Archives de catégorie : Actualités

Appel à confection de symposium:HOPOS:Groningue, juillet 2018[délai:01/12/2017]

Dans le cadre de son prochain congrès, l’HOPOS (the International Society for the History of Philosophy of Science) vient de publier son appel à communications : http://www.hopos2018.nl/call-for-abstracts/. Le congrès se tiendra à l’Université de Groningue (Pays-Bas) du 9 au 12 juillet 2018.

En raison d’un calendrier déjà très chargé, le projet Trames arborescentes ne peut se permettre de soumettre un symposium pour que ceux qui le souhaitent et nous-mêmes organisateurs puissions participer à ce congrès. En revanche, sous réserve de validation par le bureau et les organisateurs de l’HOPOS, nous pouvons nous porter garants d’un symposium que l’un ou plusieurs d’entre vous souhaiterait(ent) proposer.

La date limite de soumission est proche : elle est fixée au 1er décembre 2017. Antoine Paris, Sergi Sancho Fibla et moi-même recevrons avec plaisir toute éventuelle proposition et serions très heureux de vous soutenir dans toutes vos démarches administratives au nom du projet Trames arborescentes.

Comme d’ordinaire, nous restons bien sûr à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Avec nos meilleures salutations et tous nos voeux de réussite pour vos travaux,

Naïs Virenque.
Pour le bureau du projet Trames arborescentes
contact : nais.virenque[at]gmail.com

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude: »Les seigneurs de Beaujeu (Xe – XIIe s):23/11/2017, Lyon

RESUME

Journée d’étude organisée par Bruno Galland et Xavier Hélary

Active depuis la seconde moitié du Xe siècle, la famille de Beaujeu se caractérise par un fort enracinement local qui va de pair, à partir du début du XIIIe siècle, avec un rapprochement spectaculaire avec les Capétiens. Dotée de plusieurs figures de premier plan, dont deux connétables de France et un des derniers maîtres de l’ordre du Temple, la famille de Beaujeu mérite d’être étudiée de près.

PROGRAMME

  • 9h — Introduction. Bruno Galland et Xavier Hélary
  • 9h15 — Alain Demurger (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, LAMOP), « Guillaume de Beaujeu, maître du Temple »
  • 10h00 — Jacques Berlioz (CNRS – EHESS), « Les Beaujeu et le dominicain Étienne de Bourbon »
  • 10h45 — Pause
  • 11h — Johan Picot (Université Jean-Moulin Lyon 3 – CIHAM), «Montferrand et les seigneurs de Beaujeu (1226-1292) »
  • 11h45 — Yann Potin (Archives nationales), « J. L. A. Huillard-Bréholles et le fonds des Beaujeu dans les Titres de Bourbon »
  • 12h30 — Déjeuner
  • 14h — Olivier Bruand (Université de Clermont-Auvergne), « Les Beaujeu aux XIe et XIe siècles »
  • 14h45 — Bruno Galland (Archives départementales et métropolitaines), « Le fonds de la collégiale Notre-Dame de Beaujeu (Arch. dép. Rhône, 18 G) »
  • 15h15 — Xavier Hélary (Université Jean-Moulin Lyon 3 – CIHAM), « Les Beaujeu et les Capétiens au XIIIe siècle »
  • Conclusion — Nicolas Carrier (Université Jean-Moulin Lyon 3 – CIHAM)

Entrée gratuite, sans inscription, dans la limite des places disponibles

Auditorium des Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon.

Contact : xavier.helary@univ-lyon3.fr

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin

More Posts

Parution: Charles Kraemer et Jacky Koch, « Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge. Conquête des espaces et culture matérielle. »

Écrire l’histoire médiévale de la montagne vosgienne à partir des découvertes archéologiques relève, aujourd’hui encore de la gageure tant il est vrai que les données sont rares, partielles et, lorsqu’elles existent, qu’elles ne concernent que quelques domaines spécifiques de l’activité humaine. Le cloisonnement régional, dû peut-être à la barrière de la langue autant qu’à l’histoire spécifique de chaque versant, a, en effet, probablement joué contre une histoire globale « de la conquête des Hauts », mais l’on peut convenir, à l’inverse, que cette situation a stimulé une myriade de recherches dont il fait regretter, tout de même, et le caractère disparate et le manque de coordination institutionnelle. En devant une science à part entière, affranchie des disciplines desquelles elle était traditionnellement dépendante, et en s’appuyant sur de nouvelles méthodes et pratiques d’investigations, l’archéologie a permis de définir des problématiques inédites, spécifiques aux espaces d’altitude, ouvrant sur de nouvelles pistes de recherche, elles-mêmes susceptibles d’offrir de plus amples résultats sur leur anthropisation et l’impact qu’elle eut sur les paysages autant que sur la culture matérielle telle qu’elle se comprend aujourd’hui, à savoir sur les conditions concrètes d’existence des populations locales, sur leur travail, leur savoir-faire et les productions qui en découlent, sur leur consommation et les échanges qu’elle suscite, sur l’organisation de leur(s) espace(s), domestique(s) ou professionnel(s). Cette rencontre, pensée non comme un aboutissement mais comme un état des lieux des Vosges médiévales – alsaciennes, lorraines et comtoises –, est apparue comme un préalable indispensable à un projet de recherche collectif pluri-, voire inter-, disciplinaire, dont il reste désormais à définir les contours et la problématique.

27000100836730L

Informations pratiques :

Charles Kraemer et Jacky Koch (éd.), Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge. Conquête des espaces et culture matérielle, Nancy, Presses universitaires de Nancy – Éditions Universitaires de Lorraine, 2017. 342 p., ISBN : 9782814303164. Prix : 23 euros.

Source : Le comptoir des Presses d’universités  et rmblf.be 

 

loicbenoit

Doctorant en archéologie – CIHAM -UMR 5648 /
Archéologue à l’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Colloque: « Enregistrer les conflits. Pratiques délibératives et scripturales des conseils urbains en temps de crise XIIIe-XVe siècles, Europe méridionale », Aix-en-Provence, 24/11/17.

Les productions documentaires des assemblées délibératives et conseils urbains témoignent des tensions internes et des crises multiformes de la n du Moyen Âge. Pourtant, l’institutionnalisation du gouvernement des villes cultive l’image du consensus vis-à-vis de l’extérieur. Les registres de délibérations parlent volontiers d’une seule voix, en particulier dans l’énoncé des ordonnances adoptées après discussion – les reformationes. La construction de cette unanimi- té en temps de crise mérite d’être examinée comme un objet historique, a n de percer le se- cret des assemblées délibératives, de mettre au jour les rapports de forces qui les traversent.

OL VERDON

Programme :

[9h30] Ouverture de la journée ; Laure Verdon, François Otchakovsky-Laurens AMU-CNRS, TELEMMe
[9h45] Lectio inauguralis – Lorenzo Tanzini, Université de Cagliari – La vie politique et l’écrit dans les villes italiennes du Moyen Âge : entre ritualisation et conflits

[10h30-12h] Des registres stéréotypés ?
Présidence : Noël COULET AMU-CNRS, TELEMMe

Matthieu Allingri AMU-CNRS, TELEMMe – La révolte de 1318 contre le régime des Neuf à Sienne : les enjeux de la communication politique au Conseil et de son expression écrite
Solal Abélès, Université du Luxembourg – Les délibérations de Colle Val d’Elsa (1312-1349) : entre réaffirmation de l’autonomie locale et instrument d’assujettissement à Florence

[13h-15h] Enregistrer la violence
Présidence : Pierre Chastang, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines – Dypac

Daniele Bortoluzzi, Universités de Florence et Sienne – Enregistrer et délibérer pendant la crise : Bologne 1303
Vincent Challet, Université Paul Valéry – Montpellier 3 – CEMM – Discordances et dissidences : les registres montpelliérains à l’aune de la révolte de 1379
Laura Miquel Milian, Institució Milà i Fontanals – CSIC de Barcelona – Barcelona’s Council During the Catalan Civil War (1462-1472): the Conflict’s Management Through Municipal Deliberations

[15h15-16h30] Comparaisons et circulation des pratiques documentaires
Présidence : Jean-Paul Boyer AMU-CNRS, TELEMMe

Auderic Maret, EHESS – Centre Norbert Elias – Les délibérations municipales de Marseille des années 1470 : mise en scène d’un pouvoir municipal à l’épreuve
Alberto Luongo, Université de Pise – Les registres de délibérations comme instruments de l’af rmation seigneuriale : le cas de Gubbio à la n du XIVe siècle

[16h30-17h30] Conclusions par Thierry Pécout Université de Saint-Étienne, LEM-CERCOR suivies d’une table-ronde avec les participants de la journée

Informations pratiques :

Vendredi 24 novembre 2017
Salle n°1, MMSH, Aix-en-Provence

Organisée par Laure Verdon et François Otchakovsky-Laurens AMU-CNRS, TELEMMe Cycle Les registres de délibérations ubains – La voix des assemblées Axe 2, gr. 4 Lien social, lien moral. Éthique et politique en Europe méridionale, XIe-XVIIe siècle

Contact :
Caroline Testanière AMU-CNRS, TELEMMe testaniere@mmsh.univ-aix.fr

Accès MMSH 5 rue du Château de l’Horloge, 13090 Aix-en-Provence Depuis le centre-ville : bus ligne 8 / depuis Marseille : car ligne 49, arrêt Picasso

 

Source: https://rmblf.be/2017/11/16/colloque-enregistrer-les-conflits-pratiques-deliberatives-et-scripturales-des-conseils-urbains-en-temps-de-crise-xiiie-xve-siecles-europe-meridionale/

loicbenoit

Doctorant en archéologie – CIHAM -UMR 5648 /
Archéologue à l’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Parution: Lucie Galano et Lucie Laumonier, « Montpellier au Moyen Âge ».

Appuyé sur une documentation originale, cet ouvrage se présente comme un bilan des travaux passés sur l’histoire médiévale de Montpellier proposant un panel des recherches nouvelles, et atteste du dynamisme des études historiques et archéologiques sur la ville.

Fondée à la fin du Xe siècle, Montpellier connut une expansion fulgurante à partir du XIIe, à la faveur du développement d’échanges culturels et économiques, vers la Méditerranée ou le nord de l’Europe. Cette expansion était le fruit de politiques menées par les Guilhem et confirmée lors du passage de la seigneurie sous l’autorité des rois d’Aragon et de Majorque après 1204, quand la ville obtint un gouvernement consulaire. Devenue une communauté urbaine d’importance au XIIIe siècle, Montpellier était habitée par une population cosmopolite. Dans et hors les murs se croisaient grands marchands, changeurs et simples revendeurs, universitaires et intellectuels de renom, artisans et agriculteurs. L’attractivité et le rayonnement de Montpellier en faisaient l’une des principales villes du Bas-Languedoc. Pourtant, son histoire médiévale n’a bénéficié que d’une attention inégale de la part des chercheurs. Cet ouvrage, procède d’un colloque international réuni à Montpellier en 2013 et rassemble des articles réalisés par les principaux contributeurs et principales contributrices à l’histoire et à l’archéologie de la ville. Basés sur des archives originales ou sur la réinterprétation de données connues, les recherches proposées ici, tout en présentant un bilan des travaux passés, empruntent des voies nouvelles démontrant les promesses des études historiques et archéologiques sur Montpellier.

rfsvz1sx

Lucie Galano (docteure en histoire, Paul Valéry Montpellier 3 – Sherbrooke) et Lucie Laumonier (Assistant professor, University of Calgary), travaillent toutes deux sur l’histoire de Montpellier. Les recherches de Lucie Laumonier, appuyées sur l’étude de sources de la pratique, se situent dans les champs de l’histoire sociale et de la famille. Lucie Galano étudie les rapports entre la ville et son arrière-pays, ses recherches abordant l’histoire environnementale de la région.

Informations pratiques :

Lucie Galano et Lucie Laumonier, Montpellier au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2017 (Studies in European Urban History (1100-1800), 40). XVI+258 p., 28 b/w ill. + 19 colour ill., 3 b/w tables, 178 x 254 mm. ISBN: 978-2-503-56852-2. Prix : 85,00 €.

Source : Brepols

loicbenoit

Doctorant en archéologie – CIHAM -UMR 5648 /
Archéologue à l’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Appel à communication:L’architecture religieuse et monastique dans le nord de la France et régions limitrophes (XIe-XIIIe siècle):11-13/10/2018,Université d’Artois et de Lille 3[délai:01/12/2017]

Nombreux sont les grands monuments religieux du Moyen Âge central dans le nord de la France qui ont disparu, victimes de la Révolution et des conflits, mais il est nécessaire de se pencher de nouveau sur ceux qui subsistent et ceux révélés par les fouilles. En effet, la multiplication des chantiers, l’appropriation de l’archéologie du bâti par l’historien de l’architecture, l’apport des méthodes de datation (dendrochronologie, C14) et la relecture des sources renouvellent nos connaissances. Les travaux récents, parfois confidentiels, méritent d’être valorisés et partagés devant un large public. Leur présentation sera l’occasion d’échanger et de faire le point sur les nouveaux acquis et les perspectives de recherche.

Université d’Artois et Université Charles-de-Gaulle-Lille 3

11, 12 et 13 octobre 2018

Argumentaire

Dans le nord de la France, « […] non seulement il n’y est pas question de monuments de transition, mais ceux du treizième y sont tout à fait inconnus […]. Généralement parlant, un édifice de cent cinquante ans est, dans ce pays, une sorte de rareté […] », telle était l’opinion formulée par Ludovic Vitet en 18311. Les travaux de synthèse de Pierre Héliot sur les églises du Pas-de-Calais au début des années 1950 puis de Jacques Thiébaut sur le Nord montraient bien que cette idée ne pouvait être admise2. Certes nombreux sont les grands monuments qui ont disparu, victimes de la Révolution et des conflits, mais il est nécessaire de se pencher de nouveau sur ceux qui subsistent et ceux révélés par les fouilles. En effet, la multiplication des chantiers, l’appropriation de l’archéologie du bâti par l’historien de l’architecture, l’apport des méthodes de datation (dendrochronologie, C14) et la relecture des sources renouvellent nos connaissances. Les travaux récents, parfois confidentiels, méritent d’être valorisés et partagés devant un large public. Leur présentation sera l’occasion d’échanger et de faire le point sur les nouveaux acquis et les perspectives de recherche.

Dans  ce colloque le choix est porté  sur l’architecture religieuse  et  monastique entre le  début du  XIe siècle et le début du XIIIe siècle dans la partie septentrionale de l’ancienne province ecclésiastique de Reims (diocèses de Thérouanne, Tournai, Arras et Cambrai), qui s’étendait bien au-delà des limites actuelles du nord de la France. À cette époque, l’activité constructrice est féconde : il s’agit soit de reconstructions sur des sites existants, comme pour les cathédrales d’Arras ou de Cambrai, ou les abbayes, telle Saint-Bertin de Saint-Omer, soit de nouvelles implantations, qui sont parfois l’œuvre de nouvelles communautés canoniales, qu’elles soient séculières (Saint-Omer de Lillers, Saint-Pierre de Lille ou Saint-Pierre d’Aire-sur-la-Lys) ou régulières (prémontrés à Dommartin), ou de nouvelles communautés monastiques, tels les cisterciens, par exemple. Qu’ils aient subsisté ou disparu, les monuments construits durant cette période révèlent le dynamisme de la création architecturale de cette vaste région, au carrefour de l’Europe du nord. Les routes commerciales favorisèrent les échanges entre le monde anglo-normand, le royaume de France et le comté de Champagne, via le Vermandois. Les voies fluviales, dont l’Escaut, frontière naturelle entre le Saint Empire romain germanique et la Flandre, fut un axe majeur, permirent notamment la circulation de matériaux, accompagnée des transferts des formes et des techniques.

Le thème retenu, l’architecture religieuse et monastique, implique que l’édifice de culte ne soit pas l’objet d’étude exclusif, mais que la présentation et l’analyse des autres bâtiments de la vie communautaire, trop souvent négligés, aient toute leur place ici. La périodisation définie permettra de s’intéresser autant aux édifices romans qu’à ceux des premiers temps du gothique. Il s’agira alors de s’interroger sur la continuité de certains partis architecturaux associés à des références formelles nouvelles et de mieux apprécier la première architecture gothique dans cette région.

Cet appel à communications invite les chercheurs, d’horizons différents – historiens, historiens de l’architecture et archéologues –, à réfléchir à cette histoire de l’architecture et de la construction au cours de cette période marquée par des innovations à la fois conceptuelles et techniques. Il conviendra de s’intéresser tout autant au transfert des pratiques constructives qu’à celui des formes qui conduisirent à ce nouvel art de bâtir. Ainsi, par exemple, il s’agira de réenvisager le lien entre, d’une part, le perfectionnement de la taille de la pierre, le développement du moyen appareil régulier, l’extension de la voûte d’ogives et la rationalisation de certains procédés de construction et, d’autre part, l’émergence de nouveaux modèles de la première architecture gothique dès le dernier tiers du XIIe siècle sur ce territoire.

Les propositions pourront traiter, par le biais de la monographie ou de façon thématique, des sujets portant sur le projet architectural, le commanditaire et le maître d’œuvre, les usages, le choix des matériaux et leur mise en œuvre, l’évolution des techniques, le décor monumental, entre autres.

Pour plus d’informations : « L’architecture religieuse et monastique dans le nord de la France et régions limitrophes (XIe-XIIIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 09 novembre 2017, http://calenda.org/417994

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Actualités:Soutenir l’association STUDIUM:17/11/2017, Paris

L’ association STUDIUM créée fin 2012, et destinée à fédérer la communauté des doctorants et jeunes docteurs médiévistes ne va probablement pas perdurer.

Une assemblé générale se tiendra le vendredi 17 novembre, 17h à la MIE Bastille, salle du Conseil (50, rue des Tournelles 75003 Paris)

Tous les doctorants médiévistes sont cordialement invités pour s’informer, adhérer à l’association, ou même la reprendre et la redéfinir en conformité avec leurs attentes. Aucun candidat ne s’est déclaré pour prendre la succession des actuelles secrétaire, trésorière et présidente. Lors de la prochaine assemblée générale de vendredi 17 novembre, si personne ne veut prendre la relève, à la place des élections qui devaient se tenir, il est vraisemblable que la discussion porte plutôt sur les modalités de dissolution de l’association.

Pour découvrir STUDIUM, suivre le lien suivant :  https://studium.hypotheses.org

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude : Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels : 24-25/11/2017, Poitiers, CESCM.

Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels

RÉSUMÉ

Les hommes donnent des noms propres à eux-mêmes, à d’autres êtres vivants qui leur sont le plus familiers (les animaux domestiques), à certains objets (les épées des chevaliers) et enfin aux lieux. Dans le dernier cas, ces noms peuvent être descriptifs, commémoratifs (d’un homme ou d’un événement) ou invocatoires (noms de saints notamment). Ils s’appliquent à l’origine à un lieu « ponctuel » (habitat ou élément bien caractérisé de l’environnement), en suivant des processus de nomination dont les acteurs nous échappent le plus souvent ; l’usage pesant d’un poids considérable dans l’emploi de ces toponymes, il est probable que ce sont les usagers eux-mêmes qui jouent un rôle déterminant, sinon dans le choix initial, au moins dans la perpétuation des noms.

Programme

Vendredi 24 novembre 14-18h

Nommer les lieux étrangers et lointains, un mode d’appropriation ?

  • Lucie Malbos (université de Poitiers) : Des peuples aux royaumes en Scandinavie au haut Moyen Âge
  • Emmanuelle Vagnon (Cnrs Lamop Paris I) : Nommer les lieux sur les cartes marines : reflet de la pratique ou représentation politique ? (XIIIe-XVIe siècles)

Le lexique des circonscriptions administratives

  • Émilie Kurdziel (université de Poitiers) : La nomination des circonscriptions administratives dans les actes italiens des IXe-XIe siècles

Pause

  • Yassir Benhima (université Paris III–Sorbonne Nouvelle) : Organisation territoriale et nomenclature administrative au Maroc (XIIIe-XVIe siècles)
  • Sylvain Gouguenheim (ENS-LSH (Lyon) : Premiers aperçus sur le lexique territorial employé par l’Ordre teutonique en Prusse (XIIIe-XIVe siècles)

Samedi 25 novembre 8h30-12h30

  • Philippe Jansen (université de Nice – Sophia Antipolis) : Le districtus (contado outerra) et ses subdivisions locales dans les statuts et les actes de la pratique en Italie centrale : de l’espace vécu à l’espace administré

Nommer les villes et les lieux dans les villes

  • Miguel Calleja (universidad de Oviedo) : Le lexique de l’espace urbain dans les chartes : León et Castille, XIIIe siècle

Pause

  • Régis Le Gall Tanguy : Nommer les rues : Quimper aux XIIIe-XIVe siècles
  • Harmony Dewez (université de Poitiers) : La topologie médiévale : entre droit, histoire et géographie

Pour en savoir plus : « Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels », Journée d’étude, Calenda, Publié le lundi 06 novembre 2017, http://calenda.org/420528

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:« L’insulte et l’injure »:17/11/2017, Paris, Maison de la recherche de la Sorbonne.

« L’insulte et l’injure » (I)

 

Vendredi 17 novembre 2017, de 18h à 20hMaison de la recherche de la Sorbonne, salle D116, 28 rue Serpente, 75006 Paris

  • Tobias Boestad (Université Paris-Sorbonne), Nicolas Garnier (Université Paris-Sorbonne), Introduction : « L’insulte et l’injure ».
  • Alessandro Valsecchi (Université Paris-Sorbonne), « “Hereticus sive philosophus” : les insultes vers Jean Scot Erigène dans la controverse carolingienne sur la prédestination ».
  • Vsevolod Ioffé (CRHEC), « L’injure dans le monde universitaire parisien v. 1300-v. 1450.
    L’honneur bafoué, l’honneur réparé ».

Tous les participants et auditeurs sont bienvenus au dîner qui suivra chaque séance, aux frais
de chacun, dans un restaurant du 5e ou du 6e arrondissement.

Pour plus d’informations : http://questes.hypotheses.org/1751

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Parution:Alban Gautier, « Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au Moyen Âge »

Les autorités et les penseurs chrétiens du Moyen Âge ont, en règle générale, tenu un discours extrêmement négatif à l’égard de ceux qu’ils appelaient les païens, qu’il s’agisse de figures polythéistes du passé ou d’individus professant au présent une autre religion : stupides, brutaux, sans foi ni loi, les païens sont ordinairement donnés pour damnés.

Pourtant, dans l’Europe du Nord entre la fin du VIe et le début du XIIe siècle, une poignée de personnages ont été reconnus comme de « bons païens » par des auteurs chrétiens : certains sont regardés comme fondateurs, vertueux, voire exemplaires, et il arrive même qu’on laisse entendre que l’un ou l’autre d’eux a pu accéder au salut. Ainsi le poème anglo-saxon Beowulf met en scène des personnages héroïques et positifs, laissant planer le doute sur leur sort ultime, enfer ou paradis. De fait, selon les contextes politiques, sociaux, et culturels, les réponses à ce double problème de la vertu et du salut des païens ont été très variables : ainsi, si certaines sociétés ont rapporté sans trop de réticences l’histoire héroïque de leurs ancêtres païens, d’autres ont été amenées à refouler l’essentiel d’un passé jugé incompatible avec le nouveau contexte religieux.

L’enquête progresse de façon à la fois géographique et chronologique, explorant tour à tour l’Irlande, les marges septentrionales du royaume des Francs, l’Angleterre, le pays de Galles, la Scandinavie et le monde slave occidental. Dans toutes ces régions, la question des bons païens permet d’éclairer la manière dont, au prix d’accommodements et de bricolages théologiques, les sociétés nouvellement converties ont appris à parler d’elles-mêmes à travers le miroir de l’Autre païen.

28405100429690L

Informations pratiques :

Alban Gautier, Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au Moyen Âge, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017 (Histoire ancienne et médiévale). 800 pages, 16 x 24 x 4,5 cm. ISBN : 979-10-351-0041-4. Prix : 28 euros.

Source : Éditions de la Sorbonne

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Atelier: Les techniques digitales au Moyen Âge:24/11/2017-01/12/2017-08/12/2017, Paris

Cet atelier est proposé par l’International Medieval Society – Paris (www.ims-paris.org), en collaboration avec le LAMOP (UMR 8589 – CNRS/Paris 1), l’EA 173- CERAM de Paris 3 et l’EA 7322 de Paris 8 et le GAHOM (EHESS).

Coordination : Fanny Madeline (LAMOP/IMS), Maud Perez-Simon (Paris 3), Christopher Lucken (Paris 8), Pierre Olivier Dittmar (EHESS), Irène Fabry-Tehranchi (BL/IMS)

Dans le contexte actuel qui voit la numérisation de nos disciplines et le développement des humanités numériques (que les anglo-saxons appellent « digital studies »), une nécessité nouvelle s’impose aux chercheur.e.s en sciences humaines et sociales d’utiliser leurs doigts dans des espaces de travail désormais largement numérisés. Les études sur ce nouvel usage des doigts dans les pratiques cognitives commencent à émerger mais ne s’inscrivent que très rarement dans la longue durée. Or étudier la dimension anthropologique de l’usage des doigts dans l’art et les pratiques cognitives au Moyen Âge permet d’historiciser une dimension centrale de l’activité humaine pour mieux comprendre les transformations de nos propres pratiques. Penser la main du Moyen Âge à la médiévistique, de l’objet d’étude à la discipline, sera donc l’objectif de cette série de trois ateliers dont la dimension pédagogique sera renforcée par une organisation en deux temps : une première partie en matinée sera consacrée à des conférences et des discussions sur les usages de la main et des doigts au Moyen Âge ; des ateliers pratiques de présentation et utilisation des ressources digitales existantes à l’usage des étudiants de master et de doctorat se tiendront en seconde partie de journée. En associant de la sorte recherche et formation, les ateliers mettent en avant l’importance (toujours actuelle) des questionnements médiévaux quant aux liens entre corps et connaissance en même temps qu’ils font état des innovations technologiques et méthodologiques à l’œuvre dans les différentes disciplines de la médiévistique.

Ces ateliers sont ouverts à toutes et tous.

Inscriptions obligatoires pour accéder aux bâtiments : ici

affiche-Condorcet-2017

Programme :

Le vendredi 24 novembre 2017
Salle Picard, escalier C, 3e étage, 17 rue de la Sorbonne

14h-16h30 : Conférences : Communiquer et savoir : les gestes de la main et des doigts et leurs usages cognitifs »

Alex Novikoff (Kenyon college, Ohio): Digital Scholasticism: The Ars Disputandi and the “Art” of Disputation
Francesca Aceto (EHESS): Savoir sur le bout des doigts ». Jeux, mathématiques et apprentissage au Quattrocento. Quelques études de cas.

17h-19h : Atelier « écrire sa thèse avec les outils numériques » : avec Mathilde Jourdain (Paris 1) et Franciska Heimburger (EHESS).

Le vendredi 1er décembre 2017
Salle de formation, Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne

10h-12h30 Conférences :« Produire avec la main : savoir-faire, recommandations, traces des pratiques »

10h: Susan Rankin (Univ. Cambridge): Writing Sound: Designing Notation
11h: Filippo Ronconi (EHESS): Le livre en tant qu’objet social : des matières premières à la reliure. Acteur sociaux et savoir-faire

14h : Atelier : « Levez les mains du clavier »

14h : Marie Chaveneau (chanteuse lyrique et musicologue) : Main guidonnienne et chant expérimental
16h15 : Maud Perez-Simon (Paris 3): Quels gestes dans les collections médiévales du Louvre? (RV à l’accueil des groupes du Louvre)

Le vendredi 8 décembre 2017
Salle du CETHA, INHA, 6 Rue des Petits Champs, 75002 Paris

9h30-11h : Conférences : Anthropologie et symbolique du doigt et de la main

Eric Palazzo (Univ. Poitiers): Le sens tactile dans la liturgie médiévale
Pascal Texier (Univ. Limoges): La digitalisation médiévale du droit

11h30-13h30 : Atelier « N’gram une approche sauvage de la bibliométrie » avec Pierre-Olivier Dittmar (EHESS) et Vincent Jolivet (ENC).

Source : IMS – Paris

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Poste:professeur adjoint en études médiévales:Université de la Colombie-Britannique (Vancouver, Canada)[délai:30/11/2017]

L’entrée en fonction est le 1er juillet 2018. Nous sommes à la recherche d’un(e) médiéviste aux intérêts interdisciplinaires, capable de s’impliquer dans la vie intellectuelle de l’institution et de travailler en collaboration avec les autres membres du département. Le candidat retenu sera appelé à participer au constant enrichissement de notre curriculum, à promouvoir une meilleure connaissance des cultures française et européenne, et à contribuer à la promesse de la Faculté des Arts d’encourager l’engagement international de nos étudiants et de favoriser une meilleure compréhension interculturelle.

Un doctorat en études françaises (ou équivalent) est requis au moment de l’entrée en fonction. En plus de disposer d’un solide dossier de recherche et d’enseignement, les candidats doivent posséder une excellente maîtrise du français (de niveau langue maternelle ou comparable) et de l’anglais (langue de travail et de communication à l’Université de Colombie-Britannique). La personne choisie devra être en mesure de développer un programme de recherche actif et innovateur susceptible de mener à des publications et à l’obtention de financement, et participera à l’enseignement et à l’encadrement d’étudiants aux trois cycles.

Pour plus d’information sur le Département d’études françaises, hispaniques et italiennes de l’Université de Colombie-Britannique, veuillez consulter notre site : http://fhis.ubc.ca.

Les dossiers de candidature doivent être transmis par voie électronique avant le 30 novembre 2017 à l’adresse suivante : www.facultycareers.ubc.ca/28002. Les candidats devront télécharger (dans l’ordre suivant et sans excéder 12 mégabits par fichier) : une lettre de candidature, un curriculum vitæ, une description de leurs intérêts de recherche et d’enseignement, un choix de publications ou de travaux récents (20-30 pages), ainsi qu’un dossier pédagogique (incluant, par exemple, des plans de cours et des évaluations d’enseignement).

Trois lettres de recommandation confidentielles devront en outre être envoyées par courriel à l’adresse fhis.search@ubc.ca avant la date limite (les répondants sont priés de donner le titre « Poste en études médiévales » à leur courriel). Les questions relatives à cette annonce peuvent être adressées au directeur du département, Dr. Joël Castonguay-Bélanger, à l’adresse fhis.search@ubc.ca. L’évaluation des dossiers de candidature commencera le 30 novembre et se poursuivra jusqu’à ce que le poste soit pourvu.

Le poste est assujetti à une approbation budgétaire finale. La rémunération est établie en fonction des compétences et du niveau d’expérience.

L’équité et la diversité sont essentielles à la poursuite de l’excellence de la recherche. Une communauté ouverte et inclusive accueille les voix de ceux et celles qui ont jusque-là été sous-représentés ou ignorés. L’Université de Colombie-Britannique encourage les candidatures de toutes personnes appartenant à des groupes marginalisés sur la base des critères énumérés dans le B.C. Human Rights Code, incluant le sexe, l’orientation ou l’identité sexuelle, la race, le handicap, les opinions politiques, la religion, la situation conjugale ou familiale, l’âge et/ou l’appartenance aux Premières Nations, Métis, Inuit ou à un groupe autochtone.

Toutes les personnes qualifiées sont encouragées à poser leur candidature. Conformément aux lois canadiennes sur l’immigration, la priorité sera toutefois accordée aux Canadiens ainsi qu’aux résidents permanents.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication: «Popularité, réputation, renommée », Séminaires Questes, Paris 19/01, 16/02 et 16/03/2018 [délai:10/12/2017]

«Popularité, réputation, renommée»

« … pour la grant renommee qu’il avoit d’estre preudomme», Jean de  Joinville, Vie de Saint Louis, éd. J. Monfrin, §31

La lecture des chroniques, des romans et des actes de la pratique révèle à quel point la question de la notoriété est essentielle aux sociétés médiévales. Trois termes sont proposés à l’étude : tout d’abord, la « popularité », qui correspond à la faveur du peuple, au crédit dont une personne dispose auprès du plus grand nombre. Ensuite, la « réputation », cette opinion qu’un public se fait d’une personne. Entendue dans son sens positif, c’est une honorabilité, résultat une conduite conforme à une norme sociale socialement établie : c’est un gage de pureté morale. La « renommée » désigne enfin la rumeur que répand l’opinion publique : sémantiquement proche de la réputation, son sens se spécialise progressivement pour devenir un terme laudatif désignant la reconnaissance de prouesses ou de grandes qualités au-delà du cercle social de l’individu. Christine de Pizan dans le Livre des faits et bonnes mœurs du roi Charles V compare la renommée à une fleur de lys : belle, précieuse, mais fragile qui « dit quel chose est noblece de corage » (chap.IV).

Réputation et renommée sont des termes attestés dès la fin du XIIIe siècle, lorsque les premières attestations de popularité remontent au XVIe siècle. La racine commune de ces trois termes est la notion de fama, cette notoriété fondatrice de l’excellence sociale et de l’exemplarité. Le bien famé est écouté, respecté, acclamé dans tous les cercles de la société. Il jouit d’une bonne réputation et peut prétendre à une certaine renommée. A l’inverse, le mal famé devient un paria, et doit reconstruire sa réputation. Yvain dans le Chevalier au Lion est un des nombreux exemples littéraires de ce processus: contraint de partir à l’aventure après avoir été accusé de manquer à ses devoirs de chevalerie, il part en quête d’une renommée perdue.

Popularité, réputation, rénommée : ces trois héritiers de la fama sont des marqueurs clefs de la société et de la culture médiévales. Ils alimentent toute une série de travaux de l’historiographie récente, qui s’attache en particulier à (re)mettre en perspective l’étude des groupes et des rapports sociaux : pourrait-il y avoir excellence sociale, notamment nobiliaire, sans réputation ? La noblesse est-elle seule à pouvoir prétendre à la renommée ? Si réputation et renommée sont liées à une indéniable considération sociale, la popularité sur la place publique est-elle synonyme d’estime et de respect ?

Pistes de problématisation:

  •  Quels liens entretiennent ces trois avatars de la notoriété avec l’exercice politique ? Que peut nous dire la fama sur la justification du pouvoir ? Quel rapport les gouvernants entretiennent-ils avec leur image ?
  •  Comment et pourquoi montrer que l’on est respectable au Moyen Âge ?
  •  Comment ces trois notions s’articulent-elles dans les représentations artistiques et littéraires ? Sont-elles l’apanage de groupes sociaux, de personnes ?
  •  Ces trois notions sont-elles déterminées sur les mêmes critères ? La réputation et la renommée sont-elles attachées aux mêmes qualités morales et sociales dans tous les milieux ?

Conditions de soumission:

Cet appel à communication est ouvert aux étudiants de master, de doctorat et aux jeunes chercheurs en études médiévales, quelle que soit leur discipline. Les propositions de communication, d’un maximum de 1000 mots, accompagnées d’un CV doivent être envoyées conjointement à François Arbelet (fr.arbelet[a]gmail.com) et Marielle Devlaeminck (marielle.devlaeminck[a]gmail.com) avant le 10 décembre 2017. Elles pourront donner lieu à une communication orale de 25 minutes durant l’une des trois séances du séminaire (19 janvier, 16 février, 16 mars 2018) et/ou à une publication dans la revue de l’association (www.questes.revues.org).

Bibliographie indicative:

Maria Rosa Lida de Malkiel, L’idée de la gloire dans la tradition occidentale : Antiquité, Moyen Âge occidental, Castille, Paris, C. Klincksieck, 1968.

Claude Gauvard (dir.), « La Fama, une parole fondatrice », Médiévales, 24, 1993.

Claude Gauvard, « Fama », dans Dictionnaire du Moyen Âge, Claude Gauvard (dir.), Alain De Libera (dir.), Michel Zink (dir), Paris, PUF, coll. Quadrige, 2002.

Thierry Dutour, Sous l’empire du bien : « bonnes gens » et pacte social (XIIIe-XVe siècles), Paris, Classiques Garnier, 2015.

Source : https://questes.hypotheses.org/1741

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Séminaires:Administrer par l’écrit – Administrer par les chiffres:Paris, centre de recherches des Archives nationales.

Séminaire organisé par les Archives nationales, l’École nationale des chartes, le LAMOP (université Paris 1), le DYPAC (université de Versailles-Saint-Quentin), et l’IRHT, avec la participation de l’IHMC (CNRS, ENS, université Paris 1), de l’IDHES (CNRS) et du Centre Jean Mabillon (École des Chartes), et le soutien du LabEx haStec.

Argumentaire

Il a pour objectif de mettre en lumière l’évolution des formes et des usages de l’écrit au cours des xiiie et xive siècles et de comprendre ses prolongements par-delà le Moyen Âge, dans un contexte où l’écrit devient de plus en plus foisonnant. Trois thèmes seront au centre des réflexions.

Le premier concerne le classement des écrits produits et leur transformation progressive en documents d’archives. Certaines formes d’organisation sont en effet nécessaires pour faire face à l’augmentation exponentielle des documents et en permettre l’éventuelle réutilisation.

Une attention particulière sera également portée sur le contrôle des biens et des hommes par le biais d’écrits qui mettent en scène des structures sociales déjà existantes ; dans le même temps, un tel encadrement n’est pas sans effet sur les biens ainsi gérés et les hommes ainsi gouvernés.

Enfin, nous n’oublierons pas que l’administration par l’écrit n’est pas réservée aux autorités et aux institutions qui en émanent : ainsi en va-t-il des pratiques comptables mises en œuvre dans le monde marchand. La systématisation de telles méthodes à l’échelle des individus est un phénomène de la fin du Moyen Âge qu’il convient d’interroger sur le long terme.

Séances

Mercredi 29 novembre 2017

Les chiffres comme instruments de description

14 h 30 – 17 h 30

  • Jean-Pierre Devroey (Université de Bruxelles), « Abréger ou additionner ? Sommes et résumés dans les pratiques d’inventaire foncier à l’époque carolingienne »
  • Lars Behrisch (Université Bielefeld), « Représentation statistique et représentation politique : Comment la statistique démographique a contribué à l’égalité politique (xviie-xviiie siècles) »

Mercredi 17 janvier 2018

La construction chiffrée de la valeur

9 h 30 – 12 h 30

  • Harmony Dewez (Université de Poitiers), « Assiettes fiscales et profit seigneurial : des processus conjoints de construction de la valeur aux xiiie et xive siècles »
  • Rachel Renault (Université du Maine), « Ordre fiscal, ordre spatial, ordre social : comparer valeurs des lieux et des contribuables en Allemagne au xviiie siècle »

Vendredi 9 mars 2018

Normes et pratiques

14 h 30 – 17 h 30

  • Matthieu Scherman (Université Paris-Diderot), « Formes comptables et réseaux marchands »
  • Natacha Coquery (Université Lumière Lyon 2), « Comptabilités boutiquières, normes et pratiques. Paris, xviiie siècle »

Mercredi 11 avril 2018

L’actualisation des données

14 h 30 – 17 h 30

  • Isabelle Bretthauer (Université de Caen-Normandie / IRHT), « La gestion du domaine royal à la Chambre des comptes, entre pratique comptable et uniformisation documentaire, xive-xve siècles »
  • Guillaume Daudin (Université Paris-Dauphine) et Loïc Charles (Université Paris VIII), « À la recherche du chiffre juste : méthodes et réformes au Bureau de la Balance du Commerce »

Pour plus d’informations : « Administrer par l’écrit – Administrer par les chiffres », Séminaire, Calenda, Publié le vendredi 27 octobre 2017, http://calenda.org/419673

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Congrès: Congrès du Cths « La transmission des savoirs » – Paris, 23-26/04/2018, Paris[délai:1/02/2018]

Le congrès du Cths – Paris 2018

143ème congrès, Paris –> La transmission des savoirs

Le congrès se déroulera du lundi 23 au jeudi 26 avril 2018, dans les locaux de l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales), 65 rue des Grands moulins, Paris 13e.
Texte de présentation :
À l’exemple de celles qui les ont précédées, nos sociétés modernes, démocratiques, considèrent la transmission des savoirs comme un enjeu majeur pour leur survie. En fait, il n’existe pas de vie sociale durable sans cette transmission. Tantôt empiriques et traditionnels, tantôt construits (savoirs scientifiques, techniques, culturels et artistiques), ces savoirs incluent aussi les diverses formes de savoir-faire et de savoir-vivre (en famille, en société ou au travail). Des origines du peuplement humain de l’Europe et du monde à aujourd’hui, il reste beaucoup à découvrir (ou à redécouvrir) sur les acteurs, les facteurs, les vecteurs et les moyens de la transmission de ces savoirs. Les acteurs, ce sont d’abord la famille nucléaire ou élargie, et, de façon plus large, tous ceux qui vous initient aux règles de l’institution et de la société. Les institutions concernées peuvent être de formation (écoles et universités) ou de recherche (universités encore et organismes de recherche).
Il convient de prendre en compte aussi les multiples formes d’apprentissage, ce dernier n’excluant pas l’autodidaxie. La transmission des savoirs s’effectue d’abord par l’écrit. De ce point de vue, la révolution du livre et de l’imprimerie, constitue un tournant majeur. Si, à côté du livre, les périodiques ont apporté une contribution décisive, la transmission peut s’effectuer par le son (théâtre, musique). L’image offre aussi un vecteur majeur. Il y a toute une histoire du film et de la télévision à conduire sous l’angle de la transmission des savoirs. De même que le cinéma ou la télévision, l’internet, puis, aujourd’hui, les réseaux sociaux sont à la fois, « la meilleure et la pire des choses ». Il s’agit, à toute époque et en tout lieu, de s’interroger sur l’enseignement et ses méthodes, sur les rapports du maître et de l’élève, sur la formation professionnelle et ses méthodes. Cette transmission requiert aussi la vulgarisation, à laquelle contribuent la presse grand public ou spécialisée, la radio et la télévision.
À côté de ces nouveaux moyens de transmission des savoirs, la tradition orale a joué un rôle essentiel depuis les origines des sociétés humaines. La transmission des savoirs et des savoir-faire s’exprime tout autant par les gestes, impliquant une formation sur le tas, comme le montrent les effets des migrations interrégionales ou internationales. Savoirs et savoir-faire se transmettant à des publics. Cette transmission dépend cependant de paramètres tels que l’âge, le genre, la nationalité, la religion, les groupes sociaux et tous les réseaux d’appartenance. Vue sous l’angle des usages, la transmission des savoirs requiert une formation initiale, acquise par la famille, l’école ou l’apprentissage, mais aussi continue. Se révèle ainsi l’importance du capital humain, fait à la fois de connaissances et de compétences. En matière de transmission des savoirs s’ouvre ainsi un champ immense, celui des relations entre réalités et représentations du temps, en tout temps et en tous lieux.
Le Forum des sociétés savantes accueille du mardi 24 au jeudi 26 avril 2018 toutes les sociétés historiques et scientifiques de paris et d’Île-de-France qui souhaitent présenter leurs activités et leurs publications.
L’inscription au Forum est gratuite mais nécessaire, avant le 1er février 2018.

Pour plus d’informations : http://cths.fr/co/

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts