Colloque:Les femmes dans les chansons lyriques de croisade en langue vulgaire:Liège, Belgique, 1-2/03/2018

Les chansons lyriques de croisade constituent un corpus littéraire encore relativement peu étudié. La place des femmes est pourtant importante dans ces textes dont elles sont, avec la Terre sainte, un enjeu considérable : ce sont elles que l’on quitte, dans l’espoir, parfois ténu, d’un amour plus grand ; c’est vers elles que l’on part ou que l’on revient ; c’est leur souvenir qui accompagne le croisé. Source par elle-même d’importants bouleversements, l’entreprise de la croisade vient aussi réinterroger la place des femmes dans la société : leur fonction de régente sur les territoires du croisé, leur participation aux expéditions et à l’œuvre de salut chrétien, et leur éventuel affranchissement de la puissance masculine.

ANNONCE

Présentation

Les chansons lyriques de croisade constituent un corpus littéraire encore relativement peu étudié. La place des femmes est pourtant importante dans ces textes dont elles sont, avec la Terre sainte, un enjeu considérable : ce sont elles que l’on quitte, dans l’espoir, parfois ténu, d’un amour plus grand ; c’est vers elles que l’on part ou que l’on revient ; c’est leur souvenir qui accompagne le croisé. Source par elle-même d’importants bouleversements, l’entreprise de la croisade vient aussi réinterroger la place des femmes dans la société : leur fonction de régente sur les territoires du croisé, leur participation aux expéditions et à l’œuvre de salut chrétien, et leur éventuel affranchissement de la puissance masculine.

Programme

Jeudi 1er mars 2018

9h Accueil des participants

9h30 Ouverture du colloque

  • Annick Delfosse, Vice-doyenne à la Recherche à l’Université de Liège
  • Laure Fagnart, Directrice de l’Unité de recherche Transitions
  • Nadine Henrard, Présidente du Département de Langues et littératures françaises et romanes
  • Introduction par Marjolaine Raguin

Matinée sous la présidence de Gérard Gouiran

10h-11h

  • Danielle Buschinger (Université d’Amiens, France) Amour de la dame et amour de Dieu dans la chanson de croisade des pays de langue allemande
  • Wendy Pfeffer (University of Louisville, États-Unis d’Amérique) L’anneau en question : trois textes et une image en commun

Pause

11h30-12h30

  • Julien Maudoux (Université de Bordeaux, France) Les femmes dans les chansons de croisade : du lexique au discours
  • Elena Muzzolon (Università degli Studi di Padova, Italie) « Conment vivra cors seus ? ». La femme proche et lointaine dans les chansons de croisade

Déjeuner 

Après-midi sous la présidence de Linda Paterson

14h30-16h00

  • Angelica Rieger (RWTH Aachen University, Allemagne) Conon de Béthune entre oc et oïl 
  • Anne Ibos-Augé (Conservatoire de musique de Perpignan, France) « Se mes cors va servir nostre signour, pour çou n’ai pas bonne amour oubliee ». La lyrique de la croisade possède-t-elle une « voix musicale féminine » propre ?
  • Francesco Saverio Annunziata (Università Federico II di Napoli, Italie) L’elogio della dama e la propaganda crociata. Interferenze registrali in alcuni testi trobadorici relativi a Federico II di Svevia.

Pause

16h30-17h30

  • Meritxell Simó Torres (Universitat de Barcelona, Espagne) Les chansons de croisade chez les romanciers du XIIIe siècle
  • Marjolaine Raguin (Université de Liège, Belgique) Les voix de femmes dans les chansons lyriques de croisade : un écho de la prédication ?

Vendredi 2 mars 2018

8h30 Accueil des participants

Matinée sous la présidence de Danielle Buschinger

9h-10h30

  • Marie Guérin (Université Paris-Sorbonne, France) Et chascuns dit : « Ma fame, que fera ? ». Regards croisés sur la participation des femmes à la quatrième croisade
  • Emma Bahillo (Universidad de Valladolid, Espagne) La séparation des amants : émotions et voix féminines dans la chanson lyrique de croisade
  • Sophie Albert (Université Paris-Sorbonne, France) Hélène à la croisée des genres dans le manuscrit de Turin, Biblioteca Nazionale, L-II-14 (1311)

Pause

11h-12h30

  • Luca Gatti (Università di Parma, Italie) Les interférences attributives « du genre » dans la tradition des chansons lyriques à voix féminine en langue d’oïl
  • Patricia Gillies (University of Essex, Royaume-Uni) La croisade n’aura pas lieu: les femmes qui barrent le chemin dans les chansons de croisade de Bertran de Born 
  • Roy Rosenstein (The American University of Paris, France) Belle parleüre? Le statut de la chanson de croisade / chanson de femme R21

Déjeuner

Après-midi sous la présidence d’Angelica Rieger

  • 14h30-15h Earl Jeffrey Richards (Bergische Universität Wuppertal, Allemagne) La figure de de la guerrière dans Le ditié de Jehanne d’Arc de Christine de Pizan
  • 15h-16h Conférence de clôture Sophie Marnette (University of Oxford, Royaume-Uni) Voix de Femmes dans les textes médiévaux : Une approche narratologique et linguistique.

16h Conclusions et clôture officielle du colloque

LIEUX

  • Salle des Professeurs, Liège Université – 7 Place du 20-août
    Liège, Belgique (4000)

Pour plus d’informations: « Les femmes dans les chansons lyriques de croisade en langue vulgaire », Colloque, Calenda, Publié le mardi 20 février 2018, http://calenda.org/434599

 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Publication – C.H . Lawrence, « Le Monachisme médiéval. Formes de vie religieuse en Europe occidentale au Moyen Âge », trad. fr. Nicolas Filicic

Publication – C.H . Lawrence, « Le Monachisme médiéval. Formes de vie religieuse en Europe occidentale au Moyen Âge », trad. fr. Nicolas Filicic

Au IVe siècle, le monachisme fait une timide apparition en Occident, à la faveur des récits de pèlerins et d’évêques orientaux réfugiés en Europe. Quelques siècles plus tard, il occupe une place incontournable dans la société médiévale. L’ouvrage de C. H. Lawrence raconte le prodigieux essor de ce mouvement, ainsi que les nombreuses formes de vie religieuse auxquelles il a donné naissance.

Le moine, selon la célèbre Règle établie par saint Benoît au VIe siècle, partage sa journée entre la prière, le travail et l’étude. Mais la nécessité de gérer des monastères au patrimoine et aux revenus toujours plus importants, de répondre aux sollicitations des pouvoirs temporel et ecclésiastique, d’accorder une place aux femmes dans les maisons religieuses, ou encore de faire face à l’apparition de l’université obligèrent parfois les religieux à déroger aux exigences premières de la vie monastique. Au cours du Moyen Âge, de l’Irlande à l’Italie, les hommes et les femmes vouant leur vie au service de Dieu apportèrent de multiples réponses aux défis posés par ces évolutions. Ces réponses donnèrent naissance à autant de mouvements religieux (Cluny, Cîteaux, Grandmont, Sempringham… ; chanoines, templiers, frères prêcheurs…) dont C. H. Lawrence dresse un portrait saisissant de force et de vitalité.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Parution: Mathias Tranchant, « Les ports maritimes de la France atlantique (XIe-XVe siècle) », t. 1 : « Tableau géohistorique ».

C’est durant la seconde moitié du Moyen Âge que fut mis en place l’essentiel du dispositif portuaire de la France atlantique. Cette genèse s’inscrit dans le même rythme que les grands mouvements de croisance économique puis de crise qui ont marqué l’Europe occidentale à cette époque. Au cours des soixante dernières années, les médiévistes ont beaucoup étudié les sociétés littorales et avec elles les trafics, les marchandises et les navires, mais ils se sont peu préoccupés des espaces portuaires à partir desquels leurs activités étaient rendues possibles. Les cales et les quais, les bassins de stationnement, tous les dispositifs qui permettaient le service des vaisseaux sont passés sous leur regard, ce dernier restant fixé sur les horizons maritimes plus ou moins lointains du commerce et de la pêche. Les ports, considérés en tant que territoires à part entière et non pas comme de vagues appendices urbains ou de simples outillages du négoce, n’ont que très peu attiré l’attention. Il en va de même des efforts considérables consentis par les populations et les autorités publiques qui, face aux menaces d’érosion et d’envasement, ont voulu préserver les lieux dans lesquels les navires trouvaient refuge et par lesquels les denrées circulaient. Les ports sont en cela exceptionnels : ils ont parfois suscité, auprès de sociétés souvent enclines à renoncer devant la force des phénomènes naturels et des changements environnementaux, des réactions collectives de grande ampleur destinées à y résister. Fondé sur une somme significative de monographies produites depuis le XIXe siècle, portant sur les agglomérations maritimes et les provinces littorales, ainsi que sur un corpus important de sources nouvelles tirées des archives centrales, cet ouvrage entend rassembler et organiser nos connaissances relatives aux ports du XIe au XVe siècle. C’est un tableau géohistorique qui présente une vue d’ensemble de la cartographie portuaire de l’époque, en référençant quelque 620 sites. Il fournit de surcroît, dans un but utilitaire, une somme d’informations et de faits nécessaires aux recherches qui sont et seront conduites à leur sujet.

Table des matières : ici

1514986804

Mathias Tranchant est historien médiéviste, maître de conférences à l’université de La Rochelle. Spécialiste des sociétés littorales du Centre-Ouest, il a particulièrement travaillé sur leurs économies ainsi que sur les problématiques de risque maritime. Depuis quelques années, il focalise ses recherches sur les dynamiques des territoires portuaires de la France atlantique.

Informations pratiques :

Mathias Tranchant, Les ports maritimes de la France atlantique (XIe-XVe siècle), t. 1 : Tableau géohistorique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018 (Histoire). 15,5 x 24 cm, 264 p. Couleurs et N & B. ISBN : 978-2-7535-5533-4. Prix : 25,00 €.

Source : Presses universitaires de Rennes

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Appel à contribution: »Describe arborem ». Les trames arborescentes dans la littérature, la théologie et la méditation de Saint Bonaventure, Paris, 13/04 [date limite:17/03]

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. Une journée d’étude spécialisée, consacrée aux trames arborescentes dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure, aura lieu le 13 avril 2018.

« Confectionne dans ton esprit un arbre dont la racine est irriguée par une source au jaillissement perpétuel », « Examinez donc les feuilles de votre vigne, et gravez-les dans votre mémoire d’une manière ineffaçable ». Ainsi saint Bonaventure exhorte-t-il, dans le Lignum vitae et dans la Vigna mistica, son lecteur/auditeur à élaborer mentalement une trame arborescente à même de structurer son élévation spirituelle. Dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure, les trames arborescentes, chargées de la symbolique mystique de l’arbre de vie que la culture textuelle et diagrammatique de l’arbre rencontre à partir du XIe siècle, opèrent tant comme des images de prolifération et de luxuriance que comme des formes signifiantes indispensables à la dévotion.

Au cours du XIIIe et du XIVe siècles, sur le modèle de saint Bonaventure, la culture franciscaine use abondamment du modèle répartiteur de l’arbre afin de graduer le parcours par lequel, en recherchant la similitude et la conformité à la souffrance du Christ, le fidèle s’adonne à l’enargeia compassionnelle qui l’habite. Un tel recours relève majoritairement de la nécessité que rencontrent les prédicateurs de mémoriser et de faire mémoriser leurs sermons à une foule d’auditeurs de plus en plus nombreux, en particulier dans les contextes urbain comme rural de l’Italie communale.

En tant qu’ouvrage majeur de la spiritualité franciscaine du XIIIe siècle, le Lignum vitae a fait l’objet de nombreux commentaires et de nombreuses études, qui s’attachent, le plus souvent, à son intertextualité scripturaire, à son efficacité parénétique ou encore à sa mise en image manuscrite puis monumentale. Pourtant, la spécificité de la trame arborescente que la littérature, la théologie et la méditation bonaventuriennes mettent en place, les modalités textuelles, graphiques et iconographiques de son efficacité heuristique, celle des procédés plastiques de son iconographie, l’exploitation de sa mise en musique ou encore la singularité des ressorts mnémotechniques qu’elle engage n’ont fait l’objet que de peu d’études intégrales de la part des spécialistes des structures arborescentes médiévales. Les autres ouvrages de saint Bonaventure ne sont, eux, presque jamais évoqués, alors que, bien souvent, ils amorcent – au moins – l’élaboration mentale d’une trame arborescente essentielle dans la pratique méditative. Nous voudrions notamment nous demander :

  • Quelle performativité et quelle opérationnalité la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure mobilisent-elles ?
  • Sur quoi repose leur considérable fortune, qui tend à écraser quantitativement une large partie des autres modèles de trames arborescentes ?
  • Comment faire l’exégèse, l’herméneutique et l’iconologie de telles trames arborescentes ? Selon quels présupposés méthodologiques, avec quelles implications théoriques ?
  • Quelle est la réception de ces trames, comment interagissent-elles avec les cultures dévotionnelle, méditative, rhétorique, musicale et diagrammatique locales ?

 

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 17 mars 2018.

Contacts :

Naïs Virenque : nais.virenque@univ-tours.fr

Antoine Paris : antoine7.paris@wanadoo.fr

Sergi Sancho Fibla : ssfibla@gmail.com

https://trarborescentes.sciencesconf.org/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidature atelier doctoral:Outils et méthodes pour l’histoire des Églises entre Orient et Occident (Ve-XIXe siècle), 10-15/09, Rome

Organisation :

  • Frédéric Gabriel (CNRS, IHRIM, ENS de Lyon)
  • Camille Rouxpetel (CRM-Université Paris-Sorbonne / CRHIA-Université de Nantes / Villa I Tatti, the Havard University Center for Italian Renaissance Studies)

Comité scientifique :

  • Dominique Iogna-Prat (CNRS, EHESS, CéSor)
  • Michel-Yves Perrin (EPHE-LEM)
  • Annick Peters-Custot (CRHIA-Université de Nantes)
  • Pierre Savy (EFR)
  • Benoît Schmitz (Centre Roland Mousnier, Paris)
  • Laurent Tatarenko (IESW / CERCEC)

L’École française de Rome, en partenariat avec l’EHESS, l’ENS de Lyon, trois laboratoires du CNRS (LEM, CéSor, IHRIM) et le labex CoMod (Lyon), organise un atelier doctoral à Rome du 10 au 15 septembre 2018. Cet atelier s’inscrit dans le cadre du programme « Normes et pratiques du religieux en Orient et Occident : une histoire croisée des circulations entre les communautés chrétiennes d’Europe et de Méditerranée » (https://normesrel.hypotheses.org). Dirigé par Camille Rouxpetel et Laurent Tatarenko, ce programme fédère l’École française d’Athènes, le Centre de recherche français à Jérusalem et l’EFR, ainsi que le CNRS (CéSor, CERCEC), l’Université catholique de Louvain et l’Université de Nantes (CRHIA).

Les relations entre religion et institutions, longtemps délaissées par des sciences humaines et sociales structurées par la laïcité ou, au contraire, investies à des fins apologétiques, sont aujourd’hui interrogées à nouveaux frais. Dans ce cadre, il est indispensable de revenir de manière critique sur la notion d’Église, dans sa pluralité confessionnelle, occidentale et orientale (Europe centrale et orientale, espace hellénique, ProcheOrient), car bien souvent, l’« histoire religieuse » prend pour acquis ce qu’il s’agit ici d’interroger. À l’inverse, dans cette école thématique internationale, nous mettrons en évidence et nous discuterons les problématiques qui structurent l’institutionnalité ecclésiale, ses normes, ses ramifications, ses jeux d’échelles, et nous proposerons une cartographie des champs relatifs à ce domaine. Classiquement, quand il s’agit de définir l’Église, on reconnaît d’emblée l’ambiguïté du terme, ses sens multiples : c’est cette ambiguïté et sa polyphonie que nous explorerons de manière interdisciplinaire, pour mieux comprendre la dialectique entre religion, institution et normes.

Cet atelier doctoral permettra ainsi de mettre en rapport des historiographies séparées alors même qu’elles partagent un objet central et fort, l’Église, qui n’est souvent traitée que comme une toile de fond de l’histoire. En effet, l’objet « Église » est interdisciplinaire par définition, mais son étude, rare en tant que telle dans le monde francophone, est démembrée entre différentes disciplines (théologie, histoire, mais aussi lettres classiques, sociologie, philosophie, droit). Les participant-e-s qui prendront part à cette école auront l’opportunité de voir réunies des approches diverses et complémentaires : sociale, normative, liturgique, politique, orientaliste. Les participant-e-s auront accès aux méthodes, aux problématisations et aux derniers acquis de ces différentes approches interdisciplinaires dans la longue durée. En outre, ils auront également l’occasion de discuter entre eux de leurs sujets, et de la spécificité ou de la convergence de leurs problématiques. Enfin, ils bénéficieront des regards de différents spécialistes sur les problèmes qu’ils rencontrent, puisque tous les conférenciers participeront à l’école dans sa totalité.

Rome est l’un des lieux par excellence où l’on peut étudier dans un périmètre restreint des éléments divers qui s’échelonnent sur un millénaire : sites archéologiques, bâtiments antiques, médiévaux et « baroques », fonds d’archives, bibliothèques ecclésiastiques. Pour un atelier doctoral qui se situe à la croisée de plusieurs domaines, ce centre géographique des époques antique, médiévale et moderne s’impose de lui-même.

 

L’atelier se déroulera de la manière suivante :

  • Des conférences historiographiques, en français, qui présenteront le matin une synthèse problématisée de l’état de l’art, ainsi que les perspectives les plus actuelles de la recherche. Après ces interventions, une large place sera consacrée aux discussions.
  • Dans un format plus réduit, l’après-midi, les étudiant-e-s pourront faire un exposé concis en lien avec les thématiques abordées (langues de travail : italien, français, anglais). Pendant cette semaine de formation, nous envisageons de sélectionner les meilleurs exposés des participant-e-s. pour leur proposer, à l’issue de l’atelier, une soumission de leur texte aux Mélanges de l’École française de Rome Moyen Âge.
  • Des visites guidées et commentées de sites archéologiques, de bâtiments et de fonds archivistiques.

 

L’École française de Rome propose 12 bourses pour des jeunes chercheurs (étudiant-e-s en master 2, en doctorat ou jeunes post-doctorant-e-s de l’Union européenne et d’autres pays) effectuant un travail de recherche sur les thèmes et les problèmes de l’atelier. Ces bourses couvrent uniquement les frais de séjour à Rome. Les frais de transport incombent aux laboratoires ou aux écoles doctorales des participant-e-s (à titre exceptionnel, nous pourrons envisager de prendre en charge certains trajets).

Les candidat-e-s doivent envoyer (en français, ou en italien, ou en anglais), avant le 31 mars 2018, à secrma@efrome.it 1. un CV d’une page et 2. la présentation de leur sujet de recherche en une page.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contributions:Territoires urbains coloniaux depuis l’Antiquité. 06/06, Champs-sur-Marne [date limite : 01/05]

Atelier doctoral organisé par le Groupe transversal Usages de l’histoire et devenirs urbain, Labex Futurs urbains (Université Paris-Est).

Les villes et les urbanités constituent un objet de recherche central des « colonial studies », en plein développement depuis plus de vingt ans. L’histoire, l’anthropologie, la sociologie ou encore les sciences politiques se sont ainsi emparées de cette notion de « colonial » pour interroger diverses facettes de l’urbain, qu’il s’agisse de comprendre les interactions sociales qui font la trame des situations coloniales urbaines depuis l’Antiquité (colonisations grecques ou romaines, colonisations ibériques modernes, etc.) ou qu’il s’agisse d’en interroger les rémanences ou ré-emplois contemporains. Ainsi cet atelier se propose d’étudier, à nouveaux frais ou pour prolonger et préciser nombre d’études, la dimension urbaine du colonial ainsi que la dimension coloniale de l’urbanisation, qu’il s’agisse de fonder un territoire urbain, de le peupler ou de l’habiter. Se voulant résolument interdisciplinaire et inscrit dans la longue durée, cet atelier doctoral veut ainsi réinterroger le fait « colonial » au prisme de l’urbain, ses évolutions, persistances et nœuds problématiques.

Des études de cas questionnant ce que signifient « fonder », « peupler », « habiter » et « gouverner » pourront mener, lors de cet atelier, à une réinterrogation du « colonial ». Il s’agira également de penser la valeur réflexive, la polysémie, la portée et les limites de ces notions. Approfondir notamment la compréhension des relations entre formes de gouvernement et l’urbain constitue un premier enjeu fort. Un second consiste à comprendre la prolifération des termes de « colonies » ou « colonial » (« colonies » municipales de banlieue parisienne, usages critiques contemporains) pour qualifier des phénomènes et territoires bien distincts des colonisations à proprement parler (antique, ibérique, des XIXe et XXe siècles).

De là découlent nombre de questionnements : quels sont les tenants et les aboutissants des politiques publiques menées ? Comment habiter un territoire urbain récemment fondé ? Dans quelle mesure les envies et réalisations de villes singulières ou renouvelées sont-elles inséparables d’un projet de gouvernement qui les excède ? Quelles formes de citadinité assignées aux territoires urbains fondés – ou quelles sont celles advenant de façon imprévue ? Comment les territoires urbains participent des fronts pionniers et, inversement, comment envisager les « fronts pionniers » dans les territoires urbains ? Pourquoi et comment des espaces urbains deviennent ingouvernables ou du moins tentent de se dérober, pour diverses raisons et de diverses façons, à l’emprise des autorités instituées ? Ce sont là quelques exemples d’axes problématiques qui, au croisement du colonial et de l’urbain, intéresseront cet atelier.

L’étude de ces dynamiques en des « territoires urbains » répond au souhait de ne pas étudier uniquement les villes ; il s’agit plutôt d’analyser les événements et processus qui concernent tout un ensemble de territoires dans lesquels, sur l’ensemble du globe, il y a de l’urbain :  espaces qui voient converger – voire s’affronter – projets métropolitains et leurs contestations (« zones à défendre » en France, aménagements en tout genre destinés à alimenter en ressources les métropoles, par exemple), villes coloniales, villes et quartiers nouveaux ou informels, settlements ou outposts israéliens dont le devenir-ville est explicite, entre autres.

Quoi qu’initié par des historiens, cet atelier ambitionne de saisir ces phénomènes – fonder, peupler, habiter, gouverner des territoires urbains coloniaux – à l’aune d’approches interdisciplinaires qui, dans le sillage des recherches du groupe de travail « Usages de l’histoire et devenirs urbains », ne sauraient être que très fécondes pour l’ensemble de la recherche urbaine, notamment pour tester et mesurer les possibilités de transfert ou de réemploi de ces notions d’une discipline à une autre ou encore en cerner les limites  (« gentrification », « gouvernance », « résilience »…)

Les interventions des doctorant.e.s – d’une quinzaine de minutes – auront pour but d’alimenter les échanges – d’une trentaine de minutes – autour de réflexions, démarches et conclusions utiles à toutes et à tous : études de cas se confrontant ces  notions, source ou terrain interrogeant la validité de leur usage.

Cet atelier doctoral organisé par le Groupe transversal « Usages de l’histoire et devenirs urbains » du Labex Futurs urbains (Paris-Est). Il se déroulera le 6 juin 2018 de 9h30 à 17h30, sur le site de l’Université Paris-Est-Marne-la-Vallée, Champs-sur-Marne (RER A, station Noisy-Champs). La salle sera précisée ultérieurement.

Le déjeuner et les frais de transport des intervenants peuvent être pris en charge par les organisateurs, sous réserve d’acceptation de la proposition.

Les propositions de communication, en 500 mots, sont attendues pour le 1er mars 2018.

Cette atelier doctoral est organisé par Danilo Guiral Bassi et Thierry Guillopé. Tous deux sont doctorants à ACP.

Le premier prépare une thèse d’histoire urbaine comparée sur la gouvernance des nouveaux espaces urbains dans les années 1960 et 1970, dans des capitales de différents régimes politiques (Paris, Brasilia, Jérusalem).

Le second prépare actuellement, entre histoire urbaine et histoire du fait colonial, une thèse sur l’histoire des politiques du logement en Algérie des années 1920 aux années 1950.

Contact : colonialurbain@gmail.com

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution:Terra Mater, les sols convoités. 17-18/10/2018, Valenciennes [date limite : 30/04]

L’évolution des sols est le reflet tout à la fois des fluctuations climatiques, de la nature de la couverture végétale et des usages qui en sont faits. Lieux de vie (pédofaune…) et supports de la croissance des végétaux cultivés ou non, utilisés ou non par les sociétés humaines (nourriture, médication…), les sols ont été façonnés depuis des millénaires, parfois jusqu’à la surexploitation. Certains ont subi des phénomènes d’érosion, souvent accélérés par des pratiques agricoles inadaptées ou intensives, parfois irréversibles. Ils ont constitué – et constituent toujours à travers le monde – un enjeu fondamental tant social et économique que politique et environnemental, de l’échelle locale (remembrements, périmètres de modernisation, …) à celle globale (land grabbing), en passant par les divers échelons étatiques et institutionnels (réformes agraires, accessibilité à la ressource, sécurisation et statut de la propriété foncière). Une telle pluralité empêche toute approche univoque du sujet et fait du sol un objet de recherches tant en sciences humaines et sociales (géographie, histoire, sciences économiques, droit), qu’en sciences de la vie et de la terre.

C’est un moyen de production pour les agriculteurs et éleveurs et un objet de règlementation pour les gestionnaires des territoires. Les travaux de recherche qui se sont multipliés ces dernières années sur les relations sociétés/territoires/milieux ont montré combien il était fondamental de comprendre le rôle qu’ont joué les sociétés passées pour une gestion durable du sol en tant que patrimoine biologique, combien également les processus de dégradation des sols d’une part, les enjeux de la sécurisation alimentaire d’autre part ou encore l’évolution des valeurs attribuées à la terre agricole génèrent de véritables dynamiques d’innovation (renouvellement des liens ville-campagne), mais également de vives tensions ou des conflits.

Les deux premières rencontres de ce cycle sur les sols se sont tenues en 2014, Sols en mouvement, et en 2016, Sols nourriciers. Le dernier volet portera sur les sols convoités.

Il s’agira de mettre au centre des débats la question du foncier, celle de la notion de propriété et de partage du sol, intégrant les jeux de compétitions et de convoitises entre les différents acteurs (agriculteurs, gestionnaires, élus, communautés d’habitants…)

Elle recouvre à la fois des dimensions spatiales et temporelles, en intégrant la question de la transmission intergénérationnelle du capital-sol. Elle intègre aussi une dimension financière en croisant valeur agronomique, valeur d’usage et valeur d’échange, actuelle ou anticipée. Les sols entrent en effet dans les systèmes compétitifs d’échange, de valorisation par changements juridiques (droit à bâtir, dispositifs de protection…), économiques (mise en marché), sociétaux (collectivisation, propriété privée, bien commun…). Différents groupes sociaux sont impliqués dans cette appropriation du sol selon des mouvements rapides ou lents motivés par des changements culturels, des choix politiques et économiques imposés par les tenants et les acteurs institutionnel du sol (syndicats agricoles, sylvicoles…) ou politiques (Europe, communes, intercommunalités…) à ceux qui le travaillent.

La convoitise du sol invite à considérer enfin une relation presque passionnelle avec la terre : celle que l’on revendique, que l’on défend, qui engendre des conflits ; la terre du front pionnier, ou en sursis (promis à un projet d’aménagement parfois depuis des décennies), celle dont sont exclus les éleveurs et les agriculteurs au nom d’une biodiversité sanctuarisée dans des espaces naturels de protection intégrale ; celle où la cohabitation entre acteurs aux intérêts divergents est de plus en plus difficile ou inversement celle que l’on protège mais dont on régule et organise les usages au nom d’une multifonctionnalité assumée (périmètres de protection ou de labellisation agricole).

La question foncière présente aussi des aspects juridiques et symboliques dont témoignent entre autres les délimitations parcellaires (borne, muret, haie…) dont l’archéogéographie a révélé toute l’importance.

Tous ces éléments ont pu, dans le passé, être les vecteurs de dynamiques territoriales spécifiques. Ils sont aussi, à l’heure d’un défi social et environnemental sans précédent, d’une grande actualité, dans l’ensemble du monde et dans un contexte d’internationalisation croissante des transactions foncières.

Les discussions doivent permettre d’ouvrir le dialogue interdisciplinaire entre historiens, archéologues, géographes, pédologues, mais également écologues, agronomes, aménageurs, économistes ou juristes échangeant les approches et la sémantique, les protocoles de recherche, les méthodes et les questions.

*Les propositions de communications et de posters devront comporter un titre court et suggestif, 5 mots-clés et un argumentaire (3200 signes espaces comprises présentés en une page sous fichier word de préférence), jalonné éventuellement par quelques intertitres courts et explicites. L’auteur doit indiquer ses coordonnées (courriel, téléphone, coordonnées postales).

*Ces propositions sont à adresser au plus tard le 30 avril 2018 à l’une des adresses suivantes en précisant l’objet Sols convoités :

*Les auteurs seront avisés du résultat des délibérations avant la fin du mois de mai. Des précisions seront alors données sur l’organisation matérielle du colloque. Les rencontres prennent en charge l’hébergement et la restauration des communicants (si plusieurs auteurs, un par communication).

Il sera demandé une participation sous forme d’inscription s’élevant à 80 euros pour les enseignants-chercheurs et assimilés, 50 euros pour les doctorants.

Les communications et posters seront publiés, après avis du comité scientifique, au deuxième semestre 2019. Il conviendra donc de respecter scrupuleusement les normes éditoriales et la date ultime de remise des manuscrits (fin décembre 2018).

Comité scientifique :

  • Corinne Beck, Professeur émérite d’Histoire et archéologie médiévales, Université de Valenciennes et Hainaut-Cambrésis (UVHC)
  • Jérôme Buridant, Professeur de Géographie, Université de Picardie Jules Verne
  • Marc Galochet, Professeur de Géographie, UVHC
  • Fabrice Guizard, Maître de conférences en Histoire médiévale, UVHC
  • Patrice Herbin, Responsable du service archéologique du Conseil départemental du Nord
  • Jacques Heude, Maître de conférences en Géographie, UVHC
  • Nicolas Rouget, Maître de conférences en Géographie, UVHC
  • Guillaume Schmitt, Maître de conférences en Géographie, UVHC
  • Marc Suttor, Professeur d’Histoire médiévale, Université d’Artois
  • Céline Vaz, Maître de conférence Histoire contemporaine, UVHC

Pour toutes informations supplémentaires :

Fabrice Guizard fguizard@gmail.com

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire:Le genre au Moyen Âge, Paris, 15/02, 09/03, 12/04, 24/05, 14/06.

Le genre au Moyen Âge

Phénomènes, pratiques, constructions pour une histoire culturelle

Ce séminaire interdisciplinaire se propose de rassembler des jeunes chercheur·e·s et des chercheur·e.·s confirmé·e·s en histoire médiévale qui font du genre leur objet d’étude, ou qui l’utilisent comme un outil dans leurs recherches. Le but du séminaire est de se focaliser sur la réflexion identitaire et genrée au Moyen Âge. C’est pourquoi les approches d’histoire intellectuelle et culturelle ont été privilégiées. Néanmoins, les autres disciplines et les objets d’études mis en discussions seront également mobilisés.

Argumentaire

Ce séminaire interdisciplinaire se propose de rassembler des jeunes chercheur·e·s et des chercheur·e.·s confirmé·e·s en histoire médiévale qui font du genre leur objet d’étude, ou qui l’utilisent comme un outil dans leurs recherches.

Le but du séminaire est de se focaliser sur la réflexion identitaire et genrée au Moyen Âge. C’est pourquoi les approches d’histoire intellectuelle et culturelle ont été privilégiées. Néanmoins, les autres disciplines et les objets d’études mis en discussions seront également mobilisés.

Chaque session sera ouverte par l’exposé des recherches d’un.e intervenant.e confrontées à un.e discutant.e. la format choisi permettra de favoriser le dialogue ouvert avec les assistant.e.s, ainsi qu’une prédisposition à la réflexion plurielle. Ce séminaire a vocation à être largement ouvert, puisque la présence des membres de l’EHESS sera combinée avec celle de chercheur.e.s appartenant à des institutions françaises et étrangères, ce qui permettra d’élargir davantage le dialogue entre disciplines, cadres chrono-géographiques et méthodologies.

Les objectifs principaux de cet évènement scientifique seront:
De créer l’espace pour une réflexion sur l’étude du Moyen Âge à partir de la perspective du genre.
De créer un dialogue interdisciplinaire qui permette d’offrir une vision complémentaire de chacun des aspects et sous-thèmes compris dans ce cadre général.
De mettre en contact des doctorant.e.s, des postdoctorant.e.s et des chercheur.e.s confirmé.e.s qui mènent actuellement leur recherche sur ces thèmes et qui appartiennent à des institutions françaises et étrangères.
De présenter des recherches et des travaux en cours de tous niveaux pour les mettre en discussion avec des chercheur.e.s confirmé.e.s et d’autres membres de la communauté.
De confronter des points historiographiques et des outils de recherche (analogiques ou numériques), afin de découvrir des nouvelles voies méthodologiques pour l’étude du genre au Moyen Âge.
E construire un espace d’échanges autour d’informations concernant ces questions, pour ainsi favoriser l’émergence d’un réseau dynamique d’associations, de groupes de recherche qui puisse mettre en commune, des analyses lors de colloques ou des journées d’études, et partager une visibilité de la recherche du genre au Moyen Âge, à Travers la mise en commun de publication ou d’appels à contributions

L’histoire du genre jouit actuellement d’une production fructueuse, malgré une diffusion hétérogène de la réflexion académique, plus dynamique dans le monde anglo-saxon que dans l’Europe méridionale. Ce dynamisme montre l’intérêt évident qu’ont les chercheur.e.s à se saisir d’un sujet qui se concentre sur les représentations ou les rôles sociaux différenciés selon le genre. L’organisation de ce séminaire vise à créer un espace de discussion sur ces questions, pour ainsi combler un vide dans l’histoire médiévale, pour débattre et confronter les nombreuses publications dans les dernières décennies (C. Klapisch-Zuber et Herlihy, D., Les Toscans et leurs familles. Une analyse du catasto florentin de 1427 , Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1978; D. Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre XIIe-XVe siècle, Paris, Armand Colin, 2013),

Ce premier séminaire annuel du genre au Moyen Âge voudrait s’interroger particulièrement sur la construction et la déconstruction des identités genrées afin de questionner les relations existantes entre individualité et collectivité. Cette thématique permet également de questionner les mondes des croyances et du religieux (sorcellerie, vie monastique et liturgie, hagiographies, hérésies), qui seront présentes dans la plupart des sessions. En ce sens, la thématique choisie s’inscrit dans les travaux menés par le Groupe Histoire du Genre du CRH, dont un axe de recherche est intitulé Histoire des croyances et des pratiques religieuses, institutions religieuses et dissidence.

Programme

15 Février 2018, 13h-15h

Salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 Paris

Introduction: Penser le Moyen Âge à travers le genre

  • Laura Cayrol-Bernardo (EHESS)
  • Charles de Miramon (EHESS)
  • Sergi Sancho Fibla (Aix-Marseille Université / CNRS)

9 Mars 2018,13h-15h

Salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris

Sorcellerie diabolique: un crime au féminin? L’importance du genre dans les premières accusations pour crime de sorcellerie en 13h-15h Europe (XVe s.)

  • Pau Castell (Universitat de Barcelona)
  • Disc. Maxime Perbellini (EHESS)

12 Avril 2018, 13h-15h

Salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 Paris

Confusion des genres et distinction des sexes au Moyen Âge : l’anthropologie chrétienne des émotions

  • Damien Boquet (Aix-Marseille Université)
  • Emmanuel Bain (Aix-Marseille Université)
  • Disc. Chloé Maillet (EHESS)

24 Mai 2018, 13h-15h

Salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 Paris

Cunning Men, Emotional Women and Viceversa: The Gendering of Inquisitorial Interrogations in the Late Middle Ages

  • Delfi Nieto-Isabel (Universitat de Barcelona)
  • Disc. Sergi Sancho Fibla (Aix-Marseille Université)

14 Juin 2018, 13h-15h

Salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 Paris

Gender and Liturgical Space among Dominicans in Castile

  • Mercedes Pérez Vidal (Universität Düsseldorf)
  • Disc. Ghislain Baury (Univ. du Maine)

Pour plus d’informations : « Le genre au Moyen Âge », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 07 février 2018, http://calenda.org/432942

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:L’Entrepreneur de bâtiment (Moyen Âge-XXe siècle), Aedificare [date limite : 15/04]

Ce numéro thématique d’Æedificare se propose d’éclairer la figure de l’entrepreneur sur une longue période, allant du Moyen Âge au XXe siècle. De quoi parlons-nous quand nous parlons d’entrepreneur ? L’entrepreneur du XVIIIe siècle, correspond-il à ce que les historiens du Moyen Âge désignent sous le même nom ? Comment s’articulent la notion moderne d’entrepreneur et les catégories anciennes d’« entrepreneur de bâtiment », d’« entrepreneur expert » et d’« entrepreneur ingénieur » des périodes dites moderne et contemporaine ?

Argumentaire

Ce numéro thématique d’Æedificare se propose d’éclairer la figure de l’entrepreneur sur une longue période, allant du Moyen-âge au XXe siècle. De quoi parlons-nous quand nous parlons d’entrepreneur ? L’entrepreneur du XVIIIe siècle, correspond-il à ce que les historiens du Moyen-âge désignent sous le même nom ? Comment s’articulent la notion moderne d’entrepreneur et les catégories anciennes d’ « entrepreneur de bâtiment », d’« entrepreneur expert » et d’ « entrepreneur ingénieur » des périodes dites moderne et contemporaine ?

Au Moyen-âge, l’entrepreneur exerçait dans des cadres (l’atelier, le chantier) qui avaient toutes les caractéristiques d’une entreprise : les artisans-entrepreneurs devaient faire preuve d’innovation technique pour pouvoir proposer des produits et des prestations nouveaux aux fabriques et aux particuliers. Ces mêmes artisans avaient de plus une activité économique de forme industrielle. Ils investissaient, par exemple, dans des infrastructures pérennes, comme les fours ou les carrières, ou pratiquaient la production en série standardisée. Ils menaient aussi une politique de gestion de personnel, de formation, dans le cadre de leur atelier, ou hors de celui-ci. Dès le Moyen-âge l’entrepreneur était donc à la tête d’une unité économique combinant des facteurs de production (activité et capital) pour produire des biens et / ou des services destinés à être vendus sur un marché (C. Verna). L’idée de marché était caractéristique et capitale

L’objectif de l’entrepreneur et de l’entreprise était alors, comme maintenant, de réaliser des bénéfices dans un contexte économique concurrentiel. L’atelier devait générer du bénéfice, ce qui n’était peut-être pas le cas des fabriques, qui visaient l’équilibre budgétaire. L’entrepreneur prenait des risques, certes, mais dans le cadre d’une action concertée, avec un passage par l’écrit pour minimiser au maximum, contrôler, encadrer les aléas et le hasard.

L’entreprise était un cadre de perfectionnement et d’amélioration au titre de l’individu et du groupe qui passait par une professionnalisation des activités, puis une professionnalisation des acteurs, qui pouvait comprendre le groupe qui exerçait, mais également les personnes au niveau individuel pour intégrer la culture du groupe, et enfin, une professionnalisation de l’organisation, c’est-à-dire une professionnalisation des savoirs et de la formation.

Si ces traits sont communs aux entrepreneurs des époques modernes et contemporaines, comment se déclinent-ils selon que ces derniers étaient également (comme les sources plus récentes l’indiquent) architectes, inventeurs, experts ou ingénieurs ? Qu’en est-il de leur implication dans la conception du cadre bâti et dans celui de l’expertise? De quelle nature étaient les savoirs des entrepreneurs transmis dans le cadre de leurs métiers, ou hors de ceux-ci, dans les associations compagnonniques ou les cours publics ? En quoi différaient-ils de ceux des marchands ? Enfin quels étaient leurs réseaux sociaux, politiques et culturels ? Pour ces périodes d’autres questions se posent comme le rapport à l’imprimé et à des formes variées de communication, telles que les expositions, les démonstrations, les conférences, la participation à des associations professionnelles et des syndicats.

Nous proposons les pistes suivantes :

  • Peut-on faire une histoire des entrepreneurs sans partir des parcours individuels ? La prosopographie est-elle l’outil qui permet de cerner le concept d’entrepreneur ?
  • Qu’apporte la terminologie ? Comment les sources parlent-elles des entrepreneurs du bâtiment ? quelles réalités derrière les termes ?
  • La fabrique est-elle une entreprise ? Le commanditaire, le maître d’œuvre, le gestionnaire sont-ils des entrepreneurs ? On pourra s’interroger sur l’ouverture de marchés, d’association entre artisans, de monopole. Peut-on parler de stratégie socioprofessionnelle dans la course aux chantiers ?
  • Quelle est la « chaine entrepreneuriale » ? De l’investissement et de l’emprunt éventuel à la réussite ou la faillite et l’échec, quelles sont les étapes de cette aventure d’entreprendre dans le bâtiment ?
  • Comment s’opère la fixation des prix et des tarifs des prestations ou des matériaux ? Voit-on des prix d’appel ou des prix « d’amis » : casse-t-on les prix pour remporter un chantier ? Le gestionnaire fait-il jouer une concurrence ou un réseau ?
  • Quelle est la place des métiers dans ce contexte ? En régulant main d’œuvre, savoir-faire et prix, jouent-ils un rôle de contrôle et de gestion du secteur ? Par stimulation ou par étouffement ? Négocient-ils, imposent-ils ? Bref, ont-ils une place supra-entrepreunariale, peut-on parler de syndicat professionnel ? Et enfin, leur accès aux sphères politiques peut-il être lu comme un lobby ?
  • Quels sont les risques techniques pris dans ce secteur ? Quelles audaces, quels paris ont été faits par les bâtisseurs ou par les gestionnaires / commanditaires ? Ces tentatives techniques ont-elles réussi ou échoué et surtout, ont-elles induit des innovations techniques (matériaux, outillage, savoir-faire) ? Cette innovation s’étend-elle à l’administration du chantier ? Le comptable innove-t-il également pour suivre au mieux les flux financiers engendrés par l’œuvre ? Dans ce cadre innovant, se protège-t-on de la faillite ou de l’échec ? Existe-t-il un système d’assurance ?
  • Quels sont les savoirs et les savoir-faire desentrepreneurs (mathématiques, techniques, juridiques, évaluation et expertise, gestion des hommes et du matériel, communication etc.). Comment les transmettent-ils ?
  • Leur statut leur vaut-il une place particulière dans la stratification professionnelle, et plus avant, dans la stratification sociale ? Leur ouvre-t-il les portes de carrières politiques, de fonctions honorifiques ?Quels sont leurs réseaux sociaux et politiques ?
  • Dans quels lieux exercent les entrepreneurs ?  Où se déplacent-ils ?

Conditions de soumission

Les propositions d’articles doivent parvenir  sous forme d’un abstract avant le 15 avril 2018.

La remise des articles est prévue pour le 3 septembre.

Les textes peuvent être écrits en français, anglais, espagnol ou italien.

Coordinatrices scientifiques

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Parution OpenEdition : Santiago Aguadé Nieto et Joseph Pérez (dir.), Les origines de la féodalité. Hommage à Claudio Sánchez Albornoz, Madrid, Casa de Velázquez, 2000.

Parution OpenEdition Books :

Santiago Aguadé Nieto et Joseph Pérez (dir.), Les origines de la féodalité. Hommage à Claudio Sánchez Albornoz, Madrid, Casa de Velázquez, 2000.

 

Joseph Pérez et Santiago Aguadé Nieto

Avant-propos

Santiago Aguadé Nieto

Feudalización tardía y ciudad en una sociedad arcaica: Asturias

Dominique Barthélemy

Nouvelle contribution au débat sur l’an mil en France

Pierre Bonnassie

Réponse à Dominique Barthélemy

Dominique Barthélemy

Brève réponse

Pierre Bonnassie

Seigneurie et féodalité en Bordelais d’après les Vieilles Coutumes de La Réole

Éric Bournazel

Réflexions sur le concept de royauté féodale

Carlos Estepa

Hombres de behetría, labradores del rey y Königsfreie

Propuestas para una historia comparativa en la formación y primera evolución del feudalismo europeo

José Luis Martín

Los señoríos, explicados por don Claudio a los diputados de las Cortes españolas en 1932

José María Mínguez

La despoblación del Duero: un tema a debate

Jean-Pierre Poly

Terra salica

De la société franque à la société féodale : continuité et discontinuité

Josep Maria Salrach

«Multa placita et contenciones»

Conflictos de los siglos x-xii en el Cartulario de Sant Cugat del Vallès

Julio Valdeón Baruque

¿Instituciones feudales o sociedad feudal?

Index onomastique

Index toponymique

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire et doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2, membre du CIHAM, elle travaille sur l'alimentation en Occident musulman (Al-Andalus, Maghreb, XIIe-XVe s.)

More Posts

Financement:Contrat post-doc, fondation Fyssen[délai:05/04/2018]

Objectifs et attribution des allocations post-doctorales

Objectifs
Les allocations d’études s’adressent à des chercheurs de niveau post-doctoral, travaillant dans les disciplines de recherche telles que l’éthologie, la psychologie, la paléontologie, l’archéologie, l’anthropologie sociale et la neurobiologie

Ces allocations  sont attribuées à des chercheurs de toutes nationalités, titulaires d’un doctorat étranger et qui souhaitent réaliser leur projet dans un laboratoire en France; ou titulaires d’un doctorat français qui souhaitent réaliser leur projet dans un laboratoire à l’étranger (sont exclus les pays d’origine et de co-tutelle)

Conditions d’éligibilité
Débuter grâce à ce financement son premier stage post-doctoral.
Avoir 35 ans maximum le jour de la clôture de l’appel à candidature.
Être titulaire d’un doctorat de moins de deux ans au 1er septembre de l’année de candidature ou bien soutenir sa thèse au plus tard le 31 décembre de l’année de candidature.
Le candidat doit impérativement avoir soutenu sa thèse avant de commencer son stage post-doctoral.
Pour les laboratoires d’accueil situés en France : le bénéficiaire accueilli dans le cadre d’un contrat à durée déterminée devra s’assurer qu’une convention de co-financement pourra être signée entre la Fondation et le laboratoire pour couvrir, à parts égales, le coût du salaire brut chargé.

Montant de l’allocation
Ces allocations, d’un montant annuel maximum de 30 000 euros, seront destinées à couvrir les frais d’hébergement, de séjour et d’assurance santé.

Durée de l’allocation post-doctorale
De 12 mois non renouvelables, ou de 24 mois sous réserve de l’approbation du Conseil Scientifique après l’examen d’un rapport en fin de première année.

Le stage post-doctoral devra débuter au plus tôt le 1er septembre de l’année de candidature , et au plus tard en janvier de l’année suivante.

Calendrier

13 février 2018 : mise en ligne des formulaires de candidature
5 avril 2018 : clôture des candidatures en ligne à 12:00 (midi) heure française (Gmt +1) ET date d’envoi du dossier papier complet en un exemplaire (strictement identique à la version web) à la Fondation par courrier (le cachet de la poste faisant foi).
Un email notifiant la bonne réception du dossier de candidature en ligne et du dossier papier sera adressé au candidat.
mi juillet 2018 : envoi des résultats par courrier.

Télécharger et imprimer les affiches concernant les allocations post-doctorales

Télécharger la liste des bénéficiaires d’allocations post-doctorales en 2017

Pour plus d’informations : http://www.fondationfyssen.fr/fr/bourses-detudes/objectifs-et-attribution/ 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Déployer le texte biblique Les trames arborescentes et l’exégèse de la Bible de l’Antiquité au Moyen Âge :20/02/2018, Paris, Bibliothèque historique de la ville de Paris.

De l’arbre de la connaissance du bien et du mal en Genèse 2-3 à l’arbre de vie en Apocalypse 2, du chêne de Mambré en Genèse 12 au figuier maudit par Jésus en Marc 11, l’arbre est omniprésent dans les récits bibliques. C’est également comme image littéraire que l’arbre occupe une place majeure dans la Bible, que ce soit dans des récits de rêve comme le songe de Nabuchodonosor en Daniel 4, dans des paraboles comme celle du grain de moutarde en Matthieu 13 ou dans des poèmes comme le Psaume 1.

Or, dès ses débuts, l’exégèse biblique a fréquemment recours à l’image métaphorique, potentiellement structurante, de l’arbre et/ou de l’arborescence. En effet, l’arbre apparaît dans des commentaires de passages bibliques, comme Genèse 15, 2 pour lequel Philon d’Alexandrie fait intervenir la métaphore des graines, des racines et du tronc (Quis rerum divinarum heres sit, 34) ou I Corinthiens 15, dont Origène développe l’image végétale pour défendre la réalité de la résurrection (Contre Celse V, 18). Par-delà cet usage métaphorique, l’exégèse a également recours à l’arbre en tant que mode d’ordonnancement du texte, dont les étapes s’organisent selon une structure arborescente.

Cette double réalité imprègne également la production visuelle d’images. De fait, la primauté que la culture du XIIe siècle accorde à la vue a pour cause et conséquence d’exploiter activement tous les ressorts de l’imagination, notamment ceux qui rendent possible la production mentale de nouvelles images, de nouvelles associations d’idées et, par là, de nouveaux sens. Ainsi naît la pratique de plus en plus répandue de l’exégèse visuelle, qui consiste en la quête d’une signification supérieure via le rapprochement signifiant d’une image et d’un texte. Héritière directe de l’intérêt que le XIe siècle accorde aux arts libéraux, que la pensée augustinienne considère comme une propédeutique de l’exégèse chrétienne, l’exégèse visuelle progresse aux côtés de l’exégèse textuelle. Les structures arborescentes y opèrent comme des schémas heuristiques : en distinguant des idées et des concepts ou en permettant des rapprochements, au moins spatiaux, entre les éléments qu’elles contiennent, ces structures garantissent à celui qui les regarde/lit de comprendre la trame qui sous-tend le texte biblique.

Jonas à l’ombre de la coloquinte : l’interprétation de Jérôme

Tiphaine Lorieux, École Pratique des Hautes Études, Section des Sciences religieuses

Le réseau des paraboles végétales comme exégèse de la narration dans l’Évangile selon Marc

Antoine Paris, Université Paris-Sorbonne/Université de Montréal, Faculté de Littérature grecque et Département d’Études bibliques

Commodien : genèse et promesse du Bois de vie pour les lettres latines

Éric Pohlé, Université de Fribourg, Faculté de théologie

L’arbre comme cause de chute et source de salut dans l’exégèse patristique et médiévale

Cyriane Rohner-Ouvry, Université de Strasbourg, Faculté de théologie protestante

 

Images végétales dans l’exégèse carolingienne : les lettres de Paulin d’Aquilée et le Liber Manualis de Dhuoda

Luce Carteron, Université Sorbonne Nouvelle, Centre d’Études et de Recherches Antiques et Médiévales

Les Arbores significantes beatitudinum ordines de Lambert de Saint-Omer : configuration et mnémotechnique d’un outil exégétique tabulaire et arborescent

Naïs Virenque, Université de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance

Exégèse, iconographie et arborescence : autour des ciboires du XIIe siècle

Eliana Magnani, CNRS, Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris

Le végétal arborescent comme stratégie discursive d’un dispositif visuel extérieur : le cas du portiro de la basilique San Zeno à Vérone

Mathieu Beaud, Institut National d’Histoire de l’Art

Voir, révéler et interpréter. L’arbre de Constance de Rabastens et les Écritures

Sergi Sancho Fibla, Université d’Aix-Marseille. CNRS, Labexmed, TELEMME

Pour plus d’informations : https://trarborescentes.sciencesconf.org/resource/page/id/45

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts