Archives de catégorie : Appels à contribution

Appel à communication des Têtes chercheuses

Après le succès du colloque Concurrence(s) organisé l’an dernier par les Têtes chercheuses, c’est au tour des journées d’études de faire leur retour! Elles auront lieu les 3 et 4 novembre 2014 sur les sites lyonnais et stéphanois. 
 
Vous trouverez en pièce jointe l’appel à communication : Appel – JETC.
Les propositions sont à renvoyer au plus tard le 30 juin 2014 à l’adresse suivante :  je.teteschercheuses.2014@gmail.com.
Après avis du comité scientifique, une réponse vous sera adressée fin juillet. Par ailleurs, vous pourrez retrouver l’ensemble des informations sur le blog des Têtes Chercheuses.
 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Colloque : « Expressing Difference : East-Central Europe in Late Middle Ages »

Le colloque intitulé « Expressing Difference : East-Central Europe in Late Middle Ages » se tiendra à Prague le 21-22 octobre 2014

Les propositions de communication peuvent être envoyées en francais et en anglais jusqu’au 15 mai.

Vous trouvera ci-joint l’appel à communication : Expressing Difference

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Colloque: Peuples conquérants, peuples conquis. Perceptions identitaires au Moyen Âge en Europe

Après le colloque sur l’Orient, voici l’appel à communication pour le colloque Peuples conquérants, peuples conquis. Perceptions identitaires au Moyen Âge en Europe (IXe-XVe siècle) qui aura lieu à la Maison de la Recherche de la Sorbonne les 7 et 8 novembre prochains.

Les langues de travail seront le français et l’anglais et il sera également possible de proposer des sessions thématiques. N’hésitez pas à  envoyer vos propositions de communication, longues de 300 mots environ, à Tatjana Silec (tatjana.silec@gmail.com) et Alessandra Stazzone (alessandra.stazzone@paris-sorbonne.fr) avant le 15 juin 2014.

Pour plus de détails voici les appels à communication en anglais et en français : call for papers conference november et appel à contribution.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Journée d’étude des doctorants du CIHAM : « Héritage et transmission »

La journée d’étude organisée par et pour les doctorants du CIHAM en histoire, littérature et archéologie aura lieu le mercredi 4 juin 2014.

Pour en savoir plus : Appel à communication

N’hésitez pas à proposer une communication !

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à publication en art, histoire et littérature pour la Revue Influxus

La Revue en ligne Influxus, Explorations, nouveaux objets, croisement des sciences lance un appel à publication pour un numéro spécial Art, Littérature, Histoire, intitulé « De l’oeil au regard ».
Voici l’appel détaillé : Appel a publication Influxus

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Journée doctorale de Tours : « Circulations et échanges en Europe »

Les doctorants du Centre Supérieur de la Renaissance de Tours organisent une journée thématique et interdisciplinaire intitulée :  « Circulations et échanges en Europe (XIe – XVIIe siècles) ».

Vous trouverez l’appel à contribution sur Calenda, à l’adresse  http://calenda.org/277027.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à communication: Médiateurs et instances de médiation dans l’histoire du voyage

Le Colloque international du Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie (CRIHAM) se tiendra à Limoges, les 4-5 décembre 2014.

Dans une perspective trans-période, le colloque propose de s’interroger sur le rôle que jouent les intermédiaires – instances, personnes, objets – dans l’histoire du voyage. Une longue tradition identifie en effet le voyage avec un dépaysement, une « expérience de l’autre » dont l’authenticité fait du voyageur lui-même le premier agent de la médiation entre les cultures. Dans bien des situations, pourtant, le voyageur a, ou doit forcément avoir, recours à des instances qui lui permettent d’approcher le monde étranger qui l’entoure pour en extraire le sens. En outre, la curiosité n’a-t-elle pas toujours pour contrepartie une volonté de réduire, par avance ou en cours de route, les degrés de l’inconnu ? À l’évidence, c’est le cas des voyageurs par métier qui ont intérêt à prendre toutes les précautions possibles pour « arriver à bon port ». Les choses vont- elles autrement chez les voyageurs « par plaisir » ?

On examinera de près les différents éléments qui, de façon récurrente, constituent des intermédiaires entre le voyageur et le pays qu’il parcourt, autrement dit les formes (plus ou moins) institutionnalisées d’une « réduction de l’inconnu ». Sans vouloir exclure d’autres cas de figure, l’on songera principalement à trois phénomènes particuliers.

Au premier chef les guides – qu’il s’agisse de personnes (scouts, précepteurs, écrivains, journalistes, passeurs en tous genres) ou d’ouvrages et de périodiques qui peuvent d’ailleurs servir de modèles voire de prescripteurs aux premiers (on songe par exemple aux traités d’éducation des princes et à leurs pendants fictifs, tel Les aventures de Télémaque, mais aussi à toute la production romanesque et médiatique consacrée au voyage à l’époque contemporaine).

On pensera en deuxième lieu aux interprètes, et plus largement à tous les intermédiaires censés aider à vaincre l’obstacle des langues étrangères, qu’il s’agisse, là encore, de personnes (les professeurs de langue) ou d’ouvrages (dictionnaires etc). Dans le même cadre, la réflexion peut porter sur les langues « auxiliaires » ou d’autres moyens de communication en usage, conçus ou recommandés pour surmonter les difficultés de communication entre les idiomes étrangers – du latin aux langues universelles, voire aux langues des conquérants dans les pays colonisés.

Il s’agira enfin de réfléchir aux communautés d’accueil, créatrices d’une sociabilité du voyage, et à leur rôle dans la réussite de l’arrivée et de l’insertion du voyageur. Inversement, il faudra prendre en compte les documents en possession du voyageur lui-même, documents destinés à créer la confiance (en rassurant sur l’identité de celui-ci) et à permettre (ou à faciliter) le contact avec des personnes situées à l’étranger : des passeports aux sauf-conduits et aux lettres de recommandation.

Le colloque cherchera à aborder ces terrains d’analyse en rendant compte de la diversité des situations historiques, depuis l’Antiquité jusqu’au XXe siècle, à travers les sources les plus variées. Les approches théoriques, passant par les traités et les régulations normatives, seront prises en considération, sans négliger pour autant la pratique, qu’elle soit saisie en série ou par l’analyse de cas
particuliers.

Les langues du colloque sont l’anglais et le français.

Comité scientifiqueRainer Babel (Deutsches Historisches Institut, Paris), Marie-Françoise Baslez (Université de Paris IV), Gilles Bertrand (Université de Grenoble 2), Jörg Feuchter (Universität Konstanz), Valentin Gröbner (Universität Luzern), Alicia Ruiz Gutierrez (Universidad de Cantabria), Rita Mazzei (Università di Firenze), Dominique Valérian (Université de Lyon 2), Sylvain Venayre (Université de Grenoble 2)

Comité d’organisation à l’université de LimogesAnne-Claude Ambroise-Rendu, Alexandra Beauchamp, Albrecht Burkardt, Vincent Cousseau, Séphanie Guédon, Gaëlle Tallet

Centre de recherche associéCentre de Recherche en Histoire et Histoire de l’Art. Italie. Pays Alpins, Interactions internationales (CRHIPA), Grenoble

Merci d’adresser les propositions (d’environ 3000 signes, en anglais ou en français, accompagnées d’une fiche de présentation de l’auteur) à Albrecht Burkardt (albrecht.burkardt@unilim.fr), ainsi qu’à :

Séphanie Guédon et Gaëlle Tallet (stephanie.guedon@unilim.fr; gaelle.tallet@unilim.fr), pour l’histoire ancienne

Alexandra Beauchamp (alexandra.beauchamp@unilim.fr), pour l’histoire médiévale

Vincent Cousseau (vincent.vousseau@unilim.fr), pour l’histoire moderne

Anne-Claude Ambroise-Rendu (acambre@orange.fr), pour l’histoire contemporaine

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à communication : Reliques politiques

Le Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l’art et Musicologie (CRIHAM, Universités Limoges – Poitiers) prévoit d’organiser deux colloques en mars 2015 et mars 2016 sur le thème des « Reliques politiques ».

À toutes les époques, sans doute, et dans les sociétés les plus diverses, les hommes ont conservé des « restes » du passé, qui sont la trace de personnages ou de moments dont ils veulent conserver le souvenir. Ces reliques, parties d’un tout désormais disparu, connaissent différents sorts : les unes sont vénérées avec continuité, d’autres sont oubliées, voire effacées et peuvent ressurgir ultérieurement. Dans tous les cas, elles renvoient à un passé dont elles assurent en même temps une présence. La relique prolonge la présence et le souvenir du mort et les enrichit parfois d’une efficacité nouvelle (David Bouvier, in Borgeaud et Volokhine, 2005).

En Occident, la conservation et la vénération des reliques ont connu leur manifestation la plus évidente dans le domaine religieux, favorisée par la certitude qu’il existe un lien mystique entre les vivants et les morts (Bozoki, 2005). Mais les pouvoirs civils ont également eu à cœur de légitimer leur pouvoir en l’enracinant dans un passé dont ils conservaient les reliques. Les intentions religieuses et politiques s’entremêlent alors. Parfois le même objet peut être investi d’un sens à la fois politique et religieux. Mais le monde profane a aussi pu créer ses propres reliques, impliquant des processus de transfert de sacralité, du religieux vers le politique, qui sont particulièrement nets à l’époque contemporaine, dès la Révolution française (Mona Ozouf, 1976) et poussés à leur paroxysme par les fascismes (Emilio Gentile, 2001).
Dans la continuité de travaux ayant examiné les « politiques du pèlerinage », les colloques envisagés visent à explorer ces différentes dimensions afin de décrypter la fonction des reliques politico-religieuses. La démarche vise non seulement à croiser les questionnements de l’histoire politique et de l’histoire religieuse, mêlant les dimensions sociales, culturelles, anthropologiques, mais également à bénéficier des apports des autres sciences sociales.
Refusant une déclinaison chronologique qui prédéterminerait les conclusions, il a été décidé de prendre comme angle d’approche l’objet relique proprement dit, afin d’examiner le mécanisme qui lui donna ce statut ainsi que les modalités de la vénération et de la transmission, pour enfin saisir l’importance qu’elle eut pour la communauté humaine qui la détenait. Le fil directeur consistera à considérer en permanence les ententes ou les conflits que nouaient les pouvoirs publics et les autorités religieuses pour protéger, capter ou détruire des reliques, voire établir des anti-reliques.

Pour guider la recherche, la typologie reliquaire suivante est proposée :

* les objets
Communément, la relique est constituée de restes corporels puis, par extension, des objets ayant appartenu au mort. Lesquels étaient privilégiés ? Quels pouvoirs leur étaient attribués ? Quelles furent leurs circulations, entre trafics et vols. Comment les autorités civiles ou ecclésiastiques s’efforcèrent-elles d’en réguler la vénération, par exemple en les authentifiant, par souci d’ordre public ou pour en tirer profit.

* les ruines
La ruine est le reste d’un monument ou d’une cité. À partir du XVIe  siècle, les vestiges de l’Antiquité furent magnifiés. Pourquoi et comment furent-ils découverts ? Qui souhaitait les offrir à l’admiration du plus grand nombre ? Quelles rivalités entre pouvoirs se manifestèrent à propos des interprétations ? Comment, par qui et pourquoi furent créées de nouvelles ruines?

* les reliques immatérielles (ou imaginaires)
L’immatérialité des restes du passé ne doit pas être négligée. Des contes, des chansons, des musiques, des souvenirs rapportés oralement constituent autant de reliques. Comment furent-ils créés ou exhumés. Par quel processus furent-ils érigés au statut de relique ? Quelles institutions initièrent ou encouragèrent leur fabrication, leur recherche et leur diffusion ? Quel en fut l’usage ?

Sur le plan méthodologique, pensant que la comparaison est source de compréhension, le comité privilégiera la diversité à l’accumulation, souhaitant des études consacrées à des moments ou des lieux variés et faisant appel à des questionnements complémentaires. Il est suggéré de s’inspirer d’une grille d’analyse commune examinant soigneusement :
l’objet initial et les transformations qu’il a pu subir, par l’effet du temps, des remplois, des négligences ;
le reliquaire fabriqué pour conserver ou donner à vénérer, ainsi que tout autre mode de mise en valeur de la relique ;
le discours associé à la relique, le verbal étant souvent un appui destiné à expliciter la symbolique.

Étant donné le grand nombre de sujets d’interrogation possibles, le comité d’organisation prévoit pour le moins deux colloques, 19-20 mars 2015 et 17-18 mars 2016.

Les propositions sont souhaitées sous la forme d’un texte de 500 mots environ, accompagnées d’une fiche de présentation de l’auteur et ses principaux travaux.
A adresser d’ici le 30 juin 2014 à : albrecht.burkardt@unilim.fr et jerome.grevy@univ-poitiers.fr

Comité d’organisation : Albrecht Burkardt, Jérôme Grévy, Fabien Archambault, Simone Visciola, Guillaume Bourgeois, Luc Chantre, Thierry Favier

Comité scientifique : Serge Berstein (Prof. Émérite IEP de Paris), Philippe Boutry (Université de Paris I, CARE/EHESS) , Marina Caffiero (Università di Roma – “La Sapienza”), Chrisophe Duhamelle (CARE/EHESS), Pierre-Antoine Fabre (CARE/EHESS), Philippe Martin (LARHRA/ISERL – Université Lumière Lyon 2), Dino Mengozzi (Università di Urbino), Gerd Schwerhoff (Technische Universität Dresden), Jean-François Sirinelli (IEP de Paris), Christian Sorrel (LAHRA – Université Lumière Lyon 2)

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à contributions sur « Faire communauté »

Le séminaire du groupe Questes propose une réflexion sur « Faire communauté », les vendredis 11 avril, 16mai et 13 juin 2014.

Communitas, communio, commune ou communia ? Que l’on se réfère aux racines latines ou aux traductions contemporaines (communauté ou commune), les substantifs susceptibles de désigner la communauté au Moyen Âge sont nombreux.  Ils ne sont pas pour autant interchangeables et traduisent la complexité du terme, la diversité des réalités auxquelles il fait référence. Chacune de ces variations renvoie cependant à l’être-ensemble, à la notion d’un groupe d’individus lié par des intérêts communs et considéré comme un ensemble, uni aussi bien par son action propre que dans son attitude à l’égard de ce qui lui est extérieur.

Le concept a soulevé beaucoup de controverses dans les divers domaines de la sociologie, de la littérature ainsi que de l’histoire. Il ressort de ces recherches une vitalité particulière du terme au cours du Moyen Âge. Des penseurs contemporains, tels Adalbéron de Reims ou l’annaliste de Bénévent, invitèrent à penser la communauté médiévale, qui connut également des applications concrètes. À partir du Moyen Âge central, les communautés se multiplient et s’institutionnalisent de façon à assurer leur pérennité. Ces dernières prennent alors quatre formes principales :

– Les communautés d’habitants (urbaines et rurales)
– Les communautés de métier
– Les communautés religieuses
– Les communautés confessionnelles ou ethniques

Aussi, afin de croiser les champs et d’adopter une approche dynamique, nous proposons de réfléchir au « Faire communauté ». Comment constituer, souder, maintenir une communauté ? Outre leur existence institutionnelle, on pourra envisager les façons dont se définissent et se constituent les communautés, dans la vie quotidienne mais également à travers les représentations iconographiques ou la littérature qui peuvent quelquefois contribuer à les consolider.

L’analyse pourra ainsi s’organiser autour de trois problématiques :

– Entrer en communauté : Comment se forme-t-elle ? Pourquoi et comment entre-t-on en communauté, concrètement et symboliquement ? Qu’apporte-t-on à la communauté et à quoi doit-on renoncer pour la rejoindre ?

– Vivre en communauté : Comment se structure et s’organise au quotidien la vie d’une communauté ? L’idée médiévale de communauté inclut en effet de nombreuses inégalités et hiérarchies. Quelles sont les règles et les institutions qui la régissent, les droits et les devoirs qui incombent à tout membre ? Qu’est-ce qui fait une communauté ?

– Maintenir la communauté : Quels mécanismes, enfin, sont mis en œuvre pour assurer la pérennité d’une communauté ? Quels symboles, quels mythes fondateurs la sous-tendent ? Les rituels, l’art et la littérature sont des vecteurs essentiels  de cette entreprise : puysmédiévaux, mythes à visée identitaire, poésie (tel le Jeu de la Feuillée d’Adam de la Halle qui réunit la communauté d’Arras), tous ces récits y contribuent. Mais le maintien de la communauté amène aussi à se questionner sur sa dissolution, sur l’exclusion de la communauté et les moyens de la quitter.

Quatre ou cinq contributions d’une vingtaine de minutes seront présentées lors de trois séances du séminaire du groupe Questes qui auront lieu les vendredis 11 avril, 16 mai et 13 juin 2014 entre 18 et 20h à la Maison de la Recherche, 28 rue de Serpente (salle D 223). En tant que groupe de jeunes chercheurs, nous privilégions les contributions de doctorants médiévistes. Les présentations en langue française peuvent toucher à l’histoire, l’archéologie, la littérature, l’histoire de l’art, ainsi qu’à la philosophie et à la théologie médiévales.

Après acceptation par le comité de lecture, les contributions pourront faire l’objet d’une parution dans le bulletin de l’association Questes au cours de l’année suivante (http://questes.hypotheses.org/category/bulletin).
Les propositions sont à envoyer aux adresses suivantes : j.conesa.soriano@
gmail.com et pilorget.julie@wanadoo.fr avant le 24 mars 2014.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

46e congrès de la SHMESP: « Gouvernement des âmes, gouvernement des hommes »

Le 46e Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public se tiendra à l’Université de Montpellier, du 28 au 31 mai 2015 sur le thème suivant : « Gouvernement des âmes, gouvernement des hommes ».

En voici l’argumentaire scientifique : Montpellier_argumentaire.

Les propositions de communications doivent être adressées au secrétariat de la SHMESP avant le 15 avril 2014, délai de rigueur, exclusivement par courrier électronique <shmesp@free.fr>. Elles doivent être accompagnées d’un résumé d’une page, à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte. Le comité scientifique fera connaître mi juin les contributions retenues. Les sociétaires intéressés sont invités à prendre attentivement connaissance des grandes orientations fixées par le comité scientifique.

Un atelier de doctorants sera également organisé pendant le congrès : la durée de chaque communication sera limitée à 15 minutes ; les sujets proposés doivent aussi s’inscrire dans le cadre de réflexion présenté dans le document joint. Les directeurs de recherche sont invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés. Ceux-ci se manifesteront également auprès du secrétariat de la SHMESP avant le 15 avril 2014, exclusivement par courrier électronique <shmesp@free.fr>, en joignant un résumé d’une page. Les candidats retenus pourront bénéficier d’une bourse.

La Société ne prend pas en charge les frais des intervenants.

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Journée d’étude de l’association Studium

Organisée par l’Association Studium (Jeunes chercheurs en philosophie médiévale), cette journée d’étude sera placée sous le patronage du Laboratoire d’études sur les monothéismes (EPHE), du Centre d’études supérieures de la Renaissance (Université François-Rabelais de Tours, CNRS), du Centre Pierre Abélard (Université Paris IV Sorbonne) et du Groupe d’anthropologie scolastique (Centre de recherches historiques, EHESS). 

Peut-on parler de science médiévale ? Loin de mettre en question l’existence effective de sciences plurielles au Moyen Âge, le thème de la journée d’étude des jeunes chercheurs en philosophie médiévale propose d’investir un double champ problématique. Tout d’abord, la question de la science interroge le critère de scientificité et la méthode propre aux sciences médiévales (mathématiques, physique, astrologie, alchimie, astronomie, etc.), et leurs limites intrinsèques. Elle invite également à suivre la constitution historique et le progrès des sciences au Moyen Âge, entre transmission culturelle et ruptures innovantes. 

Ensuite, la science pose le problème de sa difficile unité : s’agit-il de la disposition psychique du sujet connaissant qui pense droitement, ou plutôt de l’architecture du savoir que le cursus des Universités tend à reproduire ? 

Enfin, à supposer que cette science unificatrice existe, doit-elle être comprise comme la synthèse qui totalise tous les savoirs particuliers ou comme une science rectrice qui ordonne les divers domaines de connaissance, tout en les dépassant. Mais surtout, quelle est cette science recherchée : la logique, la métaphysique ou la théologie ? 

Le second enjeu de ces journées est de repenser l’articulation entre science et sagesse, théorie et pratique dans la pensée médiévale. Comment s’ordonnent la vérité et le bien, autrement dit le connaître et l’agir ? L’éthique, qui s’institue progressivement en science de la vertu, peut-elle conduire au bonheur ? En effet, la pluralité irréductible des modalités concrètes de la vie morale, qu’offre le Moyen Âge, met quelque peu en difficulté l’idée d’une réalisation univoque et homogène de la sagesse. 

In fine, c’est la philosophie au Moyen Âge, recherche de la vérité et quête de la sagesse, que met en questions « Science, savoirs, sagesses au Moyen Âge ». 

Organisation : Elisabeth Boncour (LEM), Delphine Carron (CRH, EHESS), Véronique Decaix (CESR) et Sophie Serra (Paris IV Sorbonne), pour Studium 

Modalités de candidature : 

− Date limite d’envoi des propositions de communication : 1er mars 2014, par mail à l’adresse de l’Association studium.paris@live.com. 

− Nous vous prions de joindre 2 documents séparés dans votre courrier électronique : un premier anonymé avec titre de la communication et résumé de 3000 signes maximum (pour une présentation de 20 minutes), un second avec titre de la communication, nom et prénom du candidat, adresse email, structure de rattachement, évaluation des frais de déplacement. 

− Sans accusé de réception de notre part, n’hésitez pas à nous le signaler. 

− Une réponse vous sera communiquée avant le 30 mars 2014.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à communication: Journée doctorale de l’Institut des Mondes Africains

 La Journée doctorale de l’Institut des Mondes Africains (IMAf) École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) 190-198 avenue de France, 75013 se tiendra le vendredi 4 avril 2014 sur le thème « La pratique des Sciences Humaines et Sociales au Maghreb ». 

Les travaux de recherche sur le Maghreb se multiplient depuis plusieurs années. Ces travaux sont enrichis par un renouvellement des approches problématiques, aussi bien dans des démarches synchroniques que diachroniques. Partant de ce constat, et convaincus que cet enrichissement ne peut qu’être le fruit d’échanges entre disciplines, nous souhaitons permettre un dialogue entre différents chercheurs autour de la question des pratiques des sciences sociales au Maghreb.

Ainsi, à l’occasion d’une nouvelle journée doctorale, les étudiants du séminaire « Actualité de la recherche en sciences humaines sur le Maghreb contemporain » proposent non seulement de repenser les cadres d’analyse et de déconstruire les poncifs qui les sous-tendent, mais également de réfléchir aux différentes approches méthodologiques, aux diverses pratiques du terrain et, plus généralement, de se pencher sur un examen critique des conditions de la recherche. Afin de permettre un tour d’horizon le plus large possible, nous défendons une définition des frontières du Maghreb non réductive. Nous souhaitons, entre autre, nous interroger sur les implications pour la pratique scientifique des différentes normes administratives, juridiques ou politiques qui régissent cet espace, et, au contraire, sur ce qui les transcende. De même, si nous souhaitons mettre en avant des recherches actuelles, les thèmes des contributions peuvent embrasser une large chronologie historique, jusqu’aux sujets les plus contemporains. Enfin, comme nous adoptons une démarche interdisciplinaire, les propositions de communications pourront utiliser des approches historiques, anthropologiques, ethnologiques, géographiques, socio-économiques, sociologiques et sociopolitiques.

Axe 1 : Questionner le prisme colonial/post-colonial et le concept de décolonisation

S’il s’agit ici d’interroger les lieux communs, qu’ils soient scientifiques, politiques ou médiatiques, et de leur apporter un regard critique par le biais des sciences humaines et de leur pratique, le terme de « colonisation » se doit d’être évoqué pour parler du Maghreb. Depuis les années 1980 et la naissance des colonial puis post-colonial studies, l’utilisation du terme a connu une inflation importante. Il ne s’agit pas ici de nier l’importance du processus de colonisation, des systèmes de domination coloniale ou encore des mouvements de décolonisation dans les territoires concernés. Moins encore d’en minimiser les violences, guerrières, physiques, verbales ou symboliques. Cependant, il est important de se demander, trente ans après l’émergence de ce champ disciplinaire, si la puissance explicative de ce prisme n’a pas mené à laisser de côté ce qui ne rentrait pas dans sa matrice propre, et de comprendre la genèse de ces termes pour les utiliser à bon escient.

Axe 2 : Violence et production du savoir

Le Maghreb contemporain est marqué par un contexte révolutionnaire qui favorise l’émergence d’une certaine violence. Ainsi, il s’avère nécessaire de penser l’influence de cette dernière sur la production du savoir dans le domaine des sciences sociales. Toutefois, il serait réducteur de n’aborder la violence qu’en termes d’atteintes physiques, puisque celle-ci renvoie également à une montée des intolérances et des frontières qui se traduisent en une « violence symbolique ». Des normes culturelles, institutionnelles et juridiques permettent aux individus de s’identifier et déterminent entre autres le positionnement des uns par rapport aux autres. Cependant, toute entrave à l’ordre établi par ces normes peut inciter les individus à conjuguer incompréhension, méfiance et force, compromettant ainsi certains aspects de la recherche sur le Maghreb. Il convient alors de se pencher sur les différents enjeux que cette notion multiple de « violence » re couvre, tant pour les conditions de la recherche que d’un point de vue épistémologique.

Axe 3: Le Maghreb : terre d’« émigration(s) » / d’« immigration(s) » ?

Alors que les politiques européennes contemporaines et l’actualité construisent quotidiennement le Maghreb comme un espace de départ des migrations, réduisant celles-ci à un « problème », il nous paraît indispensable de revoir cette approche. Se replacer dans le temps long permet de retourner cette perspective, que l’on songe aux migrations venues d’Espagne au xve siècle ou aux vagues migratoires depuis l’Afrique subsaharienne actuellement. Il convient donc d’appréhender également le Maghreb comme un espace en mouvement, traversé par des flux migratoires, mais également investi par des populations étrangères. Ceci est l’occasion, enfin, de faire appel à des approches scientifiques variées, sociales, économiques, culturelles, qui participent, ensemble, à relire cette question des migrations au Maghreb.

Les propositions de communications doivent être envoyées au plus tard le 28 février 2014 à cette adresse : journeedoctorale.chsim2014@gmail.com

Les personnes intéressées doivent envoyer une brève présentation de leur proposition de communication de 500 mots environ (1 page), expliquant notamment leur démarche dans la pratique des sciences humaines et sociales. Elles devront inclure le titre de l’intervention ainsi que les coordonnées et l’affiliation institutionnelle de l’auteur.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à communication: « La terre à l’époque romane »

Pour sa 24e édition, le colloque international d’art roman d’Issoire sera consacré aux exploitations, usages et représentions de la terre à la période romane.

Il se tiendra les 17, 18 et 19 octobre 2014 à la Halle aux grains.

Co-organisé par Terres Romanes d’Auvergne, Archiclassique et le pôle Patrimoine de la ville d’Issoire, avec le soutien de la municipalité d’Issoire et de l’Alliance Universitaire d’Auvergne, ce colloque sera placé sous le patronage de la Société Française d’Archéologie et de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand.

• Présentation :

D’une manière générale, l’époque romane reste souvent interrogée à travers le prisme des élites, ecclésiastiques et laïques, notamment à travers leur production artistique et monumentale. Les événements et publications scientifiques de ces dernières décennies témoignent d’un engouement toujours vivace pour les monuments prestigieux civils ou religieux et pour les figures d’exception, essentiellement issues du monde des clercs ou de l’aristocratie. Les études relatives aux cadres paysans et au monde de la terre demeurent plus marginales, alors même que cette dimension est une réalité tout aussi importante des XIe et XIIe siècles. S’agissant d’une société très majoritairement rurale et agraire, la terre constitue en effet un élément majeur dans le monde féodal. Il convient par conséquent de remettre à l’honneur dans une volonté d’approche globale les questions de son exploitation, de sa maîtrise et des représentations auxquelles elle donne lieu. Bien sûr, la question des relations aux élites reste cruciale dans la mesure où les sources iconographiques (peintures dans les manuscrits, sculptures, peintures murales, etc.) et textuelles (chartes, notices, documents de gestion seigneuriale, oeuvres littéraires, etc.) émanent le plus souvent de ces acteurs (commanditaires des oeuvres ou auteurs des actes) et des artistes, artisans et rédacteurs oeuvrant dans leur sillage (peintres, sculpteurs, scripteurs, etc.). Ces sources traduisent une conception particulière témoignant d’héritages et/ou de considérations sociales et culturelles. De ce point de vue, la confrontation avec les données issues de la recherche archéologique, pour le cadre rural, est susceptible de mettre en valeur une vision plus nuancée.
Finalement, l’objectif de ce colloque est bien de réinterroger les diverses dimensions de la terre à l’époque romane, dans leur singularité et leur interdépendance en nourrissant un débat essentiel aux historiens, historiens de l’art et archéologues. Différents aspects de ce vaste sujet pourront être envisagés, à la lueur des sources textuelles, de l’iconographie et de l’archéologie, pensées comme des supports d’analyse indépendants ou complémentaires.

Certains champs et thèmes d’investigations pourront être privilégiés, sans interdire d’autres approches :

1. La terre et la vie quotidienne :
– La terre nourricière : agriculture, horticulture, viticulture ; production, stockage, conservation, modes de consommation des produits de la terre ; époque d’abondance et périodes de pénuries ; etc.
– La terre comme matériau : utilisation de l’argile crue ou cuite comme matériau de construction, de clôture, comme matériau de fabrication de vaisselle, d’ustensiles, etc.
– Les travailleurs liés à la terre : paysans, éleveurs, serfs, à travers les textes juridiques, littéraires, l’iconographie et l’archéologie ; les aspects pratiques du travail de la terre : costumes, outillages ; etc.

2. La terre dans l’organisation féodale :
Terre et territoire : rapports à l’habitat, à la forêt ; gestion des terres cultivées ; emprise territoriale.
Le sol : mesures de surfaces, de capacités ; droit du sol, droit de propriété, etc.
– L’économie de la terre : stratégies de spéculation, prélèvement seigneurial, marché de la terre, etc.

3. La dimension symbolique de la terre à l’époque romane :
Le statut du travail de la terre dans la société médiévale : condamnation et légitimation ; le travail de la terre dans la vie monastique ; les stratégies de représentation des travailleurs de la terre dans les oeuvres plastiques (sculptures, peintures, etc.)
– La symbolique de la terre et/ou son rapport au Ciel dans les textes et dans l’iconographie ; rôle de la terre dans la Création, etc.
La terre des morts : la terre consacrée et non consacrée ; choix et statut particulier de terrains d’inhumation, rites de mise en terre, oubli et découvertes de cimetières, etc.

• Modalités :

− Date limite d’envoi des propositions de communication : 15 mai 2014 (titre de la communication et résumé de 10 lignes maximum en français et en anglais).
− Réunion du conseil scientifique et élaboration du programme : début juillet 2014Vous recevrez aussitôt un courrier vous avisant de la décision du conseil scientifique.
17, 18 et 19 octobre 2014 : colloque et excursion.
15 mai 2015 : date limite d’envoi des textes pour publication.
Octobre 2015 : publication des actes.

Vos propositions de communication sont à retourner avant le 15 mai 2014 par mail à davbmorel@gmail.com et annieregond@gmail.com.

Merci d’y préciser :
. Vos nom et prénom
. Profession / Structures de rattachement
. Adresse postale
. Adresse email
. Titre et Résumé (Anglais/Français)
. Évaluation des frais de déplacement

• Comité scientifique :

. Ouardia Touahri, Secrétaire de l’association Terres Romanes d’Auvergne, Conseillère municipale à la ville d’Issoire.
. Pierre Deneuve, Responsable adjoint du Centre d’art roman Georges-Duby d’Issoire.
. Jean-Luc Fray, Professeur d’histoire médiévale de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand – Centre d’Histoire Espaces et Cultures, Clermont-Ferrand.
. Martine Jullian, Maître de conférences honoraire en histoire de l’art médiéval à l’Université Pierre Mendès France de Grenoble.
. Annie Regond, Maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand – Centre d’Histoire Espaces et Cultures – Clermont-Ferrand.
. Pascale Chevalier, Maître de conférences en histoire de l’art et archéologie médiévale à
l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand – ARTeHIS – CNRS UMR 6298, Dijon.
. Alessia Trivellone, Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université Paul Valéry –Montpellier 3 – Centre d’Études médiévales de Montpellier.
. David Morel, Docteur en histoire de l’art et archéologie médiévale de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand – Ingénieur de recherches en archéologie médiévale, bureau d’investigations archéologiques Hadès, Cournon d’Auvergne.
. Marie Charbonnel, Docteure en histoire de l’art et archéologie médiévale de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand – Chargée de recherches postdoctorales à l’Université de Haute-Bretagne de Rennes – Centre de recherches historiques de l’ouest – ANR MARGEC – CNRS UMR 6258, Rennes.
. Nathanaël Nimmegeers, Docteur en histoire médiévale, chercheur contractuel à l´Ecole des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), CIHAM-UMR 5648, (Lyon).
. Sébastien Fray, Docteur en histoire médiévale de l’Université de Paris 4 – Panthéon Sorbonne. Membre associé du Centre d’Histoire « Espaces et cultures » (CHEC, Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand).

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à communications: « Charlemagne après Charlemagne »

La Société Internationale des Médiévistes de Paris (IMS-Paris) sollicite l’envoi de communications et de thèmes de sessions pour son Symposium de 2014 portant sur « Charlemagne après Charlemagne »

Lieu: Paris
Dates: jeudi 26 – samedi 28 juin 2014
Invité d’honneur: Dominique Boutet        

      Le personnage historique du roi franc devenu empereur en 800 et mort en 814 a connu au Moyen Âge et au-delà une fortune qui dépasse sans doute celle de tout autre personnage historique médiéval. Le Symposium se propose d’examiner ces traditions en s’intéressant aux représentations après 814 de ce Charlemagne qui allait devenir un souverain modèle, un personnage littéraire, mais aussi un saint à la vénération complexe car limitée. Cela nécessita un discours hagiographique spécifique ainsi que la composition d’un office liturgique.
      La fortune littéraire de Charlemagne, mise en relief par Gaston Paris déjà en 1865 a subi des différenciations multiples. Les littératures latines et vernaculaires (dans les domaines français, italien, allemand, anglais, etc.) ont mis en œuvre des liens supplémentaires et des développements distincts, des écrits historiques aux chansons de geste. Les représentations littéraires vont de pair avec les représentations artistiques développées dans le champ des manuscrits, du vitrail, de la sculpture ou encore de l’architecture. Enfin, le personnage de Charlemagne a connu un succès remarquable comme pèlerin et comme fondateur effectif ou imaginé de monastères, de villes et même d’universités par le biais de récits et de faux actes intitulés en son nom. La figure de Charlemagne servait visiblement à remplir, mais aussi à définir un idéal en fonction des époques et des besoins respectifs.
      Le Symposium 2014 de la Société Internationale des Médiévistes veut profiter du 1200e anniversaire de la mort de Charlemagne pour mettre en relief son image médiévale. L’aire géographique de la France actuelle sera privilégiée, bien que des comparaisons avec d’autres ‹ Charlemagnes › soient néanmoins possibles. Les repères chronologiques iront de la mort de Charlemagne en 814 à la fin du Moyen Age.

      Merci d’adresser un résumé de 300 mots maximum (en français ou en anglais) pour une communication de 20 minutes à ims.paris.2014@gmail.com au plus tard le 10 février 2014. Veuillez inclure également vos coordonnées complètes, un CV, et une liste indicative du matériel audiovisuel nécessaire à votre communication.
      Le processus de sélection des propositions est très compétitif et s’effectue en préservant l’anonymat des propositions. Le comité de sélection examinera les propositions et fera connaître sa réponse par courriel avant le 26 février 2014.
      Les titres des communications retenues seront disponibles sur le site internet de l’IMS-Paris. Les auteurs dont les communications auront été sélectionnées prendront en charge leurs dépenses personnelles de voyage et leurs frais d’inscription au colloque (35€ par personne, tarif réduit pour les étudiants, gratuit pour les membres de l’IMS-Paris).
      L’IMS-Paris est une association interdisciplinaire et bilingue (français-anglais) créée pour favoriser les échanges entre les médiévistes qui effectuent des recherches, travaillent ou étudient en France. Pour plus d’informations sur l’IMS-Paris et le programme du symposium de l’an dernier, merci de consulter notre site internet:www.ims-paris.org

IMS-Paris Prix pour doctorants

 La Société Internationale des Médiévistes propose un prix qui sera décerné pour la meilleure proposition de communication de la part d’un(e) doctorant(e).

Le dossier de candidature comprendra :

1) la proposition de communication

2) une esquisse du projet de recherche actuel (thèse de doctorat)

3) les noms et coordonnées de deux références universitaires

Le lauréat sera choisi par le bureau de l’IMS-Paris et un comité de membres honoraires ; il en sera informé dès l’acceptation de sa proposition. Une prime de 150 euros pour défrayer une partie des coûts d’hébergement et de transport à Paris depuis la France (350 euros depuis l’étranger) lui sera versée lors du Symposium.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à communication sur le corps féminin dans tous ses états

Les 4e journées internationales d’étude médiévale, colloque organisé pour les doctorants médiévistes par l’association des Jeunes Chercheurs Médiévistes de Genève et la CUSO,  se tiendront à Genève les 15 et 16 mai prochains, dont voici le titre:  « Mamiels pendillans et piel [du] ventre contreval la tierre: Le corps féminin dans tous ses états. »  Les propositions de communication peuvent être transmises jusqu’à mi-février, contrairement à ce qui a été indiqué sur l’appel à communication que vous pouvez consulter ici.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts