes in districts, streets, buildings, and public spaces at different historical moments, as well as on the intersecting relationships with activities, purposes, professions, and social groups of different origins. The objective of the 2018 Summer School is to provide participants with a broad understanding of the necessary interaction between different forms of knowledge and practice within urban history, as well as introduce digital skills. We will introduce two different approaches:
(i) how to construct, design and present an articulated research project; and (ii) how to develop it in a multidisciplinary, interactive and international contexts.
Teaching and practice for both include how to improve research and output by using digital methodologies.

 

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts

Atelier:Les enjeux de l’image : méthodes d’analyse en sciences humaines Moyen Âge et Renaissance:5-6/11/2018, Paris[délai:25/06/2018]

Les enjeux de l’image : méthodes d’analyse en sciences humaines Moyen Âge et Renaissance

Atelier interdisciplinaire 5-6 novembre 2018 – PARIS

Alliance Joint Project – Grant 2017 Appel à candidature

L’étude des images du Moyen Âge et de la Renaissance n’est plus le domaine exclusif des historiens de l’art et se trouve aujourd’hui à la croisée de nombreuses disciplines portant chacune sur ce matériau un regard qui leur est propre. Une ouverture à l’anthropologie historique a également permis un élargissement du cadre méthodologique propice à une meilleure prise en compte des implications sociales et culturelles. Les nombreuses publications scientifiques d’historiens, de musicologues et de littéraires se fondant sur l’analyse de représentations figurées oblige à redéfinir la portée et les enjeux des méthodes employées.

Le propos de cet atelier interdisciplinaire et international est d’instaurer un dialogue autour des approches et des historiographies entre des spécialistes de différents domaines, appuyant leur démarche sur l’analyse d’images. Réunissant des étudiants de Master 2 et de doctorat de Columbia et de Paris 1 (en histoire de l’art, histoire, littérature, et musicologie), invités à présenter leurs travaux en cours, ces deux journées, organisées en atelier fermé, s’adressent à de jeunes chercheurs en formation afin de leur proposer une réflexion approfondie sur leurs méthodes de travail. Se joindront à eux des chercheurs confirmés pour animer les interventions, qui seront suivies de commentaires approfondis. Les interventions pourront se faire aussi bien en anglais qu’en français.

Les échanges seront guidés par des questions précises : qu’apporte l’étude des images à une enquête scientifique sur le Moyen Âge ou la Renaissance, quel qu’en soit le domaine, et en quoi les résultats en sont-ils marqués ? Dans le cas d’une étude en histoire, en musicologie ou en littérature, comment la méthode d’approche et de compréhension des œuvres figurées s’est-elle construite par rapport à celle utilisée pour les sources textuelles ou musicales ? Quel rôle ont occupé dans la réflexion les études spécialisées en iconographie, et plus généralement l’historiographie propre à l’histoire des images et aux visual studies ?

Cet atelier vise à une mise en regard des méthodes d’analyse et d’interprétation issues de différentes disciplines, en donnant tout son sens au terme « enjeu », à travers une réflexion sur les images elles-mêmes ainsi que sur la place des sources visuelles dans la recherche en sciences humaines.

Les déjeuners et dîners sont inclus pour tous les participants pendant les deux jours.

Lieu : Columbia Global Center 4 rue de Chevreuse 75006 Paris

Organisation : Susan Boynton (Columbia University)
Anne-Orange Poilpré (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Organisé grâce au financement du programme Alliance Joint Project – Grant 2017

Le dossier de candidature comprendra :
– un résumé de 5 pages de la communication envisagée, mettant clairement en évidence les enjeux méthodologiques autour de l’image accompagné d’une bibliographie
(1 fichier)

– Un curriculum vitae (1 fichier)

Date limite de soumission de la candidature : 25 juin 2018

Les candidatures sont à adresser sous forme électronique à Susan Boynton (slb184[at]columbia.edu) et Anne-Orange Poilpré (anne-orange.poilpre[at]univ-paris1.fr) (veillez à bien envoyer le dossier à ces deux adresses).

Les réponses définitives seront données aux candidats pour le 1er juillet 2018.

Les communications devront être rédigées et envoyées (accompagnées d’illustrations) aux organisatrices avant le 1er octobre 2018. Les textes ne devront pas excéder 3200 mots (notes de bas de pages non incluses).

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts