Tous les articles par arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

Atelier: Les techniques digitales au Moyen Âge:24/11/2017-01/12/2017-08/12/2017, Paris

Cet atelier est proposé par l’International Medieval Society – Paris (www.ims-paris.org), en collaboration avec le LAMOP (UMR 8589 – CNRS/Paris 1), l’EA 173- CERAM de Paris 3 et l’EA 7322 de Paris 8 et le GAHOM (EHESS).

Coordination : Fanny Madeline (LAMOP/IMS), Maud Perez-Simon (Paris 3), Christopher Lucken (Paris 8), Pierre Olivier Dittmar (EHESS), Irène Fabry-Tehranchi (BL/IMS)

Dans le contexte actuel qui voit la numérisation de nos disciplines et le développement des humanités numériques (que les anglo-saxons appellent « digital studies »), une nécessité nouvelle s’impose aux chercheur.e.s en sciences humaines et sociales d’utiliser leurs doigts dans des espaces de travail désormais largement numérisés. Les études sur ce nouvel usage des doigts dans les pratiques cognitives commencent à émerger mais ne s’inscrivent que très rarement dans la longue durée. Or étudier la dimension anthropologique de l’usage des doigts dans l’art et les pratiques cognitives au Moyen Âge permet d’historiciser une dimension centrale de l’activité humaine pour mieux comprendre les transformations de nos propres pratiques. Penser la main du Moyen Âge à la médiévistique, de l’objet d’étude à la discipline, sera donc l’objectif de cette série de trois ateliers dont la dimension pédagogique sera renforcée par une organisation en deux temps : une première partie en matinée sera consacrée à des conférences et des discussions sur les usages de la main et des doigts au Moyen Âge ; des ateliers pratiques de présentation et utilisation des ressources digitales existantes à l’usage des étudiants de master et de doctorat se tiendront en seconde partie de journée. En associant de la sorte recherche et formation, les ateliers mettent en avant l’importance (toujours actuelle) des questionnements médiévaux quant aux liens entre corps et connaissance en même temps qu’ils font état des innovations technologiques et méthodologiques à l’œuvre dans les différentes disciplines de la médiévistique.

Ces ateliers sont ouverts à toutes et tous.

Inscriptions obligatoires pour accéder aux bâtiments : ici

affiche-Condorcet-2017

Programme :

Le vendredi 24 novembre 2017
Salle Picard, escalier C, 3e étage, 17 rue de la Sorbonne

14h-16h30 : Conférences : Communiquer et savoir : les gestes de la main et des doigts et leurs usages cognitifs »

Alex Novikoff (Kenyon college, Ohio): Digital Scholasticism: The Ars Disputandi and the “Art” of Disputation
Francesca Aceto (EHESS): Savoir sur le bout des doigts ». Jeux, mathématiques et apprentissage au Quattrocento. Quelques études de cas.

17h-19h : Atelier « écrire sa thèse avec les outils numériques » : avec Mathilde Jourdain (Paris 1) et Franciska Heimburger (EHESS).

Le vendredi 1er décembre 2017
Salle de formation, Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne

10h-12h30 Conférences :« Produire avec la main : savoir-faire, recommandations, traces des pratiques »

10h: Susan Rankin (Univ. Cambridge): Writing Sound: Designing Notation
11h: Filippo Ronconi (EHESS): Le livre en tant qu’objet social : des matières premières à la reliure. Acteur sociaux et savoir-faire

14h : Atelier : « Levez les mains du clavier »

14h : Marie Chaveneau (chanteuse lyrique et musicologue) : Main guidonnienne et chant expérimental
16h15 : Maud Perez-Simon (Paris 3): Quels gestes dans les collections médiévales du Louvre? (RV à l’accueil des groupes du Louvre)

Le vendredi 8 décembre 2017
Salle du CETHA, INHA, 6 Rue des Petits Champs, 75002 Paris

9h30-11h : Conférences : Anthropologie et symbolique du doigt et de la main

Eric Palazzo (Univ. Poitiers): Le sens tactile dans la liturgie médiévale
Pascal Texier (Univ. Limoges): La digitalisation médiévale du droit

11h30-13h30 : Atelier « N’gram une approche sauvage de la bibliométrie » avec Pierre-Olivier Dittmar (EHESS) et Vincent Jolivet (ENC).

Source : IMS – Paris

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Poste:professeur adjoint en études médiévales:Université de la Colombie-Britannique (Vancouver, Canada)[délai:30/11/2017]

L’entrée en fonction est le 1er juillet 2018. Nous sommes à la recherche d’un(e) médiéviste aux intérêts interdisciplinaires, capable de s’impliquer dans la vie intellectuelle de l’institution et de travailler en collaboration avec les autres membres du département. Le candidat retenu sera appelé à participer au constant enrichissement de notre curriculum, à promouvoir une meilleure connaissance des cultures française et européenne, et à contribuer à la promesse de la Faculté des Arts d’encourager l’engagement international de nos étudiants et de favoriser une meilleure compréhension interculturelle.

Un doctorat en études françaises (ou équivalent) est requis au moment de l’entrée en fonction. En plus de disposer d’un solide dossier de recherche et d’enseignement, les candidats doivent posséder une excellente maîtrise du français (de niveau langue maternelle ou comparable) et de l’anglais (langue de travail et de communication à l’Université de Colombie-Britannique). La personne choisie devra être en mesure de développer un programme de recherche actif et innovateur susceptible de mener à des publications et à l’obtention de financement, et participera à l’enseignement et à l’encadrement d’étudiants aux trois cycles.

Pour plus d’information sur le Département d’études françaises, hispaniques et italiennes de l’Université de Colombie-Britannique, veuillez consulter notre site : http://fhis.ubc.ca.

Les dossiers de candidature doivent être transmis par voie électronique avant le 30 novembre 2017 à l’adresse suivante : www.facultycareers.ubc.ca/28002. Les candidats devront télécharger (dans l’ordre suivant et sans excéder 12 mégabits par fichier) : une lettre de candidature, un curriculum vitæ, une description de leurs intérêts de recherche et d’enseignement, un choix de publications ou de travaux récents (20-30 pages), ainsi qu’un dossier pédagogique (incluant, par exemple, des plans de cours et des évaluations d’enseignement).

Trois lettres de recommandation confidentielles devront en outre être envoyées par courriel à l’adresse fhis.search@ubc.ca avant la date limite (les répondants sont priés de donner le titre « Poste en études médiévales » à leur courriel). Les questions relatives à cette annonce peuvent être adressées au directeur du département, Dr. Joël Castonguay-Bélanger, à l’adresse fhis.search@ubc.ca. L’évaluation des dossiers de candidature commencera le 30 novembre et se poursuivra jusqu’à ce que le poste soit pourvu.

Le poste est assujetti à une approbation budgétaire finale. La rémunération est établie en fonction des compétences et du niveau d’expérience.

L’équité et la diversité sont essentielles à la poursuite de l’excellence de la recherche. Une communauté ouverte et inclusive accueille les voix de ceux et celles qui ont jusque-là été sous-représentés ou ignorés. L’Université de Colombie-Britannique encourage les candidatures de toutes personnes appartenant à des groupes marginalisés sur la base des critères énumérés dans le B.C. Human Rights Code, incluant le sexe, l’orientation ou l’identité sexuelle, la race, le handicap, les opinions politiques, la religion, la situation conjugale ou familiale, l’âge et/ou l’appartenance aux Premières Nations, Métis, Inuit ou à un groupe autochtone.

Toutes les personnes qualifiées sont encouragées à poser leur candidature. Conformément aux lois canadiennes sur l’immigration, la priorité sera toutefois accordée aux Canadiens ainsi qu’aux résidents permanents.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication: «Popularité, réputation, renommée », Séminaires Questes, Paris 19/01, 16/02 et 16/03/2018 [délai:10/12/2017]

«Popularité, réputation, renommée»

« … pour la grant renommee qu’il avoit d’estre preudomme», Jean de  Joinville, Vie de Saint Louis, éd. J. Monfrin, §31

La lecture des chroniques, des romans et des actes de la pratique révèle à quel point la question de la notoriété est essentielle aux sociétés médiévales. Trois termes sont proposés à l’étude : tout d’abord, la « popularité », qui correspond à la faveur du peuple, au crédit dont une personne dispose auprès du plus grand nombre. Ensuite, la « réputation », cette opinion qu’un public se fait d’une personne. Entendue dans son sens positif, c’est une honorabilité, résultat une conduite conforme à une norme sociale socialement établie : c’est un gage de pureté morale. La « renommée » désigne enfin la rumeur que répand l’opinion publique : sémantiquement proche de la réputation, son sens se spécialise progressivement pour devenir un terme laudatif désignant la reconnaissance de prouesses ou de grandes qualités au-delà du cercle social de l’individu. Christine de Pizan dans le Livre des faits et bonnes mœurs du roi Charles V compare la renommée à une fleur de lys : belle, précieuse, mais fragile qui « dit quel chose est noblece de corage » (chap.IV).

Réputation et renommée sont des termes attestés dès la fin du XIIIe siècle, lorsque les premières attestations de popularité remontent au XVIe siècle. La racine commune de ces trois termes est la notion de fama, cette notoriété fondatrice de l’excellence sociale et de l’exemplarité. Le bien famé est écouté, respecté, acclamé dans tous les cercles de la société. Il jouit d’une bonne réputation et peut prétendre à une certaine renommée. A l’inverse, le mal famé devient un paria, et doit reconstruire sa réputation. Yvain dans le Chevalier au Lion est un des nombreux exemples littéraires de ce processus: contraint de partir à l’aventure après avoir été accusé de manquer à ses devoirs de chevalerie, il part en quête d’une renommée perdue.

Popularité, réputation, rénommée : ces trois héritiers de la fama sont des marqueurs clefs de la société et de la culture médiévales. Ils alimentent toute une série de travaux de l’historiographie récente, qui s’attache en particulier à (re)mettre en perspective l’étude des groupes et des rapports sociaux : pourrait-il y avoir excellence sociale, notamment nobiliaire, sans réputation ? La noblesse est-elle seule à pouvoir prétendre à la renommée ? Si réputation et renommée sont liées à une indéniable considération sociale, la popularité sur la place publique est-elle synonyme d’estime et de respect ?

Pistes de problématisation:

  •  Quels liens entretiennent ces trois avatars de la notoriété avec l’exercice politique ? Que peut nous dire la fama sur la justification du pouvoir ? Quel rapport les gouvernants entretiennent-ils avec leur image ?
  •  Comment et pourquoi montrer que l’on est respectable au Moyen Âge ?
  •  Comment ces trois notions s’articulent-elles dans les représentations artistiques et littéraires ? Sont-elles l’apanage de groupes sociaux, de personnes ?
  •  Ces trois notions sont-elles déterminées sur les mêmes critères ? La réputation et la renommée sont-elles attachées aux mêmes qualités morales et sociales dans tous les milieux ?

Conditions de soumission:

Cet appel à communication est ouvert aux étudiants de master, de doctorat et aux jeunes chercheurs en études médiévales, quelle que soit leur discipline. Les propositions de communication, d’un maximum de 1000 mots, accompagnées d’un CV doivent être envoyées conjointement à François Arbelet (fr.arbelet[a]gmail.com) et Marielle Devlaeminck (marielle.devlaeminck[a]gmail.com) avant le 10 décembre 2017. Elles pourront donner lieu à une communication orale de 25 minutes durant l’une des trois séances du séminaire (19 janvier, 16 février, 16 mars 2018) et/ou à une publication dans la revue de l’association (www.questes.revues.org).

Bibliographie indicative:

Maria Rosa Lida de Malkiel, L’idée de la gloire dans la tradition occidentale : Antiquité, Moyen Âge occidental, Castille, Paris, C. Klincksieck, 1968.

Claude Gauvard (dir.), « La Fama, une parole fondatrice », Médiévales, 24, 1993.

Claude Gauvard, « Fama », dans Dictionnaire du Moyen Âge, Claude Gauvard (dir.), Alain De Libera (dir.), Michel Zink (dir), Paris, PUF, coll. Quadrige, 2002.

Thierry Dutour, Sous l’empire du bien : « bonnes gens » et pacte social (XIIIe-XVe siècles), Paris, Classiques Garnier, 2015.

Source : https://questes.hypotheses.org/1741

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Séminaires:Administrer par l’écrit – Administrer par les chiffres:Paris, centre de recherches des Archives nationales.

Séminaire organisé par les Archives nationales, l’École nationale des chartes, le LAMOP (université Paris 1), le DYPAC (université de Versailles-Saint-Quentin), et l’IRHT, avec la participation de l’IHMC (CNRS, ENS, université Paris 1), de l’IDHES (CNRS) et du Centre Jean Mabillon (École des Chartes), et le soutien du LabEx haStec.

Argumentaire

Il a pour objectif de mettre en lumière l’évolution des formes et des usages de l’écrit au cours des xiiie et xive siècles et de comprendre ses prolongements par-delà le Moyen Âge, dans un contexte où l’écrit devient de plus en plus foisonnant. Trois thèmes seront au centre des réflexions.

Le premier concerne le classement des écrits produits et leur transformation progressive en documents d’archives. Certaines formes d’organisation sont en effet nécessaires pour faire face à l’augmentation exponentielle des documents et en permettre l’éventuelle réutilisation.

Une attention particulière sera également portée sur le contrôle des biens et des hommes par le biais d’écrits qui mettent en scène des structures sociales déjà existantes ; dans le même temps, un tel encadrement n’est pas sans effet sur les biens ainsi gérés et les hommes ainsi gouvernés.

Enfin, nous n’oublierons pas que l’administration par l’écrit n’est pas réservée aux autorités et aux institutions qui en émanent : ainsi en va-t-il des pratiques comptables mises en œuvre dans le monde marchand. La systématisation de telles méthodes à l’échelle des individus est un phénomène de la fin du Moyen Âge qu’il convient d’interroger sur le long terme.

Séances

Mercredi 29 novembre 2017

Les chiffres comme instruments de description

14 h 30 – 17 h 30

  • Jean-Pierre Devroey (Université de Bruxelles), « Abréger ou additionner ? Sommes et résumés dans les pratiques d’inventaire foncier à l’époque carolingienne »
  • Lars Behrisch (Université Bielefeld), « Représentation statistique et représentation politique : Comment la statistique démographique a contribué à l’égalité politique (xviie-xviiie siècles) »

Mercredi 17 janvier 2018

La construction chiffrée de la valeur

9 h 30 – 12 h 30

  • Harmony Dewez (Université de Poitiers), « Assiettes fiscales et profit seigneurial : des processus conjoints de construction de la valeur aux xiiie et xive siècles »
  • Rachel Renault (Université du Maine), « Ordre fiscal, ordre spatial, ordre social : comparer valeurs des lieux et des contribuables en Allemagne au xviiie siècle »

Vendredi 9 mars 2018

Normes et pratiques

14 h 30 – 17 h 30

  • Matthieu Scherman (Université Paris-Diderot), « Formes comptables et réseaux marchands »
  • Natacha Coquery (Université Lumière Lyon 2), « Comptabilités boutiquières, normes et pratiques. Paris, xviiie siècle »

Mercredi 11 avril 2018

L’actualisation des données

14 h 30 – 17 h 30

  • Isabelle Bretthauer (Université de Caen-Normandie / IRHT), « La gestion du domaine royal à la Chambre des comptes, entre pratique comptable et uniformisation documentaire, xive-xve siècles »
  • Guillaume Daudin (Université Paris-Dauphine) et Loïc Charles (Université Paris VIII), « À la recherche du chiffre juste : méthodes et réformes au Bureau de la Balance du Commerce »

Pour plus d’informations : « Administrer par l’écrit – Administrer par les chiffres », Séminaire, Calenda, Publié le vendredi 27 octobre 2017, http://calenda.org/419673

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Congrès: Congrès du Cths « La transmission des savoirs » – Paris, 23-26/04/2018, Paris[délai:1/02/2018]

Le congrès du Cths – Paris 2018

143ème congrès, Paris –> La transmission des savoirs

Le congrès se déroulera du lundi 23 au jeudi 26 avril 2018, dans les locaux de l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales), 65 rue des Grands moulins, Paris 13e.
Texte de présentation :
À l’exemple de celles qui les ont précédées, nos sociétés modernes, démocratiques, considèrent la transmission des savoirs comme un enjeu majeur pour leur survie. En fait, il n’existe pas de vie sociale durable sans cette transmission. Tantôt empiriques et traditionnels, tantôt construits (savoirs scientifiques, techniques, culturels et artistiques), ces savoirs incluent aussi les diverses formes de savoir-faire et de savoir-vivre (en famille, en société ou au travail). Des origines du peuplement humain de l’Europe et du monde à aujourd’hui, il reste beaucoup à découvrir (ou à redécouvrir) sur les acteurs, les facteurs, les vecteurs et les moyens de la transmission de ces savoirs. Les acteurs, ce sont d’abord la famille nucléaire ou élargie, et, de façon plus large, tous ceux qui vous initient aux règles de l’institution et de la société. Les institutions concernées peuvent être de formation (écoles et universités) ou de recherche (universités encore et organismes de recherche).
Il convient de prendre en compte aussi les multiples formes d’apprentissage, ce dernier n’excluant pas l’autodidaxie. La transmission des savoirs s’effectue d’abord par l’écrit. De ce point de vue, la révolution du livre et de l’imprimerie, constitue un tournant majeur. Si, à côté du livre, les périodiques ont apporté une contribution décisive, la transmission peut s’effectuer par le son (théâtre, musique). L’image offre aussi un vecteur majeur. Il y a toute une histoire du film et de la télévision à conduire sous l’angle de la transmission des savoirs. De même que le cinéma ou la télévision, l’internet, puis, aujourd’hui, les réseaux sociaux sont à la fois, « la meilleure et la pire des choses ». Il s’agit, à toute époque et en tout lieu, de s’interroger sur l’enseignement et ses méthodes, sur les rapports du maître et de l’élève, sur la formation professionnelle et ses méthodes. Cette transmission requiert aussi la vulgarisation, à laquelle contribuent la presse grand public ou spécialisée, la radio et la télévision.
À côté de ces nouveaux moyens de transmission des savoirs, la tradition orale a joué un rôle essentiel depuis les origines des sociétés humaines. La transmission des savoirs et des savoir-faire s’exprime tout autant par les gestes, impliquant une formation sur le tas, comme le montrent les effets des migrations interrégionales ou internationales. Savoirs et savoir-faire se transmettant à des publics. Cette transmission dépend cependant de paramètres tels que l’âge, le genre, la nationalité, la religion, les groupes sociaux et tous les réseaux d’appartenance. Vue sous l’angle des usages, la transmission des savoirs requiert une formation initiale, acquise par la famille, l’école ou l’apprentissage, mais aussi continue. Se révèle ainsi l’importance du capital humain, fait à la fois de connaissances et de compétences. En matière de transmission des savoirs s’ouvre ainsi un champ immense, celui des relations entre réalités et représentations du temps, en tout temps et en tous lieux.
Le Forum des sociétés savantes accueille du mardi 24 au jeudi 26 avril 2018 toutes les sociétés historiques et scientifiques de paris et d’Île-de-France qui souhaitent présenter leurs activités et leurs publications.
L’inscription au Forum est gratuite mais nécessaire, avant le 1er février 2018.

Pour plus d’informations : http://cths.fr/co/

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Vrai, faux, mensonge:5-6/03/2018, université de Genève[délai:01/12/2017]

Vrai, faux, mensonge

Appel à communication en vue des Huitièmes Journées d’études des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’Université de Genève et de la Conférence universitaire de Suisse occidentale

*  *  *

Publié le jeudi 14 septembre 2017 par Anastasia Giardinelli

RÉSUMÉ

Si le mensonge renvoie à toute forme de discours contre la vérité, nous ne pouvons comprendre le premier sans définir la seconde et son rapport au faux. Ce lien, d’autant plus complexe au Moyen Âge, constitue l’enjeu de ces Huitièmes journées d’études. La conception augustinienne lie étroitement le mensonge à la parole et, par extension, au Verbe divin qui témoigne d’une dichotomie entre Dieu et le Diable. Au-delà des enjeux théologiques et moraux qu’elle soulève, cette question suggère plus largement des pistes de réflexion sur le langage et la corrélation entre forme et vraisemblance. Au plan littéraire, outre l’opposition classique entre vers et prose, nous proposons d’explorer les stratégies d’effets de réel et autres formules langagières qui, tout en visant à accréditer le discours, concourent parfois à l’affaiblir…

ANNONCE

Argumentaire

Si le mensonge renvoie à toute forme de discours contre la vérité, nous ne pouvons comprendre le premier sans définir la seconde et son rapport au faux. Ce lien, d’autant plus complexe au Moyen Âge, constitue l’enjeu de ces Huitièmes journées d’études.

La conception augustinienne lie étroitement le mensonge à la parole et, par extension, au Verbe divin qui témoigne d’une dichotomie entre Dieu et le Diable. Au-delà des enjeux théologiques et moraux qu’elle soulève, cette question suggère plus largement des pistes de réflexion sur le langage et la corrélation entre forme et vraisemblance. Au plan littéraire, outre l’opposition classique entre vers et prose, nous proposons d’explorer les stratégies d’effets de réel et autres formules langagières qui, tout en visant à accréditer le discours, concourent parfois à l’affaiblir. Le paradoxe de la notion de représentation émerge alors, synonyme à la fois de traduction mensongère de la parole première et de support pédagogique au Verbe divin. L’Ovide moralisé, dans lequel l’allégorie apparaît comme un moyen de prémunir les fables païennes antiques de l’oubli en les ramenant à une forme de vérité chrétienne, interroge le pouvoir persuasif et didactique de la fiction : l’expression d’une vérité peut-elle se passer de la séduction du texte, le docere peut-il se dissocier du placere ? Cette réflexion amorce le débat des intérêts mutuels de la littérature et de l’histoire – si la première se nourrit du pouvoir d’accréditation de la seconde, elle peut également doter celle-ci d’une attractivité supérieure –, mais aussi celui de la conception de la “vérité historique”, qui varie en fonction des époques et des disciplines et appelle d’ailleurs à étudier le problème des faux diplomatiques.

L’allégorie – dont l’essoufflement à la fin du Moyen Âge invite à interroger la métamorphose des régimes épistémologiques à cette époque – offre une ouverture de la littérature vers l’histoire de l’art : l’inscription du représenté dans le représentant, mais également le concept des ‘‘vraies images’’ dans l’iconographie religieuse sont autant de pistes permettant d’alimenter notre réflexion sur le vrai et le faux. Le corps occupe également une place importante dans la réflexion sur la vérité. Souvent considéré comme intrinsèquement authentique, le corps peut être craint pour son potentiel révélateur, mais peut également être objet de manipulations. Cette dimension problématique de la vérité et de ses variantes nourrit encore la réflexion sur le statut philosophique ou théologique de la vérité à l’Université de Paris notamment. Dans cette lignée, le discours du fou remet exemplairement en question ces catégories entre vrai et faux, acceptable et inacceptable, même si, paradoxalement, la folie semble au final offrir une réaffirmation de l’ordre normatif qu’elle met en cause. La possibilité d’une vérité mauvaise ou au contraire d’un mensonge utile reconditionne à son tour le rapport usuel aux catégories axiologiques.

Par ailleurs, une approche codicologique apporterait un éclairage neuf sur les vérités complémentaires ou alternatives caractérisant le dialogue entre le texte et l’image, de même qu’une réflexion philologique permettrait d’envisager un texte dans la perception schématique de son stemma codicum. Enfin, une réflexion sur les concepts de vrai, faux et mensonge ne saurait se dispenser de sonder l’hypocrisie et le jeu des masques de Faux-Semblant dans le Roman de la Rose ou la renardie du goupil dans le Roman de Renart. Au-delà de ces deux personnifications, les textes parodiques et satiriques méritent d’être examinés à la lumière de notre problématique : de l’hypocrisie des frères mendiants fustigée par Rutebeuf à la fausseté honnie du cheval Fauvel, l’ironie ne saurait manquer de soulever, dans ses emplois divers, les interrogations des médiévistes.

Telles seront les grandes lignes de la thématique que nous voudrions explorer à l’occasion de ces Huitièmes journées d’études. Des propositions de communication de 30 minutes relevant de tous les domaines des études médiévales (histoire, histoire de l’art, philosophie, théologie, langues et littératures, philologie, codicologie, diplomatique…) sont les bienvenues, en français (langue de déroulement du colloque) ou en anglais.

Vrai, faux, mensonge : Huitièmes journées internationales d’études médiévales des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’Université de Genève & de la Conférence Universitaire de Suisse Occidentale (5-6 mars 2018)

Modalités de soumission

Les propositions de contribution, d’une demi-page environ, accompagnées de renseignements pratiques (statut, institution de rattachement, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 1er décembre 2017 à l’adresse suivante : journeesetudesjcm@gmail.com

Des propositions de communication de 30 minutes relevant de tous les domaines des études médiévales (histoire, histoire de l’art, philosophie, théologie, langues et littératures, philologie, codicologie, diplomatique…) sont les bienvenues, en français(langue de déroulement du colloque) ou en anglais.

Pour plus d’informations : « Vrai, faux, mensonge », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 14 septembre 2017, http://calenda.org/416073

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Administrer la ville dans et hors les murs (Occident, XIVe-XVIe siècle):22/06/1018, Amiens[délai:15/11/2017]

Depuis le début des années 2010, les rencontres scientifiques traitant la question des abords des villes médiévales en Occident, leur extra muros, à savoir les faubourgs, la banlieue et le plat-pays, se multiplient. Cette historiographie récente, aux acquis indéniables, demande cependant à être encore approfondie. Par exemple, la comparaison des modes de fonctionnement intra et extra muros permettrait de mieux les définir. On pourrait ainsi comprendre plus précisément les espaces périphériques et mieux appréhender la ville médiévale dans son ensemble. La recherche récente a montré que les espaces situés au dedans et au dehors de l’enceinte urbaine sont des zones policées sous le pouvoir d’une autorité politique commune, laïque ou religieuse. S’appuyant sur cet acquis, la journée d’études aura pour objectif d’approfondir la connaissance de l’administration de toute la société urbaine

ANNONCE

Journée d’études, Amiens, 22 juin 2018

Argumentaire

Depuis le début des années 2010, les rencontres scientifiques traitant la question des abords des villes médiévales en Occident, leur extra muros, à savoir les faubourgs, la banlieue et le plat-pays, se multiplient. Leur dynamisme a remis en cause la vision traditionnelle d’une société urbaine opposée au monde rural. La notion de dualité ou de dichotomie laisse progressivement place à celle d’une complémentarité forte entre les deux entités dont les interactions demeurent toutefois souvent encore floues.

Cette historiographie récente, aux acquis indéniables, demande cependant à être encore approfondie. Par exemple, la comparaison des modes de fonctionnement intra et extra muros permettrait de mieux les définir. On pourrait ainsi comprendre plus précisément les espaces périphériques et mieux appréhender la ville médiévale dans son ensemble.

La recherche récente a montré que les espaces situés au dedans et au dehors de l’enceinte urbaine sont des zones policées sous le pouvoir d’une autorité politique commune, laïque ou religieuse. S’appuyant sur cet acquis, la journée d’études aura pour objectif d’approfondir la connaissance de l’administration de toute la société urbaine. En cela, les enclaves juridictionnelles ne pourront pas être au cœur de la communication mais pourront être prises en compte en tant qu’élément de comparaison. Il s’agira donc non pas d’analyser le fonctionnement de la ville par rapport à celui de son plat-pays dans son intégralité, mais d’articuler l’intra muros aux faubourgs et à la banlieue.

Les contributions porteront sur l’Occident, principalement aux XIVe-XVIe siècles durant lesquels la ville redéfinit les relations qu’elle entretient avec ses abords face aux troubles géopolitiques, sanitaires et économiques.

Quatre thèmes majeurs sont à envisager ici :

  • Le commerce et l’économie : le citadin et le faubourien sont-ils soumis aux mêmes obligations règlementaires et bénéficient-ils des mêmes prérogatives dans leurs activités ? Existe-t-il un modèle de répartition des infrastructures artisanales et commerciales spécifique au dedans et au dehors ?
  • La défense et la justice : quel est le rôle des habitants des faubourgs dans les services de guet, de corvée ou de lutte contre le feu ? Les auxiliaires de police, relevant d’une même autorité, sont-ils les mêmes de part et d’autre des murailles ?
  • Prévention situationnelle : les mesures et les aménagements liés à l’hygiène publique et à la prévention contre les incendies sont-ils uniformes dans l’ensemble de la ville ? Les faubourgs concentrent-ils vraiment davantage d’activités et de pratiques polluantes que la ville intra muros ?
  • Les jeux et les festivités : la réglementation des divertissements privés (prostitution, danses, jeux de hasard, rencontres sportives, etc.) est-elle la même de chaque côté de l’enceinte ? Où se situent les jardins d’entraînement des compagnies bourgeoises et les espaces dédiés aux grandes festivités publiques ? Dans quelle mesure les trajets des processions et des joyeuses entrées mettent-ils en relation les espaces intra et extra muros ?

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions de communication (résumé de 300 à 500 mots et un titre) sont à envoyer pour

le 15 novembre 2017

au plus tard à : catherine.xandry[at]u-picardie.fr

Journée d’études organisée par l’Université de Picardie Jules Verne et le laboratoire TrAme (EA 4284)

Pour plus d’informations : « Administrer la ville dans et hors les murs (Occident, XIVe-XVIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 12 septembre 2017, http://calenda.org/415553

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Financement:Ecole de Rome, Bourses 2018[délai:30/09/2017]

Ecole Française de Rome
LETTRE D’INFORMATION
RAPPEL : BOURSES 2018

SÉLECTION 2018 DES BOURSES DE L’ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME ET LAURÉATS DANIEL ARASSE

L’EFR accueille chaque année des doctorants (boursiers et doctorants sous contrat), de jeunes chercheurs (membres), ainsi que des enseignants-chercheurs, chercheurs et autres personnalités scientifiques plus confirmées : chercheurs résidents, chercheurs mis à disposition par le CNRS et chercheurs partenaires des programmes scientifiques.
Outre les lecteurs de la bibliothèque, près d’un millier de personnes fréquentent ainsi l’EFR chaque année, pour des séjours qui vont de quelques jours à l’année entière.
Dans ce contexte, les bourses représentent pour les jeunes chercheurs et étudiants autant d’opportunités de mener à bien leurs travaux de recherche en Italie.

L’École française de Rome propose chaque année des mensualités de bourse, destinées à assurer l’accueil temporaire de jeunes chercheurs dont les travaux nécessitent un séjour en Italie. Ces bourses ont pour mission principale d’aider les doctorants au cours des premières années de leur travail de thèse. Deux sessions de sélection sont organisées chaque année.
Pour un séjour de bourse au premier semestre 2018, la réception des dossiers de candidature est ouverte jusqu’au 30 septembre 2017.
Depuis 2001, dans le cadre d’échanges scientifiques, l’École française de Rome et l’Académie de France à Rome – Villa Médicis attribuent chaque année huit bourses pour des recherches doctorales portant sur l’art, de la Renaissance à nos jours.
Ces bourses sont destinées aux chercheurs en histoire de l’art, français ou étrangers, titulaires d’un Master 2 français ou d’un diplôme équivalent (laurea specialistica), inscrits en doctorat (inscription principale ou dans le cadre d’une cotutelle) dans une université française (ou dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche français) et souhaitant se rendre à Rome pour effectuer des recherches.
Les dossiers de candidature pour la sélection 2018 doivent parvenir à l’École française de Rome et à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis au plus tard le 31 octobre 2017 avant minuit (par courriel uniquement).

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Colloque:Ovid Across Europe: Vernacular Translations of the Metamorphoses in the Middle Ages & Renaissance: 28/09/2017, Bristol, Angleterre.

28-29 SEPTEMBER 2017 AT THE UNIVERSITY OF BRISTOL

From the 12th-century onwards, Ovid’s Metamorphoses exerted an enduring influence on Western culture. The capacity of this poem to be constantly present in our world is due to its innate transformative ability. In the Middle Ages, the Metamorphoses was often read as a philosophical text in which to find advice on Christian morality and ethics. In the Renaissance and Baroque periods, it constituted the most important repertoire of myths, an encyclopaedic work plundered by writers, musicians, and painters. The Metamorphoses found a permanent place in Western culture not only because it could be easily reinterpreted, but also for its capacity to be successfully rewritten and translated into various languages. In the medieval and the early modern ages, the reception of Ovid’s major poem did not happen exclusively through the Latin text; translations in the vernaculars played a pivotal role, transmitting the Latin Metamorphoses to all the emerging European vernacular cultures.

This conference aims to bring together scholars working on medieval and early modern translations of the Metamorphoses in Europe in order to shed light on the various ways in which Ovid’s poem was re-purposed and received, as well as to trace connections between different literary traditions. When was the Metamorphoses first translated into European vernaculars? How many Ovids can we talk about? Were there interferences between translations in the different vernaculars? The vernacularization of transnational texts contributed to the shaping of national identities, and this colloquium, fostering an exchange between scholars working in any European linguistic area, aims to shed light on the process of national acquisition of Ovid’s Metamorphosesthrough translation. The objective of this conference is to chart the changing face and function of Ovid’s Metamorphoses in the vernacular Europe of the Middle and Early Modern Ages.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Du cheval au bestiaire fantastique dans la légende arthurienne:30/09/2017, Angers.

Dans la légende arthurienne, la magie et le merveilleux sont toujours très liés à la nature. Les animaux appartiennent à cet univers sauvage qui échappe à la raison des hommes et qui est encore dirigé par des forces mystérieuses et anciennes. À ce titre, eux aussi possèdent une forme de magie, eux aussi peuvent être un lien entre le monde des hommes et le monde féerique.

Programme

Matinée :

  • 9 h 15 : Hommage à Robert BAUDRY, décédé le 17 juin 2017. Docteur ès lettres et philosophie. Président fondateur du Centre d’Etudes et de Recherches sur le Merveilleux, l’Etrange et l’Insolite en Littérature (C.E.R.M.E.I.L.)
  • 10 h : Eric MEILLAN : « Figures du sanglier, aspects symboliques », Docteur en sociologie juridique. Président régional des docteurs en droit.
  • 10 h 45 : Daniel BORDEAUX : « Image du dragon au temps de Chrétien de Troyes » Membre du groupe d’étude interne au C.E.N.A. Président du C.E.N.A
  • 11 h 30 : Georges BERTIN : « Le Pendragon et les deux dragons » Docteur HDR en sciences sociales,  socio-anthropologue. Membre du Centre International de Recherches sur l’Imaginaire (GRECO C.R.I.)

Après-midi :

  • 14 h 15 : Mathilde DALBION : « Les animaux guérisseurs dans le lai de Marie de France, Eliduc ». Docteur en Histoire Médiévale. ATER – Université Bordeaux-Montaigne. AUSONIUS – 5607
  • 15 h : Sophie COUSSEMACKER : « Les femmes et leurs montures dans les romans arthuriens en vers des XIIe – XIIIe siècles. » MCF HDR, Université Bordeaux-Montaigne,
  • 15 h 45 : Sylvain FERRIEU : « Aux extrêmes du bestiaire médiéval, les contradictions de la culture médiévale : le lion et le loup » Docteur en Histoire du Droit, enseignant en sociologie de la communication scientifique à l’université Denis Diderot (Paris VII).
  • 16 h 30 : Lauric GUILLAUD : « Quelques exemples d’hybridité dans les récits arthuriens » Professeur émérite de littérature et civilisation américaine – Université d’Angers. Ancien président du Centre d’Études et de Recherches sur les Littératures de l’Imaginaire (C.E.R.L.I.) Directeur scientifique du C.E.N.A.
  • 17 h 15 : Gérard Byron CLOUZARD « Quelques figures du bestiaire dans l’héraldique arthurienne » Maître héraldiste à Angers, membre de l’O.I.T.R. et du C.E.N.A.
  • 17 h 45 : Bilan du colloque par Lauric GUILLAUD

Pour plus d’informations :  « Du cheval au bestiaire fantastique dans la légende arthurienne », Journée d’étude, Calenda, Publié le mardi 05 septembre 2017, http://calenda.org/414825

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Colloque:Le manuscrit franciscain retrouvé:Paris, IRHT, 20-22/09/2017

La découverte en 2015 d’une nouvelle Vie de François d’Assise due à Thomas de Celano, sans doute la deuxième écrite en l’honneur du saint à quelque dix ans de sa mort, a eu un large écho. Ce texte ne représente que la huitième partie du manuscrit qui le contient, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote nal 3245. C’est l’ensemble de ce manuscrit que la rencontre des 20-22 septembre 2017 s’appliquera à explorer et à comprendre.

Colloque organisé par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) avec le soutien du LabEx Hastec, du Centre de recherches historiques (EHESS-CNRS), d’APICES, de la Fondation André Vauchez  (Balzan) et de la galerie Les Enluminures.

Programme

Mercredi 20 septembre 2017 après-midi, salle Léopold Delisle

  • 14h – Isabelle le Masne de Chermont (Bibliothèque nationale de France) et François Bougard (Institut de recherche et d’histoire des textes) : Bienvenue.
  • 14h15 – Jacques Dalarun (IRHT, Académie des inscriptions et belles-lettres) : Colloque mode d’emploi.

L’objet manuscrit – présidence François Bougard

  • 14h30 – Nathalie Buisson (BnF), Amandine Postec (BnF), Pascale Richardin (C2RMF) et Jacques Scire (BnF) : Les matériaux du codex.
  • 15h30 – Denis Muzerelle (IRHT) : Analyse codicologique et paléographique.

16h15 – Pause.

  • 16h30 – Nicoletta Giovè (Università di Padova) : La fisionomia del manoscritto.
  • 17h15 – Fabio Zinelli (École pratique des hautes études, IRHT) : La langue du manuscrit.
  • 17h45 – Débat général.
  • 18h30 – Présentation du manuscrit nal 3245 à la BnF.

Jeudi 21 septembre 2017 matin, salle Jeanne Vielliard

Le primat de la sainte Écriture – présidence Isabelle le Masne de Chermont

  • 9h – Laura Light (Les Enluminures) : Job, Zacharias, Matthew : Why are they here ?
  • 9h45 – Robert Lerner (Northwestern University) : The unexpected Pseudo-Methodius.
  • 10h30 – Amandine Postec : Appropriations anciennes et nouvelles de la Bible : l’Unum ex quattuor.

11h15 – Pause.

La communication du message religieux

  • 11h30 – Dominique Poirel (IRHT) : Le commentaire du Notre Père : aperçus sur une prédication franciscaine primitive.
  • 12h15 – Nicole Bériou (CIHAM, AIBL) et Isabelle le Masne de Chermont : Le sermon sur la Purification de la Vierge : une reportatio faite à Paris.

Les fragments d’une culture – présidence Nicole Bériou

  • 14h30 – Nicole Bériou : Introduction.
  • 14h45 – Nicole Bériou, Marjorie Burghart (CIHAM), Isabelle le Masne de Chermont, Dominique Poirel et Amandine Postec : Le manuscrit nal 3245, florilège de florilèges.Brève présentation raisonnée des ensembles successifs de textes, dans l’ordre du codex.
  • 16h – Thomas Falmagne (Bibliothèque nationale du Luxembourg) : Les « florilèges » du manuscrit nal 3245.

16h45 – Pause.

  • 17h – Marco Giuseppe Rainini (Università cattolica del Sacro Cuore di Milano) : Il manoscritto nal 3245 e le pratiche esegetiche.
  • 17h45 – Carlo Delcorno (Università di Bologna) : Chemin des sermons latins et vernaculaires dans les florilèges.
  • 18h30 – Débat général.

Vendredi 22 septembre 2017 matin, salle Jeanne Vielliard

Un manuscrit franciscain ? – présidence André Vauchez (AIBL)

  • 9h30 – Jacques Dalarun : Introduction.
  • 9h45 – Sean Field (University of Vermont) : The Vita beati patris nostri Francisci in a Franciscan manuscript.
  • 10h30 – Luigi Pellegrini (Università di Chieti) : La produzione di un manoscritto francescano.
  • 11h15 – Sylvain Piron (École des hautes études en sciences sociales) : La longue vie d’un manuscrit franciscain.

12h – Pause.

  • 12h15 – Nicole Bériou, Jacques Dalarun, Isabelle le Masne de Chermont, Dominique Poirel : Conclusions.

Pour plus d’informations : https://www.irht.cnrs.fr/fr/agenda/le-manuscrit-franciscain-retrouve

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication:« Transmettre du sens par les trames arborescentes : caractéristiques, herméneutique et éthique d’un outil organisationnel de l’Antiquité à nos jours »:Lyon, février 2018 [délai:17/09/2017]

APPEL À COMMUNICATIONS

Cinquième journée

Lyon, février 2018

« Transmettre du sens par les trames arborescentes : caractéristiques, herméneutique et éthique d’un outil organisationnel de l’Antiquité à nos jours »

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. Une cinquième journée, consacrée à l’étude des qualités signifiantes du modèle répartiteur de l’arbre et/ou du schéma arborescent, aura lieu en février 2018.

Appel à communication : Appel à communications TA5

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 17/09/2017.

Contact :

Naïs Virenque : nais.virenque[at]univ-tours.fr

Antoine Paris : antoine7.paris[at]wanadoo.fr

https://trarborescentes.sciencesconf.org/

 

 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:La formule au Moyen Âge[30/09/2017]

Pour sa quatrième édition, le colloque bisannuel sur la formule (Groupe de recherche et d’étude nancéien sur la diachronie et sur l’émergence de la littérature anglaise, GRENDEL –Interdisciplinarité dans les études anglophones, IDEA) aura lieu les 13, 14 et 15 juin 2018, sous l’égide du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM), université de Poitiers-CNRS. La manifestation se déroulera dans l’hôtel Berthelot, en centre-ville. Une demi-journée de découverte du patrimoine est proposée.

ANNONCE

Pour sa quatrième édition, le colloque bisannuel sur la formule (GRENDEL – IDEA) aura lieu les 13, 14 et 15 juin 2018, sous l’égide du CESCM, Université de Poitiers-CNRS. La manifestation se déroulera dans l’hôtel Berthelot, en centre-ville. Une demi-journée de découverte du patrimoine est proposée.

Argumentaire

Les modes de pensée et de représentation médiévaux sont profondément marqués par l’usage de reprises et de régularités attendus et reconnaissables, qui sont sources de tensions productives entre expression individuelle et normes collectives, changement et continuité, création et convention. De façon très générale, toute formule se caractérise par un figement ou une régularité plus ou moins marqué laissant la place, en creux, à l’innovation. La définition de la formule se décline différemment en fonction de la discipline considérée, et le colloque sera l’occasion d’en établir les diverses acceptions et de s’interroger sur leur compatibilité éventuelle, ainsi que d’analyser l’effet pragmatique engendré par les répétitions formulaires, entre autres pistes de réflexion possibles.

Axes thématiques :

Ce colloque, qui s’inscrit dans une logique internationale et interdisciplinaire, s’adresse aux médiévistes quels que soient leurs domaines de recherche:

  • littérature (poésie, théorie orale-formulaire, tournures consacrées, topoi…)
  • histoire de l’art (motifs, procédés de production, signatures artistiques…)
  • histoire (médecine, cuisine, magie…)
  • droit et diplomatique (études de serments, de testaments, de préambules de chartes…)
  • codicologie (codex, colophons…)
  • épigraphie (inscriptions funéraires, dédicatoires…)
  • linguistique (politesse et interactions ritualisées, histoire de la langue, études de corpus de textes techniques ou savants…)
  • musicologie (écriture et thèmes musicaux…)
  • pratique et vie religieuses (prédications, liturgie…)

Modalités de soumission

Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots maximum) sont à envoyer

avant le 30 septembre 2017

à Elise Louviot (elise.louviot[at]univ-reims.fr) et Stephen Morrison (stephen.morrison[at]univ-poitiers.fr).

Langues acceptées : français, anglais, espagnol, allemand.

Pour plus d’informations : « La formule au Moyen Âge », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 21 août 2017, http://calenda.org/412591

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Colloque:Châteaux et spectacles – XXVe rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord:29/09-01/10, Périgueux

RÉSUMÉ

L’association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord consacre son colloque annuel aux liens entre Châteaux et spectacles, du Moyen Âge à nos jours, en s’intéressant autant aux demeures royales qu’aux autres châteaux européens aussi modestes soient-ils.

ANNONCE

Argumentaire

L’association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord consacre son colloque annuel aux liens entre Châteaux et spectacles, du Moyen Âge à nos jours, en s’intéressant autant aux demeures royales qu’aux autres châteaux européens aussi modestes soient-ils.

Dans les années 70, aux beaux jours de l’anthropologie historique et de la Nouvelle histoire, avec le développement de l’histoire des mentalités et de l’imaginaire, l’histoire des fêtes et des spectacles a connu une heure de gloire. Elle s’inscrivait alors dans la partition entre culture savante et culture populaire initiée par Robert Mandrou. Critiqué et révisé, ce clivage a glissé vers une approche en termes d’échanges, de circulations, de réception et d’acculturation, s’insérant dans une histoire culturelle englobant histoire sociale et histoire politique. Depuis le début des années 2000, de nouvelles approches, notamment en histoire médiévale et contemporaine, sont le fait de littéraires et d’historiens. L’émergence de la citoyenneté au XIXe siècle suppose en effet de conforter l’adhésion de la population, en multipliant les formes d’expression de l’approbation. Le spectacle participe alors de la cérémonie du pouvoir, les châteaux, au cœur de la sociabilité aristocratique, servant à la fois à appuyer la souveraineté ou à susciter une contre-image.

Le colloque Châteaux et spectacles propose de s’inscrire dans ces perspectives en abordant ces thèmes au prisme de l’histoire, de l’archéologie, des études littéraires et de toutes les formes d’arts et de spectacles vivants repérés dans le périmètre des demeures châtelaines et de leurs abords et ce jusqu’à nos jours. En effet, d’année en année, les mises en scènes spectaculaires se multiplient dans les châteaux afin d’attirer les touristes vers ces lieux patrimoniaux.

Parmi les châteaux du Périgord celui de Garrigue, à Bergerac, est aujourd’hui plus connu sous le nom de son plus célèbre propriétaire, l’acteur Mounet-Sully. Ce célèbre tragédien, sociétaire de la Comédie-Française, est l’un des monstres sacrés du théâtre classique et romantique de la fin du XIXe siècle. Né à Bergerac en 1841, il fit agrandir la demeure familiale construite au XVIe siècle et déjà modifiée au XVIIIe. Il lui adjoignit un théâtre, où il aimait travailler quand il résidait à Bergerac, et un cloître néo-roman surprenant. Dans son ancienne chambre, une fresque murale le représente, dans les costumes des nombreux personnages qu’il a interprétés sur scène. La grande Sarah Bernhardt, dont il fut l’un des proches, a même peut-être séjourné en ce château, ainsi que le gratin du Tout-Paris.

Programme

Vendredi 29 Septembre

Périgueux, bibliothèque municipale

8h45 Accueil des participants

9h00 Ouverture du colloque par Anne-Marie Cocula, présidente des Rencontres

Actualités de l’archéologie en Nouvelle Aquitaine

  • 9h15 Patrick Bouvart, archéologue, HADES, Résultats d’une première opération archéologique sur le castrum de Domme.
  • 9h45 Richard Jonvel, CAHMER et Société des Antiquaires de Picardie, Le site fortifié carolingien de Murat « Les Tours » (Creuse).
  • 10h15 Nicolas Prouteau,Université de Poitiers, Cescm UMR 7302, Le château du Haut-Clairvaux à Scorbé-Clairvaux (Vienne) : résultats des fouilles

10h45 Discussion et pause

Fantastiques fantaisies : mystères au château à l’aube de la Renaissance

  • 11h15 Guillaume Bureaux, Université de Rouen, GRHis,/Institut Historique Allemand, La place du château dans les Pas d’armes : cadre festif, élément symbolique et point d’ancrage de l’univers fictionnel (XVe-XVIe siècles).
  • 11h45 Lucie Gaugain, Université de Tours, CESR UMR 7323, Les fêtes du château d’Amboise de Louis XI à François Ier.

12h15 Discussion suivie d’un déjeuner pour les intervenants.

Le masque et la plume : dans les coulisses du château

  • 14h00 Éric Anspach, École nationale supérieure de création industrielle, ENSCI-Les Ateliers, Les coulisses du château en scène.
  • 14h30 Aline Hodroge, Université de Lausanne, FNS/Université de Rouen, CEREDi, « Un pauvre petit amusement » : le théâtre staëlien de l’exil.
  • 15h00 Laurence Chevallier, École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse, PASSAGES UMR 5319, Châteaux et spectacles, les réalisations de l’architecte Jean-Baptiste Dufart (1750-1820).

15h30 Discussion et pause

Show au château : quand le spectacle réinvente l’espace

  • 16h00 Laurent Bolard,Université Paris IV, Espaces confisqués. La villa Rufolo, ses jardins, ses paysages, son festival.
  • 16h30 Elisabeth Caude, Musée national des châteaux de Versailles et Trianon, Les invités à Versailles lors d’une grande fête dynastique.
  • 17h00 Natalie Petiteau, Université d’Avignon, Centre Norbert Élias, Un écrin pour une noblesse circassienne : le château d’Alexis Grüss à Piolenc (Vaucluse).

17h30 Discussion.

18h15 Réunion du conseil scientifique et du conseil d’administration de l’association.

Samedi 30 Septembre

Bergerac, salle de l’Orangerie (Jardins Perdoux)

De la joute chevaleresque à ses transfigurations cinématrographiques

  • 9h30 Alain Kersuzan, Université Lyon 2-CIHAM, Les joutes du comte vert aux châteaux de Chambéry et de Bourg-en-Bresse.
  • 10h00 Yohann Chanoir, EHESS, CRH-GAM UMR 8558, Jour de fête au château. Tournois, concours et spectacles dans les films sur le Moyen Âge.

10h30 Discussion et pause.

Spectacles souverains dans les palais princiers

  • 11h00 Thomas Fouilleron, Directeur des archives et de la bibliothèque du Palais princier de Monaco, CMMC-EA 1193, Spectacles princiers et affirmation dynastique. Les fêtes de cour chez les Grimaldi de Monaco (XVIIe-XVIIIe siècles).
  • 11h30 Juliette Glikman, Université Paris-Sorbonne, Le palais des Tuileries, cité du chant et de la danse dans le Paris des Lumières.
  • 12h00 Grégoire Franconie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle, Versailles, 1837 : le spectacle de l’histoire.

Discussion suivie d’un déjeuner pour les intervenants et sur inscription.

15h00 Salle de l’Orangerie (Jardins Perdoux), conférence de Caroline Mazel, architecte, suivie de la visite du château de Mounet-Sully ou château de Garrigue (Bergerac).

Dimanche 1er Octobre

Périgueux, bibliothèque municipale

Sous les feux de la rampe… les plaisirs de la scène du XVIIe au XXe siècle

  • 9h30 Roger Baury, Université Lille 3, Le théâtre au château, XVIIe-XXe siècles.
  • 10h00 Claude-Isabelle Brelot, Université Lyon 2, Le répertoire des théâtres du château au XIXe siècle : saynètes, proverbes, charades et comédies.
  • 10h30 Bertrand Goujon, Université de Reims Champagne-Ardennes, Le théâtre au château : lieux, acteurs, pratiques et enjeux dans la France du Second Empire et de la Troisième République.

11h00 Discussion.

11h15 Robert Herin, Université de Caen, Conclusions.

Pour plus d’informations : « Châteaux et spectacles », Colloque, Calenda, Publié le mardi 22 août 2017, http://calenda.org/414154

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Ordres militaires et territorialité:20/10/2017, Montpellier, Université Paul-Valéry

RÉSUMÉ

Nous proposons ici, non pas d’envisager une étude exhaustive et globale de la relation des ordres militaires à la territorialité, mais plutôt de réfléchir sur les dimensions qu’elle recouvre, d’essayer de discerner les particularités qui lui sont propres, les caractéristiques des implantations des ordres, variables selon le niveau d’échelle, la zone géographique et la société considérés. Afin de tenir compte de ces spécificités inhérentes au rapport, conscient ou non, que les ordres militaires entretiennent avec les territoires qu’ils occupent (envisagés dans leurs dimensions sociales, humaines, économiques, juridiques, matérielles, culturelles, etc.), même partiellement et pour une durée variable, ainsi que la manière dont leur présence s’inscrit dans ces lieux, plusieurs axes et directions, évidemment liés les uns aux autres et en interaction constante, sont soumis à la réflexion des participants.

ANNONCE

Programme

20 octobre 2017

8h45 Accueil des participants

9h00 Marie-Anna Chevalier (Université Paul-Valéry Montpellier 3), Introduction

9h30 1ère séance  La France Méridionale

Présidée par Daniel Le Blévec (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

  • Damien Carraz (Université Clermont Auvergne) Perception, délimitation et administration des territoires dans l’ordre de l’Hôpital : le cas du prieuré de Saint-Gilles (XIIe-XIVe siècle)
  • Maxime Bonnal (Université Lumière Lyon 2) La commanderie templière de Jalès : organisation et gestion du territoire (XIIe-XIIIe siècles)
  • Yoan Mattalia (Université Jean Jaurès Toulouse 2) Ordres religieux militaires et territorialité dans le sud-ouest de la France aux XIIe et XIIIe siècles

10h45 Discussion et pause

11h30 2ème séance L’orient chrétien

Présidée par Damien Carraz (Université Clermont Auvergne)

  • Marie-Anna Chevalier (Université Paul-Valéry Montpellier 3) L’établissement des templiers et des hospitaliers en Morée et en Romanie : une emprise territoriale contestée
  • Simon Dorso (Université Lumière Lyon 2, Centre de Recherche Français à Jérusalem) Stratégies d’implantation et d’administration dans un territoire en sursis : templiers et hospitaliers dans la Galilée du XIIIe siècle

12h15 Discussion

12h30 Pause déjeuner

14h30 3ème séance L’ordre teutonique et l’ordre de Saint-Lazare

Présidée par Philippe Josserand (Université de Nantes)

  • Sylvain Gouguenheim (École Normale Supérieure de Lyon) Conquête et maîtrise de l’espace : les Teutoniques en Prusse
  • Rafaël Hyacinthe (Laboratoire de Médiévistique Occidentale – Université Paris I) Un ordre sous influences : l’Ordre de Saint-Lazare de Jérusalem et la territorialité du XIIe au XVe siècle

15h30 Discussion

16h00 Philippe Josserand (Université de Nantes), Conclusions

Pour plus d’informations : « Ordres militaires et territorialité », Journée d’étude, Calenda, Publié le mardi 29 août 2017, http://calenda.org/414305

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 – Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts