Archives de catégorie : Conférences et colloques

Journée d’étude:Trier, classer, organiser : ordonner le monde au Moyen Âge:16-17 juin 2017, Maison de la Recherche de la Sorbonne, Paris.

Quatre axes principaux guideront la réflexion : 1) textes de savoirs ; 2) théologie et symbolique ; 3) la société : représentations et imaginaire ; 4) écrits politiques, écrits pragmatiques.

Programme

Vendredi 16 juin

Maison de la Recherche 28 rue Serpente à Paris, salle D323, 9h-17h30

  • 9h – Accueil
  • 9h15 – Mot d’Accueil par Sylvie Lefèvre
  • 9h30 – Introduction par Louis-Patrick Bergot, Pauline Guéna, Marie Piccoli-Wentzo et Adeline Sanchez
  • 10h – Meyssa Ben Saad (Université Paris-Diderot), Critères et arguments de la classification des animaux chez le naturaliste arabe médiéval al-Djâhiz (776-868)
  • 10h30 – Yoan Boudes (Université Paris-Sorbonne), Diviser pour mieux nommer ? L’organisation du discours sur les reptiles dans l’encyclopédisme médiéval

11h – Pause

  • 11h30 – Adeline Sanchez (Université Paris-Sorbonne), La liste comme structure du savoir dans le Lilium medicine de Bernard de Gordon
  • 12h – Alice Laforêt (Ecole Nationale des Chartes), Entre herbe et arbre : classer les végétaux au statut ambivalent dans la littérature encyclopédique médiévale

12h30 – Buffet

  • 14h30 – Sergi Sancho Fibla (Université Aix-Marseille), Ecrire est ordonner : trois exemples littéraires de l’arbor
  • 15h – Louis-Patrick Bergot (Université Paris-Sorbonne), Les quinze signes du Jugement dernier selon Pierre le Mangeur : étude des différentes versions françaises

15h30 – Pause

  • 16h – Elise Haddad (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), Bête eschatologique, bête sauvage : quelle place pour la bestia dans les ensembles eschatologiques ?
  • 16h30 – Clémence Legoux (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La place des saints dans les mandorles angéliques du XVe siècle
  • Soirée – Promenage historique dans Paris guidée par Annabelle Marin (Université Paris-Sorbonne)

Samedi 17 juin

Maison de la Recherche 28 rue Serpente à Paris, salle D323, 9h30-17h30

  • 9h30 – Accueil des participants
  • 10h – Thalie Baylan (Université Grenoble Alpes), Toute une assemblée hiérarchisée ordonnée sous un manteau. Le cas du thème de la Vierge de miséricorde dans l’art peint de l’ancien duché de Savoie (XVe-XVIe siècles)
  • 10h30 – Marie Piccoli-Wentzo (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La mise en ordre du monde et la construction du paysage chez I. B. Alberti

11h – Pause

  • 11h30 – Nicolas Garnier (Université Paris-Sorbonne), La liste et la course : les listes bestournées du Roman de Renart
  • 12h – Joanna Augustyn (Ecole Normale Supérieure de Lyon), Classer pour déclasser : les femmes comme l’état le plus bas dans le Livre des manières d’Etienne de Fougères

12h30 – Buffet

  • 14h30 – William Trouvé (Université d’Angers), Aux origines de la liste. Les listes de rois du haut Moyen Âge sont-elles des documents administratifs ou des abrégés de textes d’histoire ?
  • 15h – Elodie Papin (Université Rennes 2), Les cartulaires de l’abbaye de Margam : archiver et ordonner les biens monastiques au pays de Galles au XIIIe siècle

15h30 – Pause

  • 16h – Thomas Lacomme (Ecole Pratique des Hautes Etudes), Choix de classement et représentation du monde. Eléments de synthèse sur les cartulaires produits en Champagne méridionale au XIIIe siècle
  • 16h30 – Mélanie Dubois Morestin (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Ordonner son activité et son entreprise : la gestion des archives privées de Jean Teisseire, artisan du XIVe siècle
  • 17h – Conclusion par Pierre Chastang (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Pour plus d’informations : « Trier, classer, organiser : ordonner le monde au Moyen Âge », Journée d’étude, Calenda, Publié le vendredi 05 mai 2017, http://calenda.org/404258

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Recherches sur les hérésies médiévales:2 juin 2017, Université Paul Valéry Montpellier 3, site Saint-Charles.

RÉSUMÉ

Cette rencontre se propose de dresser un bilan des apports récents à l’étude de l’hérésie médiévale et de proposer de nouvelles pistes de recherches. La matinée sera consacrée à des communications historiographiques, portant sur les publications récentes françaises et anglo-saxonnes. Les communications de l’après-midi illustreront de nouvelles approches méthodologiques à partir de sources et de cas particulièrement significatifs, comme le célèbre ms. 609 de Toulouse, contenant des procès-verbaux d’Inquisition, ou la construction de l’hérétique « Éon de l’Étoile ».

Argumentaire

Cette Journée d’études est la première manifestation scientifique organisée par le GIS Hérésie, Pouvoirs et Sociétés – Antiquité, Moyen Âge, Époque Moderne (HéPoS). La rencontre du 2 juin se propose de dresser un bilan des apports récents à l’étude de l’hérésie médiévale et de proposer de nouvelles pistes de recherches. La matinée sera consacrée à des communications historiographiques, portant sur les publications récentes françaises et anglo-saxonnes. Les communications de l’après-midi illustreront de nouvelles approches méthodologiques à partir de sources et de cas particulièrement significatifs, comme le célèbre ms. 609 de Toulouse, contenant des procès-verbaux d’Inquisition, ou la construction de l’hérétique « Éon de l’Étoile ». La Journée d’études sera aussi l’occasion de réfléchir sur la vulgarisation des acquis scientifiques sur l’hérésie et de présenter des travaux réalisés par des étudiants de Master (vidéos, bandes dessinées, etc.).

Programme

  • 8h45. Accueil des participants
  • 9h00-9h15. Introduction, par Alessia Trivellone (Université Paul Valéry Montpellier 3 / CEMM)
  • 9h15-9h45. Présentation des travaux sur l’hérésie médiévale réalisés par les étudiants du Master Mondes Médiévaux (CEMM / Université Paul Valéry Montpellier 3)

Matin : Bilans historiographiques

Président de session : Uwe Brunn (Université de Nice – Sophia Antipolis / CEPAM)

  • 9h45-10h15. Emmanuel Bain (Université Aix-Marseille / TELEMME), L’« école de Nice » : apports et questions ouvertes
  • 10h15-10h45. Franck Mercier et Isabelle Rosé (Université Rennes 2 / TEMPORA), Aux Marges de l’hérésie. Bilan d’un (long) projet collectif

Pause

  • 11h00-11h40. Mark G. Pegg (Washington University, Saint Louis / Collegium de Lyon), Julien Théry-Astruc (Université Lyon  2 / CIHAM), Réforme, résistances, hérésie : les recherches récentes dans le domaine anglophone

Discussion et pause déjeuner

Après-midi : Approches et perspectives

Présidente de session : Rosa Maria Dessì (Université de Nice – Sophia Antipolis / CEPAM)

  • 14h00-14h30. Jean-Paul Rehr (Université Lyon 2 / CIHAM), Les inquisiteurs : chasseurs ou créateurs d’hérétiques ? Quelques aperçus à partir d’une édition numérique du ms. 609 de Toulouse (1245)
  • 14h30-15h00. Pierre Jean (Université Paul Valéry Montpellier 3 / CEMM), ‘Boni homines’, ‘heretici’, ‘amici Dei’ : retour sur les noms donnés aux hérétiques dans le ms. 609 de Toulouse
  • Discussion et pause
  • 15h45-16h15. Laurent Guitton (Université Rennes 2/TEMPORA), L’hérésie sur la queue d’une comète : la fabrique d’Éon de l’Étoile

Discussion

  • Table ronde finale animée par Dominique Iogna-Prat (CÉSOR / EHESS) et Michel Lauwers (Université de Nice – Sophia Antipolis / CEPAM)

Pour plus d’informations : « Recherches sur les hérésies médiévales », Journée d’étude, Calenda, Publié le jeudi 11 mai 2017, http://calenda.org/404398

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication:Les intellectuels au Moyen Âge : soixante ans d’un anachronisme fondateur:19-20 octobre 2017:Université d’Artois, Arras[délai:10/O6/2017]

RÉSUMÉ

Cet appel à communication concerne un colloque organisé les 19 et 20 octobre 2017 à l’université d’Artois (Arras) et intitulé « Les intellectuels au Moyen Âge : 60 ans d’un anachronisme fondateur. Hommage à Jacques Le Goff ».

Argumentaire

L’année 2017 coïncide avec le 60e anniversaire de la publication des Intellectuels au Moyen Âge de Jacques Le Goff (Seuil, 1957). Lors de sa parution, l’ouvrage constituait – avec Marchands et banquiers au Moyen Âge (Puf, 1957) – l’un des volets du diptyque consacré au « travail au Moyen Âge », sujet d’une thèse esquissée et restée inachevée. Cette étude fondatrice, construite sur l’emploi d’un anachronisme assumé par son auteur – le substantif intellectuel n’apparaissant en français qu’avec l’affaire Dreyfus à la fin du XIXe siècle –, arracha l’histoire des élites intellectuelles médiévales du seul domaine de l’histoire des idées, où elle avait été longtemps cantonnée, pour la faire entrer dans le champ de l’histoire sociale et culturelle. Si le caractère heuristique de l’usage du terme d’« intellectuels » pour le Moyen Âge a généralement été salué par l’historiographie, son caractère anachronique a pourtant souvent détourné les historiens de son emploi au profit d’autres concepts qui ne recouvrent pas exactement le même sens[1]. Surtout, l’intégration de la réflexion d’Antonio Gramsci sur la catégorie des « intellectuels organiques », dans la préface que livra Jacques Le Goff à la réédition de 1984, a souvent été ignorée, alors qu’elle constitue une inflexion essentielle de la réflexion du médiéviste. Soixante ans après cette publication, il convient donc de s’en saisir à nouveau, comme d’un hommage au grand médiéviste, mais aussi pour en souligner l’actualité renouvelée dans le champ historiographique.

Trois types de questionnement seront au cœur de cette relecture collective de son œuvre :

1/ Le premier consistera à dresser, plus de vingt ans après celui proposé par Alain Boureau[2], un bilan de la réception de l’œuvre de Jacques Le Goff auprès des historiens et des spécialistes des sciences sociales, d’en circonscrire les lectures et les relectures, voire d’en mesurer l’écart parfois avec l’intention initiale de son auteur.

2/ Le second axe entend reprendre la question de la pertinence du concept d’« intellectuel » pour la période médiévale et d’en discuter les contours à la lumière d’une historiographie renouvelée. Pour Jacques Le Goff, cette catégorie sociale était née de l’« alliance de la réflexion personnelle et de sa diffusion dans un enseignement »[3]. L’historien avait d’abord conçu « ses intellectuels » comme des enseignants-chercheurs, dominés par la figure du maître des XIIe-XIIIe siècles, même si, de son propre aveu, il n’avait pu se résoudre à écarter les « littérateurs », pour peu que ceux-ci fussent frottés de culture universitaire[4]. La préface de 1984 proposait néanmoins quelques inflexions et envisageait de « nouveaux intellectuels » médiévaux[5] : l’« intellectuel autorisé » qui prétendait « participer aussi du pouvoir ecclésiastique » et « s’arroger une influence politique », ou l’« intellectuel marginal » – réservé à Rutebeuf – qui affichait au contraire son mépris pour les honneurs, jusqu’aux « intellectuels organiques » – selon l’acception établie par Gramsci –, produits de la recomposition du paysage social, de l’émergence de nouvelles catégories auxquelles ils sont liés, et dont ils sont amenés à définir et à légitimer le rôle social en critiquant l’ordre établi et en endossant le rôle de véritable « organisateurs de la société »[6]. Au gré d’un « repentir », Jacques Le Goff rejoignait l’acception qui s’était progressivement imposée, depuis l’affaire Dreyfus, et qui voyait justement dans l’intellectuel « quelqu’un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas » (J.-P. Sartre), qui use de ses fonctions créatrice et médiatrice hors de son champ d’activité traditionnel, pour les mettre au service d’une cause, généralement politique, ou d’un public large[7]. Ainsi, l’étude des relations entretenues par les intellectuels médiévaux avec le(s) pouvoir(s) sera-t-elle privilégiée.

3/ Le troisième axe souhaiterait proposer un nouvel examen des nombreuses intuitions historiques et pistes d’interprétation ouvertes par J. Le Goff, dont certaines constituent des terrains de recherche toujours fructueux pour les historiens. Il serait ainsi l’occasion de s’interroger sur la chronologie médiévale de la naissance et de l’affirmation des intellectuels : ne peut-on envisager des intellectuels avant le XIIe siècle ? Quel rôle la professionnalisation des universitaires au XIVe siècle joua-t-elle dans leur rapport avec le pouvoir politique[8] ? L’humanisme est-il un « anti-intellectualisme » ? Par ailleurs, le lien entre le cadre urbain et la fonction intellectuelle que mettait en évidence Jacques Le Goff est-il irréductible ? Ne peut-il y avoir d’intellectuels au village ? On invitera également à examiner la variété des situations géographiques pour déterminer ou non l’existence de spécificités locales dans la définition d’un profil des intellectuels : ainsi, l’« intellectuel laïc » est-il une exception italienne[9] ? Dans cette perspective, on se montrera particulièrement attentif aux conditions sociales et matérielles des intellectuels : conditions de travail ; moyens et niveaux de rémunérations, réelles ou symboliques ; stratégies de distinctions déployées.

Pour plus d’informations : « Les intellectuels au Moyen Âge : soixante ans d’un anachronisme fondateur », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 09 mai 2017, http://calenda.org/404187

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude : 2e Journée de doctorants de l’UdL en Histoire de l’Islam, U. Lyon 2 (Berges du Rhône),24 mai 2017

JED UDL H. Islam -Programme

Mercredi 24 mai, 09h15-18h

Journée doctorale organisée avec le soutien du CIHAM/UMR 5648 et du LARHRA/UMR 5190.

 Salle des colloques (Bat. Erato 020), Campus Berges du Rhône, Université Lyon 2 – Quai Claude Bernard – 69007 Lyon

9h15-9h45 – Accueil des participants et introduction

Session I : Déplacements, circulation et cohabitations

9h45-10h30 – Louis FANDRE (Université Lumière-Lyon 2 – Master ʽMondes Médiévaux’) – « Les stratégies commerciales des Hafsides à la fin du XIIIe siècle : entre compromis et réaffirmation d’une autorité politique »
10h30-11h15 – Anaïs MASSOT (EHESS – UMR 8216/CéSor) – « La tarîqa Naqshbandiyya-Khalidiyya à Damas au début du XIXe siècle : circulation d’individus et d’idées pendant les Tanzimat ottomanes »
11h15-12h00 – Salma HARGAL (Université Lumière-Lyon 2 – UMR 5190/LARHRA) « Administrer des migrations musulmanes dans l’Empire ottoman : le cas des Maghrébins (1847- 1914) »

Session II : Pratiques discursives et littéraires

14h00-14h45 – Mohamed BEN MANSOUR (ENS de Lyon – UMR 5206/Triangle) – « La verve poétique face au pouvoir politique à l’époque abbasside »

14h45-15h30 – Marouane SLAMA (Université Lumière-Lyon 2 – Master ʽMondes Médiévaux’) – « Le Kawkab al-Rawḍa : histoire d’une île, histoire égyptienne »

Session III :Cultures politiques, cultures juridiques

15h45-16h30 – Enki BAPTISTE (Université Lumière-Lyon 2 – Master ʽMondes Médiévaux’) –  « Du Compagnon zélé au calife mesuré : la formation politique de ʽUmar. Forgerie historiographique et mythologie du cheminement initiatique »
16h30-17h15 – Karine MICHEL (ENS de Lyon – UMR 5206/Triangle) – « Sagesses anciennes et philosophie politique à l’âge classique de l’Islam »

17h15-18h00 – Marion WEISSLINGER (ENS de Lyon – UMR 5206/Triangle) « Le concept d’intérêt général (maṣlaḥa) chez Najm al-Dīn al-Ṭūfī (1276-1277/1316) »

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Journée d’étude: Les marges: Paris, 18/05/2017

Le jeudi 18 mai 2017 se tiendra la journée thématique annuelle de l’IRHT consacrée aux marges. Ce thème, qui se trouve au carrefour des sciences du texte, rassemble toutes les sections du laboratoire, en ce qu’il touche aussi bien à la philologie, la lexicographie, l’histoire, la paléographie, qu’à la codicologie.

Argumentaire

Le jeudi 18 mai 2017 se tiendra la journée thématique annuelle de l’IRHT consacrée aux marges. Ce thème, qui se trouve au carrefour des sciences du texte, rassemble toutes les sections du laboratoire, en ce qu’il touche aussi bien à la philologie, la lexicographie, l’histoire, la paléographie, qu’à la codicologie.

Autour du texte, dimension essentielle de la culture et de sa transmission, les espaces laissés vides sont devenus le réceptacle de mentions, décors, marques codicologiques, etc. qui participent à son histoire. Sur tous les supports – papyrus, parchemin ou papier, manuscrit ou imprimé – et quel que soit le type de document, des écrits de la pratique aux livres liturgiques, en passant par les textes scientifiques et juridiques, ces ajouts, contemporains ou postérieurs, doivent être analysés. Il s’agira ainsi de rendre compte de pratiques éditoriales (rubriques, manchettes, références, iconographie), de pratiques de lecture et d’utilisation des textes transmis (marques de repérage, annotations, gloses, commentaires), mais également de tout autre type d’ajouts indépendants (mentions de noms, listes de livres, décomptes).

Vous pouvez consulter le programme détaillé sur le Carnet de l’IRHT.

 

Pour plus d’informations :

« Les marges », Journée d’étude, Calenda, Publié le jeudi 20 avril 2017, http://calenda.org/402566

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribuation:L’oubli, arme, trace ou droit:Paris, 16–17/11/2017 [délai:31/05/2017]

Le colloque se propose d’envisager l’oubli  comme objet d’histoire pour lui-même. Celui-ci est conçu non comme un résultat par défaut du manque de mémoire, mais comme un objet d’étude à part entière. Les « usages de l’oubli » firent l’objet des discussions du colloque de Royaumont en 1986, et donnèrent lieu à des réflexions passionnantes. Nous souhaitons en poursuivre le cours pour l’Antiquité et le Moyen Âge, dans la littérature comme dans l’histoire.

Paris et Cergy 16 et 17 novembre 2017

Argumentaire

En contrepoint du célèbre « devoir de mémoire » dont l’expression évoque certes davantage l’époque contemporaine que les époques ancienne et médiévale, nous proposons d’initier une réflexion sur le thème de l’oubli. Les travaux de Paul Ricoeur[1]consacrés au temps et à la mémoire envisagent l’oubli comme antonyme de la mémoire et comme obstacle à la connaissance de l’histoire. Nous souhaitons ici envisager l’oubli  comme objet d’histoire pour lui-même. Celui-ci est conçu non comme un résultat par défaut du manque de mémoire, celle-ci étant un objet tout à fait pertinent pour le Moyen Âge comme en atteste l’insistance sur le respect du aux « autorités » ou l’entretien de la memoria dans le cadre des généalogies et de l’exaltation de la grandeur dynastique, mais comme un objet d’étude à part entière. Les « usages de l’oubli[2] » firent l’objet des discussions du colloque de Royaumont en 1986, et donnèrent lieu à des réflexions passionnantes. Nous souhaitons en poursuivre le cours pour l’Antiquité et le Moyen Âge, dans la littérature comme dans l’histoire. Une réflexion de nature épistémologique et historiographique sur la pertinence de l’oubli comme objet d’histoire semble nécessaire en ouverture des travaux. Puis nous tâcherons de confronter les perceptions de l’oubli dans la littérature profane et sacrée de l’antiquité où il apparaît comme honni, sinon comme un crime du moins comme une menace. Il est en effet conçu comme inimaginable pour les descendants du peuple hébreu lorsqu’il est appliqué à Jérusalem (Ps. 137. 5) dans la Bible[3], ou encore aux héros épiques lorsqu’il est appliqué à la mère patrie dans les poèmes homériques. Pourtant, à l’époque médiévale, l’oubli est prescrit comme un droit   pour les convertis du judaïsme et de l’islam au christianisme et le crime consiste alors, pour les chrétiens comme pour leurs anciens coreligionnaires, à leur rappeler leur ancienne foi. Mais l’oubli peut également être conçu comme un châtiment lorsque des criminels se voient condamnés à la damnatio memoriae -largement étudiée pour l’Antiquité, mais constituant néanmoins un objet nécessaire à la réflexion sur les usages de l’oubli-ou au bannissement loin de leur patrie durant plusieurs années. Mais l’oubli volontaire ou imposé en est-il vraiment un ? L’interdiction de se souvenir est-elle vraiment ou déjà un oubli ? Par ailleurs, le registre de la peine, de la pénitence ou de la purgation pourra constituer un cadre fécond pour l’interrogation sur l’oubli des crimes et des péchés. Enfin, on n’oubliera pas d’examiner les problèmes posés par la dimension matérielle du souvenir, ce que d’aucuns envisagent sous l’angle de la trace[4]. L’oubli est-il possible lorsque le document existe et quels sont alors les moyens mis en œuvre pour l’effacer ?

Pour plus d’informations : « L’oubli, arme, trace ou droit », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 20 avril 2017, http://calenda.org/401951

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

JED : Journée doctorale du CIHAM, « Écrire l’histoire », Lyon 2 (Salle des colloques), 26 avril 2017

JED CIHAM 26 avril – programme :

Salle des colloques, Bât. Erato, ER020 (à droite du Grand Amphithéâtre de Lyon 2), Campus Berges du Rhône,
18 quai Claude Bernard, 69007 Lyon

9h30       Accueil des participants

9h45  Ouverture de la journée

« Ma thèse en 5 minutes »

10h   Wahid Tarraf – « La Syrie entre l’Oronte et la Méditerranée à l’époque des Croisades »

10h15 Magali Romaggi – « Narcisse au miroir des eaux »

10h30 Elsa Gabaude – « L’usure en procès au temps des papes d’Avignon »

10h45 Thomas Girard – « L’incroyance des gens (1215-1525) »

11h Romain Chevalier – « Bâtardises et sociétés de cour »

Varia

11h20 Jean-Benoît Krumenacker – « Pierre Rostaing, un érudit au service du chapitre »
(Thèse avec le soutien d’Arc 5)

« Écrire l’histoire »

14h Thomas Girard – « L’écriture de l’histoire et la matérialité de l’incroyance. Comment décrire une hétéropraxie ? »

14h40 Benjamin Oury – « Le bourg castral de Rame »

15h20 Ariane Pinche – « Des petites histoires pour écrire l’Histoire »
(Thèse avec le soutien d’Arc 5)

16h Fin de la journée

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Journées d’étude:Penser–repenser l’archéologie, l’histoire et l’anthropologie:22-23/05/2017, CNRS, Ivry-sur-Seine.

Présentation

Quelques préhistoriens se sont interrogés sur la pratique de leur métier et sur la relation entre le chercheur et son objet (sujet) d’étude. Quelle est sa démarche du vestige archéologique à la restitution finale qu’il en donne ? Quel sens donne-t-il à sa démarche ? On y découvre combien sont indissociables les objets de la discipline et les modes de pensée de celles-ci : concepts, outils, méthodes, modélisations. S’il va de soi que la plus grande rigueur est de mise au stade de la fouille, de la compilation des données et de leur analyse, leur exploitation fait une large place à l’interprétation. Peut-être plus encore qu’en histoire, les conclusions sont toujours susceptibles d’être reprises, reformulées, remises en cause.

Les organisateurs de cette table ronde souhaitent à présent élargir cette réflexion à d’autres disciplines des sciences humaines, en particulier, à l’ethnologie, à l’histoire mais aussi à l’archéologie en général.

Mettre nos réflexions en commun serait sans doute salutaire pour l’ensemble de ces disciplines.

Pour plus d’informations : 

« Penser–repenser l’archéologie, l’histoire et l’anthropologie », Journée d’étude, Calenda, Publié le mercredi 12 avril 2017, http://calenda.org/402661

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel Workshop : Workshop on Corpus-based Research in the Humanities (CRH) with a special focus on space and time annotations, Vienne (Autriche), 25-26 Janvier 2018 [délai : 8 octobre 2017]


IMPORTANT DATES
Deadlines :
– Abstract submission: 8 October 2017
– Notification of acceptance: 5 November 2017
– Final version of paper: 3 December 2017
– Workshop: 25-26 January 2018

web: http://www.oeaw.ac.at/ac/crh2/

The Workshop on « Corpus-based Research in the Humanities » (CRH) brings together those areas of Computational Linguistics and the Humanities that share an interest in the building, managing and analysis of text corpora. The edition of this year has a specific focus on time and space annotation in textual data, backed by a keynote speaker with special interest in this aspect of corpus management.

The second edition of CRH will be held in Vienna (Austria) on January 25th-26th 2018 and will be hosted Austrian Academy of Sciences, University of Vienna and Technische Universitaet Wien.

The series of the CRH workshops continues that of the workshop on « Annotation of Corpora for Research in the Humanities » (ACRH), the three editions of which were held respectively in 2011 (Heidelberg, Germany), 2012 (Lisbon, Portugal) and 2013 (Sofia, Bulgaria). The first CRH was held in Warsaw (Poland) in 2015.

Submissions of long abstracts for oral presentations and posters (with or without demonstrations) featuring high quality and previously unpublished research are invited on the following TOPICS:

– specific issues related to the annotation of corpora for research in the Humanities (annotation schemes and principles), with special interest in space and time annotations
– corpora as a basis for research in the Humanities
– diachronic, historical and literary corpora
– use of corpora for stylometrics and authorship attribution
– philological issues, like different readings, textual variants, apparatus, non-standard orthography and spelling variation
– adaptation of NLP tools for older language varieties
– integration of corpora for the Humanities into language resources infrastructures
– tools for building and accessing corpora for the Humanities
– examples of fruitful collaboration between Computational Linguistics and Humanities in building and exploiting corpora
– theoretical aspects of the use of empirical evidence provided by corpora in the Humanities

This year, CRH will have a SPECIAL TOPIC concerning time and space annotation in textual data. Submissions with this focus are especially encouraged.

Contributions reporting results from completed as well as ongoing research are welcome. They will be evaluated on novelty of approach and methods, whether descriptive, theoretical, formal or computational.

The proceedings will be published in time for the workshop. They will be co-edited by Andrew Frank, Christine Ivanovic, Francesco Mambrini, Marco Passarotti and Caroline Sporleder.

MOTIVATION AND AIMS
Research in the Humanities is predominantly text-based. For centuries scholars have studied documents such as historical manuscripts, literary works, legal contracts, diaries of important personalities, old tax records etc. Large amounts of such documents exist and are increasingly available in digital form. This has a potentially profound impact on how research is conducted in the Humanities.
Digitised sources allowing scholars to analyse texts quicker and more systematically.

Digital data can also be (semi-)automatically mined: important facts and interdependencies can be detected, complex statistics can be calculated. Analysis of locations and time in documents is often crucial to understand and visualize trends. Results can be visualised and presented to the scholars, who can then delve further into the data for verification and deeper analysis.

Digitisation encourages empirical research, opening the road for completely new research paradigms that exploit `big data’ for humanities research. Digitisation is only a first step, however. In their raw form, electronic corpora are of limited use to humanities researchers. Corpus annotation can build on a long tradition in (corpus) linguistics and computational linguistics but the true potential of such resources is only unlocked if corpora are enriched with different layers of linguistic annotation (ranging from morphology to semantics, including location and time).

The CRH workshop aims at building a tighter collaboration between people working in various areas of the Humanities (such as literature, philology, history, translational studies etc.) and the research community involved in developing, using and making accessible different kinds of corpora. A gap exists between computational linguists (who sometimes do not involve humanists in developing and exploiting corpora for the Humanities) and humanists (who sometimes just aren’t aware that such corpora do exist and that automatic methods and standards to build and use them are today available).
Over the past few years a number of historical annotated corpora have been started, among which are treebanks for Middle, Early Modern and Old English, Early New High German, Medieval Portuguese, Ugaritic, Latin, Ancient Greek and several translations of the New Testament into Indo-European languages. The experience of these ever-growing set of projects can provide many suggestions on the methodology as well as on the practice of interaction between literary studies, philology and corpus linguistics.

[…]
INSTRUCTIONS FOR SUBMISSION
We invite to submit long abstracts describing original, unpublished research related to the topics of the workshop as PDF. Abstracts should not exceed 6 pages (references included) and written in English.
Submissions have to be made via the EasyChair page of the workshop at https://easychair.org/conferences/?conf=crh2 (requires prior registration with EasyChair).
The style guidelines can be found here: http://www.oeaw.ac.at/forschung-institute/biblio/academiae-corpora/ac/crh2/authors-kit/.

Reviewing will be double-blind; therefore, the abstract should not include the authors’ names and affiliations or any references to web-sites, project names etc. revealing the authors’ identity. Furthermore, any self-reference should be avoided. For instance, instead of « We previously showed (Brown, 2001)… », use citations such as « Brown previously showed (Brown, 2001)… ». Each submitted abstract will be reviewed by three members of the program committee.

Submitted abstracts can be for oral or poster presentations (possibly with demo). There is no difference between the different kinds of presentation both in terms of reviewing process and publication in the proceedings (the limit of 6 pages holds for both abstracts intended for oral and poster presentations).

The authors of the accepted abstracts will be required to submit the full version of their paper, which may be extended up to 10 pages (references included).

PRESENTATIONS
The oral presentations at the workshop will be 30 minutes long (25 minutes for presentation and 5 minutes for questions and discussion).
Depending on the number of submissions, a poster session might be organised as well.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Colloque : « Theorica : La construction du discours théorique au Moyen Âge 5. Penser la traduction au Moyen Âge », 3-4 mai, Casa de Velázquez, Madrid

Le programme de recherche « Theorica », initié en 2012, se propose de revisiter l’idée reçue selon laquelle le Moyen Âge serait un temps asystématique et par conséquent inapte à toute théorisation. Pour ce cinquième volet, le domaine retenu a été celui des discours sur la traduction, pour interroger la manière dont le Moyen Âge a ressenti le besoin de théoriser la traduction.

Il ne s’agit pas ici d’appliquer les méthodes d’analyse de la traductologie contemporaine aux textes médiévaux mais bien d’interroger le regard porté sur la traduction par les théoriciens et/ou praticiens du Moyen Âge afin de dégager les différentes conceptions de la traduction qui s’opposaient à la fin du Moyen Âge. Comment les traducteurs médiévaux perçoivent-ils leur travail et quels discours théoriques construisent-ils afin de mieux encadrer leurs pratiques ? Peut-on parler d’une « traductologie médiévale » ? Quelles sont les fonctions et l’utilité de la traduction selon les hommes du Moyen Âge ? Quels problèmes linguistiques apparaissent, selon eux, lors du processus de traduction ? L’analyse des pratiques de traduction confirme-t-elle ces théories énoncées à la même période ? Dans le cas contraire, comment expliquer ces écarts entre norme et pratique ?

Date et lieu de la manifestation : 3-4 mai 2017, Casa de Velázquez, Madrid.
Page de l’événement : https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/agenda/news/theorica5-la-construction-du-discours-theorique/
Contact : theorica(at)ens[tiret]lyon[point]fr

 Programa Theorica 5 (español)

Programme Theorica 5 (français)

Programme

Mercredi 3 mai : Les théories de la traduction du XIIe au XIVesiècle

9h00-9h30. Accueil des participants

Présentation du colloque par Carlos Heusch (École normale supérieure de Lyon)

9h45-11h00. Session 1 : Fondements théoriques de la traduction médiévale – Présidée par Georges Martin

  • Anna Svenbro (Université Paris Nanterre) : « Jérôme, Augustin, Boèce – Prolègomènes à toute traduction médiévale qui voudra se présenter comme science »
  • Corinne Mencé-Caster (Université Paris-Sorbonne) : « La traduction médiévale : un déterminant majeur de la construction d’une théorie de l’écriture d’invention en castillan »

10h45. Débat

11h00. Pause

11h30-13h00. Session 2 :  Traduction et réécriture – Présidée par Georges Martin

  • Maud Pérez-Simon (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3) : « Traduire pour contredire, Les Monstres des hommes »
  • Gisèle Besson (École normale supérieure de Lyon) : « Le statut de la mythologie dans la traduction de La Cité de Dieu par Raoul de Presles »

12h30. Débat

13h00. Déjeuner au restaurant de la Casa de Velázquez

15h00-17h00. Session 3 : Vers une professionnalisation de la traduction dans l’Espagne médiévale – Présidée par Inés Fernández-Ordóñez

  • Julio César Santoyo (Universidad de León) : « Percepción, reflexión y autoanálisis en los traductores de los siglos XII y XIII »
  • Danielle Jacquart (École Pratique des Hautes Études) : « Des traductions au fil de la plume et à la chaîne ? Le cas de Gérard de Crémone dans la Tolède du XIIesiècle »
  • Rafael Ramón Guerrero (Universidad Complutense de Madrid) : « La Epístola De intellectu de Alfarabi – Del árabe al latín »

16h30. Débat

17h00. Pause

17h15-18h45. Session 4 : La traduction sous Alphonse X – Présidée par Inés Fernández-Ordóñez

  • Irene Salvo García (Syddansk Universitet, Odense – Marie Curie) : « La traducción en la historiografía alfonsí: una lectura teórica »
  • Jesús Rodríguez Velasco (Columbia University, New York) : «Ficción de interpretación» (par visioconférence depuis New York)

18h15. Débat

20h30. Dîner du colloque

Jeudi 4 mai : Les théories de la traduction à la fin du Moyen Âge

9h30-11h30. Session 5 : Nouvelles traductions, traducteurs nouveaux – Présidée par Rebeca Sanmartín

  • Ángel Gómez Moreno (Universidad Complutense de Madrid) : « Va la vida: la Botánica en traducción »
  • Tomàs Martínez Romero (Universitat Jaume I, Castellón) : « La traducción según los traductores catalanes “menores” de la Edad Media »
  • Juan Carlos Conde (Magdalen College – University of Oxford) : « Traducir textos religiosos en el siglo XV: Fernán Pérez de Guzmán y Fray Gonzalo de Ocaña »

11h00. Débat

11h30. Pause

12h00-14h00. Session 6 : Traduction et humanisme – Présidée par Joaquín Rubio Tovar

  • Jeremy Lawrance (University of Nottingham) : « La polémica entre Cartagena y Bruni sobre cómo hay que traducir a Aristóteles »
  • María Morrás (Universitat Pompeu Fabra, Barcelone) : « La Ética y las traducciones en los círculos literarios »
  • Mélanie Juste (École normale supérieure de Lyon) : « La traduction selon Alfonso de Madrigal, El Tostado : une théorie de la pratique »

13h30. Débat

14h00. Déjeuner au restaurant de la Casa de Velázquez

16h00-18h00. Session 7 : Traduction et minorités, le cas des Mudéjars et Morisques – Présidée par Danielle Jacquart

  • Olivier Brisville-Fertin (École normale supérieure de Lyon) : « Quelques réflexions sur le statut et les fonctions des traductions aljamiadas de prédication : dixo partida de los sabios… »
  • Alice Kadri (Université Paris Nanterre) : « “Fue sacado de ‘arabī en ‘ajami”. Pratiques de traduction aljamiada chez les mudéjars et les morisques »

17h00. Débat

17h30. Conclusions par Joaquín Rubio Tovar

17h45. Clôture du colloque.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Colloque:Gouverner le royaume : le roi, la reine et leurs officiers:20-23/09/2017,École française de Rome

Cette manifestation examine une modalité essentielle du gouvernement royal, passé un seuil territorial de domination et d’éloignement de l’agent, où l’enjeu est l’effectivité de la décision : qu’est-ce qui lie l’officier en charge d’une mission spéciale, d’un territoire particulier, à la volonté royale ? Qu’est-ce qui anime l’unité d’un appareil administratif évoluant à l’échelle de vastes principautés, et surtout la maintient ? Comment tenir ses officiers ? Quels rôles jouent le gage, la solde et les rémunérations matérielles ? Par là, comment se représente-t-on l’organisation administrative et ses rouages ? Le modèle organiciste est-il là aussi à l’œuvre ? C’est la cohésion de tout appareil d’État et sa capacité à agir sur le réel qui irrigue chacune de ces interrogations.

Pour plus d’informations : « Gouverner le royaume : le roi, la reine et leurs officiers »,  Colloque,  Calenda, Publié le mardi 28 mars 2017, http://calenda.org/400097

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Projection : « Le Cid chanté », 10 avril, 18h, Théâtre Kantor, ENSL, Lyon

Texte de présentation : pdf
Première du film Le Cid Chanté par Antoni Rossell, en présence de l’auteur et de l’interprète. Après la projection, auteur et interprète répondront aux questions du public.
Le Cid chanté par Antoni Rossell reprend les épisodes les plus significatifs du Cantar de Mio Cid, la plus grande chanson de geste de la littérature médiévale espagnole. Ce poème raconte l’extraordinaire itinéraire épique d’un petit noble castillan, injustement condamné à l’exil par le roi Alphonse VI, qui, grâce à ses exploits guerriers, devient seigneur de la puissante ville de Valence et, par conséquent, l’objet de toutes les convoitises.

Après de longues années de recherches, Antoni Rossell a pu établir une reconstitution musicale vraisemblable de la chanson et revisite devant nous le travail vocalique et gestuel d’un jongleur du XIIIe siècle. Le film reprend des extraits de cette interprétation lyrique de la chanson en y ajoutant de nombreux supports visuels et des séquences filmiques tournées sur les lieux mêmes évoqués dans la chanson. Il nous plonge ainsi dans une Espagne intemporelle, d’une beauté âpre, faite de dénuement et de silence; la terre dévastée de l’exil.

Un film de Carlos Heusch, réalisé par ENS Media et produit par le CIHAM et l’ENS de Lyon
Durée : 90 min. Film en castillan médiéval sous-titré en français
LUNDI 10 AVRIL 2017, À 18H.
THÉÂTRE KANTOR DE L’ENS DE LYON
15, Parvis René-Descartes, Lyon 7e, Métro Debourg
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Web : http://www.ens-lyon.fr/tout-l-agenda/projection-du-film-le-cid-chante-par-antoni-rossell–332487.kjsp?RH=ENS-LYON-FR-AGENDA
Facebook : https://www.facebook.com/events/1852668911671097/

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Appel à candidature atelier doctoral: « Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge », Salerne, 26-30 juin 2017 [délai: 2 mai 2017]

VIe Séminaire International
Cultures et rapports culturels dans l’espace méditerranéen au Moyen Âge : les sources

L’Atelier doctoral Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge, organisé par l’Università degli Studi di Salerno, l’Università della Basilicata, le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LaMOP) et l’École française de Rome, a pour but de fournir une formation spécialisée dans le domaine de l’histoire, de la civilisation et de la culture de l’Italie méridionale et de son environnement méditerranéen au Moyen Âge.

Dans cet esprit, l’Atelier réunit des enseignants spécialisés et de jeunes chercheurs pour offrir une occasion de réflexion, de discussion, d’approfondissement méthodologique et de mise au point historiographique concernant les différentes sources historiques et les conditions convenables de leur utilisation. Le Séminaire de cette année s’attachera particulièrement au thème des cultures et des rapports culturels dans l’Italie méridionale médiévale, qui abrite des populations se rattachant à des aires culturelles différentes. Comme les années précédentes, le thème sera abordé sous l’angle de la lecture et de l’analyse des sources. Les boursiers présenteront un rapport concernant leur projet de recherche et les différentes sources qu’ils utilisent. Le Séminaire est particulièrement destiné aux jeunes chercheurs, doctorants ou déjà docteurs, qui travaillent sur des sujets concernant l’Italie et/ou d’autres régions méditerranénnes au Moyen Âge ; douze bourses couvrant l’ensemble des frais de séjour leur sont proposées, les déplacements restant à la charge des participants.

Avant le 2 mai 2017, les candidats devront envoyer par courrier électronique à l’une des adresses suivantes (amgaldi@unisa.it ou mgalante@unisa.it) :
– Une demande de participation indiquant de façon synthétique les raisons de leur intérêt.
– Un bref curriculum studiorum indiquant en particulier leurs compétences linguistiquee et leurs éventuelles publications.
– Un résumé de leur programme de recherches (6.000 signes au maximum).
– Une lettre de présentation d’un enseignant universitaire ou d’un chercheur spécialisé, qui servira de garantie.
Les candidats seront sélectionnés par le Comité Scientifique sur la base de la relation entre leur programme de recherche et le thème du séminaire. Le résultat de la sélection sera communiqué avant le 25 mai 2017.

Les candidats retenus devront ensuite envoyer le texte de leur intervention (30.000 signes au maximum) dans l’une des trois langues de travail (italien, français, anglais) avant le 12 juin 2017. Les participants devront en outre préparer une présentation Powerpoint dans l’une des deux langues qu’ils n’auront pas choisies pour leur texte. Chacun des projets présentés sera commenté par l’un des enseignants participant au Séminaire et discuté collectivement par les autres enseignants et les participants. Sur proposition du Comité Scientifique de l’Atelier, les meilleures interventions pourront être soumises aux Comités de lecture des revues Mélanges de l’École fançaise de Rome, Moyen Âge et Schola salernitana pour une éventuelle publication. Le Comité Scientifique se réserve la possibilité d’accueillir comme auditeurs libres d’autres participants intéressés par les thèmes traités, qui prendront à leur charge leurs frais de séjour. Ceux qui seront admis au Séminaire devront le suivre toute la semaine.

Colloque : « Les métiers de l’alimentation. Pratiques culinaires et traditions alimentaires », 5-6 avril, Casa Velázquez (Madrid)

Coord. : Marianne Brisville (EHEHI, UMR 5648/CIHAM), Rached Lakhal (Université de Tunis), Audrey Renaud (UMR 5140/ASM, Montpellier), Nuria Rovira Buendia (UMR 5140/ASM, Montpellier)
Org. : EHEHI (Casa de Velázquez, Madrid), Laboratoire « Histoire des économies et des sociétés méditerranéennes », Faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis
Coll. : UMR 5140 (Archéologie des sociétés méditerranéennes, Lattes-Montpellier), Labex Archimede (Montpellier), UMR 5648 (CIHAM, Lyon), GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans, Institut européen de l’histoire et des cultures de l’alimentaire (Tours)

 

5 AVRIL – 9h30-14h : ESPECIALIZACIÓN DE LAS ACTIVIDADES ALIMENTARIAS

Presidencia :  Manuela MARÍN – Investigadora independiente, Madrid

Stéphanie RAUX – UMR 5140 (ASM, Montpellier)

L’instrumentum des productions de bouche : quelques exemples de Narbonnaise

Catherine RICHARTÉ – INRAP, UMR 5648 (Ciham, Lyon) / Nicolas GARNIER – SAS Laboratoire N. Garnier, UMR 8546 (Aoroc – ENS, Paris) / Sonia GUTIÉRREZ LLORET universitat d’Alacant / Claudio CAPELLI DISTAV Genova

À la recherche de biomarqueurs. Analyses archéométriques et contributions à l’étude des contenus des récipients des épaves islamiques de Provence ( fin IX- début X)

Leonor PEÑA-CHOCARRO – Instituto de Historia, CSIC-CCHS, Madrid / Natalia ALONSO MARTÍNEZ – Universitat de Lleida / Guillem PÉREZ JORDA – Instituto de Historia, CSIC-CCHS, Madrid

Frutos y especias durante la época medieval en el Mediterráneo Occidental

Annliese NEF – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Elena PEZZINI – Museo Archeologico Regionale ‘Antonino Salinas’, Palermo / Viva SACCO – UMR 8167 (Orient & Méditerranée, Paris)

Les métiers liés à l’alimentation dans la Sicile islamique : éléments textuels et archéologiques

Rached LAKHAL – Université de Tunis

Dar el-`ûla (office des provisions) àla cour des Beys de Tunis aux XVIIIe et XIXe siecles

15h30-18h30 : PERMANENCIAS Y EVOLUCIONES

Presidencia : Armelle GARDEISEN – CNRS, UMR 5140 (ASM-Labex Archimède, Montpellier)

Emmanuel BOTTE – CNRS, UMR 7299 (Centre Camille Jullian, Aix-Marseille)

L’artisanat de la transformation du poisson en Italie tyrrhénienne antique (IVe av. J.-C.- IIe ap. J.-C.)

Tarek OUESLATI – CNRS, UMR 8164 (Halma, Lille)

Mille ans d’occupation à Rirha vus au travers de l’os animal : innovations antiques et médiévales

Marie-Pierre RUAS – CNRS, UMR 7209 (Muséum national d’Histoire naturelle, Paris)

Les témoins archéobotaniques sur les héritages et les spécificités dans l’économie agro-vivrière du Maroc antique et médiéval

Sophie GILOTTE – CNRS, UMR 5648 (Ciham, Lyon) / Catherine RICHARTÉ-  INRAP, UMR 5648 (Ciham, Lyon)

Écrire sur les récipients en al-Andalus : réflexions à partir du cas d’Albalatt

6 AVRIL – 9h30-14h : ESTACIONES Y CONSUMO

Presidencia : Laurent CALLEGARIN EHEHI – Casa de Velázquez, Madrid

Nicolas GARNIER – SAS Laboratoire N. Garnier, UMR 8546 (Aoroc – ENS, Paris)

Cuisine et archéologie biomoléculaire : identité des denrées et des procédés à partir de simples tessons. Un état de l’art

Touatia AMRAOUI – EHEHI – Casa de Velázquez, Madrid

Aspects de la production et du stockage des denrées alimentaires en Maurétanie césarienne et en Numidie : diffusions et permanences des techniques

Jerôme ROS – UMR 7209 (CNRS-MNHN-SU, Paris) / MR 5554 (ISEM, Paris-Montpellier) / Carole PUIG – ACTER, UMR 5136 (Framespa-Terrae, Toulouse)

Productions vitivinicoles en Roussillon antique et médiéval à la croisée des sources archéologiques, archéobotaniques et historiques

Marcos GARCÍA GARCÍA  – Universidad de Granada / Marta MORENO GARCÍA – Instituto de Historia, CSIC-CCHS, Madrid

Hábitos de consumo alimentario de origen animal en Córdoba durante la época emiral y califal a través del registro arqueozoológico: los casos de Cercadilla y Saqunda

Iria de SANTÁS DE ARCOS – Universidad Eclesiástica San Damaso, Madrid

Alimentación y medicina a través de las obras de adab: la segunda perla del andalusí Ibn `Abd Rabbihi

Hafedh BEN HASSEN – Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sousse

La cuisine du Sultan Ottoman à la fin du XVIIe siècle d’après le manuscrit de Lacroix

 

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Appel à communication: Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques. Définitions, modèles et conflits en zones d’interface (IXe-XIIIe siècle): Paris,5-6/04/2018[délai :30/05/2017]

Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques. Définitions, modèles et conflits en zones d’interface (IXe-XIIIe siècle)

Atelier international de jeunes chercheurs – Institut Historique Allemand (Paris) / Laboratoire ACP (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

5-6 avril 2018

http://acp.u-pem.fr/rencontres/espaces-seigneuries/

Argumentaire

La distinction claire entre monde laïque et monde ecclésiastique et le concept d’espace de domination, compris comme une zone connue, délimitée et donc cartographiable, semblent aujourd’hui être des notions évidentes. Elles ne l’étaient pourtant absolument pas dans un monde médiéval où, d’une part, la réforme grégorienne a entamé, à la fin du XIe siècle, un processus de séparation des pouvoirs aristocratiques laïques et ecclésiastiques et où, d’autre part, la conception de l’espace de domination aristocratique connut une évolution très importante, du Xe au XIIIe siècle, avec un phénomène de spatialisation, puis de territorialisation, du pouvoir, ce qui permet progressivement de passer d’une cartographie faite de points à l’émergence de zones de domination plus ou moins identifiables et donc représentables graphiquement.

Ces thématiques sont au cœur de nombreuses recherches actuelles et se prêtent d’autant mieux à une recherche comparatiste entre France et Allemagne que les écoles historiographiques des deux côtés du Rhin ont une approche très différente de ces questions spatiales. À l’inverse des Français, les historiens allemands ne se sont quasiment pas, après 1945, intéressé aux problèmes spatiaux et le terme allemand de Territorialisierung, l’idée que le pouvoir des aristocrates ait pu être fondé sur un principe territorial et reposer sur certains espaces avec des frontières plus ou moins bien définies, n’est utilisé que pour décrire des phénomènes à partir du XIIIe siècle. Notre atelier entend donc croiser ces deux approches en examinant la conception et la production d’espaces ecclésiastiques et en s’intéressant aux interactions que cela suscita avec les seigneurs laïques dans le cadre géographique de l’ancien empire carolingien. Il ne s’agira pas ici de s’intéresser à l’espace intérieur au monastère, ce qui fut l’objet d’un livre récent (Monastères et espace social. Genèse et transformation d’un système de lieux dans l’Occident médiéval, éd M. Lauwers), mais bien de centrer notre étude sur les points de contacts et les zones d’interface entre espaces laïques et ecclésiastiques, en excluant le cas du ban clunisien, qui a déjà donné lieu à de nombreux travaux et en s’ouvrant également à des espaces non monastiques : diocèse, archidiaconé ou paroisse par exemple.

L’objectif sera de permettre à des jeunes chercheurs germanophones ou francophones de comparer leurs approches, cela dans une perspective résolument interdisciplinaire entre histoire, histoire du droit, histoire de l’art et archéologie.

 

Pour plus d’informations : http://www.fabula.org/actualites/espaces-ecclesiastiques-et-seigneuries-laiques-definitions-modeles-et-conflits-en-zones-d-interface_78518.php 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts