Tous les articles par Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

Appel à contributions:Territoires urbains coloniaux depuis l’Antiquité. 06/06, Champs-sur-Marne [date limite : 01/05]

Atelier doctoral organisé par le Groupe transversal Usages de l’histoire et devenirs urbain, Labex Futurs urbains (Université Paris-Est).

Les villes et les urbanités constituent un objet de recherche central des « colonial studies », en plein développement depuis plus de vingt ans. L’histoire, l’anthropologie, la sociologie ou encore les sciences politiques se sont ainsi emparées de cette notion de « colonial » pour interroger diverses facettes de l’urbain, qu’il s’agisse de comprendre les interactions sociales qui font la trame des situations coloniales urbaines depuis l’Antiquité (colonisations grecques ou romaines, colonisations ibériques modernes, etc.) ou qu’il s’agisse d’en interroger les rémanences ou ré-emplois contemporains. Ainsi cet atelier se propose d’étudier, à nouveaux frais ou pour prolonger et préciser nombre d’études, la dimension urbaine du colonial ainsi que la dimension coloniale de l’urbanisation, qu’il s’agisse de fonder un territoire urbain, de le peupler ou de l’habiter. Se voulant résolument interdisciplinaire et inscrit dans la longue durée, cet atelier doctoral veut ainsi réinterroger le fait « colonial » au prisme de l’urbain, ses évolutions, persistances et nœuds problématiques.

Des études de cas questionnant ce que signifient « fonder », « peupler », « habiter » et « gouverner » pourront mener, lors de cet atelier, à une réinterrogation du « colonial ». Il s’agira également de penser la valeur réflexive, la polysémie, la portée et les limites de ces notions. Approfondir notamment la compréhension des relations entre formes de gouvernement et l’urbain constitue un premier enjeu fort. Un second consiste à comprendre la prolifération des termes de « colonies » ou « colonial » (« colonies » municipales de banlieue parisienne, usages critiques contemporains) pour qualifier des phénomènes et territoires bien distincts des colonisations à proprement parler (antique, ibérique, des XIXe et XXe siècles).

De là découlent nombre de questionnements : quels sont les tenants et les aboutissants des politiques publiques menées ? Comment habiter un territoire urbain récemment fondé ? Dans quelle mesure les envies et réalisations de villes singulières ou renouvelées sont-elles inséparables d’un projet de gouvernement qui les excède ? Quelles formes de citadinité assignées aux territoires urbains fondés – ou quelles sont celles advenant de façon imprévue ? Comment les territoires urbains participent des fronts pionniers et, inversement, comment envisager les « fronts pionniers » dans les territoires urbains ? Pourquoi et comment des espaces urbains deviennent ingouvernables ou du moins tentent de se dérober, pour diverses raisons et de diverses façons, à l’emprise des autorités instituées ? Ce sont là quelques exemples d’axes problématiques qui, au croisement du colonial et de l’urbain, intéresseront cet atelier.

L’étude de ces dynamiques en des « territoires urbains » répond au souhait de ne pas étudier uniquement les villes ; il s’agit plutôt d’analyser les événements et processus qui concernent tout un ensemble de territoires dans lesquels, sur l’ensemble du globe, il y a de l’urbain :  espaces qui voient converger – voire s’affronter – projets métropolitains et leurs contestations (« zones à défendre » en France, aménagements en tout genre destinés à alimenter en ressources les métropoles, par exemple), villes coloniales, villes et quartiers nouveaux ou informels, settlements ou outposts israéliens dont le devenir-ville est explicite, entre autres.

Quoi qu’initié par des historiens, cet atelier ambitionne de saisir ces phénomènes – fonder, peupler, habiter, gouverner des territoires urbains coloniaux – à l’aune d’approches interdisciplinaires qui, dans le sillage des recherches du groupe de travail « Usages de l’histoire et devenirs urbains », ne sauraient être que très fécondes pour l’ensemble de la recherche urbaine, notamment pour tester et mesurer les possibilités de transfert ou de réemploi de ces notions d’une discipline à une autre ou encore en cerner les limites  (« gentrification », « gouvernance », « résilience »…)

Les interventions des doctorant.e.s – d’une quinzaine de minutes – auront pour but d’alimenter les échanges – d’une trentaine de minutes – autour de réflexions, démarches et conclusions utiles à toutes et à tous : études de cas se confrontant ces  notions, source ou terrain interrogeant la validité de leur usage.

Cet atelier doctoral organisé par le Groupe transversal « Usages de l’histoire et devenirs urbains » du Labex Futurs urbains (Paris-Est). Il se déroulera le 6 juin 2018 de 9h30 à 17h30, sur le site de l’Université Paris-Est-Marne-la-Vallée, Champs-sur-Marne (RER A, station Noisy-Champs). La salle sera précisée ultérieurement.

Le déjeuner et les frais de transport des intervenants peuvent être pris en charge par les organisateurs, sous réserve d’acceptation de la proposition.

Les propositions de communication, en 500 mots, sont attendues pour le 1er mars 2018.

Cette atelier doctoral est organisé par Danilo Guiral Bassi et Thierry Guillopé. Tous deux sont doctorants à ACP.

Le premier prépare une thèse d’histoire urbaine comparée sur la gouvernance des nouveaux espaces urbains dans les années 1960 et 1970, dans des capitales de différents régimes politiques (Paris, Brasilia, Jérusalem).

Le second prépare actuellement, entre histoire urbaine et histoire du fait colonial, une thèse sur l’histoire des politiques du logement en Algérie des années 1920 aux années 1950.

Contact : colonialurbain@gmail.com

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution:Terra Mater, les sols convoités. 17-18/10/2018, Valenciennes [date limite : 30/04]

L’évolution des sols est le reflet tout à la fois des fluctuations climatiques, de la nature de la couverture végétale et des usages qui en sont faits. Lieux de vie (pédofaune…) et supports de la croissance des végétaux cultivés ou non, utilisés ou non par les sociétés humaines (nourriture, médication…), les sols ont été façonnés depuis des millénaires, parfois jusqu’à la surexploitation. Certains ont subi des phénomènes d’érosion, souvent accélérés par des pratiques agricoles inadaptées ou intensives, parfois irréversibles. Ils ont constitué – et constituent toujours à travers le monde – un enjeu fondamental tant social et économique que politique et environnemental, de l’échelle locale (remembrements, périmètres de modernisation, …) à celle globale (land grabbing), en passant par les divers échelons étatiques et institutionnels (réformes agraires, accessibilité à la ressource, sécurisation et statut de la propriété foncière). Une telle pluralité empêche toute approche univoque du sujet et fait du sol un objet de recherches tant en sciences humaines et sociales (géographie, histoire, sciences économiques, droit), qu’en sciences de la vie et de la terre.

C’est un moyen de production pour les agriculteurs et éleveurs et un objet de règlementation pour les gestionnaires des territoires. Les travaux de recherche qui se sont multipliés ces dernières années sur les relations sociétés/territoires/milieux ont montré combien il était fondamental de comprendre le rôle qu’ont joué les sociétés passées pour une gestion durable du sol en tant que patrimoine biologique, combien également les processus de dégradation des sols d’une part, les enjeux de la sécurisation alimentaire d’autre part ou encore l’évolution des valeurs attribuées à la terre agricole génèrent de véritables dynamiques d’innovation (renouvellement des liens ville-campagne), mais également de vives tensions ou des conflits.

Les deux premières rencontres de ce cycle sur les sols se sont tenues en 2014, Sols en mouvement, et en 2016, Sols nourriciers. Le dernier volet portera sur les sols convoités.

Il s’agira de mettre au centre des débats la question du foncier, celle de la notion de propriété et de partage du sol, intégrant les jeux de compétitions et de convoitises entre les différents acteurs (agriculteurs, gestionnaires, élus, communautés d’habitants…)

Elle recouvre à la fois des dimensions spatiales et temporelles, en intégrant la question de la transmission intergénérationnelle du capital-sol. Elle intègre aussi une dimension financière en croisant valeur agronomique, valeur d’usage et valeur d’échange, actuelle ou anticipée. Les sols entrent en effet dans les systèmes compétitifs d’échange, de valorisation par changements juridiques (droit à bâtir, dispositifs de protection…), économiques (mise en marché), sociétaux (collectivisation, propriété privée, bien commun…). Différents groupes sociaux sont impliqués dans cette appropriation du sol selon des mouvements rapides ou lents motivés par des changements culturels, des choix politiques et économiques imposés par les tenants et les acteurs institutionnel du sol (syndicats agricoles, sylvicoles…) ou politiques (Europe, communes, intercommunalités…) à ceux qui le travaillent.

La convoitise du sol invite à considérer enfin une relation presque passionnelle avec la terre : celle que l’on revendique, que l’on défend, qui engendre des conflits ; la terre du front pionnier, ou en sursis (promis à un projet d’aménagement parfois depuis des décennies), celle dont sont exclus les éleveurs et les agriculteurs au nom d’une biodiversité sanctuarisée dans des espaces naturels de protection intégrale ; celle où la cohabitation entre acteurs aux intérêts divergents est de plus en plus difficile ou inversement celle que l’on protège mais dont on régule et organise les usages au nom d’une multifonctionnalité assumée (périmètres de protection ou de labellisation agricole).

La question foncière présente aussi des aspects juridiques et symboliques dont témoignent entre autres les délimitations parcellaires (borne, muret, haie…) dont l’archéogéographie a révélé toute l’importance.

Tous ces éléments ont pu, dans le passé, être les vecteurs de dynamiques territoriales spécifiques. Ils sont aussi, à l’heure d’un défi social et environnemental sans précédent, d’une grande actualité, dans l’ensemble du monde et dans un contexte d’internationalisation croissante des transactions foncières.

Les discussions doivent permettre d’ouvrir le dialogue interdisciplinaire entre historiens, archéologues, géographes, pédologues, mais également écologues, agronomes, aménageurs, économistes ou juristes échangeant les approches et la sémantique, les protocoles de recherche, les méthodes et les questions.

*Les propositions de communications et de posters devront comporter un titre court et suggestif, 5 mots-clés et un argumentaire (3200 signes espaces comprises présentés en une page sous fichier word de préférence), jalonné éventuellement par quelques intertitres courts et explicites. L’auteur doit indiquer ses coordonnées (courriel, téléphone, coordonnées postales).

*Ces propositions sont à adresser au plus tard le 30 avril 2018 à l’une des adresses suivantes en précisant l’objet Sols convoités :

*Les auteurs seront avisés du résultat des délibérations avant la fin du mois de mai. Des précisions seront alors données sur l’organisation matérielle du colloque. Les rencontres prennent en charge l’hébergement et la restauration des communicants (si plusieurs auteurs, un par communication).

Il sera demandé une participation sous forme d’inscription s’élevant à 80 euros pour les enseignants-chercheurs et assimilés, 50 euros pour les doctorants.

Les communications et posters seront publiés, après avis du comité scientifique, au deuxième semestre 2019. Il conviendra donc de respecter scrupuleusement les normes éditoriales et la date ultime de remise des manuscrits (fin décembre 2018).

Comité scientifique :

  • Corinne Beck, Professeur émérite d’Histoire et archéologie médiévales, Université de Valenciennes et Hainaut-Cambrésis (UVHC)
  • Jérôme Buridant, Professeur de Géographie, Université de Picardie Jules Verne
  • Marc Galochet, Professeur de Géographie, UVHC
  • Fabrice Guizard, Maître de conférences en Histoire médiévale, UVHC
  • Patrice Herbin, Responsable du service archéologique du Conseil départemental du Nord
  • Jacques Heude, Maître de conférences en Géographie, UVHC
  • Nicolas Rouget, Maître de conférences en Géographie, UVHC
  • Guillaume Schmitt, Maître de conférences en Géographie, UVHC
  • Marc Suttor, Professeur d’Histoire médiévale, Université d’Artois
  • Céline Vaz, Maître de conférence Histoire contemporaine, UVHC

Pour toutes informations supplémentaires :

Fabrice Guizard fguizard@gmail.com

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution:L’Entrepreneur de bâtiment (Moyen Âge-XXe siècle), Aedificare [date limite : 15/04]

Ce numéro thématique d’Æedificare se propose d’éclairer la figure de l’entrepreneur sur une longue période, allant du Moyen Âge au XXe siècle. De quoi parlons-nous quand nous parlons d’entrepreneur ? L’entrepreneur du XVIIIe siècle, correspond-il à ce que les historiens du Moyen Âge désignent sous le même nom ? Comment s’articulent la notion moderne d’entrepreneur et les catégories anciennes d’« entrepreneur de bâtiment », d’« entrepreneur expert » et d’« entrepreneur ingénieur » des périodes dites moderne et contemporaine ?

Argumentaire

Ce numéro thématique d’Æedificare se propose d’éclairer la figure de l’entrepreneur sur une longue période, allant du Moyen-âge au XXe siècle. De quoi parlons-nous quand nous parlons d’entrepreneur ? L’entrepreneur du XVIIIe siècle, correspond-il à ce que les historiens du Moyen-âge désignent sous le même nom ? Comment s’articulent la notion moderne d’entrepreneur et les catégories anciennes d’ « entrepreneur de bâtiment », d’« entrepreneur expert » et d’ « entrepreneur ingénieur » des périodes dites moderne et contemporaine ?

Au Moyen-âge, l’entrepreneur exerçait dans des cadres (l’atelier, le chantier) qui avaient toutes les caractéristiques d’une entreprise : les artisans-entrepreneurs devaient faire preuve d’innovation technique pour pouvoir proposer des produits et des prestations nouveaux aux fabriques et aux particuliers. Ces mêmes artisans avaient de plus une activité économique de forme industrielle. Ils investissaient, par exemple, dans des infrastructures pérennes, comme les fours ou les carrières, ou pratiquaient la production en série standardisée. Ils menaient aussi une politique de gestion de personnel, de formation, dans le cadre de leur atelier, ou hors de celui-ci. Dès le Moyen-âge l’entrepreneur était donc à la tête d’une unité économique combinant des facteurs de production (activité et capital) pour produire des biens et / ou des services destinés à être vendus sur un marché (C. Verna). L’idée de marché était caractéristique et capitale

L’objectif de l’entrepreneur et de l’entreprise était alors, comme maintenant, de réaliser des bénéfices dans un contexte économique concurrentiel. L’atelier devait générer du bénéfice, ce qui n’était peut-être pas le cas des fabriques, qui visaient l’équilibre budgétaire. L’entrepreneur prenait des risques, certes, mais dans le cadre d’une action concertée, avec un passage par l’écrit pour minimiser au maximum, contrôler, encadrer les aléas et le hasard.

L’entreprise était un cadre de perfectionnement et d’amélioration au titre de l’individu et du groupe qui passait par une professionnalisation des activités, puis une professionnalisation des acteurs, qui pouvait comprendre le groupe qui exerçait, mais également les personnes au niveau individuel pour intégrer la culture du groupe, et enfin, une professionnalisation de l’organisation, c’est-à-dire une professionnalisation des savoirs et de la formation.

Si ces traits sont communs aux entrepreneurs des époques modernes et contemporaines, comment se déclinent-ils selon que ces derniers étaient également (comme les sources plus récentes l’indiquent) architectes, inventeurs, experts ou ingénieurs ? Qu’en est-il de leur implication dans la conception du cadre bâti et dans celui de l’expertise? De quelle nature étaient les savoirs des entrepreneurs transmis dans le cadre de leurs métiers, ou hors de ceux-ci, dans les associations compagnonniques ou les cours publics ? En quoi différaient-ils de ceux des marchands ? Enfin quels étaient leurs réseaux sociaux, politiques et culturels ? Pour ces périodes d’autres questions se posent comme le rapport à l’imprimé et à des formes variées de communication, telles que les expositions, les démonstrations, les conférences, la participation à des associations professionnelles et des syndicats.

Nous proposons les pistes suivantes :

  • Peut-on faire une histoire des entrepreneurs sans partir des parcours individuels ? La prosopographie est-elle l’outil qui permet de cerner le concept d’entrepreneur ?
  • Qu’apporte la terminologie ? Comment les sources parlent-elles des entrepreneurs du bâtiment ? quelles réalités derrière les termes ?
  • La fabrique est-elle une entreprise ? Le commanditaire, le maître d’œuvre, le gestionnaire sont-ils des entrepreneurs ? On pourra s’interroger sur l’ouverture de marchés, d’association entre artisans, de monopole. Peut-on parler de stratégie socioprofessionnelle dans la course aux chantiers ?
  • Quelle est la « chaine entrepreneuriale » ? De l’investissement et de l’emprunt éventuel à la réussite ou la faillite et l’échec, quelles sont les étapes de cette aventure d’entreprendre dans le bâtiment ?
  • Comment s’opère la fixation des prix et des tarifs des prestations ou des matériaux ? Voit-on des prix d’appel ou des prix « d’amis » : casse-t-on les prix pour remporter un chantier ? Le gestionnaire fait-il jouer une concurrence ou un réseau ?
  • Quelle est la place des métiers dans ce contexte ? En régulant main d’œuvre, savoir-faire et prix, jouent-ils un rôle de contrôle et de gestion du secteur ? Par stimulation ou par étouffement ? Négocient-ils, imposent-ils ? Bref, ont-ils une place supra-entrepreunariale, peut-on parler de syndicat professionnel ? Et enfin, leur accès aux sphères politiques peut-il être lu comme un lobby ?
  • Quels sont les risques techniques pris dans ce secteur ? Quelles audaces, quels paris ont été faits par les bâtisseurs ou par les gestionnaires / commanditaires ? Ces tentatives techniques ont-elles réussi ou échoué et surtout, ont-elles induit des innovations techniques (matériaux, outillage, savoir-faire) ? Cette innovation s’étend-elle à l’administration du chantier ? Le comptable innove-t-il également pour suivre au mieux les flux financiers engendrés par l’œuvre ? Dans ce cadre innovant, se protège-t-on de la faillite ou de l’échec ? Existe-t-il un système d’assurance ?
  • Quels sont les savoirs et les savoir-faire desentrepreneurs (mathématiques, techniques, juridiques, évaluation et expertise, gestion des hommes et du matériel, communication etc.). Comment les transmettent-ils ?
  • Leur statut leur vaut-il une place particulière dans la stratification professionnelle, et plus avant, dans la stratification sociale ? Leur ouvre-t-il les portes de carrières politiques, de fonctions honorifiques ?Quels sont leurs réseaux sociaux et politiques ?
  • Dans quels lieux exercent les entrepreneurs ?  Où se déplacent-ils ?

Conditions de soumission

Les propositions d’articles doivent parvenir  sous forme d’un abstract avant le 15 avril 2018.

La remise des articles est prévue pour le 3 septembre.

Les textes peuvent être écrits en français, anglais, espagnol ou italien.

Coordinatrices scientifiques

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution:Châteaux et justice (Xe-XXIe siècle):28-30/09, Périgueux [30/01]

XXVIe Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord

D’emblée, le pouvoir de justice du seigneur peut donner lieu à une approche simpliste voire caricaturale ; le château incarnant physiquement ce pouvoir et symbolisant, à souhait, le « méchant seigneur ». Qu’en est-il véritablement du Moyen Âge au XIXe siècle ? Ce thème a fait l’objet de nombreuses recherches depuis plus d’un siècle, surtout de la part des juristes. Des historiens ont abordé cette question dans des études plus vastes sur les paysans et/ou les seigneurs dans une province particulière. À partir des années 1990, l’étude de la justice seigneuriale a fait l’objet de travaux spécifiques, individuels ou collectifs qui ont permis de réexaminer une institution longtemps décriée.  Au début des années 2000, Benoît Garnot et Antoine Follain ont contribué à une réhabilitation raisonnée et argumentée permettant de mieux comprendre ce que la justice seigneuriale représente, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, pour le seigneur et le monde rural et urbain. Les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord proposent, lors de leur colloque 2018, de faire le point, voire d’ouvrir de nouveaux axes de recherche en insistant sur la dimension européenne et/ou comparative : des études sur l’Angleterre, les Espagnes, les Allemagnes seront les bienvenues.

Axes thématiques

Les pistes qui suivent constituent des propositions non exclusives de questionnement :

1 : Les origines de la justice seigneuriale : une concession du souverain ou une usurpation des seigneurs ? Quelle est la situation durant le Moyen Âge où se développe une « théorie du pouvoir » qui donne au roi la tâche de conserver la paix et la justice. Les juridictions royales les plus modestes (prévôtés, vigueries) étant trop peu nombreuses, le maillage plus serré des justices seigneuriales donne la possibilité d’établir ce dispositif de maintien de la paix. Quelles réalités se cachent derrière ce constat ?

2 : Pour mieux discerner les pouvoirs de justice du seigneur, il convient de croiser l’étude de la coutume et celle de la pratique des juges dans un lieu donné, dans un moment donné et/ou sur le long terme.

3 : Dans tous les cas le droit de justice est un droit important pour les seigneurs, un élément de prestige et de contrôle sur ses vassaux et tenanciers. Le mot seigneurie est souvent assimilé à celui de justice mais quel est son rôle dans la société du Moyen Âge et des Temps modernes ? En effet, la seigneurie est à la fois une forme de propriété privée et un service public qui encadre la vie villageoise comme la paroisse et la communauté d’habitants.

4 : On connaît la distinction classique entre les trois justices : basse, moyenne et haute. Pour Marcel Marion, elle n’avait plus grand sens aux XVIIe et XVIIIe siècles. Qu’en est-il en réalité ? Il serait intéressant d’observer comment s’articulent ces trois niveaux pour les seigneurs et pour les habitants. L’essor des duchés-pairies aux Temps modernes est-il, par exemple, une simplification, une rationalisation ? Qu’en est-il des seigneurs protestants, en particulier hauts justiciers, dans le contenu et l’application des différents édits de pacification de la seconde moitié du XVIe siècle ?

5 : Le seigneur ne jugeait plus mais commettait des juges qui n’étaient pas des officiers (art. 101 de l’ordonnance de Blois de 1579) et qui devaient avoir les capacités et être agréés par la juridiction royale dont dépendait la seigneurie. L’ensemble de ce personnel a subi aux Temps modernes de sévères critiques dont celle de Charles Loyseau : « La Justice des villages est très mauvaise parce qu’elle est rendue par des gens de peu, sans honneur, sans conscience ».

6 : L’étude des lieux où s’exerce la justice seigneuriale présente aussi un intérêt. Y-a-t-il toujours un « tribunal » dans le château ou le village ou faut-il tenir les séances au cabaret ce qui semble faire perdre de la dignité à la justice et au seigneur ? Quelle était l’attitude des villageois à ce sujet ? Un questionnement du même type concerne la prison. Le seigneur est censé posséder un lieu d’incarcération mais est-ce toujours le cas ? Faut-il « tordre le cou » aux cages de fer et autres oubliettes, mythes ou réalités ?

7 : Quel impact a pu avoir la justice du château sur les justiciables ? Est-elle un recours utilisé volontiers ou suscite-t-elle méfiance, colère et révolte parfois ?

8: La justice du roi fut une autre source de tensions et d’oppositions à la justice seigneuriale. Pour les juristes, la seconde est une délégation de la première. L’essor du pouvoir royal depuis le Moyen Âge jusqu’au XVIIe siècle ne pouvait se manifester sans susciter des formes de concurrence voire d’affrontement entre les deux. Au dernier tiers du XVIIe siècle des « lois » contraignirent davantage les tribunaux des seigneurs. Mais les ordonnances de 1667 et 1670 n’ont sans doute pas réussi à supprimer la diversité du droit. La justice seigneuriale a pu faire durer localement des usages particuliers en matière civile plus qu’en matière criminelle où la justice du roi s’est davantage imposée. Les années 1770-1789 furent très préjudiciables aux justices seigneuriales à la suite de l’édit de mars 1772 et de l’ordonnance de mai 1788.

9: Le 4 août 1789, le système seigneurial était aboli et il n’y avait plus de justice seigneuriale. Mais il fallait au plus vite combler ce vide ; ce fut fait avec la mise en place des justices de paix dans chaque canton. Un tel schéma mériterait d’être revisité à partir de cas concrets et suffisamment documentés. Cela oblige à revenir aussi quelques mois en arrière lors de la préparation des États Généraux. Les cahiers de doléances donnent souvent une image partielle et partiale des justices seigneuriales. Les paysans semblaient moins mécontents qu’on ne l’imagine. Proches, assez rapides et peu coûteuses, elles donnaient plutôt satisfaction. L’image de la future justice de paix se profilait dans les esprits et allait se concrétiser assez rapidement (16-24 août 1789). Souvent les nouveaux « juges de paix » furent recrutés parmi les anciens juges seigneuriaux.

10: Pour le XIXe siècle différentes pistes peuvent être envisagées : le bilan des dépossessions de la justice seigneuriale sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, la confrontation des châtelains avec les représentants de la justice « républicaine », le destin des juges seigneuriaux devenus juges de paix. Cette magistrature était-elle devenue une affaire de famille, comme sous l’Ancien régime ? De quelles manières les châteaux participèrent-ils aux transformations architecturales des anciens lieux dévolus à la justice seigneuriale ? Peut-on revenir sur le cas emblématique de la Bastille, prison royale pendant plus de trois siècles ?

11: Enfin, pour la période la plus contemporaine, on étudiera avec profit le thème des interprétations romanesques, artistiques, théâtrales ou cinématographiques de l’emprise de cette justice seigneuriale puis des jalons de sa disparition, sans ignorer les derniers sursauts d’une volonté restauratrice d’institutions seigneuriales relayés par les médias.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions de communications (environ 1500 signes), accompagnées d’une brève biobibliographie de l’auteur.e doivent être adressées

au plus tard le 30 janvier 2018,

  • par voie électronique, en format Word à Dominique Picco, secrétaire des Rencontres. : dominique.picco@u-bordeaux-montaigne.fr, et Juliette Glikman, secrétaire adjointe, juliette.glikman@orange.fr
  • Ou par voie postale à Dominique Picco, Université Bordeaux-Montaigne, UFR humanités, Département histoire, Campus universitaire, 33607 Pessac cedex

Comité scientifique

Le Comité scientifique des Rencontres est composé de :

  • Anne Marie Cocula, professeur d’histoire moderne université Bordeaux-Montaigne
  • Alain Blanchars, MCF histoire moderne, université de Limoges
  • Roger Baury, MCF histoire moderne université de Lille
  • Frédéric Boutoulle,  professeur d’histoire médiévale université Bordeaux-Montaigne
  • Claude-Isabelle Brelot,  professeur d’histoire contemporaine  université Lyon2
  • Patrick Clarke de Dromentin, docteur en histoire moderne
  • Joelle Chevé, historienne et journaliste
  • Michel Combet, MCF histoire moderne ESPE Aquitaine
  • Jean-Marie Constant, professeur d’histoire moderne université Le Mans
  • Annie Dom, ingénieur de recherche université Bordeaux-Montaigne
  • Juliette Glickman, docteur en histoire
  • Robert Herin, professeur de géographie Université de Caen
  • Philippe Loupès,professeur d’histoire moderne université Bordeaux-Montaigne
  • Christine Mazzoli-Guintard, MCF HDR histoire médiévale université de Nantes
  • Dominique Picco, MCF histoire moderne université Bordeaux-Montaigne
  • Josette Pontet, professeur d’histoire moderne université Bordeaux-Montaigne

 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Poste:MCF Histoire des mondes musulmans médiévaux (XIe-XVIe), Paris 7 Diderot [Délai : 07/03/2018]

Profil : Histoire des mondes musulmans médiévaux (XIe-XVIe siècles)

Mots Clefs : Histoire médiévale ; Histoire des mondes musulmans ; Histoire connectée ; Circulations ; Sociétés musulmanes

Présentation de l’université : Ouverte sur la ville et sur le monde, Paris Diderot est une université de recherche pluridisciplinaire. Carrefour des savoirs, en prise avec les grands débats qui animent la société contemporaine, elle est un creuset qui stimule les échanges et les innovations. Pluridisciplinaire depuis sa création en 1970, elle s’est toujours attachée à faire dialoguer les savoirs et développe de plus en plus de formations et de projets de recherche interdisciplinaires. Elle possède l’une des plus importantes bibliothèques universitaires de Paris (la bibliothèque des Grands Moulins) et plusieurs bibliothèques thématiques spécialisées. Formation initiale ou tout au long de la vie, formations courtes ou longues, technologiques ou théoriques, chacun.e y trouvera les atouts pour réussir et s’épanouir. Elle accueille chaque année un peu plus de 29 000 étudiant.e.s répartis en trois grands domaines : santé / sciences / arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales. Avec 87 laboratoires, elle est l’une des plus importantes universités de recherche françaises et entretient des collaborations avec de nombreuses universités étrangères à travers le monde.

Objectifs pédagogiques et besoin d’encadrement : Ce poste participe à l’indispensable maintien du potentiel d’encadrement pédagogique en histoire médiévale au sein de l’Université Paris Diderot. Le.la MCF y officiera au sein du département d’histoire de l’UFR GHES (Géographie, Histoire, Economie, Sociétés). Il.elle y assumera des enseignements portant sur l’histoire médiévale des mondes musulmans, à tous les niveaux de la licence ainsi qu au sein du master recherche Histoire et civilisations comparées et du master MEEF de l ESPE de Paris. Il.elle pourra en outre, en fonction des besoins, intervenir dans les cours transversaux et méthodologiques prévus au sein des formations de licence et de master en histoire. Une attention particulière sera portée par conséquent à l’expérience de la personne recrutée dans le domaine de l’enseignement. Le.la MCF s’intégrera pleinement à la vie du département d’histoire en s’investissant dans des responsabilités collectives.

Activité de recherche : Les recherches et projets du.de la candidat.e doivent permettre son insertion au sein du laboratoire ICT (Identités, cultures, territoires, EA 337) de l’Université Paris Diderot, laboratoire interdisciplinaire Histoire et civilisations noté A+ par l’AERES. S’ils ont plutôt vocation à s’intégrer à l’axe « Savoirs, représentations, circulations » du laboratoire, leur contribution à l’un des deux autres axes (« Territoires, mobilités et pouvoirs » ou « Genre et diversités ») sera la bienvenue. Le.la candidat.e viendra renforcer l’équipe des médiévistes du laboratoire ICT, en développant des travaux s’attachant aux mondes musulmans médiévaux (XIe-XVIe siècles) dans une perspective d histoire connectée, sensible aux interactions entretenues entre ces espaces et les régions limitrophes du Dar al-Islam en Europe, Afrique et Asie. Il s’agira notamment de s intéresser aux circulations des hommes, des idées et des produits dans des contextes de paix ou de guerre, et aux conséquences de ces interactions politiques, économiques et/ou culturelles dans les sociétés concernées. Une attention particulière sera portée à la maîtrise, par le.la candidat.e, des sources directes de l’histoire des mondes musulmans, tant écrites qu archéologiques. La connaissance des langues pratiquées dans les mondes musulmans médiévaux, telles que l’arabe, le persan ou le turc, sera, par conséquent, valorisée, tout comme l’expérience dans le montage et l’encadrement de fouilles archéologiques. La personne recrutée devra enfin être en capacité de contribuer, dans ses domaines de compétence, à l’attractivité internationale du laboratoire ICT, et de développer des collaborations scientifiques tant au sein de l’Université Paris Diderot(laboratoires CESSMA et Anhima) qu’au sein de l’Université Sorbonne Paris Cité (USPC).

Contacts :

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Poste:MCF Histoire du Moyen-Age occidental (XIe-XVe), Paris 7 Diderot [délai : 07/03/2018]

Profil : Histoire du Moyen-Age occidental (XIe-XVe siècles). Cultures : pratiques et acteurs.

Mots clefs : Histoire de l’Occident médiéval ; Histoire des pratiques culturelles ; Pratiques de l’écrit ; Circulation des savoirs ; Histoire sociale

 

Présentation de l’université : Ouverte sur la ville et sur le monde, Paris Diderot est une université de recherche pluridisciplinaire. Carrefour des savoirs, en prise avec les grands débats qui animent la société contemporaine, elle est un creuset qui stimule les échanges et les innovations. Pluridisciplinaire depuis sa création en 1970, elle s’est toujours attachée à faire dialoguer les savoirs et développe de plus en plus de formations et de projets de recherche interdisciplinaires. Elle possède l’une des plus importantes bibliothèques universitaires de Paris (la bibliothèque des Grands Moulins) et plusieurs bibliothèques thématiques spécialisées. Formation initiale ou tout au long de la vie, formations courtes ou longues, technologiques ou théoriques, chacun.e y trouvera les atouts pour réussir et s’épanouir. Elle accueille chaque année un peu plus de 29 000 étudiant.e.s répartis en trois grands domaines : santé / sciences / arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales. Avec 87 laboratoires, elle est l’une des plus importantes universités de recherche françaises et entretient des collaborations avec de nombreuses universités étrangères à travers le monde.

Objectifs pédagogiques : Ce poste participe à l’indispensable maintien du potentiel d’encadrement pédagogique en histoire médiévale au sein de l’Université Paris Diderot. Le.la MCF y officiera au sein du département d’Histoire de l’UFR GHES (Géographie, Histoire, Economie, Sociétés). Il.elle y assumera des enseignements portant sur l’histoire médiévale, à tous les niveaux de la licence ainsi qu au sein du master recherche Histoire et civilisations comparées et du master MEEF de l’ESPE de Paris. Il.elle disposera des compétences requises pour prendre en charge, le cas échéant, les enseignements de paléographie médiévale et d’historiographie. Il.elle pourra en outre, en fonction des besoins, intervenir dans les cours transversaux et méthodologiques prévus au sein des formations de licence et de master en histoire. Une attention particulière sera portée par conséquent à l’expérience du.de la candidat.e dans le domaine de l’enseignement. Le.la MCF s’intégrera pleinement à la vie du département d’Histoire en s’investissant dans des responsabilités collectives. Licence mention Histoire (L1, L2, L3) : Histoire médiévale, enseignements transversaux. Master recherche Histoire et Civilisations Comparées (M1, M2) : spécialité « Identités altérités, Histoire de l’Europe » ; spécialité « Ville, Architecture, Patrimoine ». Master MEEF de l’ESPE de Paris.

Activités de recherche :  Les recherches et projets du.de la candidat.e doivent permettre son insertion au sein du laboratoire ICT (Identités, cultures, territoires, EA 337) de l’Université Paris Diderot, laboratoire interdisciplinaire Histoire et civilisations noté A+ par l’AERES. S’ils ont plutôt vocation à s’intégrer à l’axe « Savoirs, représentations, circulations » du laboratoire, leur contribution à l’un des deux autres axes (« Territoires, mobilités et pouvoirs» ou « Genre et diversités ») sera la bienvenue. Le.la candidat.e viendra renforcer l’équipe des médiévistes du laboratoire ICT, en développant des travaux s’attachant préférentiellement aux cultures de l’Occident médiéval (XIe-XVe siècle), au travers notamment de l’étude des savoirs pratiques et intellectuels saisis dans leur production, leur mise en application et leur circulation, ainsi que de leurs acteurs à tous les niveaux du corps social. Le domaine de recherche du candidat/de la candidate pourra indifféremment couvrir les champs des cultures scientifiques, techniques, économiques, politiques ou autres. Une attention particulière pourra être également portée aux écrits pragmatiques en tant qu instruments et témoins de ces pratiques culturelles (enquêtes, comptabilités seigneuriales ou marchandes, écrits des gouvernements municipaux, princiers ou royaux, etc.). La personne recrutée devra enfin être en capacité de contribuer, dans ses domaines de compétence, à l’attractivité internationale du laboratoire ICT, et de développer des collaborations scientifiques tant au sein de l’Université Paris Diderot (laboratoires CESSMA et Anhima) qu’au sein de l’Université Sorbonne Paris Cité (USPC).

Contacts :

 

 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financement post-doctoral:Jewish Cultures Across Mediterranean Europe[07/01/2018]

The project “Jewish Cultures Across Mediterranean Europe” (CSIC‐UCM), invites applications for one year research grant in the field of Jewish studies at the Spanish National Research Council (CSIC) or the University Complutense of Madrid (UCM), with a monthly stipend of 1,220 € and an additional travel allowance.

Aim
The grant is addressed to post‐doctoral candidates who have received their degree after January 1, 2012, and wish to continue research in any of the mentioned academic institutions.

The centers eligible for application are the Institute of Languages and Cultures of the Mediterranean and the Near East (ILC) and other institutes of the Center for Human and Social Sciences (CCHS) of the CSIC, as well as the Hebrew and Aramaic Studies Department of the University Complutense in Madrid.

Profile And Requirements For Candidates
The grant is addressed to post‐doctoral researchers from Spain (except for those previously enrolled in any of the academic institutions of the Autonomous Region of Madrid), Portugal and other European countries, especially those of the Mediterranean basin, excluding candidates who already hold tenured positions.

Eligible candidates must have a Ph D degree in Jewish studies, Hebrew philology, or equivalent studies by country of origin, and other research disciplines with interest in Jewish studies.

The 12‐month grant period will take place between February 1, 2018 and May 31, 201, being required residence in Madrid during the year awarded, exceptionally permitting absence during short periods duly justified.

The recipient of the grant will participate in the activities organized by the project “Jewish Cultures across Mediterranean Europe” (CSIC‐UCM), and will be responsible for his/her own travel arrangements and health insurance.

Submission Of Applications
Candidates must submit their application, by filling out the form and uploading the required documents, at http://cchs.csic.es/en/callpostdocjmed

Only submissions received by January 7, 2018, will be given full consideration.

Required Documents
• Form (to be filled out)
• Current CV, English or Spanish
• Copy of doctoral degree title
• Plan of the proposed research activity
• Once recent publication
• One referee letter

Bursaries Award
The CSIC‐UCM selection committee will take into account the academic excellence and the interest of the proposals, and will decide about the submitted applications, informing all candidates about the final decision.

For pre‐application inquiries, please contact: jmed@csic.es // 91 602 27 63 / 91 602 24 13

Source: Maribel Fierro via https://lists.uoregon.edu/mailman/listinfo/andalusi_studies

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication:Sacred Science : learning from the Tree [délai : 12/12/1017]

We are pleased to announce that Trames Arborescentes is preparing a symposium for the European Society for the History of Science’s conference (http://www.eshs.org/?lang=en) that will take place in London on September 2018.
«Unity and Disunity» has been chosen as the main theme for the aforementioned meeting. Within this framework, Trames Arborescentes has decided to participate by proposing a commented panel that will gather four speakers around the subject «Sacred Science: Learning from the Tree».
Proposals containing personal information (including academic affiliation), an abstract, and a short bio are welcome for this panel. The document may be submitted to our email address tramesarborescentes@gmail.com before December 12.

This panel traces the arboreal motif through time, using it as a means to reflect on unity and disunity of interaction between science, art and the sacred. Indeed, the figure of the tree has been used as a visualization tool to structure knowledge since Antiquity. However, it turns out that the tree of the Arts and Sciences is a deciduous tree. Its holy leaves, metaphorical expressions of unseen secrets, have been shed as science gradually broke away from the sacred. The apparent unity of its branches, the Arts and the Sciences, became exposed and fractured. What was the role of the arboreal structure in this process?

Three points will stand in our proposal. Firstly, we will question how the treediagram was used to articulate the conjunction of the Arts, the Sciences and the Sacred. During the Middle Ages, tree diagrams were commonly used in the arts degree as tools to study arithmetic, geometry, astronomy, music theory, grammar, logic and rhetoric. These frameworks of learning in the universities were infused with the sacred, they sprang from the sacred. Gradually though, the Arts and Sciences began to be distinguished, subjects changed categories. But even as Darwin was developing his theory of life, the sacred continued to play a role in scientific discovery and communication. How was this distinction nuanced in every period?

The second point will focus on the loss of the sacred and the sacralization of knowledge. In effect, step by step, the distinction between the arts and sciences gradually became a divide and the concept of sacred changed in this learning context. The sacred was given less space in the hierarchies of knowledge, it no longer penetrated every aspect of learning. At some point knowledge itself became sacred. When and how did this happen? What rapport did the sacred have in this dramatic change in our perception of knowledge? Was this new knowledge disruptive? Did it bring about unity or disunity? Is the current dissociation between the Arts and Sciences a consequence of divorcing knowledge from the sacred?

Thirdly, we will examine arboreal motifs in our contemporary era, when encyclopedic knowledge and three-dimensional mind maps, once again seek to chart the infinite, the unknown, what is not seen by the naked eye. Are these new worlds in new dimensions still shown shaped in a tree-form? If so, what knowledge does the tree convey? Why is the arboreal structure effective? How is the sacred expressed (if at all) in this structure?

The dialectic relationship between unity and disunity seems perfectly tailored to the branching of the tree-diagram, which also allows expression of a hierarchical combination ad infinitum. The centrality and unity – concepts in which the trunk of these diagrams was firmly rooted, has been shifted for new multifocal tree-figures, which grant us plenty of new possibilities that adapt well to current models of information visualization. This panel uses arboreal constructs as a means to look into the sacred/knowledge relationship in order to question the forthcoming cognitive patterns of unity and disunity that will shape our near future.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidature:Prix de thèse 2018 sur le Moyen Orient et les mondes musulmans [date limite : 12/01/1018]

L’Institut d’étude de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM-UMS2000) et le GIS Moyen-Orient Mondes musulmans du CNRS organisent en 2018 la sixième édition du Prix de thèse sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans.

Sont éligibles des travaux soutenus en français ou en France entre le 1er septembre 2015 et le 31 décembre 2017, dans toutes les disciplines des lettres et sciences humaines et sociales.

Plusieurs prix seront attribués et remis solennellement le mercredi 27 juin 2018 :

  • Les prix du GIS et de l’IISMM.
  • Le prix Mohammed Arkoun en islamologie, avec le soutien du Bureau Central des Cultes (BCC-Direction des Libertés Publiques et des Affaires Juridiques), ministère de l’Intérieur, et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
  • Le prix de la Thèse francophone décerné par le Bureau Moyen-Orient, de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF).

Conditions générales de candidature :

  • Avoir soutenu entre le 1er septembre 2015 et le 31 décembre 2017 une thèse en français ou en France sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en lettres et sciences humaines et sociales.
  • Avoir obtenu les félicitations du jury (dans les universités où cela se pratique).
  • Avoir envoyé un dossier complet à l’IISMM selon les modalités ci-dessous, au plus tard le vendredi 12 janvier 2018.

Conditions particulières pour le prix de l’AUF :

Le candidat, citoyen d’un des treize pays couverts par le Bureau Moyen-Orient de l’AUF, doit avoir soutenu sa thèse en français, soit dans son pays, soit en France même, dans les délais et sur les sujets indiqués ci-dessus.

Composition du dossier :

  • Un exemplaire électronique de la thèse au format PDF.
  • Deux exemplaires du rapport du jury sur papier. Pour les universités étrangères où il n’existe pas de rapport, prière de joindre deux lettres de recommandation : la première du directeur de thèse, la seconde d’un autre universitaire.
  • Un CV et une liste des publications sur papier.

NB : Si le rapport n’est pas disponible le 12 janvier 2018, il est possible de le faire parvenir ensuite.

Dossier à envoyer :

par e-mail (thèse en PDF) : prix.momm[at]ehess.fr ; elise.massicard[at]sciencespo.fr

par courrier (rapport de soutenance, CV) : Madame Élise Massicard, IISMM, 96 boulevard Raspail, 75006 Paris.

 

Le règlement du Prix sera bientôt disponible.

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contributions:Corps hybrides aux frontières de l’humain au Moyen Âge:19-20/04/2018,Louvain[délai:31/12/2017]

Colloque international, Université Catholique de Louvain, 19-20 avril 2018

Dans la pensée médiévale, le corps humain fonctionne comme un miroir de l’univers et un modèle pour comprendre la nature, pour interpréter la Bible, pour renforcer les structures sociales et politiques. La déformation et la métamorphose du corps mettent en question cette fonction, surtout quand le corps franchit les frontières entre les différentes espèces et se contamine avec le non-humain, qu’il soit animal, végétal ou objet inanimé.

A l’époque médiévale, la littérature, l’art et la science enjambaient la distance qui sépare l’humain et le non-humain au moyen de créatures hybrides, dont l’identité était marquée par l’ambivalence. Les monstres anthropomorphes, les peuples exotiques censés avoir des traits animaux ou végétaux, les figures humaines intégrant des armes ou d’autres objets dans leurs corps, les animaux ou les plantes portant des ressemblances inquiétantes avec les humains : autant de créations qui dessinaient une constellation de possibilités dans un continuum des êtres.

Si la recherche sur la tératologie s’est parfois occupée de ces combinaisons d’humain et non-humain, les investigations se sont surtout concentrées sur les monstres en tant que représentation de l’altérité. Le temps est venu pour changer de perspective et pour considérer ces corps hybrides comme les produits d’une réflexion sur la possibilité (ou l’impossibilité) de penser l’être humain comme un être fluide et ouvert au non-humain.

Les communications, de la durée d’environ 20 minutes, porteront sur des cas d’interférence du corps humain avec l’animal, le végétal et l’inanimé, et viseront à répondre à des questions telles que : Quelle est la fonction du corps hybride dans la relation à l’humain ? Qu’est-ce qu’il enseigne au lecteur ? Comment l’hybride s’inscrit-t-il dans la représentation de l’identité sociale, politique ou ethnique ?

Modalité de soumission

Nous invitons chaleureusement celles et ceux qui seraient intéressés à nous envoyer une proposition. Cet appel est ouvert aux chercheurs et chercheuses à tous les niveaux de leur carrière, dans les domaines de la littérature, de l’art, de l’histoire culturelle et de l’histoire des sciences du Moyen Âge. Les propositions consisteront en un titre et un résumé de communication d’environ 250 mots, et devront être envoyées à l’adresse antonella.sciancalepore@uclouvain.be avant le 31 décembre 2017.

Comité organisateur

Baudouin Van den Abeele (Université Catholique de Louvain)
Antonella Sciancalepore (Université Catholique de Louvain)
Mattia Cavagna (Université Catholique de Louvain)
Craig Baker (Université Libre de Bruxelles)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude:”Les seigneurs de Beaujeu (Xe – XIIe s):23/11/2017, Lyon

RESUME

Journée d’étude organisée par Bruno Galland et Xavier Hélary

Active depuis la seconde moitié du Xe siècle, la famille de Beaujeu se caractérise par un fort enracinement local qui va de pair, à partir du début du XIIIe siècle, avec un rapprochement spectaculaire avec les Capétiens. Dotée de plusieurs figures de premier plan, dont deux connétables de France et un des derniers maîtres de l’ordre du Temple, la famille de Beaujeu mérite d’être étudiée de près.

PROGRAMME

  • 9h — Introduction. Bruno Galland et Xavier Hélary
  • 9h15 — Alain Demurger (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, LAMOP), « Guillaume de Beaujeu, maître du Temple »
  • 10h00 — Jacques Berlioz (CNRS – EHESS), « Les Beaujeu et le dominicain Étienne de Bourbon »
  • 10h45 — Pause
  • 11h — Johan Picot (Université Jean-Moulin Lyon 3 – CIHAM), «Montferrand et les seigneurs de Beaujeu (1226-1292) »
  • 11h45 — Yann Potin (Archives nationales), « J. L. A. Huillard-Bréholles et le fonds des Beaujeu dans les Titres de Bourbon »
  • 12h30 — Déjeuner
  • 14h — Olivier Bruand (Université de Clermont-Auvergne), « Les Beaujeu aux XIe et XIe siècles »
  • 14h45 — Bruno Galland (Archives départementales et métropolitaines), « Le fonds de la collégiale Notre-Dame de Beaujeu (Arch. dép. Rhône, 18 G) »
  • 15h15 — Xavier Hélary (Université Jean-Moulin Lyon 3 – CIHAM), « Les Beaujeu et les Capétiens au XIIIe siècle »
  • Conclusion — Nicolas Carrier (Université Jean-Moulin Lyon 3 – CIHAM)

Entrée gratuite, sans inscription, dans la limite des places disponibles

Auditorium des Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon.

Contact : xavier.helary@univ-lyon3.fr

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts