Archives de catégorie : Actualités

[Parution] I. Epurescu-Pascovici (éd.), Accounts and Accountability in Late Medieval Europe Records, Procedures, and Socio-Political Impact, Turnhout, Brepols, 2020, VII + 303 p.

Présentation

An interdisciplinary study of the development of institutional accountability in the later Middle Ages, highlighting innovations in auditing procedures, administrative professionalisation, and the political and social impact of the reforms.

Accounts and Accountability in Late Medieval Europe traces the momentous transformation of institutions and administration under the impact of accounting records and procedures, c. 1250–1500. The volume’s focus on the materiality and organising logic of a range of accounts is complemented by close attention to the socio-political contexts in which they functioned and the agency of central and local officials.

The volume is divided into three parts: the role of financial accountability in the political designs of late medieval states, the uses of accounts auditing and information management as tools for governance, and their impact on the everyday life of local communities. Covering both the centre and the periphery of medieval Europe, from England and the Papal curia to Savoy and Transylvania, the case studies evince the difficult passage from the early experiments with financial accounts towards an accountability of office.

Source : Brepols

Table des matières sur le site de l’éditeur

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] La déterritorialisation : résistance ou résilience ? (Antiquité – Moyen Âge), Boulogne-sur-Mer, 17 nov. 2020 (lim. 3 juil. 2020)

Confrontées à l’affirmation d’une autorité jugée hostile sur leurs territoires, les populations disposent d’un répertoire d’actions de résistance relativement vaste. La manifestation, la désobéissance civile ou la lutte active, par la plume ou par les armes, sont les recours les plus répandus mais ne sont pas les seules options. Quand les populations ont le sentiment que le départ est nécessaire, la déterritorialisation peut être également, selon certaines modalités, une œuvre de résistance ou une forme de résilience. Que l’on pense à l’anachorèse des paysans égyptiens écrasés d’impôts, à la fuite au désert des pseudo-messies juifs du Ier  siècle, à l’abandon parfois de territoires entiers pour se resserrer à l’échelle de villes ou de quartiers, la déterritorialisation a pu s’expliquer par des logiques pragmatiques et bassement matérielles, mais elle a pu se nourrir aussi de motivations, voire de justifications ou de critiques plus ou moins élaborées (éventuellement a posteriori), mettant en évidence, prétextant ou instrumentalisant un refus de l’obéissance ou du mélange social, politique ou culturel. Comprise ainsi, la déterritorialisation peut n’être pas qu’une simple fuite, mais la sublimation d’une perte. Elle a pu être pensée, appliquée et vécue comme un mode de résistance, voire de survie collective, physique ou identitaire. Elle a pu être volontaire tout autant que contrainte ou incitée, attendue par l’autre parti ou le prendre au dépourvu, permettre d’échapper au pire ou entraîner de lourdes difficultés en exil.

Calendrier

L’appel à propositions est ouvert jusqu’au vendredi 3 juillet. La réponse sera donnée dans les quinze jours. La journée d’études aura lieu à

Boulogne-sur-Mer, au site universitaire du Musée (Université du Littoral – Côte d’Opale) le mardi 17 novembre 2020. Les travaux sont susceptibles de donner lieu à publication sous la forme d’un dossier thématique dans une revue spécialisée.

Plus d’informations : La déterritorialisation

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] J. Vanz, L’invention d’une capitale : Tlemcen (VIIe-XIIIe/IXe-XVe s.), Paris, 2019

Jennifer Vanz, L’invention d’une capitale : Tlemcen (VIIe-XIIIe/IXe-XVe siècle), Paris, Éditions de la Sorbonne, Bibliothèque historique des pays d’Islam 14, 2019.

Depuis les travaux menés à l’époque coloniale, Tlemcen (Algérie) n’a plus été prise comme objet d’étude à part entière, l’historiographie ayant privilégié l’histoire politique et événementielle à l’échelle d’un royaume.

Cet ouvrage replace la ville au cœur de la réflexion pour interroger les modalités de son affirmation en tant que capitale de la dynastie abdelwadide à partir VIIe/XIIIe siècle, en l’envisageant d’abord comme une construction sociale. L’affirmation de ce statut est ainsi le résultat de stratégies discursives déployées par le pouvoir abdelwadide mais aussi mérinide, puis partagées, diffusées et réappropriées au-delà du Maghreb. Ce sont ainsi de nouvelles catégories qui émergent et participent de la recomposition des représentations spatiales à l’époque post-almohade. Mais ce sont aussi les pratiques de l’espace mises en oeuvre par divers acteurs, pouvoirs sultaniens, saints et savants, qui contribuent à faire de Tlemcen une capitale et qui favorisent son affirmation à l’échelle régionale, ainsi que son insertion dans les réseaux méditerranéens et transsahariens.

À travers l’étude de la construction matérielle et symbolique de Tlemcen comme capitale de la dynastie abdelwadide, cet ouvrage revisite l’histoire du Maghreb central et d’un pouvoir abdelwadide trop souvent considéré comme instable et soumis à ses concurrents mérinide et hafside, pour donner à voir les dynamiques qui l’animent et les interactions dont il se nourrit.

Édition Première édition

Éditeur Éditions de la Sorbonne

Support Livre broché

Nb de pages 474 p. Index . Bibliographie . Notes .

ISBN-13 9791035103385

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à candidature] Membre scientifique de l’IFAO 2020-2021 (lim. 15 juin 2020)

Lieu, service

L’Institut français d’archéologie orientale du Caire (Ifao) est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel placé sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. L’Ifao a pour mission principale l’étude des cultures qui se sont succédé en Égypte depuis la Préhistoire jusqu’à l’époque contemporaine, dans les domaines de l’histoire, de l’archéologie et de la philologie.


Statut, service

Conformément à ses statuts, et plus précisément les articles 19 à 22 du décret nº 2011-164 du 10 février 2011 relatif aux Écoles françaises à l’étranger, l’Ifao recrute six membres scientifiques pour une durée d’un an renouvelable trois fois au maximum. Les membres scientifiques sont nommés par le directeur de l’établissement, après avis du conseil scientifique, au sein d’une liste établie par une commission d’admission. Ils développent leur propre projet de recherche et participent aux activités de recherche, de formation et à la politique documentaire de l’Ifao.

Six postes de membre scientifique seront ouverts à compter du 1er septembre 2020. Les six titulaires actuels sont susceptibles d’être proposés au renouvellement. En fonction des résultats des concours de recrutement en cours à l’université ou au CNRS, un ou plusieurs postes sont néanmoins susceptibles d’être vacant(s) dans le domaine des études égyptologiques et papyrologiques d’une part, des études coptes, arabes et islamiques d’autre part.


Procédure

Les conditions pour faire acte de candidature sont les suivantes :

  1. soit être doctorant ;
  2. soit être titulaire d’un diplôme national de niveau égal ou supérieur au doctorat ;
  3. soit être maître de conférences ou personnel assimilé en application de l’article 6 du décret du 16 janvier 1992 ;
  4. soit justifier de titres ou diplômes universitaires ou scientifiques étrangers jugés équivalents par la commission d’admission.

Le dossier de candidature doit comporter :

– une lettre de motivation ;

– un curriculum vitae comportant notamment l’indication des études poursuivies, des diplômes obtenus, une liste des publications et travaux réalisés ;

– les avis motivés d’au moins deux personnalités scientifiques sur les travaux et les projets du candidat ;

– un exposé d’un projet de recherche sur quatre ans, s’inscrivant dans les grandes orientations scientifiques de l’Ifao, telles qu’elles sont explicitées dans l’appel à projets 2021. Ce projet de recherche ne doit pas dépasser 20 000 signes, bibliographie exclue.

Le dossier doit en outre comporter les documents suivants :

  1. a) le formulaire de demande d’admission complété :

Formulaire_membres_scientifiques_2020.doc

b.1) Pour les fonctionnaires, un certificat délivré par l’autorité hiérarchique indiquant la situation administrative actuelle (catégorie, échelon) et une copie de leur dernier arrêté d’avancement ;

b.2) Pour les fonctionnaires titulaires de l’enseignement supérieur, les documents prévus en b1 et un avis favorable au détachement du candidat pour une année, en cas de succès, du président ou directeur de son établissement d’origine, nanti de l’avis conforme du conseil d’administration dudit établissement ;

b.3) Pour les non-fonctionnaires, une copie d’une pièce d’identité (carte d’identité ou passeport), un extrait du casier judiciaire et un certificat médical constatant que le candidat n’est atteint d’aucune maladie ou infirmité le mettant dans l’impossibilité d’occuper le poste demandé ;

  1. c) Pour les candidats mariés, une photocopie du livret de famille ; pour les candidats liés par un pacte civil de solidarité, un justificatif de situation ;
  2. d) Une copie des diplômes obtenus ; pour les titulaires d’un doctorat, joindre copie du rapport de thèse ou, à défaut, des pré-rapports ;
  3. e) Lorsque le candidat n’a pas encore soutenu de thèse, joindre un certificat de l’université intéressée et une lettre d’appui du directeur de thèse ;
  4. f) Pour les candidats concernés, la copie de l’attestation individuelle de participation à la Journée Défense et Citoyenneté (JDC).

Pour les postes proposés au renouvellement, conformément à l’article 9.1 du règlement statutaire de l’Ifao, les membres doivent fournir :

– un bilan de leur activité à l’Institut ;

– les perspectives de leur recherche dans le cadre des années suivantes à l’Ifao ;

– le rapport du directeur.

Le dossier de candidature doit être déposé au plus tard le 15 juin 2020, à minuit (heure du Caire), sous forme électronique exclusivement, sur le site internet de l’Ifao sous la rubrique Annonces / Postes & emplois.

Tous renseignements sur le dossier administratif peuvent être demandés au secrétariat de la direction, Mme Hélène Wahba (téléphone : +20 2 27971649, courriel : direction@ifao.egnet.net)


Concours

Vous devez créer un compte pour déposer un dossier consistant en un fichier unique au format PDF.

Voir sur le site: https://www.ifao.egnet.net/institution/emplois/?fbclid=IwAR0FHMFxrDNi2MXtfi2UBK6SP0wPFkh29Pa3UO2rWwS4hG5xtMSV_-rvyX0


Date limite

lundi 15 juin 2020 à minuit

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] « La conversion religieuse en actes : scènes, pratiques et circulations »  (lim. 15 sept. 2020)

AAC en version PDF

Dossier coordonné par : 

Pamela Millet (EHESS-CéSor)
Hamida Azouani-Rekkas (EHESS-CMH)  
Bernard Coyault (EHESS-IMAF) 

Date limite d’envoi des propositions : 15 septembre 2020 

Ce numéro thématique se propose de revenir sur les phénomènes de conversions religieuses comme pratiques sociales polymorphes, et interroge les différentes pratiques, temporalités et mobilités religieuses qui en découlent. Jouissant d’une grande profondeur historique, la question de la conversion suscite, en effet, une diversité d’interprétations et d’approches aussi bien épistémologiques que méthodologiques (Buckser et Glazier 2003). Pourtant, malgré une abondante littérature, les dynamiques de conversions sont généralement appréhendées en sciences sociales soit dans leur dimension spirituelle (Redford 1843 ; Brandt 2009) soit dans leur dimension fonctionnaliste voire utilitariste, couvrant le champ de la « rationalité de la conversion religieuse » (Decobert 2000). En outre, la notion de conversion se voit plus souvent analysée à partir de sa narration, de ses « illustrations biographiques » (Le Pape 2010), et donc décrite sous forme d’un récit standardisé et standardisant (Mary et Piault 1998 ; Fabre 1999), de « rupture » (Meyer 1998) ou de « radical change » (Robbins 2007) dans la vie du converti. Dans les sociétés africaines, les caractéristiques sociales, économiques et politiques – « le paradigme fonctionnaliste » en somme (Willaime 1999 : 22) – sont généralement mobilisées comme variables explicatives privilégiées pour rendre compte des conversions d’individus, poussant le chercheur à s’éloigner des idéologies religieuses (chrétiennes ou islamiques notamment) mais également à faire passer la dimension personnelle, voire intime, pour une variable secondaire (Comaroff et Comaroff 1991). Dans le cas des conversions aux pentecôtismes par exemple, les crises de sens, les dictatures, la pauvreté ou l’insécurité – « l’anomie » en somme (Durkheim 1975 [1897]) – apparaissent comme des récits explicatifs de premier choix pour énoncer les conversions individuelles ou de masse – deux phénomènes pourtant phénoménologiquement différents (Mahieddin 2015).  

La conversion à l’échelle des individus : acteurs, matérialités et dynamiques sociétales

 Le numéro 182 des Archives en sciences sociales des religions (Savy et Sotinel 2018) présentait dans une perspective plus historique une analyse de ce qui se donnait à voir dans l’espace public à la suite de phénomènes de conversions religieuses dans les contextes européen et méditerranéen à partir de la fin de l’Antiquité jusqu’à la période moderne. Ce dossier vise à prolonger cette démarche en interrogeant dans un double sens, phénoménologique et sémiologique, les gestes, les signes et les mises en scènes des conversions religieuses en Afrique. En croisant ces deux dimensions qui se veulent attentives à ce que les individus donnent à voir de leurs expériences quotidiennes, qu’il s’agisse du rapport qu’ils entretiennent à eux-mêmes, aux autres ou à la société environnante, nous invitons à penser les phénomènes de conversions religieuses par le biais de leur mise en signes, qui nous renseigne sur les différentes manières dont les acteurs expérimentent en situation et matérialisent leur croire. Si les phénomènes de conversions ne sont pas appréhendés ici comme des récits standardisés marquant des « avant » et des « après » stabilisés et figés, mais bien comme des processus dynamiques et performatifs, l’accent sera mis sur les pratiques sociales des acteurs ainsi que sur les représentations et imaginaires qui les sous-tendent. Plus spécifiquement, nous souhaitons dans le cadre de ce dossier lire les phénomènes de conversions religieuses principalement à partir de ce qui se joue à l’échelle des individus (y compris quand il s’agit de conversions collectives), tant de nouveaux que d’anciens convertis, travaillés par des rapports sociaux de genre, de classe et de génération, et qui se donnent davantage à voir sous l’angle du « croire c’est faire », à l’intersection du privé et du public. La conversion est ici entendue dans sa dimension expérientielle, vécue, soit comme une pratique, une façon spécifique d’habiter le soi et d’habiter le monde, qu’il s’agisse d’expériences ostentatoires plus ou moins intensives ou de formes plus discrètes liées aux questions de l’intime (notamment l’hygiène corporelle, les pratiques sexuelles, etc.).  

Il s’agit donc d’interroger les performances des acteurs, leurs mises en signes et en actes, ce qu’ils énoncent et font, leurs manières de faire au quotidien, sans oublier les voix dissidentes, ou encore  ces « acteurs-veilleurs » (Millet 2019), qui se donnent parfois pour mission de vérifier, de valider et/ou d’invalider les discours, les pratiques et les attitudes, mettant ainsi en avant tout à la fois les expériences des acteurs et les rapports de force qui, à divers degrés, les accompagnent. La perspective telle qu’elle est ici pensée permet de s’intéresser à la manière dont les individus agissent et donnent sens à leurs actes mais aussi à la façon dont cet agir, résolument pluriel, interroge l’éternelle dialectique du dire et du faire. Il s’agit ainsi, d’une part, d’appréhender à nouveaux frais, à la suite du numéro 123 de Politique Africaine consacré à la pluralisation religieuse (Lasseur et Mayrargue 2011) les manières dont le politique et le religieux s’imbriquent dans les mécanismes de construction et de présentation de soi, et d’autre part, d’inscrire les débats sur les acteurs religieux africains dans des discussions contemporaines sur les logiques de recompositions du religieux (Berger 1971 ;  Fouchard, Mary et Otayek 2005 ; Holder et Sow 2013 ; Lasseur et Mayrargue 2011 ; Giordan et Pace 2014) et les dynamiques d’individualisation qui ne sont pas elles-mêmes à l’abri d’ambivalences et parfois même de contradictions.  

Les convertis dans la cité : identifications, subjectivations et rapports de force

En partant des acteurs et de leurs trajectoires propres, de leurs expériences, des manières dont ils s’affirment et se donnent à voir quotidiennement comme convertis (soit d’une focalisation sur l’individualité mais sans que cela ne proscrive des approches qui s’inscriraient dans une analyse des interactions entre expériences individuelles et collectives) ce dossier qui s’inscrit dans la lignée des travaux sur les modes de subjectivations invite à penser les conversions religieuses comme des phénomènes de fabrication et de mise en signes plus ou moins complexes de nouveaux rapports à soi, aux autres et au monde social, qui peuvent fonctionner en synergie, en opposition, voire en conflit. Les débats souvent passionnés sur la question des effets de la conversion sur la vie quotidienne montrent en effet à quel point les enjeux de compréhension de telles transformations débordent largement les enjeux religieux et ramènent presque toujours à du politique (Michel 1994).

Centrer l’attention sur les individus, sur leurs pratiques concrètes, sur la conversion en train de se faire, c’est-à-dire sur les jeux et enjeux des signes qu’investissent et déploient les acteurs pour matérialiser et constamment (re)négocier leur adhésionconversion, ce n’est pas tant chercher à déterminer ce qu’est ou n’est pas une “conversion ou encore l’idée qu’en tant qu’ethnographe on a de ce qu’elle devrait être, que de s’attacher à saisir ce que l’acte de se convertir fait faire aux individus, soit les façons dont les individus-convertis construisent dans la quotidienneté, à partir de pratiques, d’attitudes, de représentations et d’imaginaires, leur « réel ». Outre que coexistent parmi les acteurs eux-mêmes de multiples conceptions de ce qu’est une “véritable conversion”,  tant en terme de temporalités individuelles que de paroles ou rites performatifs, qui peuvent être en tension et contribuer à brouiller davantage les pistes entre ce qu’est ou n’est pas une “conversion”, l’entrée par “l’instantané du montrer et le processus de se faire” (De Lame 2007: 10) et par les modes de subjectivation fait émerger ici tout une série de questions qui ont le mérite de rendre aux individus une certaine agentivité. Mais si cette invitation à relire les phénomènes de conversions fait la part belle à l’individu et à la variété de ses registres d’action,  il ne s’agit pas pour autant de nier l’importance des tensions entre l’individuel et le collectif, entre engagement personnel et engagement collectif constamment en jeu dans de telles expériences sociales, mais d’utiliser cette approche empirique comme un prisme d’analyse de la façon dont ces phénomènes se composent et se recomposent, et surtout se donnent à voir. 

Comment l’acte de se convertir ou de se dire converti est-il mobilisé pour mettre en saillance des manières de faire spécifiques, des représentations et de nouveaux imaginaires ? Au nom de quelles visions du monde, de quelles luttes et selon quelles stratégies ? Comment et selon quelles modalités peut-il être source de reconfigurations identitaires et sociales aussi bien dans l’espace privé que dans l’espace public ? Comment et selon quelles modalités se révèle-t-il être au cœur de mécanismes d’élaboration de “nouvelles” frontières sociales ? Qu’induit-il en termes de (re-/dé-)socialisations ? Quelles sont les porosités à l’œuvre ? Quels sont les rapports de force entre les différents acteurs en présence tant au niveau vertical (chefs religieux/figures charismatiques et convertis ordinaires) qu’au niveau horizontal (entre convertis ordinaires /entre leaders religieux), et comment ceux-ci sont-ils travaillés par des rapports sociaux de classe, de genre et de génération ? En quoi ce “croire c’est faire” dans sa version religieuse peut-il être assimilé à une “expression subjective d’un être-au-monde » (De Lame, ibid.) spécifique, en termes d’innovations et d’ajustements, par comparaison notamment avec d’autres formes de croire, à l’instar du croire associatif, politique, artistique, etc. ? Quelle est la spécificité de ces “actes de conversion”, qui impliquent plus largement un questionnement sur les modalités de construction de la figure du converti et sur ses différentes déclinaisons ?  

 

Axes thématiques

Déconstructions identitaires et reconfiguration des liens sociaux

Sans chercher à privilégier tels contextes sociopolitiques ou tels mouvements religieux, il s’agit donc de se focaliser sur une échelle peu étudiée de la sociohistoire, de la socio-anthropologie politique et de la socio-anthropologie des religions en abordant les phénomènes de conversions religieuses sous l’angle d’un engagement relationnel (Aubin-Boltanski et al. 2014). L’objectif est de se focaliser sur les problématiques que soulèvent la fabrique de « l’acteur-converti » et leurs intrications sur les pratiques sociales engendrées par l’acte de se convertir ; le but étant, à travers ce que donne à voir le sujet-converti, de saisir l’individu-sujet dans un vaste système d’interactions internes/externes en prise sur un univers social, et ainsi échapper à la difficulté d’accréditer « l’effet récit » (Le Pape 2010), qui est davantage une reconstruction biographique qu’un corpus de faits objectifs. Se convertir engendre des signes extérieurs variables à travers l’histoire, codifiés sous des formes infiniment disparates selon les contextes nationaux, eux-mêmes inscrits dans un contexte transnational. Situé à la frontière entre l’individuel et le collectif, l’acte de se convertir peut générer une véritable restructuration des rapports sociaux et impliquer un brouillage dans les référents identitaires et familiaux (Tank-Storper 2013).  

Se convertir peut en effet engendrer des reconfigurations de positions, d’identifications et de rapports sociaux – nouveaux comportements individuels, nouveaux rapports à la famille et à l’entourage, à l’espace – (Mary et Piault 1998 ; Fancello 2006 ; Mossière 2009 ; Pons 2013 ; Boissevain et Le Pape 2014 ; Ehazouambela 2015), et dans de nombreux cas des oppositions aux politiques de l’Etat. Dans d’autres cas, loin de traduire uniquement des logiques de transformation individuelle, la conversion peut aussi investir l’individu d’une sorte de nouvelle “mission” qui consiste à participer dans une perspective théopolitique à la reconfiguration de la société (Fancello et Mary 2010). Le converti qui se perçoit comme un élu n’est pas seulement appelé à réaliser sa propre destinée ici-bas – ce qui peut parfois se traduire par la valorisation de l’esprit d’entreprise (Haenni 2005 ; LeBlanc 2012 ; Luca et Madinier 2016 ; Millet-Mouity 2019), puis par la mise en signes et en scène de preuves matérielles de sa “réussite” : il peut aussi participer à une mission plus large, celle de « restaurer » la nation à laquelle il appartient, ce qui fait écho à la très controversée dominion theology apparue aux Etats-Unis dans les années 1970 et popularisée depuis mondialement. Dans le contexte éthiopien par exemple, nombre d’Eglises de type néo-pentecôtistes adhèrent à cette vision (Coyault 2019) – une configuration que l’on retrouve dans d’autres contextes africains.

Dans cette perspective, la conversion peut instaurer très vite de nouveaux modes de sociabilité (Fath 2005 : 45), mais aussi, par l’intervention d’êtres surnaturels – un dieu notamment -, de nouvelles écritures corporéisées de soi plus ou moins complexes et contraignantes, qui incluent le sujet croyant dans de nouvelles formes d’ « individualisme communautaire » (Willaime 2004 : 171). À ce propos, Joseph Tonda (2005) parle de « déparentélisation » pour souligner l’affaiblissement des liens de parentés claniques ou lignagères au profit de nouvelles formes de sociabilités et de relations qui émergent au sein de la « communauté des croyants ». D’autres auteurs évoquent le « réalignement » des relations sociales (Engelke 2011) ou la « restructuration » des liens familiaux (van Djik 2002).

Nouvelles hybridations, bricolages et affirmations de soi

Les phénomènes de conversions religieuses pourront aussi être abordés sous l’angle des parcours religieux pluriels, qui se matérialisent à partir des expériences quotidiennes des individus dans différents contextes sociaux, culturels et politiques, permettant ainsi de problématiser, des notions telles que « bricolage » (Lévi-Strauss 1962 ; Hervieu-Léger 2001b ;), « conversion careers » (Richardson 1978 ; Gooren 2010) ; « concubinage religieux » (Mbembe 1988 : 32), « transit religieux » (Bastian 1997), « hybridisme » (Canclini 1998), « libertinage religieux   (Mvoula-Moukouari 2007), « butinage religieux » (Soares 2009 ; Lasseur et Mayrargue 2011), « nomadisme ecclésial » (Coyault 2013) et « papillonnage religieux » (Millet 2020). La prise en compte de temporalités différentes de celle de la narration du récit de la conversion permettrait de saisir ainsi à nouveaux frais, par le prisme de la conversion vécue, les contextes de pluralisme religieux en Afrique. L’objectif étant de mieux saisir tout à la fois les mobilités et les circulations religieuses des acteurs au sein d’un même groupe et de plusieurs groupes confessionnels (mobilités intra et interreligieuses). Le recours à ces différentes notions et l’analyse des transformations du rapport à soi, aux autres et à la société environnante qui découlent de l’acte de se convertir permettront de penser plus largement la conversion religieuse comme un ensemble d’esthétiques corporelles et « techniques de soi » (Foucault 1988 : 18), qui engendre des actions concrètes plus ou moins visibles sur les corps et un travail quotidien du converti sur de multiples aspects de sa vie. L’individu-converti donne à voir sa conversion, c’est-à-dire la façon dont il la matérialise et la bricole au quotidien, via un ensemble de pratiques concrètes, de représentations et de nouveaux imaginaires plus ou moins complexes, qui impactent à divers degrés son corps. Ainsi, chez certains croyants pentecôtistes, juifs ou musulmans, c’est bien corporellement que la nouvelle expérience du monde et de soi-même est appelée à prendre sens. La conversion en train de se faire, qui n’exclut ni les interrogations ni les phases de relâchement (Aubin-Boltanski, Lamine et Luca 2014), tout aussi spirituelle soit-elle, n’en demeure pas moins physique : elle se vit dans le corps (Millet 2019). ²

La pluralisation religieuse demandera également à être pensée dans le cadre de la globalisation des pratiques. Le monde du Web en particulier, avec la multiplication et le renouvellement des médias numériques qu’il sous-tend, devient un excellent réservoir qui favorise la transnationalisation de telles manières de faire, engendrant ainsi des réseaux connectés de pratiques, de représentations et d’imaginaires. Cette interconnexion qui s’opère par le biais de réseaux sociaux, blogs, forums, églises en ligne, sites web d’églises, de mosquées, de temples, de synagogues, etc. dessine, non sans tensions, une « nouvelle géographie spirituelle du monde » (Kamari-Clarke 2004 : 4).  S’appuyant sur les différents angles proposés, nous sollicitons des articles sur toutes les formes de (re-/dé) conversions religieuses, à partir des approches qui problématisent les pratiques sociales engendrées par l’acte de se (re-/dé-)convertir et articulent également la question des espaces et des temporalités observables dans les sociétés africaines.  

 

Calendrier

15 septembre 2020 : date limite d’envoi des propositions d’article (en français ou en anglais) à Pamela Millet millet.pamela@yahoo.fr, Hamida Azouani-Rekkas hamida.azouani-rekkas@ehess.fr et Bernard Coyault bernard.coyault@gmail.com  

25 septembre 2020 : notifications aux auteur·e·s de l’acceptation ou du refus de leur proposition. 

15 février 2021 : date limite d’envoi des articles rédigés aux coordonnatrices et coordonnateur du dossier.

Pour plus d’information sur le format des articles à soumettre, voir les consignes aux auteur·e·s :

https://polaf.hypotheses.org/soumettre-un-article  

https://polaf.hypotheses.org/soumettre-un-article/submit-to-the-journal  

 

Références bibliographiques

 

AUBIN-BOLTANSKI, E., LAMINE A-S., et LUCA N., (dir.), 2014, Croire en Actes. Distance, intensité ou excès ? Paris, L’Harmattan.  

BASTIAN, J.-P., 1997, La mutación religiosa de América latina. Para una sociologia del cambio social en la modernidad periférica, México, Fondo de cultura económica.  

BERGER, P., 1971, La Religion dans la conscience moderne : essai d’analyse culturelle, Paris, Centurion. 

BOISSEVAIN, K., LE PAPE L., 2014, « Les conversions religieuses en Méditerranée. Dynamiques entre engagements individuels et cadres institutionnels », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], Numéro spécial, mis en ligne le 13.2.2015, consulté le 24.4.2020. URL : http://journals.openedition.org/cerri/1411.

Brandt, P-Y, 2009, « La conversion, retournement ou changement d’appartenance ? Approche psychologique du parcours de Pierre dans l’œuvre lucanienne », Études théologiques et religieuses, 1 (84), p. 1-22.

CANCLINI, N.G., 1998, Culturas Híbridas. Estratégias para entrar e sair da modernidade, Sâo Paulo, Edusp. 

COMAROFF, J., COMAROFF, J., 1991 Of Revelation and Revolution, vol. I, Christianity, Colonialism and Consciousness in South Africa, vol. II, The University of Chicago Press.  

COYAULT, B., 2013, « Du nomadisme ecclésial dans la diaspora congolaise en France : entre pragmatisme religieux et subversion des identités assignées » in FER Y. et MALOGNE-FER G. (dir.), Le protestantisme évangélique à l’épreuve des cultures, Paris, L’Harmattan, p. 129-152.  

____________, 2019, «’Africa Arise’ – Beza International Church : panafricanisme et imaginaire théopolitique d’un pentecôtisme éthiopien » Bulletin de l’Observatoire international du religieux, n°28 – décembre, Sciences Po – CERI. 

Decobert, C., 2000, « De la rationalité de la conversion religieuse », Cahiers du Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, n°2, p.100-130.

DURKHEIM E., 1975 (1893), « Définition du fait moral », in DURKHEIM E., Textes 2. Religion, morale, anomie, Paris, Editions de Minuit, p. 257-288.  

EHAZOUAMBELA, D., 2015, L’Islam au Gabon. Socio-anthropologie d’une minorité́ confessionnelle, Thèse pour l’obtention du grade de docteur en Anthropologie de l’EHESS, Paris.  

ENGELKE, M., 2010, »Past Pentecostalism: Notes on Rupture, Realignment, and Everyday Life in Pentecostal and African Independent Churches », Africa, 80 (2), p. 177-199.  

FABRE P-A, « Présentation, Conversions religieuses : Histoires et récits », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 54ᵉ année, N. 4, 1999. p. 805-812. 

FANCELLO, S., 2006, Les aventuriers du pentecôtisme ghanéen, Nation et délivrance en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala et IRD.  

FANCELLO, S., MARY, A., 2010, Les chrétiens africains en Europe. Prophétismes, pentecôtismes et politique des nations, Paris, Karthala. 

FATH, S., 2005, Du ghetto au réseau. Le protestantisme évangélique en France (1800-2005), Genève, Labor et Fides.

FOURCHARD, L., MARY A., OTAYEK R., (éds.), 2005, Entreprises religieuses transnationales en Afrique de l’Ouest, Ibadan/Paris, Ifra/Karthala.  

HAENNI, P., 2005, L’islam de marché. L’autre révolution conservatrice, Paris, Seuil.

HERVIEU-LEGER D., 2001, La religion en miettes ou la question des sectes, Paris, Calmann-Lévy.  

HOLDER, G., SOW, M. (éds.), 2013, L’Afrique des laïcités. Etat, religion et pouvoirs au sud du Sahara, Alger, Editions Tombouctou.  

GIORDAN, G., PACE, E., 2014, Religious Pluralism: Framing Religious Diversity in the Contemporary World, Springer International.  

GOOREN, H., 2010, « Conversions narratives », in ANDERSON A. et al. Studyng global pentecotalisms. Theory and Methods. Berkeley and Los Angeles: University of California Press, p. 93-112.  

KAMARI CLARKE, M., 2004, Mapping Yorubá networks. Power and Agency in the Making of Trans-national Communities, Durham, N. C.: Duke University Press. C.  

DE LAME., D., 2007, « Entre le dualisme et son double, les écueils de la construction de soi. Des difficultés d’analyse biopolitique en contexte postcolonial », in « Politiques du corps », Politique africaine, n° 107, p. 9-22.

LASSEUR, M., et MAYRARGUE, C., 2011, « Le religieux dans la pluralisation contemporaine éclatement et concurrence », Politique africaine, vol. 123, no. 3, p. 5-115. 

LEBLANC, M-N., 2012, « Du militant à l’entrepreneur. Les nouveaux acteurs religieux de la moralisation par le bas en Côte-d’Ivoire”, Fabienne Samson(dir) “L’islam au-delà des catégories”, Cahiers d’études africaines, LII (2-3), n° 206-207, pp. 443-516.  

LE PAPE, L., 2010, « Tout change, mais rien ne change ». Les conversions religieuses sont-elles des bifurcations ? » in M. BESSIN, M., BIDART, C. M. GROSSETTI, M. (eds.), L’enquête sur les bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, p. 212-223. 

LEVIS-STRAUSS, C., 1962, La pensée sauvage, Paris, Plon. 

LUCA, N., et MADINIER. R., 2016, (dirs.), « Les entreprises face au religieux », Archives en sciences sociales des Religions, 175/1, p. 11-23.

MAHIEDDIN, E, 2015, Faire le travail de Dieu. Une anthropologie morale en Suède contemporaine, Thèse pour l’obtention du grade de docteur en Anthropologie de l’Université́ d’Aix-Marseille.  

MARY, A. et PIAULT M.H., 1998, « Parcours de conversion », Journal des africanistes, vol. 68, fascicule 1-2  

MBEMBE, A., 1988, Afriques indociles, Christianisme, pouvoir et Etat en société postcoloniale, Paris, Karthala.

MEYER, B., 1998, « Make a complete break with the past: memory and postcolonial modernity in Ghanaian discourse »,, Journal of Religion in Africa 28 (3), p. 316-349.  

MICHEL, P., 1994, Politique et religion . La grande mutation, Paris Albin Michel.

MILLET-MOUITY, P., 2020 (à paraitre), « D’une église à l’autre. Phénoménologie du papillonnage religieux parmi les néo- pentecôtistes euro-africano-caribéens de la région parisienne », Itinéraire.  

____________., 2019, « Des néo-pentecôtistes à la conquête de l’Afrique : décoloniser les esprits et exporter la théologie de l’autosuggestion et de l’auto-persuasion », in Batibonak, S., et Batibonak, P., Aborder le développement autrement, in Revue Africaniste Interdisciplinaire, Yaoundé. 

MOSSIERE, G., 2009, Des femmes converties à l’islam en France et au Québec : Religiosités d’un nouveau genre. Thèse présentée à la Faculté́ des études supérieures en vue de l’obtention du grade de Philosophie Doctoral (PhD.) en Anthropologie, Université́ de Montréal.  

MVOULA-MOUKOUARI, L., 2006, « La prolifération des Eglises et le libertinage religieux », in TONDA J., et MISSIÉ J.-P., Les Églises et la société congolaise d’aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, p. 69-80.

PONS, C., (dir.), 2013, Jésus, moi et les autres. La construction collective d’une relation personnelle à Jésus dans les Eglises évangéliques : Europe, Océanie, Maghreb, Paris, CNRS Editions.  

REDFORD George. 1843, The great Change: A Treatise on Conversion, Philadelphia, American Sunday-School Union. 

RICHARDSON, J., 1978, Conversion Careers: In and Out of the New Religions. Beverly Hills, CA: Sage Publications  

ROBBINS, J., 2007, « Continuity Thinking and the Problem of Christian Culture: Belief, Time, and the Anthropology of Christianity ». Current Anthropology, 48 (1), p. 5–38.

SAVY, P., SOTINEL, C., 2018, « Les signes et les scènes de la conversion dans l’espace public (Antiquité – période moderne) », Archives en sciences sociales des religions, n°182. 

SOARES, E., 2009, Le butinage religieux. Pratiques et pratiquants au Brésil, Genève-Paris, The Graduate Institute Publications – Karthala.

TANK-STORPER, S., 2013, « Troubles dans la judéité. Mariages mixtes, conversions et frontières de l’identité́ juive », Ethnologie française, 2013/4 (Vol. 43), p. 591-599 . 

TONDA, J., 2005, Le souverain moderne. Le corps du pouvoir en Afrique centrale (Congo, Gabon), Paris, Karthala. 

VAN DJIK, R., 2002, « Religion, reciprocity and restructuring family responsibility in the Ghanaian Pentecostal diaspora », in The Transnational Family: New European Frontiers and Global Networks (ed.) D. Bryceson & U. Vuoruela, Oxford: Berg, p. 173-96.  

WILLAIME, J.-P., 2004, « Protestantisme établi et protestantisme de conversion. Les recompositions du protestantisme en ultra-modernisé », in J.P. Bastian (dir.), La recomposition des protestantismes en Europe latine : entre émotion et tradition, Genève, Labor et Fides, p. 13-26. 

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à proposition] Financements pour l’organisation de 2 séminaires doctoraux en islamologie (limite : 15 juil. 2020)

Dans le cadre de son programme d’appui à la formation et la recherche publique française en islamologie, soutenu par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Plan SHS / DGRI), le GIS Moyen Orient et Mondes Musulmans apporte un soutien financier pour l’organisation de deux séminaires de formation doctorale intensive d’une semaine en 2020-2021. Tous les aspects de l’islamologie peuvent être concernés : histoire des doctrines et des pratiques religieuses, droit musulman, pensée islamique contemporaine, selon une approche reposant sur les principes de l’analyse critique et du dialogue avec les différentes sciences humaines et sociales (notamment histoire, philosophie, sociologie, anthropologie). Le choix de thématiques ou de domaines en lien avec l’actualité de la recherche internationale sera particulièrement encouragé, ainsi que de formations tournées vers le renforcement des compétences philologiques (lecture, analyse, édition et/ou traduction de documents ou ouvrages, imprimés ou manuscrits). Ces séminaires sont destinés à la formation d’étudiants de niveau avancé (master 2/doctorants), inscrits dans une université française ou étrangère.

Les projets devront être portés par un ou plusieurs responsables scientifiques affiliés à l’une des structures membres du GIS (les autres intervenants ou formateurs peuvent être extérieurs aux structures du GIS). Les formations devront être organisées si possible sur le Campus Condorcet et se tenir avant mars 2021. Il conviendra de préciser les modalités envisagées en cas d’impossibilité à organiser le séminaire en présentiel.

Le dossier de candidature devra être composé d’un argumentaire présentant le thème, les axes et les dates proposées pour le séminaire (2 pages maximum), d’un budget prévisionnel indiquant des éventuels co-financements, le nom du ou des porteurs du projet et son/leur laboratoire de rattachement, le nombre estimé de participants et la liste des encadrants pressenti, français ou étrangers. Sont éligibles les dépenses : frais de déplacement et d’hébergement, repas, frais d’impression, dans la limite de 10.000 euros par séminaire de formation.
Les propositions seront évaluées sur la base d’expertises externes sollicitées par le GIS et sélectionnées par le conseil scientifique du GIS de septembre 2020.

Date limite d’envoi des candidatures : 15 juillet 2020.
Adresse d’envoi : francesco.chiabotti[at]inalco.fr

http://majlis-remomm.fr/63379?fbclid=IwAR3Vo8xVyYz_ASi1HXDbFicGIC91v4CQP6O_nTKGGkcL3ptNolgvJA8pAMU

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Arabic Pasts: Histories and Historiographies, Londres, oct. 2020 (limite : 26 juin 2020)

Arabic Pasts: Histories and Historiographies. Research workshop

Co-hosted by the Aga Khan University, Institute for the Study of Muslim Civilisations and SOAS, University of London, 23 and 24 October 2020, Aga Khan Centre, London & Online

This annual exploratory and informal workshop offers the opportunity to reflect on history writing in Arabic. We encourage contributions focused on methodologies, research agendas, and case studies that investigate history writing in the Middle East and North Africa in any period from the seventh century to the present. 

We are interested in papers that consider the practical and conceptual challenges of working on history writing in the region. Papers might elucidate the following sorts of questions: 

Through what practices of writing or otherwise encoding the past and of remembering and forgetting, have different groups in the Middle East and North Africa viewed their pasts? At different times and places, how have the significant contours, events and actors in their histories been seen? Was the significant past the same for court historians as for literary historians; for bureaucrats as for the military; for Sufis as for Muslim lawyers and Traditionists? 

How did non-Muslims and Muslims, men and women, adherents of different sectarian or juristic traditions, or speakers of different languages, within societies that became “Islamic” imagine the shape and meaning of their specific societies’ own pasts, and their relation to the universal history of the Islamic community? 

How have urban and rural people, workers and peasants, the religiously educated and the technocratic elite, developed different ways of writing, remembering, or commemorating particular events in, or the broad sweep of, local, national, or “Islamic” history? 

In what ways do educational institutions, museums, media organizations and proponents of heritage use history writing in Arabic to shape loyalties and senses of belonging in the Middle East, North Africa, and Europe?   

 

Contributions are invited from scholars at all career levels, addressing any period and any part of the Middle East and North Africa, broadly defined. 

This year we anticipate running the workshop from the Aga Khan Centre in London, with social distancing. We expect a significant online component. 

 

The following colleagues will chair panels and serve as respondents to panels:

Julia Bray, University of Oxford

Fozia Bora, University of Leeds

Jaakko Hämeen-Anttila, University of Edinburgh

Konrad Hirschler, Freie Universität Berlin

Marie Legendre, University of Edinburgh 

Andrew Marsham, University of Cambridge

Harry Munt, University of York

 

Arabic Pasts is co-organized by Hugh Kennedy (SOAS), James McDougall (Oxford), and Sarah Bowen Savant (AKU-ISMC).

Please submit an abstract of 300 words or less by 26 June to ArabicPastsConf@aku.edu. There is a small budget to provide some travel assistance for scholars outside of London.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à candidature] Prolongement des candidatures au prix du Jeune Chercheur de la Métropole de Lyon [nouvelle date limite : 30 juin 2020]

Comme tenu de la situation exceptionnelle liée au covid-19, le délai de candidatures pour le Prix du Jeune Chercheur de la Métropole de Lyon est prolongé jusqu’au 30 juin 2020

Informations complètes ici

Renseignements par mail : prixjeunechercheur@grandlyon.com

 

Affiche Prix jeune chercheur

Règlement

 

Source : Jean-Louis Gaulin

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] Séminaire annuel des doctorants du CIHAM (11 juin 2020)

Entré dans les usages du laboratoire, le séminaire des doctorants du CIHAM est un lieu dans lequel de jeunes chercheurs en formation, et généralement en début de parcours, présentent leurs objets, leurs démarches et leurs premiers résultats. C’est donc simultanément un lieu d’apprentissage et un lieu d’échange entre les doctorants et avec les enseignants-chercheurs du laboratoire.

En raison du contexte sanitaire, cette année, cette journée d’étude aura lieu en visioconférence (logiciel Tixeo) avec une formule limitée à deux communications.

Renseignements et inscription à la visioconférence :

Ronan CAPRON (ronan.capron@univ-lyon3.fr)

Horaire :

14 heures

Jeudi 11 Juin 2020

 

COMMUNICATIONS

Enki BAPTISTE

L’historiographie ibadite orientale en Moyen Âge : un état des lieux (VIIIe-XIIe s.)

Amalia DEBREST

La première traduction complète des Héroïdes d’Ovide, ms. 5-5-16 de la Bibliothèque Colombine de Séville : premières approches

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Candidature] Postdoc Muslims and Christians in the Iberian Peninsula and/or the Maghreb (9th to 16th c.), Barcelone (limite : 31 mai 2020)

Candidature pour Post-Doc : « Muslims and Christians in the Iberian Peninsula and/or the Maghreb (9th to 16th centuries) », Universitat Pompeu i Fabra, Barcelone

Professor Linda G. Jones, established at the Humanities Department of the Universitat Pompeu Fabra (Barcelona, Spain), is interested in receiving Expressions of Interest of potential candidates for the Marie Sklodowska – Curie Individual Fellowship (MSCA – IF) 2020 call.

Professor Jones has an interdisciplinary background in Religious Studies and Comparative Religions; Islamic Studies; Medieval History, and Religion and Gender studies. She applies these interdisciplinary approaches to the study of the religious and cultural history of medieval Iberia and the Maghreb; (trans)cultural interactions between Muslims and Christians in these regions and the broader Mediterranean; and the study of Islamic masculinities and comparative gender studies in the pre-modern period. She has published her research findings in numerous internationally renowned publishing houses and journals. She is also the PI of the research project, “Interdisciplinary and Comparative Studies in Religious, (Trans)cultural, and Gendered Identities in Medieval and Early Modern Iberia and the Mediterranean.”

Professor Jones would like to sponsor two post-doctoral researchers on any topic related to any one of her current and future lines of investigation focused on the pre-modern Iberian Peninsula and/or the Maghreb, which include the following: expressions of masculine identity and the relationality of gender in medieval Islamic texts; the relation between gender and religious identity and alterity; Mudejar religiosity, religious identity, and relations with Christians, Jews, and other Muslims; and the relationship between medieval Islamic preaching and culture, and the poetics of medieval Islamic oratory.

Date limite/deadline : 31 mai 2020

Full information at https://euraxess.ec.europa.eu/jobs/514165

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Candidature] Professor History of the Medieval Middle East and the Mediterranean, Univ. Tübingen (limite : 29 juin 2020)

Candidature : professor (W1, tenure track) of History of the Medieval Middle East and the Mediterranean, Univ. Tübingen (Allemagne)

The Faculty of Humanities at the University of Tübingen invites applications for a position in the Department of History, Medieval History section, as a  Professor (W1, tenure track) of the History of the Medieval Middle East and the Mediterranean to commence as soon as possible.

The holder of this professorship will represent the History of the Medieval Middle East and the Mediterranean from the 7th to the 15th century. 

Deadline : 29 juin 2020

The successful candidate will have a completed doctorate in the area within the advertised professorship which demonstrates potential for outstanding publications in leading international journals. He or she will be able to demonstrate teaching experience. Applicants will be expected to be able to read historical sources in at least two different languages in the area (Greek, Arabic, Syrian, Persian, Cop-tic, etc.). The holder of this position will be in a position to develop core research areas from both be-fore and after the turn of the first millennium CE.

The successful candidate will be willing and able to collaborate on a broad thematic basis within the Faculty’s research centers and networks and in all study programs of the History Department.

This is a tenure-track position and is subject to an interim evaluation after four years and a final evaluation after six years. If the final evaluation is positive, the post will be upgraded to a full (W3) professorship after six years with no re-advertising of the position. The position has a teaching load of four hours per week prior to interim evaluation, and six hours thereafter.

Detailed information on the criteria underlying the interim evaluation and promotion to the tenured po-sition may be found in our guidelines for tenure review under the following link: https://uni-tuebingen.de/de/12131. There you can also find information on this employment category.

Applicants for a tenure-track professorship with a PhD from Tübingen must have changed universities after completing their doctorates or have worked in academia for at least two years somewhere other than the University of Tübingen. Applications from candidates who have completed a habilitation will not be considered. 

The University of Tübingen is particularly interested in increasing the share of women in research and teaching and therefore strongly encourages women candidates to apply. In line with its internationalization agenda, the university welcomes applications from researchers outside Germany. Candidates who do not speak German must be willing to learn it. Applications from equally qualified candidates with disabilities will be given preference.

Applications should be sent, together with the required documents (curriculum vitae and outline of academic career, copies of certificates and degrees, publications list, list of teaching experience, overview of core research areas) in electronic form to the Dean of the Faculty of the Humanities at the University of Tübingen, bewerbungen@philosophie.uni-tuebingen.de.

Enquiries may also be sent to this address.

Deadline: June 29, 2020

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Contrat doctoral] PhD position ERC The Global Qur’an, Université de Fribourg (Allemagne) (limite : 30 juin 2020).

The Orientalische Seminar offers a PhD position in ERC « The Global Qur’an »

Part-time position (65 %), Start-date: 01.11.2020

Dealine : 30 juin 2020

Consider making the switch to the University of Freiburg: It is one of the most renowned and strongest research universities in Germany, with a history spanning more than 500 years. You’ll engage in top-notch research and teaching with a unique spectrum of disciplines, perspectives, and people – right in the heart of one of Germany’s most beautiful cities. The University of Freiburg’s human resources policy is oriented toward the principles of equal opportunity and diversity. The university is committed to the goal of creating a family-friendly university.

The ERC funded project „  at the Albert Ludwigs University of Freiburg invites applications to fill a 48-month PhD researcher position. The successful applicant has a background in Islamic Studies, anthropology, or a relevant philological or historical discipline. They will develop and conduct a research project that focusses on the modern history and present-day use of French Qur’an translations and that includes fieldwork in a French-speaking Muslim community. The PhD candidate will be part of a diverse team that studies Qur’an translations from different perspectives and in various languages and regions of the world.

Applicants should be fluent in English and French and familiar with Qur’anic Arabic. Their MA (or equivalent) degree needs to be completed before the start of their work contract. The 48-month term ideally begins November 1, 2020 but the start date is negotiable. Residence in Freiburg for at least part of the project is expected.

They will receive office space and have access to funds covering their research needs, including field work and participation in international conferences.

To apply, please send a C.V. containing information on your language skills and a research statement (c. 1 page) describing your envisaged contribution to the research area outlined above. Review of applications will begin on June 15 and continue until the position is filled.

The salary will be determined in accordance with TV-L E13.

We are particularly pleased to receive applications from women for the position advertised here.

Please send your application in English including supporting documents mentioned above citing the reference number 00001053, by 30.06.2020 at the latest. Please send your application to the following address in written or electronic form:

Universität Freiburg
Orientalisches Seminar
Platz der Universität 3
D-79085 Freiburg
Germany
E-Mail:
johanna.pink@orient.uni-freiburg.de

For further information, please contact Frau Prof. Dr. Johanna Pink on the phone number +49 761 203-3154 or E-Mail johanna.pink@orient.uni-freiburg.de.

General and legal remarks:
Full-time positions may generally be split up into two or more part-time positions, provided that there are no formal or legal barriers. Candidates are selected in accordance with the provisions of the AGG (Allgemeines Gleichbehandlungsgesetz – German General Equal Treatment Act).
Applicants with disabilities (Schwerbehinderte Menschen) will be given preferential consideration in case of equal qualification.
The department offering the position is liable for the content of this job posting. Textual errors do not constitute a basis for any claims or rights. The relevant human resources department has sole responsibility for all legal transactions made within the context of the selection and hiring process.
Please note that breaches in privacy and unauthorized access by third parties cannot be excluded in communication by unencrypted email.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Conférence en ligne] Y. Lintz, L’histoire de l’art islamique à la lumière des archives récentes au Louvre, 17/05/2020 (14h)

Yannick LINTZ,  « L’histoire de l’art islamique à la lumière des archives récentes au Louvre » dimanche 17 mai 2020 à 14h00, en direct sur YouTube Ifao dans le cadre des Séminaires Riwaq.

Résumé : Nous avons la chance au Musée du Louvre de conserver l’une des riches collections d’art islamique. Les conservateurs du musée depuis plus d’un siècle contribuent largement à la compréhension de ces œuvres par l’approche classique de leurs matériaux, techniques, datations, styles, et contextes de production. Cela demeure fondamental bien sûr. Mais les contextes internationaux récents d’accroissements du trafic illicite et du patrimoine en danger au Moyen-Orient et en Afrique nous donnent une nouvelle priorité de recherche sur l’histoire de la circulation de ces œuvres d’art islamique depuis le XIXe siècle. Dans ce sens, le département des Arts de l’Islam a récemment développé trois programmes de recherches autour de ses archives (fonds Gaston Wiet et André Godard) et des archives scientifiques françaises. Cette conférence sera l’occasion de les évoquer.

Afin de suivre la conférence, rendez vous sur la chaîne YouTube de l’Ifao à l’heure de la conférence. La conférencière répondra en direct, à la fin de sa présentation, à vos questions déposées dans les commentaires de la vidéo.

Abstract : We are lucky to keep one of the most important collection of Islamic art in the Louvre. During more then one century, the curators developped like everywhere some studies on Islamic Art History devoted to the understanding of the object, its material, its technic, its datation and cultural context. It remains fundamental of course. But the recent context in museums about provenances and in islamic countries the increasing looting or even heritage in danger during conflicts are the main reason why I decided to develop new directions for research in Islamic Art through the Louvre’s archives and more broadly through French public archives. My focus through this lecture will be mainly on 3 programs and archives : Gaston Wiet archives, André Godard one’s and the PAPSI project.

To attend, visit the Ifao YouTube channel on the announced time. The speaker will respond live, at the end of his presentation, to your questions posted in the chat of the video.

إعادة اكتشاف تاريخ الفن الإسلامي من خلال الأرشيف الحديث لمتحف اللوڤر

محاضرة لـ: يانيك لينتز، مديرة قسم الفن الإسلامي بمتحف اللوڤر. المحاضرة ستبث على الهواء في الموعد المعلن على قناة اليوتيوب الخاصة بالمعهد وستجيب المحاضرة على اسئلتكم في أخر الندوة بعد الأنتهاء من العرض.

سيصحب المحاضرة ترجمة نصية للعربية مولدة تلقائيا بواسطة خدمات جوجل. يرجى مراعاة عدم دقة الترجمة وعدم مسؤلية المعهد عن تلك الترجمة والتي الغرض منها السماح لأكبر عدد من متابعينا الإستفادة من المحاضرة.

ملخص

نحن محظوظون في متحف اللوڤر بامتلاكنا واحدة من أهم مجموعات الفن الإسلامي. خلال أكثر من قرن، طور القائمون على المتحف مثل نظرائهم بعض الدراسات حول تاريخ الفن الإسلامي المخصصة لفهم القطع الأثرية: مادتها، تقنيات تصنيعها، تاريخها وسياقها الثقافي. بالطبع تلك الدراسات لا تزال أساسية. لكن السياق الحالي مؤخرًا في المتاحف يركز على دراسة المنشأ، وفي البلدان الإسلامية، فإن النهب المتزايد أو حتى التراث المعرض للخطر في أثناء النزاعات هو السبب الرئيسي وراء قراري لتطوير اتجاهات جديدة للبحث في الفن الإسلامي من خلال أرشيف متحف اللوڤر وعلى نطاق أوسع من خلال المحفوظات العامة الفرنسية. سيكون تركيزي خلال هذه المحاضرة بشكل رئيسي على ثلاث برامج بحثية تخص الأرشيف وهي: أرشيفات جاستون فييت وأندريه جودار ومشروع « جرد الأرشيف العلمي للتراث الإسلامي السوري والعراقي».

Yannick LINTZ, Ph.D. in Achaemenid History (Sorbonne University), has been director of the Islamic Art Department in the Louvre Museum since 2013. Those last years were mainly devoted to Museum studies in Islamic Art and History of Islamic collectors. As member of the Scientific Committee of the Agency France Museums in charge to work for the Louvre Abu Dhabi Museum project, she trained French curators on the idea of a Global History Museum from the point of view of the Islamic world. Other the last years, she has become known as an Art historian of the Middle East, with a focus on the transition between the Late Antiquity and the beginning of Islam, through the city of Antinoe (Egypt). Recently, she has created the PAPSI program focused on the safeguarding endangered cultural heritage in Syria and Iraqi through scientific archives survey. She also curated in 2014 the exhibition held in the Musée du Louvre “Maroc médieval”, also shown in the Modern Art Museum Mohamed VI in Rabat in 2015.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts