Tous les articles par Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

Appel à communications : The Surrounding Forest : Trees in the Medieval Imaginary, Londres, 22 juin 2019 (date limite : 1 mars)

In the Shanameh written by the Persian poet Ferdowsi at around the turn of the Christian millennium, the conqueror Sekandar (aka Alexander the Great) encounters a speaking tree that foretells his doom, saying: 

Few days remain;

You must prepare your final baggage train. Neither your mother, nor your family,

Nor the veiled women of your land will see Your face again.

Like the tree of the Dream of the Rood, which speaks for itself, or the dream tree of Nebuchadnezzar in the Book of Daniel, which portends the Babylonian king’s own fall, the speaking tree faced by Sekandar is a being that possesses knowledge and understanding of the world that far exceeds his own. There is something magnificent about trees, a majesty to their towering figures that singles them out as more than just a part of our natural surroundings. Rooted in the soil, they emerge from below and aim high: forever branching never-ending fractals. Exhaling, we relax and sink into their repeating patterns. Why do we recognize them as objects of beauty? How is this loveliness captured in medieval imagery? Is the method different across cultures? Why? Are arboreal images particularly well-suited to certain types of knowledge communication? What might they be? We are interested in how humans use these images drawn from nature to communicate effectively.

This one-day symposium aims to explore the image of the tree as a conduit for the exploration of human engagements with environment in the global middle ages, broadly defined, and seeks to encourage cross-cultural, trans-national, and interdisciplinary understanding of the role of trees, woodland, and other vegetation in various contexts. We want to better understand human responses to nature. What is it about ‘arboreal beauty’ that connects it with the divine? Recognized across cultures as axis mundi, the tree shoots upwards, its trunk and branches stretching, reaching, growing towards the light as it seeks to bridge the in-between space that divides earth from the heavens. The liminal quality of foliage, trees, and forests is recognized by artists and weavers of images across the world. 

Papers may include, but are not limited to, consideration of trees:

  • as central and marginal images 
  • as symbol and metaphor for systems of kinship/networks/communities 
  • as a material for craft/manufacture that acknowledges/utilizes arboreal materiality 
  • and geographical/regional variation in their symbolic, religious, and cultural significance 
  • and forests as persons, and the emotional/sensory life of trees 
  • pre-/post-Industrial age 
  • as means of expressing human emotion 
  • as a means of considering Deep Time, timelessness, eternity, and temporality 
  • and their connection with ‘folk’ customs and practices  
  • as a symbol for negotiation across cultures, religions, and cultural traditions 
  • as an image of salvation, with life-giving properties, for the body and/or soul 
  • as underlying diagrammatic structures in mapping and communicating knowledge

Anyone interested in participating should send a paper title and brief abstract (max 250 words) for 20-minute papers to the organizers, Mike Bintley (michael.bintley@bbk.ac.uk) and Pippa Salonius (pippa.salonius@monash.edu), by 1st March, 2019. 

Please include your full contact details, including institutional affiliation and professional status.

Lieu

Birkbeck College, University of London A Symposium Hosted by Medieval Ecocriticisms and N/EMICS

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Conférence : Etude archéologique du prieuré de Notre-Dame de l’Aumône, Rumilly (74), 28/02

Conférence de Sidonie Bochaton, doctorante du laboratoire ARAR de Lyon.

Synthèse historique et archéologique sur le prieuré de Notre-Dame de l’Aumône. Les recherches effectuées dans le cadre de cette mission ont permis d’identifier les sources tant archivistiques, bibliographiques, iconographiques et de répondre à la question de la fondation du prieuré.


Jeudi 28 février 2019 – 18h15 – musée Notre Histoire de Rumilly

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude : “Remplois, réutilisation, recyclage”, Lyon, 11/02

Lieu : amphi Benvéniste, Université Lyon 2, 7 rue Raulin, Lyon 7

Programme :

– 11h – Introduction, Ch. Gaillard, V. Kilgallon et H. Chopin
– 11h15 – D’ouest en est. Réflexions sur les emplacements privilégiés des remplois dans l’espace ecclésial, Laura Foulquier et Elise Nectoux
– 14h – Remplois en paramentique,  Bernard Berthod, conservateur du Musée d’art religieux de Fourvière- 14h45 – Le remploi dans les manuscrits médiévaux, Dominique Barbet-Massin, Artehis
– 15h30 – Quand les impuretés du plomb commencent à parler : le cas de l’étain, Père André Cochet
– 16h15 – Conclusion

Source : https://www.arar.mom.fr/recherche-et-activites/seminaires-d-archeologie/remplois-reutilisation-recyclage

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financements : contrats doctoraux avec mobilité internationale de l’Institut des sciences humaines et sociales

L’InSHS ouvre un appel à proposition de sujet de thèse pour l’attribution de quatre contrats doctoraux de 36 mois avec mobilité internationale, qui débuteront au 1er octobre 2019. L’appel est ouvert du 1er janvier 2019 au 31 mars 2019.

Le dossier de soumission est impérativement constitué par un encadrant (ou des co-encadrants) habilité(s) à diriger des thèses dans une école doctorale en France, qui propose un sujet de thèse à l’aide du formulaire joint. L’encadrant doit être membre d’une unité de recherche en France dont le CNRS est tutelle ou cotutelle. Le sujet proposé doit faire l’objet d’une première inscription en thèse à la rentrée universitaire 2019. Aucun dossier déposé par un(e) étudiant(e) n’est recevable.

Les dossiers sont à déposer au plus tard le 31 mars 2019 minuit.

Pour les sujets retenus, les encadrants se chargeront de piloter le recrutement du (de la) doctorant(e), dans le respect de la procédure de recrutement définie par le CNRS dans le cadre de la stratégie européenne des ressources humaines pour la recherche (HRS4R). Le contrat doctoral débutera le 1er octobre 2019.

Dossier : http://www.cnrs.fr/inshs/relations-internationales/docs/2019DOCTORANTSFORMULAIRE07012019.docx

Source : http://www.cnrs.fr/inshs/relations-internationales/appel-a-propositions.htm

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Offre d’emploi : Ingénieur-e d’études en analyses des manuscrits médiévaux français

Informations générales

Référence : UPR841-DOMSTU-003
Lieu de travail : PARIS 16
Date de publication : mercredi 23 janvier 2019
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 7 mois
Date d’embauche prévue : 1 avril 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2100 et 2720 € bruts mensuels selon expérience
Niveau d’études souhaité : Bac+5
Expérience souhaitée : Indifférent

Mission

* Participer à l’élaboration d’un corpus de sources et de données concernant la transmission écrite des textes au Moyen Âge (manuscrits datés latins et français) dans le cadre du projet ECMEN (Ecriture médiévale et outils numériques)
* Mettre en œuvre des outils de mise en forme et d’édition de sources et de données historiques et culturelles de nature textuelle (manuscrits latins et français du Moyen Âge occidental) à partir d’images numérisées

Activités

* Identifier, décrire et analyser des manuscrits médiévaux en français portant des indications de date, de lieu ou de copiste
* Participer à l’élaboration et alimenter les outils numériques de traitement, d’analyse critique et de diffusion de ces sources (catalogues de manuscrits datés)
* Enrichir des éditions de texte existantes
* Participer à l’édition de textes en ancien français et en moyen français

Compétences

Connaissances
* Connaissance des manuscrits médiévaux (connaissance générale)
* ancien français et moyen français (connaissance approfondie)

Compétences opérationnelles
* Savoir transcrire les écritures (manuscrits, documents épigraphiques, imprimés anciens…) et savoir relever les formes
* Savoir formaliser les besoins et les contraintes pour l’élaboration des outils de traitement des données (maîtrise)
* Utiliser les logiciels spécifiques à l’activité (Transkribus, Oxygen)

Contexte de travail

L’Institut de recherche et d’histoire des textes se consacre à la recherche fondamentale sur les manuscrits médiévaux et les imprimés anciens. L’histoire des textes écrits dans les principales langues de culture du pourtour méditerranéen, dont le latin et les langues romanes, y est traitée dans tous ses aspects : supports matériels de l’écrit, écriture et décoration, contenu textuel, iconographie, diffusion et réception.
Le projet ECMEN (Ecritures médiévales et outils numériques) vise à l’analyse de l’évolution des écritures latines du Moyen Âge dans les textes latins et vernaculaires, en s’inscrivant dans le champ des humanités numériques et de la paléographie quantitative. Le travail s’effectuera à la section de Paléographie latine, sous la supervision du responsable du projet D. Stutzmann, dans une équipe composée de quatre personnes.

Source

https://emploi.cnrs.fr/Offres/CDD/UPR841-DOMSTU-003/Default.aspx

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financement de thèse : allocation du ministère des Armées pour l’année 2019

Le ministère des Armées attribue au titre de l’année 2019, dix allocations de thèse en histoire militaire. Le montant de l’allocation est de 10 000 euros.
Ces allocations sont ouvertes à tout candidat inscrit en thèse au moment du dépôt de dossier de candidature, à l’exception des doctorants bénéficiant d’un contrat doctoral.

Peut faire acte de candidature :

– Tout doctorant, sans distinction de nationalité, inscrit dans une université française et rattaché à un laboratoire français.

– Tout doctorant de nationalité française inscrit dans une université étrangère.

Les dossiers de candidature sont soumis au Conseil scientifique de la recherche historique de la défense (CSRHD) qui décide de l’attribution de ces allocations.

L’allocation est attribuée pour une durée d’un an. Elle peut être renouvelée deux fois, sur demande explicite du candidat. Le renouvellement n’étant pas automatique, le candidat doit établir chaque année un nouveau dossier de candidature comprenant un état des travaux effectués depuis sa précédente demande; ce dossier est soumis une nouvelle fois au CSRHD qui appréciera l’évolution du travail du candidat.

Après acceptation par le CSRHD, une convention d’allocation de thèse est adressée par le ministère des armées à chaque bénéficiaire de l’allocation.

Date limite du dépôt des candidatures : vendredi 22 mars 2019. En 2020, le ministère des Armées attribuera également des bourses doctorales (pour une durée de trois ans) en sus des allocations de thèse.

Dossier d’inscription : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/_depot_mdh/_depot_front/articles/2031/dossier-de-candidature-allocation-de-these-en-histoire-militaire-2019_doc.docx

Source : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php?laref=1373&titre=allocations-de-these-en-histoire-du-ministere-des-armees-pour-l-annee-2019

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication : “La famille au Moyen Âge entre normes et pratiques”, journées d’étude des doctorants du CIHAM, 24-25/10 (date limite : 03/05)

Ces journées d’étude auront pour ambition d’aborder le thème de la famille dans les sociétés médiévales chrétiennes et musulmanes. Elles porteront sur les décalages qui pouvaient exister à une même époque et dans un espace donné entre les normes et les pratiques associées à la famille. En effet, les modèles normatifs – qu’il s’agisse de règles contraignantes ou de prescriptions morales – établissent une définition dominante du groupe familial qui ne se recoupe pas forcément avec les réalités observées dans les actes de la pratique ou les représentations véhiculées par les sources littéraires.

Incluant tout type de normes, juridiques, morales, religieuses, on se posera la question du rôle de la pratique dans l’élaboration des modèles normatifs familiaux. Dans la sphère juridique, par exemple, l’étude de l’émergence de nouvelles règles à travers l’évolution de la jurisprudence ou la diffusion du droit romain et la confrontation avec d’autres pratiques, pourra montrer comment ces modèles se recomposent. Plus largement on questionnera les mutations des règles morales et religieuses en rapport avec la pratique, comme l’assouplissement de la définition de l’inceste par l’Eglise en réponse à l’endogamie de la haute noblesse.

Le décalage entre normes et pratiques pourra également être étudié à travers les productions culturelles, qu’elles soient littéraires, iconographiques ou emblématiques. On s’intéressera particulièrement à la production littéraire ou artistique, qui peut aussi bien renforcer et fonder un cadre prescriptif que le remettre en cause. Comment les auteurs jouent-ils avec la vision de l’inceste, de la bâtardise, ou au contraire entérinent-t-ils des modèles familiaux plus traditionnels ? Il sera pertinent de rendre compte des diverses modalités de représentation de la famille dans ses rapports avec les normes lorsqu’ils sont, par exemple, moteurs de l’intrigue et ressorts du tragique ou du comique. Plus largement, nous invitons les participants à se pencher sur la représentation de l’affiliation familiale par les systèmes de signes, qu’il s’agisse des enluminures, de la peinture, mais aussi de la généalogie, de l’héraldique ou de l’emblématique. Cela peut permettre de mesurer le conformisme ou l’originalité de la représentation de la famille par elle-même.

L’étude des sources matérielles – architecturales et archéologiques – sera l’occasion d’illustrer un autre aspect des pratiques familiales. Par exemple, les traces de l’organisation spatiale et symbolique de l’habitat ou bien celle des sépultures peuvent renseigner sur l’écart entre les normes et les modes de vie.

Cette discordance permet également d’aborder la famille comme une construction culturelle plurielle, et place au centre de l’analyse les acteurs en questionnant le rapport à la norme conçu comme générateur de stratégies. Ainsi, un des axes principaux de réflexion ouvert par ces journées d’étude sera centré sur la manière dont les individus ou les groupes familiaux appréhendent, interprètent ou contournent les règles morales, religieuses ou juridiques. On pourra examiner comment les stratégies matrimoniales ou successorales entrent en conflit avec les normes les plus répandues telles que les règles d’héritage, la prohibition de l’inceste ou bien la définition d’une parenté légitime (qui suppose a contrario d’interroger la place de la parenté naturelle ou filiation illégitime dans la famille médiévale).

Enfin, seront éminemment appréciées les propositions de communication analysant l’évolution des pratiques familiales dans le contexte d’une pluralité de modèles normatifs, notamment dans les aires de contacts religieux et culturels, par exemple les aires de contact entre l’islam et la chrétienté.

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 3 mai 2019 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com.

Organisation : Ronan Capron, Romain Chevalier, Prunelle Deleville, Jérémy Engler, Thomas Girard.

Comité scientifique : Jean-Louis Gaulin, Xavier Hélary, Marylène Possamaï-Perez.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Offre d’emploi : archéologue responsable d’opération, département de Haute-Provence (date limite : 10/02

Le Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence recrute sur poste permanent un archéologue responsable d’opérations pour les période médiévale et/ou moderne.

https://www.emploi-territorial.fr/details_offre/4iI1iCL6LLY,,,

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Offre d’emploi:archéologue spécialiste des périodes médiévale et moderne, communauté urbaine du Grand Reims. Date limite : 15/02/2019

Vous serez le/la responsable scientifique des opérations d’archéologie préventive de diagnostic et de fouilles, vous encadrerez les équipes de chantier, vous rédigerez les rapports d’opération et vous contribuerez à l’archivage des données et des collections, vous assurerez la coordination des chantiers et la relation avec les partenaires et vous participerez à la diffusion des résultats scientifiques auprès du public et dans le cadre de la recherche archéologique.

Titulaire du grade d’attaché de conservation du patrimoine ou lauréat du concours ou justifiant d’un niveau d’étude équivalent à un bac +4 en archéologie ou en histoire, vous possédez une compétence scientifique dans les champs chronologiques du Moyen-âge à l’époque moderne et dans la réalisation d’études documentaires ainsi qu’une expérience des modes opératoires de la conduite d’opérations archéologiques préventives en contexte rural et urbain et une connaissance de la législation en archéologie et des règlements d’hygiène et de sécurité dans les travaux publics. Vous avez acquis une expérience d’encadrement d’équipes d’archéologues. 

Merci d’adresser lettre de motivation + CV détaillé + avis CIRA/CTRA à Madame la Présidente à : 

Communauté Urbaine du Grand Reims – CS 80036 – 51722 REIMS CEDEX 

Ou par courriel : drh@grandreims.fr 

Avant le 15 février 2019

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude:”Avignon as transcultural hub”, 08/02, Oxford

A MALMECC study day considering a range of themes centering around cultural transfers and scientific knowledge in papal Avignon, providing fresh understanding through interdisciplinary discussion based on a series of short position papers. Please see the full programme for more information. All are welcome, with early career scholars particularly encouraged to attend.

Attendance is free, but please contact martha.buckley@humanities.ox.ac.uk to register.

On the eve of the study day, participants are encouraged to attend the following presentation in the Seminars in Late Medieval and Renaissance Music series convened by Margaret Bent at All Souls College, Oxford.

Programme
7 février, 5-7pm, Wharton Room, All Souls College, Oxford
  • Étienne Anheim (EHESS Paris): ‘The musical chapel of the popes fin Avignon during the fourteenth century
8 février, St Luke’s Chapel, Radcliffe Observatory Quarter, 9 am
  • Karl Kügle: Welcome and opening remarks

Avignon and Italy

  • Étienne Anheim (EHESS Paris): Social and cultural networks between Avignon and Italy: organization and impact
  • Sarah Griffin (Oxford): Visual Worlds of Avignon
  • Coffee Break

Avignon, England, and the Empire

  • James Hillson (Cambridge): The English in Avignon: English Expatriates and the Tomb of Pope John XXII David Murray (Oxford) and Karl Kügle (Oxford): Avignon in Salzburg, Salzburg in Avignon
  • Presentation of new ERC project by Maria Sofia Lannutti (Florence), Antonio Calvia (Pavia) and Chiara Martignano (Florence): Ideology and Methodology of the Project European Ars Nova: Multilingual Poetry and Polyphonic Song in the Late Middle Ages
  • Lunch Break

Avignon and 14c scholarship

  • Philipp Nothaft (Oxford): Scientific Patronage in Papal Avignon

Avignon and Iberia

  • Karen Cook (Hartford): Music Theory in Avignon: Johannes Pipardi and the Catalán Copyist of Seville 5.2.25
  • Coffee break
  • Anna Alberni and Stefano Cingolani (Barcelona): King Peter the Ceremonious, the Royal
    Chapel and the Papal Court at Avignon: imitation of a secular or of a religious power?

Avignon vs Rome

  • Christophe Masson (Oxford): 1378, the end of universal Avignon? Some thoughts about cultural consequences of the Schism
  • Final Discussion and closing statement

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Colloque:La réforme grégorienne, une “révolution totale” ? Etat comparatif de la recherche dans les espaces francophones et germanophones. Lyon, 28-29/03.

MSH Lyon St-Etienne (14 av. Berthelot, Lyon 7e), Salle Marc Bloch
28-29 mars 2019

Atelier de jeunes chercheurs organisé par Tristan Martine (Université Jean Moulin Lyon 3, CIHAM-UMR 5648) et Jérémy Winandy (Universität Hamburg).

La période post-carolingienne a donné lieu ces dernières décennies à des approches très différentes des deux côtés du Rhin, les débats sur le « mutationnisme » ou sur les questions spatiales étant par exemple beaucoup plus vifs en France, tandis que les chercheurs allemands s’intéressaient à d’autres questions, notamment celles des rituels politiques, à d’autres niveaux de l’aristocratie, avec une prégnance constante des études sur l’entourage impérial, et à d’autres chronologies, la césure que constituerait le Xe siècle étant largement moins forte dans l’historiographie de langue allemande. De même, la « réforme grégorienne » fut très tôt envisagée de manière différente par les deux écoles historiographiques et cet atelier de jeunes chercheurs entend précisément faire le point sur les recherches récentes concernant cette période dans le royaume de France et dans l’Empire.

Des définitions fluctuantes

La notion même de « réforme grégorienne » est problématique : cette expression, initiée dans la première moitié du XIXe siècle par deux protestants, F. Guizot et J. Voigt, puis théorisée en Allemagne un demi-siècle plus tard, renvoie d’une part à une notion morale, tout en faisant, d’autre part, uniquement référence au conflit opposant Grégoire VII à Henri IV, ce qui est trop restrictif, puisque plusieurs papes menèrent une politique similaire dès le pontificat de Léon IX. Mais, à la suite de la publication de l’ouvrage d’A. Fliche entre 1924 et 1937, l’expression est solidement ancrée dans les esprits, surtout en France, puisque l’on parle surtout de la « Querelle des Investitures » côté allemand, même si cette formule ne décrit que la période 1076-1122.

Pourtant, l’« idéal-type » que constitue la « réforme grégorienne » semble nécessaire, et une redéfinition de son contenu et de ses limites a été entamée ces dernières années, afin notamment de mesurer en quoi elle fut une période de changement, une césure potentielle entre deux Moyen Âge.

Une rupture « révolutionnaire » ?

Dès le début du XXe siècle, la réforme grégorienne, cantonnée jusque-là principalement au champ de l’histoire religieuse, a été comprise dans un sens socio-politique plus large, G. Tellenbach évoquant le passage d’un « ordonnancement politique du monde » à un autre, tandis que S. Weinfurter décrivit l’épisode de Canossa comme étant la cause d’un « désenchantement » du monde. Dans le même temps, la recherche a montré les particularismes locaux et les rythmes différents, soulignant par exemple le grégorianisme modéré soutenu par les Capétiens dans le royaume de France.

L’idée d’une « révolution » grégorienne touchant l’ensemble de la société, de ses aspects juridiques aux considérations symboliques, de ses représentations iconographiques aux rapports de force politiques, s’est alors progressivement diffusée, d’abord sous la plume d’historiens germanophones, comme W. Ullmann et G. Tellenbach, puis sous celle de chercheurs de tradition anglo-saxonne et française. Les travaux récents ayant fortement atténué la pertinence d’une rupture autour de l’an mil, on assiste désormais en France à une nouvelle compréhension du moment grégorien comme période de rupture principale du Moyen Âge, au point que certains évoquent désormais une « mutation de l’an 1100 », laquelle serait fortement (mais non uniquement) liée aux réformes pontificales et à leurs conséquences dans les sociétés latines.

Un état des lieux comparatif et interdisciplinaire

L’objectif de cette journée d’étude est de faire un état des lieux de la recherche des dernières décennies afin de comprendre comment les chercheurs issus de différentes disciplines et de plusieurs écoles historiographiques définissent d’un point de vue chronologique et thématique la « réforme grégorienne », d’une part, et surtout comment ils comprennent et mesurent les changements survenus durant cette période, d’autre part.

Cet atelier se veut résolument multidisciplinaire, intégrant non seulement le champ des études en histoire religieuse, politique, sociale, économique et culturelle, mais aussi celui de l’histoire du droit, de la diplomatique, de la philologie et de l’histoire de l’art. Cette approche permettra un décloisonnement entre les disciplines concernées, et constituera surtout une opportunité de dialogue entre jeunes chercheurs francophones et germanophones, afin de mieux comprendre si ces approches différentes s’expliquent par la diversité des sources conservées des deux côtés du Rhin ou si elles relèvent avant tout de traditions historiographiques divergentes.

Programme :

Jeudi 28 mars 2019

13:30 : Accueil des participants : T. Martine (Lyon 3), J. Winandy (Hambourg)
13:40 : Ouverture de l’atelier : J.-L. Gaulin, directeur du CIHAM (UMR 5648)
13:50 : F. Mazel (Rennes 2) : Éléments d’introduction

Session 1
Des pratiques juridiques et ecclésiastiques en évolution
Présidence : L. Ripart (Université de Savoie)

14:15 : Th. Kohl (Tübingen) – Frankreich, Deutschland und die Investitur – ein Problem im Rückblick
14:40 : S. Bruhn (Kiel) – Nur Kaiser, Päpste, Reichsbischöfe? Die „gregorianischen Reformen“ in der deutschsprachigen Mediävistik – Forschungsstand und -perspektiven
15:05 : L. Viaut (Limoges) – Reconsidérer la pratique. La réforme grégorienne vue de l’histoire du droit et des institutions
15:30-16:00 – Discussion
Pause-café

Session 2
Questionner la réforme grégorienne à l’aide de l’hagiographie
Présidence : M.-C. Isaïa (Lyon 3)

16:30 : F. Peloux (Namur) – Réflexions sur les rapports entre réforme grégorienne et culture hagiographique
16:55 : J. Winandy (Hambourg) – Monastische Reform als Vorläufer der „gregorianischen Reform“? Der Beitrag der Klostergeschichte zum Verständnis der „gregorianischen Reform“

17:20-17:40 – Discussion

Vendredi 29 mars 2019

Session 3
Architecture, archéologie et art du siècle grégorien
Présidence : M. Margue (Luxembourg)

09:00 : O. Puel (Poitiers) – Saint-Martin de Savigny du Xe au XIIe siècle. La réforme clunisienne à travers le prisme de l’architecture monastique ?
09:25 : C. Boisseau (Poitiers) – Art et Réforme grégorienne : art centralisé ou pratiques locales ?
09:50 : H. Fahrnbauer (Cologne) – ‚Reformkunst‘ in der deutschsprachigen Kunstgeschichtsschreibung: Vorschlag für eine objektbezogene Kunstgeschichte
10:15-10:45 – Discussion
Pause-café

Session 4
Mouvement grégorien et enjeux théologiques
Présidence : J. Théry (Lyon 2)

11:05 : A. Fontbonne (Clermont) – Le pape, l’Esprit et l’Église dans la réforme grégorienne : l’institution de l’Ecclesia par la référence pontificale à l’Esprit-Saint
11:30 : F. Wallerich (Nanterre) – L’eucharistie dans la réforme grégorienne : De la querelle théologique au « phénomène social total »
11:50-12:10 – Discussion
Repas

Session 5
Diplomatique et pratiques scripturaires
Présidence : G. Bührer-Thierry (Paris 1)

14:00 : E. Riversi (Bonn) – Der Kontext im Text. Die Untersuchungen über die Textproduktion des Investiturstreits und die Definition eines ‚gregorianischen Zeitalters‘
14:25 : H. Engl (Luxembourg) – Rupture radicale ou mise en œuvre d’une conception ancienne ? Le concept de « réforme (grégorienne) » à travers les recherches récentes sur la diplomatique pontificale chez les médiévistes germanophones
14:50-15:10 – Discussion

15:10 : G. Lubich (Bochum) – Abschließender Kommentar und Schlussworte

Informations pratiques :

MSH Lyon St-Etienne (14 av. Berthelot, Lyon 7e), Salle Marc Bloch
28-29 mars 2019

Avec le soutien du CIERA (dans le cadre du programme des colloques juniors), du CIHAM (UMR 5648), de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et de l’Institut Franco-Allemand de Sciences Historiques et Sociales (IFRA-SHS).

Comité scientifique
G. Bührer-Thierry (Université Paris 1)
C. Caby (Université Lumière Lyon 2)
J. Chiffoleau (EHESS)
Ph. Depreux (Universität Hamburg)
M.-C. Isaïa (Université Jean Moulin Lyon 3)
G. Lubich (Universität Bochum)
P. Monnet (IFRA-SHS/ EHESS)
J. Théry (Université Lumière Lyon 2)
S. Vanderputten (Ghent University)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Soutenance:Jean-Benoît Krumenacker, “Du manuscrit à l’imprimé : la révolution du livre à Lyon (1470-1520)

Jean-Benoît Krumenacker soutiendra sa thèse de doctorat “Du manuscrit à l’imprimé : la révolution du livre à Lyon (1470-1520)” le samedi 26 janvier 2019 à 14h en salle Marc Bloch à la Maison des Sciences de l’Homme (14 cours Berthelot, Lyon 7e). 

Le jury sera composé de Mme Cristina Dondi (université d’Oxford), M. Jean-Louis Gaulin (université Lyon 2, directeur de thèse),  M. Neil Harris (université d’Udine), Mme Laurence Moulinier-Brogi (université Lyon 2), Mme Anne-Marie Turcan-Verkerk (EPHE) et M. Dominique Varry (ENSSIB, co-directeur de thèse).

Salle Marc Bloch à la Maison des Sciences de l’Homme (14 cours Berthelot, Lyon 7e) Horaire: 14h

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Soutenance:Stephane Bruneau-Amphoux, “Ecrire l’histoire au début du XIVe siècle : la chronique du frère dominicain Francesco Pipino de Bologne”, 19/01, Lyon

Stéphane Bruneau-Amphoux soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Ecrire l’histoire au début du XIVème siècle : la chronique du frère dominicain Francesco Pipino de Bologne», le 19 janvier 2019 à 14h, à la Maison des Sciences de l’Homme de Lyon Saint-Etienne, en salle Marc Bloch, 14 av. Berthelot, Lyon 7ème. 

Le jury sera composé de : Mme Nicole Bériou (professeur émérite, Université Lumière-Lyon 2), Mme Isabelle Heullant-Donat (professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne), M. Bernard Hodel (professeur ordinaire à l’université de Fribourg), M. Giuliano Milani (professeur à l’Université Paris-Est Marne-La-Vallée) et M. Jean-Louis Gaulin, directeur de la thèse (Université Lumière-Lyon 2).

MSH-LSE, 14 av. Berthelot, Lyon 7ème, salle Marc Bloch Horaire: 14h

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication:”Anticiper et gérer, de la Préhistoire au Moyen Âge”, Dijon (date limite : 04/02)

Journées d’études du séminaire Dokimades doctorants en mondes anciens et médiévaux de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté

Se projeter dans l’avenir et élaborer des stratégies sont des processus qui se manifestent dès les périodes anciennes afin de pourvoir aux éventuelles difficultés politiques, économiques, sociales et environnementales. Les réflexions sur la conception de l’anticipation et ses différentes formes dans les sociétés anciennes, déjà entamées par la communauté scientifique, se multiplient depuis les années 2000, avec notamment pour l’Occident romain en 2013 le colloque Gérer les territoires, les patrimoines et les crise[1], ou bien avec le regain des études sur les catastrophes naturelles au Moyen Âge[2]. Ces dynamiques, issues des problématiques de nos sociétés contemporaines liées à l’anticipation et à la gestion, sont omniprésentes car liées à l’économie, à la politique ou aux évolutions climatiques. Elles conduisent ainsi les chercheurs à s’interroger sur les manières dont les civilisations qui nous ont précédées ont pu faire face à de tels questionnements. 

En effet, les contextes archéologiques et historiques dans lesquels tous ces paramètres entrent en jeu permettent d’appréhender les liens tissés entre les notions d’anticipation et de gestion, depuis la Préhistoire jusqu’à la fin du Moyen Âge. La maîtrise des événements repose donc sur la conscience des risques ou sur un empirisme fondé sur les crises déjà constatées. C’est ce modèle préventif qu’incarne le couple anticipation-gestion qui doit être appréhendé de manière pluridisciplinaire et sur le temps long. Aussi les sources sur les phénomènes d’anticipation soulèvent-elles également des questions de fiabilité historique, et en cela, une réflexion philologique sur la question de l’anticipation serait également un apport intéressant. 

Cette réflexion a ainsi l’ambition de favoriser et d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherches rapprochant les historiens, les historiens de l’art les archéologues, ainsi que les philologues et les spécialistes d’archéo-géosciences, dans le cadre chronologique couvert par l’UMR 6298 ARTEHIS de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté. 

Plusieurs interrogations peuvent ainsi être prises en compte. Il s’agit d’interroger la conception de l’anticipation durant ces périodes, et ses différentes manifestations : quelle était la capacité d’anticipation de ces sociétés, et quels en étaient les acteurs, les moyens et les instruments ? Comment les situations de vulnérabilité étaient-elles perçues ? Quelle part l’anticipation tenaitelle dans les prises de décision, qu’elles fussent individuelles ou collectives ? De quelle manière gérait-on les situations inéluctables, telles que la vieillesse et la mort ? Quelle marge de manœuvre était disponible à l’échelle individuelle ou collective pour prévenir un aléa similaire ? A-t-on la possibilité de déceler, archéologiquement, historiquement ou anthropologiquement, l’évolution de mesures préventives pour faire face à une situation répétitive ? 

Face à l’ampleur des sujets qui peuvent intégrer ces réflexions, les journées d’études de Dokima s’articuleront autour de quatre axes : 

  1. Anticiper et gérer dans l’économie  

La question conjointe de l’anticipation et de la gestion peut être envisagée dans la sphère économique, c’est- à-dire dans le champ de la production, de la diffusion et de la consommation de richesses. L’artisanat et le commerce sont alors deux axes privilégiés. Les adaptations d’une chaîne opératoire aux risques auxquels un artisan prévient ou répond constituent des formes essentielles de l’anticipation du quotidien. Ces thèmes englobent en effet l’acquisition de la matière première, la mise en forme et enfin les éventuelles retouches et réparations. La gestion de l’espace, des mobilités et des échanges relève aussi de modalités de l’anticipation, il convient donc de les envisager.

  • De la vulnérabilité à la crise.  

L’ensemble des sociétés est soumis à diverses formes de vulnérabilités, qu’elles soient conjoncturelles ou structurelles. Face à celles-ci, l’anticipation et la gestion sont les principaux instruments dont elles disposent pour les atténuer et ainsi prévenir certaines situations de crise. Ces processus gagnent ainsi à être interrogés dans cette perspective de la prévention : quels en étaient les modes de gestion et d’anticipation ? Comment les sociétés anciennes s’organisaientelles face à des aléas ? Dans quelle mesure la diversité des crises (politiques, sociales, économiques, environnementales) conduisait-elle à une multiplicité des modes de gestion et d’anticipation ? Comment ces modes évoluaient-ils dans le temps et l’espace ? 

  • Anticiper et gérer l’inéluctable : la mort.  

Les manières dont les membres d’une société anticipent le moment de la mort et réagissent à celle-ci constituent une composante culturelle forte. Trois temporalités existent dans ce processus. Il est tout d’abord possible d’anticiper le décès en prenant des dispositions préalables afin de maintenir un lien matériel ou spirituel avec le monde des vivants (rédaction d’un testament, érection d’un monument, formules épigraphiques, par exemple). Le trépas pose ensuite la question de la gestion du corps, à la fois d’un point de vue sanitaire et symbolique. Enfin, après l’inhumation, les restes du défunt peuvent encore être sollicités, que ce soit pour des raisons pratiques, à l’occasion d’événements sociaux ou symboliques, ou bien au moment de leur redécouverte par les archéologues. 

  • Anticipation et gestion des archives écrites et du sol.  

Les chercheurs travaillant sur les périodes anciennes s’interrogent sur les matériaux qu’ils exploitent et étudient, qu’il s’agisse de données archéologiques (mobiliers et immobiliers), de manuscrits, de sceaux ou d’archives. Dans cette perspective les problématiques de l’anticipation et de la gestion ne sont pas absentes : l’inventaire, le tri, le classement, la restauration ou stabilisation, le conditionnement, l’environnement de conservation ou l’élimination sont autant de thèmes qui peuvent être abordés. Cette accumulation de données constitue un autre point de réflexion et mène les chercheurs à s’interroger sur leur traitement, leur gestion, leur exploitation et leur diffusion, via par exemple la constitution de bases de données ou le développement d’outils de traitement numérique et/ou statistique. 


[1] Berrendonner Clara, Cébeillac-Gervasoni Mireille, Lamoine Laurent (éds.), Gérer les territoires, les patrimoines et lescrises. Le Quotidien municipal II, actes du colloque international tenu à la Maison des sciences de l’homme, Clermont-Ferrand, 20- 22 octobre 2011, ClermontFerrand, 2013, 637 p. 


[2] Jouanna Jacques, Leclant Jean, Zink Michel (éds.), L’homme face aux calamités naturelles dans l’Antiquité et au Moyen Âge : actes du 16e colloque de la villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer, les 14 et 15 octobre 2005, Paris, 2006, 293 p. ; plus récemment encore Labbé Thomas, Les catastrophes naturelles au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle), Paris, 2017, 352 p. 


Modalités :

Date limite de remise des titres et propositions d’intervention le 4 février 2019, à adresser par courriel à : dokima.ub@gmail.com.

Les propositions de communication comprendront un texte de 400 mots maximum, incluant le titre, le résumé et l’axe de rattachement, ainsi qu’un CV, seront étudiées par un comité scientifique constitué de professeurs et chercheurs de l’Université de Bourgogne-Franche Comté et les réponses seront données au plus tard au début du mois de mars 2019. 

Les communications des journées d’études feront l’objet d’une publication : aussi les participants seront-ils invités à nous joindre après lesdites journées leur article dont les modalités leur seront précisées ultérieurement. 

Les organisateurs assureront les frais de bouche des déjeuners des 17 et du 18 juin ainsi que du dîner du 17 juin, tandis que les frais de transport ainsi que ceux d’hébergement seront à charge des participants. 

Source

http://artehis.u-bourgogne.fr/images/stories/Images/Actualit%C3%A9s/Appel_a_communications_Dokima.pdf

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communications: colloque international de Bellecroix, “Le château de fond en comble : hiérarchisation verticale de la résidence aristocratique, au Moyen âge et à l’époque moderne” (date limite : 01/05)

Le château, notamment le château fort du Moyen Âge, a souvent exprimé la qualité de son occupant par une hypertrophie de la dimension verticale ; cette volonté ostentatoire de voir et d’être vu est emblématisée par l’empilement des étages et la surélévation des tours. Du point de vue de la hiérarchisation verticale des espaces intérieurs, le premier étage est généralement réservé aux fonctions les plus nobles, l’apparat et la réception, tandis que les niveaux bas sont abandonnés aux fonctions de stockage, de cuisine, voire de prison, et les étages supérieurs aux espaces privés et ancillaires (galetas). Les tours et tourelles sont souvent occupées, au bel étage, par des pièces annexes, mais les étages supérieurs sont généralement sous-utilisés, tout comme certains « donjons », plus conçus pour être vus que pour être habités.

Le 7e colloque international de Bellecroix : « Le château de fond en comble : hiérarchisation verticale de la résidence aristocratique, au Moyen Âge et à l’époque moderne », se propose de réunir des chercheurs (historiens, archéologues, architectes…) pour confronter différents cas et différents types d’habitats aristocratiques médiévaux et modernes, et pour mieux comprendre l’usage des différents niveaux et leurs interrelation, aussi bien dans les tours que dans les logis, dans les sous-sols, les étages carrés et les étages de combles. Les communications porteront plutôt sur l’usage des pièces que sur leurs liaisons et leurs distributions.

Le colloque aura lieu au château de Bellecroix (Chagny, Bourgogne), du 18 au 20 octobre 2019.

Sous la direction de Nicolas Faucherre, Delphine Gautier, Hervé Mouillebouche.

Organisé par le Centre de Castellologie de Bourgogne, l’UMR 6298 ARTEHIS et l’université de Bourgogne-Franche-Comté

Propositions à envoyer avant le 1er mai 2019 à H-Mouillebouche@Wanadoo.fr

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts