Colloque : « Le texte coranique et son contexte. Le cas de l’Occident musulman (XI-XVIIe s.) » – 7 décembre, Collège de France

Le texte coranique et son contexte (cliquez pour télécharger le programme en format word) – 7 décembre, Collège de France, amphi. M. Halbwachs

Coordonné par Nuria Martínez de Castilla et François Déroche

9.15h. Ouverture du colloque

François Déroche, Collège de France, Paris, Nuria Martínez de Castilla Muñoz, Universidad Complutense de Madrid

9.30h. Le texte

François Déroche, Collège de France, Paris, « Le prince et la nourrice »

Marie-Geneviève Guesdon, Bibliothèque nationale de France, Paris, « Corans maghrébins copiés du XIIe au XVIIe s. conservés dans les bibliothèques de France autres que la BNF »

Pause

Hassan Chahdi, École Pratique des Hautes Études, Paris, «  Le paradoxe de la transmission des qira’at : entre riwaya et qiyas »

Xavier Casassas Canals, Universität Salzburg, « El Alcorán de Bellús. Un Alcorán mudéjar de principios del siglo XVI con traducciones y comentarios en catalán, castellano y latín »

14,30h. Et le contexte

Nuria Martínez de Castilla Muñoz, Universidad Complutense de Madrid, « Ibn Abī Zamanīn et son tafsīr en aljamia dans les communautés morisques »

Hiba Abid, École Pratique des Hautes Études, Paris, « Un concurrent du Coran en Occident musulman du XVe siècle à l’aube du XVIIIe siècle : les Dalā’il al-Khayrāt d’al-Jazūlī (d. 1465) »

Hassan Chahdi, École Pratique des Hautes Études, Paris et Patricia Roger-Puyo, IRAMAT-CNRS, Orléans, « Étude d’un muṣḥaf maghrébin atypique du XVIIè siècle : analyse conjointe des qira’at et des encres »

Information et inscription: nuria.martinezdecastilla@pdi.ucm.es

Texte coranique et son contexte. Cdf 7 décembre 2015

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Fellowship & Instructorship: « Violence and Order in the Pre-Modern World » (Caltech-Huntingdon, Fall 2016)

The Division of the Humanities and Social Sciences at the California Institute of Technology and the Research Division of The Huntington Library, Art Collections, and Botanical Gardens invite applications for a one-year fellowship and for two-year post-doctoral instructorships in medieval or early modern studies under their joint research program known as the Caltech-Huntington Humanities Collaborations (CHHC). Both are open to scholars at the Assistant or early Associate Professor levels whose research relates broadly to the theme « Violence and Order in the Pre-Modern World. » We seek applicants whose work engages issues of violence, power, and political and/or social order in Europe, the Mediterranean, or the Islamic world between ca. 1100 and 1600 C.E. Scholars working in all humanities fields are encouraged to apply; interdisciplinary and comparative work is especially welcome. For additional information, click here for the CHHC program statement.

The one-year fellowship may be taken either during the 2016-17 or the 2017-18 academic year. The successful applicant is expected to conduct research at The Huntington and to contribute to the intellectual activities of the CHHC program at both Caltech and The Huntington. Together with a postdoctoral instructor, he or she will also organize seminars and a conference related to the theme.

The two-year post-doctoral instructorship begins Fall 2016. Appointment is contingent upon completion of the Ph.D. The successful applicant will be expected to conduct research at The Huntington, teach two (ten-week) undergraduate courses per year at Caltech, and contribute to the intellectual activities of the CHHC program at both institutions. Together with a senior fellow, he or she will also organize seminars and a conference related to the theme.

Interested candidates should submit a letter of application, vita, a statement of research interests, and three letters of recommendation by email to: chhc@hss.caltech.edu or by mail to CHHC Search, Division of the Humanities and Social Sciences, 101-40, Caltech, Pasadena, CA 91125. Application deadline is January 15, 2016.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Séminaire au CIHAM : « Marges et frontières de l’Islam médiéval » (Lyon, 19 nov. 2015 et 28 janv.2016)

Séminaire sur l’Islam médiéval 2015-2016 (CIHAM) : programme

“L’Islam médiéval, ses marges et les mondes extérieurs”

Jeudi 19 novembre 2015 : programme « marges et frontières de l’Islam médiéval »

10h30-12h30, ISH, salle Léger

Yassir Benhima (Université Paris III – CIHAM) : Aux marges du sultân : centre et périphérie dans l’histoire politique du Maroc

Sophie Gilotte (CNRS – CIHAM) : Marges et archéologie : quelles données possibles ?

Jeudi 28 janvier 2015 : programme « marges et frontières de l’Islam médiéval »

9h30-12h30, ISH, salle Léger

Dominique Valérian (Université Lyon 2 – CIHAM) : L’Islam et les mondes extérieurs : relecture du paradigme méditerranéen

Bruno Paoli (Université Lyon 2 – UMR 5191 ICAR) : Les Alaouites (Nusayris) dans l’histoire du Proche-Orient médiéval

Cyrille Aillet (Université Lyon 2 – CIHAM) : Marges et islamisation à l’époque médiévale

Jeudi 11 février 2015 : actualité de la recherche en Islam médiéval

10h30-12h30, ISH, salle Frossard

Anne Troadec (UMR 8167 Orient & Méditerranée) : Les Mamelouks dans l’espace syrien : stratégies de domination et résistances (658/1260-741/1341)

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Conférence : Abbès Zouache, “De Bagdad au Caire. Genèse et diffusion d’une culture aristocratique : la furūsiyya (VIIIe-XVIe s.)”, 25 novembre 2015, IFAO.

Conférences

De Bagdad au Caire. Genèse et diffusion d’une culture aristocratique : la furūsiyya (VIIIe-XVIe s.)
ABBÈS ZOUACHE (CNRS, CIHAM UMR 5648)

25 novembre 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

La furūsiyya est encore souvent associée aux seuls arts équestres. Pourtant, elle était liée à tout ce qui avait trait de près ou de loin à la guerre, depuis la chasse et le polo aux recettes de feu grégeois, comme le montre la masse de traités qui s’y rapportent, dont un très grand nombre demeure à l’état de manuscrit.

Ces textes, que d’autres sources, narratives ou lexicographiques, complètent parfois avantageusement, confirment que la furūsiyya naquit en Irak, au VIIIe siècle, sous l’influence de traditions diverses, sassanide, grecque, centre-asiatique, arabe.

Valorisée par les califes abbassides, la furūsiyya devint un élément marquant de la culture des aristocraties militaires qui s’imposèrent dans l’ensemble de l’Orient musulman, du Xe au XVIe siècle. Elle s’y diffusa progressivement, sous des formes diverses, jusqu’à briller de mille feux, en Égypte, à la fin du Moyen Âge.

http://www.ifao.egnet.net/manifestations/#671

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Bourses doctorales et postdoctorales du second semestre 2016 attribuées par l’IFAO (date limite : avant le 20 novembre 2015).

Conditions de candidature

Les candidats doivent posséder au moins un Master 2 ou justifier de titres et travaux jugés équivalents.
Les candidats doivent être des ressortissants des états membres de l’union européenne ; à titre exceptionnel, une aide ponctuelle peut être accordée à des doctorants extra-européens.
Les candidats doivent effectuer des recherches nécessitant un séjour en Egypte et se rapportant aux axes définis dans le programme scientifique 2012-2016 de l’IFAO consultable sur le site web. Il est recommandé de se référer au numéro du programme : http://www.ifao.egnet.net/uploads/docs/Programmes_IFAO_2012_2016.pdf
Les candidatures sont adressées au directeur de l’IFAO, à la fois par mail à l’adresse direction AT ifao.egnet.net, et par courrier à l’adresse suivante :LE CAIRE – Ambassade
Institut français d’archéologie orientale
Le directeur
13 rue Louveau
F-92438 Châtillon cedex… accompagnées d’un dossier précisant les titres possédés et les motifs de la demande.
Le dossier doit obligatoirement comporter l’exposé détaillé d’un projet de travail clairement défini, accompagné d’un rapport justificatif et motivé du directeur de recherche qui suit les travaux du candidat.
Les demandes doivent être déposées avant le 25 mai pour les séjours commençant entre le 1er janvier et le 30 juin et avant le 20 novembre pour les séjours commençant entre le 1er septembre et le 22 décembre.
Le directeur de l’IFAO, après consultation du directeur des études et du conseil scientifique de l’IFAO, désigne les bénéficiaires.
Modalités des bourses

Les bourses sont attribuées par mensualités renouvelables ; la durée totale du séjour ne peut être inférieure à un mois et il n’est pas souhaitable qu’elle excède la durée de la bourse accordée : l’IFAO n’est pas en mesure d’assurer la responsabilité administrative des boursiers au delà de la période indiquée.
La bourse attribuée correspond à un dédommagement pour frais de voyage et de séjour. Le montant de la mensualité (1000 euros) a été défini par le conseil d’administration de l’IFAO, dans le cadre de son budget. L’IFAO, dans la mesure des places disponibles dans ses locaux et moyennant rétribution, peut assurer le logement des boursiers. Les boursiers appelés à séjourner dans d’autres régions d’Égypte devront s’y loger par leurs propres moyens.
À l’expiration de leur séjour, les boursiers doivent remettre un rapport d’activité au directeur de l’IFAO, ou au directeur des études qui le communique ensuite au conseil scientifique, ainsi qu’au directeur de recherche ayant recommandé la candidature.
Toute personne venant à l’IFAO dans le cadre d’une bourse doit disposer d’une couverture sociale personnelle et d’un contrat prévoyant le rapatriement sanitaire.
Formulaire de préinscription

Les personnes bénéficiant d’une bourse de l’Ifao, et souhaitant effectuer dans ce cadre une mission en Egypte, doivent remplir http://www.ifao.egnet.net/uploads/formulaires/IFAO_Fiche_mission_bourse_2015.doc , le transmettre à direction@ifao.egnet.net et le cas échéant contacter les autres services mentionnés dans le formulaire
http://www.ifao.egnet.net/annonces/bourses/

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

CFP : Interfaith Love: Love, Sex and Marriage in the Islamicate World from the Middle Ages to the Present. Leiden | Deadline: 15 December 2015

From Wednesday 22 until Friday 24 June 2016, LUCIS organises in cooperation with the University of Naples ‘L’Orientale’ and the University of Salento an international conference entitled: Interfaith Love: Love, Sex and Marriage in the Islamicate World from the Middle Ages to the Present.

Theme

Interfaith love is a compelling topic in societies where faith is a decisive mark of identity, and culture is continuously shaped by interreligious coexistence and conflicts. In Medieval Islamic imagery the ‘religious other’, either boy or girl, has a prominent place in erotic poetry and love romances. The theme went through significant reshaping in the early modern period, when the confrontation between the Ottomans and Europe opened wide spaces for uncertain identities across contested frontiers. Eventually, it has taken on distinctive new forms in contemporary societies within the fragile framework of the Middle Eastern national identities but also in the West where issues related to interfaith love and marriages are increasingly part of the public debate.

This international conference seeks to explore, through a diachronic, interdisciplinary and comparative approach, how interfaith love is perceived and represented in historical, religious, legal, literary and artistic sources, both Islamic and non-Islamic. Relevant materials will be approached from multiple perspectives, and preferably in a comparative way, in order to bring out their historical, cultural and societal implications, and to analyse the way they shaped cultural representations both in the past and in the present. Narratives of interfaith love mirror a society’s understanding of cultural cross-influence, with its ‘dangers’ and ‘seductions’. As interfaith love concerns all the religious cultures involved in the process, the Islamic view will be complemented with that of other relevant cultures intertwined with Islam. This conference seeks to bring into focus the many facets of representation of this theme and trace its metamorphoses at turning points in history.

The main research questions we aim to address include:
– What are the different perceptions and representations of interfaith love in the various kinds of textual and visual sources produced both within and outside the Islamicate world?
– How social norms and boundaries shape and define the ‘performances’ of love affairs between the members of two different religious communities or two different sects within Islam (e.g. between Alevi and Sunni or Sunni and Shiite Muslims)?
– What are the gender implications of interfaith love and, in particular, how the representation of homoerotic love is intertwined with that of the ‘beloved infidel’?
– Why is the beloved in Islamic mystical-erotic poetry often of a different faith?

Organizing committee

Rosita D’Amora (University of Salento) Turkish Studies
Petra de Bruijn (Leiden University) Turkish Studies
Samuela Pagani (University of Salento) Arabic Studies
Monica Ruocco (Università L’Orientale of Naples) Arabic Studies
Asghar Seyed-Gohrab (Leiden University) Persian Studies

Call for application

Scholars, PhD candidates and advanced MA students doing research related to the subject of Interfaith Love are invited to apply for participation.

If application for participation has been successful, the following is granted:
– Participation in the complete programme, including lunches and the conference diner.
– Not included travel and accommodation expenses and the other meals.

To apply for participation, applications have to be sent to lucis@hum.leidenuniv.nl.

For more information please contact: Rosita D’Amora (rosita.damora@unisalento.it) and Asghar Seyed-Gohrab (A.A.Seyed-Gohrab@hum.leidenuniv.nl).

This application includes the following:
– a title and an abstract of 300 words (max.) of your presentation
– a short biography of 50 words (max.)

Deadline for application: Tuesday, 15 December  2015, 24.00 hrs (CET).

Applications that will reach us after this date will not be taken into consideration.

Programme

A provisional program will be available by the beginning of February.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Prix de thèse 2016 IISMM-GIS Moyen-Orient Mondes musulmans (date limite : 8 janvier 2016)

Appel à candidatures : le Prix de thèse 2016 organisé par l’Institut d’étude de l’islam et des sociétés du monde musulman (IISMM) et le GIS Moyen-Orient Mondes musulmans du CNRS.
Il s’agit de la quatrième édition du Prix de thèse sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans.
Sont éligibles les travaux soutenus sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, en français ou en France entre le 31 décembre 2013 et  le 31 décembre 2015.
Informations, Modalités :
Date limite : 8 janvier 2016
Envoi de dossier :
– par email (thèse en PDF) : appels.iismm@ehess.fr
– par courrier (rapport de soutenance, CV) : Mme Anne-Laure Dupont, IISMM, 96 boulevard Raspail, 75 006 PARIS.
Remise des prix : 27 mai 2016

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Appel à contribution : Islam, Byzance, Occident (VIIIe-XIIIe s.). Les élites religieuses et la critique du pouvoir

Les empires du VIIIe siècle (Occident, Byzance, Islam) sont gouvernés au nom de principes religieux et avec le soutien d’élites religieuses ; néanmoins, ces élites peuvent critiquer les pouvoirs politiques au nom de leur compétence ministérielle et/ou intellectuelle. Cette rencontre a pour but l’élucidation des conditions politique et religieuse qui autorisent cette liberté d’expression, la restreignent voire l’instrumentalisent. Laisser dire en effet peut être le fait d’un prince qu’autoriser la critique ne fragilise pas mais conforte. User de sa liberté d’expression peut être d’un intransigeant comme d’un courtisan. L’examen des moyens concrets d’expression de la critique politique (traités, lettres, Miroirs, historiographie, exégèse, sermons, hagiographie, etc.) doit permettre un comparatisme rigoureux : quelles différences, dans les trois espaces envisagés, quant à l’exercice d’une liberté de parole critique, son efficacité, son utilisation politique ?

ANNONCE

Argumentaire

Le viiie siècle voit l’arrivée au pouvoir des Isauriens à Byzance, des Abbassides en terre d’islam et des Carolingiens en Occident : qu’ils prennent la suite de l’empire constantinien au nom d’une continuité historique ou par effraction, ou qu’ils construisent leur propre version du gouvernement impérial, tous s’essaient à conduire des empires assez centralisés avec la collaboration des élites religieuses – le pouvoir politique lui-même revendique une légitimité de nature ou d’origine religieuse. Or la contribution de ces élites au gouvernement ne se borne pas à un enrôlement idéologique ou technique ; certains clercs, certains savants, au nom même de leur compétence ministérielle et/ou intellectuelle, critiquent l’évolution des pouvoirs vers l’absolutisme, l’autoritarisme ou la théocratie. Cette rencontre a pour but l’élucidation des conditions politique et religieuse qui autorisent cette liberté de parole, la restreignent voire l’instrumentalisent. Laisser dire en effet peut être le fait d’un prince qu’autoriser la critique ne fragilise pas mais conforte. User de sa liberté d’expression peut être d’un intransigeant comme d’un courtisan. L’examen des moyens concrets d’expression de la critique politique présents au Moyen Âge central aussi bien en Islam qu’en Orient et Occident chrétien (traités, lettres, Miroirs, historiographie, exégèse, sermons, hagiographie, etc.) est la condition première d’un comparatisme rigoureux : peut-on observer des mécanismes comparables dans l’exercice d’une liberté de parole critique, dans son efficacité ou son utilisation politique ?

Source commune aux pratiques orientales et occidentales, la parrhèsia antique a fait de la critique un devoir ou une responsabilité au service du bien commun. Le Moyen Âge ajoute à cette réalité antique l’idée que c’est la compétence des élites religieuses qui les rend aptes à la critique : leur maîtrise de savoirs précis, leur connaissance de textes saints dont elles connaissent les codes herméneutiques, leur autorité sociale et intellectuelle leur permet de critiquer le prince sans avoir besoin d’être revêtues du charisme du marginal cynique ou du prophète. C’est donc bien de l’intérieur d’un système social et politique qui leur confère leur autorité que ces élites formulent leurs critiques : d’où l’audace et l’inconfort, peut-être la vanité ou la duplicité, d’une liberté de parole qui conduira tel évêque byzantin à s’élever contre l’empereur défenseur de l’Église, ou tel savant à contester l’orthodoxie du commandeur des croyants.

L’intérêt majeur du comparatisme volontairement recherché est qu’il permet de mieux envisager le rapport entre liberté contrôlée, critique effective et stabilité du régime. De fait, le pouvoir califal abbasside tombe en 1258 au terme d’une longue évolution vers une définition de plus en plus religieuse de sa suprématie ; Ibn Ḫaldūn peut au xive siècle faire le tableau mythique des origines de l’islam comme ce temps exemplaire où l’autorité politique était détenue par le Prophète et ses successeurs immédiats, les califes dits « bien guidés ». En Occident latin en revanche, la construction d’une monarchie pontificale autonome au xiiie siècle sanctionne la radicale séparation des pouvoirs laïcs et de l’autorité religieuse, au terme de la réforme grégorienne ; la virulence des critiques qui ont ponctué ce mouvement de réforme, et stigmatisé les prétentions religieuses des pouvoirs civils, n’empêche pas mais plutôt suscite par contrecoup la naissance d’États modernes centralisés, dont la légitimité séculière sort finalement renforcée et où le pouvoir revendique (usurpe ?) une véritable sacralité. L’empire byzantin apparaît dans ces conditions comme celui où la critique est la moins institutionnalisée – n’est-ce pas le moine, le fou et le saint qui ont l’audace de blâmer le pouvoir ? – or c’est aussi structurellement le plus durable et le plus vulnérable aux crises ponctuelles : le contrôle de l’orthodoxie du souverain est l’occasion régulière d’une intrusion frontale des évêques dans le jeu politique.

Après Alexandre le Grand et Aristote, puis Ambroise et Théodose, la liberté de parole laissée aux savants ou aux clercs est-elle davantage un luxe que s’autorisent les souverains incontestés ou une limitation effective à leur pouvoir ? La critique, dans l’hypothèse où elle serait libre d’être exprimée, en devient-elle plus efficace ? On ne peut esquiver cette interrogation sur les conditions de possibilité d’une réelle liberté de parole et de critique face aux pouvoirs médiévaux. De sorte que l’horizon de l’enquête pourrait résider dans l’émergence – ou non – de la sécularisation à l’extrême fin de la période étudiée. Sans préjuger des résultats que pourrait susciter une telle mise en perspective, les principales ambitions de notre colloque sont de mettre à jour :

1.   La culture politique critique des élites religieuses

L’articulation entre le devoir de critique et la maîtrise d’un savoir religieux est le trait marquant de notre période : mais quel contenu objectif donner à ce savoir ? Existe-t-il un corpus de références qui formeraient l’armature de la culture politique de tel ou tel groupe d’influence ? Invoquer en général la connaissance des textes sacrés, Bible ou Coran, est insuffisant : c’est la transmission de certaines de leurs interprétations politiques récurrentes qui importe, au même titre que la rédaction de florilèges ou la circulation de textes à l’extérieur de leur milieu de rédaction (philosophie grecque, Miroirs scandinaves ou d’origine perse, littérature sentencieuse et gnomique, chroniques historiques, hagiographie et tradition orale). La mise en évidence d’un corpus de références communes à un groupe donné (de quoi se compose la culture politique des abbés bénédictins, celle des patriarches de Constantinople, celle des Mu‘tazilites et des Ash‘arites sous les Abbassides par exemple ?) est donc l’un des objectifs de notre programme, notamment par l’étude des fonds de bibliothèques. Néanmoins, c’est aussi dans la pratique du pouvoir que se forgent les concepts de rechange : quelle peut être l’influence de l’expérience d’un gouvernement épiscopal partagé à l’occasion des conciles ? Ou d’une pratique structurelle du pluralisme des traditions juridiques et exégétiques en Islam ?

2.   Des modèles alternatifs de gouvernement, obéissance et rébellion

Les élites religieuses ne se contentent pas de critiquer les hommes de pouvoir au nom de la morale : elles proposent des modalités alternatives politiques concrètes, réunions régulières de conseils élargis, remplacement des aristocraties de naissance par des aristocraties de mérite (et inversement), références explicites à une loi unique pour l’exercice de la justice, voire ce qu’on pourrait nommer des projets de constitutions, etc. Quelle serait la forme d’un gouvernement médiéval dessinée par les clercs ou les savants ? L’un des paradoxes est que ce gouvernement semble parfois plus laïc que celui que construisent les élites politiques : le refus de toute théocratie simpliste pourrait être un point commun de ces projets politiques d’inspiration religieuse. À ce propos, la théorisation de l’obéissance au prince par les juristes et les théologiens est l’occasion privilégiée de voir s’ils envisagent cette obéissance selon le modèle de la soumission à Dieu, ou la considèrent comme le produit d’un contrat de gouvernement entre le prince et le peuple. À partir de cette théorisation de la relation entre gouvernants et gouvernés, comment s’articule la question de la dissidence armée ? Quelle est l’attitude générale des théologiens à l’égard des mouvements de rébellion et de sédition ?

3.   Des moyens d’expression de la critique et de l’orthodoxie

La liberté de parole dont jouissent les élites religieuses est réelle. Elle ne les conduit pas à user de stratégies de communication toujours frontales dans l’exercice de leur critique : l’admonestation publique du prince est une situation rarissime, paroxystique. Les traités expressément politiques ou traités de gouvernement, sont aussi nombreux en Islam que dans le monde chrétien ; on observe en outre de part et d’autre l’existence d’autres moyens dont se sert la critique, sermons, lettres, poésies, testaments, histoires qui, réfléchissant sur le passé, parlent du présent, etc. Le relevé de ces moyens d’expression selon les moments de la chronologie et les publics visés, doit permettre de définir la portée réelle et symbolique des critiques formulées. Or la critique est l’antonyme d’une orthodoxie que les élites religieuses travaillent à redéfinir, s’alliant aux pouvoirs qui œuvrent à la préserver. Cela est évident pour l’institution ecclésiale à partir du xie siècle, pour l’Islam entre le xe et le xiiie siècle à travers le pullulement des professions de foi. Étudier la liberté critique des élites religieuses revient donc, et c’est un paradoxe, à voir aussi comment elles contribuent à la formation des orthodoxies : quand elles revendiquent leur liberté de censure, elles limitent de fait la liberté d’expression des individus et des groupes, y compris jusqu’à des pratiques d’inquisition ou de persécutions contre des confessions, doctrines et disciplines jugées dangereuses (mystique, philosophie, minorités confessionnelles, courants théologiques hérétiques, etc.).

Chacun de ces axes de réflexion sera aussi l’occasion de préciser la définition des « élites religieuses » considérées : des phénomènes de compétition entre certains groupes (évêques/abbés dans le christianisme, théologiens/traditionnistes pour le cas de l’Islam), de spécialisation de certains autres dans la critique plus ou moins distanciée (maîtres soufis ; moines réformateurs ; moines inspirés contre évêques-fonctionnaires, etc.) sont en partie connus, et doivent être plus finement observés.

 

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions sont à adresser par mail à Marie-Céline Isaïa, marie.isaia@univ-lyon3.fr 

avant le 1er janvier 2016,

pour examen par le conseil scientifique.

Dans un texte de 20 lignes (dans la langue de votre choix), outre le titre proposé, merci d’indiquer très précisément les sources que vous voulez utiliser dans votre démonstration.

Les communications dureront 25 minutes.

La rencontre internationale aura lieu à Lyon les 23, 24 et 25 mars 2016

Organisation

  • Makram Abbès (PR Études arabes, ENSL, TRIANGLE – UMR 5206)
  • Alexis Charansonnet (MCF Histoire, Université Lumière -Lyon2, CIHAM – UMR 5648)
  • Marie-Céline Isaïa (MCF Histoire, Université Jean-Moulin Lyon3, CIHAM – UMR 5648)
  • Michel Senellart (PR Philosophie, ENSL, TRIANGLE – UMR 5206)

Comité scientifique

LIEUX

  • Ecole Normale Supérieure de Lyon
    Lyon, France (69)

DATES

  • vendredi 01 janvier 2016

MOTS-CLÉS

  • liberté d’expression, critique politique, Miroirs, gouvernement, Islam, Byzance, empire carolingien, dissidence

CONTACTS

  • Marie-Céline Isaïa
    courriel : marie [dot] isaia [at] univ-lyon3 [dot] fr

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Marie-Céline Isaïa
    courriel : marie [dot] isaia [at] univ-lyon3 [dot] fr

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Liberté d’expression »,  Appel à contribution,  Calenda, Publié le jeudi 05 novembre 2015, http://calenda.org/344224

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Appel à participation : 6e colloque internationale ALIENTO

Appel à participation : 6e colloque internationale ALIENTO (Analyses linguistique et interculturelle des Énoncés sapientiels Orient-occident/occident orient) : « Hors d’Espagne : postérité et diffusion du corpus médiéval Aliento en Europe et Méditerranée »

Avant le 15 décembre

http://calenda.org/343779?file=1

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Apply:  Short- and Long-Term Fellowships in Cultural and Intellectual History (Warburg Institute, London)

The Warburg Institute is the premier institute in the world for the study of cultural history and the role of images in culture.  Initially concerned with the survival of classical antiquity in Renaissance art, its range swiftly expanded. It is dedicated to the history of ideas, the dissemination and transformations of images in society, and the relationship between images, art and their texts and subtexts, of all epochs and across the globe. As its motto – Mnemosyne – suggests, it has long been concerned with memory and its transformations across cultures.  For further details click here.  
The Institute is offering a Long-term Fellowship of two or three years tenable from October 2016.
Frances A. Yates Long-Term Fellowship

Dame Frances Yates, who died in 1981, generously bequeathed her residuary estate to found research Fellowships in her name at the Institute. Fellows’ interests may lie in any aspect of cultural and intellectual history but, other things being equal, preference will be given to those whose work is concerned with those areas of the medieval and Renaissance encyclopedia of knowledge to which Dame Frances herself made such distinguished contributions.
Deadline for applications: Friday, 4 December 2015
Details at http://warburg.sas.ac.uk/fellowships/long-term/

Each year the Institute offers a number of short-term Fellowships of two, three or four months.
Deadline for applications
: Friday, 27 November 2015

Details at http://warburg.sas.ac.uk/fellowships/short-term/

Brian Hewson Crawford Fellowship 
A Research Fellowship has been endowed from the estate of, and in memory of, Dr Brian Hewson Crawford, who graduated from the University of London in 1926. A two-month Fellowship is available for the study of any aspect of the classical tradition. Under the terms of the deed, the Fellowship is open to European scholars other than of British nationality.

Henri Frankfort Fellowship 
The late Mrs Enriqueta Frankfort endowed a Research Fellowship in memory of her husband Henri Frankfort, who was Director of the Institute from 1949 to 1954. The Fellowship, which will be for two months, may be held in any of the areas in which Professor Frankfort made his distinguished contributions to scholarship: the intellectual and cultural history of the ancient Near East, with particular reference to society, art, architecture, religion, philosophy and science; the relations between the cultures of Mesopotamia, Egypt and the Aegean, and their influence on later civilizations. The Fellowship is not intended to support archaeological excavation.

Albin Salton Fellowship 
The late Mr Albin Salton generously endowed an annual Research Fellowship to enable a career scholar to spend two months at the Warburg Institute pursuing research into cultural contacts between Europe, the East, and the New World in the late medieval, Renaissance and early modern periods. The Fellowship is intended to promote the understanding of those elements of cultural and intellectual history which led to the formation of a new world-view, understood in the broadest cultural, political and socio-economic terms, as Europe began to develop contacts with the world outside Europe, and that world came into contact with Europe.  

Grete Sondheimer Fellowship 
A Fellowship has generously been endowed by Professor Ernst Sondheimer in memory of his aunt, Grete Sondheimer, who worked in the Kulturwissenschaftliche Bibliothek Warburg in Hamburg and in the Library of the Warburg Institute in London from 1944 to 1947. The two month Fellowship, may be held in any of the areas of interest of the Institute.

Frances A. Yates Fellowships 
Dame Frances Yates, who died in 1981, generously bequeathed her residuary estate to found research Fellowships in her name at the Institute. Fellows’ interests may lie in any aspect of cultural and intellectual history but, other things being equal, preference will be given to those whose work is concerned with those areas of the medieval and Renaissance encyclopedia of knowledge to which Dame Frances herself made such distinguished contributions. A number of two-, three- and four-month Fellowships are available. Candidates domiciled in the U.K. may apply for three- or four-month Fellowships only. 

Brill Fellowships at CHASE – 
Please note that we are awaiting confirmation about whether a Brill Fellowship will be available for 2016/17. We will confirm this here as soon as possible. The publishing house Brill (Leiden) is sponsoring up to two annual research Fellowships at the Warburg Institute’s Centre for the History of Arabic Studies in Europe (CHASE). The Fellowships have been made possible by the Sheikh Zayed Book Award for publishing, which Brill won in 2012. Postdoctoral researchers may apply for a two or three month Fellowship for research projects on any aspect of the relations between Europe and the Arab World from the Middle Ages to the 19th century. Please note the Brill Fellowship is only open to post-doctoral applicants. For full details on the Brill Fellowship click here.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts