Archives de catégorie : Conférences et colloques

Atelier d’anthropologie scolastique : Questions disputées en histoire intellectuelle du Moyen Âge

Le Séminaire du Groupe d’Anthropologie Scolastique animé par Alain Boureau, Béatrice Delaurenti et Sylvain Piron aura lieu les mercredis de 15 à 17 heures à l’EHESS, 105, bd Raspail, salle 4, du 5 mars au 11 juin 2014.

 Programme de l’année 2014

5 mars. Marie Dejoux (Fondation Thiers) : « Le salut par l’enquête : les restitutions de Louis IX (1247-1270). »

12 mars. Camille Rouxpetel (Paris I). « Subiaco, foyer des réformes dans la seconde moitié du XIVe siècle ».

19 mars. Sumi Shimahara (Paris IV). Présentation de son livre : Haymon d’Auxerre, exégète carolingien, Turnhout, Brepols (Haut Moyen Âge, 16), 2013.

26 mars. Clément Lenoble (C.N.R.S.) : Présentation de son livre, L’exercice de la pauvreté. Economie et religion chez les franciscains d’Avignon (XIIIe-XVe siècles), Presses Universitaires Rennes, 2013.

2 avril. Elyse Dupras (Montréal) : « Le péché et la pénitence dans Les Miracles de Notre-Dame par personnages : voilement et dévoilement du désir. »

9 avril. Jean-Philippe Genet et Thierry Kouamé (Paris I). Présentation de l’achèvement de la première phase de Studium Parisiense

(16 et 24 avril : vacances de Printemps)

30 avril. Anne-Sophie Robin (Paris IV). Présentation de sa thèse : Contra Thomam : Un aperçu de l’anti-thomisme à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVsiècle.

7 mai. Wim Decock (Louvain). Présentation de son livre : Theologians and Contract Law. The Moral Transformation of the Ius Commune (ca. 1500-1650), Martinus Nijhoff, 2012.

14 mai. Pierre Vespérini (CNRS). Présentation de son livre : La Philosophia et ses pratiques d’Ennius à Cicéron, École française de Rome (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome), 2012.

 21 mai. Franck Mercier (Rennes) : « Le Salut en perspective. Un essai d’interprétation de la Flagellation du Christ de Piero della Francesca (vers 1460) ».

28 mai. Antoine Mazurek (CARE, EHESS). Présentation de sa thèse : L’ange gardien à l’époque moderne : cultes, élaborations doctrinales et usages (XVIe –XVIIIe siècles).

4 juin. Isabel Iribarren (Strasbourg) : « La Josephina de Jean Gerson (1414-1418) : poésie, mystique et Grand Schisme. » 

11 juin.  Inigo Atucha (Fribourg) : « La lecture de la philosophie médiévale au XIXe siècle.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Séminaire Queste: Le temps de la fête

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 14 mars 2014, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D223.

Pour cette seconde séance consacrée au thème « Le temps de la fête », coordonné par Jean-Dominique Delle Luche et Sarah Delale, Perdita Formentelli, Ludmila Nélidoff et Laura Arrighi présenteront leur communication dont vous trouverez ci-dessous un bref résumé.

Perdita Formentelli : Fête et sacrifice dans l’univers du Graal

        De prime abord, la fête et le sacrifice s’opposent. La fête est rupture de l’ordre et du temps profanes, elle est débordement irrationnel ; le sacrifice, quant à lui, est strictement ordonné, ritualisé, et tend à restaurer l’ordre social. Pourtant, selon Roger Caillois, il existe une relation très étroite entre les deux, car la fête, elle aussi, a une fonction de détente dans l’effort social à reprendre aussitôt après, rejoignant par-là même la fonction du sacrifice archaïque : son désordre est au service de l’ordre.

       Un regard sur la légende du Graal permettra de comprendre pourquoi une dissociation entre fête et sacrifice s’est opérée et progressivement accrue dans les siècles chrétiens, alors que le sacrifice est devenu celui, tout intérieur, de la messe, et s’est éloigné des désordres d’origine païenne de la fête.

Ludmila Nélidoff : Le carnaval en Italie (Rome, Venise, Milan) aux XIVe et XVe siecles : temps de solidarité populaire ou d’affirmation des inégalités ?

            S’intéresser à la fête du carnaval, c’est faire appel à plusieurs disciplines : l’histoire pour analyser le sujet, la littérature pour en comprendre les représentations, l’histoire de l’art pour étudier le costume ou le théâtre… Pour comprendre le carnaval médiéval, il faut donc se le représenter de la même manière, c’est à dire comme une fête aux multiples visages. En effet, cette période de l’année entre Noël et Pâques, temps fort où l’on peut festoyer une dernière fois avant les privations du Carême, est un moment tout particulier, qui a pour effet d’unir les habitants d’une cité.

            A travers une étude comparée du carnaval dans trois cités italiennes (Venise, Rome et Milan), notre contribution se proposera d’étudier, grâce à l’exemple de l’Italie, les rapports sociaux créés à l’occasion du carnaval entre les différents acteurs de la fête. Comment ces liens se tissent-ils ? Concernent-ils toutes les catégories de la population ou bien des groupes restreints ? Ont-ils pour effet de créer une véritable « mixité » au sein de la cité ? Après une analyse du temps et des lieux de carnaval, nous verrons que cette fête jouit d’un statut bien particulier qui entraine différents moyens d’y participer, avant de nous intéresser au vécu psychologique de la fête.

Laura Arrighi : L’Assomption, une fête au cœur d’un processus de création d’identité urbaine. Le cas siennois à la fin du Moyen-Age.

Moment de célébration de la Vierge, souveraine de la cité toscane, l’Assomption revêt une importance particulière dans le calendrier des festivités siennoises de la fin du Moyen-Age. Parenthèse dans le quotidien des citoyens, la fête mobilise l’ensemble du corps civique et est au cœur d’enjeux qui dépassent le simple enchainement des réjouissances. C’est, parmi ceux-ci, à la problématique de l’apparition d’une identité urbaine dans la ville que nous allons nous intéresser à travers les dynamiques à l’œuvre dans l’organisation et le déroulement de la fête.

 

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Conférence sur Marguerite Porete

Dans le cadre des jeudis du CALHISTE, l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis accueille Sylvain Piron (médiéviste à l’EHESS) le 27 mars 2014 à 14h pour une conférence consacrée à une personnalité valenciennoise, Marguerite Porete, béguine brûlée comme hérétique en 1310.
Son dernier ouvrage s’intitule Marguerite Porete et le Miroir des simples âmes : Perspectives historiques, philosophiques et littéraires (parution en janvier 2014).

Vous y serez les bienvenus si vous souhaitez y participer. Merci dans ce cas d’en informer l’organisatrice Emmanuelle Santinelli (emma.santinelli@wanadoo.fr). 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Colloque : La Lettre-Miroir dans l’Occident latin et vernaculaire du Ve au XVe s.

Un colloque international  sur « la Lettre-Miroir dans l’Occident latin et vernaculaire du Ve au XVe s. » se tiendra à  Paris, les 13 et 14 mars 2014.

 
Lieu: Maison de la Recherche de Paris 3
          4, Rue des Irlandais
          Salle Claude Simon
          75005 Paris
Un Colloque international  sur « la Lettre-Miroir dans l’Occident latin et vernaculaire du
Pour en savoir plus, cliquez sur le lien suivant :  Programme PDF Mars 2014 colloque Lettre- Miroir-1

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Conférence de Simon Gaunt

Le CENTRE D’ÉTUDES DU MOYEN ÂGE de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3 a le plaisir d’accueillir la conférence de Simon GAUNT (King’s College London) : 

 Por ce que lengue franceise cort parmi le monde.
L’enjeu de l’emploi du français (en vers et en prose) pour écrire l’histoire en dehors de la France.

Elle se tiendra  le vendredi 14 février 2014 à 14 heures, à salle de l’École doctorale de Littérature française et comparée de Paris 3  (salle Max Milner), 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris (escalier C, 2e étage) 

 Pour plus de renseignements: http://www.univ-paris3.fr/cema

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Séminaire « Dyptique »: Le discours mystique et la question du langage

 Le séminaire « Diptyque » est un lieu de rencontre interdisciplinaire entre chercheurs médiévistes et seiziémistes, intéressés par la question des dynamiques herméneutiques mises en œuvre sur la longue durée, entre le XIIe siècle et l’automne de la Renaissance. Le « diptyque » symbolise la perspective de dialogue qui doit s’établir entre les deux périodes considérées, en vue d’apporter des éclairages et des réponses spécifiques aux questions retenues pour l’étude commune.

Il s’adresse aux chercheurs de ces périodes, aux doctorants dont il entend favoriser la formation et à toute personne intéressée par les problématiques développées au cours du séminaire. Les travaux présentés et discutés feront l’objet d’un volume d’études synthétiques sur les thèmes choisis.

Apparu au XIIe siècle, le discours mystique s’offre comme l’une des dynamiques herméneutiques majeures de la période qui mène jusqu’au premier XVIIe siècle. Il constitue un véritable carrefour, dont l’intelligibilité se déploie autour de quatre pôles, pour former ce que P. Gire nomme un carré mystique. Tandis que le premier pôle concerne la révélation biblique, le second ressortit à l’institution religieuse, dont la réalité médiatrice se caractérise à la fois par une force de transmission et par une capacité de contrainte (ce que montre par exemple la condamnation de Marguerite Porete, exécutée à Paris en 1310). Le pôle du sujet en transformation est fondamental, si l’on songe que la mystique est souvent définie comme « connaissance expérimentale de Dieu » (J. Gerson) ou comme « expérience fruitive de l’absolu », qui ne saurait se résumer à une « brûlure » : la mystique forme et élabore un langage, dont les liens avec l’écriture poétique ont souvent été relevés. Tel est le quatrième pôle, milieu privilégié où advient le sens.

Le séminaire « Diptyque » explorera d’abord ce dernier pôle en examinant le langage mystique sous plusieurs angles (littéraire, linguistique, historique, philosophique et artistique). Du XIIe siècle à l’automne de la Renaissance, un certain nombre de questions seront abordées, en relation avec la constitution et l’usage d’un langage mystique.

Celle de la langue en premier lieu : quels sont les idiomes en usage pour l’écriture mystique ? Quel est, de ce point de vue, le statut du vulgaire face au latin ? Comment dire l’expérience de Dieu en français ? Comment s’exprime-t-elle dans l’aire rhéno-flamande ou bien au cours du Siècle d’Or espagnol ? Dans quelle mesure peut-on penser le rapport entre langage mystique et mystique du langage, ainsi que la notion de « fable mystique » ? On s’intéressera ensuite à des modes d’expression en marge du langage (rire, larme, cri, aphasie, gestuelle) et à la place à accorder au silence. La notion de langage mystique sera aussi envisagée dans sa relation aux traditions, aux textes préalables qui forment le terreau nourricier de l’écriture mystique et aux effets de continuité et de rupture du phénomène. Aussi s’arrêtera-t-on sur les questions suivantes : les deux traditions que forment la mystique affective et la mystique ontologique suscitent-elles l’émergence de deux grammaires distinctes ? Le Cantique des cantiques constitue-t-il un pré-texte mystique ? Comment articuler les diptyques que forment respectivement Eckhart et Jean de la Croix, Bernard de Clairvaux et François de Sales ?

Telles sont quelques-unes des pistes que suivra le séminaire au cours de l’année 2013-2014. Les séances de travail se dérouleront en R05 du Bt L, à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre, les vendredis de 14 à 18h aux dates indiquées ci-après.

 Le 22 novembre 2013 — Ouverture du séminaire

Marie-Christine Gomez-Géraud et Jean-René Valette (Paris Ouest-Nanterre)

Introduction

Cédric Giraud (Université de Lorraine, IUF), Patrick Henriet (EPHE), François Trémolières (Paris-Ouest-Nanterre)

Actualité de la recherche : la notion de mystique à l’épreuve du temps

 Le 10 janvier 2014 — Mystique et langue vulgaire

Géraldine Veysseyre (Paris-Sorbonne)

Méditer, en latin ou en français ? Concurrence ou complémentarité des langues savante et vernaculaire à la fin du Moyen Âge ?

Isabelle Garnier (Lyon 3)

Marguerite de Navarre mystique : prier en français au temps de l’imprimé

 Le 7 mars 2014 — Langues mystiques

Marie-Pascale Halary (Lyon 2)

Parler de Dieu en français au XIIe siècle

Maxime Mauriège (Universität zu Köln)

Caractéristiques linguistiques et lexicales de la mystique médiévale (moyen haut-)allemande dite « rhénane »

Bernard Darbord (Paris-Ouest-Nanterre)

L’espagnol, langue de la mystique

 Le 11 avril 2014 — Mystique du langage et langage de la mystique

Éric Mangin (Université Catholique de Lyon)

Maître Eckhart et l’expression mystique de l’impossible

Josiane Rieu (Nice Sophia Antipolis)

La temporalité du langage poétique comme mystère. Réflexions sur quelques recueils spirituels de la fin du XVIsiècle

 Le 16 mai 2014  — Qu’est-ce qu’une fable mystique ?

Cédric Giraud (Université de Lorraine, IUF) et FrançoisTrémolières (Paris-Ouest-Nanterre)

Lectures croisées de Michel de Certeau

Animation scientifique: Marie-Christine Gomez-Géraud (mc.gomezgeraud@gmail.com) et Jean-René Valette (jrvalette@gmail.com)

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Questes: « L’échec, l’erreur, la faute »

Les comptes rendus des deux dernières séances du séminaire de Questes, toutes deux consacrées à « L’échec, l’erreur, la faute », sont désormais en ligne sur le site de Questes.

– Compte rendu de la séance du 13 décembre 2013 : http://questes.hypotheses.org/1238

– Compte rendu de la séance du 17 janvier 2014 : http://questes.hypotheses.org/1241

 

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Séminaire « Les valeurs de l’urbain »

 Séance 2 : La gestion de l’urbain, indispensable auxiliaire de la valeur 

La problématique permettra d’interroger à travers des disciplines diverses et sur la longue durée comment la gestion des mondes urbains inclut des enjeux cruciaux pour la « valeur » des éléments inhérents à la ville. 

Concepts et thématiques discutés : service public, privatisation, gouvernance, financement, aménagement, capitalisme, promotion immobilière, données. 

Membres organisateurs : Loïc Bonneval (CMW, maître de conférences en sociologie), François Robert (TRIANGLE, ingénieur de recherche CNRS), Denis Menjot (CIHAM, professeur d’histoire médiévale), Virginie Hollard (HISOMA, maître de conférences en histoire ancienne), Sylvie Servigne (LIRIS, maître de conférences en informatique). 

Ce séminaire aura lieu le 27 février 2014 de 9h45 – 13h / 14h30 – 17h, à  Lyon, ISH, 14 avenue Berthelot, 69007, salle Élise RIVET 

Accueil 9h15

Matinée 9h45-13h

9h45-13h Communication inaugurale : Sylvie Servigne (Informatique : Data Science, Geomatics, LIRIS – INSA Lyon) : Valeurs de la donnée urbaine : réalité ou fantasmes ? 

La gestion du foncier 

Jean-Loup Abbé (PR histoire médiévale à l’université Toulouse II-Le Mirail) : Urbain et rural : les enjeux de la valeur du foncier dans les estimes et compoix méridionaux. 10h15-10h45

– 10h45: pause

Florence Bourillon (PR histoire contemporaine à l’université Paris Est Créteil, CRH) : La mesure cadastrale. 11h-11h30

Éric Peigné et Julien Virmont (Observatoire des transactions immobilières et foncières du Grand Lyon, OTIF) : L’observation foncière dans les collectivités locales. 11h30-12h

– 12h-12h45: discussion

 Après-midi 14h30-17h

L’économie de l’aménagement urbain 

Charles Davoine (doctorant Paris 8, ATER à l’université d’Aix-Marseille), Effacer les ruines qui défigurent la cité romaine : une revalorisation de l’urbain ? 14h30-15h

Maria-Luisa Bonsangue (MC histoire ancienne à l’université d’Amiens) : Lieux de l’artisanat et espace publique dans la ville romaine. 15h-15h30

Marion Sirieix (doctorante en sociologie à l’université de Lyon 2) : La politique de mise à disposition du foncier de l’État. 15h30-16h

– 16h-16h30: discussion

– 16h30-17h: conclusions de la journée

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

La mort au passé: quoi de neuf ?

Jeudi 27 février 2014, au petit théâtre des Musées Gadagne

La mort au passé : quoi de neuf ?
L’archéothanatologie en région lyonnaise
Axes de recherche, méthodes, actualité des fouilles

Tout est en ligne sur le site du Ciham : http://ciham.ish-lyon.cnrs.fr/mort-au-passe-quoi-neuf-archeologie

Si vous êtes intéressé(e), il est vivement recommandé de s’inscrire auprès des Musées Gadagne, les places disponibles étant limitées.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Journée d’études « Naissance et petite enfance à la cour de France »

Les journées d’études « Naissance et petite enfance à la cour de France (Moyen Âge – XIXe s.) » organisées par Stanis Pérez (MSH Paris Nord) et Caroline zum Kolk (Cour de France.fr) se tiendront les 27 et 28 février 2014 à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, 4 rue de la Croix Faron, 93210 Saint-Denis La Plain, Salle C. 
Pour voir le programme complet: cliquez ici.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Conférences à l’École des chartes

Mardi 4 février : « La couronne de Louis XV »,
conférence donnée par Daniel Alcouffe dans le cadre du cycle « Du Rare à l’unique »

Ainsi que la prochaine rencontre dans le cadre du cycle des «Mardis de l’École des chartes »,
à noter d’ores et déjà dans vos agendas :

Mardi 4 mars : débat autour du livre de Laurent AvezouRaconter la France : histoire d’une histoire avec Sylvain Venayre
 
Les conférences se dérouleront à 17 h, dans la grande salle de cours de l’École nationale des chartes au 19, rue de la Sorbonne, Paris Ve.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Rencontre avec Claude Gauvard à la bibliothèque de la Sorbonne

Voici le programme de deux conférences organisées par la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne : l’une est postérieure à notre période mais non dénuée d’intérêt, quant à la seconde, nul doute qu’elle rejoigne certaines de nos préoccupations !

Au mois de février se poursuivent les deux cycles de conférences organisées en partenariat par la BIS ( Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne) et le CIES (Centre d’Initiation à l’Enseignement Supérieur) :

jeudi 6 février de 17h30 à 19h30 : « Le système d’enseignement entre humanisme et Lumières », conférence de Thierry Amalou (cycle : Les Universités dans leur histoire),

lundi 10 février de 17h00 à 19h00: Rencontre avec Claude Gauvard, professeure émérite d’histoire médiévale à l’université Paris 1.

Ces conférences sont en entrée libre, dans la limite des places disponibles et sur réservation à cies@univ-paris1.fr (jusqu’au 7 février).

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Journée d’études « Faire de l’histoire comparée » (I.S.H., 22 juin 2012)

Journée d’études « Faire de l’histoire comparée »

Lyon, Institut des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot
Vendredi 22 juin, à partir de 9h00
, Salle Marc Bloch (4 e  étage)

Tout historien comparatiste a été confronté dans son travail aux critiques parfois très dures des détracteurs de cette méthode, selon lesquels elle conduit à gommer les particularités de chaque exemple  étudié  et  à  réduire  à  une  problématique  unique  des  cas  dont  les  historiographies nationales  ou  locales  révèlent  pourtant  la  complexité.

Néanmoins, il s’agira moins lors de cette journée doctorale de défendre notre chapelle que de réfléchir  aux  problèmes  concrets  que  pose  la  pratique  de  ce  type  d’histoire.  Quel  type  de terrains doit-on comparer ? Ces terrains doivent-ils se situer dans la même aire de civilisation comme  le  suggérait  Marc  Bloch  ou  doit-on  oser  englober  des  terrains  aussi  bien  européens qu’extra-européens  comme  le  propose  l’anthropologue  Jack  Goody  lorsqu’il  compare  les renaissances  européennes,  chinoises  et  musulmanes ?  Doit-on  choisir  l’échelle  de  la  nation, comme  ce  fut  longtemps  le  cas  dans  une  histoire    comparée  centrée  sur  la  question  du sonderweg,    ou  plutôt  celle  de  la  région,  de  la  ville ?  Le  terrain  de  recherche  doit-il  être nécessairement  déterminé par une unité géographique, ou ne peut-on pas aussi comparer des institutions (des associations, des partis politiques, des journaux etc.), ou des réseaux (de lettrés ou de savants par exemple) ? Quels problèmes posent l’éventuelle disparité des sources dans ces  différents  terrains,  autant  dans  la  nature  que  dans  l’ampleur  de  la  documentation ? Comment s’y prend-on  pour poser des questions similaires  dans des terrains différents, pour faire  émerger  cette  problématique  commune,  que  Haupt  désigne  par  le  terme  quelque  peu mystérieux  de  tertium  comparationis  (le  troisième  terme  de  la  comparaison,  s’il  y  a  deux terrains)”.  Comment  relever  enfin  le  défi  narratif  que  représente  l’histoire  comparée, autrement dit, comment raconter non pas une mais deux ou trois histoires parallèles ?

Vous trouverez ici le programme de la Journée.

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts