Tous les articles par Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

Appel à communication:Sacred Science : learning from the Tree [délai : 12/12/1017]

We are pleased to announce that Trames Arborescentes is preparing a symposium for the European Society for the History of Science’s conference (http://www.eshs.org/?lang=en) that will take place in London on September 2018.
«Unity and Disunity» has been chosen as the main theme for the aforementioned meeting. Within this framework, Trames Arborescentes has decided to participate by proposing a commented panel that will gather four speakers around the subject «Sacred Science: Learning from the Tree».
Proposals containing personal information (including academic affiliation), an abstract, and a short bio are welcome for this panel. The document may be submitted to our email address tramesarborescentes@gmail.com before December 12.

This panel traces the arboreal motif through time, using it as a means to reflect on unity and disunity of interaction between science, art and the sacred. Indeed, the figure of the tree has been used as a visualization tool to structure knowledge since Antiquity. However, it turns out that the tree of the Arts and Sciences is a deciduous tree. Its holy leaves, metaphorical expressions of unseen secrets, have been shed as science gradually broke away from the sacred. The apparent unity of its branches, the Arts and the Sciences, became exposed and fractured. What was the role of the arboreal structure in this process?

Three points will stand in our proposal. Firstly, we will question how the treediagram was used to articulate the conjunction of the Arts, the Sciences and the Sacred. During the Middle Ages, tree diagrams were commonly used in the arts degree as tools to study arithmetic, geometry, astronomy, music theory, grammar, logic and rhetoric. These frameworks of learning in the universities were infused with the sacred, they sprang from the sacred. Gradually though, the Arts and Sciences began to be distinguished, subjects changed categories. But even as Darwin was developing his theory of life, the sacred continued to play a role in scientific discovery and communication. How was this distinction nuanced in every period?

The second point will focus on the loss of the sacred and the sacralization of knowledge. In effect, step by step, the distinction between the arts and sciences gradually became a divide and the concept of sacred changed in this learning context. The sacred was given less space in the hierarchies of knowledge, it no longer penetrated every aspect of learning. At some point knowledge itself became sacred. When and how did this happen? What rapport did the sacred have in this dramatic change in our perception of knowledge? Was this new knowledge disruptive? Did it bring about unity or disunity? Is the current dissociation between the Arts and Sciences a consequence of divorcing knowledge from the sacred?

Thirdly, we will examine arboreal motifs in our contemporary era, when encyclopedic knowledge and three-dimensional mind maps, once again seek to chart the infinite, the unknown, what is not seen by the naked eye. Are these new worlds in new dimensions still shown shaped in a tree-form? If so, what knowledge does the tree convey? Why is the arboreal structure effective? How is the sacred expressed (if at all) in this structure?

The dialectic relationship between unity and disunity seems perfectly tailored to the branching of the tree-diagram, which also allows expression of a hierarchical combination ad infinitum. The centrality and unity – concepts in which the trunk of these diagrams was firmly rooted, has been shifted for new multifocal tree-figures, which grant us plenty of new possibilities that adapt well to current models of information visualization. This panel uses arboreal constructs as a means to look into the sacred/knowledge relationship in order to question the forthcoming cognitive patterns of unity and disunity that will shape our near future.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidature:Prix de thèse 2018 sur le Moyen Orient et les mondes musulmans [date limite : 12/01/1018]

L’Institut d’étude de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM-UMS2000) et le GIS Moyen-Orient Mondes musulmans du CNRS organisent en 2018 la sixième édition du Prix de thèse sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans.

Sont éligibles des travaux soutenus en français ou en France entre le 1er septembre 2015 et le 31 décembre 2017, dans toutes les disciplines des lettres et sciences humaines et sociales.

Plusieurs prix seront attribués et remis solennellement le mercredi 27 juin 2018 :

  • Les prix du GIS et de l’IISMM.
  • Le prix Mohammed Arkoun en islamologie, avec le soutien du Bureau Central des Cultes (BCC-Direction des Libertés Publiques et des Affaires Juridiques), ministère de l’Intérieur, et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
  • Le prix de la Thèse francophone décerné par le Bureau Moyen-Orient, de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF).

Conditions générales de candidature :

  • Avoir soutenu entre le 1er septembre 2015 et le 31 décembre 2017 une thèse en français ou en France sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en lettres et sciences humaines et sociales.
  • Avoir obtenu les félicitations du jury (dans les universités où cela se pratique).
  • Avoir envoyé un dossier complet à l’IISMM selon les modalités ci-dessous, au plus tard le vendredi 12 janvier 2018.

Conditions particulières pour le prix de l’AUF :

Le candidat, citoyen d’un des treize pays couverts par le Bureau Moyen-Orient de l’AUF, doit avoir soutenu sa thèse en français, soit dans son pays, soit en France même, dans les délais et sur les sujets indiqués ci-dessus.

Composition du dossier :

  • Un exemplaire électronique de la thèse au format PDF.
  • Deux exemplaires du rapport du jury sur papier. Pour les universités étrangères où il n’existe pas de rapport, prière de joindre deux lettres de recommandation : la première du directeur de thèse, la seconde d’un autre universitaire.
  • Un CV et une liste des publications sur papier.

NB : Si le rapport n’est pas disponible le 12 janvier 2018, il est possible de le faire parvenir ensuite.

Dossier à envoyer :

par e-mail (thèse en PDF) : prix.momm[at]ehess.fr ; elise.massicard[at]sciencespo.fr

par courrier (rapport de soutenance, CV) : Madame Élise Massicard, IISMM, 96 boulevard Raspail, 75006 Paris.

 

Le règlement du Prix sera bientôt disponible.

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contributions:Corps hybrides aux frontières de l’humain au Moyen Âge:19-20/04/2018,Louvain[délai:31/12/2017]

Colloque international, Université Catholique de Louvain, 19-20 avril 2018

Dans la pensée médiévale, le corps humain fonctionne comme un miroir de l’univers et un modèle pour comprendre la nature, pour interpréter la Bible, pour renforcer les structures sociales et politiques. La déformation et la métamorphose du corps mettent en question cette fonction, surtout quand le corps franchit les frontières entre les différentes espèces et se contamine avec le non-humain, qu’il soit animal, végétal ou objet inanimé.

A l’époque médiévale, la littérature, l’art et la science enjambaient la distance qui sépare l’humain et le non-humain au moyen de créatures hybrides, dont l’identité était marquée par l’ambivalence. Les monstres anthropomorphes, les peuples exotiques censés avoir des traits animaux ou végétaux, les figures humaines intégrant des armes ou d’autres objets dans leurs corps, les animaux ou les plantes portant des ressemblances inquiétantes avec les humains : autant de créations qui dessinaient une constellation de possibilités dans un continuum des êtres.

Si la recherche sur la tératologie s’est parfois occupée de ces combinaisons d’humain et non-humain, les investigations se sont surtout concentrées sur les monstres en tant que représentation de l’altérité. Le temps est venu pour changer de perspective et pour considérer ces corps hybrides comme les produits d’une réflexion sur la possibilité (ou l’impossibilité) de penser l’être humain comme un être fluide et ouvert au non-humain.

Les communications, de la durée d’environ 20 minutes, porteront sur des cas d’interférence du corps humain avec l’animal, le végétal et l’inanimé, et viseront à répondre à des questions telles que : Quelle est la fonction du corps hybride dans la relation à l’humain ? Qu’est-ce qu’il enseigne au lecteur ? Comment l’hybride s’inscrit-t-il dans la représentation de l’identité sociale, politique ou ethnique ?

Modalité de soumission

Nous invitons chaleureusement celles et ceux qui seraient intéressés à nous envoyer une proposition. Cet appel est ouvert aux chercheurs et chercheuses à tous les niveaux de leur carrière, dans les domaines de la littérature, de l’art, de l’histoire culturelle et de l’histoire des sciences du Moyen Âge. Les propositions consisteront en un titre et un résumé de communication d’environ 250 mots, et devront être envoyées à l’adresse antonella.sciancalepore@uclouvain.be avant le 31 décembre 2017.

Comité organisateur

Baudouin Van den Abeele (Université Catholique de Louvain)
Antonella Sciancalepore (Université Catholique de Louvain)
Mattia Cavagna (Université Catholique de Louvain)
Craig Baker (Université Libre de Bruxelles)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude: »Les seigneurs de Beaujeu (Xe – XIIe s):23/11/2017, Lyon

RESUME

Journée d’étude organisée par Bruno Galland et Xavier Hélary

Active depuis la seconde moitié du Xe siècle, la famille de Beaujeu se caractérise par un fort enracinement local qui va de pair, à partir du début du XIIIe siècle, avec un rapprochement spectaculaire avec les Capétiens. Dotée de plusieurs figures de premier plan, dont deux connétables de France et un des derniers maîtres de l’ordre du Temple, la famille de Beaujeu mérite d’être étudiée de près.

PROGRAMME

  • 9h — Introduction. Bruno Galland et Xavier Hélary
  • 9h15 — Alain Demurger (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, LAMOP), « Guillaume de Beaujeu, maître du Temple »
  • 10h00 — Jacques Berlioz (CNRS – EHESS), « Les Beaujeu et le dominicain Étienne de Bourbon »
  • 10h45 — Pause
  • 11h — Johan Picot (Université Jean-Moulin Lyon 3 – CIHAM), «Montferrand et les seigneurs de Beaujeu (1226-1292) »
  • 11h45 — Yann Potin (Archives nationales), « J. L. A. Huillard-Bréholles et le fonds des Beaujeu dans les Titres de Bourbon »
  • 12h30 — Déjeuner
  • 14h — Olivier Bruand (Université de Clermont-Auvergne), « Les Beaujeu aux XIe et XIe siècles »
  • 14h45 — Bruno Galland (Archives départementales et métropolitaines), « Le fonds de la collégiale Notre-Dame de Beaujeu (Arch. dép. Rhône, 18 G) »
  • 15h15 — Xavier Hélary (Université Jean-Moulin Lyon 3 – CIHAM), « Les Beaujeu et les Capétiens au XIIIe siècle »
  • Conclusion — Nicolas Carrier (Université Jean-Moulin Lyon 3 – CIHAM)

Entrée gratuite, sans inscription, dans la limite des places disponibles

Auditorium des Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon.

Contact : xavier.helary@univ-lyon3.fr

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts