Tous les articles par loicbenoit

Doctorant en archéologie – CIHAM -UMR 5648 /
Archéologue à l’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

Parution: Philippe Durand, « Les châteaux de la baronnie de Montmorillon. Reconstruction castrale et modèles royaux et princiers à la fin du Moyen Âge »

Plus de trente ans après sa rédaction, voici en n disponible pour le grand public l’une des thèses majeures de la castellologie française. En étudiant une douzaine de châteaux-forts du Haut-Poitou, Philippe Durand livre des monographies qui sont déjà des références.

Capture d_écran 2017-12-10 à 14.19.08

Surtout, l’auteur fait du Montmorillonnais un exemple et un modèle. De là, il revisite toute l’évolution de la construction castrale : la place du décor et de l’architecture, le rôle symbolique et ostentatoire des éléments de défense, et l’utilisation des modèles royaux et princiers dans les forteresses seigneuriales à la n du Moyen Âge.

Informations pratiques :

Philippe Durand, Les châteaux de la baronnie de Montmorillon. Reconstruction castrale et modèles royaux et princiers à la fin du Moyen Âge, Chagny, CeCaB, 2017. 495 p., 650 ill., 35 €. ISBN 979-10-95034-07-0.

Bulletin de commande : Bulletin de commande CeCaB

 

Source: https://rmblf.be/2017/12/14/publication-philippe-durand-les-cha%CC%82teaux-de-la-baronnie-de-montmorillon-reconstruction-castrale-et-modeles-royaux-et-princiers-a-la-fin-du-moyen-a%CC%82ge/

loicbenoit

Doctorant en archéologie – CIHAM -UMR 5648 /
Archéologue à l’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Financement: Conference travel grants – Religious Studies

 

Apply: Conference travel grants – Religious Studies

The journal Religions, announces the opening of the competition for two annual travel awards sponsored by Religions.

The Travel Awards, each of 800 Swiss Francs, will be granted to PhD students, postdoctoral fellows or young lecturers to assist towards attending any religions-related conference in 2018.

Deadline:l 1 April 2018.

Please find additional details here.

Source: Peter Iver Kaufman / D. Valérian / http://www.mdpi.com/journal/religions/awards

loicbenoit

Doctorant en archéologie – CIHAM -UMR 5648 /
Archéologue à l’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Appel à contribution :Branches of Time Thinking and Representing History through the Arboreal Motif: 20-22 août, Stockholm. [13 janv 18]

Branches of Time
Thinking and Representing History through the Arboreal Motif
Organisation

Naïs Virenque – Antoine Paris – Pippa Salonius – Sergi Sancho Fibla

3rd INTH network Conference
“Place and Displacement: The Spacing of History”

Stockholm, August 20th-22nd, 2018

We are pleased to announce that Trames Arborescentes is preparing a panel proposal for the International Network for Theory of History (INTH) conference (http://www.inth.ugent.be/conference) that will take place in Stockholm on August 2018.

“Place and Displacement: The Spacing of History” has been chosen as the main theme for the aforementioned meeting. Within this framework, Trames Arborescentes has decided to participate by proposing a panel that will gather several speakers around the subject “Branches of Time. Thinking and Representing History through the Arboreal Motif”.

This panel traces the arboreal motif through time, using it as a means to reflect on the making and the representation of History since Antiquity. Three main subjects will be taken into account: “Synchrony and Diachrony”, “Thinking Trees versus Teaching Trees” and “Growth as Progress”.

 

Synchrony and Diachrony:

The first point focuses on the shape of the tree. The Greek term for history (historia) referred to research through time and space. This research required the elaboration of a method for organizing, classifying and presenting information, either for the gathering or the disposition of processes. In this manner History produced a guide that was arranged and, at times, graphically represented. Yet the term “method” implies a system that proceeds by steps. Its original sense, from the Greek term methodos, aims at providing a path to follow according to a path already walked. Therefore, from its origins, this method incorporated both the writing, but also the making of history, as a spatial- temporal shift along a timeline. There is no other way to read an arboreal diagram, but in a temporal sense. Its branches are situated along a principal axis which leads to the chronological reading of its content.

This is precisely the backbone of all arboreal structures, which organize diachrony as a synoptic tool through a line of progression. Indeed, diagrammatical and schematic trees are used in the field of history in different shapes and patterns precisely because they are able to articulate both unity and developments (ramifications) in an itinerary based on succession. However, it is crucial to reflect on the effect these graphic or textual models have on history itself. We typically conceive them as mere distillations of complex historical events and ideas, but their cognitive benefits have already been proven. Likewise, while we acknowledge they are particularly well-suited to the field of history, is their use completely appropriate? Why? Why not?

Thinking Trees versus Teaching Trees

Our second point focuses on research and teaching. As a matter of fact, historians often use arboreal structures as analytical and pedagogical tools. However, are these models used to frame existing content or rather is it the form itself that is pre-existing and the historian brings to light? How are they combined or contrasted with other graphical tools like timelines and tables? Are there differences between the use of tree structures in research and in teaching? How and why would they be different?

Growth as Progress

These kinds of schematic representations are not shaped by a closed geometric figure, but by a form open to indefinite ramifications. In this way trees avoid a certain appearance of linearity. They challenge the idea of narrative chronology in favour of multidirectional temporality. In the final decades of the twentieth century arboreal structures became an object of poststructuralist thought, mainly because of their extremely rational and systematized function. Other models such as Deleuze’s rhizomes were placed in the spotlight in order to avoid synthetic structures. This highlights a political aspect of arboreal imagery. The vertical growth of tree schemata might be seen as a foothold for the unfashionable concept of “progress”. We seek to gain a greater understanding of the political connotations conveyed by tree structures with a series of case studies that show how history has been instrumentalised by them.

We welcome papers that focus on these subjects and/or other aspects of arboreal structures and their use within the field of history.

Proposals containing personal information (including academic affiliation), an abstract (up to 300 words), and a short bio are welcome for this panel. Documents may be submitted to our email address tramesarborescentes@gmail.com before January 13, 2018.

source: Trames Arborescentes: https://trarborescentes.sciencesconf.org/resource/page/id/48

loicbenoit

Doctorant en archéologie – CIHAM -UMR 5648 /
Archéologue à l’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Parution: Charles Kraemer et Jacky Koch, « Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge. Conquête des espaces et culture matérielle. »

Écrire l’histoire médiévale de la montagne vosgienne à partir des découvertes archéologiques relève, aujourd’hui encore de la gageure tant il est vrai que les données sont rares, partielles et, lorsqu’elles existent, qu’elles ne concernent que quelques domaines spécifiques de l’activité humaine. Le cloisonnement régional, dû peut-être à la barrière de la langue autant qu’à l’histoire spécifique de chaque versant, a, en effet, probablement joué contre une histoire globale « de la conquête des Hauts », mais l’on peut convenir, à l’inverse, que cette situation a stimulé une myriade de recherches dont il fait regretter, tout de même, et le caractère disparate et le manque de coordination institutionnelle. En devant une science à part entière, affranchie des disciplines desquelles elle était traditionnellement dépendante, et en s’appuyant sur de nouvelles méthodes et pratiques d’investigations, l’archéologie a permis de définir des problématiques inédites, spécifiques aux espaces d’altitude, ouvrant sur de nouvelles pistes de recherche, elles-mêmes susceptibles d’offrir de plus amples résultats sur leur anthropisation et l’impact qu’elle eut sur les paysages autant que sur la culture matérielle telle qu’elle se comprend aujourd’hui, à savoir sur les conditions concrètes d’existence des populations locales, sur leur travail, leur savoir-faire et les productions qui en découlent, sur leur consommation et les échanges qu’elle suscite, sur l’organisation de leur(s) espace(s), domestique(s) ou professionnel(s). Cette rencontre, pensée non comme un aboutissement mais comme un état des lieux des Vosges médiévales – alsaciennes, lorraines et comtoises –, est apparue comme un préalable indispensable à un projet de recherche collectif pluri-, voire inter-, disciplinaire, dont il reste désormais à définir les contours et la problématique.

27000100836730L

Informations pratiques :

Charles Kraemer et Jacky Koch (éd.), Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge. Conquête des espaces et culture matérielle, Nancy, Presses universitaires de Nancy – Éditions Universitaires de Lorraine, 2017. 342 p., ISBN : 9782814303164. Prix : 23 euros.

Source : Le comptoir des Presses d’universités  et rmblf.be 

 

loicbenoit

Doctorant en archéologie – CIHAM -UMR 5648 /
Archéologue à l’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Colloque: « Enregistrer les conflits. Pratiques délibératives et scripturales des conseils urbains en temps de crise XIIIe-XVe siècles, Europe méridionale », Aix-en-Provence, 24/11/17.

Les productions documentaires des assemblées délibératives et conseils urbains témoignent des tensions internes et des crises multiformes de la n du Moyen Âge. Pourtant, l’institutionnalisation du gouvernement des villes cultive l’image du consensus vis-à-vis de l’extérieur. Les registres de délibérations parlent volontiers d’une seule voix, en particulier dans l’énoncé des ordonnances adoptées après discussion – les reformationes. La construction de cette unanimi- té en temps de crise mérite d’être examinée comme un objet historique, a n de percer le se- cret des assemblées délibératives, de mettre au jour les rapports de forces qui les traversent.

OL VERDON

Programme :

[9h30] Ouverture de la journée ; Laure Verdon, François Otchakovsky-Laurens AMU-CNRS, TELEMMe
[9h45] Lectio inauguralis – Lorenzo Tanzini, Université de Cagliari – La vie politique et l’écrit dans les villes italiennes du Moyen Âge : entre ritualisation et conflits

[10h30-12h] Des registres stéréotypés ?
Présidence : Noël COULET AMU-CNRS, TELEMMe

Matthieu Allingri AMU-CNRS, TELEMMe – La révolte de 1318 contre le régime des Neuf à Sienne : les enjeux de la communication politique au Conseil et de son expression écrite
Solal Abélès, Université du Luxembourg – Les délibérations de Colle Val d’Elsa (1312-1349) : entre réaffirmation de l’autonomie locale et instrument d’assujettissement à Florence

[13h-15h] Enregistrer la violence
Présidence : Pierre Chastang, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines – Dypac

Daniele Bortoluzzi, Universités de Florence et Sienne – Enregistrer et délibérer pendant la crise : Bologne 1303
Vincent Challet, Université Paul Valéry – Montpellier 3 – CEMM – Discordances et dissidences : les registres montpelliérains à l’aune de la révolte de 1379
Laura Miquel Milian, Institució Milà i Fontanals – CSIC de Barcelona – Barcelona’s Council During the Catalan Civil War (1462-1472): the Conflict’s Management Through Municipal Deliberations

[15h15-16h30] Comparaisons et circulation des pratiques documentaires
Présidence : Jean-Paul Boyer AMU-CNRS, TELEMMe

Auderic Maret, EHESS – Centre Norbert Elias – Les délibérations municipales de Marseille des années 1470 : mise en scène d’un pouvoir municipal à l’épreuve
Alberto Luongo, Université de Pise – Les registres de délibérations comme instruments de l’af rmation seigneuriale : le cas de Gubbio à la n du XIVe siècle

[16h30-17h30] Conclusions par Thierry Pécout Université de Saint-Étienne, LEM-CERCOR suivies d’une table-ronde avec les participants de la journée

Informations pratiques :

Vendredi 24 novembre 2017
Salle n°1, MMSH, Aix-en-Provence

Organisée par Laure Verdon et François Otchakovsky-Laurens AMU-CNRS, TELEMMe Cycle Les registres de délibérations ubains – La voix des assemblées Axe 2, gr. 4 Lien social, lien moral. Éthique et politique en Europe méridionale, XIe-XVIIe siècle

Contact :
Caroline Testanière AMU-CNRS, TELEMMe testaniere@mmsh.univ-aix.fr

Accès MMSH 5 rue du Château de l’Horloge, 13090 Aix-en-Provence Depuis le centre-ville : bus ligne 8 / depuis Marseille : car ligne 49, arrêt Picasso

 

Source: https://rmblf.be/2017/11/16/colloque-enregistrer-les-conflits-pratiques-deliberatives-et-scripturales-des-conseils-urbains-en-temps-de-crise-xiiie-xve-siecles-europe-meridionale/

loicbenoit

Doctorant en archéologie – CIHAM -UMR 5648 /
Archéologue à l’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Parution: Lucie Galano et Lucie Laumonier, « Montpellier au Moyen Âge ».

Appuyé sur une documentation originale, cet ouvrage se présente comme un bilan des travaux passés sur l’histoire médiévale de Montpellier proposant un panel des recherches nouvelles, et atteste du dynamisme des études historiques et archéologiques sur la ville.

Fondée à la fin du Xe siècle, Montpellier connut une expansion fulgurante à partir du XIIe, à la faveur du développement d’échanges culturels et économiques, vers la Méditerranée ou le nord de l’Europe. Cette expansion était le fruit de politiques menées par les Guilhem et confirmée lors du passage de la seigneurie sous l’autorité des rois d’Aragon et de Majorque après 1204, quand la ville obtint un gouvernement consulaire. Devenue une communauté urbaine d’importance au XIIIe siècle, Montpellier était habitée par une population cosmopolite. Dans et hors les murs se croisaient grands marchands, changeurs et simples revendeurs, universitaires et intellectuels de renom, artisans et agriculteurs. L’attractivité et le rayonnement de Montpellier en faisaient l’une des principales villes du Bas-Languedoc. Pourtant, son histoire médiévale n’a bénéficié que d’une attention inégale de la part des chercheurs. Cet ouvrage, procède d’un colloque international réuni à Montpellier en 2013 et rassemble des articles réalisés par les principaux contributeurs et principales contributrices à l’histoire et à l’archéologie de la ville. Basés sur des archives originales ou sur la réinterprétation de données connues, les recherches proposées ici, tout en présentant un bilan des travaux passés, empruntent des voies nouvelles démontrant les promesses des études historiques et archéologiques sur Montpellier.

rfsvz1sx

Lucie Galano (docteure en histoire, Paul Valéry Montpellier 3 – Sherbrooke) et Lucie Laumonier (Assistant professor, University of Calgary), travaillent toutes deux sur l’histoire de Montpellier. Les recherches de Lucie Laumonier, appuyées sur l’étude de sources de la pratique, se situent dans les champs de l’histoire sociale et de la famille. Lucie Galano étudie les rapports entre la ville et son arrière-pays, ses recherches abordant l’histoire environnementale de la région.

Informations pratiques :

Lucie Galano et Lucie Laumonier, Montpellier au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2017 (Studies in European Urban History (1100-1800), 40). XVI+258 p., 28 b/w ill. + 19 colour ill., 3 b/w tables, 178 x 254 mm. ISBN: 978-2-503-56852-2. Prix : 85,00 €.

Source : Brepols

loicbenoit

Doctorant en archéologie – CIHAM -UMR 5648 /
Archéologue à l’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Journée d’étude: « Bâtir, nourrir la ville au Moyen Âge : produits, acteurs et réseaux », Namur, 8/12/17.

37e journée d’étude du RMBLF

Informations et inscription (souhaitée avant le 4 décembre) :
frederic.chantinne[at]spw.wallonie.be

JE37-RMBLF

Programme :

Séance du matin
9h15-12h45

Pierre Paquet (Inspecteur général f.f. Patri- moine/SPW) – Introduction

Josiane Pimpurniaux (SPW) – Vers une politique wallonne de la ville : une Politique de Promotion de la qualité architecturale et du patrimoine
Laetizia Puccio (Archives de l’État à Namur) et Dolorès Ingels (SPW) – Chièvres : archéologie et histoire urbaine
Catherine Péters (SPW) – Huy et l’archéologie : des bribes de passé dans une ville en mouvement
Philippe Sosnowska et Paulo Charruadas (ULB) – Descendre dans les caves médiévales, un remontant pour l’archéologie urbaine? Programme et enjeux du projet Brussels Archaeological Survey (BAS)
Raphaël Vanmechelen (SPW) – Le Grognon, à Namur : archéologie d’un quartier portuaire

Séance de l’après-midi
14h00-17h00

Guillaume Mora-Dieu (SPW) – Destructions et reconstructions. L’impact des conflits sur une enceinte urbaine : l’exemple de Liège au XVe siècle
Jonathan Dumont (ULg) – Affamer, détruire, vi- der la ville : (encore !) le sac de Liège de 1468
Matteo Ferrari (Poitiers) – Mettre en signe la ville. Acteurs et fonctions de l’image héraldique en contexte urbain (Poitou, XIIIe-XVIe siècles)
Colette Van Coolput-Storms (UCL/KULeuven- Brussel) – Le Roman d’Abladane, passé légen- daire et présent d’une ville du Nord

Répondants :
– Marie-Christine Laleman (Directrice honoraire de la « Zwarte Doos » à Gand)
– Emmanuel Bodart (chef de Service aux Archives de l’État à Namur)

 

Source: https://rmblf.be/2017/11/13/journee-detude-du-rmblf-batir-nourrir-la-ville-au-moyen-age-produits-acteurs-et-reseaux/

loicbenoit

Doctorant en archéologie – CIHAM -UMR 5648 /
Archéologue à l’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts