Archives de catégorie : Actualités

[Taula de debat] Angela Orlandi, “Firenze e i suoi mercanti nell’interscambio economico culturale (secoli XIV-XVI)”, Barcelona, CSIC, Diluns, 13 de gener 2020

El proper dilluns, dia 13 de gener, a les 12:00h, se celebrarà la taula de debat, organitzada pel Departament de Ciències Històriques – Estudis Medievals de la Institució Milà i Fontanals (CSIC, Barcelona), en què la Dra. Angela Orlandi (Università degli Studi di Firenze) impartirà la conferència titulada Firenze e i suoi mercanti nell’interscambio economico culturale (secoli XIV-XVI).

 

La sessió tindrà lloc a la Sala d’Actes de la Delegació del CSIC a Catalunya (c/ de les Egipcíaques, 15, Barcelona).

PDF amb el cartell de la taula de debat

 

El próximo lunes, día 13 de enero, a las 12:00h, se celebrará la mesa de debate, organizada por el Departamento de Ciencias Históricas – Estudios Medievales de la Institución Milá y Fontanals (CSIC, Barcelona), en la que la Dra. Angela Orlandi (Università degli Studi di Firenze) impartirá la conferencia titulada Firenze e i suoi mercanti nell’interscambio economico culturale (secoli XIV-XVI).

 

La sesión se desarrollará en el Salón de Actos de la Delegación del CSIC de Cataluña (c/ de les Egipcíaques, 15, Barcelona).

PDF con el cartel de la mesa de debate

 

Source:
Departamento de Ciencias Históricas – Estudios Medievales
Institución Milà i Fontanals
CSIC – Barcelona
tel. 93 442 3489

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Lucie Jardot, Sceller et gouverner. Pratiques et représentations du pouvoir des comtesses de Flandre et de Hainaut (XIIIe-XVe siècle), préface d’Olivier Mattéoni, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 388 p.

Entre 1244 et 1503, Marguerite de Constantinople, Marguerite de Flandre, Jacqueline de Bavière ou encore Marie de Bourgogne ne sont pas seulement filles, épouses, et mères : elles sont avant tout des femmes régnantes. Outils de validation et de pouvoir, leurs sceaux permettent de définir les contours de leur champ politique et la singularité de leur statut. Par leurs spécificités iconographiques, héraldiques et emblématiques, les sceaux des princesses soulignent la place des femmes au sein de leurs lignées et comtés. Ce corpus sigillaire inédit, mis en regard avec les actes au bas desquels ils sont apposés (chartes, mandements, quittances), révèle les effets concrets de leur gouvernement.

Source : Presses universitaires de Rennes

(Introduction, table des matières et 4e de couverture téléchargeables à cette adresse)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Brigitte Gauvin et Catherine Jacquemard (dir.), Rire et sourire dans la littérature latine au Moyen Âge et à la Renaissance, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 2019, 200 p.

Comment rire(s) et sourire(s) s’inscrivent-ils dans la littérature latine du Moyen Âge et de la Renaissance ?
Les chercheurs latinistes européens qui ont contribué au présent ouvrage posent cette question un demi-siècle après la publication à Dijon d’un classique : l’Essai sur le rire et le sourire des Latins d’Eugène de Saint-Denis.
Loin d’être confinée à un cercle restreint d’érudits, la littérature latine de ces époques est extrêmement variée. Elle est populaire et savante, scolaire et intellectuelle, théorique et ancrée dans la réalité. Elle couvre tous les genres et tous les tons. Le rire des Anciens, entre héritage et réinterprétation, a déterminé en partie le rire médiéval et renaissant, l’influençant par les œuvres elles-mêmes comme par les textes théoriques. Mais clercs et humanistes ont su développer un rire qui leur est spécifique par ses enjeux, ses formes nouvelles, sa nature même, multiple et complexe.
Ils ont aussi cherché à définir ce qu’étaient spécifiquement, pour leur temps, le rire et le sourire.

Source : Editions universitaires de Dijon

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Journée d’étude] Les écritures contemporaines de l’histoire, Paris, 29 janvier 2020

Présentation

Cette journée doit permettre d’interroger les légitimités des écritures contemporaines de l’histoire dans une société paradoxale : mondialisée, hyper connectée et tentée par des replis. Les écritures de l’histoire relèvent d’acteurs différents : journalistes, auteurs de BD, sociologues qui interviennent depuis longtemps dans le domaine du contemporain. Scénaristes, animateurs TV ou radio ont élargi la chronologie à l’Antiquité ou le Moyen Âge, peu pour la Renaissance française. De la mise en scène théatrale, aux fantaisies ou séries, en passant par le phénomène ancien de la biographie ou récent de la non-fiction novel, comment les faits historiques sont-ils traités, quelles sont les « croyances » et les « vérités » des auteurs, les influences respectives ? Assiste-t-on à une diversité qui ouvre ou produit-on un formatage qui conditionne ?

Organisation

Sylvie Le Clech, vice-présidente de la section « Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions » du CTHS

Date : mercredi 29 janvier 2020 de 9h à 17h30
Lieu: Ecole nationale des Chartes, 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Léopold-Delisle)
Inscription gratuite et obligatoire : secretariat @ cths.fr

 

 

Programme
Des événements emblématiques et de leurs usages contemporains, l’histoire revisitée ?
  • 9h : accueil
  • 9h30 : ouverture par Christophe Marion, délégué général du CTHS et Sylvie Le Clech, vice-présidente de la section « Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions »
  • 10h : « Ce que disent de Michel Onfray ses usages de l’histoire de la Révolution Française et des Girondins », par Anne de Mathan, université de Caen Normandie
  • 10h30 : « Le cas d’école des Amants de la Bastille, spectacle musical (2012) », par Marianne Acqua, Lycée Maurice Utrillo, Stains
  • 11h : « Les nouvelles écritures de l’histoire des guerres de Religion : nouveaux langages, nouveaux messages ? », par Olivia Carpi, université de Picardie Jules Verne
  • 11h30-12h30 : échanges avec la salle et témoignage de jeunes chercheurs du collectif Entre-temps
De nouvelles écritures, les historiens, les créatifs et leurs publics
  • 14h : « BD : un discours entre fantaisie et quête de légitimation scientifique », par Paul Chopelin, université Lyon 3
  • 14h30 : « Les Templiers en cause, l’Histoire en jeu. Récits et représentations des Templiers, chez les historiens et dans les jeux vidéo », par Gérald Mercey, Games ink. et Jean Bernard, archiviste paléographe, École des chartes
  • 15h : « Storytelling et muséologie : La mise en récit du patrimoine », par Béatrice Laroche, Université Paris 3, la Sorbonne Nouvelle
  • 15h30 : « Des contenus historiques aux formes artistiques, une étude de cas », par Arnao Gisinger et Pierre Rabardel, historien et photographe, Université Paris 8
  • 16h30 : échanges avec la salle
  • 17h-17h15 : clôture de la journée par Philippe Bourdin, président de la section.

 

Source : Ecole nationale des Chartes

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Colloque] Minorités, migrations, mondialisation en Méditerranée, XIVe – XVIe siècles, Avignon, 4-6 février 2020

Colloque organisé par Florence Bistagne (Avignon Université) et Jérémie Ferrer Bartomeu (Université de Neuchâtel)

Date : mardi 4 février, mercredi 5 février et jeudi 6 février 2020

Lieu: Avignon Université, Campus Hannah Arendt, site centre-ville

Programme du colloque ici

 

Source : Ecole nationale des Chartes

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à contribution]  4th summer school on ibadism: Assessing the Study of Early Ibadi Sources. methodologies, developments and perspectives (19 Mai 2020)

 Assessing the Study of Early Ibadi Sources: methodologies, developments and perspectives

Fourth Summer School – Details

In view of the successful three Summer Schools on Ibadism and Omani Studies in Volos, Greece (2017), on Procida Island (Naples), Italy (2018) and in Vancouver, Canada (2019), respectively, the Scientific Committee supervising the Summer School, its patron and sponsor agreed to continue and herewith invite to the

Fourth Summer School on Ibadism

scheduled for taking place in Tuebingen, Germany, in the period of 7th to 11th September 2020.

Since Tuebingen, most notably in the personality of Professor Josef van Ess, is closely related to the evolving academic Ibadi and Omani studies and their developments, the idea has been put forward to begin the next Summer School on Ibadism with a one-day workshop in honour of Professor Josef van Ess.

Under the title of

“Assessing the Study Of Early Ibadi Sources: methodologies, developments and perspectives”

the workshop is intended to pay tribute to the contribution which Professor van Ess made to research and study particularly on early Ibadi sources and the formation of Ibadi identity as expressed in early Ibadi theological and legal thinking. Ad personam invited colleagues and students of Professor van Ess will assess his rich respective oeuvre, a legacy that at the same time will serve as the source of inspiration for the subsequent Summer School.

Under the title of

“Cultural Encounters and Ibadi Theological Developments”

the Summer School will focus on text studies (early sources) bearing on the emergence and early development of Ibadi theological thinking within the culturally and religiously multifaceted context and spectrum of Early Islam.

As in the years passed. we invite applications from PhD and Senior MA students working on Ibadism and/or related matters that help to understand how certain theological concepts and ideas out of the great variety that made up context and spectrum of Early Islam, crystallized into a specifically Ibadi theology, what may have furthered this process, and who may have prompted it. Participating students are expected to present the fruits of their own pertinent research (25 to 30 minutes presentation, followed by 15 to 20 minutes discussion). Additional input will be given by ad personam invited keynote speakers who will serve also as respondents on the students’ presentations.

Applications for participation in the Summer School should contain:

  1. An outline of the intended presentation
  2. Applicant’s CV
  3. A motivational letter

and be submitted not later than 19 May 2020 to Pr. Angeliki Ziaka (angelica@ziakas.net) or to Pr. Ersilia Francesca (efrancesca@unior.it).

All submitted applications will be reviewed by the Scientific Committee supervising the Summer School.

REQUIREMENTS: MA and PhD Students of all over the world are encouraged to participate. A background in Islamic studies is welcome.

NUMBER OF STUDENTS: 10-12. At least 3 students will be selected from the MA and PhD students of the hosting country.

LANGUAGE REQUIREMENTS: All teaching, course materials and coursework will be in English. Students are required to have at least an intermediate level knowledge of English. Knowledge of Arabic is welcome.

COSTS: The Summer School will provide accommodation, meals and one excursion for the selected students. No tuition fees required.

Successful candidates will be informed of the decision via email.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[appel à communication] 11th Conference on Ibadi Studies (22-24 juin 2020, Rio de janeiro)

FAR BEYOND THE ATLANTIC
LITERARY PRODUCTION, EXCHANGE AND MATERIAL CULTURE
ACROSS BRAZILIAN AND IBADI-OMANI HISTORY

The Portuguese occupations of Brazil and Oman provide the starting pointfor the 11th conference on Ibadi Studies, which sets out to explore the multifaceted aspects of history, religion and culture in these distant, though connected, areas.
The conference focuses on the historical and cultural relations between the Portuguese and two of the societies that they occupied: those inhabiting an Atlantic shore and another, the Indian Ocean. Identifying the role and the heritage left by the Portuguese maritime explorers, from the 15th century beyond, is fundamental for understanding the relations between Portuguese, Omani and Brazilian societies and their mutual representations of the ‘Other’. In order to shed light on this issue, the conference remains open to topics such as the Portuguese historical sources on Oman and Brazil, modern travelers’ accounts on both countries and translation of Omani sources and literature from Arabic into Brazilian Portuguese. The conference will also focus on the Ibadi communities of East and North Africa, their interconnections, influences and differences over
time with the Omani community.
The shared past of the Portuguese presence in Brazil and Oman has received very little attention.
The conference aims to fill this gap using comparative, multidimensional and interdisciplinary approaches to the study of cultural heritage, especially as it is embodied in religious and other expressions.
The study of religion and cultural heritage in modern times, apart from the study of ideas, beliefs and religious teachings, also involves understanding the role that aesthetics, objects, places, costumes, and other material goods and signifiers play in religious practice. As mediators of the internal religiosity and the cultural heritage of individuals and communities, these elements transform religious phenomenon into something particular and concrete.
The conference thus takes a step beyond theology, religious law, history, religious literature and ethics in general, to deal with material culture and cultural heritage, looking also at the ways in which intellectuals have helped to refine, prioritize, represent, and serve religion.
The 11th Conference on Ibadi Studies will investigate material cultures which have emerged over the centuries as a distillation of local culture and religiosity, accepting parallel influences, in dialectical or polemical form, from other sources.
Finally, the 11th Conference on Ibadi Studies welcomes innovative researches on religion, law, history, literature, art, archeology and architecture as well as studies providing anthropological and social understanding of archival and monumental elements of tangible and intangible cultural heritage.

Thematic Subdivisions of the Conference will include:
1. Literature and cultural heritage
2. Exchanges of goods and ideas across the Atlantic and Indian Ocean
3. Ibadi and/or Brazilian material culture in a comparative perspective
4. Religious and urban art and architecture
5. Intangible heritage embodied: Orality and popular culture
6. Defining the “self” and the “other/s” in multicultural environments
7. Transmission of knowledge and production of books as artefacts of the material culture
8. Portuguese sources on Ibadism, Oman and South Arabia
9. Omani sources on the Portuguese Empire
10. Description of Ibadi and Brazilian societies by travelers in a comparative perspective
11. Omani Postcolonial literature and its translation into Brazilian Portuguese

Place: Federal University of Rio de Janeiro Department of Oriental and Slavic Languages Faculty of Letters

Date: 22-24 juin 2020

Informations complémentaires: https://ibadistudies.org/index.php/conferences/upcoming-conferences/details

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journée d’étude] Enfermements IV : travail et milieux clos, Aubervilliers, 28 janvier 2020

Présentation

À travers une approche comparée des relations entre enfermements et travail invitant au dialogue entre historiens, archéologues, sociologues et juristes et prenant en compte la longue durée (du Moyen Âge à l’époque contemporaine), les ateliers de 2020 exploreront les manières dont les milieux clos (monastères, hôpitaux et prisons, en particulier) ont conçu et organisé le travail en leur sein, que l’oisiveté soit tenue pour un vice à combattre par l’enfermement, que le travail contribue à l’économie des milieux clos, qu’il soit un outil de « disciplinarisation » ou que la clôture apparaisse comme une contrainte efficace sur les employés récalcitrant, notamment. Quelles sont les spécificités du travail en situation d’enfermement ? Quels effets la clôture produit-elle sur l’organisation du travail ? À l’inverse, quels sont les effets du travail sur les structures d’enfermement et en quoi le travail les modifie-t-il ? Comment la structure close se projette-t-elle ou se dilate-t-elle, par le travail, au-delà des murs ?

Programme

Matinée

9h30 : accueil

9h45 – Isabelle Heullant-Donat (Univ. de Reims Champagne Ardenne), Julie Claustre (Univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne), Elisabeth Lusset (CNRS), Falk Bretschneider (EHESS) : Introduction

10h15-10h45 Alessandro Stanziani (EHESS): « Un panoptique global. Bentham et la surveillance entre Russie, Angleterre et Inde »

pause

11h15-11h45 – Michel Lauwers (Université de Nice Sophia Antipolis): « « Travail », espace claustral et économie monastique. Quelques réflexions à propos de l’Occident médiéval »

 Après-midi

 14 h-14h30 – Fabrice Guilbaud (Université de Picardie): « Châtiment, resocialisation, réinsertion : idéologies et pratiques du travail des prisonniers du XIXe siècle à aujourd’hui »

15h-15h30 Marina Gazzini (Università degli Studi di Milano): « Lavoro e carcere. I casi di Milano e Barcellona nel tardo medioevo »

pause

16h-16h30 – Gianenrico Bernasconi (Université de Neuchâtel): « Fabriquer l’objet de dévotion : travail ou prière par les mains ? Quelques remarques sur le Klosterarbeit (XVIIIe-XIXe siècle) ».

17h-17h30 – Isabelle Jonveaux (EHESS): « Le travail au monastère : protection ou mise en danger de la clôture ? »

Débats et discussions

 

Organisation

Un atelier organisé par le LAMOP (UMR 8589, CNRS-Paris 1-Panthéon-Sorbonne), le Centre Georg Simmel (UMR 8131, CNRS-EHESS) et le  CERHiC (EA 2616-Université de Reims) avec le soutien du LabEx Hastec et de l’Association Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux.

Présentation du programme de recherche Enfermements, histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux ici

Contact: elisabeth.lusset[a]univ-paris1.fr

Lieu de la journée d’étude : Campus Cordorcet, Centre de colloque, Place du Front Populaire, 93322 Aubervilliers, salle 3.05 (3e étage)

 

Source : https://lamop.hypotheses.org/6276

(Résumés disponibles à cette adresse)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à communication] Les états du corps en image, Paris, 27 mai 2020 [date limite propositions: 24 janvier 2020]

Présentation

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art sise au CESCM de Poitiers. Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris), qui sont ouvertes à tous, tout en donnant une place notable aux doctorants et aux jeunes chercheurs (dès le Master 2).

La journée d’étude du mercredi 27 mai 2020 aura lieu à l’INHA (salle Vasari)

Argumentaire

Comme pour les précédentes journées du GRIM, les communications dureront 20 mn. Elles seront dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie, et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

Depuis les deux dernières décennies, les historiographies médiévistes anglo-américaine et européenne se sont emparées de la question de la matérialité et de la perception sensible des œuvres.

Au-delà de la matérialité et de la sensorialité, une question mérite d’être explorée, dont l’horizon d’anthropologie religieuse est fondamental pour la compréhension des images et des comportements : celui des états du corps, rendus visibles par des ornements, des traits anatomiques des mouvements spécifiques, et par des situations singulières dans les lieux et les espaces des images. Or, figurer le corps suppose un recours à une grande variété d’approches et de moyens plastiques : dissimulé par son vêtement ou révélé par la nudité, montré entièrement ou partiellement, marqué ou non par des caractères sexués, exalté dans sa chair et son volume par un rendu tridimensionnel, ou sublimé par l’abstraction. Bien qu’ayant renoncé un temps à la représentation en ronde-bosse, l’art médiéval repense la représentation du corps, autorisant une forme de séduction physique à travers la figuration, notamment à partir de la fin du XIIe siècle.  

Le corps est omniprésent dans les images médiévales car son intérêt est sans cesse renouvelé par l’éventail de possibles presque infini qu’il offre. Il est en effet considéré comme un instrument dont le chrétien dispose. Autrement dit, il est neutre et peut conduire au meilleur comme au pire, siège des faiblesses humaines, mais aussi voie du Salut. Le refus du dualisme entre corps et âme – contre toute la tradition antique – s’explique par la revalorisation de la chair liée à l’incarnation du Christ (« la chair est le gond du Salut » explique Tertullien). Toutes ces manières de concevoir le corps en image renvoient bien sûr à sa valeur anthropologique, mais aussi à une capacité à traduire, par le travail plastique et visuel, différents niveaux de conscience, de connaissance ou d’ignorance. Au-delà de sa présence, on s’interrogera sur ce que le figuré exprime de l’état du corps tour à tour pécheur, souffrant, contraint, martyrisé, transcendé par l’esprit, ressuscité, glorieux, divin, objet d’adoration dont la substance se manifeste dans les espèces eucharistiques.

Ces corps en images sont à considérer en fonction de l’environnement iconique qu’ils peuplent, mais aussi en tenant compte du contexte, notamment celle de la mise en visibilité des images. En outre, cette journée permettra d’aborder les questions de simulacre, de séduction, d’imaginatio, propres aux images mais aussi de mesurer l’apport des études comportementales à notre disciplineÀ partir d’études de cas, il s’agira donc de considérer la rencontre entre la représentation et son support, et de rendre compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

Les propositions de communications se feront par retour du formulaire ci-joint en courrier attaché avant le vendredi 24 janvier 2020

à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.com

L’accès aux Rencontres du GRIM est ouvert à tous, et les étudiants de licence et de Master sont cordialement invités à venir écouter les conférenciers. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, les intervenants et les auditeurs s’adresseront aux centres de recherche dont ils dépendent pour une éventuelle prise en charge des frais.

Le programme définitif sera établi et diffusé début mai, envoyé par e-mail à toutes les personnes inscrites, et également disponible sur le site du CESCM : https://cescm.labo.univ-poitiers.fr/la-formation/grim-imago/

Comité scientifique
  • Isabelle Marchesin, conseillère scientifique du domaine histoire de l’art médiéval (INHA)
  • Charlotte Denoël, Conservateur en chef, service des manuscrits médiévaux (BnF)
  • Anne-Orange Poilpré, MCF (Université Paris 1/HiCSA)
  • Cécile Voyer, Pr (Université de Poitiers/CESCM
Informations complémentaires

Indépendamment de la journée d’étude du 27 mai, les chercheurs en iconographie médiévale occidentale, byzantine ou islamique, peuvent, s’ils le souhaitent, inscrire leur sujet d’étude et leurs publications dans le Répertoire du GRIM, par l’entremise d’un autre formulaire ci-joint, à remplir ou à mettre à jour pour les personnes déjà inscrites.

Source : Calenda

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Actes des journées doctorales internationales : “Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe-XVIe siècles)”, Amiens, 29-30 mai 2018, édition électronique

Actes des journées doctorales internationales “Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe-XVIe siècles)” organisées les 29 et 30 mai 2018 à Amiens, par Julie Colaye et Marie Quillent, en collaboration avec les universités de Lièges et de Tours.
Comité scientifique: Véronique Dominguez, Pascal Montaubin, Dominique Paris-Poulain, Philippe Racinet, Philippe Sénéchal, Arnaud Timbert.
Coordination éditoriale et direction de la publication: Julie Colaye et Marie Quillent.

 

Sommaire et articles consultables et téléchargeables à cette adresse: https://doctrame.hypotheses.org/publications-electroniques/quel-lieu-choisir

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à communication] Colloque international DERVI, Actualité et histoire des violences incestueuses : entre occultation et révélation, Paris, 4-6 février 2021 [Date limite propositions : 15 février 2020]

Appel à communications

Les sciences humaines et sociales, notamment l’anthropologie des XIXe et XXe siècles, ont posé l’inceste comme un interdit fondateur de toute société humaine (Durkheim ; Lévi-Strauss), incitant à le penser comme un invariant culturel dépouillé d’historicité. Dans les représentations communes, l’inceste est considéré comme impensable et innommable ; il est également assimilé à l’anomie monstrueuse et extraordinaire. Interdit et censé être inexistant (Dussy), indicible et donc imperméable à toute évaluation de sa réalité, l’inceste ne pouvait pas faire l’objet de débats publics, ni être appréhendé dans la trame ordinaire du quotidien. Aujourd’hui, et de façon croissante depuis une vingtaine d’années, ce paradigme incestueux semble voler en éclats. Dénoncées comme un « mal absolu », les violences sexuelles commises sur les enfants, dont l’inceste, sont omniprésentes dans l’espace public. Les campagnes de prévention organisées par les pouvoirs publics se succèdent, les affaires criminelles impliquant des violences incestueuses défraient la chronique judiciaire, les témoignages de victimes investissent les médias (presse, télévision, sites internet), ainsi que d’autres formes
narratives (cinéma, littérature, BD), tandis que les sondages alertent sur la fréquence de l’inceste (IPSOS/AIVI, 2010).


Organisé dans le cadre du programme de recherche ANR DERVI (« Dire, Entendre, Restituer les Violences Incestueuses ») par des anthropologues et des historiennes, ce colloque a pour objet l’étude de cette transformation, de ses enjeux épistémologiques et disciplinaires, ainsi que de ses multiples facteurs explicatifs. Il s’agira de comprendre, dans une perspective trans-disciplinaire et trans-périodes, la complexité du fait incestueux, qui peut s’appréhender comme une violence ordinaire réitérée dans un cadre familier, voire quotidien, malgré sa réprobation collective en apparence unanime.
Alors que depuis une trentaine d’années le silence qui pèse sur l’inceste a été mis en évidence dans de nombreuses études issues de champs disciplinaires variés (psychanalyse, histoire, anthropologie, gender studies), ce colloque centrera l’attention sur la divulgation de l’inceste et le moment crucial de son dévoilement, à des échelles (familles, réseaux institutionnels, médias), en des contextes (familial, judiciaire, administratif, médiatique, littéraire), suivant des modalités (révélation, dénonciation, témoignage, signalement, détection, récits, « affaires ») et avec des répercussions (indignation, indifférence, déni, scandale) variables. Qui dit ou montre quoi ? A partir de quand ? Qui entend quoi ? Qui en rend compte ? Quelles sont les modalités du dévoilement de l’inceste ? Comment est-il accueilli ?
Les communications s’attacheront à décliner les différentes représentations et significations de l’inceste selon l’identité de ceux qui y sont confrontés, leur position dans la famille (père, mère, frère, sœur, cousins, oncle, tante, etc.), la situation et les places de chacun (agresseurs, victimes, proches, témoins, travailleurs sociaux,
magistrats, membres de la famille d’accueil, etc.). Elles tiendront compte des conceptions mouvantes de l’enfance, de la sexualité, de la famille et de la parenté, d’hier et d’aujourd’hui, qui éclairent les variables de la criminalisation et de la judiciarisation de l’inceste suivant les contextes sociaux et historiques donnés.
Ce colloque favorisera les contributions qui s’écarteront des représentations courantes de l’inceste comme acte extraordinaire, pour en décrypter le caractère ordinaire, et le penseront comme un fait social engageant le fonctionnement d’une collectivité. Loin de l’isoler, les communications pourront interroger l’inceste dans le cadre plus large des autres violences commises sur les enfants, au sein duquel il est dissimulé ou identifié, que ce soit par les travailleurs sociaux, les juges ou les chercheurs. De même, elles penseront les violences incestueuses au sein d’une configuration qui dépasse le couple attendu fille victime/père agresseur, en intégrant, le cas échéant, le voisinage et divers agresseurs. De plus, ce colloque encouragera les propositions issues de différents champs disciplinaires (anthropologie, sociologie, histoire, droit, médecine, psychanalyse) et/ou émanant d’acteurs du monde professionnel (travailleurs sociaux, médecins, magistrats). Les communications proposeront une analyse diachronique ou synchronique des
violences incestueuses, des études de cas ou des analyses plus vastes, selon des méthodes d’approches diverses (travail de terrain ethnographique, entretiens, études d’archives, expériences professionnelles, etc.). Elle pourront s’inscrire dans une périodisation étendue du Moyen Âge à nos jours, porter sur des échelles (locale, nationale, internationale) diverses, ainsi qu’envisager des analyses comparatistes.

Les communications intégreront l’un des quatre axes suivants :


1. Les révélations de l’inceste en contexte contemporain (famille et proches, protection de l’enfance, tribunaux, associations, etc.)
Les processus actuels de détection, de signalement, voire de prise en charge des situations incestueuses seront interrogées dans leur triple dimension sociale, médicale et judiciaire. A partir de quelles informations l’inceste est-il repéré et /ou signalé ? Pour qui, par qui (familiers, proches, voisins, médecins, assistants sociaux, etc.), sous quelle forme (rédactionnelle, descriptive, morale avec les signes de « bonne foi », etc.) et à partir de quels éléments ? Comment, chez les uns et chez les autres, se construit une conviction ? Comment les différents professionnels fondent-ils leur décision sur une situation ? Quelle différence posent-ils entre « risque » et « danger » ? Quelle est la part du doute dans leurs décisions ? Quels regards les différents personnels qui reçoivent les enfants portent-ils sur ces rapports, les faits incriminés et les parents ? Les normes sociales pesant sur les représentations du crime et des agresseurs, il faudra comprendre dans quelle mesure ces représentations des violences sexuelles contre les enfants et leur traitement sont tributaires du sexe, de l’âge, des liens de parenté, de la place dans la famille dans la société (emploi, catégorie sociale) de l’agresseur présumé.


2. Les violences incestueuses en contexte judiciaire du Moyen Âge à nos jours
Les spécificités de l’inceste, voire son inscription dans un continuum de violences (« crimes de mœurs », mauvais traitements à enfants, infanticide, « libertinage », etc.), seront étudiées en partant du processus d’identification du « crime » et de sa peine en contexte judiciaire. Les normes sociales et légales qui en déterminent, voire en empêchent la répression, se recouvrent-elles ? Les études pourront se concentrer sur le fait répressif, les éléments de criminalisation, de procédure et de répression : selon quels savoirs (juridiques, médicaux, etc.) le crime est-il qualifié, poursuivi et puni ? Quels sont les mots pour dire le crime hier et aujourd’hui, dans la
littérature savante et selon les justiciables ? Dans les dossiers pénaux, qui dénonce-t-on et comment ? Qui agresse qui et comment ? Il s’agira aussi d’éclairer les évolutions, ainsi que leurs facteurs d’explication, légales, sociales, culturelles : quelles sont les représentations du fait incestueux suivant les périodes ? A quelles conceptions de la famille, de l’enfance, de la jeunesse et de la sexualité, mais aussi du rôle de la justice, notamment répressive,
renvoient-elles ? Dans quels contextes le fait incestueux déborde-t-il les arcanes de la justice pour intéresser le débat public ?


3. Les interprétations médicales et psychanalytiques de l’inceste et de la violence à enfants
Les communications proposeront des analyses sur le discours médical et psychanalytique produit sur les violences incestueuses depuis l’émergence de la médecine aliéniste jusqu’à nos jours (rapports d’expertise et théorie médicale, discours médical dans les médias et la littérature de témoignage, XVIIIe-XXIe siècles). Quelles
conditions de possibilité ont présidé au repérage par le corps médical de l’inceste comme réalité (examen du linge, examen du corps) ? Quelles sont les modalités de désignation du fait et des gestes incestueux ? Quels sont les liens de parenté retenus pour identifier l’inceste ? Comment les protagonistes sont-ils désignés et évalués ? Comment explique-t-on l’inceste ? L’inceste a-t-il été pensé dans le cadre d’autres violences exercées contre les enfants ? De
quelles manières et à quelles conditions les conséquences de l’inceste subi ont-elles été repérées, identifiées, prises en compte et théorisées par les médecins ?


4. Les violences incestueuses et leur réception dans l’espace public
Comment l’opinion se saisit-elle de la parole des victimes d’inceste ? Selon quelles modalités, avec quels acteurs et médiateurs une accusation/révélation est-elle portée dans un espace de visibilité, de discussions et de débats contradictoires ? Quels systèmes d’émotions, d’interprétations, d’argumentations, révélateurs de normes et de valeurs – partagées ou conflictuelles –, les affaires judiciaires fortement médiatisées soulèvent-elles ? Quelles formes de publicité sont données aux témoignages des victimes d’inceste ? Quels sont les contextes historiques,socio-économiques (stratégies éditoriales) et personnels (à quel âge, dans quelles situations) de ces mises en récit, et quelles formes narratives déploient-elles ? Quelles inflexions peut-on repérer dans la médiatisation des violences incestueuses ? Quand le sujet surgit-il dans les médias, à quel rythme, selon quelles modalités d’énonciation, en faisant intervenir quels protagonistes (victimes, médecins, magistrats, experts, etc.), dans quelles rubriques/émissions afin de saisir l’intérêt qu’il suscite et la manière dont il est pris en charge par le discours
social ?


Les communications se dérouleront en français ou en anglais.

Les propositions de 2 500 signes maximum
(espaces compris) comprendront titre, résumé et principales références bibliographiques ainsi qu’une courte
présentation de l’auteur (statut, discipline, rattachement institutionnel). Elles devront être envoyées par courriel à :
dervi@listes.huma-num.fr avant le 15 février 2020.
Les résultats de la sélection seront communiqués le 30 avril 2020.


Comité d’organisation :                                                                                      équipe DERVI (ANR, CEMS/EHESS-CNRS ; Pléiade/Paris 13) : Anne-Claude Ambroise-Rendu (CHCSC/Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Sylvaine Camelin (Paris-Nanterre), Anne-Emmanuelle Demartini (Pléïade/Paris-13), Julie Doyon (FNS-Fribourg/Paris-13), Charlie Duperron (doctorant CEMS/EHESS-CNRS), Fabienne Giuliani (Post-Doctorante CEMS/EHESS-CNRS), Léonore Le Caisne
(CEMS/EHESS-CNRS)


Comité scientifique :                                                                                            Walter Albardier (psychiatre, responsable du CRIAVS d’Ile-de-France)
Christine Bard (historienne, professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Angers)
Pascal Bastien (historien, professeur d’histoire de l’Europe moderne à l’université du Québec à Montréal)
Elisabeth Claverie (anthropologue, directrice de recherche émérite au CNRS)
Alain Corbin (historien, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne)
Agnès Fine (anthropologue, directrice d’étude émérite à l’EHESS)
Vincent Gourdon (historien, directeur de recherche au CNRS)
Thomas Laqueur (historien, professeur émérite à l’université de Berkeley)
Véronique Le Goaziou (sociologue, chercheuse associée au LAMES-CNRS)
François-Joseph Ruggiu (historien, professeur d’histoire moderne à l’université Paris IV, CNRS)
Denis Salas (magistrat, président de l’Association française pour l’histoire de la justice)
Sylvie Steinberg (historienne, directrice d’étude à l’EHESS)
Simon Teuscher (historien, professeur à l’université de Zurich)
George Vigarello (historien, directeur d’étude à l’EHESS)

Source : Société de Démographie Historique
Appel à communication en pdf

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Prix Ourgaud 2019-2020] Prix décerné par la Société Archéologique du Midi de la France [Date limite de candidature : 31 janvier 2020]

Présentation

La Société Archéologique du Midi de la France attribuera en mars 2020 le Prix OURGAUD doté de 1000 €, récompensant un travail universitaire inédit (Master 1, Master 2 ou thèse) ou toute étude inédite sur l’histoire, l’archéologie ou l’histoire de l’art du Midi de la France.

Le mémoire, en édition papier et accompagné d’une lettre de candidature, doit être adressé à Madame la Présidente de la Société Archéologique du Midi de la France, Hôtel d’Assézat, place d’Assézat, 31000 Toulouse avant le 31 janvier 2020.

Le prix sera remis lors de la séance publique de la Société Archéologique du Midi de la France qui se tiendra le 22 mars 2020 en l’Hôtel d’Assézat à Toulouse. Les rapports sur les meilleurs travaux présentés au concours sont publiés dans le volume des Mémoires de l’année.

Un candidat ne peut être primé qu’une seule fois.
Les candidats honorés par une médaille d’encouragement ont la possibilité de présenter un nouveau mémoire au concours.

Les exemplaires des mémoires présentés au concours restent la propriété de la S.A.M.F. ; ils sont déposés à la bibliothèque où ils peuvent être consultés. Les candidats s’engagent en outre à recevoir leur prix en personne lors de la séance publique de la S.A.M.F.

Source : Société Archéologique du Midi de la France

Règlement et informations complémentaires

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à communication] Les stalles de la cathédrale d’Amiens, 500 ans, Amiens, 20-21 novembre 2020 [Date limite propositions: 15 mars 2020]

Appel à communication en pdf :
https://www.abbaye-saint-martin-aux-bois.fr/wp-content/uploads/2019/11/Stalles-Amiens-AppelComm.pdf
Source : https://www.abbaye-saint-martin-aux-bois.fr/colloque-500-ans-cathedrale-damiens/

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Exposition] Wisigoths. Rois de Toulouse, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 27 février-27 septembre 2020

Le 1600ème anniversaire de l’installation des Wisigoths à Toulouse est une belle occasion pour le musée Saint-Raymond, musée d’Archéologie de Toulouse, de présenter au public une part de son histoire qu’il méconnaît bien souvent, en centrant le propos de cette exposition sur la capitale Tolosa et son territoire au Ve siècle.

En lien avec les sources écrites, le parcours présentera les résultats des recherches archéologiques, notamment des plus récentes, certaines inédites. Il permettra d’aborder l’origine des Wisigoths et les relations qu’ils entretenaient avec les Romains, la culture matérielle propre à ce peuple ainsi que des coutumes spécifiques connues pour l’essentiel grâce à l’archéologie funéraire.

En 419, les Wisigoths sont installés dans le Sud-Ouest de la Gaule par l’Empire romain d’Occident, sur un territoire consenti par l’empereur Honorius. Toulouse, leur résidence royale, devient au fur et mesure des événements et de l’indépendance prise par les Goths, capitale d’un royaume souvent désigné par les historiens comme le royaume de Toulouse.

En près d’un siècle, les rois wisigoths établissent une dynastie et étendent leur autorité de la Loire au Sud de l’Espagne mettant ainsi en place un des premiers royaumes barbares d’Occident qui prend fin dans le Sud-Ouest au début du VIe siècle, à la suite de la mort d’Alaric II en 507. Si tous ces événements sont assez bien connus grâce aux auteurs latins contemporains, les traces matérielles d’une présence germanique dans notre région ont souvent été considérées comme peu nombreuses ce que viennent contredire les récentes découvertes mises au jour dans le Sud-Ouest.

Plus de 250 objets, dont près de 200 prêtés par 36 institutions françaises et européennes (Ukraine, Pologne, Autriche, Roumanie et Moldavie) seront répartis dans le parcours de visite. Deux visites sonores seront disponibles. La première, à écouter en famille, est une saga qui permettra de plonger dans l’histoire des Wisigoths à travers leur vie quotidienne. La seconde, réservée aux adultes, proposera une vision décalée et humoristique de l’exposition. Des vidéos et des dispositifs ludiques et numériques enrichiront l’expérience de visite.

Source : Musée Saint-Raymond

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Grégory Combalbert (éd.), Actes des évêques d’Evreux (XIe siècle – 1223), édition électronique, Presses universitaires de Caen, 2019

Il s’agit d’une édition numérique publiée par les Presses Universitaires de Caen et accessible en suivant ce lien : https://www.unicaen.fr/puc/sources/ecartae/evreux/. Ce corpus numérique se distingue d’une base de données textuelles et constitue une véritable édition, aux deux sens que le terme peut avoir en français pour les spécialistes des sources anciennes : il a fait l’objet non seulement d’un traitement critique complet, pour garantir la fiabilité et la normalisation des textes, mais aussi d’un protocole éditorial classique aux Presses Universitaires de Caen. Les Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) constituent le premier volume de la collection « e-Cartae ». Celle-ci est destinée à rassembler d’autres volumes d’actes épiscopaux (ensemble « Actépi », issu du projet ANR homonyme actuellement en cours) ainsi que d’autres corpus d’actes diplomatiques.

L’édition des Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) a été réalisée dans e-Cartae, outil d’édition critique en XML-TEI, de publication et de consultation en ligne des corpus de chartes médiévales. Les actes ébroïciens constituent le corpus expérimental qui a permis la mise au point de cet outil. E-Cartae repose sur un environnement de travail pour l’édition des sources diplomatiques en XML, créé par le Pôle Document Numérique de la MRSH de Caen et moi-même, et optimisé pour la version 8.3 du logiciel XMLmind-XMLeditor. Cet environnement et la méthodologie d’encodage sont désormais librement téléchargeables sur le site du Pôle Document numérique : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/document_numerique/outils/diplomatique

Source :  Fasti Ecclesiæ Gallicanæ: https://fasti.huma-num.fr/fr/node/179

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts