JE: « Regards de l’historien sur les pratiques urbaines dans les textes », vendredi 6 octobre, ENSL

10h : Accueil et ouverture
10h30 : Marianne BRISVILLE (Université de Lyon 2, CIHAM UMR5648) – « La Street-food dans les textes de l’Occident islamique médiéval »

11h30 : Julia CONESA SORIANO (Centre Roland Mousnier UMR8596, CIHAM UMR5648) – « Pratiques et représentations de l’espace urbain dans les sources ecclésiastiques. L’exemple de Barcelone à la fin du Moyen Âge. »

14h : Giulia RAINIS (CNRS Paris) – « Bêtes humaines : L’humanisation de l’animal à travers les procès dans la France à la fin du Moyen Âge »

15h : Nicolas VIDONI (Université Paul Valéry Montpellier 3, CRISES EA4224) « Les sources policières à Montpellier au XVIIIe siècle »

16h : Discussion

ENS de Lyon, D4.024 (olim R20)

Arrêt Debourg Tram et Métro

Affiche Hist2

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Ancien représentant des doctorants, ancien coordinateur de DocCiham.

More Posts

Projet/réseau de recherche : « The Early Modern Book Project » Autour de l’histoire du livre au début de l’époque moderne.

The Early Modern Book Project vise à mettre en relation des jeunes chercheurs travaillant de près ou de loin sur le livre à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Les chercheurs confirmés et les professionnels des métiers du livre sont bien sûr les bienvenus dans le projet. Prenant acte des frontières disciplinaires souvent très rigides et, parfois, de l’absence de communication, ce projet cherche à favoriser la circulation de l’information et le partage des compétences scientifiques et techniques dans le domaine du livre manuscrit et imprimé à un niveau international.
Pour ce faire, un site a été créé, https://embookproject.org/, qui s’articule autour de plusieurs axes :
–          D’abord un « Who’s who » des jeunes chercheurs travaillant sur ce domaine. Le Member Directory est un moyen de retrouver facilement les personnes s’intéressant à un aspect spécifique du sujet.
–          Le calendrier, ouvert à tous, permet de repérer les conférences, les appels à contribution et les offres de postes liés à l’histoire du livre.
–          Le forum, réservé aux inscrits, est un espace d’échange informel, où il est possible de se tenir informé des nouvelles publications et de demander des conseils d’aide à la recherche : renseignements bibliographiques, traductions, transcriptions, identifications de provenances, d’éditions, de textes, d’images (entre autres).
–          Un glossaire multilingue des termes liés à l’histoire du livre est également en cours de constitution.
Outre cette plate-forme en ligne, nous souhaitons organiser des rencontres et ateliers ouverts aux membres ainsi qu’aux autres chercheurs, où chacun pourra intervenir en fonction de ses centres d’intérêt.
–          Des ateliers thématiques seront l’occasion pour les jeunes chercheurs de se former à des méthodes issues de toutes les disciplines liées à l’étude du livre ancien, qui peuvent leur être utiles dans leur recherche : par exemple la codicologie, la bibliographie matérielle, le catalogage, les instruments de recherche, l’analyse des textes et des images…
–          Sur le long terme, des journées d’études et stages auprès de spécialistes du domaine sont également envisagées.
***
The Early Modern Book Project aims to put young scholars working on Late Medieval and Early Modern manuscripts and printed books in contact with each other. Senior scholars interested in the subject are of course welcome to join. To bypass the disciplinary boundaries within the Humanities  and the lack of communication among institutions, we want to encourage  the sharing of information and technical skills related to the study of manuscript and printed books at an international scale.
To that end, a website has been created, https://embookproject.org/, consisting of four parts:
  • As a « who’s who » of young scholars working on the subject, the Member Directory is a mean to get in touch with people working on a specific aspect of the subject.
  • A calendar, accessible to all, was designed to isolate information about the conferences, call for papers, and job offers related to book history.
  • A forum, which is all about informal exchanges between the members – its access is therefore restricted. Here members can keep themselves up to date with recent publications and seek assistance from other members (bibliographical advices, translating or transcribing texts, identifying the past owners of copies, identifying editions, texts, images).
  • A multilingual glossary is currently being developed.
Aside from this online platform, we wish to organize meetings and workshops open to members and other scholars, where people will be able to take part depending on their research interests.
  • Thematic workshops will be set up to allow young scholars to learn more about the various methods used to study rare books. These skills would definitely be an asset to their research. For example codicology, material bibliography, cataloging, research tools, analyzing texts and images.
  • In the future, we also wish to organize conferences and summer schools, with the help of experts in the field of book history.
The Early Modern Book Project vise à mettre en relation des jeunes chercheurs travaillant de près ou de loin sur le livre à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Les chercheurs confirmés et les professionnels des métiers du livre sont bien sûr les bienvenus dans le projet. Prenant acte des frontières disciplinaires souvent très rigides et, parfois, de l’absence de communication, ce projet cherche à favoriser la circulation de l’information et le partage des compétences scientifiques et techniques dans le domaine du livre manuscrit et imprimé à un niveau international.
Pour ce faire, un site a été créé, https://embookproject.org/, qui s’articule autour de plusieurs axes :
–          D’abord un « Who’s who » des jeunes chercheurs travaillant sur ce domaine. Le Member Directory est un moyen de retrouver facilement les personnes s’intéressant à un aspect spécifique du sujet.
–          Le calendrier, ouvert à tous, permet de repérer les conférences, les appels à contribution et les offres de postes liés à l’histoire du livre.
–          Le forum, réservé aux inscrits, est un espace d’échange informel, où il est possible de se tenir informé des nouvelles publications et de demander des conseils d’aide à la recherche : renseignements bibliographiques, traductions, transcriptions, identifications de provenances, d’éditions, de textes, d’images (entre autres).
–          Un glossaire multilingue des termes liés à l’histoire du livre est également en cours de constitution.
Outre cette plate-forme en ligne, nous souhaitons organiser des rencontres et ateliers ouverts aux membres ainsi qu’aux autres chercheurs, où chacun pourra intervenir en fonction de ses centres d’intérêt.
–          Des ateliers thématiques seront l’occasion pour les jeunes chercheurs de se former à des méthodes issues de toutes les disciplines liées à l’étude du livre ancien, qui peuvent leur être utiles dans leur recherche : par exemple la codicologie, la bibliographie matérielle, le catalogage, les instruments de recherche, l’analyse des textes et des images…
–          Sur le long terme, des journées d’études et stages auprès de spécialistes du domaine sont également envisagées.
***
The Early Modern Book Project aims to put young scholars working on Late Medieval and Early Modern manuscripts and printed books in contact with each other. Senior scholars interested in the subject are of course welcome to join. To bypass the disciplinary boundaries within the Humanities  and the lack of communication among institutions, we want to encourage  the sharing of information and technical skills related to the study of manuscript and printed books at an international scale.
To that end, a website has been created, https://embookproject.org/, consisting of four parts:
  • As a « who’s who » of young scholars working on the subject, the Member Directory is a mean to get in touch with people working on a specific aspect of the subject.
  • A calendar, accessible to all, was designed to isolate information about the conferences, call for papers, and job offers related to book history.
  • A forum, which is all about informal exchanges between the members – its access is therefore restricted. Here members can keep themselves up to date with recent publications and seek assistance from other members (bibliographical advices, translating or transcribing texts, identifying the past owners of copies, identifying editions, texts, images).
  • A multilingual glossary is currently being developed.
Aside from this online platform, we wish to organize meetings and workshops open to members and other scholars, where people will be able to take part depending on their research interests.
  • Thematic workshops will be set up to allow young scholars to learn more about the various methods used to study rare books. These skills would definitely be an asset to their research. For example codicology, material bibliography, cataloging, research tools, analyzing texts and images.
  • In the future, we also wish to organize conferences and summer schools, with the help of experts in the field of book history.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Ancien représentant des doctorants, ancien coordinateur de DocCiham.

More Posts

Séminaire : Programme 2017-18 du Seminari d’Estudis medievals de l’Institut Milà i Fontanals-CSIC, Barcelone

Le Seminari d’Estudis medievals de l’Institut Milà i Fontanals-CSIC a publié sont programme pour l’année universitaire 2017-18. Vous le trouverez en pdf en lien : Calendari TD 2017-18.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Ancien représentant des doctorants, ancien coordinateur de DocCiham.

More Posts

Congrès: Congrès du Cths « La transmission des savoirs » – Paris, 23-26/04/2018, Paris[délai:1/02/2018]

Le congrès du Cths – Paris 2018

143ème congrès, Paris –> La transmission des savoirs

Le congrès se déroulera du lundi 23 au jeudi 26 avril 2018, dans les locaux de l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales), 65 rue des Grands moulins, Paris 13e.
Texte de présentation :
À l’exemple de celles qui les ont précédées, nos sociétés modernes, démocratiques, considèrent la transmission des savoirs comme un enjeu majeur pour leur survie. En fait, il n’existe pas de vie sociale durable sans cette transmission. Tantôt empiriques et traditionnels, tantôt construits (savoirs scientifiques, techniques, culturels et artistiques), ces savoirs incluent aussi les diverses formes de savoir-faire et de savoir-vivre (en famille, en société ou au travail). Des origines du peuplement humain de l’Europe et du monde à aujourd’hui, il reste beaucoup à découvrir (ou à redécouvrir) sur les acteurs, les facteurs, les vecteurs et les moyens de la transmission de ces savoirs. Les acteurs, ce sont d’abord la famille nucléaire ou élargie, et, de façon plus large, tous ceux qui vous initient aux règles de l’institution et de la société. Les institutions concernées peuvent être de formation (écoles et universités) ou de recherche (universités encore et organismes de recherche).
Il convient de prendre en compte aussi les multiples formes d’apprentissage, ce dernier n’excluant pas l’autodidaxie. La transmission des savoirs s’effectue d’abord par l’écrit. De ce point de vue, la révolution du livre et de l’imprimerie, constitue un tournant majeur. Si, à côté du livre, les périodiques ont apporté une contribution décisive, la transmission peut s’effectuer par le son (théâtre, musique). L’image offre aussi un vecteur majeur. Il y a toute une histoire du film et de la télévision à conduire sous l’angle de la transmission des savoirs. De même que le cinéma ou la télévision, l’internet, puis, aujourd’hui, les réseaux sociaux sont à la fois, « la meilleure et la pire des choses ». Il s’agit, à toute époque et en tout lieu, de s’interroger sur l’enseignement et ses méthodes, sur les rapports du maître et de l’élève, sur la formation professionnelle et ses méthodes. Cette transmission requiert aussi la vulgarisation, à laquelle contribuent la presse grand public ou spécialisée, la radio et la télévision.
À côté de ces nouveaux moyens de transmission des savoirs, la tradition orale a joué un rôle essentiel depuis les origines des sociétés humaines. La transmission des savoirs et des savoir-faire s’exprime tout autant par les gestes, impliquant une formation sur le tas, comme le montrent les effets des migrations interrégionales ou internationales. Savoirs et savoir-faire se transmettant à des publics. Cette transmission dépend cependant de paramètres tels que l’âge, le genre, la nationalité, la religion, les groupes sociaux et tous les réseaux d’appartenance. Vue sous l’angle des usages, la transmission des savoirs requiert une formation initiale, acquise par la famille, l’école ou l’apprentissage, mais aussi continue. Se révèle ainsi l’importance du capital humain, fait à la fois de connaissances et de compétences. En matière de transmission des savoirs s’ouvre ainsi un champ immense, celui des relations entre réalités et représentations du temps, en tout temps et en tous lieux.
Le Forum des sociétés savantes accueille du mardi 24 au jeudi 26 avril 2018 toutes les sociétés historiques et scientifiques de paris et d’Île-de-France qui souhaitent présenter leurs activités et leurs publications.
L’inscription au Forum est gratuite mais nécessaire, avant le 1er février 2018.

Pour plus d’informations : http://cths.fr/co/

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel : « Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les religions dans l’espace public européen », Nantes, 3-5 octobre 2018 [délai : 15 octobre 2017]

Page de l’appel en français et en anglais.

Soumission des propositions

Nous invitons les chercheurs de tous les champs académiques, y compris et en particulier les doctorants, à soumettre leur proposition de communication.

Les propositions pour des communications de 30 minutes devront être envoyées avant le 15 octobre 2017  cette adresse suivante. Les communications peuvent être rédigée en anglais ou en français. Elles doivent impérativement contenir :

  1.  Un document au format .doc contenant
    1.  Nom complet et affiliation
    2. Titre de la communication proposée (et indication de l’atelier dans lequel l’intervention est proposée)
    3.  un résumé de la communication (200-500 mots)
    4. une liste de 5-10 mots-clés
  2.  Un CV

Validation et confirmation

Le comité d’organisation confirmera la réception des soumissions et se prononcera sur celles retenues et celles rejetées au plus tard le 30 novembre 2017. Les contributeurs retenus seront invités à confirmer leur participation.

Les frais des intervenants sur place (hébergement, repas) seront assurés par les organisateurs, ainsi que les frais de déplacements pour ceux dont l’université d’affiliation ne peut pas les prendre en charge.

Argumentaire :

Pour l’historien Tony Judt, l’identité est un mot dangereux. Souvent basées sur des conceptions essentialistes et anhistoriques de la nation ou de la religion, les politiques identitaires remettent aujourd’hui en question les fondements pluralistes et multi-religieux des sociétés en Europe et au-delà. Ce colloque propose d’explorer ce en quoi la diversité religieuse et culturelle a toujours constitué un élément important des sociétés européennes. Nous nous pencherons sur la manière dont divers États ont accommodé la religion en général et des organisations religieuses en particulier, en prêtant une attention particulière aux questions d’identité de groupe et de liberté individuelle ainsi qu’à la distinction entre espaces privé et public et en interrogeant les termes et les logiques de proximité, d’échanges, de relations et d’emboitement entre les sociétés et les États dans cet espace en constante mutation. Il sera essentiel de toujours se demander de quelle Europe, de quels espaces publics et de quelles sociétés européennes on parle – l’Europe d’aujourd’hui, souvent identifiée de manière trop simpliste à un projet politique spécifique, l’Union européenne, et aux relations à ses espaces voisins méditerranéens et orientaux n’est pas la même que celle de 1914, encore moins celle du moyen âge ou du XVIe siècle.

Le paysage confessionnel de cet espace est à la fois systématiquement marqué par la diversité et constamment en évolution, en mouvement. Les religions changent continuellement. Dit d’une autre manière, les croyants et pratiquants adaptent continuellement leur pratiques et croyances religieuses aux réalités sociales et politiques changeantes. Par exemple, de nombreux chrétiens ou musulmans considèrent leur religion comme immuable : les appels au changement, les doctrines ou pratiques réformistes sont souvent présentés comme des efforts de « retour » à une pureté originelle perdue, un apogée supposée (l’âge des Apôtres, du Prophète et de ses compagnons, « l’Âge d’Or » de l’Église au XIIIe siècle…). Ce schéma a pour effet d’essentialiser la religion et peut mener au fondamentalisme ainsi qu’à un rejet doctrinaire de versions rivales de sa propre religion (Judaïsme Rabbinique/Karaïsme, Catholicisme/Protestantisme, Sunnisme/Chiisme) et des éléments séculiers de la modernité. Une telle essentialisation provenant d’une source extérieure à la tradition religieuse peut les conduire à la rejeter, à la considérer comme « obscurantiste » ou incompatible avec les valeurs séculières contemporaines. Et pourtant, les religions sont en perpétuel mouvement : les formes diverses de Judaïsme ou de Bouddhisme pratiquées aujourd’hui en Europe sont différentes de celles qu’on pouvait trouver il y a des siècles, ou de celles qu’on trouve encore aujourd’hui dans d’autres parties du monde.

Au cours de ce colloque, nous étudierons l’héritage religieux dans les sociétés européennes et dans leurs espaces d’influence, de contacts et d’échanges à travers cinq sessions académiques sur des thèmes clés en privilégiant des approches favorisant le dialogue entre les disciplines. Les communications pourront être proposées en français ou en anglais. En parallèle, nous organiserons une série d’ateliers en français pour les professionnels, les décideurs politiques et pour tous les publics intéressés par les défis et possibilités que pose la diversité dans la pratique religieuse et la foi aux sociétés du XXIe siècle.

Ateliers académiques :

  • Atelier 1 : Définir la religion
  • Atelier 2 : Sécularisation, laïcité(s) et pluralisme dans les sociétés européennes
  • Atelier 3 : Politiques religieuses dans les empires coloniaux européens
  • Atelier 4 : Pluralisme religieux dans le monde musulman
  • Atelier 5 : Religion et mondialisations : sécularisation, commercialisation, réenchantement

Soumission des propositions

Nous invitons les chercheurs de tous les champs académiques, y compris et en particulier les doctorants, à soumettre leur proposition de communication.

Les propositions pour des communications de 30 minutes devront être envoyées avant le 15 octobre 2017 à cette adresse. Les communications peuvent être rédigée en anglais ou en français. Elles doivent impérativement contenir :

  1.  Un document au format .doc contenant
    1.  Nom complet et affiliation
    2. Titre de la communication proposée (et indication de l’atelier dans lequel l’intervention est proposée)
    3.  un résumé de la communication (200-500 mots)
    4. une liste de 5-10 mots-clés
  2.  Un CV

Validation et confirmation

Le comité d’organisation confirmera la réception des soumissions et se prononcera sur celles retenues et celles rejetées au plus tard le 30 novembre 2017. Les contributeurs retenus seront invités à confirmer leur participation.

Les frais des intervenants sur place (hébergement, repas) seront assurés par les organisateurs, ainsi que les frais de déplacements pour ceux dont l’université d’affiliation ne peut pas les prendre en charge.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Ancien représentant des doctorants, ancien coordinateur de DocCiham.

More Posts

Appel : « Rethinking the Medieval Frontier », 10 avril 2018 [délai: 1 fév 2018]

Rethinking the Medieval Frontier(10 April: Leeds)

Few topics in medieval studies have as much current relevance and activity as frontiers and

borders. Yet approaches to their study in the Middle Ages are often untheorised, and compare, if at all, only to often outdated studies of the ancient or modern world. Yet medievalists are well placed, given the richness of their material and the complexity of medieval politics and society, to challenge such ‘classical’ ideas of The Frontier, whose weaknesses are now being exposed by current events. A fully comparative approach to the possibilities of what it meant to establish, live in or contest a frontier or border zone shown by the societies of late Antiquity and the Middle Ages can power the development of a new shared understanding of the processes at work where borders are laid down or transgressed.

The project Rethinking the Medieval Frontier has been exploring such ideas since 2015. Its first one-day conference, made possible by a British Academy/Leverhulme Trust Small Research Grant, will take place on 10th April 2018. Scholars at all levels working on frontiers and borders within the period 100-1500 CE, in any geographical area, are invited to offer papers addressing questions such as these:
• Who defines or defined a frontier, and with what effect?
• How did the medieval understanding of the world envisage or describe frontiers?
• How was a frontier physically constituted?
• Did military frontiers differ from other sorts of border, and if so how?
• How do archaeologists’ views of medieval frontiers compare to those of historians?
• What persons or groups crossed medieval borders, and why? Who was prevented from doing so, and how effectively?
• What persons or groups lived in border zones, for what reasons?
• How far did frontiers and borders create or inform medieval identities?
• How do the insights of other disciplines studying frontiers apply to medieval societies,and
• how do medievalist disciplines differ in their study of frontiers?

Papers should be up to 15 minutes long and may be exploratory or experimental. Comparison of more than one medieval society is encouraged. Titles and abstracts should be received by 1st February 2018. It may not be possible to accept all submissions. Some travel bursaries are available to allow attendance which might otherwise not be possible, including from outside the UK.

Submissions, as well as any other queries, should be sent to Jonathan Jarrett, School of History, University of Leeds, LS2 9JT,  Jonathan Jarrett.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Ancien représentant des doctorants, ancien coordinateur de DocCiham.

More Posts

Séminaire d’études médievales : programme du 1er semestre du Seminari d’estudis doctorals de l’Institut Milà i Fontanals CSIC de Barcelone

Pour information, le Seminari d’estudis doctorals medievals de l’IMF-CSIC de Barcelone a publié ses prochaines dates.

28/09 – MIGUEL ROYANO (Universidad de Sevilla)

La comunidad mercantil de la Corona de Aragón en la Baja Andalucía (1516-1556): una nueva hipótesis y enfoque metodológico

***

19/19 – ALBERT CASSANYES (Universitat de Lleida)

[titre à confirmer]

***

21/12 – XAVIER COSTA (Universitat de Barcelona)

El monacat altmedieval als comtats catalans: entre la tradició i les noves tecnologies

Lieu :Aula de Seminaris (1er étage) Institució Milà i Fontanals,  C/de les Egipcíaques, 15,  08001 Barcelona, Espagne

 

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Ancien représentant des doctorants, ancien coordinateur de DocCiham.

More Posts

Bourses : 2 PhD fellowships (bourses doctorales), Centre for Medieval Literature, à partir du 1 février 2018 [délai : 1/11/2017]

Délai : 1er novembre 2017

2 PhD fellowships are available at the Centre for Medieval Literature (CML), starting February 1, 2018. The fellowships run for 3 years and the successful candidates must hold an MA within medieval textual culture (literature, philology, history, religion or other with emphasis on texts and/or languages).

CML is a Danish centre of excellence founded in 2012, based jointly at SDU and at the University of York. The centre‘s field of research is European medieval literatures in a broad sense. Its ambition is to propose new theoretical frameworks for the field which is still predominantly divided into national interests and paradigms.

The proposed research project for the PhD must fall within one of the Centre’s main themes, Canon and Library, Imperial Languages or Transformations and Translocations (see further at sdu.dk/cml). The centre encourages projects which include a comparative element, either chronologically, geographically or between disciplines and languages.

At present the centre and its associates can provide competence of supervision in Ancient and Medieval History, History of Religion, Spanish, Greek, Latin, Art History, Comparative Literature; co-supervision can also be provided by York within French, Old and Middle English, Italian and Old Norse.

Further information is available from the Head of the Centre for Medieval Literature Lars Boje Mortensen, email: labo@sdu.dk

Application, salary and conditions of employment etc.A PhD Fellowship is a three-year position. Employment ends automatically by the end of the period. The holder of the fellowship is not allowed to have other paid employment during the three-year period.

To qualify for a PhD position you must have completed a relevant master’s degree with a good assessment by the application deadline.

Applications will be assessed by an expert assessment panel. All applicants will receive the part of the panel’s assessment that is relevant to their application.

For more information, please see « 2 PhD Fellowships in Medieval Literature » at the SDU Vacant Positions page, http://www.sdu.dk/da/service/ledige_stillinger.

An interview may form part of the overall assessment of the applicants’ qualifications.

The Faculty expects applicants to read the information “How to apply” before applying.
Application and all appendices must be in Danish, English or one of the Scandinavian languages.
Only material in Danish, Norwegian, Swedish, and English will be assessed. Please always include a copy of original diploma/certificates.

The application should include:

  • Special PhD-application form found here
  • Curriculum Vitae
  • Detailed project description, no more than 5 pages of 2.400 keystrokes
  • Examination certificates
  • A maximum of 2 of the most relevant publications. Please attach one pdf-file for each publication. For any publication with a co-author, a co-author statement must be submitted as part of the pdf-file

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Ancien représentant des doctorants, ancien coordinateur de DocCiham.

More Posts

Bourses : bourses du département du Rhône pour les jeunes chercheurs (masterants et doctorants) en sciences sociales [délai : 15 octobre]

Pour l’année universitaire 2017-2018, le Département de la Drôme propose des bourses de soutien à la recherche pour les étudiants en sciences humaines et sociales dont les recherches portent principalement sur le département de la Drôme.
Le montant de ces bourses s’échelonne de 1000 € pour un master 1 à 2000 € pour un doctorat. Elles sont éventuellement reconductibles sur plusieurs années.
Vous trouverez ci-dessous les pdf de cette très belle offre d’aide pour les travaux des jeunes chercheurs.
Vous trouverez ci-dessous le dépliant :recto 
et verso .
(S’il y avait un souci de lecture, contactez le mail du site et nous vous renverrons le mail d’origine).

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Ancien représentant des doctorants, ancien coordinateur de DocCiham.

More Posts

Appel à contribution:Vrai, faux, mensonge:5-6/03/2018, université de Genève[délai:01/12/2017]

Vrai, faux, mensonge

Appel à communication en vue des Huitièmes Journées d’études des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’Université de Genève et de la Conférence universitaire de Suisse occidentale

*  *  *

Publié le jeudi 14 septembre 2017 par Anastasia Giardinelli

RÉSUMÉ

Si le mensonge renvoie à toute forme de discours contre la vérité, nous ne pouvons comprendre le premier sans définir la seconde et son rapport au faux. Ce lien, d’autant plus complexe au Moyen Âge, constitue l’enjeu de ces Huitièmes journées d’études. La conception augustinienne lie étroitement le mensonge à la parole et, par extension, au Verbe divin qui témoigne d’une dichotomie entre Dieu et le Diable. Au-delà des enjeux théologiques et moraux qu’elle soulève, cette question suggère plus largement des pistes de réflexion sur le langage et la corrélation entre forme et vraisemblance. Au plan littéraire, outre l’opposition classique entre vers et prose, nous proposons d’explorer les stratégies d’effets de réel et autres formules langagières qui, tout en visant à accréditer le discours, concourent parfois à l’affaiblir…

ANNONCE

Argumentaire

Si le mensonge renvoie à toute forme de discours contre la vérité, nous ne pouvons comprendre le premier sans définir la seconde et son rapport au faux. Ce lien, d’autant plus complexe au Moyen Âge, constitue l’enjeu de ces Huitièmes journées d’études.

La conception augustinienne lie étroitement le mensonge à la parole et, par extension, au Verbe divin qui témoigne d’une dichotomie entre Dieu et le Diable. Au-delà des enjeux théologiques et moraux qu’elle soulève, cette question suggère plus largement des pistes de réflexion sur le langage et la corrélation entre forme et vraisemblance. Au plan littéraire, outre l’opposition classique entre vers et prose, nous proposons d’explorer les stratégies d’effets de réel et autres formules langagières qui, tout en visant à accréditer le discours, concourent parfois à l’affaiblir. Le paradoxe de la notion de représentation émerge alors, synonyme à la fois de traduction mensongère de la parole première et de support pédagogique au Verbe divin. L’Ovide moralisé, dans lequel l’allégorie apparaît comme un moyen de prémunir les fables païennes antiques de l’oubli en les ramenant à une forme de vérité chrétienne, interroge le pouvoir persuasif et didactique de la fiction : l’expression d’une vérité peut-elle se passer de la séduction du texte, le docere peut-il se dissocier du placere ? Cette réflexion amorce le débat des intérêts mutuels de la littérature et de l’histoire – si la première se nourrit du pouvoir d’accréditation de la seconde, elle peut également doter celle-ci d’une attractivité supérieure –, mais aussi celui de la conception de la “vérité historique”, qui varie en fonction des époques et des disciplines et appelle d’ailleurs à étudier le problème des faux diplomatiques.

L’allégorie – dont l’essoufflement à la fin du Moyen Âge invite à interroger la métamorphose des régimes épistémologiques à cette époque – offre une ouverture de la littérature vers l’histoire de l’art : l’inscription du représenté dans le représentant, mais également le concept des ‘‘vraies images’’ dans l’iconographie religieuse sont autant de pistes permettant d’alimenter notre réflexion sur le vrai et le faux. Le corps occupe également une place importante dans la réflexion sur la vérité. Souvent considéré comme intrinsèquement authentique, le corps peut être craint pour son potentiel révélateur, mais peut également être objet de manipulations. Cette dimension problématique de la vérité et de ses variantes nourrit encore la réflexion sur le statut philosophique ou théologique de la vérité à l’Université de Paris notamment. Dans cette lignée, le discours du fou remet exemplairement en question ces catégories entre vrai et faux, acceptable et inacceptable, même si, paradoxalement, la folie semble au final offrir une réaffirmation de l’ordre normatif qu’elle met en cause. La possibilité d’une vérité mauvaise ou au contraire d’un mensonge utile reconditionne à son tour le rapport usuel aux catégories axiologiques.

Par ailleurs, une approche codicologique apporterait un éclairage neuf sur les vérités complémentaires ou alternatives caractérisant le dialogue entre le texte et l’image, de même qu’une réflexion philologique permettrait d’envisager un texte dans la perception schématique de son stemma codicum. Enfin, une réflexion sur les concepts de vrai, faux et mensonge ne saurait se dispenser de sonder l’hypocrisie et le jeu des masques de Faux-Semblant dans le Roman de la Rose ou la renardie du goupil dans le Roman de Renart. Au-delà de ces deux personnifications, les textes parodiques et satiriques méritent d’être examinés à la lumière de notre problématique : de l’hypocrisie des frères mendiants fustigée par Rutebeuf à la fausseté honnie du cheval Fauvel, l’ironie ne saurait manquer de soulever, dans ses emplois divers, les interrogations des médiévistes.

Telles seront les grandes lignes de la thématique que nous voudrions explorer à l’occasion de ces Huitièmes journées d’études. Des propositions de communication de 30 minutes relevant de tous les domaines des études médiévales (histoire, histoire de l’art, philosophie, théologie, langues et littératures, philologie, codicologie, diplomatique…) sont les bienvenues, en français (langue de déroulement du colloque) ou en anglais.

Vrai, faux, mensonge : Huitièmes journées internationales d’études médiévales des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’Université de Genève & de la Conférence Universitaire de Suisse Occidentale (5-6 mars 2018)

Modalités de soumission

Les propositions de contribution, d’une demi-page environ, accompagnées de renseignements pratiques (statut, institution de rattachement, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 1er décembre 2017 à l’adresse suivante : journeesetudesjcm@gmail.com

Des propositions de communication de 30 minutes relevant de tous les domaines des études médiévales (histoire, histoire de l’art, philosophie, théologie, langues et littératures, philologie, codicologie, diplomatique…) sont les bienvenues, en français(langue de déroulement du colloque) ou en anglais.

Pour plus d’informations : « Vrai, faux, mensonge », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 14 septembre 2017, http://calenda.org/416073

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Administrer la ville dans et hors les murs (Occident, XIVe-XVIe siècle):22/06/1018, Amiens[délai:15/11/2017]

Depuis le début des années 2010, les rencontres scientifiques traitant la question des abords des villes médiévales en Occident, leur extra muros, à savoir les faubourgs, la banlieue et le plat-pays, se multiplient. Cette historiographie récente, aux acquis indéniables, demande cependant à être encore approfondie. Par exemple, la comparaison des modes de fonctionnement intra et extra muros permettrait de mieux les définir. On pourrait ainsi comprendre plus précisément les espaces périphériques et mieux appréhender la ville médiévale dans son ensemble. La recherche récente a montré que les espaces situés au dedans et au dehors de l’enceinte urbaine sont des zones policées sous le pouvoir d’une autorité politique commune, laïque ou religieuse. S’appuyant sur cet acquis, la journée d’études aura pour objectif d’approfondir la connaissance de l’administration de toute la société urbaine

ANNONCE

Journée d’études, Amiens, 22 juin 2018

Argumentaire

Depuis le début des années 2010, les rencontres scientifiques traitant la question des abords des villes médiévales en Occident, leur extra muros, à savoir les faubourgs, la banlieue et le plat-pays, se multiplient. Leur dynamisme a remis en cause la vision traditionnelle d’une société urbaine opposée au monde rural. La notion de dualité ou de dichotomie laisse progressivement place à celle d’une complémentarité forte entre les deux entités dont les interactions demeurent toutefois souvent encore floues.

Cette historiographie récente, aux acquis indéniables, demande cependant à être encore approfondie. Par exemple, la comparaison des modes de fonctionnement intra et extra muros permettrait de mieux les définir. On pourrait ainsi comprendre plus précisément les espaces périphériques et mieux appréhender la ville médiévale dans son ensemble.

La recherche récente a montré que les espaces situés au dedans et au dehors de l’enceinte urbaine sont des zones policées sous le pouvoir d’une autorité politique commune, laïque ou religieuse. S’appuyant sur cet acquis, la journée d’études aura pour objectif d’approfondir la connaissance de l’administration de toute la société urbaine. En cela, les enclaves juridictionnelles ne pourront pas être au cœur de la communication mais pourront être prises en compte en tant qu’élément de comparaison. Il s’agira donc non pas d’analyser le fonctionnement de la ville par rapport à celui de son plat-pays dans son intégralité, mais d’articuler l’intra muros aux faubourgs et à la banlieue.

Les contributions porteront sur l’Occident, principalement aux XIVe-XVIe siècles durant lesquels la ville redéfinit les relations qu’elle entretient avec ses abords face aux troubles géopolitiques, sanitaires et économiques.

Quatre thèmes majeurs sont à envisager ici :

  • Le commerce et l’économie : le citadin et le faubourien sont-ils soumis aux mêmes obligations règlementaires et bénéficient-ils des mêmes prérogatives dans leurs activités ? Existe-t-il un modèle de répartition des infrastructures artisanales et commerciales spécifique au dedans et au dehors ?
  • La défense et la justice : quel est le rôle des habitants des faubourgs dans les services de guet, de corvée ou de lutte contre le feu ? Les auxiliaires de police, relevant d’une même autorité, sont-ils les mêmes de part et d’autre des murailles ?
  • Prévention situationnelle : les mesures et les aménagements liés à l’hygiène publique et à la prévention contre les incendies sont-ils uniformes dans l’ensemble de la ville ? Les faubourgs concentrent-ils vraiment davantage d’activités et de pratiques polluantes que la ville intra muros ?
  • Les jeux et les festivités : la réglementation des divertissements privés (prostitution, danses, jeux de hasard, rencontres sportives, etc.) est-elle la même de chaque côté de l’enceinte ? Où se situent les jardins d’entraînement des compagnies bourgeoises et les espaces dédiés aux grandes festivités publiques ? Dans quelle mesure les trajets des processions et des joyeuses entrées mettent-ils en relation les espaces intra et extra muros ?

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions de communication (résumé de 300 à 500 mots et un titre) sont à envoyer pour

le 15 novembre 2017

au plus tard à : catherine.xandry[at]u-picardie.fr

Journée d’études organisée par l’Université de Picardie Jules Verne et le laboratoire TrAme (EA 4284)

Pour plus d’informations : « Administrer la ville dans et hors les murs (Occident, XIVe-XVIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 12 septembre 2017, http://calenda.org/415553

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Financement:Ecole de Rome, Bourses 2018[délai:30/09/2017]

Ecole Française de Rome
LETTRE D’INFORMATION
RAPPEL : BOURSES 2018

SÉLECTION 2018 DES BOURSES DE L’ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME ET LAURÉATS DANIEL ARASSE

L’EFR accueille chaque année des doctorants (boursiers et doctorants sous contrat), de jeunes chercheurs (membres), ainsi que des enseignants-chercheurs, chercheurs et autres personnalités scientifiques plus confirmées : chercheurs résidents, chercheurs mis à disposition par le CNRS et chercheurs partenaires des programmes scientifiques.
Outre les lecteurs de la bibliothèque, près d’un millier de personnes fréquentent ainsi l’EFR chaque année, pour des séjours qui vont de quelques jours à l’année entière.
Dans ce contexte, les bourses représentent pour les jeunes chercheurs et étudiants autant d’opportunités de mener à bien leurs travaux de recherche en Italie.

L’École française de Rome propose chaque année des mensualités de bourse, destinées à assurer l’accueil temporaire de jeunes chercheurs dont les travaux nécessitent un séjour en Italie. Ces bourses ont pour mission principale d’aider les doctorants au cours des premières années de leur travail de thèse. Deux sessions de sélection sont organisées chaque année.
Pour un séjour de bourse au premier semestre 2018, la réception des dossiers de candidature est ouverte jusqu’au 30 septembre 2017.
Depuis 2001, dans le cadre d’échanges scientifiques, l’École française de Rome et l’Académie de France à Rome – Villa Médicis attribuent chaque année huit bourses pour des recherches doctorales portant sur l’art, de la Renaissance à nos jours.
Ces bourses sont destinées aux chercheurs en histoire de l’art, français ou étrangers, titulaires d’un Master 2 français ou d’un diplôme équivalent (laurea specialistica), inscrits en doctorat (inscription principale ou dans le cadre d’une cotutelle) dans une université française (ou dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche français) et souhaitant se rendre à Rome pour effectuer des recherches.
Les dossiers de candidature pour la sélection 2018 doivent parvenir à l’École française de Rome et à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis au plus tard le 31 octobre 2017 avant minuit (par courriel uniquement).

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque:Ovid Across Europe: Vernacular Translations of the Metamorphoses in the Middle Ages & Renaissance: 28/09/2017, Bristol, Angleterre.

28-29 SEPTEMBER 2017 AT THE UNIVERSITY OF BRISTOL

From the 12th-century onwards, Ovid’s Metamorphoses exerted an enduring influence on Western culture. The capacity of this poem to be constantly present in our world is due to its innate transformative ability. In the Middle Ages, the Metamorphoses was often read as a philosophical text in which to find advice on Christian morality and ethics. In the Renaissance and Baroque periods, it constituted the most important repertoire of myths, an encyclopaedic work plundered by writers, musicians, and painters. The Metamorphoses found a permanent place in Western culture not only because it could be easily reinterpreted, but also for its capacity to be successfully rewritten and translated into various languages. In the medieval and the early modern ages, the reception of Ovid’s major poem did not happen exclusively through the Latin text; translations in the vernaculars played a pivotal role, transmitting the Latin Metamorphoses to all the emerging European vernacular cultures.

This conference aims to bring together scholars working on medieval and early modern translations of the Metamorphoses in Europe in order to shed light on the various ways in which Ovid’s poem was re-purposed and received, as well as to trace connections between different literary traditions. When was the Metamorphoses first translated into European vernaculars? How many Ovids can we talk about? Were there interferences between translations in the different vernaculars? The vernacularization of transnational texts contributed to the shaping of national identities, and this colloquium, fostering an exchange between scholars working in any European linguistic area, aims to shed light on the process of national acquisition of Ovid’s Metamorphosesthrough translation. The objective of this conference is to chart the changing face and function of Ovid’s Metamorphoses in the vernacular Europe of the Middle and Early Modern Ages.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Du cheval au bestiaire fantastique dans la légende arthurienne:30/09/2017, Angers.

Dans la légende arthurienne, la magie et le merveilleux sont toujours très liés à la nature. Les animaux appartiennent à cet univers sauvage qui échappe à la raison des hommes et qui est encore dirigé par des forces mystérieuses et anciennes. À ce titre, eux aussi possèdent une forme de magie, eux aussi peuvent être un lien entre le monde des hommes et le monde féerique.

Programme

Matinée :

  • 9 h 15 : Hommage à Robert BAUDRY, décédé le 17 juin 2017. Docteur ès lettres et philosophie. Président fondateur du Centre d’Etudes et de Recherches sur le Merveilleux, l’Etrange et l’Insolite en Littérature (C.E.R.M.E.I.L.)
  • 10 h : Eric MEILLAN : « Figures du sanglier, aspects symboliques », Docteur en sociologie juridique. Président régional des docteurs en droit.
  • 10 h 45 : Daniel BORDEAUX : « Image du dragon au temps de Chrétien de Troyes » Membre du groupe d’étude interne au C.E.N.A. Président du C.E.N.A
  • 11 h 30 : Georges BERTIN : « Le Pendragon et les deux dragons » Docteur HDR en sciences sociales,  socio-anthropologue. Membre du Centre International de Recherches sur l’Imaginaire (GRECO C.R.I.)

Après-midi :

  • 14 h 15 : Mathilde DALBION : « Les animaux guérisseurs dans le lai de Marie de France, Eliduc ». Docteur en Histoire Médiévale. ATER – Université Bordeaux-Montaigne. AUSONIUS – 5607
  • 15 h : Sophie COUSSEMACKER : « Les femmes et leurs montures dans les romans arthuriens en vers des XIIe – XIIIe siècles. » MCF HDR, Université Bordeaux-Montaigne,
  • 15 h 45 : Sylvain FERRIEU : « Aux extrêmes du bestiaire médiéval, les contradictions de la culture médiévale : le lion et le loup » Docteur en Histoire du Droit, enseignant en sociologie de la communication scientifique à l’université Denis Diderot (Paris VII).
  • 16 h 30 : Lauric GUILLAUD : « Quelques exemples d’hybridité dans les récits arthuriens » Professeur émérite de littérature et civilisation américaine – Université d’Angers. Ancien président du Centre d’Études et de Recherches sur les Littératures de l’Imaginaire (C.E.R.L.I.) Directeur scientifique du C.E.N.A.
  • 17 h 15 : Gérard Byron CLOUZARD « Quelques figures du bestiaire dans l’héraldique arthurienne » Maître héraldiste à Angers, membre de l’O.I.T.R. et du C.E.N.A.
  • 17 h 45 : Bilan du colloque par Lauric GUILLAUD

Pour plus d’informations :  « Du cheval au bestiaire fantastique dans la légende arthurienne », Journée d’étude, Calenda, Publié le mardi 05 septembre 2017, http://calenda.org/414825

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque:Le manuscrit franciscain retrouvé:Paris, IRHT, 20-22/09/2017

La découverte en 2015 d’une nouvelle Vie de François d’Assise due à Thomas de Celano, sans doute la deuxième écrite en l’honneur du saint à quelque dix ans de sa mort, a eu un large écho. Ce texte ne représente que la huitième partie du manuscrit qui le contient, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote nal 3245. C’est l’ensemble de ce manuscrit que la rencontre des 20-22 septembre 2017 s’appliquera à explorer et à comprendre.

Colloque organisé par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) avec le soutien du LabEx Hastec, du Centre de recherches historiques (EHESS-CNRS), d’APICES, de la Fondation André Vauchez  (Balzan) et de la galerie Les Enluminures.

Programme

Mercredi 20 septembre 2017 après-midi, salle Léopold Delisle

  • 14h – Isabelle le Masne de Chermont (Bibliothèque nationale de France) et François Bougard (Institut de recherche et d’histoire des textes) : Bienvenue.
  • 14h15 – Jacques Dalarun (IRHT, Académie des inscriptions et belles-lettres) : Colloque mode d’emploi.

L’objet manuscrit – présidence François Bougard

  • 14h30 – Nathalie Buisson (BnF), Amandine Postec (BnF), Pascale Richardin (C2RMF) et Jacques Scire (BnF) : Les matériaux du codex.
  • 15h30 – Denis Muzerelle (IRHT) : Analyse codicologique et paléographique.

16h15 – Pause.

  • 16h30 – Nicoletta Giovè (Università di Padova) : La fisionomia del manoscritto.
  • 17h15 – Fabio Zinelli (École pratique des hautes études, IRHT) : La langue du manuscrit.
  • 17h45 – Débat général.
  • 18h30 – Présentation du manuscrit nal 3245 à la BnF.

Jeudi 21 septembre 2017 matin, salle Jeanne Vielliard

Le primat de la sainte Écriture – présidence Isabelle le Masne de Chermont

  • 9h – Laura Light (Les Enluminures) : Job, Zacharias, Matthew : Why are they here ?
  • 9h45 – Robert Lerner (Northwestern University) : The unexpected Pseudo-Methodius.
  • 10h30 – Amandine Postec : Appropriations anciennes et nouvelles de la Bible : l’Unum ex quattuor.

11h15 – Pause.

La communication du message religieux

  • 11h30 – Dominique Poirel (IRHT) : Le commentaire du Notre Père : aperçus sur une prédication franciscaine primitive.
  • 12h15 – Nicole Bériou (CIHAM, AIBL) et Isabelle le Masne de Chermont : Le sermon sur la Purification de la Vierge : une reportatio faite à Paris.

Les fragments d’une culture – présidence Nicole Bériou

  • 14h30 – Nicole Bériou : Introduction.
  • 14h45 – Nicole Bériou, Marjorie Burghart (CIHAM), Isabelle le Masne de Chermont, Dominique Poirel et Amandine Postec : Le manuscrit nal 3245, florilège de florilèges.Brève présentation raisonnée des ensembles successifs de textes, dans l’ordre du codex.
  • 16h – Thomas Falmagne (Bibliothèque nationale du Luxembourg) : Les « florilèges » du manuscrit nal 3245.

16h45 – Pause.

  • 17h – Marco Giuseppe Rainini (Università cattolica del Sacro Cuore di Milano) : Il manoscritto nal 3245 e le pratiche esegetiche.
  • 17h45 – Carlo Delcorno (Università di Bologna) : Chemin des sermons latins et vernaculaires dans les florilèges.
  • 18h30 – Débat général.

Vendredi 22 septembre 2017 matin, salle Jeanne Vielliard

Un manuscrit franciscain ? – présidence André Vauchez (AIBL)

  • 9h30 – Jacques Dalarun : Introduction.
  • 9h45 – Sean Field (University of Vermont) : The Vita beati patris nostri Francisci in a Franciscan manuscript.
  • 10h30 – Luigi Pellegrini (Università di Chieti) : La produzione di un manoscritto francescano.
  • 11h15 – Sylvain Piron (École des hautes études en sciences sociales) : La longue vie d’un manuscrit franciscain.

12h – Pause.

  • 12h15 – Nicole Bériou, Jacques Dalarun, Isabelle le Masne de Chermont, Dominique Poirel : Conclusions.

Pour plus d’informations : https://www.irht.cnrs.fr/fr/agenda/le-manuscrit-franciscain-retrouve

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Jeunes chercheurs en Histoire, Archéologie et Littérature du Moyen âge du Ciham-UMR 5648