Tous les articles par Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

[Appel à candidature] Introduction aux sources du droit romain, Rome, Ecole française de Rome, 31 août-4 septembre 2020 [date limite de candidature: 2 mars 2020]

Introduction aux sources du droit romain 2020 /Atelier de formation à la recherche, 4ème édition
Présentation

Le droit représente une composante essentielle du monde romain. L’étude des textes juridiques permet de mettre en lumière une logique argumentative propre au droit et d’identifier les valeurs qui régissent les décisions des juristes et des législateurs, mais permet aussi de s’approcher au plus près d’un certain nombre de réalités historiques. Il s’agit de sources variées (littéraires, épigraphiques, papyrologiques) qui révèlent l’évolution de la pensée juridique, les principes du droit, ses modalités d’application. Elles laissent également entrevoir des données économiques, des modes de vie, des pratiques sociales. Les textes juridiques constituent donc une documentation riche et utile pour les historiens, qui attend en partie d’être exploitée. Mais une question de méthode se pose : dans quelle mesure peut-on considérer les textes juridiques comme un miroir fiable des réalités économiques, sociales et politiques ? Surtout comment s’orienter parmi la variété des sources, des genres et des éditions des textes juridiques ?

L’atelier vise à familiariser les participants avec les principaux textes du droit romain et les problèmes de méthode qu’ils suscitent, à partir de leur lecture directe et suivie. La littérature juridique constituera le premier champ d’exploration, à partir du Digeste : nous nous demanderons ainsi ce qu’est un juriste à Rome, comment se fait le droit, quelle est la nature des différents genres littéraires, quelles sont les éditions de référence. Les constitutions impériales, à partir de la Mosaicarum et Romanarum legum Collatio et des Codes, formeront le deuxième terrain de travail.

Les séances se tiendront dans la salle de séminaire de la Place Navone et dans la Bibliothèque Volterra. Constituée à partir du dépôt confié à l’École Française de Rome par le grand romaniste Edoardo Volterra, ses extraordinaires fonds ancien et moderne permettront de réfléchir à la transmission des textes antiques et à leur traversée de la culture européenne. L’étude du droit romain, sous la forme des livres dans les rayons de la bibliothèque Volterra, permettra de rendre visible et immédiatement accessible un parcours dans l’histoire de l’historiographie.

La formation sera assurée par Jean-Louis Ferrary, Dario Mantovani et Hélène Ménard. Un quatrième intervenant, choisi chaque année parmi les chercheurs impliqués dans un projet de recherche international, en donnera une illustration à l’intention des élèves Lors de l’édition 2020, le papyrologue Marco Fressura (RomaTre-Redhis) sera invité. La séance finale du vendredi 4 septembre sera consacrée à la mise en pratique par les participants, organisés par groupes, des méthodes acquises sur l’analyse des sources juridiques.

L’atelier s’adresse aux jeunes chercheurs (Master 2e année, doctorants, post-doctorants), spécialistes d’histoire romaine et médiévale, de philologie ou de droit, plus généralement tout jeune chercheur souhaitant se familiariser avec les sources du droit romain pour son sujet de recherche ou pour développer sa connaissance d’une documentation de première importance.

Elle se déroulera sur cinq jours (du lundi au vendredi). Les séances auront lieu de 9h30 à 12h30 puis de 14h30 à 17h30.

Les langues utilisées, par les intervenants comme par les participants, seront l’italien et le français.

L’École française de Rome attribue des bourses, qui prennent en charge les frais de séjour ; les frais de transport restent à la charge des participants.

 

Responsables :

Jean-Louis Ferrary, Académie des inscriptions et belles-lettres

Dario Mantovani, Collège de France

Hélène Ménard, Université Paul-Valéry Montpellier 3, Labex Archimede-Montpellier

 

Les candidats doivent envoyer :

un curriculum vitae
une lettre de motivation soigneusement argumentée

 

Les dossiers de candidature doivent être déposés sur la plateforme prévue à cet effet, avant le 2 mars 2020, 12h (heure de Rome).

Source: Ecole française de Rome (contacts et lien vers plateforme de candidature ici)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Franco Morenzoni, Sur les routes des Alpes. Religieux, marchands et animaux dans la Suisse occidentale (XIIIe-XVe siècles), Turnhout, Brepols, 2019, 476 p.

À l’occasion du départ à la retraite du Professeur Franco Morenzoni (Université de Genève), le présent ouvrage réunit un certain nombre de ses travaux les plus marquants consacrés à l’actuelle Suisse occidentale au Moyen Âge. Ce recueil d’articles, divisé en quatre parties thématiques – chacune préfacée par des spécialistes et d’anciens collègues – vise à rendre compte de la richesse de recherches menées sur plus de vingt-cinq ans, dans l’histoire économique et sociale aussi bien que dans l’histoire religieuse. Ces domaines, a priori bien distincts, constituent différents points d’entrée qui dévoilent un même intérêt pour l’homme médiéval dans ses interactions avec le monde qui l’entoure. Pionniers par bien des aspects, les travaux de Franco Morenzoni ont renouvelé l’histoire de la Savoie et des Alpes aux derniers siècles du Moyen Âge: ce recueil en est le témoignage.

Franco Morenzoni a été professeur d’histoire médiévale à l’Université de Genève jusqu’en 2019

Table des matières

Publications de Franco Morenzoni

Première partie – Curés et prédicateurs 

Nicole Bériou, Introduction 

Évangélisation et organisation ecclésiastique de la Suisse romande des origines au début du XIVe siècle 

L’encadrement et l’instruction religieuse des fidèles d’après les statuts synodaux des diocèses de Genève et de Sion (XIIIe-XVe siècles)

La Légende dorée d’un curé du XVe siècle du diocèse de Genève 

Vincent Ferrier et la prédication mendiante à Genève au XVe siècle 

Deuxième partie – Échanges et milieux naturels 

François Walter, Introduction 

Voyages et déplacements depuis le Valais à la fin du Moyen Âge

Contribution à l’histoire des prix des céréales et des fèves en Valais à la fin du Moyen Âge d’après les comptes de châtellenie (vers 1270-1450)

Note sur la présence de l’ours en Valais et dans le Chablais vaudois à la fin du Moyen Âge 

La capture et le commerce des faucons dans les Alpes occidentales au XIVe siècle 

L’achat et la vente de chevaux d’après les registres des notaires fribourgeois de la fin du Moyen Âge 

Troisième partie – Les routes alpines du commerce européen 

Guido Castelnuovo, Introduction 

La via del Vallese e il commercio internazionale e regionale alla fine del Medioevo 

Le mouvement commercial au péage de Saint-Maurice d’Agaune à la fin du Moyen Âge (1281-1450)

Les produits sidérurgiques dans les comptes de péage de Saint-Maurice d’Agaune et de Villeneuve-Chillon (XIVe-XVe siècles)

Les marchés et les foires de Sion et de Saint-Maurice d’Agaune à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle)

Quatrième partie – Politiques monétaires et prêteurs d’argent

Pierre Dubuis, Introduction 

Monnaies réelles et monnaies de compte dans le Valais savoyard et épiscopal  (fin XIIIe-début XVe s.)

Quelques précisions à propos de l’atelier monétaire de Saint-Maurice d’Agaune vers le milieu du XIVe siècle 

Le duc Amédée VIII de Savoie et sa monnaie (vers 1420 – vers 1434)

Les prêteurs d’argent et leurs clients dans le Valais savoyard à la veille de la Peste Noire 

L’inventaire après décès de Bacinodus Tracho, Lombard de Sion (17 janvier 1376)

Le réseau des casanes lombardes dans l’espace comtois et la Suisse occidentale (XIIIe-XIVe siècles)

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance] Coraline Rey, Archives et bibliothèque à Cîteaux: entreprises d’écritures au Moyen Âge (XIIe siècle – début du XVIe siècle), Dijon, 7 décembre 2019

Coraline Rey soutiendra sa thèse de doctorat intitulée :

“Archives et bibliothèque à Cîteaux : entreprises d’écritures au Moyen Âge (XIIe siècle – début du XVIe siècle)”

le samedi 7 décembre 2019 à 14h
Université de Bourgogne, Bâtiment Droit-Lettres
Salle du Conseil Droit
2 boulevard Gabriel, 21000 DIJON

Jury :

  • Monsieur François BOUGARD, Professeur d’histoire du Moyen Âge, Université Paris-Nanterre, IRHT-UPR 841 du CNRS, Rapporteur
  • Monsieur Laurent FELLER, Professeur d’histoire du Moyen Âge, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8589-LAMOP, Rapporteur
  • Madame Donatella NEBBIAI, Directrice de recherche émérite au CNRS, IRHT-UPR 841 du CNRS, Examinatrice
  • Monsieur Benoît-Michel TOCK, Professeur d’histoire du Moyen Âge, Université de Strasbourg, EA 3400 ARCHE, Examinateur, membre absent
  • Monsieur Daniel RUSSO, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Bourgogne-Franche-Comté, UMR 7366-Centre Georges Chevrier, Directeur
  • Madame Eliana MAGNANI, Chargée de recherches au CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8589-LAMOP, Co-encadrante
Lieu Salle du conseil – UFR Droit
Source: Laboratoire ARTEHIS

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Nicolas Faucherre, Les citadelles du roi de France sous Charles VII et Louis XI, Chagny, CeCaB, 2019, 450 p.

Présentation

De 1450 à 1483, Charles VII puis Louis XI ont sécurisé toutes les nouvelles extensions du domaine royal en y construisant des « citadelles », des châteaux de garnison spécifiquement conçus pour surveiller les villes conquises. Au sortir du Moyen Âge, les architectes du roi inventent alors des formes neuves, tant pour mettre en scène la monarchie absolue que pour répondre aux progrès de l’artillerie à poudre. En 30 ans seulement, ils mettent en place les nouvelles solutions de la fortification moderne : ouverture de tir, circulations, tour à canon, ouvrage détaché devant la porte, moineau d’artillerie. Ces seize citadelles, si importantes dans l’histoire de la défense, ont souvent été des forteresses mal aimées, tôt détruites et vite oubliées.

La thèse de Nicolas Faucherre, soutenue en 1993 et publiée ici pour la première fois, a fait sortir de l’ombre ces jalons essentiels de la construction de l’État moderne. Elle reste aujourd’hui encore une référence de premier plan pour l’histoire et la castellologie.

Renseignements sur le site de l’éditeur: Centre de castellologie de Bourgogne (CeCaB)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Hervé Mouillebouche, Châteaux et palais de la Bourgogne médiévale. Recueil d’articles, Chagny, CeCaB, 2019, 596 p.

Recueil d’articles d’Hervé Mouillebouche, maître de conférences HDR en histoire médiévale à l’Université de Bourgogne

Toutes informations sur le site de l’éditeur, le Centre de castellologie de Bourgogne, CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Yves Coativy, Aux origines de l’Etat breton. Servir le duc de Bretagne aux XIIIe et XIVe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 344 p.

Présentation

Ce livre décrit la construction de l’État breton à ses débuts. Loin de la doctrine des Montforts, les ducs de la maison de Dreux administrent entre 1213 et 1341 leur principauté en bons pères de famille, efficaces, économes et sans trop de scrupules. Entourés et aidés de quelques centaines d’officiers et de fermiers, ils administrent de façon très rigoureuse leur domaine. Grâce à une étude systématique des sources et à un important travail de prosopographie des serviteurs des ducs, cet ouvrage apporte un éclairage nouveau sur la Bretagne des XIIIe et XIVe siècles.

Avec le soutien de l’université de Bretagne occidentale.

Tous renseignements (table des matières, introduction et autres) sur le site de l’éditeur : PUR

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Marie-Céline Isaïa, François Bougard et Alexis Charansonnet (éd), Lyon dans l’Europe carolingienne. Autour d’Agobard (816-840), Turnhout, Brepols, 2019, 382 p.

Lyon, capitale des Burgondes (Ve-VIe siècles), avait été marginalisée au temps des royaumes mérovingiens de l’Entre-Seine-et-Rhin, et ses élites décimées par les pouvoirs francs (VIIe-VIIIIe siècles). La création d’un empire par Pépin le Bref puis Charlemagne a changé la donne. Dans une construction politique qui veut unir la Germanie à l’Italie, la Saxe à la Catalogne, Lyon retrouve une place centrale : porte de l’Espagne chrétienne, voie d’accès privilégiée à l’Italie lombarde dont Charlemagne a fait son premier objectif militaire, la ville devient la tête de pont de la présence franque dans le sud de l’Europe.
Le pouvoir carolingien cependant ne s’impose pas à Lyon seulement par la force, mais en y relevant le gouvernement épiscopal. Des évêques choisis par les empereurs pour leurs compétences intellectuelles sont placés à la tête de la cité. Leidrade et Agobard, Amalaire puis Amolon assurent le rayonnement durable de Lyon par l’excellence des écoles qu’ils fondent et qui attirent des clercs de l’Europe entière, ainsi que par la profusion des manuscrits qu’ils réunissent dans la bibliothèque cathédrale. L’intense activité culturelle lyonnaise du IXe siècle n’est pas corsetée par le soutien politique initial des Carolingiens. Au contraire, les clercs proposent des politiques alternatives au gouvernement des princes francs ; ils appellent à la création d’une Europe unifiée par le respect d’une loi unique et la renaissance d’un empire chrétien universel… Des propositions qui tiennent de l’idéalisme et du fondamentalisme biblique, et qui ne seront jamais suivies d’effet.

Le présent volume réunit des contributions rédigées à l’occasion du douzième centenaire de l’élection épiscopale d’Agobard à Lyon (816-840).

Participation de plusieurs membres du CIHAM à l’ouvrage

Table des matières

Michel Rubellin, Introduction

Jean-François Reynaud, Lyon à l’époque d’Agobard (816-840)

David Ganz, Les plus anciens manuscrits de Lyon et leurs annotations, témoins des activités culturelles. Avant l’épiscopat de Leydrade

Claire Tignolet, Les Hispani à Lyon au temps d’Agobard

Cullen J. Chandler, Agobard and Adoptionism. A Controversy Continues

Fernard Peloux, Lyon au temps d’Agobard, réceptacle hispanique et laboratoire hagiographique

Pierre Chambert-Protat, Des computistes au travail sous Agobard. Pour une archéologie de la vie intellectuelle dans le Lyon carolingien

Louis Holtz, La fidélité de Florus envers Agobard. Témoignage de deux manuscrits

Caroline Chevalier-Royet, La Bible d’Agobard

Claire Dantin, Le manuscrit de Fourvière. Un nouveau manuscrit lyonnais de la Dacheriana

Paul Mattei, Les citations de quelques auteurs grecs dans l’Aduersusdogma Felicis d’Agobard de Lyon. Problèmes de critique textuelle

Warren Pezé, Florus, Agobard et le concile de Quierzy de 838  

Kristina Mitalaité, Agobard et la question des images à l’époque de Louis le Pieux

Michel Jean-Louis Perrin, Agobard et Raban dans la crise des années 830

Philippe Depreux, À l’envers du modèle consensuel. Agobard et la dissension

Charlotte Gaillard, Topographie monastique et réforme durant le haut Moyen Âge

Olivia Puel, Architecture et topographie monastique à Saint-Martin de Savigny du IXe au Xe siècle

Susan Rankin, Agobard’s Corrections to the Antiphoner

Jean-Paul Bouhot, Agobard et Amolon

Marie-Céline Isaïa, Agobard, et après ? La réception d’Agobard à Lyon d’après le manuscrit Paris, BnF, lat. 2853

Jean-Benoît Krumenacker, Pierre Rostaing et la bibliothèque carolingienne de Saint-Jean ou la Renaissance ratée d’Agobard

Jean-Louis Quantin, Protestants et parlementaires. La réception paradoxale d’Agobard au XVIIe siècle

François Bougard, Agobard et son milieu. Conclusions

Index

Tous renseignements sur le site de l’éditeur, Brepols

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Bourses de recherche] Archives départementales du Jura, 2019/2020, date limite de candidature: 6 Décembre 2019

Le Département du Jura propose 3 à 4 bourses par an à de jeunes chercheurs de toute discipline inscrits en enseignement supérieur (Master, Doctorat etc.) et qui doivent recourir de façon importante à l’exploitation d’archives conservées au sein des Archives départementales du Jura pour les besoins de leurs travaux.

Cadre et finalités des bourses départementales de recherche en enseignement supérieur dans le Jura

Parce que le Département du Jura est dépourvu de siège d’université ou de faculté, à l’initiative des Archives du Jura, le Conseil général du Jura a instauré à compter de l’année universitaire 2009-2010 des bourses départementales de recherche en archives afin de promouvoir les études nouvelles et approfondir les connaissances sur le Jura en tout domaine documenté par des sources originales écrites, tout en incitant de jeunes chercheurs à utiliser les très nombreux fonds aux contenus variés conservés par les Archives départementales du Jura.

Outre ce rôle incitatif et financier, il s’agit pour les Archives départementales du Jura d’accompagner aussi les étudiants boursiers dans leurs recherches autant qu’il est besoin, aux côtés de leur directeur de recherche ; le dispositif participe ainsi des activités scientifiques des Archives du Jura et peut inaugurer à plus grande échelle un partenariat avec un centre universitaire sur un thème d’étude précis.

Enfin, les Archives du Jura favorisent la diffusion des résultats de recherche des étudiants auprès des Jurassiens et des Comtois.

 

Obtenir une bourse départementale de recherche

L’obtention d’une bourse est conditionnée par une résidence en France depuis au moins 3 ans et la nécessité de consulter et d’employer des documents conservés aux Archives départementales du Jura pour établir une part principale ou très notable du mémoire ou de la thèse.

L’étudiant remet aux Archives départementales du Jura un dossier par courrier postal (BP 14, 39570 Montmorot) comprenant le formulaire de demande de bourse, une courte présentation du mémoire ou de la thèse préparée, une liste des documents conservés aux Archives du Jura et devant être étudiés pour l’objet du mémoire ou de la thèse, un justificatif d’inscription dans l’établissement d’enseignement supérieur, une lettre de recommandation du directeur de recherche. Pour l’année universitaire 2019-2020, les dossiers doivent être reçus à partir du 2 septembre 2019 et au plus tard le 6 décembre 2019

L’attribution de la bourse de recherche se fait après examen du dossier. Y est particulièrement vérifiée la pertinence des sources listées par l’étudiant par rapport au sujet de sa recherche.

Pendant ses études, et même en amont de sa demande de bourse, l’étudiant peut recevoir conseil et aide méthodologiques et être orienté parmi les fonds par le directeur ou le personnel qualifié des Archives.

Les bourses attribuées pour une année universitaire sont reconductibles chaque année pendant la durée de préparation du mémoire ou de la thèse, sur présentation des justificatifs de poursuite d’études requis au règlement d’attribution des bourses.

L’étudiant s’engage à remettre, après l’obtention de son diplôme, un exemplaire papier exhaustif de son mémoire ou de sa thèse aux Archives qui l’incluront au sein de leur bibliothèque historique. Lors de cette remise, il sera demandé à l’étudiant de bien vouloir préciser par écrit les modalités de communication et de reproduction de ses travaux en salle de lecture des Archives, une incommunicabilité de 10 ans maximum étant possible, par exemple si l’étudiant poursuit ses travaux ou entreprend de les publier.

 

Présenter aux Jurassiens les résultats de recherches nouvelles

Les étudiants ayant obtenu une bourse départementale de recherche sont particulièrement invités, à l’issue de leur mémoire ou de leur thèse, à transmettre au public du Jura les résultats de leurs travaux. Le cadre privilégié de cet échange est l’une des séances de la Société d’émulation du Jura (SeJ) pour une communication d’environ 3/4 d’heure, suivie d’un débat avec le public ; les séances ont lieu un samedi par mois d’octobre à juin, de 15 heures à 17h30 environ. La communication est généralement suivie de sa publication au bulletin annuel des Travaux de la Société d’émulation du Jura, ce qui offre souvent de surcroît une première occasion aux étudiants d’éditer de façon professionnelle un texte d’étude.

Depuis 2018, les étudiants peuvent aussi proposer de donner une conférence plus longue aux Archives du Jura ou dans un autre cadre approprié au thème de leur recherche.

=> Contacter pour proposer une communication à la SeJ ou une conférence, s’adresser aux Archives : 03.84.47.41.28 ou formulaire de contact, ou à la SeJ : socemuljura@free.fr.

Règlement d’attribution des bourses et formulaire de demande de bourse téléchargeables : Archives départementales du Jura

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Effet de réel, effet du réel: la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janvier 2021) [Date limite: 31 mars 2020]

Organisation

Université de Poitiers – CESCM – CNRS, en collaboration avec la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl

Comité d’organisation : Claudio Galderisi

Vladimir Agrigoroaei, Christelle Chaillou, Pierre-Marie Joris, Pierre Levron, Cinzia Pignatelli

Présentation

La question du réel est tout entière celle des lettres médiévales : de leur réalité matérielle et intellectuelle, de leur horizon de production et de réception, de leurs auteurs affichés ou anonymes, de leur vocation. Mais qu’est-ce que le réel au Moyen Âge ?

Qu’il s’agisse de la matérialité de l’œuvre, de sa paternité, des commanditaires ou des destinataires qui en éclairent l’existence, des faits de langue qui la connotent, la localisent, la datent, l’inscrivent dans un continuum linguistique, des enjeux intellectuels, politiques ou religieux qui la subsument ou de la création poétique ou fictionnelle qui en fait une réalité littéraire à la fois subsidiaire et autonome par rapport à l’horizon temporel dans lequel le texte est écrit, la recherche est confrontée à l’éternel calibrage de la bonne distance critique. Si ce que l’on doit comprendre est déjà en partie compris dans le texte, il est alors indispensable pour l’herméneute de savoir reconnaître ce que l’intention des auteurs a voulu faire apparaître dans l’œuvre pour qu’elle soit ainsi comprise, de savoir identifier ce que s’y est glissé et qui constitue la partie résiduelle du cercle herméneutique que seuls le temps et la recherche peuvent espérer mettre au jour.

Le premier de ces deux réels, que Roland Barthes a baptisé « effet de réel », paraît signaler des processus esthétiques qui jouent sur les ressorts de l’illusion référentielle et de la suspension d’incrédulité. Le second, que Nancy Regalado a appelé avec une formule heureuse « effet du réel », semble désigner les traces plus ou moins conscientes des relations biunivoques que le texte entretient avec la réalité extratextuelle. Ainsi posés l’un en face de l’autre, ces deux réels semblent recouvrir la presque totalité des lettres médiévales. Rares sont en effet les œuvres où l’auteur n’a pas essayé d’entraîner le lecteur vers un monde en trompe l’œil ; encore plus rares sont les textes qui ne révèlent pas des signes, du moins à nos yeux, de la réalité historique, linguistique ou intellectuelle dont ils sont à la fois le reflet et le creuset.

Or la notion de réel n’est évidemment pas la même au Moyen Âge et aujourd’hui ; elle est aussi très différente pour un auditeur de la matière de Bretagne ou des chansons de geste au XIIe siècle ou pour un lecteur de Charles d’Orléans et de François Villon à la moitié du XVe siècle.

Les lettres médiévales posent à l’herméneute une multitude de questions qui gravitent autour de ces deux réels et de leurs seuils. Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas pour un lecteur médiéval qui croit davantage aux merveilles et aux miracles qu’à la réalité qui l’entoure ? En lisant le Roman d’Eneas, dont l’auteur ne revendique pas la source réelle, le lecteur médiéval reconnaît-il dans ce silence une volonté de dissimuler l’effet du réel, une sorte de refus de l’effet de réel ou un effet du réel poétique ? Et que pense ce même lecteur devant ce que nous appelons le topos du livre source qu’il rencontre dans un grand nombre de romans arthuriens ? Effet de réel ou effet du réel, ou les deux, selon que l’on se situe du côté de l’auteur ou d’un lecteur pas toujours suffisant ? Que perçoit au juste ce lecteur de l’effet du réel ? Les enjeux historiques, idéologiques, dynastiques qui traversent les lettres médiévales et qui expliquent en partie les choix des auteurs, sont-ils compris comme des effets du réel par des lecteurs qui seraient en dehors du cercle des commanditaires ou destinataires ? L’effet de réel du lecteur médiéval est-il le même que croit reconnaître aujourd’hui l’herméneute en quête d’illusion référentielle ? Et, a contrario, comment se façonne pour un auteur médiéval et pour son propre lecteur la perception du réel ? Robert de Clari décrivant Constantinople reflète-t-il ce qu’il voit ou témoigne-t-il de la diffusion de la matière d’Antiquité dans son milieu culturel ? Y a-t-il une langue pour les effets de réel et une langue propre à l’effet du réel ? Ces deux effets sont-ils l’un et l’autre associés spécifiquement à des motifs, à des genres, à des matières ? L’illusion référentielle opère-t-elle de la même manière dans un poème en vers ou dans un récit en prose ? La réalité psychologique et la réalité historique peuvent-elles modifier l’interaction entre ces deux réels jusqu’à parfois les confondre ? Enfin, comment la réalité plurielle du texte médiéval s’articule-t-elle avec ces deux expressions de la subjectivité littéraire ?

Il ne s’agit là que de quelques-unes parmi les interrogations que pose la question du réel, sous toutes ses formes, dans les textes médiévaux. Ces questions seront abordées lors des deux journées de communications et dans les conférences du samedi ouvertes au grand public : au réel de la ville. Le colloque sera structuré en quatre séances qui recouvrent les principales questions ici évoquées et qui correspondent à autant d’approches du sujet : épistémologique, historique et historiographique, linguistique, esthétique.

Les propositions de communication (titre et résumé), seront soumises au comité scientifique du colloque. Elles sont à adresser à colloqueCESCM2021@gmail.comavant le 31 mars 2020.

Comité scientifique : Martin Aurell, Joëlle Ducos, Jean-Marie Fritz, Claudio Galderisi, Nancy Regalado, Jean-Claude Schmitt, Jean-René Valette, Jean-Jacques Vincensini, Fabio Zinelli, Michel Zink.

 

Affiche et version imprimable de l’appel à communication :

https://cescm.hypotheses.org/files/2019/11/Colloque_CERSCM-SLLMOO_effetder%C3%A9el_janvier2021.pdf

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Formation] Les archives notariales (Paris, Ecole des Chartes, 14-15 janvier 2020)

Présentation

Initiation à la connaissance historique, institutionnelle et diplomatique des fonds notariaux, pour servir à leur traitement archivistique et à leur exploitation scientifique.

Lieu

École nationale des Chartes, 65 rue de Richelieu, Paris 2e

Programme

14 – 15 janvier 2020 de 9 h 30 à 17 h

  • Histoire de l’institution notariale
  • Typologie des actes notariés
  • Ressources pour la compréhension des actes notariés
  • Diplomatique des actes notariés
  • Sources notariales et écriture de l’histoire

Des séances de travaux pratiques sont prévues sur le site du CARAN.

Inscription

Date limite des inscriptions : 21 décembre 2019

Modalités et lien vers le formulaire d’inscription:

http://www.chartes.psl.eu/fr/formation-continue/archives-notariales

Contact

École nationale des chartes
Service de la formation continue
65, rue de Richelieu – 75002 Paris
T. +33 (0)1 55 42 21 53
formation.continue @ chartes.psl.eu

Tarifs

Si vous êtes étudiant ou doctorant, veuillez nous contacter à l’adresse : formation.continue @ chartes.psl.eu

Si votre institution ou organisme de rattachement relève du secteur public, le tarif appliqué aux droits d’inscription sera indiqué comme « public » (420 €).

Si, en revanche, votre institution ou organisme de rattachement relève du secteur privé, le tarif appliqué aux droits d’inscription sera indiqué comme « privé » (840 €).

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Jean-Louis Gaulin et Giacomo Todeschini (études réunies par), Male ablata. La restitution des biens mal acquis (XIIe – XVe siècle), Rome, Ecole française de Rome, 2019, 274 p.

Présentation

Dans l’Occident médiéval, à partir du XIIe siècle, la question des biens mal acquis rencontre celle de la restitution, cet acte par lequel le bon chrétien s’engage à rendre les richesses acquises illicitement pour être en accord avec l’enseignement de l’Église et avec sa conscience. Les male ablata ont souvent pour origine – mais non exclusivement – des relations de crédit abusives, usuraires, que la restitution permet précisément de réparer en indemnisant, directement ou indirectement, les débiteurs lésés. Du XIIe au XVe siècle, des sources variées documentent ce mouvement de restitutio male ablatorum, depuis les dispositions pontificales, les questions théologiques et les commentaires des canonistes jusqu’aux testaments et donations inter vivos, en passant par des promesses de restitution ou des actes judiciaires. Pour interroger cette documentation, il importe avant tout de se dégager d’un a priori historiographique très répandu qui en réduit la portée à une simple moralisation hypocrite, pour satisfaire l’Église, des pratiques économiques des marchands médiévaux. Les textes réunis dans ce volume s’appuient sur des dossiers documentaires inédits et apportent une première réponse aux questions historiques posées par la restitution des biens mal acquis : quels en furent les acteurs, les bénéficiaires et les intermédiaires, quelles en furent les modalités, la chronologie et la place dans les sociétés médiévales ? 

Table des matières :

http://www.publications.efrome.it/opencms/export/sites/efrome/documenti/CEF_547_13-tdm.pdf

 

Introduction de l’ouvrage, résumés et renseignements sur le catalogue de l’Ecole française de Rome :

http://www.publications.efrome.it/opencms/opencms/menu/catalogo/index.html?id=0&titolo=Male%20Ablata&ricerca=D

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Sylvain Parent, Le pape et les rebelles: trois procès pour rébellion et hérésie au temps de Jean XXII (Marche d’Ancône, Romagne, Lombardie), Rome, Ecole française de Rome, 2019, 700 p.

Présentation

Dans les années 1320, dans un contexte de grande effervescence politique dans la péninsule italienne, le pape Jean XXII (1316-1334) lance une offensive judiciaire sans précédent contre ceux qu’il considère comme des rebelles et des ennemis de l’Église. Ces attaques touchent en premier lieu les membres de lignages puissants, prestigieux et en pleine ascension qui, en Italie du nord comme dans les territoires sous domination pontificale, tentent d’établir des seigneuries héréditaires et soutiennent ouvertement l’Empire (Visconti, Montefeltro, Este, Della Scala, etc.). Face à l’impossibilité de ramener ces opposants dans le droit chemin par la diplomatie et par les armes, la papauté finit par confier leur poursuite à l’Inquisition, déplaçant ainsi le combat sur le terrain de la foi. 
Cet ouvrage regroupe trois de ces procès emblématiques du pontificat de Jean XXII, conservés au Vatican dans les très riches fonds des Archives secrètes et de la Bibliothèque apostolique. Le premier implique plusieurs rebelles de la cité de Recanati, dans la Marche d’Ancône, poursuivis notamment pour idolâtrie ; le deuxième vise deux membres éminents de la famille des Este, les marquis Rinaldo et Obizzo, qui imposent leur domination sur Ferrare, en Romagne ; le troisième enfin est intenté contre la puissante famille milanaise des Visconti et leurs très nombreux soutiens et partisans en Italie du nord. Toutes ces affaires offrent un témoignage de premier plan sur l’activité de l’Inquisition dans l’Italie du premier Trecento et permettent, chacune à leur manière, d’interroger les liens qui se tissent alors, par l’intermédiaire du procès, entre rébellion et hérésie. 
 
Table des matières :

http://www.publications.efrome.it/opencms/export/sites/efrome/documenti/SD_09_TdM.pdf

Introduction de l’ouvrage et autres renseignements sur le catalogue de l’Ecole française de Rome :

http://www.publications.efrome.it/opencms/opencms/menu/catalogo/index.html?id=0&titolo=Le%20pape%20et%20les%20rebelles&ricerca=D

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] Les agents du cadastre. Hommes, pratiques, réseaux

Informations pratiques

Date: 4-6 décembre 2019

Lieu: Auditorium des Archives départementales de la Haute-Savoie, 37bis avenue de la Plaine, 74000 Annecy

Organisateurs: Académie salésienne (Laurent Perrillat, président et Sébastien Savoy, vice-président) et Archives départementales de la Haute-Savoie (Hélène Maurin, directrice et Julien Coppier, adjoint à la directrice)

Comité scientifique: Académie salésienne (Laurent Perrillat et Sébastien Savoy) ; Archives départementales de la Haute-Savoie (Hélène Maurin et Julien Coppier) et de la Savoie (Jean Luquet et Sylvie Claus); Groupe de recherches sur les compoix / université de Toulouse (Jean-Loup Abbé, Bruno Jaudon, Florent Hautefeuille et Jean Le Pottier); Université de Savoie-Mont-Blanc (Frédéric Meyer et Christophe Gauchon); Archivio di Stato de Turin (Elisabetta Reale et Marco Carassi) et Université de Valence, Espagne (Antoni Furió)

Présentation du colloque international

Hommes, pratiques, réseaux : derrière ces mots, il s’agit d’entrevoir l’aspect humain (qui sont les agents du cadastre, quelle est leur activité, comment peut-on les situer socialement…), mais aussi les méthodes de travail, la formation, les techniques professionnelles qu’ils adoptent. Les travaux du colloque s’attachent aussi aux modèles et influences. L’aspect « réseaux » englobe naturellement le tissu relationnel de ces agents, mais aussi les liens avec les institutions, les communautés, les notaires. Les monographies individuelles, familiales ou d’entreprises sont retenues, pour repérer et décrire des réseaux socioéconomiques et socioprofessionnels très peu connus. Cela permet aussi de réfléchir à la question de la transmission des affaires, des savoirs et des savoir-faire des agents cadastraux, question demeurant, pour l’heure encore, une terra incognita. De plus, les agents cadastraux semblent des intermédiaires entre les populations et les élites : cette activité est-elle à temps complet et permet-elle des ascensions sociales ? Quels sont la place et le statut socioéconomique des agents cadastraux dans la société (situation dans la hiérarchie, « réputation », fortune) ?

Le cadre chronologique adopté va du Moyen Âge à nos jours avec un éclairage contemporain, grâce à des interventions d’acteurs actuels : géomètres-experts, direction des finances publiques. La zone géographique envisagée s’étend essentiellement sur la France méridionale, l’Italie, l’Espagne et la Suisse.

 

Programme, résumés des interventions et modalités d’inscription (obligatoire) sur le site du colloque: https://agentscadastre.sciencesconf.org/

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[financement] Bourses de recherche de la société mabillon (date limite: 31/01/2020)

Règlement relatif à l’attribution de bourses de recherche par la Société Mabillon (arrêté par le Conseil d’administration du 24 juin 2019)

1. Pour contribuer au développement des études dans son champ d’activité, la Société Mabillon institue des bourses de recherche en faveur de jeunes chercheurs de toutes nationalités.


2. Ces bourses, d’un montant de 500 à 1 000 €, sont destinées à apporter une aide financière à des recherches dans les archives et bibliothèques, notamment pour la préparation d’articles.


3. Les bourses sont attribuées à des chercheurs préparant le doctorat ou titulaires de celui-ci depuis moins de quatre ans à la date de candidature. Exceptionnellement, pourront aussi être retenus des candidats n’entrant pas dans ces catégories.


4. Les dossiers de candidature, rédigés en français, sont à adresser avant le 31 janvier à la Société (aux deux adresses suivantes : stella.querol@cnrs-orleans.fr et sebastien.barret@cnrs-orleans.fr). Ils comporteront :
a. Un curriculum vitae du candidat, incluant une liste de ses     travaux et publications antérieurs ;
b. Une note de présentation du projet pour lequel il sollicite une bourse (max. 5 000 signes) ;
c. Une évaluation des coûts prévus pour la réalisation du projet ;
d. Une attestation du directeur de thèse ou d’une personnalité scientifique appuyant le projet.


5. Le Bureau de la Société confie l’examen de chaque dossier de candidature à un membre du Conseil d’administration, qui rédige un rapport écrit. La décision d’attribution des bourses appartient à un
comité composé du Bureau de la Société, du directeur de la Revue et du responsable de la Rédaction. Les décisions, qui ne peuvent faire l’objet de réclamations ou de recours, sont notifiées aux intéressés
avant le 30 avril suivant.


6. Les bénéficiaires d’une bourse fourniront à la Société (mêmes adresses que les dossiers de candidature), avant le 31 janvier suivant la date d’attribution, un compte rendu scientifique et financier d’utilisation de la somme allouée. Ils sont invités à accorder une priorité à la Revue Mabillon pour publier une étude
éventuellement issue des travaux financés par la bourse. Cet article sera soumis aux procédures ordinaires d’évaluation en vigueur pour les textes proposés à la Revue, qui pourra ou non le retenir.


7. Le Président de la Société rendra compte à l’Assemblée générale ordinaire des attributions de bourses de l’année précédente et des rapports rendus par les boursiers.


8. La dotation globale destinée au financement des bourses est arrêtée chaque année par l’Assemblée générale ordinaire de la Société, sur proposition du Trésorier. Le comité d’attribution défini à l’article 5 détermine, à l’intérieur de cette enveloppe, le montant alloué à chacun des lauréats qu’il retient en tenant compte de la nature de son projet et des besoins exprimés. Si une partie de la dotation n’est pas distribuée, elle est réaffectée au budget annuel de la Société.


9. La Société et la Revue Mabillon feront connaître le présent dispositif de bourses par tous les moyens qu’elles estimeront appropriés.

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] Les chevaliers et leurs représentations

Informations pratiques

Date: Jeudi 21 novembre 2019 et vendredi 22 novembre 2019

Lieu: Avignon Université, Campus Hannah-Arendt, Site centre-ville, Salle des thèses

Organisation: Guido Castelnuovo (Avignon Universités) et Xavier Hélary (Université Jean-Moulin, Lyon3)

Contacts: guido.castelnuovo@univ-avignon.fr  ; xavier.helary@univ-lyon3. fr

Présentation

Dans le cadre du programme « cultures nobiliaires » de l’axe 2 du CIHAM-UMR 5648 et tout particulièrement au cœur d’un projet « Bourgeon » de l’université Jean-Moulin consacré à l’étude comparée de la chevalerie dans l’Europe médiévale, est organisé un atelier présentant quelques recherches récentes sur les différentes représentations que les contemporains pouvaient avoir du chevalier médiéval dans une perspective comparée et européenne. En effet, si les chevaliers parlent ou écrivent parfois pour eux-mêmes (une problématique qui a, d’ailleurs, été explorée dans un précédent atelier du programme), les témoignages sur ce que chevalerie pouvait alors signifier proviennent bien souvent de sources et d’auteurs qui ne participent pas directement des univers chevaleresques. Dans ce cadre élargi, l’on s’interrogera sur les profils changeants des marqueurs chevaleresques et de l’indenté de groupe qui les sous-tend, tout en s’intéressant à des cas d’études précis prenant en compte tour à tout (ou tout à la fois) la typologie des sources, les lectures religieuses, les interprétations culturelles, littéraires et intellectuelles, autant d’enjeux essentiels pour réfléchir au mieux sur les contours mouvants de la chevalerie occidentale entre le XIIe et le XVe siècle. Cet atelier est le dernier d’une série de trois : le premier, consacré à l’émergence de la catégorie d’écuyers, s’est tenu à Lyon les 25 et 26 juin ; le deuxième, centré sur la documentation chevaleresque (les chevaliers et leurs archives), a eu lieu, toujours à Lyon, les 10 et 11 octobre dernier.

Programme : http://ciham.msh-lse.fr/sites/ciham.msh-lse.fr/files/files/news/fichiers/programme-chevalier3.pdf

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] Les actes pontificaux, un trésor à exploiter

Colloque organisé dans le cadre du centenaire de l’Union Académique Internationale par lʼInstitut historique allemand et l’École nationale des chartes, avec le concours des Archives de France, de l’École pratique des hautes études et de l’Union Académique Internationale.

Ce colloque s’inscrit dans le cadre du projet Gallia Pontificia, mené avec lʼInstitut historique allemand, dont l’objectif est de recenser et de publier tous les actes pontificaux concernant la France établis avant l’avènement d’Innocent III en 1198.

En savoir plus sur le projet Gallia Pontificia : https://www.dhi-paris.fr/fr/recherche/moyen-age/les-actes-pontificaux-en-france.html

Informations pratiques

Lieu : Paris, Institut historique allemand, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris, https://www.dhi-paris.fr/home.html

Date : 27-28 novembre 2019

Organisation : Rolf Große, IHArgrosse@dhi-paris.fr ; Olivier Guyotjeannin, École nationale des chartesolivier.guyotjeannin@chartes.psl.eu

Conseil scientifique : Jean-Charles Bédague (Paris), Rolf Große (Paris), Olivier Guyotjeannin (Paris), Klaus Herbers (Erlangen), Laurent Morelle (Paris), Harald Müller (Aix-la-Chapelle)

Programme

Mercredi, 27 novembre

9h15 : Accueil
9h30
Thomas Maissen (Paris), Michelle Bubenicek (Paris), Samuel N. C. Lieu (Sydney) : Ouverture du colloque

I. Le cadre
Présidence : Claudia Zey (Zurich)
10h00
Klaus Herbers (Erlangen) : Les Regesta Pontificum Romanorum : l’héritage pesant du XIXe siècle ?
Rolf Große (Paris) : La Gallia Pontificia : un projet à l’avenir incertain
11h00 : Pause
11h30
Nicolas Perreaux (Namur) : Les actes pontificaux dans la masse documentaire

II. Rome et les régions
Présidence : Werner Maleczek (Vienne)
12h00
Jean-Charles Bédague (Paris) : La Gallia Pontificia pour le diocèse de Thérouanne : premiers résultats, premiers enseignements
Robert Friedrich (Paris) : Les voyages pontificaux à Reims (XIe-XIIe s.)
13h00 : Pause déjeuner
14h00
Daniel Berger (Göttingen) : Das Papsttum und die kastilischen Bistümer Palencia, Segovia und Sigüenza – eine Zwischenbilanz zur Iberia Pontificia
Jochen Johrendt (Wuppertal) : Italia Pontificia : das unvollendete Paradestück der Regesta Pontificum Romanorum
Hannes Engl & Michel Margue (Luxembourg) : Papstkontakte in Lotharingien – Rahmenbedingungen und Herausforderungen für eine künftige Lotharingia Pontificia
15h30 : Pause

III. Les instruments
Présidence : Laurent Morelle (Paris)
16h00
Pascale Bourgain (Paris) : La langue des actes pontificaux
Dominique Stutzmann (Paris) : Les écritures de la chancellerie pontificale dans le paysage européen (XIIe‒XVe siècles)

Jeudi, 28 novembre

9h00
Brigitte Basdevant-Gaudemet (Paris) : La hiérarchie ecclésiastique, sa construction par les législations pontificale et conciliaire
Harald Müller (Aix-la-Chapelle) : Delegierte Richter : der lange Arm der päpstlichen Gerichtsbarkeit
10h00 : Pause

IV. Pour une histoire pontificale en ligne
10h30
Thorsten Schlauwitz (Erlangen) : Regesta Pontificum Romanorum online
Gerhard Lubich (Bochum) & Veronika Unger (Erlangen) : Le trésor des noms – synergies numériques avec le projet des Regesta Imperii
11h30
Olivier Guyotjeannin (Paris) : Conclusions

 

 

Sources : SHMESP et Ecole nationale des Chartes

http://www.shmesp.fr/spip.php?article884                                                http://www.chartes.psl.eu/fr/actualite/actes-pontificaux-tresor-exploiter

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts