Séminaire Queste: Le temps de la fête

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 14 mars 2014, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D223.

Pour cette seconde séance consacrée au thème « Le temps de la fête », coordonné par Jean-Dominique Delle Luche et Sarah Delale, Perdita Formentelli, Ludmila Nélidoff et Laura Arrighi présenteront leur communication dont vous trouverez ci-dessous un bref résumé.

Perdita Formentelli : Fête et sacrifice dans l’univers du Graal

        De prime abord, la fête et le sacrifice s’opposent. La fête est rupture de l’ordre et du temps profanes, elle est débordement irrationnel ; le sacrifice, quant à lui, est strictement ordonné, ritualisé, et tend à restaurer l’ordre social. Pourtant, selon Roger Caillois, il existe une relation très étroite entre les deux, car la fête, elle aussi, a une fonction de détente dans l’effort social à reprendre aussitôt après, rejoignant par-là même la fonction du sacrifice archaïque : son désordre est au service de l’ordre.

       Un regard sur la légende du Graal permettra de comprendre pourquoi une dissociation entre fête et sacrifice s’est opérée et progressivement accrue dans les siècles chrétiens, alors que le sacrifice est devenu celui, tout intérieur, de la messe, et s’est éloigné des désordres d’origine païenne de la fête.

Ludmila Nélidoff : Le carnaval en Italie (Rome, Venise, Milan) aux XIVe et XVe siecles : temps de solidarité populaire ou d’affirmation des inégalités ?

            S’intéresser à la fête du carnaval, c’est faire appel à plusieurs disciplines : l’histoire pour analyser le sujet, la littérature pour en comprendre les représentations, l’histoire de l’art pour étudier le costume ou le théâtre… Pour comprendre le carnaval médiéval, il faut donc se le représenter de la même manière, c’est à dire comme une fête aux multiples visages. En effet, cette période de l’année entre Noël et Pâques, temps fort où l’on peut festoyer une dernière fois avant les privations du Carême, est un moment tout particulier, qui a pour effet d’unir les habitants d’une cité.

            A travers une étude comparée du carnaval dans trois cités italiennes (Venise, Rome et Milan), notre contribution se proposera d’étudier, grâce à l’exemple de l’Italie, les rapports sociaux créés à l’occasion du carnaval entre les différents acteurs de la fête. Comment ces liens se tissent-ils ? Concernent-ils toutes les catégories de la population ou bien des groupes restreints ? Ont-ils pour effet de créer une véritable « mixité » au sein de la cité ? Après une analyse du temps et des lieux de carnaval, nous verrons que cette fête jouit d’un statut bien particulier qui entraine différents moyens d’y participer, avant de nous intéresser au vécu psychologique de la fête.

Laura Arrighi : L’Assomption, une fête au cœur d’un processus de création d’identité urbaine. Le cas siennois à la fin du Moyen-Age.

Moment de célébration de la Vierge, souveraine de la cité toscane, l’Assomption revêt une importance particulière dans le calendrier des festivités siennoises de la fin du Moyen-Age. Parenthèse dans le quotidien des citoyens, la fête mobilise l’ensemble du corps civique et est au cœur d’enjeux qui dépassent le simple enchainement des réjouissances. C’est, parmi ceux-ci, à la problématique de l’apparition d’une identité urbaine dans la ville que nous allons nous intéresser à travers les dynamiques à l’œuvre dans l’organisation et le déroulement de la fête.

 

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts