Archives de catégorie : Appels à contribution

Appel : « Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les religions dans l’espace public européen », Nantes, 3-5 octobre 2018 [délai : 15 octobre 2017]

Page de l’appel en français et en anglais.

Soumission des propositions

Nous invitons les chercheurs de tous les champs académiques, y compris et en particulier les doctorants, à soumettre leur proposition de communication.

Les propositions pour des communications de 30 minutes devront être envoyées avant le 15 octobre 2017  cette adresse suivante. Les communications peuvent être rédigée en anglais ou en français. Elles doivent impérativement contenir :

  1.  Un document au format .doc contenant
    1.  Nom complet et affiliation
    2. Titre de la communication proposée (et indication de l’atelier dans lequel l’intervention est proposée)
    3.  un résumé de la communication (200-500 mots)
    4. une liste de 5-10 mots-clés
  2.  Un CV

Validation et confirmation

Le comité d’organisation confirmera la réception des soumissions et se prononcera sur celles retenues et celles rejetées au plus tard le 30 novembre 2017. Les contributeurs retenus seront invités à confirmer leur participation.

Les frais des intervenants sur place (hébergement, repas) seront assurés par les organisateurs, ainsi que les frais de déplacements pour ceux dont l’université d’affiliation ne peut pas les prendre en charge.

Argumentaire :

Pour l’historien Tony Judt, l’identité est un mot dangereux. Souvent basées sur des conceptions essentialistes et anhistoriques de la nation ou de la religion, les politiques identitaires remettent aujourd’hui en question les fondements pluralistes et multi-religieux des sociétés en Europe et au-delà. Ce colloque propose d’explorer ce en quoi la diversité religieuse et culturelle a toujours constitué un élément important des sociétés européennes. Nous nous pencherons sur la manière dont divers États ont accommodé la religion en général et des organisations religieuses en particulier, en prêtant une attention particulière aux questions d’identité de groupe et de liberté individuelle ainsi qu’à la distinction entre espaces privé et public et en interrogeant les termes et les logiques de proximité, d’échanges, de relations et d’emboitement entre les sociétés et les États dans cet espace en constante mutation. Il sera essentiel de toujours se demander de quelle Europe, de quels espaces publics et de quelles sociétés européennes on parle – l’Europe d’aujourd’hui, souvent identifiée de manière trop simpliste à un projet politique spécifique, l’Union européenne, et aux relations à ses espaces voisins méditerranéens et orientaux n’est pas la même que celle de 1914, encore moins celle du moyen âge ou du XVIe siècle.

Le paysage confessionnel de cet espace est à la fois systématiquement marqué par la diversité et constamment en évolution, en mouvement. Les religions changent continuellement. Dit d’une autre manière, les croyants et pratiquants adaptent continuellement leur pratiques et croyances religieuses aux réalités sociales et politiques changeantes. Par exemple, de nombreux chrétiens ou musulmans considèrent leur religion comme immuable : les appels au changement, les doctrines ou pratiques réformistes sont souvent présentés comme des efforts de « retour » à une pureté originelle perdue, un apogée supposée (l’âge des Apôtres, du Prophète et de ses compagnons, « l’Âge d’Or » de l’Église au XIIIe siècle…). Ce schéma a pour effet d’essentialiser la religion et peut mener au fondamentalisme ainsi qu’à un rejet doctrinaire de versions rivales de sa propre religion (Judaïsme Rabbinique/Karaïsme, Catholicisme/Protestantisme, Sunnisme/Chiisme) et des éléments séculiers de la modernité. Une telle essentialisation provenant d’une source extérieure à la tradition religieuse peut les conduire à la rejeter, à la considérer comme « obscurantiste » ou incompatible avec les valeurs séculières contemporaines. Et pourtant, les religions sont en perpétuel mouvement : les formes diverses de Judaïsme ou de Bouddhisme pratiquées aujourd’hui en Europe sont différentes de celles qu’on pouvait trouver il y a des siècles, ou de celles qu’on trouve encore aujourd’hui dans d’autres parties du monde.

Au cours de ce colloque, nous étudierons l’héritage religieux dans les sociétés européennes et dans leurs espaces d’influence, de contacts et d’échanges à travers cinq sessions académiques sur des thèmes clés en privilégiant des approches favorisant le dialogue entre les disciplines. Les communications pourront être proposées en français ou en anglais. En parallèle, nous organiserons une série d’ateliers en français pour les professionnels, les décideurs politiques et pour tous les publics intéressés par les défis et possibilités que pose la diversité dans la pratique religieuse et la foi aux sociétés du XXIe siècle.

Ateliers académiques :

  • Atelier 1 : Définir la religion
  • Atelier 2 : Sécularisation, laïcité(s) et pluralisme dans les sociétés européennes
  • Atelier 3 : Politiques religieuses dans les empires coloniaux européens
  • Atelier 4 : Pluralisme religieux dans le monde musulman
  • Atelier 5 : Religion et mondialisations : sécularisation, commercialisation, réenchantement

Soumission des propositions

Nous invitons les chercheurs de tous les champs académiques, y compris et en particulier les doctorants, à soumettre leur proposition de communication.

Les propositions pour des communications de 30 minutes devront être envoyées avant le 15 octobre 2017 à cette adresse. Les communications peuvent être rédigée en anglais ou en français. Elles doivent impérativement contenir :

  1.  Un document au format .doc contenant
    1.  Nom complet et affiliation
    2. Titre de la communication proposée (et indication de l’atelier dans lequel l’intervention est proposée)
    3.  un résumé de la communication (200-500 mots)
    4. une liste de 5-10 mots-clés
  2.  Un CV

Validation et confirmation

Le comité d’organisation confirmera la réception des soumissions et se prononcera sur celles retenues et celles rejetées au plus tard le 30 novembre 2017. Les contributeurs retenus seront invités à confirmer leur participation.

Les frais des intervenants sur place (hébergement, repas) seront assurés par les organisateurs, ainsi que les frais de déplacements pour ceux dont l’université d’affiliation ne peut pas les prendre en charge.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d’Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts

Appel : « Rethinking the Medieval Frontier », 10 avril 2018 [délai: 1 fév 2018]

Rethinking the Medieval Frontier(10 April: Leeds)

Few topics in medieval studies have as much current relevance and activity as frontiers and

borders. Yet approaches to their study in the Middle Ages are often untheorised, and compare, if at all, only to often outdated studies of the ancient or modern world. Yet medievalists are well placed, given the richness of their material and the complexity of medieval politics and society, to challenge such ‘classical’ ideas of The Frontier, whose weaknesses are now being exposed by current events. A fully comparative approach to the possibilities of what it meant to establish, live in or contest a frontier or border zone shown by the societies of late Antiquity and the Middle Ages can power the development of a new shared understanding of the processes at work where borders are laid down or transgressed.

The project Rethinking the Medieval Frontier has been exploring such ideas since 2015. Its first one-day conference, made possible by a British Academy/Leverhulme Trust Small Research Grant, will take place on 10th April 2018. Scholars at all levels working on frontiers and borders within the period 100-1500 CE, in any geographical area, are invited to offer papers addressing questions such as these:
• Who defines or defined a frontier, and with what effect?
• How did the medieval understanding of the world envisage or describe frontiers?
• How was a frontier physically constituted?
• Did military frontiers differ from other sorts of border, and if so how?
• How do archaeologists’ views of medieval frontiers compare to those of historians?
• What persons or groups crossed medieval borders, and why? Who was prevented from doing so, and how effectively?
• What persons or groups lived in border zones, for what reasons?
• How far did frontiers and borders create or inform medieval identities?
• How do the insights of other disciplines studying frontiers apply to medieval societies,and
• how do medievalist disciplines differ in their study of frontiers?

Papers should be up to 15 minutes long and may be exploratory or experimental. Comparison of more than one medieval society is encouraged. Titles and abstracts should be received by 1st February 2018. It may not be possible to accept all submissions. Some travel bursaries are available to allow attendance which might otherwise not be possible, including from outside the UK.

Submissions, as well as any other queries, should be sent to Jonathan Jarrett, School of History, University of Leeds, LS2 9JT,  Jonathan Jarrett.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d’Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts

Appel à contribution:Vrai, faux, mensonge:5-6/03/2018, université de Genève[délai:01/12/2017]

Vrai, faux, mensonge

Appel à communication en vue des Huitièmes Journées d’études des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’Université de Genève et de la Conférence universitaire de Suisse occidentale

*  *  *

Publié le jeudi 14 septembre 2017 par Anastasia Giardinelli

RÉSUMÉ

Si le mensonge renvoie à toute forme de discours contre la vérité, nous ne pouvons comprendre le premier sans définir la seconde et son rapport au faux. Ce lien, d’autant plus complexe au Moyen Âge, constitue l’enjeu de ces Huitièmes journées d’études. La conception augustinienne lie étroitement le mensonge à la parole et, par extension, au Verbe divin qui témoigne d’une dichotomie entre Dieu et le Diable. Au-delà des enjeux théologiques et moraux qu’elle soulève, cette question suggère plus largement des pistes de réflexion sur le langage et la corrélation entre forme et vraisemblance. Au plan littéraire, outre l’opposition classique entre vers et prose, nous proposons d’explorer les stratégies d’effets de réel et autres formules langagières qui, tout en visant à accréditer le discours, concourent parfois à l’affaiblir…

ANNONCE

Argumentaire

Si le mensonge renvoie à toute forme de discours contre la vérité, nous ne pouvons comprendre le premier sans définir la seconde et son rapport au faux. Ce lien, d’autant plus complexe au Moyen Âge, constitue l’enjeu de ces Huitièmes journées d’études.

La conception augustinienne lie étroitement le mensonge à la parole et, par extension, au Verbe divin qui témoigne d’une dichotomie entre Dieu et le Diable. Au-delà des enjeux théologiques et moraux qu’elle soulève, cette question suggère plus largement des pistes de réflexion sur le langage et la corrélation entre forme et vraisemblance. Au plan littéraire, outre l’opposition classique entre vers et prose, nous proposons d’explorer les stratégies d’effets de réel et autres formules langagières qui, tout en visant à accréditer le discours, concourent parfois à l’affaiblir. Le paradoxe de la notion de représentation émerge alors, synonyme à la fois de traduction mensongère de la parole première et de support pédagogique au Verbe divin. L’Ovide moralisé, dans lequel l’allégorie apparaît comme un moyen de prémunir les fables païennes antiques de l’oubli en les ramenant à une forme de vérité chrétienne, interroge le pouvoir persuasif et didactique de la fiction : l’expression d’une vérité peut-elle se passer de la séduction du texte, le docere peut-il se dissocier du placere ? Cette réflexion amorce le débat des intérêts mutuels de la littérature et de l’histoire – si la première se nourrit du pouvoir d’accréditation de la seconde, elle peut également doter celle-ci d’une attractivité supérieure –, mais aussi celui de la conception de la “vérité historique”, qui varie en fonction des époques et des disciplines et appelle d’ailleurs à étudier le problème des faux diplomatiques.

L’allégorie – dont l’essoufflement à la fin du Moyen Âge invite à interroger la métamorphose des régimes épistémologiques à cette époque – offre une ouverture de la littérature vers l’histoire de l’art : l’inscription du représenté dans le représentant, mais également le concept des ‘‘vraies images’’ dans l’iconographie religieuse sont autant de pistes permettant d’alimenter notre réflexion sur le vrai et le faux. Le corps occupe également une place importante dans la réflexion sur la vérité. Souvent considéré comme intrinsèquement authentique, le corps peut être craint pour son potentiel révélateur, mais peut également être objet de manipulations. Cette dimension problématique de la vérité et de ses variantes nourrit encore la réflexion sur le statut philosophique ou théologique de la vérité à l’Université de Paris notamment. Dans cette lignée, le discours du fou remet exemplairement en question ces catégories entre vrai et faux, acceptable et inacceptable, même si, paradoxalement, la folie semble au final offrir une réaffirmation de l’ordre normatif qu’elle met en cause. La possibilité d’une vérité mauvaise ou au contraire d’un mensonge utile reconditionne à son tour le rapport usuel aux catégories axiologiques.

Par ailleurs, une approche codicologique apporterait un éclairage neuf sur les vérités complémentaires ou alternatives caractérisant le dialogue entre le texte et l’image, de même qu’une réflexion philologique permettrait d’envisager un texte dans la perception schématique de son stemma codicum. Enfin, une réflexion sur les concepts de vrai, faux et mensonge ne saurait se dispenser de sonder l’hypocrisie et le jeu des masques de Faux-Semblant dans le Roman de la Rose ou la renardie du goupil dans le Roman de Renart. Au-delà de ces deux personnifications, les textes parodiques et satiriques méritent d’être examinés à la lumière de notre problématique : de l’hypocrisie des frères mendiants fustigée par Rutebeuf à la fausseté honnie du cheval Fauvel, l’ironie ne saurait manquer de soulever, dans ses emplois divers, les interrogations des médiévistes.

Telles seront les grandes lignes de la thématique que nous voudrions explorer à l’occasion de ces Huitièmes journées d’études. Des propositions de communication de 30 minutes relevant de tous les domaines des études médiévales (histoire, histoire de l’art, philosophie, théologie, langues et littératures, philologie, codicologie, diplomatique…) sont les bienvenues, en français (langue de déroulement du colloque) ou en anglais.

Vrai, faux, mensonge : Huitièmes journées internationales d’études médiévales des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’Université de Genève & de la Conférence Universitaire de Suisse Occidentale (5-6 mars 2018)

Modalités de soumission

Les propositions de contribution, d’une demi-page environ, accompagnées de renseignements pratiques (statut, institution de rattachement, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 1er décembre 2017 à l’adresse suivante : journeesetudesjcm@gmail.com

Des propositions de communication de 30 minutes relevant de tous les domaines des études médiévales (histoire, histoire de l’art, philosophie, théologie, langues et littératures, philologie, codicologie, diplomatique…) sont les bienvenues, en français(langue de déroulement du colloque) ou en anglais.

Pour plus d’informations : « Vrai, faux, mensonge », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 14 septembre 2017, http://calenda.org/416073

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Administrer la ville dans et hors les murs (Occident, XIVe-XVIe siècle):22/06/1018, Amiens[délai:15/11/2017]

Depuis le début des années 2010, les rencontres scientifiques traitant la question des abords des villes médiévales en Occident, leur extra muros, à savoir les faubourgs, la banlieue et le plat-pays, se multiplient. Cette historiographie récente, aux acquis indéniables, demande cependant à être encore approfondie. Par exemple, la comparaison des modes de fonctionnement intra et extra muros permettrait de mieux les définir. On pourrait ainsi comprendre plus précisément les espaces périphériques et mieux appréhender la ville médiévale dans son ensemble. La recherche récente a montré que les espaces situés au dedans et au dehors de l’enceinte urbaine sont des zones policées sous le pouvoir d’une autorité politique commune, laïque ou religieuse. S’appuyant sur cet acquis, la journée d’études aura pour objectif d’approfondir la connaissance de l’administration de toute la société urbaine

ANNONCE

Journée d’études, Amiens, 22 juin 2018

Argumentaire

Depuis le début des années 2010, les rencontres scientifiques traitant la question des abords des villes médiévales en Occident, leur extra muros, à savoir les faubourgs, la banlieue et le plat-pays, se multiplient. Leur dynamisme a remis en cause la vision traditionnelle d’une société urbaine opposée au monde rural. La notion de dualité ou de dichotomie laisse progressivement place à celle d’une complémentarité forte entre les deux entités dont les interactions demeurent toutefois souvent encore floues.

Cette historiographie récente, aux acquis indéniables, demande cependant à être encore approfondie. Par exemple, la comparaison des modes de fonctionnement intra et extra muros permettrait de mieux les définir. On pourrait ainsi comprendre plus précisément les espaces périphériques et mieux appréhender la ville médiévale dans son ensemble.

La recherche récente a montré que les espaces situés au dedans et au dehors de l’enceinte urbaine sont des zones policées sous le pouvoir d’une autorité politique commune, laïque ou religieuse. S’appuyant sur cet acquis, la journée d’études aura pour objectif d’approfondir la connaissance de l’administration de toute la société urbaine. En cela, les enclaves juridictionnelles ne pourront pas être au cœur de la communication mais pourront être prises en compte en tant qu’élément de comparaison. Il s’agira donc non pas d’analyser le fonctionnement de la ville par rapport à celui de son plat-pays dans son intégralité, mais d’articuler l’intra muros aux faubourgs et à la banlieue.

Les contributions porteront sur l’Occident, principalement aux XIVe-XVIe siècles durant lesquels la ville redéfinit les relations qu’elle entretient avec ses abords face aux troubles géopolitiques, sanitaires et économiques.

Quatre thèmes majeurs sont à envisager ici :

  • Le commerce et l’économie : le citadin et le faubourien sont-ils soumis aux mêmes obligations règlementaires et bénéficient-ils des mêmes prérogatives dans leurs activités ? Existe-t-il un modèle de répartition des infrastructures artisanales et commerciales spécifique au dedans et au dehors ?
  • La défense et la justice : quel est le rôle des habitants des faubourgs dans les services de guet, de corvée ou de lutte contre le feu ? Les auxiliaires de police, relevant d’une même autorité, sont-ils les mêmes de part et d’autre des murailles ?
  • Prévention situationnelle : les mesures et les aménagements liés à l’hygiène publique et à la prévention contre les incendies sont-ils uniformes dans l’ensemble de la ville ? Les faubourgs concentrent-ils vraiment davantage d’activités et de pratiques polluantes que la ville intra muros ?
  • Les jeux et les festivités : la réglementation des divertissements privés (prostitution, danses, jeux de hasard, rencontres sportives, etc.) est-elle la même de chaque côté de l’enceinte ? Où se situent les jardins d’entraînement des compagnies bourgeoises et les espaces dédiés aux grandes festivités publiques ? Dans quelle mesure les trajets des processions et des joyeuses entrées mettent-ils en relation les espaces intra et extra muros ?

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions de communication (résumé de 300 à 500 mots et un titre) sont à envoyer pour

le 15 novembre 2017

au plus tard à : catherine.xandry[at]u-picardie.fr

Journée d’études organisée par l’Université de Picardie Jules Verne et le laboratoire TrAme (EA 4284)

Pour plus d’informations : « Administrer la ville dans et hors les murs (Occident, XIVe-XVIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 12 septembre 2017, http://calenda.org/415553

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication:« Transmettre du sens par les trames arborescentes : caractéristiques, herméneutique et éthique d’un outil organisationnel de l’Antiquité à nos jours »:Lyon, février 2018 [délai:17/09/2017]

APPEL À COMMUNICATIONS

Cinquième journée

Lyon, février 2018

« Transmettre du sens par les trames arborescentes : caractéristiques, herméneutique et éthique d’un outil organisationnel de l’Antiquité à nos jours »

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. Une cinquième journée, consacrée à l’étude des qualités signifiantes du modèle répartiteur de l’arbre et/ou du schéma arborescent, aura lieu en février 2018.

Appel à communication : Appel à communications TA5

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 17/09/2017.

Contact :

Naïs Virenque : nais.virenque[at]univ-tours.fr

Antoine Paris : antoine7.paris[at]wanadoo.fr

https://trarborescentes.sciencesconf.org/

 

 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:La formule au Moyen Âge[30/09/2017]

Pour sa quatrième édition, le colloque bisannuel sur la formule (Groupe de recherche et d’étude nancéien sur la diachronie et sur l’émergence de la littérature anglaise, GRENDEL –Interdisciplinarité dans les études anglophones, IDEA) aura lieu les 13, 14 et 15 juin 2018, sous l’égide du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM), université de Poitiers-CNRS. La manifestation se déroulera dans l’hôtel Berthelot, en centre-ville. Une demi-journée de découverte du patrimoine est proposée.

ANNONCE

Pour sa quatrième édition, le colloque bisannuel sur la formule (GRENDEL – IDEA) aura lieu les 13, 14 et 15 juin 2018, sous l’égide du CESCM, Université de Poitiers-CNRS. La manifestation se déroulera dans l’hôtel Berthelot, en centre-ville. Une demi-journée de découverte du patrimoine est proposée.

Argumentaire

Les modes de pensée et de représentation médiévaux sont profondément marqués par l’usage de reprises et de régularités attendus et reconnaissables, qui sont sources de tensions productives entre expression individuelle et normes collectives, changement et continuité, création et convention. De façon très générale, toute formule se caractérise par un figement ou une régularité plus ou moins marqué laissant la place, en creux, à l’innovation. La définition de la formule se décline différemment en fonction de la discipline considérée, et le colloque sera l’occasion d’en établir les diverses acceptions et de s’interroger sur leur compatibilité éventuelle, ainsi que d’analyser l’effet pragmatique engendré par les répétitions formulaires, entre autres pistes de réflexion possibles.

Axes thématiques :

Ce colloque, qui s’inscrit dans une logique internationale et interdisciplinaire, s’adresse aux médiévistes quels que soient leurs domaines de recherche:

  • littérature (poésie, théorie orale-formulaire, tournures consacrées, topoi…)
  • histoire de l’art (motifs, procédés de production, signatures artistiques…)
  • histoire (médecine, cuisine, magie…)
  • droit et diplomatique (études de serments, de testaments, de préambules de chartes…)
  • codicologie (codex, colophons…)
  • épigraphie (inscriptions funéraires, dédicatoires…)
  • linguistique (politesse et interactions ritualisées, histoire de la langue, études de corpus de textes techniques ou savants…)
  • musicologie (écriture et thèmes musicaux…)
  • pratique et vie religieuses (prédications, liturgie…)

Modalités de soumission

Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots maximum) sont à envoyer

avant le 30 septembre 2017

à Elise Louviot (elise.louviot[at]univ-reims.fr) et Stephen Morrison (stephen.morrison[at]univ-poitiers.fr).

Langues acceptées : français, anglais, espagnol, allemand.

Pour plus d’informations : « La formule au Moyen Âge », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 21 août 2017, http://calenda.org/412591

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à congrès international: « Ausiàs March e il canone europeo », Università per strangieri di Siena, Sienne, 20-22 novembre [délai : 17 septembre 2017]

Information sur la page de l’événement: lien, programme, modalité d’inscription

Date limite : le 20 septembre 2017

[FR] Dans le but de réunir des chercheurs sur March et des italianistes spécialistes de la littérature médiévale, le Congrès « Ausiàs March et le canon européen » cherche à valoriser l’importance du grand littérateur catalan dans le contexte littéraire européen et à étudier les modes de sa réceptions et les rapports avec la culture italienne et avec la traduction. Les trois thèmes fondamentaux sur lesquels se centrent cet événement sont :
-la place d’Ausiàs March dans le canon européen

-Ausiàs March traduit

-Ausiàs March et l’Italie

Con lo scopo di far incontrare studiosi di March e italianisti specializzati in letteratura medievale, il convegno Ausiàs March e il canone europeo mira a valorizzare l’importanza del grande lirico catalano nel contesto letterario europeo e a indagare i modi della sua ricezione e i rapporti con la cultura italiana e con le traduzioni. È dunque centrato su tre temi fondamentali:

  • La collocazione di Ausiàs March nel canone europeo;
  • Ausiàs March tradotto;
  • Ausiàs March e l’Italia.

Partecipanti
Benedetta Aldinucci (UNISTRASI), Rosanna Cantavella (UV), Pietro Cataldi (UNISTRASI), Jaume Coll (UB), Annamaria Compagna (UNINA), Vicent Escartí (UV), Antoni Ferrando (UV), Giovanna Frosini (UNISTRASI), Beatrice Garzelli (UNISTRASI), Lino Leonardi (UNISI), Giuseppe Marrani (UNISTRASI), José María Micó (UPF), Cèlia Nadal (UNISTRASI), Raffaele Pinto (UB), Josep Pujol (UAB), Rafael Roca (UV), Natascia Tonelli (UNISI), Jaume Turró (UdG).

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d’Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts

Appel à articles : Hamsa, Muslims and Jews in Latin America [délai : 30 avril 2018]

La revue Hamsa. Journal of Judaic and Islamic Studies fait un appel à articles pour son  nº 5 (2018) sur  Muslims and Jews in Latin America.

La date limite est le 30 avril de l’année prochaine. Veuillez vous référer à leur site pour les détails : http://www.hamsa.cidehus.uevora.pt/formmanuscripts.htm. Les articles peuvent être écrits en portugais, anglais, espagnol, français et ladino.

Ci dessous les détails de l’appel:

The editors of Hamsa: Journal of Judaic and Islamic Studies publicly announce that the journal is now accepting proposals for its 5th volume, Muslims and Jews in Latin America, coordinated by Cristina Maria de Castro – Universidade Federal de Minas Gerais – and António de Abreu Xavier – CIDEHUS – Universidade de Évora. The deadline for this call for papers is April 30, 2018. The papers should be sent to hamsa. For further information, please see  http://www.hamsa.cidehus.uevora.pt/formmanuscripts.htm.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d’Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts

Appel à contribution:The Waldensians in the Medieval and Early Modern context:9-10/02/2018, Trinity College, Dublin[délai:16/10/2017]

Les vaudois dans l’espace européen médiéval et post-médiéval est un colloque interdisciplinaire qui vise à discuter du mouvement hérétique vaudois et se tiendra à Trinity College Dublin le 9-10 février 2018. Le colloque est organisé par le Centre d’étdues du Moyen Âge et de la Renaissance.

Du 9 au 10 février 2018

Trinity College Dublin

Argumentaire

Au cours des dernières années, les Vaudois du Moyen Âge et de la Renaissance ont suscité un renouveau d’intérêt auprès de la communauté académique ce qui a donné lieu à de nombreuses nouvelles publications. En outre, 2017 marque l’anniversaire de la Réforme qui a abouti à un certain nombre d’événements dans le monde de la recherche universitaire. Cependant, il existe des lacunes importantes dans les études sur les Vaudois, notamment un manque d’éditions critiques, ainsi que des études sur des sujets tels que l’intertextualité et la circulation des textes. Une telle recherche permettrait aux chercheurs du domaine d’acquérir une meilleure connaissance de la production de textes vaudois et de la place de ce mouvement dans l’espace religieux médiéval, notamment, en Europe.

Le Trinity Center for Medieval and Renaissance Studies organisera une conférence sur les Vaudois du 9 au 10 février 2018 à Trinity College de Dublin. Le but de cette conférence sera de faire avancer cette discussion sur le mouvement et de favoriser la collaboration internationale dans le domaine.

Ce colloque se propose d’examiner le mouvement vaudois de manière interdisciplinaire, en privilégiant les problématiques suivantes:

  • Manuscrits et collections de bibliothèques
  • Pratiques éditoriales pour l’établissement d’éditions critiques
  • Circulation de textes
  • Formes de textes et d’intertextualité
  • Textes / objets de controverses, précaires et marginaux
  • L’impact des humanités digitales ou des nouvelles technologies sur l’étude des vaudois
  • Vaudois et hérésies dans le contexte international
  • L’héritage des vaudois
  • Textes vaudois dans l’espace francophone et occitan

Pour plus d’informations : « The Waldensians in the Medieval and Early Modern context », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 04 juillet 2017, http://calenda.org/410746

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication:L’arbre anthropomorphique, l’homme arborescent : Les trames arborescentes et le corps humain de l’Antiquité à nos jours:09/11/2017[délai:09/07/2017]

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. En 2015, un premier volet a été l’occasion d’aborder la confection et la croissance de structures arborescentes, textuelles et/ou iconographiques, dans la littérature, l’histoire de l’art et l’histoire des sciences au Moyen Âge et à l’époque moderne. En 2016, un deuxième volet a permis de réfléchir au recours aux trames arborescentes en art, littérature et sciences humaines de l’Antiquité à nos jours, en prenant soin de s’interroger sur les contournements et détournements dont le schéma arborescent peut faire l’objet et qu’il semble en fait souvent induire lui-même. Au printemps 2017, un troisième volet a été consacré aux trames arborescentes comme outils d’écriture et de fabrique de l’histoire de l’Antiquité à la Renaissance.

Ces trois journées d’étude ont été l’occasion de mettre en évidence une étroite imbrication, autant figurative que symbolique, mais aussi lexicale entre, d’une part, le végétal organisé et organisateur que désignent les termes « trames arborescentes » et, d’autre part, l’humain et sa substance la plus visible et évidente : son corps. Plus précisément, nous avons pu nous rendre compte d’un double processus.

D’abord, que ce soit dans le domaine de la littérature, des arts ou des sciences, il nous est apparu que les trames arborescentes faisaient souvent l’objet d’une adaptation au corps humain en prenant une apparence, voire en reflétant une symbolique anthropomorphe active et signifiante. C’est le cas, par exemple, des arbres de consanguinité médiévaux qui constituent le corps même d’une figure patriarcale, de l’imaginaire eschatologique de l’époque romane qui produit des créatures hybrides à mi-chemin entre l’homme et le végétal, ou encore des formes humaines que prennent parfois les gravures botaniques, en particulier dans le contexte de la pharmacopée alchimiste. Dans tous les cas, et bien que sa variabilité contextuelle, formelle et figurative soit considérable, le processus repose sur le même fondement : celui d’une imbrication substantielle entre l’arbre et l’homme.

Ensuite, nous avons constaté que, réciproquement, des représentations traditionnelles d’homme ou de corps humain faisaient souvent l’objet d’un prolongement, voire d’une figuration végétale complète via l’usage d’une trame arborescente. Là encore, les exemples sont nombreux et variés. Ils sont parfois d’origine étiologique : dans son analyse du cycle mythique thébain, Claude Lévi-Strauss rapproche la reproduction humaine de la croissance végétale, rapprochement dont il est possible de deviner une sensibilité dans d’autres mythes grecs ou dans des mythes nord-américains où les premiers humains naissent de la terre. Une telle association peut être le fait d’une matrice métaphorique qui lie et superpose le vocabulaire du corps humain à celui de la végétation : le sperma grec est à la fois la graine et la semence humaine. La culture chrétienne n’est pas non plus étrangère à de tels procédés associatifs : le Christ fait l’objet d’une ramification quand des vignes prolongent ses mains pour devenir la trame organisationnelle du monde ; le fidèle constitue lui-même le réceptacle de l’arbre de vie. Au Moyen Âge et à l’époque moderne, la médecine place l’homme et son corps au centre d’une trame arborescente censée en identifier les parties et innerve, jusqu’à nos jours, sa terminologie d’un lexique végétal pour le décrire. Quel que soit le contexte, la trame arborescente a une fonction heuristique, qu’elle soit cosmologique ou scientifique : elle positionne le corps dans un ordre du monde ou de la nature et elle guide celui qui la lit ou la regarde sur le chemin de la connaissance.

La quatrième journée du projet « Trames arborescentes » s’attachera donc aux formes, aux figures et aux processus qui assimilent le corps humain à une trame arborescente. Quel est le statut des rapprochements entre corps humain et univers végétal ? Sont-ils purement rhétoriques ou illustratifs ou bien reflètent-ils le sentiment d’une affinité profonde entre l’arbre et l’humain ? Conduisent-ils à une assimilation entre humain et végétal ou, au contraire, s’appuient-ils sur une différence maintenue entre l’un et l’autre ? Reflètent-ils les conceptions des relations entre corps humain et règne végétal propres à une civilisation ou relèvent-ils de constantes anthropologiques universelles ? À quelles fins une telle assimilation est-elle mise en place ? Par qui, dans quel contexte, pour quel destinataire ? Quels peuvent en être les exemples et comment opèrent-ils ? La trame arborescente structure-t-elle le corps, et si oui, en quoi ? Pour proposer des réponses à ces questions, cette journée s’organisera en trois séances de travail.

Premièrement, il s’agira de réfléchir à la genèse du lien entre les trames arborescentes et l’homme ou le corps humain. Quels sont les hommes à l’origine des arbres, les arbres à l’origine de la végétalisation de l’homme ? Nous nous attacherons en particulier aux mythes, aux croyances et aux images qui tissent des rapports étroits et structurels entre l’arbre et l’humain. Cette première session sera principalement l’occasion de s’interroger sur les imbrications entre trames arborescentes et homme ou corps humain du point de vue cosmologique et cosmographique : que suppose et qu’implique une telle interaction quant à la manière de concevoir le monde et le vivant ?

Deuxièmement, il s’agira de s’interroger sur la valeur ajoutée que les trames arborescentes et le corps humain s’apportent mutuellement. Quelle est l’efficacité d’une telle association ? Est-elle signifiante en elle-même ? Les trames arborescentes et le corps sont-ils entièrement superposables ou leur association démultiplie-t-elle leurs potentialités symboliques, mnémoniques, déictiques ? Ainsi, l’objectif de cette deuxième session sera de se questionner sur l’efficacité et les éventuelles limites de l’imbrication, de la superposition et de l’association des trames arborescentes à l’homme ou au corps humain.

Enfin, il s’agira de considérer la trame arborescente comme un outil heuristique pour connaître et comprendre le corps. En quoi est-elle un instrument non négligeable pour décrire et assimiler la complexité du corps humain ? Que permet-elle qu’un autre modèle ne permettrait pas ? Au croisement de la philosophie, de la biologie et de l’iconologie, cette troisième session aura pour but de réfléchir aux modalités et à la pertinence du recours à la trame arborescente pour délimiter, circonscrire et définir ce qui ferait l’essence ou la nature de l’homme.

Les propositions de communication d’une page maximum, sans restriction disciplinaire ni limite chronologique, doivent être envoyées avant le 09 juillet 2017.

 

Naïs Virenque (nais.virenque[at]univ-tours.fr)

Antoine Paris (antoine7.paris[at]wanadoo.fr)

Pour plus d’informations : https://trarborescentes.sciencesconf.org/resource/page/id/20 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Le médiévalisme. Images et représentations du Moyen Âge:AAC N° 26 revue ¿ Interrogations ?[délai:31/08/2017]

*  *  *

Publié le lundi 12 juin 2017 par Anastasia Giardinelli

RÉSUMÉ

Depuis la Renaissance, les sociétés occidentales manifestent un « goût pour le Moyen Âge  ». Le succès de séries télévisées, qu’elles soient globalisées comme Vikings ou Game of Thrones, ou plus localisées comme Wolf Hall en 2015, souligne aussi la vigueur de l’intérêt pour cette période. La présence sur nos étals de produits aux noms médiévaux et l’intérêt public pour les fêtes médiévales, entre autres, suggèrent que le Moyen Âge – ou ce qu’il est censé être – s’affirme bel et bien comme un passé qui reste présent. Le Moyen Âge est un objet réinventé. Cette fabrication du passé dans notre présent porte un nom : le médiévalisme. Ce concept peut être défini comme la reconstruction du Moyen Âge dans des siècles ultérieurs. Reconnu par la communauté académique, le médiévalisme fait l’objet d’un vigoureux effort historiographique, d’un« dynamisme croissant ». Au cœur de nombreux séminaires, de plusieurs monographies, de colloques, il est désormais entré dans une période analytique, après avoir nourri une phase essentiellement descriptive.

ANNONCE

Argumentaire

Depuis la Renaissance, les sociétés occidentales manifestent un « goût pour le Moyen Âge  » (Amalvi, 1996). Force est de reconnaître que cet intérêt s’est accéléré depuis les années 2000 : la saga littéraire Game of Thrones s’est vendue à plus de cinquante millions d’exemplaires dans le monde ; la bande dessinée médiévale a conquis un large public ; l’adaptation de la matière arthurienne est en plein essor (Blanc, 2016), comme l’illustrent les huit tomes dérivés de la série Kaamelott publiés entre 2008 et 2015, ou encore le cycle Excalibur de Jean-Luc Istin ; le cinéma « moyenâgeux  » (de la Bretèque, 2015) a les faveurs du public et des studios. Les grandes figures médiévales sont revisitées (Robin des Bois de Ridley Scott, 2010 ; Robin des Bois, la véritable histoire, Anthony Marciano, 2015) tandis que la geste des Vikings bénéficie d’un revival. Enfin, le succès de séries télévisées, qu’elles soient globalisées comme Vikings ou Game of Thrones, ou plus localisées comme Wolf Hall en 2015, souligne aussi la vigueur de l’intérêt pour cette période.

Le panorama serait incomplet sans prendre en compte les autres manifestations du Moyen Âge dans notre société au-delà des expressions médiatiques. La présence sur nos étals de produits aux noms médiévaux comme le pain Viking, l’audience des reconstitutions comme celle de la bataille d’Hastings et l’intérêt public pour les fêtes médiévales, entre autres, suggèrent que le Moyen Âge – ou ce qu’il est censé être – s’affirme bel et bien comme un passé qui reste présent. Approprié par de nombreux acteurs, diffusé par des vecteurs différents, transformé selon des intérêts particuliers, revisité par des ambitions plurielles, le Moyen Âge est un objet réinventé. Cette fabrication du passé dans notre présent porte un nom : le médiévalisme. Ce concept peut être défini comme la reconstruction du Moyen Âge dans des siècles ultérieurs. Il s’inscrit alors dans la question des régimes d’historicité (Hartog, 2002), définis comme les relations entre passé, présent et futur développées par une société. Reconnu par la communauté académique, le médiévalisme fait l’objet d’un vigoureux effort historiographique, d’un « dynamisme croissant » (Ferré, 2010 : 9). Au cœur de nombreux séminaires, de plusieurs monographies, de colloques, il est désormais entré dans une période analytique, après avoir nourri une phase essentiellement descriptive. Les premiers bilans ont été dressés (Kendrick, Moran, Reid, 2003), tandis que des synthèses globales (Falconieri, 2015) et thématiques, comme sur la bande dessinée (Marine, 2016), ont été proposées. Il est désormais possible de s’interroger sur la portée du médiévalisme, sur ses champs d’application et sur ses relations avec la médiévistique – définie comme la science et les acteurs qui étudient le Moyen Âge – et les autres sciences humaines. La réflexion peut être ordonnée autour des axes suivants :

  • Le Moyen Âge comme mythe contemporain
  • Le Moyen Âge fantastique
  • Les pratiques du Moyen Âge
  • L’utilisation politique du Moyen Âge

Pour plus d’informations :« Le médiévalisme. Images et représentations du Moyen Âge », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 12 juin 2017, http://calenda.org/407720

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution: La parenté dans la matière de Bretagne et la matière de France: N° 4 de la revue « Juslittera » [15/09/2017]

RÉSUMÉ

Le quatrième numéro de la revue interdisciplinaire Juslittera (à paraître en décembre 2017) portera sur la parenté. Les articles devront s’intéresser à la matière de Bretagne et/ou à la matière de France. Les études menées dans une perspective comparatiste seront particulièrement appréciées mais les articles pourront également ne porter que sur l’un des deux corpus.

ANNONCE

Appel à contribution pour le numéro 4 de la revue en ligne Juslittera

Présentation

Le quatrième numéro de la revue interdisciplinaire Juslittera (à paraître en décembre 2017) portera sur la Parenté. Les articles devront s’intéresser à la Matière de Bretagne et/ou à la Matière de France. Les études menées dans une perspective comparatiste seront particulièrement appréciées mais les articles pourront également ne porter que sur l’un des deux corpus.

Bien que la revue Juslittera s’intéresse particulièrement au droit et à la littérature, les contributions pourront provenir de d’autres champs disciplinaires : civilisation/histoire, iconographie, linguistique…

Pour plus d’informations : « La parenté dans la matière de Bretagne et la matière de France », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 01 juin 2017, http://calenda.org/406777

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution: Argent et marchandises en voyage (XIIe-XXe siècle): Revue « Clio@Themis » [délai:30/09/2017]

RÉSUMÉ

Le thème proposé cherche à permettre la constitution d’un dossier centré sur l’histoire du droit des affaires, qui ne se contente pas de mobiliser le droit et l’histoire, mais qui fasse largement appel aux savoirs économiques, managériaux, sociologiques ou bien encore géographiques. Il s’agirait en l’occurrence d’offrir un questionnement qui envisage la longue durée (du XIIe au XXe siècle) sans limitation spatiale, afin de pouvoir appréhender la variété des réponses juridiques apportées aux problèmes du transport de l’argent et des marchandises, à travers les principaux enjeux suivants : les instruments juridiques permettant de faire voyager les capitaux et les marchandises ; la fluctuation de la valeur de l’argent et des marchandises d’un endroit à l’autre ; les risques du voyage de l’argent et des marchandises ; les motivations et l’organisation du voyage ; l’intervention des pouvoirs publics dans le voyage.

ANNONCE

Proposition de dossier thématique pour la revue Clio@Themis

Coordination

  • Luisa Brunori (CNRS/université de Lille)
  • Xavier Prévost (université de Bordeaux)

Argumentaire

Le thème proposé cherche à permettre la constitution d’un dossier centré sur l’histoire du droit des affaires, qui ne se contente pas de mobiliser le droit et l’histoire, mais qui fasse largement appel aux savoirs économiques, managériaux, sociologiques ou bien encore géographiques.

Il s’agirait en l’occurrence d’offrir un questionnement qui envisage la longue durée (du XIIe au XXe siècle) sans limitation spatiale, afin de pouvoir appréhender la variété des réponses juridiques apportées aux problèmes du transport de l’argent et des marchandises. Ainsi, parmi les principaux enjeux qui pourraient être abordés, on peut énumérer :

  1. Les instruments juridiques permettant de faire voyager les capitaux et les marchandises.
  2. La fluctuation de la valeur de l’argent et des marchandises d’un endroit à l’autre.
  3. Les risques du voyage de l’argent et des marchandises.
  4. Les motivations (besoins, curiosité, modes, agrément, …) et l’organisation du voyage (moyens de transport, transporteurs, parcours, réseaux marchands, …).
  5. L’intervention des pouvoirs publics dans le voyage.

Pour plus d’informations : « Argent et marchandises en voyage (XIIe-XXe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 01 juin 2017, http://calenda.org/406555

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution: Les monastères de chanoines réguliers dans le Nord de la France:XIe journée d’étude à Saint-Martin-aux-Bois (Oise), 26/05/2018[délai:31/01/2018]

RÉSUMÉ

Il s’agit d’une journée d’études annuelle organisée par l’association Stalles de Picardie et l’univesité de Picardie Jules Verne qui se tiendra le samedi 26 mai 2018 dans la commune de Saint-Martin-aux-Bois (Oise). L’objectif est de faire le point de la recherche actuelle sur les monastères de chanoines réguliers dans le Nord de la France.

ANNONCE

XIe journée d’étude à Saint-Martin-aux-Bois (Oise), Samedi 26 mai 2018

Argumentaire

Les communautés canoniales régulières sont particulièrement bien implantées dans les diocèses situés au Nord de la Loire à l’époque médiévale. Leur fondation a souvent été favorisée par le pouvoir royal, épiscopal ou encore les seigneurs locaux cherchant à diffuser les ordres nouveaux. L’abbaye de Saint-Martin-aux-Bois est un élément représentatif de la diffusion de l’ordre de saint Augustin dans le diocèse de Beauvais. Une partie de la journée sera consacrée à l’actualité de la recherche concernant cet établissement religieux.

Le contexte scientifique actuel sur les ordres de chanoines réguliers est en plein renouvellement et nécessite de comparer des communautés et des environnements religieux différents. Cette journée d’études se propose, dans une perspective thématique élargie et dans un cadre géographique vaste, celui du Nord de la France, de comparer le mode de diffusion de ces différentes communautés, leur implantation dans le diocèse et leurs rapports avec leur environnement social immédiat. Les études régionales sont donc privilégiées avec des angles de réflexion variés, tant du point de vue de l’histoire de l’art, de l’archéologie que de l’histoire religieuse.

L’objectif est de saisir les grandes caractéristiques de ces communautés religieuses, les influences réciproques qui s’exercent au cours de leur histoire et leurs particularités ou ressemblances avec le reste du monde monastique. Les communications pourront concerner un établissement religieux en particulier, un ordre canonial ou un espace géographique précis permettant de saisir leurs caractéristiques, dans les domaines économique, judiciaire, liturgique, artistique etc. de la période allant du développement du mouvement canonial au XIe siècle jusqu’à la fin du Moyen Âge. Les interventions présentant des points de comparaison avec les monastères de moines sont également les bienvenues.

Journée organisée par l’association Stalles de Picardie et l’Université de Picardie Jules Verne (EA 4284 TrAme), accueillie par la commune de Saint-Martin-aux-Bois (Oise).

Pour plus d’informations: « Les monastères de chanoines réguliers dans le Nord de la France », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 31 mai 2017, http://calenda.org/406254

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Les femmes dans les chansons lyriques de croisade en langue vulgaire : voix, motifs, représentations et enjeux: Liège, 1-2/03/2018[délai:30/06/2017]

RÉSUMÉ

Les chansons lyriques de croisade constituent un corpus littéraire encore relativement peu étudié ; a fortiori, l’articulation des femmes à ce massif textuel n’a guère été scrutée. Aucune des études dédiées au genre des chansons de croisade (Bédier/Aubry, Bec, Dijkstra, Paterson, Barbieri…) n’a en effet porté aux femmes une attention particulière, et parmi les travaux sur la place des femmes et de leurs voix au Moyen Âge et dans la littérature (e.a. W. Paden, A. Classen, A. L. Klinck et A. M. Rasmussen, S. Gaunt, M. Tyssens, A. Rieger), aucune ne s’est spécifiquement intéressée aux chansons de croisade.

ANNONCE

Université de Liège, 1er-2 mars 2018

Argumentaire

Les chansons lyriques de croisade constituent un corpus littéraire encore relativement peu étudié ; a fortiori, l’articulation des femmes à ce massif textuel n’a guère été scrutée. Aucune des études dédiées au genre des chansons de croisade (Bédier/Aubry, Bec, Dijkstra, Paterson, Barbieri…) n’a en effet porté aux femmes une attention particulière, et parmi les travaux sur la place des femmes et de leurs voix au Moyen Âge et dans la littérature (e.a. W. Paden, A. Classen, A. L. Klinck et A. M. Rasmussen, S. Gaunt, M. Tyssens, A. Rieger), aucune ne s’est spécifiquement intéressée aux chansons de croisade. La place des femmes est pourtant importante dans ces textes dont elles sont, avec la Terre sainte, un enjeu considérable : ce sont elles que l’on quitte, dans l’espoir, parfois ténu, d’un amour plus grand ; c’est vers elles que l’on part ou que l’on revient ; c’est leur souvenir qui accompagne le croisé.

Le projet Troubadours, Trouvères and the Crusades de l’Université de Warwick met désormais à la disposition de la communauté scientifique le corpus de chansons lyriques de croisade françaises et occitanes dans des éditions revues et accessibles en ligne ; il devrait permettre une relance des recherches sur ce genre quelque peu délaissé par la critique récente. C’est dans ce cadre que s’inscrit ce colloque, qui a pour ambition de se pencher sur la représentation des femmes dans la production lyrique produite au sein d’une Europe occidentale médiévale aux prises avec la problématique de la croisade, dans un contexte social et religieux en pleine mutation. Source par elle-même d’importants bouleversements, l’entreprise de la croisade vient aussi réinterroger la place des femmes dans la société : leur fonction de régente sur les territoires du croisé, leur participation aux expéditions et à l’œuvre de salut chrétien, et leur éventuel affranchissement de la puissance masculine.

Dans les chansons lyriques qui font écho aux événements de la croisade, les femmes sont tantôt sujets (voire autrices) de textes en « je » lyrique féminin (par exemple RS 1616, RS 1659, RS 1656b), tantôt objets du discours d’un énonciateur masculin (qu’il s’agisse de leur amant, ou d’autres hommes). Elles apparaissent en tant que Dame individuée d’un amant en particulier, ou comme représentatives du groupe auquel elles appartiennent. En outre, dans les textes à tournure exhortative et à dimension plus résolument politique et religieuse, il est de grand intérêt d’étudier la figuration des femmes comme objet intellectuel et sociétal.

Il s’agira donc de questionner les chants de croisade pour voir ce qu’ils disent des femmes, et ce qu’ils leur font dire. De même, on cherchera à comprendre les enjeux de ces voix de femmes et des motifs afférents, pour les auteurs et dans le paradigme de cette lyrique, qu’il s’agira de situer au sein d’une production discursive plus large : philologie, études littéraires, ainsi qu’histoire des émotions semblent pouvoir ici se saisir d’un tel ensemble de textes.

Pour plus d’informations : « Les femmes dans les chansons lyriques de croisade en langue vulgaire : voix, motifs, représentations et enjeux », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 30 mai 2017, http://calenda.org/405746

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts