Archives de catégorie : Actualités

[Financement] 2ème bourse (pré-)doctorale Ifao-Idéo au Caire (2020‒2021)

L’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) et l’Institut dominicain d’études orientales (Idéo) s’associent pour financer une bourse pré-doctorale ou doctorale de 12 mois, du 1ᵉʳ septembre 2020 au 31 août 2021. Cette bourse accorde également la résidence à l’Idéo et des cours d’arabe à raison de deux heures de cours particulier par jour, cinq jours par semaine, au cours de cette période.

Cliquez ici pour consulter les conditions et présenter votre candidature…

La bourse s’inscrit dans l’une des disciplines portées par les membres de l’Idéo au Caire et invite à travailler sur un corpus arabe classique : philosophiethéologie musulmane ou bien grammaire et linguistique. Le candidat ou la candidate élu·e bénéficiera d’une bourse mensuelle de 1 000 €, auxquels s’ajoutent la prise en charge de l’hébergement à l’Idéo et des cours d’arabe (à l’exclusion du mois d’août). Il ou elle doit déjà être couvert par la Sécurité sociale et une mutuelle incluant une assistance au rapatriement.

  • Lieu, service

L’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) et l’Institut dominicain d’études orientales (Idéo) s’associent pour financer une bourse pré-doctorale ou doctorale de 12 mois, du 1er septembre 2020 au 31 août 2021. Cette bourse accorde également la résidence à l’Idéo et des cours d’arabe à raison de deux heures de cours particulier par jour, cinq jours par semaine, au cours de cette période.

Statut, service

La bourse s’inscrit dans l’une des disciplines portées par les membres de l’Idéo au Caire et invite à travailler sur un corpus arabe classique : philosophie, théologie musulmane ou bien grammaire et linguistique. Le candidat ou la candidate élu·e bénéficiera d’une bourse mensuelle de 1 000 €, auxquels s’ajoutent la prise en charge de l’hébergement à l’Idéo et des cours d’arabe (à l’exclusion du mois d’août). Il ou elle doit déjà être couvert par la Sécurité sociale et une mutuelle incluant une assistance au rapatriement.

Missions principales

Le but de cette bourse est d’aider son bénéficiaire à constituer un corpus en vue du doctorat et de renforcer ses compétences linguistiques en arabe classique. Un·e candidat·e qui ne serait pas encore inscrit·e en doctorat devra mettre à profit cette année pour présenter sa candidature à un contrat doctoral de son université, du réseau des Écoles françaises à l’étranger ou de mobilité internationale de l’INSHS.

Compétences principales

Au moment du dépôt de la candidature, le candidat ou la candidate devra être titulaire au minimum d’un Master 1 s’inscrivant dans un des champs mentionnés plus haut. Trois cas peuvent se présenter :

1) le ou la candidat·e est déjà inscrit·e en Master 2, l’année de bourse peut être mise à profit pour achever le mémoire du Master, s’il n’est pas soutenu en juin ;

2) le ou la candidat·e est déjà titulaire d’un Master 2, l’année de bourse peut constituer une césure entre le Master et le doctorat ;

3) enfin, le ou la candidat·e est déjà inscrit·e en doctorat, l’année de bourse peut constituer une césure dans un contrat doctoral ou être intégrée à un cursus doctoral en cours sans contrat.

Il ou elle devra justifier d’une connaissance suffisante de l’arabe équivalant à un niveau B1.

Procédure

Le dossier de candidature devra être déposé en ligne sur le site internet de l’Ifao avant le 30 avril 2020. Il inclura :

‒ un projet de recherche justifiant de la motivation du candidat et de la manière dont il insèrerait cette bourse dans son cursus (4 000 signes maximum) ;

‒ un curriculum vitae synthétique ;

‒ une production écrite de l’étudiant·e (mémoire de M1 ou de M2, projet doctoral, devoir de validation de module de Master incluant une bibliographie…) ;

‒ une lettre de recommandation de deux enseignants (l’un pour la discipline, l’autre pour la langue) validant notamment la manière dont la bourse s’insèrerait dans le cursus de l’étudiant et son aptitude à progresser en arabe.

Les candidats seront informés des résultats par courrier électronique à la fin du mois de mai 2020.

Pour toute information, contacter direction@ideo-cairo.org ou bien fabecassis@ifao.egnet.net.

Concours

Vous devez créer un compte pour déposer un dossier consistant en un fichier unique au format PDF.

Date limite

jeudi 30 avril 2020 à minuit

Adresse de l’Institut dominicains d’études orientales :
1, rue al-Tarabichi, entre Midan el-Gheish et Darrassa
station du métro Midan el-Gheish (3ème ligne)
Abbasiyyah
Le Caire 11381
Égypte

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communications] Espaces maritimes, ports et littoraux du Roussillon à la Provence au Moyen Âge, Montpellier, 12-13 juin 2020 [Date limite propositions : 1er mars 2020]

Les XIIe – XIIIe siècles, période d’essor économique et d’accroissement des échanges, notamment en Méditerranée, constituent à bien des égards un âge d’or des ports maritimes et fluviaux. Mais qu’est-ce qu’un port au Moyen Âge ? La question, posée à l’occasion du renouveau des recherches en histoire maritime et sur les sociétés littorales, peut sembler banale mais vise à définir les spécificités des établissements portuaires qui constituent des escales incontournables au sein des réseaux d’échanges en Méditerranée, et couvrent ainsi un large champ de spécialités. Ont été envisagés plus particulièrement dans ces recherches récentes, le choix du site géographique et l’évolution générale du paysage littoral, les liens entre terre et mer – par l’intermédiaire, parfois, d’un espace lagunaire –, mais aussi les fonctions et types d’infrastructures, les logiques d’organisation de la ville et du port au cours du temps et les modes de structuration du territoire, intégrant les préoccupations politiques et économiques des pouvoirs régionaux et extrarégionaux. Le choix d’implantation, de la confluence de cours d’eau au fond de baie, du cordon littoral à la lagune abritée, conditionne autant la lutte incessante contre l’envasement des infrastructures que la structuration de la ville en fonction de son bassin d’approvisionnement et du stockage de ses exportations.

L’espace portuaire possède une profonde valeur patrimoniale géohistorique. Le choix de fonder un port répond à des mutations profondes des sociétés et de leurs moteurs d’échange. Aigues-Mortes et son port fondés au XIIIe siècle par le roi de France Louis IX constituent un exemple emblématique de ces enjeux croisés, à la fois politiques, géographiques et économiques, qui ont conduit à la création d’une ville portuaire.

Comprendre la disparition d’un port est une démarche tout aussi enrichissante. Elle rend compte des changements d’ordre politiques, économiques et environnementaux, auxquels les sociétés ont dû faire face et, par là-même, déployer leurs capacités d’adaptation. Ces modalités d’adaptation sont complexes (techniques, financières) et se produisent sur différentes temporalités, tantôt progressives et continues dans le temps (entretien des bassins, des aménagements portuaires…), tantôt plus ponctuelles en réponse à des événements météo-marins extrêmes. L’adaptation des sociétés littorales ne dépend pas uniquement d’aspects techniques, mais aussi de l’engagement et des ressources des pouvoirs politiques afin de soutenir des travaux d’entretien, de dragage, de réparation, de modernisation pour pérenniser l’existence du port. Toutefois, lorsque les défis s’annonçaient trop difficiles à relever (premières manifestations du Petit Âge Glaciaire, concurrence, guerre), l’abandon du port pouvait s’imposer, révélant ainsi les limites de l’adaptation des sociétés littorales aux changements environnementaux, mais aussi sociaux et politiques, alors à l’œuvre.

Cette rencontre entend réunir des historiens, géographes et géoarchéologues, spécialistes des sources textuelles, cartographiques, autant que matérielles issues de l’archéologie et de la géomorphologie, afin de confronter les approches et de tirer des enseignements de ces regards croisés sur les changements sociétaux et environnementaux de la période médiévale qui ont touché les sociétés littorales et les établissements portuaires. Les questionnements portant sur le cas spécifique d’Aigues-Mortes trouveront peut-être un écho dans le cas d’autres sites méditerranéens actuellement étudiés, soulevant des analogies ou des situations contradictoires susceptibles d’apporter des éléments de réponse. Ces regards croisés permettront d’apprécier les singularités d’un port, son degré de développement et ses évolutions, ainsi que de l’appréhender à différentes échelles spatiales et temporelles.

Thèmes abordés :
– Le contexte géographique de l’implantation du port maritime et/ou fluvial médiéval
– Les fonctions et les infrastructures portuaires
– Bassin d’approvisionnement maritime et/ou fluvial du port
– Les relations ville/port/avant-port
– La délimitation d’une « zone » portuaire (mouillage au large, escales de déchargement)
– Les réseaux et les dynamiques portuaires
– Changements côtiers et pérennisation de la structure portuaire
– L’adaptation des sociétés portuaires aux évènements paroxystiques

Détails et informations pratiques (soumission, inscription…) sur la plateforme dédiée : https://portsmoyenage.sciencesconf.org/

 

Source : SHMESP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] François Foronda, Privauté, gouvernement et souveraineté, Castille, XIIIe-XIVe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2020, 294 p.

Un moment fondateur de l’expérience médiévale du pouvoir d’État en Castille : la privauté ou le choix de l’amitié contre la parenté.

Avant le temps des ministres-favoris de l’époque baroque, les rois de l’Europe médiévale ont compté dans leur proximité sur l’assistance de personnages souvent vus comme leur préfiguration. Cette expérience de la privauté n’est cependant pas partout de même intensité. Ainsi, la Castille de la fin du Moyen Âge se distingue-t-elle par une continuité d’expérience. Ce terrain s’avère donc particulièrement propice pour interroger l’identité de la privauté médiévale, son sens historique. La privauté (privanza) est un choix, celui de l’amitié contre la parenté. Réalisé sur le terrain idéologique à partir du milieu du XIIIe siècle, ce choix se fait stratégique au début du XIVe siècle : contre ses parents et ses barons, qui entendent exercer une emprise sur sa royauté, le roi lance ses créatures, les privados, pour s’en libérer. Si ceux-ci œuvrent donc à une expulsion, ils organisent dans le même temps une participation alternative et plus large au gouvernement du roi, celui de sa personne et de son royaume. La privauté fait ainsi sentir quel dépassement sociétal affecte la compagnie royale à partir du XIIIe siècle. Et la répétition des expériences de privauté au XIVe siècle fonde un régime politique, marqué par la distinction entre gouvernement et souveraineté. Cet essai envisage à nouveaux frais ce moment fondateur de l’expérience médiévale du pouvoir d’État.

Table des matières

I. – Une relation gouvernementalisante 
II. – L’amitié gouvernementale 
Annexe 1. – Les mots de la privauté dans la Gran conquista de Ultramar et leurs correspondants français 
Annexe 2. – Schémas de cooccurrences 
III. – Une formule de réassurance 
IV. – Un régime politique 
Annexe finale. – Privanza ¿Una definición? 
Sources
Bibliographie 
Table analytique

Source : Casa de Velázquez

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journée d’étude] Chanoines des montagnes et des piémonts alpins au Moyen Âge, Lyon, 18 mars 2020

Date et horaires

Mercredi 18 mars 2020, 10h-13h et 14h-30-17h30

Lieu

MSH Lyon-Saint-Etienne, 14 avenue Berthelot, Lyon 7ème, Salle Marc-Bloch

Organisation

Cécile Caby (Lyon 2, CIHAM) et Laurent Ripart (USMB, LLSETI)

Présentation

Longtemps moins étudiées que les fondations monastiques, les nombreuses fondations ou congrégations canoniales des Alpes et de leurs piémonts ont fait l’objet, dans les dernières années, de multiples approches monographiques ou régionales, notamment dans le cadre de recherches doctorales. Dans la foulée de cette dynamique et en écho aux objectifs du programme HALA, visant, entre autres, à valoriser les archives des anciens États de Savoie, cette journée d’étude internationale entend promouvoir les échanges entre chercheurs d’horizons méthodologiques et historiographiques différents et fournir l’occasion d’un bilan sur les archives et la documentation disponibles (en y incluant les sources iconographiques et matérielles) pour éclairer la présence et les fonctions sociales des chanoines séculiers et réguliers dans ces régions.

Programme
Contact

cecile.caby[at]univ-lyon2.fr

Source : Ciham 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Conférence] Ali Benmakhlouf, “Un robinson andalou : la fable d’Ibn Tufayl entre hominisation et humanisation”, Cycle Lectures méditerranéeneS, Rome, Fondazione Primoli, 20 février 2020.

Date et lieu

Jeudi 20 février 2020, à 18h

Fondazione Primoli, Via Giuseppe Zanardelli, 1, 00186 Roma

Présentation

À partir de la fable du XIIe siècle d’un philosophe autodidacte, seul sur son île, la conférence essaiera de saisir les enjeux qui permettent de croiser une hominisation (survie de l’espèce) avec une humanisation (la vie des hommes selon les institutions). La fable servira de point d’appui aux problématiques actuelles du rapport de l’homme à son environnement naturel et social.

Basato sulla leggenda del XII secolo di un filosofo autodidatta, solo sulla sua isola, l’incontro cercherà di cogliere i temi che permettono di incrociare l’ominazione (la sopravvivenza della specie) con l’umanizzazione (la vita degli uomini secondo le istituzioni). La leggenda costituirà la base per le questioni attuali del rapporto tra l’uomo e il suo ambiente naturale e sociale.

Informations pratiques

La conférence se déroulera en langue française avec traduction simultanée en italien.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Partenaires : Ambassade de France en Italie – Institut français Italia, Fondazione Primoli, Istituto della Enciclopedia Italiana Treccani, Institut français – Centre Saint-Louis

 

 

Source : Ecole française de Rome

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] “L’eugénisme en question : généalogie, transmission et savoirs de l’hérédité du Moyen Âge à nos jours”, Metz, 2-3 avril 2020.

Date : 2-3 avril 2020

Lieu : Salle Ferrari, Campus du Saulcy, Metz

Organisation : Jean-Christophe Blanchard, Université de Lorraine – CRULH (jean-christophe.blanchard@univ-lorraine.fr) et Jérôme Viret, Université de Lorraine – CRULH (jerome.viret@univ-lorraine.fr)

Programme ici
Source : CRULH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Jessika Nowak, Jens Schneider et Anne Wagner (dir.), Ein Raum im Umbrunch? Herrschaftsstrategien in Besançon im Hochmittelalter, Köln, Böhlau Verlag GmbH & Cie, 2020.

Source  (et lien vers table des matières) : https://www.vandenhoeck-ruprecht-verlage.com/themen-entdecken/geschichte/geschichte-des-mittelalters/49215/ein-raum-im-umbruch

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] “Les sources perdues, une fatalité pour l’historien ?”, Journée d’études, Tours, 4 juin 2020 [Date limite propositions : 15 mars 2020]

Journée d’études organisée par l’AJCH (Association des Jeunes Chercheurs en Histoire)

Appel à communications ici (argumentaire, informations et modalités de soumission)

Source : AJCH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Hannah-Lena Hagemann/ Stefan Heidemann (éd.) Transregional and Regional Elites – Connecting the Early Islamic Empire, De Gruyter, 2020

Aims and Scope

To integrate the regions of the early Islamic Empire from Central Asia to North Africa, transregional and regional elites of various backgrounds were essential. This volume is an important contribution to the conceptualization of the largest empire of Late Antiquity.

After a theoretical introduction to the concept of ‘elites’ in an early Islamic context, the papers focus on elite structures and networks within selected regions of the Empire (Transoxiana, Khurāsān, Armenia, Fārs, Iraq, al-Jazīra, Syria, Egypt, and Ifrīqiya). They analyze elite groups across social, religious, geographical, and professional boundaries. Some papers take up contemporary terminology and its application within the sources.

While previous studies used Iraq as the paradigm for the entire empire, this volume looks at diverse regions instead. While each region seems to be different based on its heterogeneous surviving sources, its physical geography, and its indigenous population and elites, the comparative approach highlights certain common patterns of governance and interaction across the Empire in its first three centuries.

Table of Contents

Stefan Heidemann

Introduction: Transregional and Regional Elites – Connecting the Early Islamic Empire

Hannah-Lena Hagemann, Katharina Mewes & Peter Verkinderen

Studying Elites in Early Islamic History: Concepts and Terminology

 

Arabia and Iraq

Georg Leube

Insult the Caliph, Marry al-Ḥasan, and Redeem Your Kingdom: Freiheitsgrade of Kindī Elites During the 7th to 9th Century

Noëmie Lucas

Landowners in Lower Iraq during the 8th Century: Types and Interplays

Hugh Kennedy

The Rise and Fall of the Early ʿAbbāsid Political and Military Elite

 

The East

Jürgen Paul

Who Were the Mulūk Fārs?

Ahmad Khan

An Empire of Elites: Mobility in the Early Islamic Empire

 

Amikam Elad

Preliminary Notes on the Term and Institution of al-Shākiriyya in Early Islam (ca. 14–218 H/635–36–833 CE) Mainly According to the Arabic

The Eastern Mediterranean and the North

Alison Vacca

Khurāsānī and Transoxanian Ostikans of Early ʿAbbāsid Armenia

Simon Gundelfinger & Peter Verkinderen

The Governors of al-Shām and Fārs in the Early Islamic Empire – A Comparative Regional Perspective

Hannah-Lena Hagemann

Muslim Elites in the Early Islamic Jazīra: The Qāḍīs of Ḥarrān, al-Raqqa, and al-Mawṣil

Philip Wood

Christian Elite Networks in the Jazīra, c.730–850

 

The West

Petra Sijpesteijn

Establishing Local Elite Authority in Egypt Through Arbitration and Mediation

Yaacov Lev

The Civilian Ruling Elite of the Ṭūlūnid-Ikhshīdid Period

Cyrille Aillet

Connecting the Ibāḍī Network in North Africa with the Empire (2nd–3rd/8th–9th Centuries)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communications] Arbitraire et arbitrages : les zones grises du pouvoir (XIIe-XVIIIe siècle), Montréal (Québec), 5- 7 mai 2021 (date limite propositions : 1er mai 2020)

Argumentaire

Dans le monde occidental contemporain régi par le droit et la loi, par les constitutions et les chartes, envahi par une normativité galopante, l’idée que le pouvoir puisse avoir une part d’arbitraire peut surprendre ou choquer. Les dictionnaires de la langue française, depuis la première édition de celui de l’Académie en 1694, donnent le ton : « On appelle pouvoir arbitraire un pouvoir absolu qui n’a pour règle que la volonté du souverain. Il ne se dit qu’en mauvaise part. » Cette mauvaise part persiste et s’amplifie même par la suite. Le dictionnaire Larousse définit ainsi l’arbitraire comme rien de moins que ce « qui dépend de la volonté, du bon plaisir de quelqu’un et intervient en violation de la loi ou de la justice ». En 1690 pourtant Antoine Furetière proposait une définition plus nuancée, reflétant une signification ancienne inspirée de la pratique du droit : « qui dépend de l’estimation des hommes, qui n’est point fixé par le droit, ni par la loi », un sens que l’on retrouve déjà chez Jean Froissart en 1397 : « qui dépend de la décision du juge », tout simplement.

L’ambivalence du mot arbitraire s’enrichit d’une connotation bien plus positive lorsque l’on introduit le terme, plus acceptable aujourd’hui, de « discrétion ». Chargé des valeurs morales d’intelligence, de compétence ou de sensibilité, on le réserve plus volontiers aux juges dans l’exercice de leurs fonctions, qu’aux hommes et aux femmes qui interviennent dans le champ du politique, dépositaires des souverainetés nationales ou simples agents chargés du maintien et de l’application des lois. C’est qu’aucune loi, aucune constitution, aucune norme ne peut prétendre régir l’intégralité de l’activité humaine ni non plus définir avec objectivité la manière dont sont appliquées l’ensemble de ces normes. Contre Accurse, pour qui « tout se trouve dans le corps du droit », Thomas d’Aquin reconnaissait que le législateur ne pouvait ni ne voulait tout exprimer dans la loi. Il reconnaissait donc l’existence d’une zone grise qui échappe aussi bien à l’interprétation juridique qu’à l’administration de preuves rationnelles. Les circonstances infinies des relations humaines ne se laissent, en outre, pas enfermer dans les codes et traités normatifs. Leur nécessaire appréciation dans les processus de régulation des relations sociales implique également de laisser une certaine latitude à ceux qui en sont en charge. Dans l’administration de la justice par exemple, l’arbitraire des juges a été défini, dès le xiie siècle, comme la capacité d’appréciation des circonstances des crimes ou des délits afin d’arbitrer, c’est-à-dire, simplement, de choisir les peines les plus appropriées. Par ailleurs, l’arbitrage du juge, presque universellement reconnu, ne se distingue pas nettement de celui des arbitres du droit privé, « amiables compositeurs » investis par la volonté des parties d’une fonction médiatrice aussi déterminante que celle des juges dans la procédure du règlement des conflits.

Le prince, le juge et l’arbitre, chacun dans son champ d’action et dans la limite de ses capacités, répondent à un même besoin des sociétés humaines de réguler les interactions sociales (instaurer et garantir le respect des normes ou des lois) ; de combler le fossé entre les normes et les pratiques (par exemple à propos de la détermination ou de l’application des peines) ; de compenser l’absence de normes reconnues (vides juridiques ou cas de terra nullius) ; ou encore de régir les modes de dérogation à la norme (par exemple dans les cas d’exception fondés sur la nécessité). En cela, l’arbitraire se situe au carrefour de la contrainte et de la liberté, dans un clair-obscur de l’exercice du pouvoir, lieu d’insertion de valeurs morales comme la caritas, la grâce et la miséricorde. Il introduit les notions de transaction, de négociation et de contrat, abordées dans plusieurs études récentes qui proposent de revisiter les schémas encore trop linéaires qui président à notre compréhension de la construction de l’État et de la souveraineté modernes. Et si entre le temps de Froissart et celui des lexicographes de la fin du xviie siècle, l’affirmation du pouvoir, les transformations de la notion de souveraineté et l’évolution des modes de gouvernement ont gommé la dualité originelle du terme arbitraire, entre arbitrage et arbitraire, ils n’ont pas fait disparaître l’importance de la légitimité, de la recherche du consensus et du consentement, comme corollaire de l’exercice du pouvoir dans tout régime politique, à l’exception peut-être de la tyrannie.

Ce colloque, au carrefour de l’histoire, du droit, de la philosophie et de l’anthropologie, propose d’envisager de manière pluridisciplinaire ou interdisciplinaire et par une lecture comparative les pratiques arbitraires/arbitrales dans le champ du droit privé, du droit pénal et de l’exercice du pouvoir public. Il cherche ainsi à observer les limites posées par le droit, la coutume, la morale à la liberté de l’exercice d’un pouvoir contraignant, voire absolu, dans l’espace européen et dans ses colonies, entre le xiie et le xviiie siècle. Plus concrètement, les propositions pourront se pencher sur :

  • les pratiques de la souveraineté médiées par des instances de représentation ouvrant au dialogue à différentes échelles (conseils, diètes, cortès, parlements, états et assemblées) ;
  • la pratique de l’exception comme la grâce, les rémissions ou les abolitions ;
  • les modalités d’interpellation des pouvoirs comme la supplique, la requête ou la pétition ;
  • les lieux, les moments et les modalités d’exercice et d’application
    • de l’arbitrage proprement dits, en tant que renoncement volontaire à une marge de liberté au bénéfice d’un tiers ;
    • de l’exception dans les domaines politique (suivant l’aphorisme de Karl Schmitt, « Le souverain est celui qui décide de/dans la nécessité »), ou du droit (cas royaux, lèse-majesté, voire procès politiques)
  • ainsi que les tensions et les résistances produites par l’exercice de l’arbitraire (par exemple la mise par écrit des coutumes).

Nombre de ces éléments ont fait l’objet d’études, parfois récentes et souvent exhaustives. L’intérêt de ce colloque tient plutôt à la réflexion croisée qu’il propose sur convergences et les divergences qui unissent ou, au contraire, opposent ces pratiques pour mieux comprendre la diversité des pratiques politiques de l’Europe médiévale et moderne : existence de contraintes conjoncturelles et structurelles (sociales ou institutionnelles) ; interférence de l’action humaine dans les pratiques du pouvoir (l’arbitraire/arbitrage étant par définition œuvre humaine et non institutionnelle) ; lieux de réflexion sur ces marges du pouvoir où interagissent souvent le droit et la morale (traités juridiques ou des peines comme le De pœnis temperandis de Tiraqueau, miroirs des princes ou traités de gouvernement de toute nature). Cette approche pourrait enrichir une réflexion plus ouverte encore, sur la fonction de lissage de l’ensemble de ces pratiques arbitrales dans le choc des libertés en conflit, sur la fragilité des espaces-limites entre polities et tyrannies ou sur la persistance d’un oxymore qui n’est qu’apparent : y a-t-il un lieu de normativité de l’arbitraire ?

Modalités de contribution

Le colloque se tiendra à l’Université du Québec à Montréal du 5 au 7 mai 2021. Les propositions de communications (1500 caractères) accompagnées d’un bref curriculum vitae sont à adresser avant le 1er mai 2020

par voie électronique à :

Benjamin Deruelle, professeur Département d’histoire Université du Québec à Montréal deruelle.benjamin@uqam.ca ou à : Michel Hébert, professeur émérite Département d’histoire Université du Québec à Montréal hebert.michel@uqam.ca

Prise en charge

Dans toute la mesure du possible, les organisateurs chercheront à assurer le transport et le logement des participants au colloque. Cependant, tous ceux ou celles qui peuvent éventuellement assurer leur propre financement, par la voie de leurs universités ou de centres de recherche, sont invités à le faire savoir au moment de l’envoi du dépôt de leur proposition. L’existence de tels financements externes (même non encore assurés), en effet, est un important prérequis pour la demande de subvention générale qui sera déposée pour l’organisation du colloque.

Comité scientifique
  • Pascal Bastien (UQAM),
  • Josep Capdeferro (U. Pompeu Fabra),
  • Fanny Cosandey (EHESS)
  • Benjamin Deruelle (UQAM),
  • Jean-Philippe Garneau (UQAM),
  • Claude Gauvard (U. Paris 1),
  • Michel Hébert (UQAM),
  • Olivier Matteoni (U. Paris 1),
  • Lyse Roy (UQAM).
Source : Calenda

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Inland Harbours in Central Europe : Nodes between Northern Europe and the Mediterranean Sea, Regensburg, Schnell & Steiner, 2020, 268 p.

International conference, 1-2 december 2016, Maison des Sciences de l´Homme (MSH) de Dijon within the framework of the Special Research Programme (DFG-SPP 1630) »Harbours from the Roman Period to the Middle Ages«

Inland harbours as gateways between water and land are crucial nodes for mobility and economic exchange in Antiquity as well as in the Middle Ages. This volume is a collection of 20 papers given in 2016 at the international conference »Inland harbours in Central Europe: Nodes between Northern Europe and the Mediterranean Sea« in Dijon (University of Burgundy, France).

– Inland harbours in Antiquity and the Middle Ages
– Their role for mobility and economic exchange

Source : Schnell & Steiner

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance de HDR] Sarah Baudelle-Michels, “Réécritures épiques et historiographiques, transmission et appropriations”, Paris, 14 février 2020

Sarah Baudelle-Michels soutiendra son Habilitation à Dirigée des Recherches intitulée “Réécritures épiques et historiographiques : transmission et appropriations” le vendredi 14 février 2020 à 14h en Sorbonne, amphithéâtre Milne Edwards, Escalier B, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5e

Composition du jury

Madame le Professeur Maria Colombo Timelli, Sorbonne Université (garant)

Monsieur le Professeur Jean Devaux, Université du Littoral – Côte  d’Opale

Madame le Professeur Catherine Gaullier-Bougassas, Université de Lille

Madame le Professeur Nadine Henrard, Université de Liège

Madame le Professeur Sylvie Lefèvre, Sorbonne Université

Madame le Professeur Gabriella Parussa, Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Source : Alithila

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] “La vie postmédiévale des artéfacts médiévaux”, Perspectives Médiévales, revue d’épistémologie des langues et littératures du Moyen Âge, n°41, 2020

Numéro dirigé par Véronique Dominguez-Guillaume et Sébastien Douchet

 

Numéro en ligne à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/peme/19741

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à comm.] Pratiques funéraires et identité(s), Strasbourg (limite 5 avril 2020)

Appel à communication : journées d’études, organisées par l’UMR 7044 ArcHiMedE de l’Université de Strasbourg (Unistra)

Pratiques funéraires et identité(s) / Funerary practices and identity/ies

Résumé :

La mort d’un individu dans une communauté entraîne généralement la mise en place d’une chaîne opératoire funéraire complexe répétée de décès en décès. Elle s’oppose en cela aux dépôts non funéraires, caractérisés par l’absence de funérailles et/ou de tombe dédiée (rejet ou abandon du cadavre, privation de sépulture – Boulestin 2016). L’étude de la « pratique »(ibid.) d’un groupe donné et de sa variabilité permet de saisir des contrastes dans le traitement des défunts et d’appréhender plusieurs aspects de la société des vivants. Les rituels et funérailles – difficilement saisissables dans le cas des populations pré- et protohistoriques -, ainsi que les gestes funéraires révèlent de facto une ou plusieurs des identités du défunt. Il peut s’agir de son identité individuelle, liée par exemple à son sexe, son âge ou son statut social, mais également de son identité collective, qui est quant à elle « vécue et produite » (Lenclud 2008) et qui renvoie à son appartenance à un groupe. Le rôle de la pratique funéraire, dans ce dernier cas, est ainsi de maintenir les liens entre ses acteurs et de s’assurer de sa pérennité.

  • Date limite : 5 avril 2020

Argumentaire

La mort d’un individu dans une communauté entraîne généralement la mise en place d’une chaîne opératoire funéraire complexe répétée de décès en décès. Elle s’oppose en cela aux dépôts non funéraires, caractérisés par l’absence de funérailles et/ou de tombe dédiée (rejet ou abandon du cadavre, privation de sépulture – BOULESTIN 2016). L’étude de la « pratique » (ibid.) d’un groupe donné et de sa variabilité permet de saisir des contrastes dans le traitement des défunts et d’appréhender plusieurs aspects de la société des vivants. Les rituels et funérailles – difficilement saisissables dans le cas des populations pré- et protohistoriques -, ainsi que les gestes funéraires révèlent de facto une ou plusieurs des identités du défunt. Il peut s’agir de son identité individuelle, liée par exemple à son sexe, son âge ou son statut social, mais également de son identité collective, qui est quant à elle « vécue et produite » (LENCLUD 2008) et qui renvoie à son appartenance à un groupe. Le rôle de la pratique funéraire, dans ce dernier cas, est ainsi de maintenir les liens entre ses acteurs et de s’assurer de sa pérennité.

La mort et les événements qui gravitent autour de son surgissement mènent à des interactions sociales et des gestes spécifiques qui interrogent les philosophes. Parmi leurs points de vue, la pratique (praxis) entretient une relation dialectique avec la théorie. Elle conduit à distinguer la pratique de la philosophie et la philosophie pratique, qui amènent à se questionner et à agir sur la sphère funéraire. Dans ce cas, la théorie sur la mort peut prendre une forme pratique dans le cadre des funérailles, de l’expression des croyances et des pensées collectives ou individuelles, rattachables à des cultures ou des éducations spécifiques (HABERMAS 2008). Le mort met l’individu et la communauté face à l’inconnu, à l’interrogation métaphysique et les pousse à établir une série de pratiques et de récits qui délivrent de la crainte, mais aussi de la souillure provoquée par le mort (ILDEFONSE 2012).

Axes

Ces journées d’études, organisées par l’UMR 7044 ArcHiMedE de l’Université de Strasbourg (Unistra), s’adressent aux doctorant(e)s et docteur(e)s en Archéologie, Histoire, Histoire des religions, Sociologie, Anthropologie, Ethnologie, Philosophie, Théologie et Lettres classiques. Les communications auront une durée de 20 minutes et seront suivies par 10 minutes de discussion avec la salle. Les communications devront examiner les pratiques funéraires d’une population ancienne ou actuelle, dans un espace géographique illimité, sous le prisme de(s) (l’)identité(s). Elles s’appuieront sur des données textuelles, archéologiques, iconographiques et/ou sur des observations de terrain. Elles s’articuleront autour des 3 axes suivants :

  1. Rituels et funérailles : préparation du corps, cérémonie(s), acteur(s), fonction(s), sacrifice(s), etc. ;
  2. Le défunt : âge, sexe, pathologie(s), traitement et position de dépôt du corps, réintervention(s) sur le cadavre, etc. ;
  3. La sépulture : type de sépulture, contexte, architecture, aménagement(s) spécifique(s), contenant, système de signalisation, mobilier, etc.

Modalités de contributions

Les propositions de communication, de 3 000 signes maximum, devront être en français ou en anglais et envoyées par mail à jdeidentite@gmail.com

avant le 5 avril 2020

accompagnées d’un curriculum vitae. Les communications sélectionnées par le comité scientifique seront annoncées en fin avril 2020. Les contributions pourront faire l’objet d’une publication.

Comité scientifique

  • Noisette BEC DRELON (docteur en Préhistoire, membre associée UMR 7269 LAMPEA, membre associée UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Guillaume DUCOEUR (McF en Histoire des religions des mondes orientaux et asiatiques, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Séverine BLIN (chargée de recherche au CNRS, membre associée UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Fanny CHENAL (anthropologue, INRAP) ;
  • Michele CUTINO (PR en Histoire de l’Église ancienne, UR 4377) ;
  • Salomé DEBOOS (McF en Ethnologie, UMR 7363 SAGE) ; Sylvie DONNAT (McF en Égyptologie, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Michel HUMM (PR en Histoire romaine, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Régine HUNZIKER-RODEWALD (PR d’Ancien Testament, UR 4378) ; 
  • Christian JEUNESSE (PR émérite de Préhistoire, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Angélique LABRUDE (docteur en Protohistoire égéenne, membre associée UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Denis MONNERIE (PR émérite d’Ethnologie, UMR 7367 DynamE) ;
  • Virginie MULLER (McF en Assyriologie, Laboratoire Archéorient) ;
  • Philippe QUENET (PR en Archéologie de l’Orient ancien, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Anne-Caroline RENDU LOISEL (McF en Assyriologie et Archéologie de l’Orient ancien, UR 7044 ArcHiMedE) ;
  • John SCHEID (Professeur honoraire de Religion, institutions et société de la Rome antique, Collège de France) ;
  • Aline TENU (chargée de recherche au CNRS, membre associée UMR 7041 ArScAn) ;
  • Jean-Luc VIX (Mcf en Philologie grecque, UR 3094 CARRA).  

Comité d’organisation

  • Juliette FLOQUET (doctorante en Archéologie du Proche-Orient – UMR 7044) ;
  • Corentin VOISIN (agrégé d’Histoire, doctorant en Histoire ancienne – UMR 7044) ;
  • Laura WALDVOGEL (doctorante en Préhistoire – UMR 7044).

Références bibliographiques

Albert, J.-P., 1999, « Les rites funéraires. Approches anthropologiques », Les cahiers de la faculté de théologie, pp. 141-152.

Baudry, P., 2005. « La ritualité funéraire », HERMÈS 43, pp. 189-194.

Boulestin, B., 2016, « Norme funéraire : illusions et vérités », dans Lauwers, M. & Zemour A. (dir.), Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la Préhistoire à nos jours. Antibes, pp. 363-377.         

Boulestin, B., 2012, « Champ de la discipline : concepts et mise en œuvre », dans Bonnabel L. (dir.), Archéologie de la mort en France, Paris, pp. 24-41.

Boulestin, B. & Duday, H., 2005, « Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire », dans Mordant, C. & Depierre, G. (éd.), Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France, Actes de la table ronde de Sens-en-Bourgogne (Yonne), pp. 17-35.

Chesson, M. S, 2001, « Social Memory, Identity, and Death: An Introduction », dans Chesson M. S. (éd.), Social Memory, Identity, and Death: Anthropological Perspectives on Mortuary Rituals. Anthropological Perspectives on Mortuary Rituals, American Anthropological Association n°10, pp. 1-10.

Duday, H. & al., 1990, « L’Anthropologie « de terrain » : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris 2/3-4, pp. 29-49.

Fahlander, F. & Oestigaard T., 2008, « The Materiality of Death: Bodies, Burials, Beliefs », dans Fahlander, F. & Oestigaard T. (éd.), The Materiality of Death: Bodies, Burials, Beliefs. Oxford : Archaeopress, pp. 1-18.

Ferret, C., 2011, « L’identité, une question de définition », Cahiers d’Asie centrale 19-20, pp. 459-461.         

Habermas, J., 2008, « Sur le rapport de la théorie et de la pratique », Les Études philosophiques 87, pp. 487-498.

Ildefonse, F., 2012, Il y a des dieux, Paris.

Leclerc, J., 1990, « La notion de sépulture », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris 2/3-4, pp. 13-18. 

Leclerc, J. & Tarrête, J., 1988, « Sépulture », dans Leroi-Gourhan, A. (éd.), Dictionnaire de la Préhistoire ou les Voies de l’Homme, pp. 99-114.

Lenclud, G., 2008, « Identité et identités », L’Homme 187-188, pp. 447-462.

Nilsson Stutz, L. & Tarlow, S. (éd.), 2013, The Oxford Handbook of Death and Burial, Oxford University Press, Oxford, 849 p.

Testart, A., 2004, La Servitude volontaire. 1 : Les morts d’accompagnement ; 2 : L’origine de l’État, Paris.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Revista de Demografía Histórica, vol. 39, Número 2, 2019

Sumario

Dossier : La sangre y el parentesco: representaciones y prácticas sociales de la consanguinidad (Edad Media y Época Moderna)

 

Francisco García González y Michaël Gasperoni, Introducción, p. 17-24.
 

Carole Avignon, Bâtardise, sang, chair et consanguinitas dans la pensée romano-canonique de la parenté au Moyen Age (XIe-XIIIe siècles), p. 25-45.

Marie-Lise Fieyre, “La grant prouchaineté qu’il a à nous qui est notre frere naturel”bâtards nobles, sang et parenté à la fin du Moyen Âge, p. 47-71.

Claire Soussen, Les juifs, les chrétiens et le sang, les aléas d’un discriminant dans les royaumes hispaniques à la fin du Moyen Âge, p. 73-94.

Marie Guérin, Mariages consanguins en Morée franque aux XIIIe et XIVe siècles, p. 95-117.

Lucas Rappo, Matrimonial alliances in Corsier-sur-Vevey (Switzerland) during the 18th and 19th centuriesan evolution towards close kin, p. 119-155.

Francisco Chacón y Juan Francisco Henarejos López, El matrimonio campesino en el Sur de Europa (el ejemplo del Reino de Murcia : 1773-1832). Hipótesis de interpretación, p. 157-182.

Reseñas de libros

Eider de Dios Fernández (2018), Sirvienta, empleada, trabajadora de hogar. Género, clase e identidad en el franquismo y la transición a través del servicio doméstico (1939-1995), por Elia Blanco Rodríguez, p. 183.

Andreu Domingo (ed.) (2018), Demografía y posverdad. Estereotipos, distorciones y falsedades sobre la evolución de la población, por Julián López Colás, p. 187.

Source : Société de Démographie Historique et Dialnet

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Exposition] Moyen Âge et publicité, Abbaye d’Aulps, 1er janvier-15 octobre 2020

Exposition élaborée par “la Tour Jean sans Peur”

Lieu de l’exposition

Domaine de découverte de la Vallée d’Aulps,

961 route de l’Abbaye, 74430 SAINT-JEAN-D’AULPS

Affiche exposition

Source : Domaine de découverte de la Vallée d’Aulps (plus d’informations à cette adresse)

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts