Archives de catégorie : Actualités

Témoignage de Rosa Canosa, postdoctorante au CIHAM

Accueillie par le CIHAM pour un séjour postdoctoral au sein de l’Université Lyon 2 Lumière, Rosa Canosa – docteur en histoire de l’Université de Turin – mène à présent des recherches concernant l’usage que les comtes de Provence et rois de Naples de la première dynastie angevine (1246-1343) firent des enquêtes comme instrument privilégié de leur autorité. Elle analyse les enquêtes angevines du point de vue de la procédure et dans une perspective comparative (aussi bien dans le Royaume qu’en Provence), tout en les encadrant dans les politiques de la justice des royaumes du bas moyen âge (Royaume de France compris). Elle présentera ses travaux en cours dans le cadre du Séminaire Histoire et archéologie de l’Occident méditerranéen au Moyen Âgeet de l’Atelier des médiévistes d’Avignon (AMA) selon le programme suivant :

Atelier des médiévistes d’Avignon
Vendredi 18 Avril 2014
« Le gouvernement des premiers souverains angevins entre Provence et Italie du Sud (milieu XIIIe-milieu XIVe siècle) : enjeux idéals et pratiques des enquêtes contre les officiers »
UAPV, Salle à préciser, 10h à 12h30
 
Séminaire Histoire et archéologie de l’Occident méditerranéen au Moyen Âge
Mercredi 7 Mai 2014
« Modèles et pratiques du gouvernement de la première dynastie angevine : les enquêtes entre Mezzogiorno et Provence (milieu XIIIe-milieu XIVe siècle) » 
ENS de Lyon, 15 Parvis Descartes, Lyon 7e, Salle F 001, 14h30 à 17h30

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Journée d’étude: Lieu d’hygiène et lieux d’aisance

Lieux d’hygiène et lieux d’aisances
au Moyen Âge en terre d’Islam 

Coordination : Patrice Cressier, Sophie Gilotte (CIHAM / UMR 5648, ISH),  Marie-Odile Rousset (GREMMO / UMR5291, MOM)

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Mardi 18 mars – de 9h30 à 18h
Espace Marc Bloch
( ISH – 14 Av. Berthelot – Lyon 7e)

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Aides financières

Le CIHAM-UMR 5648, Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux, souhaite continuer à apporter une aide aux recherches de ses doctorants.

Cette aide peut contribuer à financer un déplacement (pour aller consulter un fonds d’archives, ou sur un site archéologique, voire pour participer à un colloque ou un séminaire à condition que celui-ci s’intègre à un programme de recherche de l’UMR en liaison étroite avec votre directeur de thèse. Elle peut aussi permettre l’achat par le laboratoire de microfilms ou de photos qui seraient nécessaires à vos recherches.

 Nous vous demandons de nous expédier, d’ici le 1 février 2014, votre demande sous forme d’un petit rapport explicatif qui justifie votre demande en fonction de votre thèse ou de votre travail en cours et d’un budget prévisionnel précis : prix du billet (en 2nde classe au meilleur tarif), montant des droits d’inscription, devis éventuel pour les microfilms ou pour les achats. Cette demande est à envoyer par e-mail à Denis Menjot (denis.menjot@univ-lyon2.fr). Le bureau de l’UMR décidera de la répartition et vous fera savoir dans les meilleurs délais l’aide qu’il est possible de vous accorder.

Vous pouvez également solliciter une aide auprès de l’Ecole doctorale dont vous dépendez. Les Ecoles doctorales financent exclusivement la mobilité scientifique des doctorants, étant entendue sous ce terme toute activité consistant à présenter une conférence, une communication ou un poster dans le cadre d’un congrès ou d’une manifestation scientifique. Vous trouverez des renseignements sur le blog des doctorants du CIHAM sur le portail Hypotheses.org, accessible à l’adresse docciham.hypotheses.org. que nous vous invitons à consulter. Les doctorants enverront pour information une copie de leur demande aux signataires de ce courrier et au directeur de l’UMR, M. Jean-Louis Gaulin (jean-louis.gaulin@univ-lyon2.fr)

Nous attirons votre attention sur le fait que les conditions d’utilisation de ces crédits obéissent à des règles très strictes (demandes de mission à l’avance, devis officiels au nom de l’UMR (et non à votre nom), billets de train ou d’avion au meilleur tarif, pris longtemps à l’avance, etc.) que vous devrez remplir en prenant absolument contact auparavant avec Pierre Dimoyat (pierrre.dimoyat@univ-lyon2.fr) notre gestionnaire.

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Appel à candidature : élections des représentants des doctorants au conseil de l’ED Sciences sociales

Les représentants des doctorants de l’ED Sciences sociales, élus pour deux ans, doivent être remplacés. Il faut donc procéder à des élections.

J’attire votre attention sur l’importance du rôle des élus doctorants. Ils siègent au conseil de l’ED où ils participent aux prises de décision au même titre que les enseignants-chercheurs. Ils ont pour fonction de faire remonter les besoins des doctorants, d’informer ceux-ci sur les décisions prises par l’ED et par le PRES mais aussi de participer activement à la commission formation qui va être mise en place pour organiser et enrichir l’offre de formation proposée par l’ED.

Un candidat par doctorat sera élu : mondes anciens, histoire-histoire de l’art, géographie-aménagement-urbanisme-démographie, sociologie-anthropologie, sciences politiques, architecture, soit 6 représentants.

Si vous être motivé par cette fonction qui vous permettra de capitaliser une expérience intéressante, je vous demande de vous manifester rapidement auprès de moi (isabelle.vonb@univ-lyon2.fr) et de Pierre-Marie Georges, élu sortant (docED483@gmail.com), afin que nous puissions constituer une ou plusieurs listes équilibrées qui tiennent compte de la diversité des disciplines mais aussi des établissements qui composent l’ED. Une réunion sera proposée aux doctorants intéressés. Un point sera fait le jour de la rentrée de l’ED le 28 janvier.

Les candidatures devront être déposées avant le 31 janvier 2014.

Les élections auront lieu le 25 février 2014.

Isabelle von Bueltzingsloewen, directrice de l’ED Sciences sociales

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Journée d’études « Faire de l’histoire comparée » (I.S.H., 22 juin 2012)

Journée d’études « Faire de l’histoire comparée »

Lyon, Institut des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot
Vendredi 22 juin, à partir de 9h00
, Salle Marc Bloch (4 e  étage)

Tout historien comparatiste a été confronté dans son travail aux critiques parfois très dures des détracteurs de cette méthode, selon lesquels elle conduit à gommer les particularités de chaque exemple  étudié  et  à  réduire  à  une  problématique  unique  des  cas  dont  les  historiographies nationales  ou  locales  révèlent  pourtant  la  complexité.

Néanmoins, il s’agira moins lors de cette journée doctorale de défendre notre chapelle que de réfléchir  aux  problèmes  concrets  que  pose  la  pratique  de  ce  type  d’histoire.  Quel  type  de terrains doit-on comparer ? Ces terrains doivent-ils se situer dans la même aire de civilisation comme  le  suggérait  Marc  Bloch  ou  doit-on  oser  englober  des  terrains  aussi  bien  européens qu’extra-européens  comme  le  propose  l’anthropologue  Jack  Goody  lorsqu’il  compare  les renaissances  européennes,  chinoises  et  musulmanes ?  Doit-on  choisir  l’échelle  de  la  nation, comme  ce  fut  longtemps  le  cas  dans  une  histoire    comparée  centrée  sur  la  question  du sonderweg,    ou  plutôt  celle  de  la  région,  de  la  ville ?  Le  terrain  de  recherche  doit-il  être nécessairement  déterminé par une unité géographique, ou ne peut-on pas aussi comparer des institutions (des associations, des partis politiques, des journaux etc.), ou des réseaux (de lettrés ou de savants par exemple) ? Quels problèmes posent l’éventuelle disparité des sources dans ces  différents  terrains,  autant  dans  la  nature  que  dans  l’ampleur  de  la  documentation ? Comment s’y prend-on  pour poser des questions similaires  dans des terrains différents, pour faire  émerger  cette  problématique  commune,  que  Haupt  désigne  par  le  terme  quelque  peu mystérieux  de  tertium  comparationis  (le  troisième  terme  de  la  comparaison,  s’il  y  a  deux terrains)”.  Comment  relever  enfin  le  défi  narratif  que  représente  l’histoire  comparée, autrement dit, comment raconter non pas une mais deux ou trois histoires parallèles ?

Vous trouverez ici le programme de la Journée.

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Chantier archéologique d’Albalat (1er-28 septembre 2012)

Ouverture du chantier archéologique du site médiéval d’Albalat

Albalat (Caceres), 1er-28 septembre 2012

 

Dans le cadre des activités archéologiques du CIHAM, Mme Sophie Gilotte, chargée de recherche au CNRS, ouvre le chantier du site médiéval d’Albalat (Caceres) à des étudiants du Master ou des Doctorants. Il reste des places pour la période du 1er au 28 septembre.

Pour tout renseignement, veuillez écrire directement à Sophie Gilotte: sgilotte@gmail.com

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Lyon de l’empire au royaume, 843-fin du XVIe siècle (Lyon, 27 septembre 2012)

Appel à contribution, date limite 30 avril 2012

Lyon de l’empire au royaume, 843-fin du XVIe siécle

Université Lyon 2 Lumière, CIHAM-UMR 5648, Lyon (27 septembre 2012)

 

Résumé

Le colloque veut éclairer les diverses manières dont Lyon, ville et archevêché d’empire depuis 843, a été d’abord annexée par le capétien Philippe le Bel (avril 1312), avant de s’intégrer progressivement au royaume de France durant les trois siècles suivants.

Annonce

Argumentaire

Il y a sept cents ans, en avril 1312 à l’occasion du traité entre Philippe le Bel et l’archevêque par lequel ce dernier renonçait au profit du roi capétien à sa juridiction séculière sur la ville de Lyon, cette dernière cessait de fait d’être un archevêché d’empire pour intégrer la construction territoriale capétienne.

L’anniversaire de cet événement fournit l’occasion de reconsidérer les conditions qui l’ont rendu possible et, à moins d’admettre à la façon des historiens « nationaux » du XIXe et début du XXe siècle que cette intégration territoriale apparemment dénuée de toute violence allait de soi et de se contenter, ce qui fait déjà beaucoup, d’en explorer les modalités, pousse à reprendre l’enquête selon plusieurs directions, en appréhendant ces faits apparemment circonscrits selon une chronologie plus ample.

Seul un regard anachronique permet en effet d’oublier d’où provient le statut politique de Lyon antérieur aux événements de 1312, et de faire comme si les empereurs et les princes possessionnés en zone impériale avaient considéré avec indifférence l’incorporation de cet archevêché à l’ancienne Francie occidentale. De nombreux éléments indiquent qu’il n’en fut rien, c’est l’un des thèmes majeurs qui s’offre à la recherche. La focalisation de l’historiographie française sur les luttes internes à la ville du XIIIe siècle, et sur la capacité de la royauté capétienne à en jouer pour faire avancer ses intérêts, en miroir le relatif désintérêt de l’historiographie allemande pour l’ancien royaume de Bourgogne passé le haut Moyen Âge, ont masqué l’enjeu de taille que constituaient dans la durée les évolutions territoriales sur la frange orientale du royaume capétien. En d’autres termes, Lyon est-elle tombée dans l’escarcelle de Philippe le Bel par un concours de circonstances habilement exploité ou cette mainmise obéit-elle à une logique de construction étatique de plus grande ampleur, qu’il conviendrait de scruter avant l’événement et dont on pourrait suivre la continuation ensuite ? Sans tomber dans les vues téléologiques qui ont autrefois prévalu chez les historiens français, rien n’interdit de reprendre à nouveaux frais cette question, en profitant entre autres de l’exploitation de sources jusqu’ici mal prises en compte, et de tenter de l’encadrer, sur l’arrière-plan des frontières issues de la partition carolingienne de 843, dans la séquence au moins bi-séculaire (XIIe-XIIIe siècles) d’intégration – dans un premier temps par « récupération » à l’ouest, dans un second temps par accroissement pur et simple à l’est – de territoires nouveaux par les souverains capétiens. L’un des fronts de cette avancée sinon systématique, du moins patiemment poursuivie vers l’est, pourrait se manifester, Lyon en serait alors l’une des expressions, par des entreprises menées en direction de villes épiscopales et de communautés ecclésiastiques faisant appel à la tutelle capétienne.

De cette reconsidération de l’événement, naissent trois thèmes constituant autant d’élargissements chronologiques, que veut indiquer le titre du colloque.

  1. Le premier élargissement, en amont, invite à évoquer la première grandeur de Lyon depuis l’époque carolingienne, de part en part impériale justement, cela jusqu’au XIIIe siècle en fait, si l’on considère le double choix de Lyon par les papes, en tant que capitale conciliaire de la Chrétienté, comme de derniers avatars spectaculaires de leur conflit avec les empereurs. Une attention plus particulière peut être ici portée aux questions territoriales et de frontières, à la fois du point de vue des statuts successifs de Lyon dans l’Europe postcarolingienne et de son éventuel prestige comme cité épiscopale – qu’on songe au titre de siège primatial des Gaules que lui confère alors Grégoire VII.
    Le XIIIe siècle apparaît central  à tous égards dans le cadre du passage du statut de ville impériale à celui de ville « française » et mérite un examen aigu: des signes tangibles d’intérêt pour Lyon se manifestent dans les sources capétiennes, des hommes du roi s’installent nombreux dans et autour de la ville, elle devient un point de convergence et de passage d’itinéraires papaux, princiers et royaux, en particulier en tant qu’accès à la vallée rhodanienne, elle-même noyautée territorialement par les Capétiens, la Provence de Charles d’Anjou s’imposant ici à l’esprit. La signification des conciles oecuméniques de 1245 et 1270, qu’on a référée à l’antique conflit du Sacerdotium et du Regnum, puis celle du concile de Vienne en 1311, méritent aussi d’être interrogées du point de vue des appuis « guelfes » qu’ils offrent au roi dans ses visées idéologiques et ses pratiques expansionnistes.
  2. Le second élargissement chronologique, en aval, veut revenir sur le non-événement historiographique que semble constituer l’intégration de Lyon au royaume, en cherchant à connaître, au-delà du caractère apparemment lisse de ce transfert – qui demeure à vérifier –, les manières dont cette ville est devenue royale, quasiment l’une des « bonnes villes » du royaume de France, dans les temps de paix comme à ceux du royaume de Bourges et de la guerre de cent ans. D’une cité que les agents de Philippe le Bel jugent – d’un point de vue partial évidemment – peu peuplée et peu rentable fiscalement au début du XIVe siècle, la ville du confluent Saône-Rhône semble acquérir au cours de ces deux siècles une importance économique et commerciale qui en fait l’un des maillons forts du réseau urbain français à la fin du Moyen Âge. On attend de ce réexamen du destin lyonnais aux XIVe-XVe siècles des aperçus sur ces transformations, notamment à travers l’évocation du rôle pluriséculaire du fleuve Rhône comme frontière et lieu de passage.

Modalités de candidature

Merci d’envoyer un résumé (une page), à Alexis Charansonnet (alexis.charansonnet@univ-lyon2.fr) ou à Jean-Louis Gaulin (Jean-louis.Gaulin@univ-lyon2.fr)

La date limite pour faire parvenir ces résumés est le 30 avril 2012.

Modalités :les intervenants seront pris en charge partiellement (voyage, hébergement)

Comité scientifique :

Elisabeth Lalou ; Dominique Barthélémy ; Jacques Chiffoleau


Mots-clés
  • Lyon, archevêque, empire, Capétiens, pape, relations diplomatiques, Rhône
Lieu
  • Lyon (69007) (18 quai Claude Bernard (Université Lyon 2))
Date limite
  • jeudi 27 septembre 2012
Contact
  • Alexis Charansonnet
    courriel :alexis [point] charansonnet (at) univ-lyon2 [point] fr

    Université Lumière Lyon 2 – CIHAM – 18 quai Claude Bernard – 69365 – Lyon Cedex 07
  • Jean-Louis Gaulin
    courriel :Jean-louis [point] Gaulin (at) univ-lyon2 [point] fr

    Université Lumière Lyon 2 – CIHAM – 18 quai Claude Bernard – 69365 – Lyon Cedex 07
Url de référence
Source de l’information
  • Alexis Charansonnet
    courriel : alexis [point] charansonnet (at) univ-lyon2 [point] fr

Pour citer cette annonce

« Lyon de l’empire au royaume, 843-fin du XVIe siècle », Appel à contribution, Calenda, publié le mercredi 15 février 2012, http://calenda.revues.org/nouvelle22711.html

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Journée d’études doctorales du CIHAM – UMR 5648 (28 mars, Lyon)

Journée d’études doctorales du CIHAM-UMR 5648

« Espace(s) et territoire(s) en histoire et archéologie médiévales« .

Mercredi 28 mars, de 10h à 17h

ENS-Lsh, Lyon (salle F005)

 

Programme de la Journée (ou version pdf):

10h – Leslie Walter : Les châteaux du Revermont (Ain/Jura). Sources écrites et archéologiques
11h – Solenne Billard : Recherches sur la mobilité spatiale dans un massif alpin (Belledonne 1250-1450)
14h – Najla Touati : Mines et peuplement en Ifrīqiya du VIIIe au XVe siècle. Approche méthodologique
15h – Léonard Courbon : La cour et les villes. Les séjours du roi Jean II de Castille à Burgos
16h – Sarah Lazaro : Quelle emprise de l’Eglise romaine en Provence et Languedoc (XIe-XIIIe s.) ?

Contact : jeremie.rabiot@hotmail.fr

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Demande de co-financement auprès de l’ED 3LA

Chers collègues,

Vous trouverez ci-dessous le formulaire (téléchargeable) de demande de co-financement à adresser à l’École Doctorale 484 3LA (Arts,Lettres,Langues étrangères et Linguistique) à laquelle certains d’entre sont rattachés.

 

Demande de co-financement ED 3LA

Pour rappel, voici les conditions d’élection aux aides financières de l’ED 484.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Journées d’études doctorales du Ciham (Lyon, mars-mai 2012)

Appel à contribution, date limite 1er mars 2012

Journées d’études doctorales du CIHAM

Lyon, 28 mars et 23 mai 2012

(dates à confirmer)

Ces journées se donnent pour objectif de créer un espace d’échange et de discussion entre les doctorants du CIHAM, en leur offrant la possibilité de présenter leurs recherches en cours. L’objectif de ces journées est à la fois de donner davantage de visibilité à leurs recherches, au sein du laboratoire comme auprès des autres doctorants, et surtout de créer un espace pluridisciplinaire, sortant des limites de leur spécialité respective, afin d’obtenir des points de vue extérieurs, venant aussi bien historiens que d’archéologues ou de littéraires, d’occidentalistes ou d’orientalistes.

Deux Journées d’études doctorales sont prévues :

  Mercredi 28 mars 2012, sur le thème « Espace(s) et territoire(s) ». Cette première journée aura pour objectif de réunir les doctorants autour de problématiques liés aux notions d’espace, de lieu et de territoire au Moyen âge, à la question de leur organisation, de leur administration et de leur perception.

–  Mercredi 23 mai 2012, sur le thème « Histoire, mémoire et récit ». Cette seconde journée devra aborder les thématiques liées au rapport entre histoire et littérature, et à l’histoire entendue comme discours et comme récit.

Les thématiques annoncées sont volontairement larges, afin de laisser une grande amplitude aux intervenants, et de pouvoir aborder des thématiques variées, utiles aussi bien aux Historiens qu’aux Archéologues et aux Littéraires.

Les présentations attendues devront porter sur les recherches menées dans le cadre du doctorat. Elles pourront consister en une présentation générale des thématiques de recherche, en une présentation des méthodes de traitement des sources ou bien en la présentation d’un point de recherche précis. Leur objectif n’est cependant pas tant de présenter à un public d’experts le résultat de «travaux finis», que de permettre à des participants venant de champs de recherches divers d’engager un dialogue autour de thématiques communes.

Chaque présentation durera 30 minutes, et sera suivie d’un commentaire et d’une discussion.

La participation est ouverte en priorité à tous les doctorants, jeunes docteurs et post-doctorants du CIHAM.

 

Contact : Jérémie Rabiot

 

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

M.-T. Lorcin, Les recueils de proverbes français (1160-1490)

Marie-Thérèse Lorcin
Les recueils de proverbes français : 1160-1490– Sagesse des nations et langue de bois
Honoré Champion

Cette étude, où chaque proverbe cité est traduit, analyse une quinzaine de recueils en considérant chacun d’eux comme une oeuvre à part entière.
L’originalité d’une collection apparaît dans le choix des proverbes, dans leur ordre, et surtout dans les commentaires en latin ou en français qui les accompagnent. On peut distinguer trois principaux types de recueils. Certains sont de courtes listes que l’on traduit en latin dans les écoles. D’autres, les plus célèbres, tel Les proverbes au vilain, sont faits de strophes de vers terminées chacune par un proverbe, et le poète peut y exprimer sa façon de sentir et de penser.
Enfin il existe des listes de plusieurs centaines de proverbes, avec ou sans commentaires, grossies de proverbes nouveaux émanant de milieux urbains ou princiers. Dans l’ensemble, le cadre et les acteurs figurant dans les proverbes changent davantage que la vision du monde, où dominent la résignation devant le destin et la modestie des ambitions. Les recueils tardifs témoignent d’un intérêt nouveau pour le travail et les activités urbaines.
Les formules ironiques visant les femmes ou le clergé semblent passer de mode. Mais le vilain, qui pourtant joue le rôle de conservateur des proverbes, reste le stéréotype de la bassesse, comme dans d’autres genres littéraires.

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts

Littérature, historiographie et pensée de l’histoire au Moyen Âge (Lyon, 16 décembre 2011)

Vendredi 16 décembre 2011, ENS, Lyon.

Littérature, historiographie et pensée de l’histoire au Moyen Âge.

Journée d’étude Imag’His, organisée par Marion Bonansea.

ENS, site Descarte,

10h30-12h30 : salle F113

14h-16h : salle F103

Programme (pdf)


Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts